26/03/19

Un été d'enfer ! de Vera Brosgol

Un été d'enfer Vera BrosgolVoilà une BD assez caustique dans son genre.
L'histoire raconte l'expérience traumatisante d'une gamine de neuf ans qui s'imaginait vivre des vacances inoubliables en partant camper quinze jours en pleine forêt. C'était son modèle de l'American Way of Life (Vera est originaire de Russie).
La désillusion sera énorme car la vie en pleine nature n'est pas une image de carte postale : hygiène douteuse et petites bestioles porteuses de la rage. Sans oublier les WC sauvages, baptisés Hollywood pour vendre du rêve. C'est la descente en Enfer pour Vera. 
Elle qui avait fait des pieds et des mains auprès de sa mère pour s'inscrire en camp scout comprend vite son erreur. Ses camarades non plus ne lui rendent pas la vie facile : c'est la plus jeune et la petite nouvelle du groupe. Elle n'a pas de seins, pas de soutif, pas de règles. Les filles sont sans pitié et se moquent d'elle en la tenant à l'écart. Les épreuves qui opposent garçons contre filles sont humiliantes (le jeu consiste à voler le drapeau de l'autre puis d'infliger des gages au perdant). Aucun esprit d'équipe. Plaisir sadique à écraser les plus faibles. Bisbilles entre nanas aux hormones bouillonnantes. On n'est pas loin du goulag avec une fabuleuse ambiance délétère.
Du moins, tout est rapporté d'après la vision de Vera. Elle condense ainsi le meilleur et le pire dans cette histoire tirée de souvenirs personnels - à quelques exagérations près. Mais elle produit une bonne histoire, non sans dérision et envie de partager l'envers du décor pour tous les pleurnicheurs de la planète. On a le droit de détester les colos et le camping ! On se sent aussi moins seul de vivre un été difficile et solitaire à la lecture de cette BD trop rigolote.

Rue de Sèvres, 2019 - traduit par Alice Delarbre

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


07/03/19

Pêle-mêle séries en BD : Yin et le dragon - Spill Zone - Aliénor Mandragore

yin_et_le_dragon_couv

Époustouflant final de cette série se déroulant dans la Chine des années 30, sur fond de guerre sino-japonaise et de légendes sur les dragons, autour d'une épopée bouleversante.

Au-delà de la couverture magnifique, l'histoire nous embarque dans un face-à-face glaçant entre la petite Yin et le terrifiant dragon noir, déterminé à exterminer l'espèce humaine. Beaucoup d'intensité et de drame dans ce dernier rendez-vous et une parenthèse mystique dans son dénouement : quelle surprise !

Heureusement, la connivence entre la fillette et ses amis est vraiment touchante et distille une pointe de tendresse dans ce grand champ de désolation. Une série étonnante et riche en émotions.

Yin et le Dragon (T3) : Nos Dragons Éphémères, par Marazano & Xu Yao

Rue de Sèvres (2019) - SÉRIE EN 3 TOMES (T1 / T2)

 

spill_zone_couv

Suite et fin de cette série écrite par Scott Westerfeld, auteur connu pour la série Midnighters, Leviathan ou Uglies. Spill Zone est son premier album BD. 

Le premier tome avait présenté les personnages et le contexte, puis s'était bouclé sur une étrange révélation concernant la petite sœur d'Addison et sa relation avec sa poupée (démoniaque). Cette fois, l'histoire passe à la vitesse supérieure : les forces malveillantes sont plus coriaces que jamais. Addison cherche à quitter la zone mais Vespertine va l'en empêcher en prenant possession du corps de Lexa. L'intervention de Don Zae pourrait être sa porte de secours... mais peut-on faire confiance à ce mystérieux garçon surgi de nulle part ?

Les secrets de la Spill Zone seront également révélés, en attendant la lecture est sombre et très nébuleuse. Difficile de succomber à une telle atmosphère, même si son suspense est tenace. Le dénouement est aussi vague et étonnant que promis. À lire pour les aficionados de l'auteur.

Spill Zone (T2) : Le vœur brisé, de Scott Westerfeld & Alex Puvilland

Rue de Sèvres (2019) - SÉRIE EN 2 TOMES

 

couv_mandragore_t4

L'aventure entraîne notre sémillante héroïne - Aliénor Mandragore - sur le territoire des Korrigans. La fée Morgane voudrait récupérer un objet confié autrefois à leur roi, mais pour y parvenir, la fille de Merlin et son camarade Lancelot vont devoir se heurter à un vrai casse-tête. Car les Korrigans ne sont pas aimables, pas conciliants, pas accueillants, bref pas du tout inoffensifs. Nos deux amis vont en faire l'amère expérience.

L'aventure est une fois encore pleine de verve, d'humour et d'enchantement dans cette relecture des légendes de Brocéliande ! Pour accompagner cette joyeuse frénésie, attendez-vous également à toujours plus de nostalgie et d'émotion. Aliénor s'interroge sur son propre destin et hésite à affirmer son désir secret d'emprunter une autre voie, sans décevoir les attentes de son père... Merlin, farouchement allergique à son triste sort. Lancelot ne faillit jamais, même si son dévouement va se retourner contre lui. Ce sont ainsi des séquences tantôt délicates tantôt cocasses (la chorégraphie improbable dans le labyrinthe... trop drôle !) qui laissent apparaître une grande profondeur à cette série très attachante. Laissons-lui poursuivre son chemin clopin-clopant. C'est un pur bonheur et un plaisir sans cesse renouvelé de replonger dans cet univers fascinant.

Aliénor Mandragore (T4) : Le chant des Korrigans, de Séverine Gauthier & Thomas Labourot

rue de Sèvres (2018)

 

19/11/18

C'est pas du polar... mais ça craint quand même ! de Bruno Heitz

c'est pas du polar gj

Jean-Paul reçoit la visite d'un journaliste qui cherche par tous les moyens à guérir la dépression de sa femme.
Cette dernière vit en effet un sevrage difficile car elle a dévoré tous les romans de son auteur fétiche (Gaston Sidérac) lequel vient d'annoncer qu'il arrêtait sa série des Enquêtes du commissaire Grosjules. Le couple a donc mis au point un plan tordu afin d'attirer l'homme dans un appartement où ils veulent le séquester, en tout bien tout honneur, pour l'inciter à écrire, écrire, écrire.
Mais que vient faire notre Jean-Paul dans cette affaire ? Rien, ou presque. En vérité, l'épouse du journaliste n'est autre que cette chère Jacotte, son ancienne dulcinée. Quoi de plus logique de faire appel à lui pour les soutenir dans leur croisade...
Comme toujours, chez Bruno Heitz, l'aventure va partir en sucette mais les séquences saugrenues ne vont pas manquer ! Les amateurs de Simenon y retrouveront aussi des clins d'œil et une ambiance proche des romans de Maigret dans ce vaudeville parodique et haut en couleur. Résultat, c'est truculent à souhait.
Ce quatrième volume des mésaventures de Jean-Paul, anti-héros par excellence, est fidèle aux attentes. Les personnages sont tous grotesques et un peu cinglés, sans méchanceté pure et dure. Cette fois, même notre Jean-Paul est aussi le dindon de la farce.
Verdict final, c'est réussi. On rit et on passe un vrai bon moment. À la prochaine !

Gallimard BD (2018)

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14/11/18

Eden, Tome 1 : Le visage des sans-noms, de Fabrice Colin & Carole Maurel

eden le visage des sans nomsProche de son quinzième anniversaire, Jonas se prépare à l'Ascension, un concours d'entrée pour intégrer les Élus. Sa sœur Hélix a déjà obtenu son sésame et attend avec impatience de revoir sa famille.
Or, il semblerait que d'autres voies informelles permettraient d'atteindre le sérail et ainsi échapper à sa modeste condition. Au cœur de la ville, la classe laborieuse tire la langue pour joindre les deux bouts, tandis que les élus conservent le privilège de l'éducation et du pouvoir.
La colère gronde dans les ruelles sombres, les silhouettes se faufilent, les oreilles sont grandes ouvertes, les espions font leur sale besogne. Car la révolution est à l'œuvre chez des activistes qui refusent de se planquer davantage.
Jonas en découvre l'ampleur, un peu brutalement, et doit choisir son camp entre loyauté familiale ou ambition personnelle. Que décider ?
Un début de série engageant, asez lisse et ordinaire, car sans grosse surprise. On retrouve dans le scénario toutes les ficelles des romans dystopiques qui ont déjà fait recette : un monde en ruines, une cité bâtie sur les vestiges d'une autre (ici Phoenice est l'ancien San Francisco), le système de castes et la révolte en marche. Voilà, voilà.
La lecture n'est pas désagréable, ni inintéressante, mais j'attends plus de révélations, plus de rudesse et de prospection, car pour le moment je ne suis pas renversée par la tournure des événements. L'univers graphique est charmant. Série en cours.

Rue de Sèvres, 2018

 

Posté par clarabel76 à 11:20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Marco & Co : Adieu veaux, vaches, cochons..., d'Olivier Jouvray & Sylvain Bec

marco and co gjMarco est un petit gars de la campagne, qui a grandi à la ferme avec ses parents, parmi les veaux, vaches, cochons... Mais Marco rêve d'une vie d'artiste. Passionné de dessin, il tente sa chance en s'inscrivant dans une école à Paris, n'imaginant pas encore la possibilité d'y être accepté (notre ami a une tendance chronique à se sous-estimer).
La nouvelle lui tombe sur le bec, bim, Marco a décroché son billet d'entrée. Pour ses parents, c'est aussi la remise en question car il faut organiser le départ de Marco (leur fiston les quitte pour la grande ville, bouh ouh ouh), mais surtout il faut négocier avec Grand-mère Cloclo, une pure citadine qui ne mâche pas ses mots et pense que son gendre est un plouc.
Là aussi, grosse surprise, mamie accepte d'héberger son petit-fils et ne fait pas les choses à moitié. Quand le garçon débarque en avance, pour tâter le terrain, il a déjà un avant-goût de la vie qui l'attend. Déception ? Pas du tout. Marco pressent qu'un nouveau chapitre est en train de s'écrire : vie de château et vie de bohème, c'est tout bon. Notre Marco peut dire adieu à ses racines. Sans le moindre état d'âme.
Franchement, c'est drôle car les personnages sont impayables et grossièrement caricaturaux (à juste titre). Ils collectionnent les situations burlesques, lesquelles s'enchaînent dans des courtes séquences aux chutes folkloriques. C'est vif et farfelu. Légèrement saugrenu. Mais on adore ce ton décalé et plein d'humour.
Cette nouvelle série (prépubliée dans Spirou) va régaler un nouveau public amateur de dérision. On cautionne, à fond.

Gallimard BD (2018)

 

Posté par clarabel76 à 11:20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


L'Ogre amoureux, de Nicolas Dumontheuil

L'ogre amoureuxLe comte de Barback est un ogre horrible et terrifiant ! Comme son nom l'indique, il adore la viande, la viande, rien que la viande. Il en mange tout le temps. Les habitants ont d'ailleurs appris à composer avec son appétit vorace et ne chôme pas pour lui fournir du bétail à profusion.
Un matin, c'est un renard roux qui est livré au comte. Un renard pas très malin, puisqu'il a été fait prisonnier bêtement en voulant croquer quelques poules dodues. Son compère l'ours l'avait pourtant prévenu, mais allez raisonner un renard affamé...
Dans son malheur, Maître Renard a du bol car Barback est persuadé qu'il détient un pouvoir divinatoire. L'ogre doit prochainement se marier, il est fou amoureux mais ignore tout de sa fiancée. Grotesque, pensez-vous. Ce n'est qu'un début.
Car Barback et Renard partent ensemble à la noce. Ils auront tout lieu de discuter du bout de gras en chemin... Mais ce périple s'annonce également pittoresque. Renard veut se faire la malle, Gros Louis veut le sauver, Barback est doté d'un flair infaillible, et même les petits vieux aux manières doucereuses sont redoutables ! Oh punaise.
Cest affolant de cruauté et de loufoquerie... mais c'est tellement bon à lire ! Ce conte est décapant dans le genre : à bas les clichés et le sirop. On est loin de la lecture gentillette : l'humour est féroce, les personnages sont tous des affreux jojos, l'histoire se barre dans tous les sens et on absorbe tout ça avec des yeux hallucinés.
Verdict : j'ai bien rigolé !

Futuropolis (2018)

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12/11/18

Didier, la 5ᵉ roue du tracteur, de Ravard & Rabaté

didier la 5e roue du tracteurIl n'y a pas que l'amour dans le pré... il y a aussi l'humour !
Didier est un fermier au physique bedonnant. Il a 45 ans. Il est célibataire. Un matin, après une visite chez le médecin, il réalise qu'il n'a jamais connu l'amour et décide de se lancer. Pourquoi pas sur Meetic ? Sa sœur Soazig rédige une petite annonce, peaufinant le portrait du Didier, proche du cas désespéré.
Mais ne le blâmons pas, car notre ami est franchement impayable. En effet, Didier aime sa routine, sa liqueur de poires, ses vaches, le cyclisme, les copains... notamment Régis, un collègue qui vient de tout perdre et qui se refait une petite santé chez Soazig et Didier.
Entendons... tournée des foires, buvette, galette saucisses, concours de sillon, course de cochons et j'en passe. Il fait bon vivre dans ce petit coin de Bretagne, à la campagne, où l'ambiance est joyeuse et salutaire.
Quid de l'amour ? Cela ne manque pas non plus. Cela déboule sans crier gare, cela déborde et cela vous noue une étonnante relation, je ne vous raconte pas, même notre Didier crie pitié, il n'est pas une machine à sexe ! Ha, ha.
Ça peut paraître naïf mais c'est une BD qui fait chaud au cœur. On s'attache aux personnages, on sourit à leurs petites histoires. Jamais on ne cherche à se moquer d'eux. Au contraire. On rencontre des hommes et des femmes ordinaires, avec leurs problèmes et aussi leurs désirs un peu fous. On les quitte presque à regret car on a passé un vrai bon moment avec eux.
C'est doux, c'est tendre, c'est drôle. Une touche de poésie, une dose de sourire. Hop, une très chouette lecture !

Futuropolis (2018) 


Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09/11/18

Pêle-mêle : Shaker Monster - Margo Maloo - La Grande Aventure de Concombre

Tourbillon d'émotions, de rires et de rencontres... on ne se lasse pas !

Shaker Monster Joyeux bazarTroisième volume de la série où l'on retrouve Gwen et Justin, qui sont sœur et frère et qui possèdent, en secret, un shaker magique (capable de produire des monstres). Jusqu'à présent, leurs expériences ont toutes semé la zizanie. Est-ce qu'ils vont enfin se résoudre à un peu de calme et de sérénité ? Après tout, c'est l'anniversaire de Gwen. Toutes ses copines se bousculent dans le jardin. La fillette croise les doigts pour que sa journée se déroule sans souci. Raison de plus pour interdire son frère de se joindre aux festivités. Mais celui-ci est vexé et décide (avec la complicité de son grand-père, damned) de bidouiller un petit cocktail à sa façon. Oh, oh... c'était sans savoir que le jus d'orange était mauvais, vraiment mauvais pour les monstres ! En avant pour une lecture rigolote, pleine de peps et de couleurs. C'est une explosion de bonne humeur, de gags et de délires qui compose cette BD. C'est très bon. On sourit tout du long, on glousse, on est de mèche avec les bêtises de l'un et on compatit avec l'exaspération de l'autre... mais que de connivence, au final ! Cette série est franchement sympathique.

Shaker Monster : Joyeux bazar ! de Mr Tan & Mathilde Domecq

Gallimard BD (2018)

============================


Margo maloo gjRetour à Echo City, la ville où les monstres ont fait leur nid et où l'intrépide Margo Maloo veille à préserver l'équilibre entre eux et les humains. Ces derniers ne doivent jamais suspecter leur existence, et inversement les créatures de l'ombre ne peuvent importuner les âmes terrestres. Margo Maloo est une détective efficace, assistée de Charles Thompson, un jeune blogueur trop curieux mais toujours prompt à répondre présent pour se faufiler dans des centres commerciaux désertés, la nuit, à la rencontre de vampires ou en quête d'une famille de farfadets... Brrr, c'est faussement effroyable, en dépit de l'ambiance ténébreuse et lugubre. Et même si les silhouettes aussi peuvent inspirer quelques frissons, c'est tout le contraire : l'histoire est étonnamment enjouée et cocasse. Ce doux contraste offre ainsi une immersion déroutante et néanmoins excitante à découvrir ! La série trace sa route, poco a poco. Un peu de suspense et de rencontres qui font dresser les poils sur les bras... vous êtes surs, vraiment ? En tout cas, les plus jeunes ne disent pas non.

Les effroyables missions de Margo Maloo : Gang de vampires, par Drew Weing

Gallimard BD (2018)

============================

 

La Grande Aventure de Concombre Le Royaume du donutVous aimez les histoires loufoques et la dérision en pagaille ? Vous devez absolument vous intéresser à Concombre, un apprenti-magicien qui hérite d'une mission plus grande que lui, et qui va nous embarquer dans une folle aventure... tellement, mais tellement drôle ! On a pour ça des clins d'œil à foison, du second degré, des allusions et des mimiques, de nombreuses références gourmandes et savoureuses. Je vous promets une bonne dégustation. C'est donc l'histoire de Concombre, un lapin craintif et crédule, qui apprend malheureusement qu'il doit partir sur le champ en quête d'un héros chevaleresque pour contrer la reine maléfique qui veut dominer le monde. Son père est retenu prisonnier, impuissant au fond de sa cellule. Seule sa sœur Amande trépigne d'envie pour l'accompagner car elle rêve de vivre une vraie aventure depuis toujours (elle manie l'épée comme personne, tandis que Concombre préfère se rendre à l'école). Tous deux font alliance, prêts à inscrire une épopée riche en surprises et en éclats de rire. Ambiance kawaii et décalée. Vrai de vrai. C'est de l'héroïc fantasy à la sauce sucrée, où se mêlent avec brio aventure épique et humour absurde. On adhère, on adore. On recommande fortement. Quatre tomes sont prévus : le deuxième arrive début 2019. On a hâte !

La Grande Aventure de Concombre : Le Royaume du Donut, de Gigi D.G.

Gallimard BD (2018)

============================

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09/07/18

Pêle-Mêle : Presque maintenant - Dept. H : Meurtre en grande profondeur

Presque maintenantAnna, violoniste au conservatoire de Paris, fait la rencontre d'Alexis, étudiant en lettres et féru de Russie, et son colocataire Félix, un étudiant en biotechnologies qui rêve de sauver l'humanité.
Les trois jeunes gens deviennent inséparables. Ils s'aiment plus que des amis mais une frontière invisible semble s'être établie entre eux. Anna est le centre de leurs attentions, mais demeure inaccessible. Félix et Alexis ont conscience de cette sacralisation, sous peine de trahison.
Et finalement, un couple se forme. Le trio est dissous.
Le temps passe et Félix touche au but de sa vie : des Nanopills sont élaborées, conçues pour l'organisme humain et visant à améliorer l'espérance de vie. Sauf que cette quête de la perfection va vite virer à l'obsession... Pour Félix, pour Anna et pour Alexis, la vie  est aspirée par un nouveau tourbillon.
Cette allusion à Jules & Jim n'est pas anodine car on y pense beaucoup au début de la lecture, pour finalement s'atténuer car la lecture se renferme sur le besoin tyrannique de gérer une hygiène de vie sans défaut, faisant exploser les limites du tolérable.
Peut-on tout contrôler et renoncer à la notion de désir ? Que vaut une vie, longue et lisse, si celle-ci n'est jalonnée que de privations (plus de vin, plus de glace, plus de voyage à New York, plus de plaisir) ? Peut-on réellement déjouer la mort ? Quels contrecoups subit le corps à force de tout verrouiller ?
Vieillir, oui... mais vivre vieux et en bonne santé en refusant de vivre. Pfiou... tordu ! En fait, Félix a été traumatisé par la perte de son père, depuis il a condamné son entourage à vivre dans une bulle sanitaire pour se préserver des risques.
Même si les émotions des personnages m'ont paru artificielles, la lecture est entraînante, dans un style graphique très séduisant. Une BD pleine d'élégance et qui évoque la vie, la jeunesse, l'amour et la mort. 

Presque maintenant, de Cyril Bonin 

Futuropolis (2018)

========================

 

dept h Meurtre en grande profondeur

Le docteur Hari Hardy a été assassiné dans sa station sous-marine, le Dept H. Bravant tous les risques, sa fille Mia se rend sur place et ouvre une enquête.

Ses premières conclusions sont terrifiantes : l'un des sept scientifiques est le coupable. Qui, parmi Lily, l'amie d'enfance rancunière depuis une dispute, Bob, l'expert en armes, Aaron et Jérôme, l'assistant et le directeur de recherches, Q. le chef de sécurité, son frère Raj et Roger, l'associé et meilleur ami de son père, a pu commettre ce crime odieux ? Mia les connaît tous et se trouve face à un casse-tête.

Mais la vie sous-marine recèle évidemment des mystères. Peu à peu, les caractères vont se révéler, le passé va remonter à la surface et les secrets viendront dévoiler d'autres vérités. Autre élément perturbant, le temps est compté à bord de la station où les incidents techniques se multiplient et où le risque d'une contamination bactériologique serait avérée. Après tout, sur quoi bossait son père ?

Entre récit d'espionnage et crime mystérieux dans un univers huis-clos, cette série en 4 tomes est juste bluffante ! Au départ, j'étais peu sensible au graphisme et aux illustrations... mais j'ai vite revu mon jugement. J'ai finalement été sous le charme des décors, de l'ambiance et du scénario à suspense. J'attends le dénouement avec impatience !

DEPT.H : Meurtre en grande profondeur, de Matt Kindt & Sharlene Kindt

Futuropolis (2018) - série en 4 tomes

 dept h Meurtre en grande profondeur 2

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les mille et une vies des urgences, de Dominique Mermoux & Baptiste Beaulieu

LES MILLE ET UNE VIES DES URGENCESJe ne connaissais pas le roman de Baptiste Beaulieu, Alors Voilà, lui-même tiré de ses chroniques de blog : Alors Voilà. | Journal de soignées/soignantes réconciliées. Mais j'ai adoré cette adaptation illustrée par Dominique Mermoux.
C'est une lecture à la fois drôle, touchante et pleine de sincérité. Un témoignage sensible, mais sans sensiblerie futile, de la vie des urgences et des petites fourmis qui s'y bousculent. On y croise des internes au top, des hommes et des femmes avec leurs bagages, leurs désirs et leurs secrets, des chefs grincheux, des malades qui vont et viennent, des cas insolites ou farfelus, d'autres bouleversants, d'où les anecdotes à la pelle !
Tout commence avec la dame de la chambre 7 du cinquième étage - celle que Baptiste surnomme L'Oiseau de Feu, du fait de sa chevelure flamboyante. Gravement malade, cette femme est en train de s'éteindre mais résiste jusqu'au retour de son fils bloqué en Islande à cause du volcan en éruption. Pour combler cette attente, Baptiste décide de lui raconter des histoires.
Entre joie et peine, ce rendez-vous aux urgences est un patchwork d'émotions. On en sort le cœur plus gros, plus lourd, plus compatissant aussi. On éprouve une grande admiration pour le dévouement de Baptiste, Anabelle, Frottis, Chef Pocahontas, Blanche, Fabienne, Poussin, Brigitte, Solveig, Amélie, le commandant Viking etc. On rit et on pleure à leurs côtés (bienvenue aux soirées camouflage). En bref, on s'installe dans un coin et on les écoute...
C'est sans artifice, sans pathos. Juste de l'humanité et de la vie 
Très, très bon !

Rue de Sèvres (2017)

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,