15/03/11

A comme Association - Pierre Bottero & Erik L'Homme

IMG_3019L'Association est une agence secrète, dont le but est de maintenir en permanence l'équilibre parfait entre les Normaux (les humains) et les Anormaux (vampires, trolls, garous etc.), et pour ce faire, cette tâche revient aux Paranormaux (personnes dotées de dons particuliers).

Ombe, dix-huit ans, est stagiaire au sein de l'Association et fournit un travail remarquable. Elle est - presque - incassable. Une vraie dure à cuire, dans le fond et la forme. Ombe, avec son look de rebelle, jolie blonde, au volant de sa moto, ne craint rien ni personne. Elle excelle dans l'action, et réfléchit ensuite. Elle n'est pas particulièrement douée en magie, ce qui la pénalise parfois lorsqu'elle doit gérer des dossiers épineux. Heureusement, le jeune Jasper, quinze ans, petit génie en langues anciennes et en magie, lui vient souvent en aide.

Dans ce roman, centré essentiellement sur l'introduction des personnages et de l'univers, nous avons donc droit à des combats, de la magie, quelques affaires pas bien méchantes, et l'ouverture vers d'autres aventures encore plus palpitantes... J'ai, en fait, été très agréablement surprise par cette lecture, j'ai d'ailleurs lu le livre en quelques heures. J'ai apprécié l'humour du récit, le rythme effréné, la personnalité fougueuse d'Ombe et ses répliques qui font mouche. Pierre Bottero s'était régalé en créant ce nouveau monde, et le plaisir est perceptible, donc partagé. Je suis déjà plongée dans la suite, en espérant très fort qu'on en apprenne davantage sur les deux héros, car pour l'instant cela reste encore en surface.

Les limites obscures de la magie - Pierre Bottero
Gallimard jeunesse / Rageot éditeur (2010) - 186 pages - 9,90€

IMG_3021Autre tome d'introduction, cette fois écrit par Erik L'Homme, La Pâle Lumière des Ténèbres met en scène Jasper, quinze ans, un physique dégingandé, adolescent maladroit et emprunté, totalement fasciné par la superbe Ombe, il excelle dans la magie, parle couramment l'Elfique et démontrera ses capacités exceptionnelles en tenant tête à un vampire, une guilde de magiciens et un démon !

En seulement 150 pages, le décor est planté, l'Association confie à ses stagiaires surdoués des missions jugées gentilles, et qui en fin de compte tournent à la catastrophe. Jasper doit s'introduire chez les vampires et découvrir qui est à la tête d'un trafic de drogue, et dans quel but. De la discrétion, lui somme son supérieur, Walter - sous le regard froid et impassible de mademoiselle Rose, la secrétaire. Je gage que ces deux personnages secondaires prendront davantage d'importance, chaque scène les concernant est plutôt risible - même constat avec le Sphinx, le gardien du temple (en fait, l'arsenal où les agents viennent regonfler leur besace). Oui, ça fait très James Bond et c'est sûr que l'action ne manque pas du tout. L'agent 007 peut pâlir de jalousie !

Bref, la personnalité du héros est franchement attachante, Jasper est drôle, irrésistible, cultive l'art de l'ironie et l'auto-dérision avec beaucoup d'intelligence. Maintenant, les présentations n'ont plus cure, il est temps de passer au cap supérieur, avec cette même énergie et cette fraîcheur qui rendent la découverte de cette série absolument réjouissante !

La pâle lumière des ténèbres - Erik L'Homme
Gallimard jeunesse / Rageot éditeur (2010) - 154 pages - 9,90€

le site : http://www.acommeassociation-leslivres.com/

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


11/03/11

Numéro Quatre

IMG_3003Une déception, pour moi. La fin est touchante mais ne suffit pas pour rattraper l'histoire, laquelle s'est révélée plate et ennuyeuse. Le personnage central - Numéro Quatre - est en fait un gamin banal, qui tombe amoureux pour la première fois et va donc vouloir oublier la menace qui pèse sur son existence pour "croire" à une vie ordinaire. C'est bien gentil, mais ça passe au second plan l'essentiel de la trame, à savoir la planète Lorien, les méchants Mogadoriens et les autres enfants extraterrestres avec des Dons exceptionnels.

Il y a une quinzaine d'années, neuf enfants ont été envoyés sur Terre pour la survie de leur espèce. Ils ont été confiés à des tuteurs chargés de leur éducation, leur but étant de se fondre dans la masse, de ne jamais s'attacher et de survivre. Trois ont été retrouvés et assassinés. 
Numéro Quatre - connu sous le nom de John Smith - arrive à Paradise, dans l'Ohio, avec Henri. Il commence à manifester un certain ras-le-bol et aspire à s'établir dans une ville, avoir des amis, tomber amoureux, se poser pour oublier son destin. Dès son premier jour de lycée, John craque pour la jolie Sarah et s'attire les foudres de son ex petit copain. Et dans la foulée, ses premiers Dons apparaissent, quitte à le plonger dans l'embarras.

L'essentiel du roman s'attache donc à l'évolution de ce garçon extraterrestre dans son milieu ordinaire - un lycée dans une petite ville américaine. C'est ce que j'ai trouvé tristement plat et insipide, l'action est lente et les problèmes existentiels du héros m'ont hélas peu touchée. En fait, nous sommes constamment dans l'attente et l'observation, et après avoir découvert ce roman grâce à la bande-annonce du film dont il est l'adaptation, je n'imaginais pas une intrigue aussi statique.  J'ai clairement été frustrée !

L'action est plus pêchue dans les derniers chapitres, avec pas mal de rebondissements et des coups de théâtre plutôt saisissants. Ce n'est pas assez pour me convaincre, par contre j'avoue une profonde tendresse pour Bernie Kosar. Qui est Bernie Kosar ? Han, han. C'est un personnage qui m'a fait rire, trembler et même pleurer ! Bref, la suite paraîtra en VO à la fin de l'été 2011. Et notez le nom de l'auteur - Pittacus Lore ! Un extraterrestre, lui aussi... (frappé du même syndrome qui touche Lemony Snicket ou Pierdomenico Baccalario / Ulysse Moore).

Sans quoi, je ne peux que vous conseiller de découvrir la série Phaenomen d'Erik L'Homme ou Némésis de Catherine MacPhail, ainsi que les romans de Kevin Brooks (Being, iBoy...). Ils ne promettaient rien et se sont révélés agréablement surprenants, ce que je reproche au roman de Pittacus Lore. Numéro Quatre n'est, en somme, qu'un soufflé appétissant, qui s'est dégonflé à l'air libre. Je suis déçue !

Numéro Quatre - Pittacus Lore
Baam ! (2011) - 447 pages - 13,80€
traduit de l'anglais (USA) par Marie de Prémonville

Sortie française du film, réalisé par D.J. Caruso, le 16 mars.

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

09/03/11

Les Etranges Soeurs Wilcox #3 : Les Masques de Sang x Fabrice Colin

IMG_2961Chic ! Ce 3ème tome est ébouriffant, enlevé et palpitant. À peine survolé le résumé, on plonge de suite dans l'action et on n'a pas  le sentiment d'être à la ramasse car on se sent en territoire familier ! 
Par contre, j'ai cru à tort qu'il s'agissait du dernier tome de la série. IL N'EN EST RIEN. Avec une intrigue aussi riche et surprenante, l'auteur a cru bon de proposer du rab. 
Car c'est chaud devant ! Les Drakul mettent la pression et ne reculent devant rien. D'où l'avalanche de meurtres, de kidnappings, d'incendies criminels et de poursuites endiablées. Oubliez Londres et New York, cette fois les sœurs Wilcox partent à Venise. Sur place, elles vont séjourner chez le poète Robert Browning. Eh oui, encore un pipole ! ;-) 
De leur côté, Holmes et Doyle tissent une complicité espiègle. Ce ne sont d'ailleurs pas les seuls personnages secondaires à s'étoffer et prendre une importance dans la série. Tous ont désormais  un rôle attitré et font peser lourdement leur absence dans la balance en cas de coup dur. Bref.
Nos amis poursuivent leur recherche sur la guilde des Mystérieux - et espèrent trouver le dernier morceau du Venefactor. La mission est mise à mal, car l'ennemi gagne du terrain !
J'ai retrouvé dans ce troisième tome la même excitation éprouvée lors de ma toute première découverte de la série. Cela se lit à un train d'enfer, le rythme ne s'essouffle jamais et l'intrigue gagne en épaisseur et en ingéniosité.
Je suis définitivement conquise et me languis de lire la suite ! 

NDLR : Et là c'est le drame... Pourtant annoncé - en 2014 aux dernières nouvelles - le quatrième volet intitulé Le Dernier Sacrifice n'a JAMAIS VU LE JOUR. Pourquoi ? Mais pourquoi ? ... Cris de détresse d'une lectrice frustrée. Aux abois. Désœuvrée. En quête de réponse. HELP.

Les Etranges Soeurs Wilcox 3. Les Masques de Sang - Fabrice Colin
Gallimard jeunesse (2011) - 325 pages - 13,50€
illustrations : Erwann Surcouf

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/03/11

Le mort qui flotte entre deux eaux, c'est moi.

IMG_2963Quatrième et dernier tome de la série.
Que dire ? Je crois que je me suis lassée de cette série. Je la trouve classique et tristement banale. Un peu pimentée de suspense, avec un zest de crimes et une mêlée de psychopathes pour relever la sauce, la recette ne laissera pourtant pas un goût inoubliable.
Six mois ont passé depuis la disparition de Jacob. Lucy est totalement à l'ouest. Contre toute attente, elle a obtenu une bourse d'études pour une prestigieuse université. Elle comprendra pourquoi lorsque le recteur cherchera à la rencontrer et lui demander un service.
Lucy fait de nouveau des cauchemars, elle est convaincue qu'on cherche à lui expliquer que Jacob n'est pas mort. Il faut qu'elle vienne en aide à "une jeune fille mélancolique pour sauver le garçon", dixit la voix de ses rêves.
Ce que je vous raconte en quelques lignes s'étale en fait sur plusieurs chapitres, tout ça pour dire que le roman souffre de longueurs et de redondances. Le constat est là : quatre tomes plus tard, le schéma narratif ne varie pas. Le suspense ne suffit plus, puisqu'on sait à quoi s'en tenir. C'est dommage.
Je garderai donc le souvenir d'une série imprégnée d'influence cinématographique, mais dont le ton général est demeuré un peu trop plat. De plus, la bande de potes de Lucy m'a franchement manquée dans ce dernier tome, sans oublier Jacob. Côté positif, j'ai aimé toutes les références à la magie, sa diversité et l'interprétation qu'elle a su offrir au cours de l'histoire.

Rouge Souvenir - Laurie Faria Stolarz
Albin Michel, coll. Wiz (2010) - 325 pages - 13€
traduit de l'anglais (USA) par Valérie Le Plouhinec

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

06/03/11

C'est moi qui décide quand tout commence et quand tout s'arrête.

IMG_2931David, un passionné d'informatique, est convié à un entretien d'embauche au sein d'une prestigieuse firme de conception de jeux sur console. L'occasion est trop belle, le garçon est excité, il a devant lui du temps libre et en profite pour se reposer dans sa chambre d'hôtel. Lorsqu'il se réveille, il découvre avec panique qu'il a loupé l'heure de son rendez-vous. La stupeur le gagne encore, en réalisant qu'il se serait bel et bien présenté devant ses recruteurs et aurait décroché le poste.
Premières sueurs froides. Notre adolescent songe avec effroi à Richard, son ami de toujours. Il l'a croisé à l'aéroport, c'était la première fois depuis des années. Ils étaient inséparables durant l'enfance, puis David a pris ses distances. Un mot, aussi, leur colle à la peau : Avelion.
Je laisse volontairement planer le doute. Tant de mystère imprègne cette histoire. David, se confiant à son Journal, nous relate son ascencion au sein de son entreprise, non sans mal car un supérieur lui tanne le cuir. Miraculeusement, ce type disparaît de la circulation. Le garçon devient suspect aux yeux de son entourage, mais il se défend du mieux qu'il peut. Au fond de lui, il sait. Il croit. Richard n'est pas étranger à tout ça.
Ce dernier se dérobe, mais ne comptez pas sur lui pour partir vivre sa propre vie. Richard et David sont liés. Serait-ce son double ? son ami imaginaire ? Toutes les spéculations volent et on ne sait plus ce qu'il faut penser. Mais la machine est en route et on comprend que l'un et l'autre vont se livrer une guerre terrible si l'un ose ne plus dépendre de l'autre. L'atmosphère est lourde, la manipulation terrible et irrémédiable. Les derniers chapitres dressent un peu les cheveux sur la tête, tout s'emballe. C'est une course folle, plus besoin de chercher la vérité, nous sommes happés par cette quête et confondus par toutes les suggestions. L'histoire est angoissante, l'issue glaçante.

L'ami de toujours - Xavier Mauméjean
Flammarion (2011) - 278 pages - 10€

Posté par clarabel76 à 13:15:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


24/02/11

"Maman avait oublié de prévenir la nouvelle baby-sitter à propos du sous-sol."

IMG_2622Chloe Saunders voit des fantômes. Depuis son plus jeune âge, en fait. La puberté aidant, ses visions cauchemardesques reprennent, l'adolescente pense devenir folle, son père décide alors de l'interner à Lyle House, un centre qui accueille d'autres jeunes souffrant de troubles psychotiques. Le choc est rude mais Chloe est résolue à soigner son mal. Les pensionnaires qu'elle croise la font trembler, eux aussi ont leurs secrets et elle est curieuse d'en apprendre plus, même si cela risque de l'entraîner sur les chemins de la dissidence, jusqu'à mettre sa propre vie en péril !

L'histoire a du potentiel, et encore... à force de lire des romans de la catégorie YA Paranormal, les mêmes intrigues s'embrassent et se copient entre elles. C'est le risque. J'avais de bons échos concernant l'auteur, Kelley Armstrong, qui s'illustre avec sa série des Femmes de l'Autremonde, j'avais donc placé une confiance absolue dans Pouvoirs Obscurs. Hélas, j'ai été déçue. Je n'ai pas beaucoup apprécié ce premier tome, qui souffre de son leadership car l'histoire prend énormément de temps à se mettre en place. Par contre, l'ambiance de Lyle House est suffisamment glauque pour vous donner la chair de poule et cela n'est pas pour me déplaire. Cela donne un peu de piment.

Les personnages aussi ont peiné à me séduire - l'héroïne est banale et ennuyeuse. L'archétype des adolescentes empotées, qu'on a très envie de secouer. Or, dans l'ensemble, nos protagonistes sont tristement caricaturaux. C'est dommage. La fin connaît quelques soubresauts qui veulent sortir le lecteur de sa torpeur - ok, ce n'est pas fondamentalement mauvais, mais ça ne m'excitait pas davantage. Je suis sortie de ce roman lessivée et passablement déçue. Frustrée d'avoir trop espéré et d'en avoir si peu reçu. Nous verrons pour la suite, ce n'est pas gagné.

Pouvoirs Obscurs #1 : L'invocation - Kelley Armstrong
Castelmore (2011) - 375 pages - 12,90€
traduit de l'anglais (USA) par Olivia Bazin

Il s'agit d'une trilogie. L'éditeur français a privilégié une parution rapprochée des trois tomes puisque la suite paraîtra respectivement en mars et mai 2011.

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

23/02/11

The Agency, Le crime de l'horloge

IMG_2603J'avais lu et apprécié le premier tome, Le pendentif de jade, mais lui avais trouvé des défauts. Je n'étais donc pas totalement convaincue par cette série, même si elle présageait de belles heures de lecture. Et en effet, le deuxième tome m'a totalement séduite, je l'ai bu comme du petit lait, me suis régalée des retrouvailles entre Mary et James, ai savouré chaque scène, suivi avec intérêt l'intrigue criminelle, noté avec force détails ce défi improbable de dresser une horloge au coeur de Londres, et me suis définitivement attachée à Mary Quinn, qui se trouve face à des choix lourds de conséquences.

Mary travaille donc toujours pour l'agence secrète qui lui confie une nouvelle mission - infiltrer le chantier de la Tour de l'horloge (avec la fameuse cloche Big Ben) où un ouvrier a trouvé la mort. Pour les besoins de son enquête, Mary s'est glissée dans la peau d'un garçon de courses, non sans peine, puisque cela a réveillé ses vieux démons. De plus, sa couverture est menacée depuis sa rencontre avec James Easton, de retour des Indes. Est-il besoin de vous signaler que ces retrouvailles étaient pour moi TRES attendues ?! Et heureusement, elles sont fortes et parfaites. J'ai aimé chaque scène où le couple était amené à être ensemble, de gré ou de force. Les échanges étaient enlevés, drôles et sans répit.

J'ai également apprécié l'enquête criminelle, qui sert à dénoncer la pauvreté et la violence dans les quartiers populaires, sans oublier l'inégalité des classes sociales. Le personnage de Mary Quinn gagne aussi en beauté et sensibilité - elle porte un regard triste et amer sur ses origines et son passé de voleuse, elle sait que cela pèse lourd dans la balance, elle ne se trompe pas. La fin met au grand jour des considérations à ne pas négliger - c'est dire comme c'est frustrant ! J'ai vraiment hâte de lire les prochaines aventures de Mary Quinn (en VO : le troisième tome doit paraître en août 2011).

J'avais longtemps associé cette série à celle d'Enola Holmes, toutefois The Agency offre une intrigue plus mature, ce qui n'est pas pour me déplaire, et pour les lecteurs qui en veulent plus, n'hésitez pas à feuilleter le catalogue des éditions 10-18 et leur collection Grands Détectives (je pense à la série de Sarah Tanner de Lee Jackson, par exemple).

The Agency #2 : Le crime de l'horloge - Y.S. Lee
Nathan jeunesse (2011) - 383 pages - 14,90€
traduit de l'anglais par Lilas Nord

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16/02/11

Toutes les histoires ont une fin...

IMG_2480Est-il possible d'apprécier ce qu'un livre nous offre, même si au final on se sent également déçue ? C'est ce qu'il m'arrive ! Je suis incapable d'affirmer ce que j'ai ressenti pour l'ensemble de Si tu m'entends. J'ai été captivée par l'intrigue policière, je me suis ennuyée quant au lien télépathique qui se noue entre le frère et la soeur, j'ai trouvé la fin triste et chiante, je n'ai pas du tout été sensible à l'histoire d'amour, j'ai trouvé insupportable d'avoir une tordue et de ne pouvoir l'éviter, j'ai aimé le cadre et le paysage de la Cornouaille... Bref, voilà un roman qui me laisse un goût mitigé. Beaucoup de frustration, d'amertume et un sentiment de malaise qui n'a cessé d'enfler au fil des pages.

Depuis un an, les Ditton vivent un drame familial : leur fille aînée, Charley est plongée dans le coma. C'est son frère, Hal, qui a retrouvé son corps en pleine nuit, en bord de mer. Que s'est-il passé ? Au-delà du choc, du chagrin, de la colère et de la jalousie, Hal va chercher à démêler le noeud du problème lorsque ses parents choisissent de retourner en vacances sur "les lieux du crime". Et c'est alors que le garçon se surprend à entendre la voix de sa soeur, à saisir son combat entre la vie et la mort, à suivre ses souvenirs et à reconstruire le puzzle.

Sincèrement, j'en attendais plus ! La couverture est jolie, mais n'espérez pas de la légèreté (à la rigueur, je peux faire sans, ce n'est pas un problème non plus). Je crois, néanmoins, avoir mal digéré les drames cachés derrière l'accident de Charley - tout ça pour ça, quoi. Absolument inutile et regrettable. Un beau gâchis. J'en garde un goût amer, envers et contre tout. Car au-delà, il ne faut pas oublier le portrait d'une famille bousillée qui s'accroche à un maigre espoir, un frère déboussolé et qui veut faire payer à l'absente les conséquences de son drame (il y a également une petite soeur, un peu bizarre, et qui disparaît pratiquement du roman dans la dernière partie !?). Je reste circonspecte quant au choix de l'auteur concernant l'osmose télépathique entre Charley et Hal, je n'ai pas trop aimé ce qui survient à la fin non plus, mais c'est un avis personnel. Sharon Dogar nous montre une jolie maîtrise littéraire, qui ne manquera pas de s'associer à une histoire qui me touchera davantage. (Elle a tout de même été l'élève de Philip Pullman !)

Si tu m'entends - Sharon Dogar
Albin Michel, coll. Wiz (2011) - 358 pages - 15€
traduit de l'anglais par Hélène Collon

Lire aussi l'avis d'Amadis

 

[Concours] Gagnez un exemplaire de Si tu m'entends de Sharon Dogar

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

27/01/11

Pêle-Mêle Clarabel #20

IMG_2296

Eternels, tome 3 : Le pays des ombres par Alyson Noël

Mes réserves de patience sont épuisées. Ever, la jeune fille censée tenir le haut de l'affiche, brille par sa bêtise et ses actes irresponsables ! Ce tome 3 prouvera encore qu'elle n'écoute jamais rien, ni personne et que son expérience passée - souvent malheureuse - ne lui sert strictement pas de leçon ! Pff. Mais comment peut-on être aussi bête ?
Vite fait, ce qu'il se passe : Ever a pu sauver Damen, mais en lui faisant avaler sa potion, elle condamne leur couple à ne plus pouvoir se toucher. Encore une sale coup de Roman... il connaît l'antidote de l'antidote, et fait bouillir Ever en exerçant son chantage habituel. C'est un prodige, car la demoiselle met à chaque fois les deux pieds dans le plat. De son côté, Damen est convaincu que sa longue vie d'immortel n'a pas toujours été clean et qu'il est temps pour lui de rattraper ses erreurs en bichonnant son karma. (Le type canon et qui roule des mécaniques laisse place à un semblant de hippie, on n'y croit pas du tout !!!) Dans ce tome 3, on rencontre aussi Jude. Et on retrouve les jumelles, Romy et Rayne. Mais tout ceci intervient bien trop tardivement pour rattraper mon intérêt perdu, je me suis lassée de cette série. Cela tourne en rond, tout est cliché et les personnages n'ont aucun charme. Trop d'ennui tue l'ennui ! ^-^

Une réplique qui m'a bien fait rigoler...
- Ces deux-là ! Ils sont de plus en plus bizarres, je te jure !
Miles daigne enfin lâcher son téléphone et nous lance un regard sceptique.
- C'est vrai que vous êtes bizarres. Et puis, excuse-moi, Damen, mais l'hommage à Michael Jackson, tu ferais mieux d'oublier. Même toi, l'ex-top model, tu as l'air ringard avec ton gant.


(Explication : En buvant la potion qui lui a sauvé la mise, Damen s'est également condamné à ne plus pouvoir toucher sa petite copine, ou il passe l'arme à gauche, d'où ce gant qu'il porte à une seule main ! Oui, je sais. Heureusement le ridicule ne tue pas.)

Michel Lafon (2010) - 332 pages - 15,95€
traduit de l'anglais (USA) par Laurence Boischot et Sylvie Cohen

Autre série qui a eu raison de ma patience : Beautiful Dead par Eden Maguire.

Après un premier essai peu concluant, j'ai tenté de lire ce deuxième tome mais définitivement, non je n'accroche pas. C'est dommage, car je trouvais le début un poil meilleur. On ne s'embarrasse plus des détails, on connaît les Beautiful Dead, on n'oublie pas que Darina a perdu son petit copain Phoenix, poignardé lors d'une rixe. Il est devenu une de ces apparitions fantasmagoriques, il attend son heure. Darina est seule capable de les voir et a accepté de leur venir en aide (comprendre la face cachée de leur mort brutale afin qu'ils puissent franchir l'autre rive). Bref, ce deuxième livre est consacré au personnage d'Arizona (oui, les prénoms ont été choisis exprès... c'est bizarre ?). Elle se serait noyée dans le lac, mais des doutes persistent. Au tour de Darina de mener son enquête... Comme toujours, ce drame va révéler des faits sordides et qui dérangent.
En fait, je ne me sens pas du tout à l'aise avec cette série, l'ambiance est glauque et les Beautiful Dead m'effraient plus qu'ils ne le devraient. De plus, je me demande vraiment comment l'histoire entre Darina et Phoenix va se boucler. Bientôt son tour de comprendre ce que dissimule sa mort violente. Aussi, curieuse mais pas du tout motivée pour en lire davantage, j'ai été à la pêche aux spoilers (mon sport favori). Bah, bah, bah... ça ne promet rien du tout ! J'avais vu venir le truc dès le premier tome, je suis déçuuue !!! Au revoir Darina et Phoenix, je n'ai pas su vous aimer à votre juste valeur. Tant pis.

Flammarion (2010) - 357 pages - 13€
traduit de l'anglais (USA) par Luc Rigoureau

 

Bientôt : Bloody Valentine de Melissa de La Cruz ... le recueil renfermant trois histoires courtes de la série des Vampires de Manhattan ! 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17/01/11

Prada & Préjugés

IMG_2143Callie est une jeune américaine de dix-sept ans, qui se défend d'être intelligente et anti-conformiste. Sauf que Callie, esseulée lors de son voyage en Angleterre, regarde avec envie le trio des pimbêches en souhaitant secrètement se joindre à elles. Et pour bien faire, elle se rue dans les boutiques de mode et achète une paire de Prada, le coeur battant et le nez en l'air, rêvant à des futures virées toutes plus superficielles les unes que les autres.
Et paf, elle se ramasse la figure en pleine rue et se cogne la tête contre le trottoir.
Au moment de se réveiller, elle remarque qu'elle n'est plus du tout dans le Londres du XXIème siècle. Du moins, il lui faudra quelques chapitres pour se rendre compte qu'elle est plus précisément en 1815. Prada & Préjugés, vu son titre, s'inspire donc du roman de Jane Austen, mais attention aux pastiches ou aux tentatives d'improvisation car ce créneau a déjà donné et rares sont ceux qui en sont sortis gagnants.

Bref, Callie est donc accueillie chez les Thornton-Hawke, se fait passer pour une américaine amie de la famille, s'attire la sympathie d'Emily, une cousine, et l'antipathie d'Alexander, soit le duc de Harksbury.
Callie (devenue Rebecca) pose un regard très dur sur le mode de vie de l'époque, ne cherchant jamais à comprendre, elle préfère se mêler des affaires qui ne la regardent pas, comme de s'opposer au mariage d'Emily avec un prétendant de trente ans son aîné.
Alex fulmine, Alex vitupère, Alex crache du feu. Il n'en peut plus de cette demoiselle effrontée, qui le lui rend bien. En effet, Callie pense que c'est un garçon hautain et odieux. De quoi songer fortement à Liz Bennet et F. Darcy !
Mandy Hubbard n'a pas tout pompé sur Pride & Prejudice non plus, elle s'est inspirée de la grande trame romanesque, en imaginant ce qu'une adolescente du monde contemporain éprouverait d'être plongée en pleine période de Régence. Car outre la relation sentimentale amorcée, le regard sur l'époque ne manque pas de faire sourire (le premier bal de Callie avec les danses qui frisent bon le ridicule, par exemple).

Cette lecture aurait pu être tout à fait acceptable et réjouissante, si l'héroïne n'avait pas été cette gourde insupportable qui donne envie de soupirer toutes les deux pages. Non, franchement, cette fille est une plaie ambulante ! Elle est maladroite, nous précise-t-on, et fatalement elle ne cesse de s'effrondrer à tout bout de champ, ce qui est censé nous arracher des éclats de rire. Que sais-je ? J'ai plutôt été atterrée par cette nouille d'héroïne, qui nous raconte son histoire à la première personne, d'où souvent mon désir de dire ohlala-au-secours, vivement que je m'en sorte et que j'aille voir ailleurs.
Dommage, l'histoire est sympathique mais l'héroïne est beaucoup trop agaçante.

Prada et préjugés - Mandy Hubbard
Albin Michel jeunesse, coll. Wiz (2011) - 310 pages - 13,50€
traduit de l'anglais (USA) par Julie Guinard

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,