22/07/14

Teaser Tuesday #59

IMG_1408

Un petit goût de noisette à savourer. Dans ce recueil d'histoires courtes, Vanyda explore l'amour, évoque le moment parfait qui nous échappe parfois, les occasions manquées aussi... Usant des dialogues avec justesse et parcimonie, offrant à chaque tranche de vie sa couleur propre, Vanyda fait se croiser ses personnages. En quelques pages, en quelques jours, Benoît, Corentin, Manon, Aymeric et les autres se rencontrent, s'enthousiasment, pleurent. Un véritable condensé d'émotions !

IMG_1409

IMG_1410

IMG_1411

IMG_1412

IMG_1413

IMG_1414

IMG_1415

IMG_1416

IMG_1417

Beaucoup de sensibilité, de douceur, de tendresse et de beauté dans cette œuvre aérienne et faussement légère, des personnages attachants, des petits bouts de vies ordinaires, des histoires qui s'entremêlent... et une immense frustration au moment de tourner la dernière page ! 

Un petit goût de noisette, de Vanyda  @ Dargaud / janvier 2014

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08/04/14

Teaser Tuesday #56

IMG_0799

“ Billy vint s'asseoir à côté de moi et me tendit une coupe de champagne. Je la pris comme si j'avais l'habitude de me voir offrir ce genre de chose - merci chéri ! Ce n'est pas de refus ! Une gorgée de ce breuvage et je me sentis violemment, brillamment vivante. Le jardin même en fut soudain grandi, les branches du vieux cerisier sous lequel nous étions assis semblaient nous étreindre. Nous mangions sur la vieille table en fer rouillé, dont les quatre pieds se terminaient en pattes de lion, et je sentis l'herbe encore tiède s'infiltrer entre mes doigts de pied, tandis que le papillotement des bougies posées au milieu de la table par Matilda projetait une clarté douce, mutine, qui mettait sur nos visages des ombres surprenantes.
« Je ne plaisantais pas quand je t'ai proposé de faire un disque, dit-il.
- Vraiment ? » Ma voix me parut aiguë, anxieuse et excitée à la fois. Je vis du coin de l'oeil un hibou fantomatique s'envoler d'un hêtre pourpre, tout au bout de la pelouse.
« Absolument.
- Vas-y, le pressa Matilda. Fais-leur part de ton idée. 
- Quelle idée ? demanda Lucy d'un ton sec.
- Bon, voilà. Si vous veniez toutes les deux passer un petit moment à Londres ? »
Je regardai Lucy et elle fronça les sourcils. ”

Londres par hasard, par Eva Rice ♦ éditions Baker Street, septembre 2013 - traduit par Martine Leroy-Battistelli ♦   

... une lecture à picorer en toute félicité, je risque de ponctuer les pages du blog avec d'autres extraits ! ☺

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

01/04/14

Teaser Tuesday #55

IMG_0805

« - Miss Jane est malade, déclara James avec plus de gravité que la nouvelle ne le méritait.
La jeune dame n'avait attrapé qu'un refroidissement après tout.
Il fut récompensé par le plus bref des regards.
- Elle a été surprise par la pluie comme nous le pensions. Elle a pris froid et a dû s'aliter à Netherfield.
- Oh ! fit Sarah.
- Miss Elizabeth va la rejoindre.
En ce qui concernait Sarah, ce n'était pas de si mauvaises nouvelles. Si Jane devait tomber malade, il valait mieux que ce soit chez les Bingley plutôt qu'à la maison. Ils disposaient d'une armée de domestiques pour prendre soin d'elle alors que, à Longbourn, une maladie était synonyme de corvées supplémentaire pour chacun. Le linge à changer, les mouchoirs, les boissons spéciales, les collations et les douceurs... Il fallait courir de haut en bas toute la journée. Jane avait poussé la prévenance jusqu'à tomber malade loin de chez elle.
- Tout ira bien alors, conclut Sarah.
James était sur les charbons ardents. Il ne fallait pas qu'elle découvre le trouble dans lequel elle le plongeait. Il devait retenir et enfermer à double tour le désir pressant de lui parler, de la toucher, qui le taraudait.
De son côté, Sarah réprimait sa culpabilité d'avoir fouillé dans ses affaires, et laissait libre cours à son irritation et indignation : pourquoi James ne lui faisait-il pas de confidences comme le laquais de Netherfield ? Pourquoi ne lui parlait-il pas de ses voyages ? Il ne proposait rien, il préférait se taire, taciturne et bourru. Pas étonnant qu'elle ait douté de lui. Pas étonnant qu'elle l'ait espionné...
Il poussa  un long soupir. Elle tressaillit et se retourna.
- Eh oui, se contenta-t-il de dire avant de s'éclipser à son tour.
Sarah émit un petit claquement de langue désapprobateur et reprit son travail. »

Une saison à Longbourn, de Jo Baker ♦ Stock, avril 2014 - traduit par Sophie Hanna ♦

... décrit comme étant la rencontre entre Orgueil et Préjugés de Jane Austen et la série Downton Abbey ♥

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/03/14

Teaser Tuesday #53

Après avoir ri à perdre la raison avec le petit livre jaune, autrement connu sous le titre de Lettres à poils et à plumes, voici venu le temps de la vengeance !!! 

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18/02/14

Teaser Tuesday #52

« Les pères des autres collégiennes les attendent dans la rue. Ou bien certains entrent aussi dans le collège, mais les filles se fâchent. Elles deviennent rouge écrevisse, elles enragent. Elles regardent vite vers les garçons pour vérifier qu'ils ne remarquent pas que leurs pères patientent dans l'enceinte du collège. Moi, je ne me fâcherai jamais contre mon père parce qu'il se montre. Le pauvre, je ne vais pas renier onze ans d'amour pour dix malheureux garçons dans la cour.

Mon amie Marie et son père se crêpent tout le temps le chignon. Elle ne comprend pas que je m'entende si bien avec le mien. Forcément, elle ne pense qu'à Jeff, un cinquième 2 qui ne la regarde pas. C'est à désespérer de porter un bandeau rouge dans les cheveux. La pauvre déteste cette couleur, mais elle l'a choisie pour lui. Elle a pensé que son bandeau ferait à Jeff l'effet du rouge sur un taureau. Elle a, comme elle s'en vante, employé les grands moyens. Résultat zéro. “Il est peut-être daltonien”, a-t-elle conclu.
Marie ne comprend rien à ma traîne et à mes dentelles. Je suis beaucoup plus mûre qu'elle. Je n'ai aucun problème à me jeter dans les bras de mon papa. Il en a besoin. Mais depuis mon entrée au collège, papa ouvre moins grand ses bras. Croit-il que j'ai grandi ? Il est fou. De mon côté, je suis bien plus tranquille avec lui qu'avec un Jeff dans la tête. Quand je sors de classe, je n'ai pas besoin de porter un bandeau rouge pour que mon père me sourie. Il ne voit que moi. »

IMG_0608

Voilà un petit roman délirant, servi par la plume excentrique et décalée de Claire Castillon, qui réussit haut la main son deuxième test en section jeunesse (après Tous les matins depuis hier). On sourit beaucoup en lisant les interrogations de l'héroïne, Nancy Pinsault, qui contemple sa famille “avec un moteur dans le ventre” qui ne cesse de rugir de déplaisir.

Certes, elle adore son papa mais s'imagine que sa mère a une liaison avec le dentiste. Depuis, elle scrute leurs moindres faits et gestes. Malheureusement, un scandale familial a déclenché une crise planétaire : depuis, tout le monde se fait la tête à la maison et l'ambiance est moisie. Nancy veille au grain mais craint que ses parents divorcent !

Cette lecture est un hymne à la fantaisie enfantine, qui correspond très bien au style de Claire Castillon, d'ailleurs elle a aisément trouvé ses marques pour se glisser dans la peau d'une môme de 11 ans. C'est vif, rigolo, dynamique et délicieusement extravagant.

Un maillot de bain une pièce avec des pastèques et des ananas, par Claire Castillon
Neuf de l'École des Loisirs, février 2014 - ill. de couverture : Séverin Millet

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,



11/02/14

Teaser Tuesday #51

A vous de juger ! 

« Et c'est à ce moment - le moment où il prononce mon prénom - que tout change.
Il n'est plus St. Clair, l'ami de tout le monde. Il est Étienne. Étienne, comme le soir où nous nous sommes rencontrés.
Je marche en rythme sur son prénom, É-ti-enne, É-ti-enne, É-ti-enne. Les syllabes glissent sur ma langue comme du chocolat fondu. Il est si beau. Si parfait. Ma gorge se serre lorsqu'il m'enlace. Mon coeur bat à tout rompre et je suis mal à l'aise parce que je suis sûre qu'il l'entend. Je trébuche lorsque nous nous séparons. Il me rattrape avant que je ne tombe des marches.
- Woh, dit-il.
Mais je ne crois pas qu'il fasse référence à ma chute évitée de justesse. Je rougis et mets ça sur le compte de ma maladresse.
- C'était moins une.
Ouf. Ma voix n'a pas tremblé.
- Est-ce que ça va ?
Je réalise que ses mains sont toujours posées sur mes épaules et mon corps tout entier se raidit à son contact.
- Oui. Super. Génial ! »

Chapitre 31, page 256 - extrait du roman Anna et le French kiss de Stephanie Perkins (la Martinière J. 2014)

J'en parle bientôt... 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

04/02/14

Teaser Tuesday #50

Une boîte noire reçue via les voies impénétrables de la Poste...

IMG_0549

... et un échiquier qui livrera prochainement tous ses mystères ! 

IMG_0550

Une date, pour finir, le 19 février. 

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

24/09/13

Teaser Tuesday #49

Il était une fois deux mondes, celui des ours et celui des souris. Deux univers qui s'évitent, se toisent avec méfiance, mais ne peuvent vivre l'un sans l'autre.

IMG_9238   IMG_9239

Ernest est affamé et manque d'avaler Célestine, qui était coincée dans une poubelle. Celle-ci est bien embêtée car elle n'a pas atteint son quota de dents au cours de sa tournée. Tous deux concluent un pacte : elle montre à Ernest le passage pour se glisser dans la confiserie et avaler toutes les sucreries, en échange il aide Célestine à porter son gros sac de dents chipées chez le dentiste d'en face.

Dès lors, leurs ennuis ne font que commencer. Obligés de fuir la police et la justice, ils se réfugient dans la maison d'Ernest, dans la forêt, font ami-ami et vivent heureux, à l'écart des autres. Célestine est une rêveuse, elle passe son temps à dessiner. Ernest est un saltimbanque, il adore aussi jouer du piano. C'est ainsi que leur petite vie à deux ressemble à un beau tableau aux couleurs harmonieuses, bercé par la musique, des rires et des chants.

Daniel Pennac a apporté sa tendresse et sa facétie pour raconter l'histoire d'Ernest et Célestine : une histoire d'amitié sur fond de tolérance et de liberté. L'effet est magique, indescriptible. C'est apaisant, vraiment charmant. Et drôle aussi. L'auteur ne  manque pas non plus de rendre un bel hommage à Gabrielle Vincent...

Le roman d'Ernest et Célestine, par Daniel Pennac (Casterman Poche, septembre 2013)
-) Ce roman est le scénario du film, la novellisation de la célèbre série de Gabrielle Vincent.

Posté par clarabel76 à 07:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24/07/13

instantanés de lecture #4

Je me sens toujours, à passer la majeure partie du temps dans cette chambre de clinique, aussi absente à moi-même. Peut-être un peu moins, au fil des semaines. Mais quand je t'écris, plus je t'écris et plus j'arrive à sortir de moi-même. Je pose à côté de moi ma peur, ma culpabilité comme si c'était de vilains objets. Et je retrouve, quand je les évoque, le goût des fruits, les lumières du ciel, ton regard bleu, ton rire, nos goûters chez ma grand-mère Helena Zemski, l'odeur de la résine de la forêt autour des lacs.

IMG_9009

(Jérôme Leroy transpose dans un pays de Scandinavie imaginaire la tragédie qui a eu lieu le 22 juillet 2011 sur l'île d'Utoya, en Norvège, et donne la parole à une jeune rescapée.)

Un texte qui se reçoit comme un coup de poing, et dont la portée est extrêmement bouleversante.

Norlande, par Jérôme Leroy (Syros, coll. Rat Noir, 2013)

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

instantanés de lecture #3

Fin octobre 1648

Le soleil de cette fin d'octobre avait réussi à réchauffer le petit cabinet de la reine, mais l'atmosphère y était glaciale. L'exaspération tourmentait la reine. Elle était préoccupée, visiblement incapable de fixer son attention sur sa lecture.
- Ces parlementaires me rendront folle ! Je suis épuisée...
Depuis un mois, l'agitation à Paris poussait les parlementaires à gonfler leurs revendications.
- Quels insolents ! Ils veulent maintenant participer au gouvernement ! Il ne manquait plus que cela !
Brutalement, elle referma son livre, le posa sur le bureau et se mit à tapoter nerveusement les accoudoirs de son fauteuil. Elle fulminait, hors d'elle. Comment elle, fille du roi d'Espagne, avait-elle pu consentir à s'abaisser devant eux ?
Louis s'approcha de sa mère et l'enlaça avant de lui donner un baiser. Précoce pour son âge et plein de sang-froid, le petit roi avait bien compris les enjeux de cette guerre d'usure, mais il était trop jeune pour apporter à sa mère un réel réconfort et cela le désolait.
Comme pour répondre à la pensée de son fils, la reine murmura:
- Que le poids écrasant du gouvernement me semble lourd !

IMG_9008

(1648. Louis XIV a 9 ans. Il est déjà roi, sous la régence de sa mère Anne d'Autriche et du ministre Mazarin. Les temps sont tourmentés : la guerre contre l'Espagne fait rage et les parlementaires cherchent à limiter les pouvoirs de la royauté. Entre fêtes sublimes et fuites rocambolesques, l'enfant-roi connaît une enfance mouvementée. Pendant ce temps, Lorenzo, filleul et espion de Mazarin, part en mission secrète à Venise...)

Passionnant petit roman historique, qui introduit aux intrigues de la Cour de Louis XIV en expliquant tous les rouages de la politique de façon romancée (l'auteur a glissé des personnages fictifs, comme le neveu de Mazarin, pour pimenter l'histoire). C'est un livre qu'on avale d'une traite, il est simple, très bien expliqué et agréablement écrit.

Les diamants du cardinal (tome 1) par Gertrude Dordor (Belin jeunesse, coll. Avant de devenir..., 2012)
illustration de couverture : Icinori

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



  1  2  3  4  5    Fin »