19/01/18

Le sourire étrange de l'homme-poisson, de Tom Avery

Le sourire étrange de l'homme poissonNed et Jamie ont treize ans et sont frères jumeaux. Vivant sur l'île de Portland, dans le Dorset, les garçons aiment se ruer sur la plage, après chaque déferlement de tempête, toujours en quête de trésors (bouts de bois flottés, chaussures, vaisselles ou os de baleine) qu'ils collectionnent précieusement dans le garage. 
Un jour, pourtant, les garçons trouvent une créature étrange et méconnaissable, planquée sous des algues, un homme poisson qu'ils vont cacher, sans rien dire à personne. Ned est convaincu qu'ils vont vivre le début d'une aventure extraordinaire, tandis que Jamie pense que la créature est venue sauver son frère.
En effet,
Ned est atteint de mucoviscidose. Gravement malade, le garçon multiplie les traitements et doit souvent rester au chaud, allongé sur le canapé à regarder l'intégrale de Star Trek. Les deux frères ont également grandi en écoutant les légendes de leur grand-père, ancien pêcheur, et sont intarissables sur les étoiles, les poissons et les sirènes.
C'est donc en toute quiétude, et avec beaucoup d'admiration, que j'ai partagé la routine de cette famille, jouant des parties de Risk ou buvant du thé. J'ai aussi beaucoup aimé devenir la complice des jumeaux et préserver le secret sur Leonard (clin d'œil au Dr McCoy, médecin-chef sur L'Enterprise), tout en me posant légitimement des questions sur lui. J'ai adoré me perdre dans ce petit coin paumé de Chesil Beach, pédalant sur un vélo, bravant la pluie, le vent, le tonnerre, les vagues et le froid. Criant colère et détresse face à la mer. Espérant un chant lointain, une étoile brillante et solitaire. Soupirs.
Il y a dans ce petit roman un maelström d'émotions, qui nous fait passer du tout au tout, du rire aux larmes, de la stupeur à l'incompréhension, du rêve à la réalité, du mensonge à la triste évidence. Ce sont 200 courtes pages, qui se lisent parfois comme un conte et qui surtout ont le poids d'une lecture bouleversante. J'ai cru tenir bon, mais j'ai pleuré comme une madeleine à la fin. Suis définitivement irrécupérable.
Enfin, c'était vraiment bien... Doux, poétique et plein de finesse. Vraiment bien. Un roman qui parle de la mer et de la famille. Tout ce que j'aime. ☺

Seuil jeunesse, 2018

Traduit par Amélie Sarn. Titre VO : Not As We Know It.

Illustration de couverture : Lisa Zordan

Prolongement de lecture : À marée basse, de Jim Lynch

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


#Wanted : Les étranges sœurs Wilcox, de Fabrice Colin

Londres, 1888. Qui sont ces deux orphelines qui s'aventurent la nuit dans les rues mal famées ? Ignorent-elles que Jack l'Éventreur et d'autres créatures plus terrifiantes encore y livrent une lutte sans merci ? Mais Amber et Luna Wilcox ne sont pas des jeunes filles comme les autres. Sous leur frêle apparence se cache un terrible secret...

A62676

Dans cette histoire énigmatique et néanmoins passionnante, on croise les figures tutélaires de Sherlock Holmes, du Docteur Watson, de Bram Stoker, pour ne citer qu'eux, mais surtout on plonge littéralement dans un univers fascinant, bien campé, sombre et enivrant. Une société secrète lutte contre des forces obscures, tous les coups sont permis - meurtres, kidnappings, incendies criminels, poursuites endiablées... Et au milieu, les sœurs Wilcox tentent de comprendre l'inextricable écheveau dans lequel leur famille s'est engouffrée. Leur père a disparu, leur belle-mère joue à cache-cache et retient des informations précieuses... Amber et Luna vont être aspirées dans un tourbillon infernal. Toutefois, c'est du plaisir sur toute la ligne. Les clichés sont rebattus, revisités, bref dépoussiérés. Le lecteur n'en perd pas une miette et avale en une goulée les pages du roman.  Le rythme est enlevé, l'épopée ébouriffante. À ceci s'ajoutent des émotions à tous les étages. Des personnages attachants. Une intrigue habilement tissée. Et des personnalités légendaires. C'est envoûtant, raffiné, démoniaque. 

Je lance maintenant un appel international (#cristina_inside) pour espérer l'éventuelle parution du tout dernier tome (Le Dernier Sacrifice) promis depuis 2014.

Collection: Folio Junior - N°1629 

Illustrateur de couverture : Erwann Surcouf

 

Premier #Wanted d'une longue série.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15/01/18

Calpurnia et Travis, de Jacqueline Kelly

Calpurnia et TravisTrois ans après une première et enthousiasmante rencontre cf. #1, nous retrouvons notre jeune naturaliste, Calpurnia Tate, dans sa petite ville de Fentress, en pleine campagne texane. Nous sommes en 1900, Calpurnia a bientôt treize ans et connaît déjà la frustration de grandir dans un monde où le masculin l'emporte hélas sur le féminin. Seule fille parmi six frères, Calpurnia est obligée à des leçons de piano, de tricot, de couture et à une bienséance exemplaire. Ses parents envisagent pour elle un beau mariage, alors que la jeune fille brûle d'envie de faire des études. Elle possède déjà une excellente disposition en biologie, grâce à son grand-père qui a toujours encouragé sa curiosité et son sens de l'observation. Depuis toujours, Calpurnia aime les sciences et la nature, explore le monde qui l'entoure, mène ses propres expériences et n'envisage pas l'avenir autrement. Elle s'entend beaucoup avec son jeune frère Travis, qui veut sauver toutes les créatures en détresse mais qu'il faut souvent héberger, nourrir ou soigner en cachette... défilent ainsi Armand le tatou, Bandit le raton-laveur et Scruffy le chien coyote. L'arrivée en ville d'un vétérinaire va être pour eux une formidable aubaine. En effet, suite au terrible ouragan qui a balayé Galveston, leur cousine Aggie est hébergée chez les Tate et a fait tout le voyage avec sa grosse valise et sa précieuse Underwood, dans un silence mutique, assise à côté du Docteur Pritzker. Sans le savoir, le quotidien de Calpurnia va être chamboulé par ces rencontres et par des découvertes et des révélations proches du “choc émotionnel”, comme elle dit.

Déjà trois ans que j'avais lu le roman de Jacqueline Kelly et éprouvé une vraie fascination pour son héroïne, d'où ma joie de la retrouver avec la sensation de l'avoir quittée la veille ! J'ai franchement adoré partager 360 nouvelles pages de la vie de Calpurnia ! C'est divin. La demoiselle nous raconte son monde, avec ses anecdotes bucoliques et son analyse empirique, aussi bien concernant sa famille, son éducation et ses espoirs. Tout est frais, charmant et suranné. L'approche historique est pertinente. Le XXe siècle vient de s'ouvrir, les premiers gisements de pétrole sont annoncés, la révolution industrielle est en route. Le monde de Calpurnia pourrait ainsi grandement changer, car pour l'heure on soulève encore le poids de l'injustice liée à son sexe (pour preuve, la pièce d'or reçue à son anniversaire). On vit et on ressent pleinement les joies et les peines de notre héroïne aux désirs tristement bafoués et à l'insatisfaction grossissante. Heureusement, la demoiselle a l'esprit vif et facétieux, elle ne se laisse pas abattre facilement. La lecture de cette chronique familiale est donc tout à fait exquise - j'ignore encore si l'auteur va poursuivre sa série, ce que je souhaite grandement, car je me demande jusqu'où Calpurnia sera en mesure de suivre son ambition - faire des études, placer son épargne, enrichir ses collections et bouquiner tous les ouvrages possibles. À très vite, j'espère ! ☺

Traduit de l'anglais (USA) par Dominique Kugler.
Illustration de couverture de Beth White

L'école des loisirs, 2017

Existe aussi une série pour les plus jeunes : Calpurnia, apprentie vétérinaire. Une lecture agréable, mais nettement moins riche que les deux romans.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05/01/18

Miss Peregrine et les enfants particuliers #2: Hollow City, de Ransom Riggs

Miss Peregrine Hollow City** SPOILERS INSIDE ** Fait suite au tome 1 de la série Miss Peregrine. Et donc...

Après la violente attaque contre l'île de Cairnholm, où vivaient Miss Peregrine et les enfants particuliers dans leur boucle temporelle, l'Ombrune est piégée sous la forme d'un oiseau. Si Jacob et ses camarades souhaitent la libérer, ils n'ont pas d'autre choix que de se rendre à Londres pour y retrouver une certaine Miss Wren. Égarés dans un monde en pleine déroute, les enfants doivent se protéger des bombardements, déjouer les pièges de leurs ennemis et accorder leur confiance aux rencontres de passage (des chiens savants, une ménagerie fantastique, des gitans, des fillettes planquées dans des ruines). Un périple insolite et fastidieux, mais d'une lenteur parfois exaspérante.

Cette lecture m'inspire finalement des sentiments partagés - elle est à la fois étrange et captivante, et néanmoins décevante en raison des longueurs inutiles dans le récit. J'aime par-dessous tout son univers et son originalité, mais j'avais la sensation d'en avoir fait le tour car l'auteur ne nous embarque pas plus loin et lance ses personnages dans une quête lente et banale, sans puiser davantage dans le contexte. Livre audio oblige, toute la richesse esthétique de l'ouvrage est rendue inexistante - un bon point perdu. Cette mise à nu nous met aussi face à une intrigue simple et délayée. Bref. C'est frustrant, car il ne se passe pas grand-chose pendant les 3/4 du roman. Et quand je pensais les carottes cuites, soudain le dénouement ravive la flamme et prend une tournure surprenante et réussie ! Bien fait pour moi. ☺ La prochaine parution du troisième épisode - courant janvier 2018, chez Audiolib - est donc une véritable aubaine pour retrouver Jacob, Emma, Bronwyn, Horace et même Enoch dans la fin de leurs aventures extraordinaires.

©2014 Ransom Riggs / Traduction française : Sidonie Van den Dries pour Bayard Éditions

(P)2017 Audiolib. Texte lu par Benjamin Jungers. Durée : 10h 20

 

 

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

La légende de Podkin Le Brave, #1: Naissance d'un chef, de Kieran Larwood

Podkin le bravePar une froide nuit d'hiver, le soir du réveillon de la fête des Ronces, un barde dépenaillé et affamé se présente au terrier de l'Épineux pour y rapporter l'histoire de Podkin le brave. Ce lapin héroïque a longuement nourri l'imaginaire des enfants, lesquels écoutent avec fascination les anecdotes épiques du conteur d'histoires. Contre un bol de soupe de navets, une assiette de pain de maïs et une cruche d'hydromel, le barde se lance alors dans un long, long récit d'aventures. Et c'est comme si nous y étions également, assis au coin du feu, public insatiable et avide de connaître la suite... Car avant d'entrer dans la légende, Podkin était un jeune lapereau insouciant, fils d'un chef de clan. Or, une attaque de Gorm - des lapins couverts de métal et devenus féroces par une force invisible - a contraint Podkin, sa sœur Paz et leur frère Pook à fuir sans se retourner. Seuls et désemparés, ils vont affronter le froid, la peur, la trahison. Ils devront se montrer courageux et rusés, protéger une épée magique, se perdre dans la forêt, accorder leur confiance à une sorcière et à un mercenaire aveugle. Rarement une épopée aura été relatée avec autant d'emphase et de passion. Résultat, le public est en adoration.

Captivante et espiègle, la lecture nous plonge admirablement dans l'ambiance et nous embarque dans une formidable épopée, pleine d'émerveillement et d'héroïsme insoupçonné. “Les histoires ne parlent pas seulement de batailles et de vengeance. Il faut développer les personnages, introduire du suspense, créer une atmosphère, ajouter un peu d'amour”. Rien que pour ça, c'est un franc succès pour Kieran Larwood, avec ce début de série très réussi. Une découverte qui mérite le coup d'œil. ☺

Gallimard Jeunesse, 2017 - Trad. Catherine Gibert & Illus. David Wyatt

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


21/12/17

Alfie Défenseur du Royaume #1: Chevalier blanc contre Dragon noir, de Nick Ostler & Mark Huckerby

Alfie Chevalier blanc contre Dragon noirHéritier du trône d'Angleterre, Alfie grandit sous l'œil scrutateur de l'opinion publique et des objectifs des photographes. Ses moindres faits et gestes sont passés au crible, et ses maladresses souvent tournées en ridicule. Alfie n'a pas choisi son destin et rêve d'échanger sa place avec son frère jumeau, Richard, son cadet de dix secondes, loué pour son charme et son charisme. Mais le temps n'est pas aux apitoiements, car le royaume vient de perdre son souverain, contraignant Alfred à assumer son héritage plus tôt que prévu. Chaperonné par le grand chambellan et son maître d'armes, il découvre les coulisses du pouvoir et ses enjeux. Et là, grande surprise, c'est désormais lui qui doit endosser l'armure secrète du Défenseur du Royaume, ce superhéros survolant le pays à dos de cheval ! Gloups. Alfie est sous le choc, mais doit agir pour affronter le danger aux portes du château. Un Dragon Noir vient de semer la terreur dans la Tour de Londres... et une adolescente, témoin de la scène, a emporté une précieuse écaille arrachée de la cuirasse du monstre. Roulement de tambours, sonnez les trompettes - cette série fait son entrée en fanfare !
L'idée d'un monarque à la double vie est excellente, même si l'histoire ne nous présente pas un garçon à la hauteur du rôle dévolu. À la place, on suit un adolescent accablé par le poids des responsabilités, fruit d'une longue lignée de héros chevaleresques, indécis et angoissé face aux attentes. C'est cependant tout à son honneur, car cela rend Alfie attachant et plus proche du jeune lecteur. Certes, l'aventure tourbillonne et nous embarque rapidement dans un flot de péripéties, où l'action, l'humour et les rebondissements se bousculent. C'est stupéfiant, très agréable et distrayant à parcourir. La lecture se veut pleine de surprises et débordante d'enthousiasme... pour preuve, le dénouement et ses révélations renversantes. J'ai tout aimé, sauf les couleurs criardes de la couverture du roman. ☺

Gallimard jeunesse, 2017 - trad. Sophie Brun

illustration de couverture : Loïc Sécheresse

15/12/17

Power Club #1 : L'apprentissage, de Alain Gagnol

Power ClubImaginons qu'en 2038, devenir un super-héros ne serait plus une utopie mais une réalité. Anna n'est pas née sur Krypton, elle vit à Paris avec sa famille et vient de décrocher le précieux sésame pour rencontrer la directrice du Power club à New York. En fait, ses parents très riches ont joué de leurs relations et payé une somme colossale pour surprendre leur enfant le jour de son dix-septième anniversaire.
Le Power Club fait rêver la jeune génération, car leurs membres incarnent le glamour, la notoriété et le spectaculaire. Très vite, Anna est étourdie par cette nouvelle existence faite de soirées arrosées, de fêtes endiablées, de strass et de paillettes. Les caméras sont braquées sur elle - sa fraîcheur fait des ravages. Et n'oublions pas qu'elle incarne aussi la super-héroïne farouche et intrépide, qui fait se pâmer des foules entières. Anna vit un rêve éveillé... Pourtant, elle s'interroge peu à peu sur son libre-arbitre, les dommages collatéraux, les contrats verrouillés, la frénésie médiatique, le paraître etc. Elle remet en doute les principes fondamentaux du club. Et lorsqu'un individu l'approche pour lui ouvrir les yeux, tout bascule. 

Que de rythme, d'énergie, de passion et de candeur dans cette lecture qui se dévore en un rien de temps ! Je n'ai pas boudé mon plaisir - l'histoire est captivante, avec des scènes d'action pêchue, de l'humour, du suspense et une vraie héroïne attachante. On a, de plus, la sensation grisante d'être dans sa peau. On ressent comme elle l'ivresse du succès, la plénitude d'être en communion avec ses boosters, on survole les toits de Manhattan, on sauve des vies, on arrête des malfrats, on attire l'attention et on jubile intérieurement. Mais inversement, on comprend également que tout n'est pas rose, tout n'est pas lisse, tout n'est pas abnégation et amour. Et on se lance avec la même ferveur dans une enquête délicate pour mettre à jour un complot implacable. C'est très, très bon ! Foncez. Moi je lis déjà la suite #2 : Ondes de choc.  

Syros, 2017

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/12/17

La Quête d'Ewilan #3 : L'Île du destin, par Pierre Bottero

Ewilan l'île du destin 3Troisième tome de la série - désormais l'univers est planté, les enjeux sont déterminés, le rythme s'intensifie et les personnages embrassent leur destinée sans frémir.
Ewilan a compris qu'elle ne pourra jamais mener sa mission sans l'aide de son frère et doit donc retourner dans l'autre monde pour l'enrôler bon gré mal gré. Ce nouveau pas de côté a du bon, puisqu'il va notamment permettre à la jeune fille d'éclairer les circonstances de son adoption et relancer l'enquête de la police avec une arrestation impromptue ! Salim et Bjorn se mettent dans de beaux draps, et le lecteur savoure ce moment. ☺
À Gwendalavir, l'aventure se poursuit également. Entre les Ts'liches, les Sentinelles ou les Frontaliers, les conflits grondent mais les affrontements s'émoussent. Finalement, l'histoire tire sa révérence en traçant des points de suspension ; une partie du problème a sans doute trouvé sa solution, mais la lutte contre le mal est loin d'être terminée. 
Clap clap clap de joie. Je suis évidemment séduite par la perspective de me lancer dans un nouveau cycle de lecture. Près de quinze ans après sa publication, la série conforte son souffle, sa force, sa richesse. J'envie les jeunes lecteurs de découvrir cet univers fantastique et captivant - avec son héroïne courageuse et attachante. L'histoire est pleine de tours et détours cachés, aux inspirations nombreuses et à l'imagination florissante.
Pour moi, je n'envisage plus de la suivre autrement qu'en livre audio. Kelly Marot, qui est aussi la voix française de Katniss dans Hunger Games, est une interprète talentueuse et agréable à écouter. Elle joue habilement avec les émotions, l'humour et le suspense. C'est tout bon ! Je suis définitivement conquise.

©2003 / 2006 Rageot Éditeur, Paris (P)2017 Audiolib, texte lu par Kelly Marot (durée : 6h 32)

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01/12/17

Vingt-quatre heures dans l'incroyable bibliothèque de M. Lemoncello, de Chris Grabenstein

Vingt quatre heures dans l'incroyable bibliothèque de M LemoncelloKevin vient de remporter le concours pour découvrir en avant-première la fantastique bibliothèque de Luigi Lemoncello et ainsi passer une nuit complète pour tout explorer avec onze autres camarades du même âge. Peu avant la délivrance, l'excentrique mécène leur propose de participer à une nouvelle partie, avec pour immense plateau de jeu la bibliothèque elle-même. Le but ? Réussir à en sortir dans les vingt-quatre heures. Comment ? En résolvant une multitude d'énigmes et en dénichant les indices savamment planqués par-ci, par-là. Deux équipes s'affrontent, les petites cellules grises sont en action... un, deux, trois, lisez !
Les amoureux des livres ne peuvent que succomber au charme de cette lecture, qui nous transporte dans l'univers fabuleux des rayonnages à perte de vue, où des milliers de bouquins sont alignés comme de bons petits soldats, avec des références à foison et des invitations à picorer à satiété. Miam, miam. Mais la bibliothèque de M. Lemoncello réserve aussi son lot de surprises, avec son aspect avant-gardiste incluant des hologrammes ou des échelles électromagnétiques pour parcourir les étagères et piocher le livre choisi. On reste comme des mômes, les yeux écarquillés et éblouis par de telles merveilles techniques qui côtoient en parfaite osmose les belles reliures et les archives plus traditionnelles.
L'histoire, ensuite, est un clin d'œil au roman de Roald Dahl - Charlie et la chocolaterie - et son incroyable Willy Wonka qui ouvre les portes de son usine à cinq enfants et leur famille pour partager sa grande passion. Les jeunes convives de M. Lemoncello pénètrent aussi l'antre secret, mais doivent montrer patte blanche, respecter les consignes et déployer des trésors d'ingéniosité pour décoder les rébus et autres devinettes de ce jeu grandeur nature.
Il règne une véritable effervescence dans l'histoire, un excès d'enthousiasme débordant, qui peut tourner la tête ou créer une sensation de vertige. Je craignais, au départ, ne pas être à ma place, pour finalement y adhérer à fond et avoir envie de participer à cette chasse au trésor. J'ai trouvé l'enquête passionnante. Bien ficelée, truffée de détails littéraires, mais aussi joyeuse et inattendue.
En bref, c'est une lecture qui s'adresse à tous les grands amateurs de jeux - plateau, mots, vidéo - et qui rayonne de bienveillance. La traduction d'Anath Riveline propose également de savoureuses alternatives aux œuvres originales... pour des choix très judicieux !
Un parfait petit bouquin qui fera plus d'un heureux. Je recommande.
♥ 

Milan, 2017 - Trad. d'Anath Riveline

Illustration de couverture : Golden Cosmos

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28/11/17

La Reine scarabée, de M.G. Leonard

Après Scaraboy, les aventures de Darkus et son scarabée Baxter continuent ! 

La Reine scarabée

Son père tiré des griffes de Lucretia Cutter, Darkus imaginait que leur vie reprendrait son cours normal. Erreur. Outre la soudaine disparition de leur ennemie - et la probabilité d'un nouveau plan machiavélique en gestation - l'attitude du professeur Bartholomée Cuttle s'avère aussi préoccupante. L'homme semble s'impliquer plus que de raison dans l'éducation de son fils mais veut serrer la vis. Il lui interdit notamment de partir en vadrouille avec ses amis, Bertold et Virginia, et ne cesse de le mettre en garde contre les scarabées. Darkus est scandalisé. Son père a déjà oublié qu'une armée de coléoptères est venue à sa rescousse et que seule Lucretia est indigne de confiance. Désemparé, le garçon se confie auprès de ses proches, mais tous lui conseillent la prudence. Et c'est là que le professeur Cutter disparaît à nouveau... 
De son côté, Lucretia Cutter a effectivement élaboré un autre plan d'attaque - lequel devrait connaître son apothéose en pleine cérémonie des Oscar ! Sa rouerie est démoniaque, son ambition dévorante, ses expériences n'ont plus aucune limite, ses alliances donnent des sueurs froides, et ses agissements ne paraissent nullement inquiétés. C'est donc en toute quiétude qu'elle s'envole pour Los Angeles avec sa précieuse garde du corps, Ling Ling, et sa fille Novak. 

Surprenant et plein d'entrain, ce deuxième tome assure un bon moment de lecture avec une histoire qui tient la distance et des personnages qui ne reculent devant rien. Notre trio de choc - Darkus, Bertold et Virginia - encaisse les coups durs, fait front face aux trahisons et secrets en tous genres, se heurte aux contraintes familiales, tergiverse mais se lance avec fougue dans l'aventure - leurs scarabées télépathes toujours bien nichés dans leur poche ou leur chevelure. La tension est plus palpable, heureusement les deux nigauds, Humphrey et Pickering, apportent un peu d'air frais à cette atmosphère cryptique. La série prend de l'ampleur et ne prend surtout pas ses lecteurs pour des patates - une bonne découverte !

seuil jeunesse, 2017 - trad. Amélie Sarn

 

Posté par clarabel76 à 15:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,