20/11/14

Fracture, de Megan Miranda

IMG_2295

Amis de longue date, Delaney et Peter sont inséparables et fréquentent la même bande de copains. Dès les premiers coups de froid, ils ont coutume de se rejoindre près du lac gelé. Cette fois, coupant court le chemin classique pour gagner du temps, Delaney glisse sur la glace qui se fracture sous son poids. Son corps est aussitôt englouti par les eaux froides. Onze longues minutes passent. Delaney se réveille sur un lit d'hôpital, provoquant la stupéfaction générale.

Elle était morte (son cœur avait cessé de battre). Et pourtant, elle a repris connaissance, en bonne santé, bouleversant les pronostics médicaux. Mais au fond d'elle, Delaney est complètement chamboulée. Morte, puis revenue à la vie. De quoi vous mettre la tête à l'envers. Elle n'ose se confier à personne, car la moindre faiblesse alerte ses parents et Peter se sent responsable de son accident. Seule sa rencontre avec Troy, également rescapé d'un coma, va pouvoir l'aider à passer le cap. 

Malgré les comparaisons (Le dernier jour de ma vie et Si je reste), ce roman n'aura pas su tenir la distance. L'histoire, dont l'aspect sombre et poignant avait tout pour me séduire, m'a semblé trop brouillonne et peu convaincanteJ'ai néanmoins beaucoup aimé la personnalité de Delaney, qui est une fille ordinaire, avec ses qualités de ses défauts (intelligente, bûcheuse, déterminée, godiche et impulsive). Banale, oui mais sincèrement attachante.

Fragilisée par son état de miraculée, Delaney se sent aussi de plus en plus déchirée, mérite-elle de vivre, de saisir cette seconde chance, ou a-t-elle triché en échappant à une macabre destinée ? La réflexion, très pertinente, est conduite avec sensibilité, en tentant une approche méthodique et délicate (et en contournant le piège du fantastique). Malgré tout, le rendu paraît trop flottant et nébuleux. Dommage, la lecture reste distrayante, mais sans grande profondeur. 

PKJ, avril 2014 ♦ traduit par Juliette Paquereau (Fracture)

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


19/11/14

Le Royaume des cercueils suspendus, de Florence Aubry

IMG_2283

Quatre amis d'enfance se déchirent, au nom de l'amour, la jalousie et la haine. L'histoire ne donne aucune indication pour cerner le contexte et nous plonge aussitôt dans le bain. Sensation étourdissante de pénétrer un domaine inconnu, qui exerce pourtant une attraction irrésistible...

Huang a été condamné à être suspendu dans les montagnes, cloîtré dans un cercueil. Son crime ? Il n'a pas le Don et a été exclu de la communauté. Lui qui se voyait déjà couler des jours heureux auprès de son amoureuse, Leï, il ressasse son amertume, la sachant seule et désespérée. Il songe aussi à son ami Xiong, handicapé par le tranchant de sa lame. Sa faute, encore une fois. La culpabilité le ronge, et pourtant il préfère s'isoler dans sa bulle, en vue d'une libération divine.

Mais Xiong ne cesse de ruminer sa vengeance. Lui aussi vouait un amour fou pour Leï et s'est senti trahi lorsqu'il a surpris le couple enlacé dans les herbes. Son sort, aujourd'hui, n'est pas enviable. Du fait de sa blessure mal guérie, il a rejoint une sous-classe de la communauté. Il est pétri de rancœur, au point de bafouer la jeune Lou-Ki et sa folle passion. Celle-ci, toutefois, ne perd pas l'espoir de le conquérir à jamais. Et pour le détourner de son obsession, elle est prête à tout. 

Ce récit, à l'intensité dramatique saisissante, se révèle une lecture passionnante de bout en bout. Plus on avance dans l'histoire, et plus on a le sentiment de basculer vers une issue tragique et inéluctable. (Aussi, petite déception quant au dénouement quelque peu arrangeant...) Malgré tout, j'ai beaucoup aimé découvrir cet univers original, servi par la belle écriture de Florence Aubry. C'est un roman captivant, plein de promesses et chargé en émotions. J'ai été envoûtée !

Rouergue, coll. Epik, octobre 2014

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/11/14

La Distance astronomique entre toi et moi, de Jennifer E. Smith

IMG_2259

Le jour où New York plongea dans le noir complet, suite à une panne de courant généralisée, Lucy se trouvait dans l'ascenseur de son immeuble. Elle n'était pas seule dans la cabine, puisque se trouvait déjà Owen, le fils du gardien, qui porte toujours un casque sur ses oreilles, comme pour se couper du reste du monde. Pour la première fois, ce jour-là, Lucy et Owen firent connaissance.

Subtil et délicat roman que voilà ! Il vous parle d'une rencontre anodine, pas un coup de foudre, mais une histoire pas simple, pas commune et assez émouvante. Lucy et Owen vont vivre une nuit fantastique, sous l'impulsion du hasard. Comme une bulle fragile dans cette existence éthérée. Puis, Lucy part vivre de l'autre côté de l'océan, tandis que Owen accompagne son père pour un road-trip vers l'Ouest. Les dés sont jetés. Leur début de relation n'est plus à une onde sismique près.

Car ils ont également d'autres fantômes à leurs trousses. Lucy est une solitaire par dépit. Elle a grandi en tant que spectatrice désemparée de la relation fusionnelle de ses parents, se sentant de plus en plus mise à l'écart, le cordon ombilical remplacé par des cartes postales. Owen, lui, doit soutenir son père qui ne se remet pas de la perte de son épouse, dans un accident de voiture. Leur installation à New York a été un déchirement, aussi n'ont-ils pas rechigné au moment de mettre les voiles.

C'est assurément un roman chargé de tendresse et d'attention, de désœuvrement et d'infortune. J'ai eu un peu de mal de croire à une telle histoire, même si je lui reconnais toutes les qualités de justesse, frisson, sincérité et empathie. C'était adorable de suivre une relation aussi brinquebalante se construire, malgré les aléas du destin. Le couple ne manque pas de ressources, est attachant à sa façon, forcément ça interpelle.

Cette histoire bouleversante nous fait prendre conscience du poids de la famille, des abîmes qui se creusent et laissent ce sentiment d'insatisfaction dans l'estomac. C'est touchant, ça ne vous laisse pas indifférent, le reste n'est qu'anecdotique... 

Hachette jeunesse, coll. Bloom, octobre 2014 ♦ traduit par Frédérique Le Boucher (The geography of you and me)

♣ Son premier roman, La probabilité statistique de l'amour au premier regard, est disponible en format poche !  ♣

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06/11/14

Souvenirs perdus, tome 2 : Cendres, de Samantha Bailly

Risque de spoilers (cf. tome 1 : Étrangère

Souvenirs perdus

Nel et Syon sont désormais des fugitifs recherchés à travers tout le continent d'Hermetis. Leurs certitudes à propos de leur île natale, Enfenia, et de son Protecteur, le Léviathan, viennent d'être cruellement ébranlées. Syon ne souhaite plus qu'une chose, retrouver Isil, la jeune amnésique. Celle-ci, en quête de son identité, est en route pour rejoindre La Lueur, cet homme mystérieux qui dirige Hermetis d'une main de fer et qui prétend la connaître mieux que personne.

Ce tome 2 met à jour de nouvelles révélations à travers une narration qui laisse peu de place au temps mort ! C'est particulièrement grisant. L'auteur ne cesse d'enrichir son univers, mais propose aussi une intrigue toujours plus dense et palpitante. De plus, là où je trouvais les agissements des personnages immatures, en décalage avec la teneur de leurs aventures, j'ai eu l'agréable surprise de les voir évoluer en une attitude plus cohérente (et moins juvénile). D'un style toujours agréable, dépeignant un monde enchanteur, non dénué de zones d'ombre, ce roman se savoure et dévoile une lecture charmeuse et charmante. Le rythme de parution étant, de plus, très rapproché, on n'a pas trop le sentiment d'avoir quitté cet univers qu'on le retrouve déjà ! Le dénouement approche... il me tarde d'obtenir toutes les réponses soulevées par cette intrigue chargée de mystères. 

Syros, septembre 2014 ♦ Le troisième et dernier tome de la série paraîtra en janvier 2015 !

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31/10/14

Strom, d'Emmanuelle et Benoît de Saint-Chamas

Strom

Cette série, mine de rien, a su faire son bout de chemin grâce à un bouche-à-oreille efficace, entre libraires et jeunes lecteurs qui lui ont d'office accordé un accueil débordant d'enthousiasme. Et en effet, c'est une série pleine de mérite, qui se lit avec facilité et plaisir, sachant proposer un univers original et captivant.

Dans le 1er tome, il est surtout question de présenter personnages, contexte et enjeux d'un monde qui a tout à démontrer. Et l'on suit alors le frère et la sœur, les jumeaux Raphaël et Raphaëlle, orphelins élevés par leur parrain, Tristan Milan, journaliste passionné de découvertes archéologiques, n'hésitant pas à sauter dans le premier avion pour être aux premières loges d'une nouvelle trouvaille.

Mais en fait, son métier est une couverture. Tristan appartient à une Confrérie secrète (les Chevaliers de l'Insolite) à laquelle il souhaite initier les deux adolescents. Un soir, sur une invitation au Louvre, ils vont pénétrer cette sphère inconnue, prête à leur dévoiler tous ses mystères, mais pour cela ils doivent suivre une formation d'apprentis pages, qui sera tantôt longue, mouvementée et pleine de surprises.

C'est une introduction intéressante et très vite passionnante, avec de fringants personnages (qui n'ont que 12 ans), aptes à affronter certains dangers inavoués. Bien sûr, c'est à partager avec des considérations de leur âge (collège, brimades, enfantillages...) mais c'est heureusement compensé par une intrigue fouillée, qui se recentrera davantage sur l'action au fil des épisodes.

Révélations, suspense, rebondissements de dernière minute, les auteurs se font plaisir. Le tout est alerte et entraînant, et pour le lecteur c'est aussi un vrai régal ! Le succès de cette série est tout à fait mérité. 

Nathan, octobre 2013 pour cette édition intégrale (trois tomes réunis)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,



27/10/14

Le Réveil des créatures, Tome 2 : À la recherche de la plume d'os, de John & Carole E. Barrowman

Tome 1 : Le réveil des Créatures 

A la recherche de la plume d'os Barrowan

Une suite qui ne faiblit pas et rend cette série toujours plus passionnante !  (* Risque de spoilers ! *)

Après avoir appris qu'ils étaient les héritiers de dons hors du commun, en tant que Animare et Gardien, les jumeaux Calder, Matt et Emily, ont trouvé refuge chez leur grand-père Renard, dans son manoir sur l'île d'Auchinmurn (au  large de l'Écosse). Leur mère a disparu et leur père a été enfermé dans un tableau. Le danger n'a jamais été aussi proche, mais Matt et Emily n'ont que douze ans et sont donc naturellement prompts à désobéir et minimiser les conséquences de leurs actes.

En gros, ils trompent la vigilance de leurs hôtes, bravent l'interdiction de dessiner pour retourner dans les peintures, découvrent qu'ils peuvent voyager dans le temps, souvent au péril de leur vie, et détiennent le pouvoir de libérer les monstres enfermés par leurs ancêtres ! Pfiou. C'est rondement, et parfaitement, ficelé. On retrouve aussi le même mode narratif qui avait su m'enthousiasmer dans le 1er tome : un ton vif et entraînant, des chapitres courts, qui défilent à vitesse de l'éclair, un univers qu'on n'a plus besoin de présenter et qui se développe en proposant des tas de rebondissements !

Et c'est franchement PAL-PI-TANT ! L'intrigue tisse aussi des liens étroits entre le passé et le présent, en dévoilant notamment les secrets de la communauté des moines d'Era Mina, au temps du Moyen-Âge. Vikings, moines rebelles, créatures maléfiques, intrusion, complots et vols vont mettre en péril la délicate mission que les frères devaient mener. Enfin bref, il est difficile de se détourner une seconde de cette lecture, qui nous capture entre ses filets et ne nous lâche plus avant la toute dernière ligne. Cliffhanger droit devant ! Vivement le troisième, et dernier, épisode.

Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, Avril 2014 ♦ traduit par Anne Krief (Bone Quill)

Posté par clarabel76 à 09:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20/10/14

Resurrectio, d'Amélie Sarn

Resurrectio

Marie se réveille dans un laboratoire, le corps recouvert de cicatrices. À son chevet se tient Victor Frank, le médecin qui l'a miraculeusement sauvée... Serait-ce une version moderne du roman de Mary Shelley (Frankenstein) ? J'y ai cru, et puis la suite a su agréablement me surprendre. 

Marie cherche à mener une existence normale, mais ignore tout de son passé. Elle fait aussi souvent des crises, avec vertiges et visions morbides. Forcément elle passe pour un phénomène de foire et est rejetée par ses camarades. Seul Liam, le champion de natation, est intrigué par son mystère et n'écoute pas les cancans.

Le démarrage est assez long, avec une exécution très lente, très froide, façon narration chirurgicale, mais qui colle parfaitement à l'esprit du livre, donc ce n'est pas gênant non plus. Au contraire, ce sont davantage les bisbilles entre filles et toutes les considérations adolescentes qu'il faut se farcir qui posent problème. 

Le dénouement de l'histoire offre heureusement une perspective d'intrigue plus tordue, plus politique, plus sombre et plus percutante. On se focalise aussi sur ce que représente Marie en tant que « création ». Et là, c'est vraiment bien, l'auteur cogne dur et fort, le rendu n'en est que plus prometteur ! Chapeau aussi pour la couverture franchement saisissante !

Seuil jeunesse, septembre 2014

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/10/14

Rebelle Belle, de Rachel Hawkins

Rebelle Belle

Harper Price est une élève brillante et populaire, dont les multiples efforts vont être récompensés lors du traditionnel couronnement de la reine du bal. Peu avant la consécration, Harper se rend aux toilettes pour une touche de gloss mais voit surgir le concierge du lycée, pantelant et sérieusement blessé. Un autre individu fait irruption dans la pièce, un cimeterre à la main, une bataille s'engage et là ... Harper révèle des talents insoupçonnés de Ninja !

Le début du roman est drôle, très drôle. Il joue sur l'incongruité de la situation en plaçant une héroïne superficielle soudain confrontée à un scénario de film d'action, dans lequel elle aurait le premier rôle. Harper n'y est évidemment pas préparée. Depuis des mois, elle répète pour le bal des débutantes... c'est dire comme ses préoccupations sont à des années lumière de cette avalanche de violence. Chose plus étrange, elle ressent pour David Stark, le rédacteur en chef du journal de l'école, le besoin pressant de le protéger coûte que coûte. Lui qu'elle déteste depuis le bac à sable.

C'est à n'y rien comprendre, mais toutes ces découvertes mettent sa vie sens dessus dessous : ses amies et son petit copain sont largués et ne savent plus sur quel pied danser. Harper est seule détentrice d'un secret ancestral... avec pour unique confident son ennemi juré. Quelle ironie. Rachel Hawkins (à qui l'on doit le génial Hex Halla de nouveau réuni ses ingrédients à succès pour rédiger cette nouvelle aventure mêlant habilement sorcellerie et chevalerie. Et c'est bien pour elle qu'on n'hésite pas à lire ce roman, dont la couverture d'une niaiserie affligeante aurait fait fuir les plus vaillants !!!

En somme, c'est virevoltant de bonne humeur, l'humour y est cocasse et l'intrigue plutôt surprenante (j'ai beaucoup aimé la toile de fond). Certes, les personnages sont des caricatures ambulantes, mais impossible de leur en tenir rigueur. Ils sont attachants, maladroits, rebelles pour deux sous, bref de vrais cornichons. De toute façon, c'est une lecture sans prétention, qui nous fait passer un excellent moment, pour jeunes et moins jeunes (zappez la couche visible). Cela vous place ainsi une charmante petite série, sur fond d'Antiquité remis au goût du jour.

Albin Michel, coll. Wiz, octobre 2014 ♦ traduit par Nathalie Serval

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01/10/14

Velvet, de Mary Hooper

Velvet

Velvet travaille dans une blanchisserie, pour un salaire de misère et dans des conditions pénibles. Elle rêve naturellement d'une vie meilleure et enjolive son enfance (pourtant, peu reluisante et chargée d'un lourd passé) pour échapper à un avenir sordide. Aussi, saisit-elle sa chance lors de sa rencontre avec la célèbre Madame Savoya, réputée pour ses talents de médium, qui lui propose de devenir sa demoiselle de compagnie. 

Velvet accepte sur le champ et quitte son quartier populaire de Chiswick pour Regent Park, où elle est accueillie avec effusion par le séduisant majordome, George. La jeune fille tombe sous le charme. Elle oublie ses racines, néglige ses amis d'enfance et tourne le dos à son soupirant, l'adorable Charlie. Plus rien ne compte à part cette existence idyllique, à côtoyer du beau monde, participer aux soirées occultes et autres séances de spiritisme. Velvet est littéralement fascinée.

Et c'est vrai que ce roman exerce un véritable magnétisme ! La plume de Mary Hooper est toujours aussi élégante et décrit avec réalisme la société victorienne à travers ses us et coutumes, comme la pratique controversée de la voyance et la divination, qui était très à la mode à l'époque et attirait des personnalités comme l'écrivain Arthur Conan Doyle (qu'on croise dans le livre). Mais cette immersion est vécue via l'expérience d'une héroïne naïve et facilement impressionnable, d'où cette sensation frustrante d'être témoin d'une supercherie, d'en deviner les bouts de ficelle mais de demeurer impuissant pour la tirer de sa rêverie. Aussi assiste-t-on à son naufrage avec une certaine compassion.

J'ai beaucoup aimé ce roman, charmant et précieux dans sa conduite, alléchant par son histoire, attentif à broder une vraie trame romanesque et soucieux du contexte historique. De plus, le choix d'associer les couvertures françaises aux illustrations de Pierre Mornet sont aussi un atout de séduction et un attrait stylistique majeurs !

éditions Des Grandes Personnes, septembre 2012 ♦ traduit par Fanny Ladd et Patricia Duez

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30/09/14

La Saison des Mûres, de Polly Horvath

Saison des mûres

Raclette (non, ce n'est pas une blague) doit son prénom à un coup de folie de sa mère, le jour de son accouchement. Entre nous, j'ai d'abord pensé au plat montagnard, alors qu'il s'agit de la traduction de l'outil pour gratter... Enfin, passons. Cela vous donne un avant-goût de l'esprit complètement barge de cette lecture ! Et ma foi, j'ai failli lâcher l'affaire car je trouvais que cela partait dans tous les sens. Une jeune fille de 12-13 ans vit avec une mère égoïste qui, sous prétexte d'assouvir sa passion pour le Club de Chasse, décide de l'envoyer passer l'été chez de vieilles tantes dans le Maine.

Raclette fait alors la rencontre des « étranges dames Menuto », tante Penpen et tante Tilly, également connues dans le comté pour leur célèbre coulis de mûres gâtées. Les deux sœurs ont toujours des anecdotes insolites à partager, comme le suicide de leur mère, dont la tête a rebondi sur le sol en éclaboussnt les murs. Très glauque, en effet. À ce stade, Raclette doit hésiter entre pousser des cris d'horreur et se demander si ce n'est pas un cauchemar éveillé. (Nous aussi.) Peu de temps après, une autre adolescente, Harper, vient se joindre au trio. Mais que se signifient tous ces abandons ?!! Le Vallon Rose, pourtant, est niché dans les bois, cerné par les ours, donc difficile à repérer.

Ce roman, définitivement, ne fait pas la part belle aux mères trop lâches pour assumer leur rôle. Heureusement l'ambiance générale est à mille lieux de se morfondre : c'est fantaisiste, surréaliste, cocasse... et les sœurs Menuto sont deux petites vieilles adorables. Ce sont leurs excentricités aussi qui font d'elles des êtres aussi attachants et fabuleux. Mais tout ce qu'elles vont partager avec Raclette n'est pas si anodin (la traite des vaches, les leçons de natation, la philosophie bouddhiste... et ce sentiment inaliénable d'avoir trouvé une vraie famille). Ceci dit, il faut accepter d'entrer dans un univers loufoque, complètement tordu et sans repère. Et, somme toute, assez peu accessible pour un lectorat jeunesse.

Neuf (?!) de l'École des Loisirs, mars 2008 ♦ traduit par Hélène Misserly ( The Canning Season) 
illustration de couverture : Alan Mets

☾  ☽

Vu dans Bouche d'Ombre un drôle de couple étonnamment ressemblant aux dames Menuto :

IMG_1969

Une belle réussite que cette bande dessinée écrite par Carole Martinez, l'auteur du roman Le Cœur Cousu ! 

Lou et sa bande de potes se livrent un soir à une séance de spiritisme, pour rigoler. Mais une fille du groupe (Marie-Rose) y est hyper sensible et sort bouleversée. Quelques jours après, le groupe est effondré d'apprendre qu'elle s'est suicidée. Lou rumine son chagrin et sa frustration. Elle a forcément oublié un détail, dans les tréfonds de son subconscient. Elle sollicite donc les services d'un spécialiste pour plonger en hypnose et fouiller ses souvenirs. Ce premier pas vers le monde occulte va ouvrir d'autres portes qui ne demandaient qu'à se révéler ! ...

J'ai beaucoup aimé cette lecture. On pénètre le monde des esprits et des rêves, tout en partageant la vie ordinaire de lycéens dans les années 80. Les dessins aussi sont soignés et jouent avec les tons opaques pour troubler davantage le lecteur ! C'est une série à suivre avec intérêt...

de Maud Begon & Carole Martinez (Casterman, mai 2014)   Lou1985



  1  2  3  4  5    Fin »