04/03/20

Sacrées sorcières (de Roald Dahl) par Pénélope Bagieu

Sacrées sorcières pénélope bagieuEXCELLENTE ADAPTATION !

Ce format BD colle merveilleusement à l'humour malicieux de Roald Dahl. On retrouve le ton espiègle, le suspense et la cocasserie du roman (qu'on ne présente plus). Pénélope B. se régale en s'appropriant ce conte pour enfants qui fait dresser les cheveux sur la tête : on s'éclate avec sa petite grand-mère (note inside : le tabac tue), la relation avec son petit-fils est tordante, leur aventure à l'hôtel prend un tour affolant mais l'histoire est vraiment riche en rebondissements, émotions, claquements de dents, sourires et applaudissements.

Le mythe des sorcières retrouve aussi ses lettres de noblesse : oui, ce sont des femmes cruelles et sans cœur. Elles détestent les enfants et ont prévu de les éliminer du royaume. Et toc ! Le plan est infaillible... enfin, c'était sans se douter de l'espion derrière le paravent, qui sent le caca de chien.

J'avoue : Sacrées sorcières est mon roman préféré de Roald Dahl ♥
Seule entorse à la règle : Pénélope B. a créé un nouveau personnage qui n'existait pas dans le texte original. Elle a ainsi glissé une petite fille pour permettre aux lecteurs d'aujourd'hui de choisir le héros auquel il aimerait s'identifier. #ZeroDiscrimination #HeForShe

En tout cas, c'est une lecture formidable et terriblement palpitante. Une adaptation éclatante d'un classique qui n'a pas pris une ride. Humour noir et tension dramatique au taquet... absolument stupéfiant (et pétrifiant). Oui, on reste sur les fesses.
Et moi, j'adore !

Gallimard BD / Collection Fétiche (2020)

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28/01/20

Sur la route de West, de Tillie Walden

J02279Étrange, étrange, étrange... cette bande dessinée l'est sans aucun doute, mais est surtout hors du commun !

Deux jeunes femmes se croisent sur la route et décident de poursuivre ensemble leur chemin. La voiture (qui remorque une caravane) n'est pas seulement chargée en bagages, elle est encombrée de non-dits, de silences, de souffrances et de colères froides.

Au cours de leur périple, Béa et Lou trouvent un chat perdu en pleine forêt et s'aident de l'adresse sur son médaillon pour se rendre chez son propriétaire. Direction West, une petite ville qui ne figure sur aucune carte. Et pourtant, elles filent droit devant. Seulement voilà, à partir de maintenant, elles ne font que croiser des individus peu commodes et vraiment flippants !

Pour qui ? pourquoi ? Impossible de savoir. Et c'est très perturbant. D'abord on ignore dans quoi on embarque, mais on tourne les pages par curiosité (et par goût du défi), juste quand on pense avoir saisi un bout de la ficelle, on perd à nouveau le nord. On bascule alors dans un semblant de quatrième dimension... tellement ça devient trop bizarre et incompréhensible.

Si l'intrigue est un peu zigzagante, l'ambiance a le mérite d'être envoûtante (la qualité des dessins et des couleurs est prodigieuse). L'histoire, en revanche, pèse gros sur le cœur. Rien de ce qu'elle suppose ou révèle n'est tendre, limpide ou facile. C'est lourd et déroutant. D'où le paradoxe : si cette lecture a su me convaincre pour son côté sombre et inquiétant, j'ai été moins emballée par ses dérives fantasmagoriques.

J'ai tout lu en mode interloquée et envoûtée par cette bd extraordinaire, mais j'ai également été déboussolée par ce qu'elle me racontait. J'admets que l'expérience n'est pas banale mais elle va laisser son empreinte un petit moment...

Bandes dessinées hors collection, Gallimard Jeunesse (2020)

Traduit par Alice Marchand - Titre VO : Are You Listening ?

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

04/12/19

La Tour des Anges #1, par Stéphane Melchior & Thomas Gilbert

La Tour des Anges

Dans ce nouveau cycle (qui fait suite aux Royaumes du Nord en trois tomes), nous ne retrouvons pas tout de suite la jeune Lyra Belacqua. C'est d'abord un certain Will Parry qui se présente à nous.

Ce garçon vit actuellement à Oxford avec sa maman aux nerfs fragiles. La disparition de son époux, au cours d'une mission scientifique, l'a fortement affaiblie et frappée de terreur. Will soupçonne d'ailleurs un complot ou un secret qu'il aimerait percer. Sa rencontre musclée avec deux agents type Men in Black va brutalement le propulser dans une autre dimension... une ville où règne un silence pesant et où il croise la fameuse Lyra !

Cette nouvelle immersion dans la saga culte de Philip Pullman est incroyable d'efficacité. Une fois encore, on se coupe de la réalité le temps d'une lecture : on tourne les pages avec avidité et on s'exporte vers un imaginaire fascinant (où l'on frissonne beaucoup également). Car l'histoire réserve moults révélations et autres interrogations. C'est toutefois gorgé de magie, de suspense, de tension. Vraiment, c'est captivant.

Pour cette adaptation, Stéphane Melchior s'est entouré d'un nouveau complice - Thomas Gilbert - qui a su relever le défi avec brio. On retrouve cette ambiance crépusculaire et assez anachronique, cette atmosphère si particulière mais qui rend cette série si étonnante !

Gallimard BD, 2018

D'après l'œuvre de Philip Pullman
D'après l'univers graphique de Clément Oubrerie

Parution du volume 2 en JANVIER 2020 !

 

03/12/19

Les Spectaculaires prennent l'eau, par Régis Hautière & Arnaud Poitevin

les spectaculaires prennent l'eauQue j'aime l'humour de cette série !

« Paris, capitale éblouissante d'une France resplendissante, par un de ces matins pluvieux de janvier où le gris du ciel s'accorde si délicatement avec l'humeur des passants... Deux jours plus tard, à l'heure incertaine où la lumière devient trop faible pour différencier un loup arctique d'un bichon maltais... (mais aussi :) À quelques encablures de là, dans une rue temporairement débarrassée de toute déjection canine... »

Voilà, voilà.

Dans cet épisode virevoltant, nos Spectaculaires multiplient les interventions contre un Marsouin qui fait tourner la police en bourrique. Les plans se succèdent et les maladresses se bousculent. Vous imaginez bien les scènes loufoques et c'est clairement très divertissant. Autre bonus : on plonge dans un Paris de la Belle Époque qui donne des étoiles dans les yeux. Et ça, c'est superbe !

Rue de Sèvres, 2018

Paris, janvier 1910, la Seine connaît une crue exceptionnelle plongeant tous les quartiers sous plusieurs mètres d’eau et désorganisant totalement les services publics. Les boutiques sont saccagées et dans les rues qui ne sont plus éclairées, faute de gaz et d’électricité, les habitants sont agressés. Les malfrats en profitent, notamment l’un d’eux qui se fait appeler le Marsouin. Cambrioleur de haut vol, il pille les Musées, libère des prisonniers… en signant ses délits d’un M, soldant chacune de ses actions par une lettre adressée à la presse soulignant l’incapacité de Louis Lépine, Préfet de police et créateur du concours du même nom.

A DÉCOUVRIR ÉGALEMENT

  

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Comment refroidir le Yéti (Astrid Bromure #5), par Fabrice Parme

Astrid est de retour pour une cinquième aventure ! Avec en guest-star rien de moins que l'abominable homme des neiges. Mais est-il si abominable ?

ASTRID BROMURE Refroidir le yetiRendez-vous pour un ton plein d'humour pour illustrer une histoire cocasse, dans laquelle la jeune Astrid croise sur la terrasse de son immeuble le fameux Yéti !

Toute la ville est sens dessus dessous depuis l'annonce de son évasion. Des explorateurs venaient juste de débarquer fièrement avec leur prise légendaire, mais les routes verglacées ont semé la pagaille. Le Yéti est en roue libre dans les rues new-yorkaises... la radio prévient, planquez les bébés et les nounous, la créature est vorace !

Oui, enfin... vorace de brioches sucrées et de vrais contacts humains. Car le yéti va finalement révéler ses intentions pacifiques et dénoncer une campagne de diffamation honteuse. Astrid Bromure va entraîner sa famille, leurs domestiques et son enseignante à rétablir la vérité. En attendant, un vent de folie souffle dans la maison tandis que la neige finit de tomber sur les buildings.

Voilà qui donne un cinquième épisode particulièrement déjanté et distrayant à lire. Ce n'est pas mon préféré dans la série, par contre j'apprécie toujours son ambiance et ses illustrations élégantes.

Rue de Sèvres (2019)

 

A DÉCOUVRIR ÉGALEMENT CHEZ RUE DE SÈVRES

      

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


Lettres d'amour de 0 à 10, par Susie Morgenstern & Thomas Baas

LETTRES D'AMOURUne histoire qui pétille et des personnages attachants, voilà qui compose une lecture savoureuse sur les secrets de famille et le véritable sens de l'amour ! C'est en effet ravissant et éclatant de bonheur.

Victoire de Montardent est un électron libre venu catalyser l'existence trop monotone du jeune Ernest Morlaisse. Et c'est tout le bien qu'on lui souhaite ! Élevé par sa grand-mère, le garçon a grandi en s'abstenant de poser des questions sur ses parents. Précieuse est une vieille dame prisonnière de ses fantômes. Ernest est sensible à sa détresse et n'ose pas la bousculer. Il suit une routine stricte, entre l'école et l'appartement, jamais il ne se détourne du droit chemin. Jusqu'au jour où débarque une nouvelle élève dans sa classe... et avec elle, ce sont les crochets au règlement, la fondue bourguignonne, les carrés de chocolat, les courses au supermarché, les grandes tablées au cœur d'une tribu turbulente. De fil en aiguille, la vision embrumée du garçon s'éclaircit et lui offre même la possibilité de braver l'interdit en retrouvant son papa !

Je n'avais jamais lu le roman de Susie Morgenstern jusqu'à présent (j'ignore pourquoi). Cette adaptation en bande dessinée a donc été une découverte de A à Z. Et j'ai beaucoup aimé ! ♥

Rue de Sèvres (2019)

Scénario, dessin & couleurs de Thomas Baas

d'après le roman de Susie Morgenstern

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

28/11/19

L'Anniversaire du chat assassin, par Véronique Deiss & d'après Anne Fine

L'ANNIVERSAIRE DU CHAT ASSASSIN

En apprenant la date de sa naissance, Tuffy réclame à cor et à cri une grande fête d'anniversaire.
Or, le jour du 31 octobre, la famille d'Ellie organise une grosse fiesta avec tous leurs voisins pour fêter Halloween. Rancunier, Tuffy n'a pas dit son dernier mot.
Jour après jour, il va hanter les nuits du papa d'Ellie (ses jours aussi). Il va glisser des indices, mettre la pression, en parler à tous ses copains... Tuffy veut marquer le coup et donne rendez-vous à sa bande dans un hangar à chevaux.
Vient rapidement le jour J. Tandis que ça swingue et ça glousse dans la maison d'Ellie, l'ambiance dans la grange retombe vite. Les bonnes blagues, ça va cinq minutes. Et puis l'intrusion des chiens du quartier finit de boucler la boucle.
Tuffy entraîne ses camarades jusqu'au jardin de sa jeune maîtresse. On entend les rires et les exclamations depuis les buissons. Nul ne réalise le drame dans les coulisses : des chiens revanchards, les babines retroussées, et des potes aux abois....
La fête du 31 va forcément dégénérer par une succession de malentendus, de maladresses et de gags en puissance !
Cet épisode est extra, comme toute la série. L'humour de Tuffy est désopilant... auquel les illustrations facétieuses de Véronique Deiss apportent ce zeste supplémentaire.
Il y a du piment et de l'espièglerie dans l'air et c'est ce qui fait craquer les mômes.
Succès assuré et mérité.

Rue de Sèvres (2019)

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

11/10/19

Graines de bandits, par Yvon Roy

Après Les Petites victoires, dans lequel l'auteur racontait avec force son quotidien de père d'un enfant autiste, Yvon Roy évoque avec toujours autant de finesse son enfance douloureuse. 

Graines de bandits

Leur père souhaitait s'installer en pleine campagne pour se ressourcer dans l'Amérique des années 70. Au final toute la famille va se contenter d'un modeste bungalow sur un terrain boueux. Le début de la désillusion.
Mais les garçons refusent la défaite et courent se réfugier dans la plaine. Ils ont des rêves plein la tête et imaginent déjà la conquête des grands espaces. Aussi, quand un promoteur débarque avec ses projets de bétonnage à outrance, les frangins voient rouge et entrent en résistance.
Ils vont aussi jouer aux caïds et provoquer leurs voisins. Ils pensent même qu'une fille n'est pas capable de conduire un kart et acceptent de faire une course pour prouver qui est le plus fort.

En fait, nos graines de bandits ont choisi de s'échapper - fuir leur réalité où règnent la violence et l'amertume. Loin de la sinistrose. Leur mère ne joue plus au piano, préfère boire et regarder la télévision. Leur père suit une secte religieuse et s'enferme dans une vision rétrograde.
Bref. Les mômes se révoltent à leur façon et veulent brandir leur poing. Contre le destin. Contre le monde moderne. Contre les dogmes sacrés. Contre les rêves brisés.

Cette BD retrace un chapitre de vie qui revient sur l'enfance douloureuse de l'auteur. Un sujet pas facile pour une lecture touchante et néanmoins peu convaincante.

Rue de Sèvres, 2019

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Chaplin en Amérique, par David François & Laurent Seksik

Une BD somptueuse sur les débuts d'artiste d'un acteur dont le simple nom est devenu une empreinte.

chaplin en amériqueL'histoire raconte son arrivée en Amérique (1912-1913) au cours d'une tournée de music-hall puis de son invitation à rejoindre un plateau de tournage en Californie. Il ne tiendra pas encore le haut de l'affiche mais occupera son temps à servir les cafés et fureter dans les coulisses. De cette expérience, naîtra (oui, une pointe d'amertume) mais surtout son sens de l'observation. Car Charlie comprend qu'il doit sortir du lot et afficher un style... costume, chapeau, chaussures larges et moustache. Chaplin écrit sa légende.

Dès lors, son ascension sera fulgurante et montre aussi l'intelligence du bonhomme (pas seulement son ambition). Lorsque la presse européenne gronde contre son inaction en période de guerre, Charlie riposte et revendique son patriotisme en invoquant son utilité publique à distraire les troupes. Coup de pub ? coup d'anguille ? ou coup politique ? En tout cas, Charlie savait soigner son image et s'extraire des situations inextricables.

Ce chapitre révèle cependant les failles du personnage : sa mère internée pour folie, ses relations avec la gente féminine, son instinct de survie, son appât au gain... Laurent Seksik et David François n'ont donc pas fini d'explorer la part sombre de la vie tumultueuse de Chaplin. Un premier pas dans un triptyque intimiste et flamboyant.

Rue de Sèvres (2019)

Cette première aventure débute en 1910 quand il quitte l’Angleterre pour les Etats-Unis et se termine vers 1920, en pleine notoriété puisqu’il est déjà une des personnalités les plus connues au monde.

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20/05/19

Brigade Verhoeven Tome 2 : Irène, par Pascal Bertho & Yannick Corboz

BRIGADE VERHOEVEN 2 IRENEDans Rosie, nous rencontrions pour la première fois Camille Verhoeven, commandant à la Brigade criminelle. Nous le retrouvons en couple avec Irène dans cette adaptation du roman de Pierre Lemaitre : Travail soigné.
Camille pensait profiter de ses vacances pour être auprès de sa femme, qui est enceinte et prête à accoucher. Au lieu de ça, il est rappelé d'urgence au bureau pour une affaire qui lui vaudra bien des nuits blanches. Et pour cause, un tueur en série se joue de lui. Il sème dans Paris et sa banlieue des cadavres en s'inspirant de grands classiques policiers.
Avant de tirer ça au clair, Verhoeven et son équipe courent comme des tarés et cherchent à trouver LE détail pour confondre le tortionnaire. En attendant, la lecture est intense, l'ambiance est lourde et le suspense haletant. On pressent le compte à rebours. La pression du criminel sur le commandant Verhoeven - lui et pas un autre - est tendue. On sent le duel implacable entre deux ennemis jurés. Et on flippe.
Les auteurs ont admirablement construit leur bande dessinée, glissant quelques planches pour jouer avec nos nerfs. Les plus attentifs comprendront qu'il faut se méfier... que rien n'est anodin. Qu'au détour du chemin, l'émotion sera grande et renversante. J'en soupire, j'en tremble, je peste de rage.
Bref. L'immersion est donc totale - c'est un roman plus noir que noir. Cette fois, les descriptions ne suffisent pas - les images sont incarnées. Ça cogne dur et fort. J'avais pourtant déjà lu le roman, il n'empêche que j'ai encaissé difficilement ce que la BD me proposait. On ne s'y prépare jamais totalement...
Mais c'est réussi. On a la tête farcie d'horreurs et le cœur au bord des lèvres. Mais on applaudit le travail - le scénario et la mise en page sont grandioses. L'histoire est poignante, mais percutante. J'ai aimé aussi que des romans policiers viennent appuyer une enquête en cours - le personnage du libraire est impressionnant.
Très bon boulot, les gars ! Au suivant... 

SÉRIE EN 4 TOMES ♦ RUE DE SEVRES (2019)

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,