23/01/13

Je m'ennuie, de Michael Ian Black & Debbie Ridpath Ohi

IMG_8478

C'est l'histoire, bien commune, d'une petite fille qui s'ennuie. Elle croise sur son chemin une patate. Tiens, celle-ci lui cause. La coïncidence veut qu'elle aussi s'ennuie comme un rat mort. A deux, ça pourrait être plus rigolo mais la patate n'aime pas les enfants. (Elle préfère les flamants roses.) Alors, la petite fille va s'échiner à lui démontrer qu'un enfant, c'est juste extra : ça fait des cabrioles, ça ne manque jamais d'idée ou d'imagination, ça court, ça danse, ça saute... Comment peut-on trouver un enfant ennuyeux ?! Non, vraiment c'est impensable.

Finalement, cette patate est une bonne thérapie. Sans le vouloir, elle va rappeler à la fillette toutes les choses cool et géniales qu'elle peut faire, et ainsi oublier la notion d'ennui. Enfin bref, cette lecture est jubilatoire et fait sourire d'un bout à l'autre. Les illustrations sont éclatantes, que de dynamisme et d'humour dans l'histoire, jusqu'à la fin ... proprement hilarante !

A découvrir, pour ce jaune pétant. :)

Je m'ennuie, par Michael Ian Black et Debbie Ridpath Ohi (Seuil jeunesse, 2013)

IMG_8479

IMG_8480

IMG_8481

IMG_8483

IMG_8484

IMG_8485

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


22/01/13

La Petite fille aux singes (l'enfance incroyable de Jane Goodall), de Patrick McDonnell

IMG_8465

Jane est une petite fille qui aime jouer dans son jardin en s'inventant des histoires en compagnie de son chimpanzé en peluche. Jane est passionnée par les animaux et la nature, elle s'imagine vivre des aventures incroyables dans la jungle, à l'image de Tarzan, et très vite elle décide d'en faire plus tard son métier.

Cette enfance joyeuse, rayonnante et incroyable nous est racontée sans tralala par Patrick McDonnell, à travers des illustrations qui sont de petites perles de beauté, j'ai été sous le charme, complètement enchantée.

Au cœur de l'ouvrage, se trouve une double page de dessins et de jeux que Jane a créés, quand, petite fille, elle était à la tête de la Société des Alligators. L'ensemble des pages de ce livre donne aussi à voir des gravures ornementales datant du XIXe siècle et du début du XXe siècle, qui révèlent la passion que Jane a nourrie toute sa vie pour l'observation scientifique et attentive de la nature.

Cet album, non content de raconter l'enfance d'une femme à la destinée hors du commun, révèle ainsi qu'une passion peut transcender votre vie et la porter au-delà de vos rêves les plus fous. C'est beau !

La petite fille aux singes (l'enfance incroyable de Jane Goodall), par Patrick McDonnell
traduit par Nathalie Azoulai - De La Martinière Jeunesse, 2013

IMG_8466

IMG_8467

IMG_8468

IMG_8469

IMG_8470


Pour prolonger ce portrait, un autre conseil de lecture : "Ma vie avec les chimpanzés" chez L'Ecole des Loisirs. Avec en extrait cette fameuse scène avec la poule qui est égalemennt rapportée dans l'album.

Extrait

L'air était presque étouffant. J'étais accroupie, et la paille me chatouillait les jambes. Il faisait assez sombre aussi. Mais je pouvais quand même voir la poule sur son nid. Elle était à un mètre cinquante de moi, environ, et ne se doutait absolument pas de ma présence. Le moindre mouvement de ma part, et tout aurait été gâché. Je me tenais donc parfaitement immobile. La poule aussi. Bientôt, elle se souleva tout doucement. Elle me tournait le dos, et, en me penchant en avant, je vis un objet rond et blanc qui émergeait peu à peu des plumes entre ses deux pattes. L'objet grossit. Soudain, la poule remua son derrière et - plop ! - il atterrit sur la paille : je venais d'assister en direct à la ponte d'un oeuf. Avec des gloussements de victoire, la poule secoua ses plumes, déplaça l'oeuf à l'aide de son bec, puis sortit du poulailler en se pavanant. Malgré mes jambes engourdies, je me précipitai tout excitée hors du poulailler et courus jusqu'à la maison. Maman était sur le point d'appeler la police. Elle m'avait cherchée pendant des heures et n'imaginait pas que j'avais pu passer tout ce temps accroupie dans le poulailler. Ce fut là ma première observation sérieuse du comportement des animaux. J'avais cinq ans... et beaucoup de chance car ma mère était très compréhensive ! Au lieu de se mettre en colère parce que je l'avais effrayée, elle voulut que je lui raconte en détail la merveilleuse chose dont j'avais été témoin. Malgré mon très jeune âge à cette époque, j'ai beaucoup de souvenirs se rapportant à cette expérience. Je me rappelle ma perplexité au sujet des oeufs : sur une poule, où donc se trouvait-il une ouverture assez grande pour laisser sortir un oeuf ? Je ne sais plus si j'ai posé la question autour de moi. Si oui, personne ne m'a donné de réponse. J'ai donc décidé d'éclaircir ce mystère moi-même. Je me rappelle m'être dit un jour, en voyant une poule entrer dans le poulailler : «Ah, maintenant je vais la suivre, et je vais voir ce qui se passe.» Et je me rappelle aussi la fuite de la poule avec des caquètements d'horreur, lorsqu'elle m'a vue entrer à mon tour. De toute évidence, cette méthode n'était pas la bonne. Il me fallait entrer dans le poulailler la première et attendre qu'une poule se décide à venir pondre son oeuf. C'est la raison pour laquelle je dus rester si longtemps à l'intérieur du poulailler. Il faut être patient si l'on veut apprendre à connaître les animaux.
Traduit de l'anglais par Florence Seyvos  /  Première édition France: 1989                                        

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Promenade en forêt

IMG_8493

Etienne Delessert nous invite à découvrir une forêt mystérieuse et secrète. Avec ses amies Noire la Souris et Josée la Chenille, Yok-Yok rencontre un ours gourmand de fraises sauvages, des abeilles, un martin pêcheur ou encore un grand papillon velouté. Mais la nuit tombe, une chouette aide les trois amis à regagner l'orée de la forêt.

" La forêt est le poumon de notre planète, dit Yok-Yok, les champignons nourrissent les arbres, les oiseaux sèment des graines, ici on disparaît pour mieux renaître. "

Quelle belle promenade que celle que nous propose ce cher Yok-Yok, dans une forêt où l'on découvre la faune en gros plan. La forêt n'aura plus de secret pour le lecteur, qui apprendra à reconnaître la musaraigne, le pic épeiche, la sitelle et la fauvette à tête noire (pour ne citer qu'eux). Il pourra aussi tester ses connaissances, ou ce qu'il a retenu de sa lecture, en répondant aux quelques questions figurant en dernière page.

Cette série met toujours un point d'honneur à ne pas prendre son lectorat pour un public niais, les aventures sont simples mais riches en découvertes. La forêt offre un beau terrain de jeux et de connaissances à approfondir, avec des illustrations qui s'étalent sur chaque double page. Il y a autant de mystère et de beauté à parcourir dans cet album, lequel a su m'émerveiller en toute simplicité.

Yok-Yok : Promenade en forêt, par Etienne Delessert (Gallimard jeunesse, coll. Giboulées, 2013)

IMG_8494

IMG_8495

Posté par clarabel76 à 13:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21/12/12

Dreams are made for children

Sélectionnées par Misja Fitzgerald Michel, voici 15 berceuses à la beauté intemporelle, interprétées par les plus belles voix de l’âge d’or du jazz : Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Sarah Vaughan, Nat King Cole, Chet Baker… Des standards incontournables, mais aussi des titres moins connus à découvrir, immortalisés par des voix chaudes et sensuelles, qui font de chaque chanson un moment d’une infinie douceur. Les traductions de Valérie Rouzeau nous révèlent des textes d’une rare poésie.

IMG_8432

IMG_8434

IMG_8436 

IMG_8437

Cet album me faisait de l'oeil depuis un petit moment... Je n'ai donc pas résisté longtemps à l'appel des sirènes, et je ne regrette pas un seul instant ! Cet album est plébiscité chez les libraires et même dans la presse, pour une fois c'est amplement mérité. Tout ce foin pour une quarantaine de minutes d'écoute, de bonheur, une dizaine de pages toutes plus merveilleusement illustrées les unes que les autres, des textes d'une délicatesse appréciable ...

Ce sont des berceuses old-school, au charme délicieusement suranné, pas seulement destinées aux enfants, ce sont avant tout des classiques du jazz à écouter, découvrir et écouter encore, croire un instant qu'on joue dans un film de Capra ou Fleming, rêver, bouquiner à côté, se détendre, apprécier ce moment-bulle, et appuyer sur la touche bis pour ne jamais se lasser. Oui, vraiment, cet album est une pépite à déguster sous toutes ses formes !

Les plus belles berceuses jazz, sélectionnées par Misja Fitzgerald Michel (Didier jeunesse, 2012)
illustrations d'Ilya Green - traduction de Valérie Rouzeau

1 / Russian Lullaby, ELLA FITZGERALD 2 / Lullaby of Birdland, SARAH VAUGHAN 3 / Once Upon a Summertime, BLOSSOM DEARIE 4 / Lullaby in Blue, DEBBIE REYNOLDS et EDDIE FISCHER 5 / Dreams Are Made for Children, ELLA FITZGERALD 6 / My Sleepy Head (Go to Sleep), NAT KING COLE 7 / Over the Rainbow, JUDY GARLAND 8 / Goodnight My Love, SARAH VAUGHAN 9 / My Funny Valentine, CHET BAKER 10 / Hit the Road to Dreamland, MEL TORMÉ 11 / Summertime, PEGGY LEE 12 / Lullaby of the Leaves, JUNE CHRISTY 13 / Looking for a Boy, CHRIS CONNOR 14 / God Bless the Child, BILLIE HOLIDAY 15 / Brahms’s Lullaby, FRANK SINATRA

Plutôt manger mes godasses que d'avoir ta carapace, avaler du Canigou et me faire appeler Chouchou.

IMG_8426

IMG_8427

IMG_8428

IMG_8429

IMG_8431

L'histoire de Malo avait pourtant bien commencé. C'était un bébé très mignon, blond aux yeux bleus. Ses parents étaient si fiers qu'ils en avaient un sourire un peu idiot. Et puis, Malo a changé : ses yeux sont devenus marrons, comme son père, et ses cheveux sont devenus bruns, comme sa mère. Ce n'était pas grave. Il était toujours aussi joli.

Mais au bout de quelques semaines, une forme étrange a poussé dans le dos de Malo. C'était une coquille d'escargot ! Un phénomène inexplicable. Même les 213 médecins consultés demeurèrent perplexes devant son cas. Ses parents n'en firent pas un drame, ils couvèrent leur petit garçon d'amour et de cadeaux. Son grand frère était moqueur, comme tous les grands frères.

Les ennuis ont pourtant commencé dès lors que Malo a mis les pieds à l'école. Il est soudain devenu la risée des enfants, tous plus méchants les uns que les autres, avec en tête les frères William qui le baptisèrent Coquillette la mauviette. Car Malo n'était pas fortiche en sport, toujours le dernier à la course, au foot ou au basket.

Heureusement Malo avait une meilleure amie, Nina, qui le défendait toujours. C'est d'ailleurs avec elle qu'il va participer à la compétition annuelle de luge. Et là, le miracle se produit. Leur luge va se soulever du sol, prendre son envol et disparaître dans les airs. Malo et Nina vont boucler leur course ... sur la coquille et finirent les premiers !

Tout me plaît dans cet album : l'histoire est racontée par Julie Depardieu, écrite par Arnaud Cathrine et Florent Marchet, la musique est entraînante, on retrouve des artistes comme Matthieu Boogaerts, Jeanne Cherhal (la psy !) et Valérie Leulliot, les illustrations sont d'Aurélie Guillerey, que j'adore. Par contre, c'est très court, à peine 18 minutes d'écoute ... pour une promenade musicale et littéraire fort plaisante !

Coquillette la mauviette, concocté par Florent Marchet et Arnaud Cathrine (Actes Sud, 2012)
Avec la participation de Julie Depardieu, Mathieu Boogaerts, Valérie Leulliot, Jeanne Cherhal, Artus de Penguern, Raphaële Moussafir et Antoine Dezelli.


19/12/12

L'histoire du soir #33 : Nuit d'hiver, par Anne Cortey & Anaïs Massini

IMG_8399

IMG_8400

IMG_8401

IMG_8402

IMG_8403

Il fait nuit et froid sur la ville. Une petite fille se dépêche de rentrer ses courses pour se blottir au chaud près du poêle de la maison. Mais la petite fille est rêveuse, devant la baie vitrée, elle n'a nulle envie de tricoter ou de lire, à la place elle a envie de suivre un oiseau migrateur.

Ni vu, ni connu, elle enfile des vêtements chauds, prend ses patins à glace et s'enfonce dans l'obscurité. Elle a rendez-vous près du lac gelé, avec les minuscules, des créatures scintillantes. Ensemble ils patinent sans se soucier du reste et offrent la vision d'un ballet féérique.

Ce joli conte d'hiver va vous éblouir, par sa justesse, sa poésie, son sens de l'imagination, ses illustrations, ses couleurs, ses mots, sa musique, son invitation au rêve. C'est un petit moment de magie, pur et remarquable. Une lecture pour laquelle on est complètement sous le charme.

Nuit d'hiver, par Anne Cortey et Anaïs Massini (Autrement, 2012)

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18/12/12

Une chanson d'ours, de Benjamin Chaud

IMG_1512

Papa Ours s'est à peine installé pour son hibernation qu'il se réveille en sursaut. « Il sent un courant d'air froid là où il aurait dû sentir la chaleur du petit ventre de Petit ours. » Ce dernier a perçu le bzzz d'une abeille « drôlement en retard » passer à toute vitesse devant la porte de la tanière. Qui dit abeille dit miel, Petit ours le sait bien et hop hop hop il décide de la suivre...

La suite de l'aventure est drôle, entraînante, colorée et facétieuse. Le papa ira jusqu'à la ville, dans un théâtre, sur la scène d'un opéra pour tenter de retrouver son fiston. Les pleines pages de l'album sont d'ailleurs fourmillantes de détails, au travers desquels il faut traquer l'indice et la trace du fiston. C'est assez excitant pour qui aime se pencher sur ce genre de cache-cache. 

Et moi j'adore !!! J'adore aussi les illustrations de Benjamin Chaud, son ton, son humour, ses ours adorables, ses couleurs, son récit palpitant, semé d'embûches, avec des séquences rigolotes et un final étincelant ! C'est un fantastique album ... pour petits ET grands lecteurs, évidemment.

Hélium, octobre 2011

IMG_1513

IMG_1514

IMG_1515

IMG_1516

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17/12/12

L'histoire du soir #31 : Le petit Cépou, par Pépito Matéo & Bruno Heitz

IMG_8303

Saint-Denis, banlieue Nord. Le petit Cépou, un gamin du quartier, passe son temps à regarder ses baskets, en traînant dans le tram pour échapper au contrôleur, qui a un visage d'ogre. Chez lui, ce n'est pas la fête non plus, tous les soirs à la même heure, les Perrault regardent les jeux à la télé et rêvent de gagner au loto. Il faut dire que, avec sept gosses à nourrir, le père sans boulot et la grand-mère qui s'est cassé le fémur, c'est un peu dur !

Un matin, les Perrault ont un plan et envisagent de semer les mômes dans la jungle des Halles. Entre les multiples stations de métro, les panneaux publicitaires, le monde partout, les visages faussement souriants, viennent aussi les grimaces et les pleurs lorsque les enfants réalisent qu'ils sont perdus. Le petit Cépou, le plus rusé de la bande, calme le jeu et entend ramener ses "ginfrans" à la maison grâce à des chewing-gums semés en chemin.

Dans cette version urbaine et moderne, le Petit Poucet trouve une seconde jeunesse. L'humour y est grinçant, le style enlevé, pour une lecture agréable et humoristique. L'histoire était déjà parue dans la collection "Mini Syros, Paroles de Conteurs" en 2009, mais il fait aujourd'hui peu neuve grâce aux illustrations de Bruno Heitz, un format plus grand et un cd où l'auteur, Pépito Matéo, laisse éclater sa gouaille avec brio. C'est drôle, impertinent et décalé. 

Le petit Cépou, par Pépito Matéo et Bruno Heitz (Syros, éd. 2012)

IMG_8305

IMG_8306

IMG_8307

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09/12/12

Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son.

D'abord, les illustrations d'Ilya Green, qui s'étalent dès la couverture et ne cessent de nous en mettre plein la vue au fil des pages, puis le cd glissé dans le lecteur et les premières notes de jazz, là je m'installe et je redécouvre avec délice les aventures de Peter Pan et Wendy, en savourant l'humour, la poésie et l'espièglerie de l'histoire. Un régal. 

IMG_8354

Une maman, qu'est-ce que c'est ?
- Une maman, c'est une wendy, dit le jumeau numéro deux.
- Une wendy, c'est une maman, précisa le jumeau numéro un. 
Ça sert à raccommoder les chaussettes. 
- Eh ! moi j'ai perdu une chaussette...

Clochette, clignotant de fureur, interrompit la discussion.

- Tas de crétins ! Vous ne savez donc pas qu'une wendy, c'est malin, menteur, et ça mord ?

Les Garçons perdus hésitèrent.
Finalement, ils décidèrent d'attendre Peter Pan. 

Peter Pan & Wendy est un texte de James Matthew Barrie, adapté par Jean-Pierre Kerloc'h pour les éditions Didier Jeunesse (2011).
Musique de Charles Mingus - Récitant : Eric Pintus - Illustrations : Ilya Green

IMG_8357

IMG_8359

IMG_8360

07/12/12

L'histoire du soir #30 : Le chevalier et la forêt, par Anaïs Vaugelade

IMG_8310

Un jour, comme c'est le jour de son anniversaire, le petit chevalier reçoit une boîte avec, dedans, un pistolet. Youpi, tralala, il est fou de joie et se sent ragaillardi. Pour la peine, il brave l'interdiction de traverser la forêt. Même pas peur ! Son pistolet viendra à bout de tous les dangers.

En chemin, il croise une coccinelle, qui lui offre trois points pour exaucer ses voeux. Il poursuit son épopée mais les ennuis commencent très tôt. La forêt grouille de plantes grimpantes, rampantes, de lianes vengeresses, qui cherchent à vous entortiller entre ses filets. Le garçon résiste, mais flûte il est prisonnier ! Son pistolet ne peut rien pour lui. Alors il fait appel à ses trois voeux.

Les armes, la force, la puissance, peuh ! ça ne vaut pas un clou quand il suffit d'une étincelle de génie. Une petite goutte d'eau, le miracle de la nature, ses lois ancestrales, vitales et le voici, le voilà, notre petit chevalier a trouvé la sortie.

Une lecture qui prête à sourire, terriblement espiègle, elle nous plonge dans un enfer vert, avec une Mère Nature qui joue aux marionnettes en se moquant allègrement des sabres et des lasers. Plus qu'un chevalier, notre petit bonhomme est rusé comme un Sioux ! Un album parfaitement cocasse et adorable. 

Le chevalier et la forêt, par Anaïs Vaugelade (Ecole des Loisirs, 2012)

IMG_8311

IMG_8313

IMG_8314

IMG_8316

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,