13/12/13

L'Étang aux libellules, par Eva Ibbotson

IMG_0154

Pour éloigner de Londres sa fille Tally à l'annonce d'une guerre imminente, le docteur Hamilton décide de l'inscrire au pensionnat Delterton dans le Devonshire. Cette école est réputée pour prodiguer un enseignement progressiste et laxiste. La jeune fille est d'abord décontenancée, puis parvient à s'adapter au sein de cette communauté très attachante : nouveaux amis, professeurs atypiques, cours excitants... Tally prend rapidement goût à sa nouvelle vie.

Saisissant l'occasion de participer au festival de danse folklorique, organisé par le petit royaume de Berganie, la jeune fille mobilise les troupes pour se joindre à cette entreprise risquée (et se payer le luxe de rencontrer le roi Johannes, qui résiste vaillamment à Hitler). Leur spectacle est d'un amateurisme confondant, aux mille couleurs bariolées, paré de fleurs et de gesticulations insensées, mais au moins les enfants sont follement enthousiastes et motivés. Et puis, le drame arrive, c'est le cafouillage, il faut lever le camp sans plus attendre ... avec en mission secrète, celle de sauver le jeune prince Karil.

J'essaie d'en dévoiler le moins possible, car en fait ce roman est un véritable tourbillon d'aventures et d'émotions. Il se compose en plusieurs parties, aux multiples pistes de lecture, et nous en fait voir de toutes les couleurs. L'effet est magique, absolument fascinant. Il y a à la fois une dimension historique, romanesque et fantastique dans ce livre, qui est un incroyable mais fabuleux fourre-tout. On a aussi le sentiment d'être hors du temps, au cœur d'une ambiance intimiste et d'une histoire fantasque. Bien entendu, j'ai été immédiatement séduite par cette magnifique lecture, j'en suis sortie avec un sourire ravi jusqu'aux oreilles !

Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, octobre 2011 - traduit par Cécile Arnaud - illustration de couverture : Pierre Mornet

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


12/12/13

Hérétiques, I : Le Mystère Isolde, de Philippa Gregory

IMG_0150

La jeune Isolde vient d'être dépossédée de son héritage, suite à la mort de son père, et doit prendre ses fonctions d'abbesse à la tête de l'abbaye de Lucretili. Elle n'a guère le choix de s'opposer à la décision de son frère et prend le voile avec un profond sentiment d'amertume et d'injustice.

Trois mois plus tard, Luca Vero, un jeune novice, est envoyé en tant qu'inquisiteur pour comprendre l'origine du trouble qui frappe les sœurs depuis l'arrivée d'Isolde. En effet, celles-ci manifestent des comportements erratiques, elles déambulent la nuit, ont des visions et certaines portent des stigmates. On murmure déjà que c'est la faute de la nouvelle abbesse et de sa servante maure.

Isolde ne se défend pas, mais prête son concours au jeune Luca. Sa franchise et ses blessures secrètes lui sont, par contre, défavorables et font pencher la balance vers sa culpabilité. Mais notre représentant de l'Ordre papal est tout de même ému par la détresse de la jeune fille et ne va pas se contenter des faits qui lui sont offerts sur un plateau.

Toute la première moitié du roman va donc s'intéresser à cette enquête, qui est réellement fascinante du fait de son cadre religieux qui rappelle vaguement Le Nom de la rose. Toutefois, l'histoire reste en surface, elle tente des pistes mais n'ose pas dépasser les codes du genre (roman jeunesse oblige). Et donc c'est gentillet, avant de basculer vers une issue improbable et mielleuse (désolée, mais la fuite en avant m'a inspiré beaucoup d'ennui !).

Je retiendrai, néanmoins, de cette lecture une belle introduction à un XVe siècle sclérosé par sa foi religieuse, sa croyance aux superstitions et la chasse aux sorcières sitôt qu'on sort des sentiers battus - une femme qui pratique la médecine ou qui revendique son droit à l'indépendance est une idée farouchement combattue et scandaleuse ! L'auteur a su transmettre ce poids qui accablait les femmes et leur ôtait toute identité à travers un récit réaliste.

Un bon roman historique, certes, accessible pour les plus jeunes (dès le niveau collège), mais qui est bancal et maladroit dans sa conduite générale.

Gallimard jeunesse, octobre 2013, traduit par Alice Marchand

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Cercle des confidentes, 1. Lady Megan par Jennifer McGowan

IMG_9737

Londres, 1559. Meg Fellowes, 17 ans, comédienne de la troupe de la Rose d’Or, est arrêtée pour vol et se sait condamnée à la potence. Pourtant, on lui propose une alternative : accepter de faire partie d’un groupe de demoiselles d’honneur très spéciales - des espionnes au service de la reine Élisabeth d’Angleterre. Meg est chargée d'être les yeux et les oreilles de la souveraine, auprès de qui elle doit faire un rapport sur tout ce qu'elle entend et voit (la jeune fille est dotée d'une mémoire exceptionnelle, elle est notamment capable de réciter une conversation entière en espagnol alors qu'elle n'y comprend goutte).

Mais les intrigues de la cour sont nombreuses, fourbes et tordues. Meg doit jouer sur plusieurs fronts et se retrouve forcée de faire des choses qui vont à l'encontre de sa conscience (trahir ses amis, espionner la reine elle-même, avoir un faible pour un courtisan peu recommandable). De plus, elle a appris que la précédente jeune fille qui avait tenu son rôle a été assassinée au cours de ses fonctions, de quoi lui donner le tournis et quelques frayeurs supplémentaires. Meg vient de pénétrer dans une arène cernée de dangers, d'interdits et de mensonges.

Superbe introduction d'une nouvelle série historique alliant charme et mystère (dans la même veine que The Agency de Y.S Lee ou La maison du magicien de Mary Hooper) ! La lecture rassemble une intrigue efficace, avec du suspense et de l'espionnage, des trahisons et des complots politiques à foison. L'héroïne est une fonceuse, qui ne doute de rien et qui fait aussi preuve de droiture et de noblesse du coeur. Par contre, l'action est assez lente, l'histoire est ultra détaillée, compacte et parfois confuse, elle est également ralentie par des éléments insignifiants (les discussions, les leçons, les passages secrets à débusquer...). C'est un ensemble, certes, mais c'est générateur d'une pointe d'ennui à mi-parcours du livre.

Sans quoi, l'intrigue amoureuse, aussi minime soit-elle, est mignonne et croustillante, il me tarde d'en connaître les développements dans les prochains tomes à paraître ! Car cette série est attachante, riche d'un contexte historique qui refuse de faire tapisserie. Quelques défauts seront à corriger, sinon c'est très bien pour un début ! Cela donne envie d'en lire un peu plus...

éditions Milan, coll. Macadam, septembre 2013 - traduit par Marie Cambolieu

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11/12/13

Les Enfants du Roi, de Sonya Hartnett

IMG_0146

Jeremy et Cecily Lockwood quittent Londres avec leur mère pour vivre à la campagne, chez leur oncle Peregrine. C'est le début de la guerre, la ville a décrété un blackout et les premiers raids aériens se font attendre. En route, les Lockwood recueillent une jeune évacuée, May Bright. Elle a dix ans, elle est toute mignonne et timide, Cecily décide d'en faire “sa chose”, mais la demoiselle est rebelle.

Finalement, sans prévenir, elle part se promener dans les jardins ou les bois, elle fait même une découverte étonnante dans les ruines du château et propose à Cecily, revêche, de la suivre. Deux garçons, deux frères, sont là. Méfiants, blessants, moqueurs. Cecily prend la mouche, tandis que May est intriguée. Peu de temps après, l'oncle Peregrine leur fait part d'une vieille légende (triste et effrayante) au sujet de Richard III et du mystère des Princes de la Tour.

Plus qu'un simple roman historique, c'est aussi une plongée dans un monde chimérique (avec des fantômes, des mystères, des secrets). On y trouve aussi une ambiance surannée, des personnages crispants (surtout Cecily), du charme, une écriture remarquable, tout en poésie et en subtilité. On se laisse séduire, en dépit de nos doutes ou de nos réticences, ce qui est assez inhabituel. Je pense d'ailleurs que c'est une lecture qui plaira davantage aux adultes, mais qui risque de laisser les enfants dans une certaine perplexité. 

éditions (Les Grandes Personnes), avril 2013, traduit par Fanny Ladd et Patricia Duez, illustration de couv. : Gérard Dubois

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05/12/13

Gladiateur, tome 1 : Le combat pour la liberté, par Simon Scarrow

IMG_0101

Empire romain, 61 av. JC.
Marcus Cornelius Primus assiste, impuissant, à la mort de son père. Sa mère et lui sont enlevés et livrés à un homme assoiffé de vengeance et portant une haine ancestrale à l'ancien centurion Titus Cornelius Pollenius. Par chance, Marcus parvient à s'échapper et cherche à se rendre à Rome. Mais sa fuite va tourner court sur le bateau à bord duquel il avait réussi à se faufiler clandestinement. Démasqué, Marcus est finalement vendu comme esclave à un laniste, qui l'envoie dans la meilleure école de gladiateurs.

Commence alors pour lui une existence de dur labeur, à devoir suivre une formation difficile et dictée par des règles très strictes. Toutefois, Marcus acquiert les compétences d'un guerrier d'élite. Tenaillé par son passé qui le hante toujours, il veut recouvrir sa liberté au plus vite pour sauver sa mère et obtenir de Pompée le Grand de leur venir en aide (son père lui avait sauvé la vie, lors de la défaite de Spartacus). Mais d'autres révélations attendent le garçon au tournant, encore et toujours !

Les jeunes amateurs d'aventure et d'action vont apprécier cette découverte, plantée dans un contexte historique enrichissant (surtout quand on connaît le succès des séries comme Rome ou Spartacus, mais aussi des films comme 300 ou Gladiator, et même le jeu vidéo Ryse : Son of Rome, les références ne manquent pas !). La Rome antique a toujours enflammé l'imaginaire des lecteurs et autre cinéphiles. Comment, maintenant, adapter cet univers sans pitié à un public de 11-12 ans en moyenne ?

Simon Scarrow a visé juste : une intrigue hyper basique mais palpitante, grâce à une succession de rebondissements et un coup de théâtre final. En plus, le personnage central est un héros sympathique, qui incarne les notions de valeur et d'honneur de l'époque (époque pourtant très troublée et ultra violente, ne l'oublions pas !). Certes, la série décrit avec réalisme les scènes de combat, mais sans violence gratuite, comme elle s'adresse à des enfants, cela ne dépasse jamais les bornes. Une lecture passionnante, qu'on peut rapprocher avec la série Les trois légions de Rosemary Sutcliff, par exemple. 

Gallimard jeunesse, février 2013 - traduit par Julien Ramel
♣ Tome 2 à paraître en 2014 ♣

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


03/12/13

Sept messages pour mes 15 ans, par Stewart Lewis

IMG_0092

Luna porte le deuil de sa mère depuis un an, celle-ci a été renversée par un taxi et a laissé une famille choquée. En fouillant dans son studio, Luna trouve son portable et découvre qu'il contient sept messages. Elle écoute le premier et se réserve le droit d'écouter le reste au fil des jours. Sa mère, qui était un mannequin célèbre, aurait, semble-t-il, emporté ses secrets dans sa tombe. Car au fil de ses découvertes, Luna est de plus en plus perplexe, convaincue que son père lui ment, que sa mère menait une double vie, que d'autres personnes étaient dans la confidence et doivent aujourd'hui jouer cartes sur table avec elle.

Cette quête, finalement, permettra à la jeune adolescente de se remettre sur les rails. Depuis un an, elle se sentait déboussolée et complètement à l'ouest. Elle a même pris l'initiative de taper à la porte de son voisin, le bel Oliver, qui joue du violoncelle sous sa fenêtre, à longueur de journée, pour lui proposer de l'assister. Ainsi, de rencontres en surprises, de révélations en désillusions, d'interrogations en confidences, Luna dresse un portrait pas tout rose de sa jolie maman, mais apprend aussi d'autres vérités sur la vie, l'amour et l'engagement en général.

C'est un doux roman, plutôt doux-amer, très sensible, touché par la grâce et arrosé d'un voile de suspense, que j'ai eu plaisir de picorer. Peut-être le charme finit-il par s'étioler au fil des chapitres, la fin se révélant trop lisse, trop facile, mais du moins le reste du roman n'aura jamais manqué de m'émouvoir, de me troubler et de m'interpeller. Le parcours de Luna est celui d'une adolescente brisée, qui cherche de nouveaux repères et qui va brillamment se sortir de son long tunnel avec tact et beaucoup d'acuité. C'est un très beau et doux moment que nous propose cette lecture !

La Martinière J., octobre 2013, traduit par Sophie Passant

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22/11/13

Samouraï Océan (Tome 1 : Le destin de Satchi) par Hugo Verlomme

IMG_0090

Cette lecture aura été une excellente surprise, car je ne partais pas follement convaincue, au vu de cette couverture peu engageante (et pourtant, très fidèle au contenu du livre !). Ni une, ni deux, l'auteur a su m'embarquer dans son univers d'aventure et de passion, tout ça sur fond écologique, avec en arrière-pensée la troublante sensation de songer à Vango (le foisonnant roman de Timothée de Fombelle).

Dans Samouraï Océan, c'est aussi l'histoire d'un orphelin, Satchi, qui été retrouvé sur le dos d'une tortue alors qu'il n'était qu'un bébé. On ne sait rien de ses origines, il a grandi dans un petit coin paradisiaque, en compagnie d'Evolina et des siens. Lorsque la jeune fille a eu l'opportunité de partir, Satchi s'est retrouvé seul et désemparé. A son tour, il a pris le large, s'est trouvé une mission (sauver la faune et la flore des fonds marins, menacés par la pêche industrielle) et a trouvé un point d'ancrage auprès de Marco, Elena et des jumelles Mina et Mona.

Un jour, suite à une mission douloureuse, où il a bien failli laisser sa peau (il a été frappé par la foudre et ses cheveux ont blanchi), Satchi découvre à la télé un documentaire sur le surf et aperçoit la silhouette d'Evolina. Il part aussitôt à sa recherche, se propulse nouveau champion de la vague sans avoir rien calculé, attire la jalousie haineuse de Jason, le recordman en titre, également le petit ami de Lina ! Les retrouvailles promettent monts et merveilles, mais surtout l'action est intense, le danger est partout (on veut faire payer à Satchi ses actes de piratage en mer), le garçon dérange, mais il semble survoler tout ça avec une grâce sans nom.

Satchi est un cœur pur, avec des valeurs et un sens de la noblesse véritable. C'est un authentique, un garçon qui ne triche pas, qui suit son instinct. Il est béni des dieux, il possède un sabre qui a été taillé dans une matière unique et rare, il est capable de beaucoup, mais il a aussi une part d'ombres, avec ses racines secrètes, ses mystères, etc. Franchement, je ne m'étais pas attendu à aimer autant ce livre ! C'est passionnant, ça caracole à chaque coin de page, le récit nous entraîne loin, très loin, et jamais on ne s'ennuie un seul instant ! Vivement la suite.

Gallimard jeunesse, juin 2013
La couverture a été réalisée par l’illustrateur italien Davide Nadalin, à qui l’on doit les illustrations de Percy Jackson.

  • Hugo Verlomme a créé le site  www.123ocean.com afin d'y réunir les tribus de la mer, de faire fusionner les énergies pour la protéger, la connaître, la partager. 
  • Excellent ! Une pétition à signer, mise à l'honneur par la talentueuse Pénélope Bagieu

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21/11/13

☼ Mon été mortel, par Jack Gantos ☼

IMG_0091

Jack a douze ans et vit dans la petite ville de Norvelt, en Pennsylvanie. Nous sommes en 1962, c'est l'été mais le garçon doit rester confiné dans sa chambre. Un, il a joué avec une arme japonaise interdite. Deux, il a fauché tout le champ de maïs de sa mère (son père veut construire un abri antiatomique, ou plutôt une piste d'aviation, mais le projet est top secret !). Seule consolation, Jack a droit de se rendre chez la vieille Mlle Volker, qui ne peut plus se servir de ses doigts (elle plonge ses mains dans de la paraffine brûlante pour les assouplir !), et a besoin de lui pour rédiger ses nécrologies.

Par un fait étrange, la ville de Norvelt est frappée d'une vague de disparitions soudaines. Les unes après les autres, toutes les petites vieilles tombent comme des mouches. Jack commence à trouver ça douteux, mais Mlle Volker est persuadée qu'il s'agit d'une malédiction. Quelques jours plutôt tôt, un motard a été aplati par un camion. Une bande de Hells Angels a fait irruption pour réclamer le corps, avant de repartir en maudissant la ville et ses habitants.

Ce n'est pas tout ça, car il se passe une multitude de petites intrigues au cœur de l'histoire, qui nous régale sur toute la ligne (pour mémoire, la visite en tenue de Faucheuse, pour vérifier si une petite dame est bien morte, suivie d'un dialogue surréaliste, mais à mourir de rire !). C'est tendrement saugrenu, riche en mésaventures hilarantes, avec une bonne brochette de personnages excentriques et attachants (l'insupportable Spizz, amoureux transi éconduit, qui circule en tricycle !).

C'est un roman très drôle, avec un sens de la dérision absolument divin. J'ai beaucoup aimé !

éditions (Les Grandes Personnes), août 2013, traduit par Valérie Le Plouhinec, illustration de couv. : Jean-François Martin

20/11/13

Un jour j'irai chercher mon prince en skate, par Jo Witek

IMG_0049

L'adolescence, ça craint ! Pour Fred, 14 ans, il est hors de question de se la jouer fifille à fond, elle déteste le maquillage, la danse, le shopping, et même sortir avec un garçon lui passe par-dessus la tête, depuis qu'elle a compris que son éducation sentimentale ancrée sur la lecture des contes de fée lui a pourri le cerveau jusqu'au trognon ! La réalité, elle, est nettement plus amère et douloureuse.

Officiellement, elle a décrété à ses copines qu'elle ne sortirait avec aucun garçon ou verrait plus tard pour son premier baiser. Pour l'instant elle préfère se consacrer à sa passion du skate ! Intérieurement, Fred enrage tout de même d'avoir tout compris de travers et de n'avoir pas reçu de mode d'emploi concernant les jeux de l'amour et du hasard.

Les vacances aidant, Fred fait la rencontre de sa tante Diane, le mouton noir de la famille. Aussitôt fascinée, Fred veut tout savoir, tout comprendre, tout connaître de cette tante déjantée, de sa vie, des mystères de l'amour, etc. Diane est imprévisible, inconstante, mais a aussi de chics idées pour dénicher la perle rare ou cerner ce qu'est un chouette gars ! ;o)

En somme, c'est un roman cocasse, un poil cynique, mais débordant de tendresse ! C'est pile-poil la lecture parfaite pour des adolescentes qui doutent d'elles-mêmes, confrontées à une puberté pas toujours épanouissante, avec en toile de fond des histoires de famille et des secrets qui couvent sous la marmite et ont besoin de s'échapper. C'est charmant, délicieux et très plaisant à lire. On n'en fait qu'une bouchée !

Actes Sud junior, août 2013

“ Si vous avez mon âge et que vous n'avez jamais embrassé de garçon ou de fille, ne paniquez pas ! Cette histoire est pour vous et pour tous ceux qui se sentent rejetés des grandes romances. ”

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Ma réputation, par Gaël Aymon

IMG_0048

Laura, 15 ans, préfère la compagnie des garçons. Mais lorsque son meilleur pote Sofiane cherche à l'embrasser, Laura le repousse, ses autres potes lui tournent le dos. Elle se retrouve seule, incomprise et montrée du doigt. Alors qu'elle tente une timide approche auprès des filles de sa classe, un scandale l'éclabousse : une photo d'elle, prise dans son intimité, circule sur tous les portables et sur le net. De fil en aiguille, sa réputation est faite, Laura est mortifiée, incapable de riposter, la rumeur ne cesse d'enfler et se jette sur elle comme un vautour sur sa proie.

C'est un texte très court, seulement 100 pages, mais qui raconte juste et bien le calvaire d'une adolescente victime du harcèlement des cours de récréation, via l'utilisation des nouveaux moyens de communication d'aujourd'hui (les réseaux sociaux, les téléphones mobiles, et donc le sexting, la diffamation, l'injure publique et les insultes). C'est une réalité sordide, qui fait froid dans le dos, car c'est extrêmement dangereux de se servir de ces supports pour se défouler, exprimer sa jalousie ou sa colère, ou juste pour faire une blague.

Le roman a bien su capter la réalité du terrain et la complexité des adolescents, tout en apportant des solutions (se confier à des proches, ne pas se renfermer sur soi, porter plainte, etc.). L'héroïne a été entraînée dans une spirale infernale, parce que sa façon d'être n'a pas été acceptée (elle préfère la solitude à la simple idée de jouer un rôle superficiel), elle a été jugée et c'est toujours insupportable de subir ce type de procès bête et mesquin. Ce livre, raconté avec simplicité mais intelligence, offre donc de nombres pistes de réflexion et de débat. Idéal pour les ados.

Actes Sud junior, septembre 2013

« A force d'être salie, je me sens sale. Je suis rentrée dans le rôle, je m'habitue. Quelle raison ils auraient de prendre ma défense, de venir vers moi, puisque même à mes yeux, je ne le vaux pas ? C'est pour ça que je ne vois pas d'issue. Je me dis que quelque part, j'ai dû chercher ce qui m'arrive. Dans le lycée, il y a bien des groupes de filles et de garçons mélangés. Mais une fille seule avec trois mecs, tout le monde sait que j'aurais pas dû ! Surtout que j'ai joué à la plus maligne. J'ai fait ma reine. J'ai fait la coquette. J'ai laissé enfler toutes ces rumeurs sur notre petit groupe. Ça me flattait qu'on pense que je leur plaisais à tous les trois, surtout à Jimmy, qui fait rêver la moitié des filles du lycée. C'était juste un jeu. Mais c'est peut-être ça, être une salope : jouer avec le feu. Pourtant, quand je les écoute, les autres filles entre elles, elles ne parlent que de ça : les garçons, les garçons, les garçons ! Alors autant être seule, plutôt que de me farcir ce genre de copines. C'est pas que j'aime trop les mecs, finalement. C'est juste que je ne les supporte pas, elles, et leur monde de magazine people ! »

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,