10/04/10

Mon immeuble avait toujours été très calme.

IMGP7346Un immeuble trop calme voit arriver un énorme camion de déménagement avec son lot de petits, gros et grands cartons. Puis le nouveau voisin fait son entrée : c'est un chien ! Très vite, les parents de la narratrice font la fine bouche. Ils n'apprécient pas cet intrus et lui trouvent tous les défauts de la terre. Heureusement, la petite fille le trouve charmant. Les jours passent et ne cessent d'accueillir des nouveaux arrivants dans cet immeuble qui se repeuple d'étonnantes personnalités. Mais les parents font toujours la grimace. Les éléphants sont trop bizarres, le crocodile trop mielleux et souriant ... cela cache forcément quelque chose. Aussi suspicieux se montrent ses parents, aussi compatissante se révèle la fillette. Un jour, prenant conscience du comportement de sa famille, elle n'hésite pas à poser la question à ses voisins.

" Vous ne trouvez pas ça bizarre que mes parents vous trouvent bizarres ? "

"C'est tes parents qui sont bizarres !"

" Ils nous regardent de haut en bas ", s'est plaint le chien.

" Toujours avec un air supérieur ", ont dit les éléphants.

" Et ils n'ont même pas dit merci pour les cadeaux ", a ajouté le crocodile blessé.

N'est finalement pas meilleur voisinage celui qu'on pensait !

L'album traite de la tolérance avec un ton joyeux et plein d'humour, soutenu par des illustrations aux teintes colorées de rouge, de rose et de bleu. Très joli ! C'est vrai, je m'attendais à autre chose, au vu du titre et de la couverture, mais je n'ai pas été mécontente de la surprise non plus.

Mon voisin est un chien ~ Isabelle Minhos, Madalena Matoso
éditions thierry magnier, 2010 - 13€

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


30/03/10

3h33, un cri déchire la nuit...

Les enquêtes de Mirette est une collection d'albums à découvrir sans attendre, c'est une bonne partie de rigolade, qui emprunte aux codes du roman policier son style alerte et palpitant, il règne aussi une ambiance délicieusement décalée et rétro, en plus de nous faire voyager à travers les plus belles villes d'Europe. JE SUIS FAN !

panique_a_parisMirette est donc une demoiselle qui rêve de suivre les traces de son illustre grand-oncle, célèbre détective, mort dans sa centième année à la fin du siècle dernier. Jean-Pat est son fidèle chassistant, un matou paresseux qui préfère se goinfrer de Choumoullouws dans le canapé en regardant le dernier épisode du feuilleton L'amour en feu.

Les bandits et les voyous n'ont qu'à bien se faire ! Dans la première enquête, Panique à Paris, Mirette et Jean-Pat se lancent dans un formidable jeu de piste, avec messages codés, à travers la ville et ses plus célèbres quartiers et monuments historiques. Les indices sont maigres : une poupée avec pour tête un caillou a été épinglée par une aiguille de pendule et déposée au dernier étage de l'immeuble face à la maison de notre détective. Un message écrit au stylo à bille violet donne rendez-vous sous l'Arc de Triomphe à un certain Riri. L'enquête ne fait que commencer...

J'ai été agréablement surprise par le rythme trépidant de cette aventure, j'ai savouré l'humour et le ton alerte du texte, je ne parle même pas des personnages, Jean-Pat est drôle, irrésistible et craquant, il contribue beaucoup au succès de l'album !

big_frousse_a_londresForte de cette épatante découverte, j'ai donc enchaîné avec la deuxième enquête de Mirette : Big frousse à Londres. Comme l'indique le titre, l'aventure se passe dans la capitale britannique où Mirette tente de rejoindre sa tante Dorothy qui a appelé à l'aide au téléphone. Notre Mirette speak a very good and fluent english, my dear. Jean-Pat, lui, tombe amoureux d'une superbe siamoise qui l'initie au pouvoir bullatif des bubulichouss.

Que les choses soient claires : notre matou n'est pas le bouffon de service, il est aussi très intelligent et son esprit de fin limier permet bien souvent d'éclaircir les chemins broussailleux qu'empruntent les enquêtes de sa jeune maîtresse. Entre eux, l'entente est amicale et taquine. Jamais Mirette n'avouerait publiquement qu'elle ne peut pas se passer de son chassistant, son Jean-Pat risquerait de prendre goût à la flagornerie.

N'hésitez pas à visiter le blog de Laurent Audouin qui explique les coulisses de la série : http://laurentaudouin.canalblog.com/

Et je suis déjà en retard car le petit dernier est déjà disponible : Qué calor à Barcelone !
Argh, il nous le faut !

Les enquêtes de Mirette ~ Fanny Joly / Laurent Audouin
éditions Sarbacane - 13,50€

challenge Je lis des albums - 24

challenge2jelisaussidesalbums

 

25/03/10

Tu es nouvelle ? Tu es en avance... - En avance pour quoi ?

jour_de_lessiveAvant-propos : lecture qui donne le sourire, lecture pleine de douceur et de fraîcheur, lecture qui vous renvoie vers l'enfance et ses plaisirs simples et innocents. C'est l'histoire d'Helena, partie jouer avec sa poupée un mercredi au bord de la rivière, et qui n'imaginait pas la tournure de cette journée. Tout commence par la rencontre avec une souris, puis un castor, un raton laveur, une grenouille... tous se sont donnés rendez-vous pour leur lessive. Un simple sourire, une parole et zou notre fillette se déshabille, trouvant son maillot et son short trop sales, et se joint à la joyeuse équipe. Par ici le savon, les bulles, quelques épingles, l'entraide, les chansons, le plongeon et les jeux dans l'eau... C'est un album charmant, vraiment charmant, qui rappelle l'enfance, les rêves et le plaisir de la campagne, ou du plein air, de s'allonger dans l'herbe, de barboter dans l'eau. J'ai aimé la douceur, le calme, les illustrations, tout est apaisant mais aussi revigorant. Un plaisir de lecture simple et attendrissant.

Jour de lessive ~ Frédéric Stehr
l'école des loisirs, 2010 - 12,50€

challenge Je lis des albums - 22

challenge2jelisaussidesalbums

24/03/10

Parce que ce gars-là a tété comme un désespéré qui a failli ne pas passer l'été

kidKid, c'est une histoire de finesse et de sensibilité. Une histoire entre une femme et un chaton. Ce dernier trouve refuge chez la femme qui passe un été difficile, à tenir compagnie à ses parents qui vivent leurs derniers jours. C'est un album sur la solitude, la perte et le besoin de vie. La femme et le chaton vont se raccrocher l'un à l'autre, elle va le nourrir au biberon, se sentir père et mère pour lui, il ne va plus la quitter, dormir tous les soirs dans son dedans  ou se nicher sur la pile des coussins. Petit à petit, la couleur entre de nouveau dans la vie de la narratrice, après des journées vides et lentes, aussi longues que des verres de terre. Je ne passe pas en revue le graphisme de l'album, parfaitement sobre, épuré et intelligent, il suit l'histoire en y apportant la petite touche nécessaire. On ressent le vide, le manque, on vit l'étouffement, le cocon et le refuge. Cela ne se raconte pas, chaque album raconte à son lecteur sa petite histoire, et cet album a su vraiment me toucher. Pas parce qu'on parle d'un chat, un animal qui me laisse de marbre, mais parce qu'il laisse entendre qu'un animal peut vous redonner goût à la vie. Toute lecture est à prendre entre les lignes, ici ce que j'ai ressenti est également très personnel. C'est une histoire d'amour et de confiance. Une lecture pudique et sensible, très touchante.   
Ce duo d'auteurs avait déjà été récompensé par le prix du livre jeunesse de l'ARALD en 2009 pour C'est Giorgio.

Kid ~ Corinne Lovera Vitali / Loren Capelli
Rouergue, 2010 - 15€

challenge Je lis des albums - 21

challenge2jelisaussidesalbums

20/03/10

Hideko Ise

Un même auteur, Hideko Ise, trois albums : Sophie et le relieur - Kimiko et le botaniste - Mon ami à trois pattes, et une même particularité : des aquarelles délicates et élégantes.

sophie_et_le_relieur

Ce premier album raconte la rencontre entre une petite fille, dont le livre fétiche est tout abîmé, et un relieur qui habite un quartier tranquille de Paris. Sophie est passionnée par les arbres, et plus particulièrement du robinier. Alors qu'elle assiste avec éblouissement au travail minutieux du relieur, qui lui explique toutes les étapes de sa tâche avec finesse et patience, la fillette papote joyeusement en partageant son propre domaine de savoir.

C'est un très, très bel album qui parle à tous les amoureux des livres. On apprend ici la technique de relier un ouvrage, et toutes ses étapes : le dérobage, le rognage, la couture, l'endossure, la parure... L'album parle de travail de mémoire, de respect, de tradition et de perpétuité. C'est beau et intelligent.

Si on me demande pourquoi je continue ce travail, je pourrais dire que je travaille pour que l'on n'oublie pas toutes ces histoires écrites par les gens à travers le temps, et les transmettre aux générations futures. C'est un peu ça le métier de relieur.

Sophie et le relieur  - Seuil jeunesse, 2007 - 15€

kimiko_et_le_botaniste

Le deuxième album est en quelque sorte une continuité avec l'histoire de Sophie, laquelle fait d'ailleurs son apparition dans l'histoire. Une petite japonaise, Kimiko, aime se réfugier dans le Jardin des Plantes pour y croquer des dessins. Elle finit par se lier d'amitié avec le botaniste qui va lui faire découvrir au fil des saisons les secrets de ce jardin extraordinaire.

Encore un album qui appelle l'art de la patience, de la contemplation et de la poésie. Kimiko et le botaniste est aussi une ode à un lieu magique, riche d'un patrimoine exceptionnel. Une nouvelle fois, les aquarelles invitent l'esprit à l'imagination et l'admiration. De plus, dans cette histoire, résonne aussi une tendre mélodie, légèrement teintée de nostalgie, où le botaniste ne s'arrache pas du souvenir de la petite fille qui est rentrée au pays.

Grand arbre. Arbre qui endure et qui mémorise.
Ce que tu as vu, mes oreilles l'entendent.
Les paroles qui naissent de toi sont devenues mon histoire.

L'automne est bien installé, mais cet automne est un peu différent des autres ;
baigné dans la douce lumière du soleil,
la voix rieuse de cette enfant s'entend comme une clochette.

Kimiko et le botaniste - Seuil jeunesse, 2009 - 15€

mon_ami_a_trois_pattes

Dernière balade entre les pages d'un peintre et auteur d'exception...
Mon ami à trois pattes partage avec le lecteur l'amitié naissante entre un chien des rues et un garçon qui vient de perdre sa mère. J'ai été très touchée par cet album, où deux êtres blessés par la vie tissent entre eux un lien fort et particulier. Durant l'hiver, une scène va profondément bouleverser le jeune garçon lorsqu'il retrouve l'animal, frigorifié sous la neige, les deux pattes attachées. Tant de cruauté et d'indifférence autour... cela donne des frissons. La fin aussi est assez émouvante, alors qu'on comprend que l'enfant doit partir et quitter son ami à trois pattes, lequel va tenter de le suivre avant d'accepter que, pour lui également, la vie continue.

Il y a beaucoup d'émotion dans ce texte, les aquarelles d'Hideko Ise soulignent la beauté et le charme de la rencontre. On y retrouve même, de façon fugace, Sophie et le relieur, puisque le chien errant traîne dans le même quartier. Ce n'est pas la première fois que l'auteur trace ainsi un fil invisible entre ses albums, et j'aime beaucoup ce genre de clins d'oeil. Tendresse et nostalgie sont toujours au coeur de l'histoire, à travers les mots du narrateur (cette fois, il s'agit d'un texte de Kenzo Yamamoto). Que vous dire, sinon beauté et émotion font décidément bon ménage.

Mon ami à trois pattes - Seuil jeunesse, 2010 - 15€

challenge Je lis des albums - 20

challenge2jelisaussidesalbums

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,


17/03/10

Sous sa rudesse se cachait un monceau de tendresse.

Le_mariage_de_Madame_EdouardMadame Edouard possède un miroir magique, capable de révéler la véritable nature de ceux qui s'y observe. Parce qu'elle se sent un peu seule et mélancolique, Madame Edouard a envie de trouver un mari et passe une petite annonce. Les prétendants ne manquent pas, ils défilent un par un dans son boudoir et passent le test du miroir. Hélas, leurs intentions cachées sont toutes mises à jour : la jalousie du tigre, l'obstination de la mule, la paresse de la couleuvre, la rouerie du renard etc. Madame Edouard est dépitée. Trouver l'homme de sa vie n'est pas chose aisée et sa solitude en devient plus vive. Et par-dessus le marché, son voisin, le Père Poulard, vient rouspéter à sa porte car il y a trop de boucan du fait du défilé des soupirants.

La beauté que voilà ! Cet album m'enchante, parce qu'il est illustré par Muriel Kerba (ça dit peu et tout à la fois), parce que cette élégance et cette poésie se marient (!) à merveille avec le texte de Bernard Villiot. C'est drôle, écrit en rimes, joliment tourné et jamais niais.

... le temps passant, le printemps aidant, le vieux rouspéteur fit une croix sur sa mauvaise humeur. Mille et un cadeaux et autant de petits égards éclipsèrent la mélancolie de Madame Edouard. Et quelques mois plus tard, dans le grand registre des mariages, ...

Un album coloré, joyeux et optimiste, avec une pointe de fantaisie, des rimes rigolotes, de l'amour et de la tendresse, bref j'ai été touchée et plus que ravie !

Existe aussi Le miroir de Madame Edouard.

Le Mariage de Madame Edouard ~ Bernard Villiot / Muriel Kerba
Gautier Languereau, 2009 - 14€

challenge Je lis des albums - 17

challenge2jelisaussidesalbums

16/03/10

Colère noire, bonsoir !

Encore une histoire de CHOSE qui apparaît par miracle et dont on ne comprend pas tout de suite l'existence ... je pense aux albums de Michel Gavin, C'est un monde, et de Jean Gourounas, La tache attaque. Donc, une histoire de chose noire, grouillante, pleine d'énergie, qui vibre et s'excite, qui happe tout ce qui se trouve sur son passage, même la médecine, l'armée ou les chasseurs de démons sont impuissants face à cette chose. Une chose capable d'aspirer la planète, la galaxie et que sais-je encore ?
Un remède existe : la douce parole d'une maman et un baiser qui vole.

colere_noire_bonsoirLe lecteur adulte aura vite compris ce que cache le propos de l'histoire (la colère, et pas n'importe laquelle, la colère noire, s'il vous plaît !). Et même si l'histoire nous parle d'un enfant qui pique sa crise parce qu'il est temps d'aller au lit, là j'évente une partie du suspense, oups désolée, mais c'est juste pour vous encourager à découvrir cet album car j'ai trouvé qu'il pouvait être lu sous plusieurs degrés, qu'on soit un adulte ou un enfant, après tout qui n'a pas connu une colère noire dans sa vie ? Levez la main. Pour aborder ce thème, l'auteur Richard Marnier s'est entouré d'effets de style et a dosé son intrigue d'une bonne louche de suspense, c'est un brin exaltant, surtout si on part dans des délires où l'intensité atteint un stade insupportable. La colère, dans tous ses états, moi je ne vous dis que ça, c'est puissant, c'est angoissant et finalement, comme un ballon de baudruche, lorsque ça se dégonfle, le cri est strident mais ça soulage quand c'est terminé. Et ça peut prêter à sourire.

Gaëtan Dorémus aux illustrations, oui toujours lui ! ... je plaide coupable.

Colère noire, bonsoir ! ~ Richard Marnier / Gaëtan Dorémus
Seuil jeunesse, 2010 - 13,50€

challenge Je lis des albums - 16

challenge2jelisaussidesalbums

 

13/03/10

Certaines cicatrices ne guérissent jamais ...

Patience, patience... Le dernier tome de la série C'était Nous datait d'octobre 2008, des rumeurs couraient sur la mangaka, elle était malade, donc la série était à l'abandon, ce n'était pas sûr que le lecteur sache la suite, argh ! triple argh !

c_etait_nous_soleil_13Et puis, miracle. Le tome 13 est enfin arrivé ! J'ai cru rêver, j'ai pensé à une hallucination, j'ai vérifié qu'il ne s'agissait pas d'une entourloupe (un fanbook était sorti entre-temps). Non, non. Ce n'est pas un mirage, c'est donc bel et bien la suite des amours compliquées entre Nanami et Yano. Servez-vous du tag pour remonter le fil de l'histoire, parce que c'est à la fois long, complexe, superbe, émouvant et vraiment touchant.

L'histoire a commencé sur des amours adolescentes, elle se poursuit à l'âge adulte. Elle montre que les blessures sont toujours vives et que les cicatrices ne guérissent jamais. En apparence, on pourrait croire Nanami heureuse et comblée, auprès de Takeushi, mais lorsque celui-ci demande Nanami en mariage, elle se rebiffe. Yano a été retrouvé, il vit dans la même ville, pourquoi n'a-t-il jamais donné de nouvelles ? Nanami refuse de le revoir, mais c'est plus fort qu'elle... Il faut qu'elle sache. Les souvenirs ne s'effacent pas, il suffit de fermer les yeux et un flot d'émotions revient. C'est bouleversant, la mangaka a su insuffler, en plus de la poésie, beaucoup d'authenticité aux sentiments des personnages. On en a le coeur gros, le ventre noué. C'est très, très beau même si c'est triste.

Il reste encore trop de points de suspension, des silences, des faits inexpliqués. Pourquoi Yano se sent-il lié à l'autre fille, quel rôle joue-t-elle, pourquoi pense-t-elle qu'il la déteste ? Et quels sont ses sentiments pour Nanami ? Lui qui parlait d'éternité... C'est terrible, vraiment déchirant. On sort de cette lecture en se sentant encore plus démuni et impuissant. Trop de questions trottent dans la tête. J'ai envie de savoir. Car, pour l'instant, rien, absolument rien, ne laisse présager une fin heureuse ou un brin optimiste. Le doute est entier, le brouillard encore plus épais, ce tome 13 n'a pas fini de nous perdre !

Ce qu'en dit la critique de Manga News : Mais quelle bêtise ne faisons-nous pas là en lisant ce tome! Car Yuuki Obata ne fait qu'assombrir nos idées, elle nous laisse dans l'incompréhension, le doute et la confusion les plus désagréables qu'ils soient. L'amour, aveugle, se prolonge parfois beaucoup plus longtemps que l'on aimerait. La lutte contre les sentiments ne sert ici plus rien, elle n'est plus d'aucune utilité, et l'héroïne, indécise, l'a tout de même compris.

(...) Malgré le fait qu'il y ait déjà une dizaine de tomes dernière nous, nous restons plongé dans l'histoire, comme au premier tome, même davantage. Le texte, beau, presque poétique, nous fait vibrer, frissonner, et parfois pleurer. Les personnages, leurs gestes, regards et pensées nous pénètrent totalement, nous submergent d'émotions.

...Vivre coûte que coûte, mais aussi, s'abandonner à son cœur, l'écouter, pour enfin se mettre à courir comme un enfant vers sa passion et son envie incontrôlables...

C'était Nous ! tome 13 ~  Yuuki Obata
Soleil Manga, 2010 - 6,95€

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

10/03/10

Caméléons ... Oh ! Hé !

cameleon_bleu

Un caméléon, seul, se lamente de n'avoir pas d'amis.
Ce n'est pas faute de chercher, de se fondre et de vouloir à tout prix ressembler à autrui : un cacatoès rose, une banane jaune, un escargot tourbillon, une sauterelle verte ...
Mais tous lui tournent le dos, le fuient, le regardent d'un drôle d'air.
Près à abandonner, le camaléon va finalement trouver son alter ego parfaitement coloré !

Emily Gravett ne cesse de surprendre son lecteur. Une nouvelle fois, au détour de chaque page tournée, on se surprend à attendre avec impatience la suite de l'aventure. Découvrir la facétie de son imagination. Sourire et apprécier l'humour. Les clins d'oeil, les petites phrases, hello on se fait la paire ?
Jusqu'au génie de la page blanche... faites glisser votre main sur la page, vous comprendrez.

L'histoire est assez minimaliste, ce qui ne signifie pas que l'intérêt soit minime. Au contraire. Les plus jeunes seront sensibles à découvrir les couleurs et les formes, les autres seront sensibles à la beauté des illustrations, à l'humour et au second degré. Mélanie en parle avec beaucoup d'enthousiasme.

Caméléon Bleu ~ Emily Gravett
Kaléidoscope, 2010 - 12,50€
texte traduit de l'anglais par Elisabeth Duval

Une autre histoire de caméléon, la nouvelle coqueluche des lecteurs d'albums, qui sait ?  Ni vu ni connu de Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo (éditions Frimousse, 2009).  Mel en parle sur le blog de la Soupe.

J'en termine avec une nouvelle idée de lecture, dans la série "je suis un héros qui sort de l'ordinaire" : Je veux qu'on m'aime de Leo Timmers.

je_veux_quon_maime

Le héros de cette histoire est - chose peu commune - un corbeau ! Lui aussi est seul et se plaint de ne pas avoir d'amis. Il tente de faire copain-copain avec un trio de petits moineaux trop mignons (une mésange, une perruche, un pinson) mais rien n'est jamais simple. On lui reproche son look de canaille, il adopte le camouflage, la mascarade et autres déguisements colorés, hélas il se plante à chaque fois.

La fin, toutefois, se révèlera cocasse.

Le visuel de cet album est superbe. Le noir du corbeau jure avec le fond blanc et les touches de couleurs autour. Rien n'est surchargé, c'est un bonheur de lecture. Les petits copains du corbeau sont eux aussi très expressifs. Au début, ils ont peur du corbeau, cet inconnu, et puis ils apprennent à le connaître et à ne plus le juger sur son apparence. Encore un très bel album à découvrir ! (Oui, je sais, je n'évoque QUE des albums que j'aime et dont j'estime qu'il faut absolument faire la découverte.)
Soupirs.

Je veux qu'on m'aime ~ Leo Timmers
Milan jeunesse, 2009 - 10,90€
adaptation française d'Etienne Schelstraete

challenge Je lis des albums - 15

challenge1jelisaussidesalbums

09/03/10

Un dragon, ici, dans son lit ?

Le prince Igor n'en revient pas.
Et ce dragon-là est de l'espèce des grands bavards.
Le prince Igor n'a pas le temps de dire un mot que Kalaman lui a expliqué qu'il est en voyage pour trouver une certaine fleur qui pourrait guérir son amie Luminelle, qu'il connaît depuis qu'il est tout petit et qui a attrapé un mauvais rhume en se baignant dans une eau glacée.
Une seule fleur suffirait... mais il ne sait pas à quoi ressemble un camélia.

le_secret_du_soir

Chacun a son secret ... son secret du soir ! Le mien, c'est de ne rien vous dire sur cet album que j'ai trouvé magnifique ! Il vous entraînera vers des voyages fous, décoiffants et magiques, où vous sentirez le vent frais sur votre visage, ou vous jouerez à saute-mouton avec votre nouvel ami  et les cachalots en survolant la mer, et aussi soufflerez sur la fumée des volcans pour fêter des anniversaires imaginaires ...

Encore une histoire qui aide à grandir grâce aux amis imaginaires, qui évoque aussi l'amitié comme briseuse de solitude alors qu'autour de vous, mille trésors vous entourent, vous couvent, vous pèsent un peu plus chaque jour.

Très belles illustrations d'Eric Gasté, qui soulignent la tendre complicité entre les deux personnages.

Merci Cécile !  Une nouvelle fois, tes mots ont su me donner le sourire et m'enchanter. Cet album prouve, lui aussi, qu'il n'y a vraiment pas d'âge pour se plonger dans un album et s'éblouir des images, de la petite musique des mots, etc.

A VOIR :   Cécile Roumiguière – Le secret du soir – Interview

Le Secret du Soir ~ Cécile Roumiguière + Eric Gasté
Milan jeunesse, 2010 - 12€

Gaëlle a aussi beaucoup aimé.

challenge Je lis des albums - 13

challenge2jelisaussidesalbums