29/11/17

Cléopâtre Princesse de l'espace #2: Le voleur et l'épée, de Mike Maihack

Cleopatre princesse de l'espace 2Après l'excellente introduction du tome 1, on retrouve l'héroïque Cléopâtre dans de fabuleuses aventures qui mêlent amitié, action, humour et science-fiction. C'est franchement génial ! La future souveraine a été téléportée dans un monde bardé de technologies nouvelles, pour apprendre qu'une prophétie avait annoncé son arrivée, car elle est destinée à sauver la galaxie. Au lieu de tomber à la renverse, l'intrépide Cléo ne cache pas sa joie à l'idée de s'entraîner au tir et de brandir un pistolaser. Toutefois, elle ignore encore ce qu'on attend d'elle - récupérer un sabre sacré au milieu d'une horde de robots-zombies ? check. Mais d'autres enjeux restent à venir. 
Le soir du grand bal des flocons, auquel Cléo se rend pour ne pas décevoir son amie Akila, notre casse-cou trompe son ennui en rencontrant Zaïd, le bad boy de la classe, puis comprend qu'un intrus s'est faufilé sur la base pour dérober la précieuse épée de Kebechet. Sans hésiter, elle se lance à sa poursuite avant d'être contrainte à renoncer. La jeune fille va également apprendre l'origine de sa venue dans le futur et ainsi comprendre que son sort n'est plus entre ses mains, car elle peut à tout moment être renvoyée chez elle, avec ou sans son consentement, si les deux tablettes temporelles sont réunies. 
Pour empêcher cette catastrophe, Khensu, le mentor de Cléo, organise une grande expédition vers Hykosis et espère intervenir à temps pour contrer les plans d'Octavien - un semblant de Dark Vador qui rêve lui aussi de conquérir la galaxie et a engagé le voleur pour dérober l'épée de la fille d'Anubis. Dans quelles intentions ? Le conseil ne se doute de rien mais redoute le pire.
Ce deuxième épisode de la série confirme largement son potentiel en assurant une lecture débordante de couleurs, de pep's, de scènes d'action et de mystères saupoudrés à haute dose. Le graphisme aussi est éclatant et fait étalage de pleines pages de courses ou d'acrobaties tout à fait impressionnantes. Une très chouette bande-dessinée, originale et enthousiasmante.

Milan, coll. Grafiteen, 2017 - Trad. Marion Roman

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23/11/17

Yin et le dragon #2 : Les écailles d'or, de Richard Marazano & Xu Yao

Yin et le dragon les écailles d'orCe deuxième épisode se lit le cœur battant, au rythme des événements rapportés dans l'urgence. D'un côté, l'armée japonaise a envahi les contrées chinoises et asservi le peuple, se livrant au passage à des massacres de grande échelle. Mais au fond de l'océan, une autre colère gronde - celle du Dieu Xi Qong, maître des Dragons. La jeune Yin et son grand-père sont probablement les seuls êtres humains alertés du phénomène, puisqu'ils ont planqué dans leur hangar un dragon d'or, Guang Xinshi, ancien adversaire de poids du dragon noir. Il y a aussi ce soldat qui rôde autour de leur vieil atelier de pêche... un rival digne de confiance ? Il appartient à tous de reconsidérer sa position dans ce maelström de drames et de suspense. C'est un nouveau pas dans la série, avec une intrigue menée tambour battant, où s'installent également des enjeux à double tranchant. Certains détails sont probablement survolés, mais le public ciblé n'y attachera qu'une modeste importance, car l'essentiel est bel et bien présent : le duo formé par la petite-fille et son grand-père est toujours aussi attachant, la bande de gamins des rues n'est jamais à cours de bonnes idées chevaleresques, et la légende sur les dragons est fascinante ! Esthétiquement, la bande dessinée est plongée dans la pénombre, ce qui accentue la sensation de danger imminent. On ressent l'attente, la prudence, la tempête à venir... C'est une atmosphère moins guillerette, mais la lecture séduit instantanément pour toutes ses richesses. Il y a du charme, de la magie et une vraie tension dramatique, un rendez-vous destiné au jeune public qui fait aussi de l'œil au plus grand nombre !

Rue de Sèvres, 2017

SÉRIE EN 3 TOMES

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22/11/17

Fleur de Bambou #1: les Larmes du Grand Esprit, de Richard Marazano & Cat Zaza

Fleur de Bambou les Larmes du Grand Esprit

Une fleur de bambou, ça ne présage rien de bon pour la forêt. En découvrant ce mauvais signe, Panda Roux alerte aussitôt le Conseil de la Vallée, lequel décrète une expédition de la dernière chance - à savoir, se rendre au-delà de la rivière et rencontrer le Grand Esprit de la Forêt pour négocier ses précieuses larmes magiques, qui permettraient de replanter toute une forêt de bambous ! Panda Roux parvient à convaincre la Fouine, créature craintive, et la Fille des hommes, réfugiée dans une épave d'avion, de s'élancer ensemble dans cette aventure périlleuse. La joyeuse bande va notamment se heurter à l'hostilité des singes, dont le versatile chef Orang-Outan, qui accorde un droit de passage à la seule condition de partir sous l'escorte du lieutenant Gorille, lui-même mandaté d'une mission secrète. Voilà qui annonce un parcours semé d'embûches et de rencontres surprenantes !

À mi-chemin entre le récit poétique et la quête mystique, l'histoire ne manquera pas de toucher le jeune public, déjà séduit par un graphisme vaporeux, aux teintes douces et apaisantes. On retrouve ensuite toutes les bonnes ficelles des séries à succès : des personnages attachants, de l'humour et une épopée débordante de pep's. S'ajoute un message sous-jacent sur la nature à préserver contre la folie des hommes, ou l'ambition dévorante qui rend forcément plus bête... En bref, la lecture est fraîche, agréable et entraînante. Une découverte charmante, pour lecteurs dès 10 ans. ☺ 

Richard Marazano est auteur de plus de 70 albums, dont Yin & le Dragon chez Rue de Sèvres en 2016. Cat Zaz– de son vrai nom Caterina Zandonella – a publié plusieurs livres jeunesse dont La fille du Calligraphe, sélectionné pour le Prix des Incorruptibles 2014/2015. 

Rue de Sèvres, 2017

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17/11/17

Geisha ou Le jeu du shamisen, de Christian Perrissin & Christian Durieux

geishaJapon, 1912. La famille de Setsuko Tsuda quitte leur village de campagne pour s'installer en ville dans l'espoir d'une vie meilleure. Ancien samouraï, l'homme est fier mais accepte les petits boulots, jusqu'au jour où, suite à un accident de tramway, il devient éclopé. La misère ronge leur foyer, le père s'oublie dans l'alcool, puis prend la décision de vendre sa fille à l'okiya Tsushima. Coup dur pour la fillette de dix ans. La patronne lui réserve un accueil froid et implacable - elle juge son physique ingrat et son visage peu harmonieux. Elle change aussi son nom pour Kitsune, “la renarde”. L'enfant suit néanmoins une éducation de qualité et fait l'apprentissage des arts (chant, danse, prestance, musique, thé). Elle assiste également ses grandes sœurs, les geisha, mais subit les foudres de Komayo, la favorite. S'exerçant en secret au shamisen, une guitare à trois cordes, Kitsune révèle un véritable don qui lui assure une porte de secours, contrairement à sa camarade Kingyo, une jolie fille sans réel talent, qui n'échappera pas à sa destinée de servante ou prostituée. Quelle lecture captivante ! C'est avec un intérêt grandissant que j'ai suivi le parcours romanesque de la jeune Setsuko, devenue Kitsune, plongée dans les coulisses d'une vénérable maison de geisha. On y découvre un monde secret, à la hiérarchie pointilleuse et dont le respect pour la tradition est éminemment appliqué. Le tout baigne dans un esthétisme soigné, en noir et blanc, idéal pour accentuer le raffinement et la nostalgie d'une époque. Il s'agit cependant de la première partie d'un diptyque - je l'ignorais - d'où ma frustration au moment de tourner la dernière page car j'en voulais encore ! En attendant, je suis sous le charme, ravie de cette bande dessinée qui incarne magnifiquement la fascination qu'exercent les geisha, et qui rend hommage aux femmes cultivées qu'elles étaient, sans sombrer dans une panoplie de clichés ou fantasmes graveleux. Une lecture passionnante, à la fois délicate et mélancolique. Très, très bon ! ♥

Futuropolis, 2017

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Et il foula la terre avec légèreté, de Mathilde Ramadier & Laurent Bonneau

et il foula la terre avec legerete

Jeune ingénieur parisien, travaillant pour une compagnie pétrolière, Ethan se rend au nord de la Norvège, sur les îles Lofoten, pour étudier les gisements de pétrole. Sur place, c'est le choc. Choc des cultures. Choc des paysages. Choc des rencontres. Choc des enjeux. Sans s'y attendre, Ethan revoit ses priorités et remet sa propre existence en question. MAZETTE ! Cette bande dessinée se contemple et se dispense de commentaires. Tout est magnifique - les planches superbes, dignes de vrais tableaux paysagers, avec des couleurs toutes plus splendides. J'étais impressionnée. Le texte est plus sobre - le parcours d'Ethan est tracé sans remous - mais la portée de son récit va au-delà de la simple narration, car ce texte force évidemment à réfléchir et nous fait découvrir l'écologie profonde du philosophe Arne Næss (Une écosophie pour la vie). C'est beau, c'est pur, c'est bouleversant. C'est tout à la fois un voyage poétique, une réflexion sur le monde de demain, un dépaysement inégalable, un retour aux sources, une vrai magie. Une révélation. Franchement top ! 

« Être là, ce n’était pas simplement chercher ses repères et reconstruire le connu. Il fallait se rendre disponible. Être à l’affût des moindres choses pour comprendre ce nouvel environnement, l’expérimenter. »

Résultat de recherche d'images pour "et il foula la terre avec légèreté futuropolis" Futuropolis, 2017

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15/11/17

Watertown, de Jean-Claude Götting

WatertownPhilip Writing mène une existence paisible à Watertown, petite ville du Massachusetts. Paisible, pour ne pas dire insipide. Simple employé dans une compagnie d'assurances, il vit seul dans un appartement sans charme et termine ses journées en buvant de la bière avant de se coucher. Un matin, il s'arrête, comme à son habitude, dans la pâtisserie de M. Clarke pour y acheter un muffin. Au moment de saluer Maggie, la vendeuse, celle-ci lui annonce qu'elle ne sera plus là demain. Or, le jour d'après, Clarke est retrouvé mort dans sa cuisine. Maggie a bel et bien disparu. Deux ans plus tard, lors d'une visite chez son frère à Stockbridge, Writing croise dans une boutique d'antiquités le sosie de Maggie Laeger. Elle prétend pourtant s'appeler Marie Hotkins et nullement le connaître. Chiffonné, notre homme ne renonce pas si facilement et va rapidement élaborer de folles théories. Il entraîne, dans son sillage, un journaliste proche de la retraite, lequel va également connaître une fin tragique. C'est assez pour titiller la curiosité de notre homme et le plonger dans une folie obsessionnelle. Woow, que de mystères ! Et c'est franchement une réussite. Dès la première page, l'histoire nous accroche, dévoilant un scénario énigmatique et captivant. L'esthétisme est assez austère et d'une grande sobriété, mais conforte ce sentiment de climat lourd en secrets et autres faux-semblants. L'ensemble n'en demeure pas moins hypnotique. En faisant référence à un “polar hitchcockien”, l'éditeur ne se trompe pas. On retrouve aussi tous les codes du roman noir des années 60 - un héros solitaire, qui oublie la vacuité de sa vie en s'improvisant détective, une beauté blonde impénétrable, des disparitions étranges, une police démissionnaire, des petites villes paumées... C'est tout bon. Ambiance frileuse pour lecture envoûtante. Une découverte de choix !

Casterman, 2016

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Les petites victoires, par Yvon Roy

LES PETITES VICTOIRESChloé et Marc sont amoureux, ils vivent ensemble et décident d'avoir un enfant. Naît alors le petit Olivier, adorable poupon qui comble de joie ses parents. Et pourtant, les mois passent et le jeune couple n'ose admettre que leur fiston “a quelque chose”. Au bout d'un an, Olivier ne parle pas, il joue dans son coin ou reste scotché devant Rififi le lapin à la télé. Après quelques tests, le verdict tombe - l'enfant est autiste. La bulle de bonheur éclate. Pour Marc, toutes ses illusions s'effondrent. Et avec elles, viennent les doutes, la colère, l'incompréhension. Le couple est brisé. Seul avec son garçon, Marc va se ressaisir et mettre en place tout un cérémonial pour percer le monde secret de son fils. Lui apprendre à le regarder dans les yeux. Lui ôter ses angoisses. Calmer ses pleurs. Lui donner goût aux traditions. Couper son addiction à la télé. Rendre la réalité concrète. Chanter des chansons débiles. Aller au camping. Savourer toutes ces petites victoires qui jalonnent leur quotidien - entrer à l'école, intégrer une classe normale, faire des câlins... Voilà une lecture qui vous porte vers le haut avec son message positif et plein d'amour ! Je n'ai pas seulement été touchée par le combat de Marc, mais j'ai adopté comme lui le refus de baisser les bras, de demeurer passif face à ce coup du sort. Certes, Marc doit renoncer à des rêves (transmettre ses romans jeunesse gardés exprès pour son fils), à des clichés (quelle vie ? quel avenir ? pourra-t-il avoir une copine ?). Sa détresse est perceptible, elle se comprend et se partage, mais Marc est aussi un homme pugnace, qui choisit de mener son combat contre l'inaction. Il raconte ainsi chaque petit rituel mis en place, chaque petite évolution venue shooter la maladie, et ainsi déjouer les pronostics d'une défaite annoncée. C'est un parcours admirable, où se tisse une relation exceptionnelle entre un père et son fils, le tout dans un graphisme épuré, tout en noir et blanc, et pourtant très expressif. Une lecture pleine de tendresse et d'espoir. ♥

Rue de Sèvres, 2017

Feuilletage en ligne

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14/11/17

Pêle-Mêle : Bart is back + Comment sauver son couple en dix leçons (ou pas) + La BD de Soledad

Bart is backEn 2015, un fait divers sordide fait la une des journaux en Floride - un chat enterré depuis cinq jours est sorti de la tombe sous le nez de son propriétaire abasourdi. L'animal a aussitôt été surnommé Zombie Cat. S'inspirant de cette histoire, Soledad Bravi imagine à son tour la folle épopée d'un chat ressuscité à travers ses neuf vies. Et croyez-moi, c'est trash ! Sitôt revenu à lui, après avoir été aplati par un camion, Zombie Cat est déchaîné après les humains et bouffe tout ce qu'il trouve sur son chemin, il parvient aussi à réveiller la fibre révolutionnaire chez ses camarades et les incite à redevenir sauvages. Puis Zombie Cat se lance dans la chanson, subit une chirurgie réparatrice, prend des vacances et s'envole en Chine. Là-bas, il sera kidnappé, séquestré, bouilli, rasé, enduit de glutamate, égorgé, grillé au chalumeau, vendu en sucette sur le marché... STOP ! C'est particulièrement dégoûtant, mais d'un humour caustique décapant. C'est féroce, mais piquant. Après tout, l'auteur dénonce les pratiques douteuses concernant la culture alimentaire en Asie, mais l'auteur retourne la question : voudriez-vous être une oie à Noël ? un agneau à Pâques ? et tout le reste de l'année, un cochon, un bœuf, un poulet, un lapin, un cheval ? ... À bon entendeur, salut. ☺

Bart is back, de Soledad Bravi

Folio BD, 2017

 

-------------------------------

 

Comment sauver son couple en dix leçonsJ'ai pour habitude de lire les albums jeunesse de Stephanie Blake, d'où ma grande surprise de la découvrir dans ce registre pour public adulte, où elle explore des facettes de son talent et de son humour au-delà des attentes usuelles. Et c'est tant mieux. Elle raconte donc l'histoire d'un couple usé par les années de mariage, du moins la femme est en pleine crise existentielle et aspire au renouveau. Mais elle doute. Elle s'interroge sur la vie à deux, elle fantasme et hésite à tout plaquer. Elle décide donc de mettre en pratique “10 leçons” de survie, qui conduisent souvent à la déconfiture. Ce portrait de couple est fatalement dans le vrai et renvoie des reflets que le lecteur percevra ci ou là pour son compte personnel. Surtout, n'y voyez aucune prétention à vous sortir de la mélasse, tout est à prendre au second degré. En clair, c'est délicieusement revanchard, sans réelle volonté de changer la donne, ni de bousculer les idées reçues. C'est plein d'humour et très actuel, mais surtout truffé de dérision avec une chute qui prête à sourire ! ☺

Comment sauver son couple en 10 leçons, de Stephanie Blake

Folio BD, 2017

 

-------------------------------

 

Pour rappel, on retrouve également l'univers récréatif de Soledad Bravi dans des compilations annuelles, qui regroupent toutes les planches parues dans ELLE, et qui racontent des tranches de vies pleines de légèreté et d’autodérision. Avec des illustrations inédites et d'autres surprises. 

BD DE SOLEDAD 1 BD DE SOLEDAD 2 BD DE SOLEDAD 4 

La BD de Soledad, Rue de Sèvres

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25/10/17

Shaker Monster #2 : Zigotos incognito, de Mathilde Domecq & Mr Tan

shaker monster zigotos incognitoPour Justin et Gwen, la relation entre frère et sœur ressemble à une perpétuelle partie de taquineries qui se soldent sur d'inévitables chamailleries. Il faut dire aussi que le petit frère n'en loupe pas une pour se mettre dans le pétrin, comme introduire en douce le shaker magique à l'école ! Gwen a les sens en alerte et prédit une mauvaise journée. Bim, cela ne loupe pas, une fâcheuse manipulation plus tard, un monstre dévoreur de livres est en roue libre dans les couloirs de leur école. Panique à bord, le voilà qui se rue vers la bibliothèque où il se met à croquer des rayons entiers sans se soucier du monde alentour. Le plus drôle, c'est qu'à force d'avaler des encyclopédies, notre monstre se transforme en érudit et va changer du tout au tout son comportement !

Ce deuxième tome est toujours aussi réjouissant à parcourir, cf. le tome 1 (Tous aux abris) pour se rafraîchir la mémoire. On retrouve dans cette bande dessinée le pep's, la bonne humeur et le rythme endiablé qui avaient déjà su nous séduire. Cette fois, on croise de drôles d'énergumènes sous forme de monstres bibliovores ! Et malgré leurs bisbilles, nos deux héros doivent encore se serrer les coudes pour que tout rentre dans l'ordre en toute discrétion, mais c'est vite dit, car la situation dégénère en un clin d'œil et les créatures du Shaker Monster ont tôt fait de semer la zizanie.

La lecture est définitivement virevoltante, ça court, ça crie, ça glousse à chaque coin de page. Cela se lit de gaieté de cœur et c'est tout à fait charmant !

GALLIMARD - Collection Bandes dessinées hors collection 
Date de parution Octobre 2017

12/10/17

Les dragons de Nalsara #1 : L'île aux Dragons, de Marie-Hélène Delval, Pierre Oertel & Glen Chapron

Cette série de Marie-Hélène Delval fait le bonheur des jeunes lecteurs depuis 2008 et compte pas moins de 20 petits romans dont le succès n'a jamais démérité. Son adaptation en format BD donne non seulement la possibilité à un nouveau public de faire sa découverte, ou permet tout simplement de raviver les souvenirs des lecteurs déjà conquis. Et c'est vrai que la lecture est particulièrement enchanteresse, pleine de rythme et d'imagination. Je ne suis plus surprise de l'attrait qu'elle exerce auprès des plus jeunes !

Les dragons de Nalsara

Cham et sa sœur Nyne vivent sur l'île aux dragons avec leur père Antos, Grand éleveur du royaume d'Ombrien. Tous assistent avec fierté à l'éclosion de deux œufs, mais s'interrogent sur le troisième, trouvé sur la plage, car il est froid et reste hermétiquement clos. Refusant de croire que l'animal est mort, Nyne casse elle-même la coquille et adopte aussitôt la créature qu'elle rebaptise Vag. De son côté, Cham noue aussi une relation exclusive avec l'un des dragonneaux et lui donne secrètement le nom de Nour, malgré l'interdiction de son père. En effet, ces derniers doivent être envoyés à Nalsara, la capitale du royaume, où ils seront confiés à des dragonniers pour leur future fonction d'armée du roi. Par chance, les enfants vont recevoir une invitation pour être du voyage et accompagner les dragonneaux jusqu'en ville. Là, de nouvelles péripéties les attendent, avec en bonus des détails sur leurs origines et des secrets sur leur mère disparue.

Voilà qui promet de belles heures de lecture dans la poursuite de cette série qui allie le souffle romanesque à l'imaginaire fantastique, tout en propulsant deux jeunes héros intelligents et intrépides dans des aventures passionnantes ! L'univers graphique est charmant et livre de belles séquences d'action et d'émotion toutes en couleurs. L'adaptation est réussie, avec une présentation expéditive du monde foisonnant de Nalsara, mais la lecture n'en demeure pas moins engageante. Conseillée à partir de 8 ans.

BD Kids, 2017

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,