22/12/09

Blue Cerises saison 2

Blue_Cerises

Milan, coll. Macadam, 2009 - 58 pages - 4€ le volume

La faute à Voltaire ~ Jean-Michel Payet

Les Blue Cerises sont sérieusement secoués dans cette nouvelle saison. L'annonce du prochain départ d'Amos pour le Canada menace leur amitié, un membre en moins équivaut à amputer ce corps solide. Satya et ses camarades tentent de trouver une solution, un point d'ancrage pour Amos, et une chambre de bonne se libère dans l'immeuble de Zik. Ce serait formidable. L'élan de l'espoir les pousse, en contrepartie ils ont conclu avec le proprio de repeindre un appartement défraîchi. Du coeur à l'ouvrage, l'envie d'y croire encore, tous ont néanmoins un noeud à l'estomac.
Car au-delà de cette belle solidarité, il y a des secrets. Cultivés avec lucidité. Tus par omission. Par souci de préserver leur communion d'esprit. Or, cela finit par les oppresser et la belle façade demande un soin constant pour être entretenue.
On trouve l'amour trop compliqué, mais l'amitié est aussi histoire d'amour...
Satya a perdu sa belle sous sa bulle, il croise une autre demoiselle qui a le coeur brisé et Satya se demande. C'est comment faire l'amour pour la première fois ?

Ciné ciné cinéma ~ Cécile Roumiguière

Violette se voit offrir une opportunité de rêve : être figurante du premier rôle féminin sur un tournage de film historique, pendant une semaine. Mais son frère a été catégorique : interdiction d'en toucher un mot à sa bande des Cerises. Alors, Vio ment, esquive, fait des courbettes, des pas chassés et croisés, elle s'emmêle les pinceaux.
Sur le plateau, elle tombe amoureuse d'un garçon qui lui rappelle Amos. L'amour interdit. Aucune ambiguité là-dessous, mais ce garçon est son lien caché, un pont à traverser mais aussi le poids d'une enclume dans le ventre. Elle va comprendre... trop tard.
De leur côté, Satya et Zik repeignent l'appartement. Vio téléphone à Amos en secret. Le garçon est douloureusement absent, comme déjà parti, et la bande a besoin d'un solide remontant. Un remède pour souder à nouveau ce noyau dur qui est en train de fondre comme neige au soleil.

Yapasphoto ~ Maryvonne Rippert

Zik a un secret ! C'est chose courante pour nos Cerises, car c'est décidément la saison du mensonge et du camouflage. Notre demoiselle cache un amoureux secret, donc. Elle ne peut en parler à ses amis, ils ne comprendraient pas. C'est simple, ils le détestent tous. S'ils savaient...
Et la peur de perdre sa petite bande se noue et Zik commet des petites bêtises.
C'est la saison des embrouilles et du brouillard. Les noeuds des intrigues s'emmêlent, les corps se disloquent, les bleus à l'âme apparaissent.
Heureusement, il y a aussi le secret de la mamie de Zik qui permet de détendre l'atmosphère. C'est cocasse, parfaitement risible, et souriant.

La phrase de la saison 2 : Je cherche un Kleenex dans mon sac. Je sais bien que j'en ai pas. Y'a que les mamans qui ont des réserves de mouchoirs...

Rôde movie ~ Sigrid Baffert

Enfin au tour d'Amos de prendre la parole ! Jusqu'à présent, c'était le grand absent alors que toute l'attention de nos Cerises est tournée vers lui. Donc, Amos doit partir. Deux ans au Québec. Il n'a pas le goût de briser le quatuor et il cherche une solution. Et un par un, les Cerises organisent un tête-à-tête secret avec lui.
Une virée dans un grand magasin la nuit, un rôde movie vers la pointe Saint-Mathieu, une chevauchée dans les bois avec une rencontre hallucinatoire... Dans cette saison 2, ôde aux secrets, il y a aussi le spectre d'Olivia qui hante les pages et frappe d'effroi les mémoires de nos charmants personnages.
Non, nous ne trouverons pas la solution mais c'est fait exprès. L'enquête peut commencer, fouiller les pistes, rejoindre les tuyaux, confondre les éléments. Je les attends !

L'autre phrase de la saison 2 :  Je les contemple l'un après l'autre, mes amis, mes piliers, ma bande. Les Cerises, comme on se surnomme.
- Putain de bordel de merde... lâche enfin Zik.
- Bon résumé de la situation, conclut Satya en recrachant son écorce.

Lire les blue Cerises, c'est du velouté instantané. Rapide et savoureux.
J'ai déjà évoqué mon amour cet été, alors que je lisais sous un soleil de plomb la saison 1. Je retrouve Amos, Zik, Satya et Violette avec le même grand plaisir. Je constate d'ailleurs qu'on passe à un échelon supérieur, nos Cerises entrent dans la cour des grands, se brûlent les ailes et s'enfoncent encore plus sous le sceau des secrets.
C'est rondement bien écrit et élaboré, une vraie communion d'esprit entre quatre auteurs dont les talents d'écriture ne sont plus à démontrer.
Vivement la saison 3 !

-) sont aussi sous le charme : Lily et Bladelor


20/12/09

Sortilège ~ Alex Flinn

Hachette, coll. black moon, 2009 - 332 pages - 16€
traduit de l'anglais (USA) par Luc Rigoureau

sortilege

Kyle a tout pour lui : la beauté, la richesse, l'arrogance. Il est le fils du présentateur vedette du journal télévisé. Il fréquente une école privée pour gosses privilégiés. Il est sportif, a du succès auprès des filles et est élu prince au bal de fin d'année. Mais ce soir-là, Kyle a joué avec le feu en voulant se venger d'une fille - Kendra - qui lui a tenu tête en classe en affirmant qu'il n'était que superficiel et idiot. Dans la nuit, il découvre qu'elle est en fait une sorcière et se voit transformé en monstre. Pour briser le sortilège, il a deux ans pour aimer et être aimé, avant de recevoir le baiser libérateur.

Il s'agit bel et bien de la version modernisée du conte La Belle et la bête. Comme beaucoup, je connais essentiellement la version populaire de Disney, et franchement ça n'aide pas quand vous vous plongez dans l'histoire en tentant de chasser les images niaises et ridicules du film. Résultat, je n'ai pas follement accroché à ce roman mais je peux comprendre que d'autres apprécient. C'est un joli conte, une comédie romantique et pleine de magie, dont la morale finale vous explique que les apparences sont vaines, blablabla. L'histoire est racontée à la première personne, c'est Kyle lui-même qui déroule le fil de sa sinistre aventure. Cela commence par une incursion sur un forum du net, un détail qu'on retrouve plusieurs fois dans l'histoire, qui deviendra hélas un rendez-vous dont on aurait pu se passer ! Je n'ai pas été touchée par le personnage de Kyle, ni par sa punition et encore moins par son travail de rédemption. Comme on connaît toute l'histoire, on connaît inévitablement la fin. Alors, quel intérêt ? Bref, j'ai été déçue.

Avec cette lecture, j'ai compris une chose : je n'aime pas les contes de fées ! clic

-) par contre, je dis oui au film ! sortie US : 30 juillet 2010

Alex !!!!

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

17/12/09

La Cité des Ténèbres ~ Cassandra Clare

Livre 1 : La Coupe Mortelle
Pocket jeunesse, 2008 - 570 pages - 19,50€
traduit de l'anglais (USA) par Julie Lafon

Me voici donc une nouvelle fois étourdie par une lecture, par la faute d'une nouvelle série. Le premier tome a été traduit l'an dernier, et little g. m'avait dit : lis-le et j'avais dit ok en toute confiance, ne sachant pas que le temps allait passer si vite, le tome 2 est maintenant disponible (et même le 3ème en anglais ! il est déjà commandé, vous pensez bien). Qu'est-ce donc, encore ?

Hmm. Cette série n'est en rien révolutionnaire, je porte par exemple à Hunger Games un fanatisme plus fort (n'ayons pas peur des mots), elle a su néanmoins me surprendre. Je vous l'annonçais précédemment, j'ai commencé ma lecture bien sagement, pas franchement éblouie par ce qu'on me proposait, c'était bien sympa et gentil, mais où va-t-on, et puis le deuxième effet kiss cool est arrivé, j'avais les doigts collés au livre et je tournais les pages d'un air avide, en clair j'étais fichue. Et depuis, j'accumule les heures de sommeil en moins.

cite_des_tenebres_1Clary, quinze ans (bientôt seize), apprend brutalement que son sort est lié au Monde Obscur, lorsqu'elle découvre l'appartement qu'elle partage avec sa mère totalement dévasté par l'attaque d'un Vorace. La déconfiture s'enchaîne avec la disparition de sa mère et avec la défection de celui qu'elle prenait pour son oncle, Luke, qui ne veut plus la voir et le lui annonce par téléphone. Son seul recours, une bande de jeunes tueurs surentraînés pour anéantir les vilaines créatures. Ce sont des Chasseurs d'Ombres, ils appartiennent à un monde jusque-là inconnu pour Clary, et qu'elle apprendra peu à peu à cerner, à l'instar du lecteur. (Ceci signifie que je ne vous expliquerai rien du tout ! :o))

Parmi eux, il y a Jace. Et c'est un peu sa faute si j'ai des étoiles dans les yeux. Ce type a une beauté arrogante, il est sûr de lui, moqueur, drôle et ironique, il ne cache jamais son agacement ni la vérité, il a toute une histoire derrière lui qui explique son attitude, et ce qui est bien, c'est que l'héroïne n'est pas bouche bée, bave aux lèvres, devant lui. En fait, elle a d'autres chats à fouetter et ne prête pas attention à son charme, elle en a conscience, mais c'est le cadet de ses soucis (de même, son meilleur ami Simon tente de lui faire du pied pour qu'elle remarque qu'il est fou amoureux d'elle, mais la demoiselle ne voit rien du tout).

Jace et Clary ne vont plus se quitter, ils ont une mission à mener, car pour retrouver la mère de la jeune fille, ils doivent d'abord mettre la main sur la Coupe mortelle, et de préférence avant un certain individu à la sale réputation. Une figure du passé, qu'on croyait zigouillée, mais qui refait surface en clamant vengeance.
Damned.

Pas grand-chose à rajouter, si ce n'est que je n'ai pas du tout aimé la révélation finale, bouh c'est quoi ce truc, cela ne peut pas se passer comme ça, ce n'est pas possible, alors y'a intérêt que ça change, et fissa !
Je suis déjà plongée dans le tome 2...

-)  Anne, je te comprends maintenant !!!!

NB : devinez quoi,  The Mortal Instruments by Cassandra Clare has been optioned for a movie. Comme beaucoup de fans, moi aussi je mets une option sur l'acteur Alex P. pour incarner Jace !!!

to be continued...

******

Livre 2 : L'Epée Mortelle
Pocket jeunesse, 2009 - 525 pages - 19,50€
traduit de l'anglais (USA) par Julie Lafon

cite_des_tenebres_2Après les révélations stupéfiantes du premier tome, ce deuxième semble bien mou, bien frustrant dès les premières pages. Car ce qu'on sait désormais touche de plein fouet Clary et Jace, notre petit couple fétiche, on sait qu'entre eux tout est fermé, caduc, impossible, à jamais ! Il y a bien ce cher Simon, l'ami fidèle et dévoué, qui rôde dans les parages et se trémousse de plaisir d'avoir le champ libre pour déclarer sa flamme, mais... que voulez-vous, aussi sympathique soit-il, Simon n'est pas Jace, et c'est un crève-coeur.

Bon, heureusement l'histoire n'est pas non plus une lente complainte d'âmes torturées, nous avons aussi droit à notre lot d'action et de suspense. L'ennemi est toujours en place, celui-là même qui se déclare du même sang que ... vous savez qui. Il a choisi de dérober un deuxième instrument mortel - l'Epée - et ses ambitions sont plus noires et démoniaques que jamais. Jace, accusé par l'Inquisitrice d'être l'espion de Valentin, voit sa famille d'adoption lui tourner le dos. Le type est complètement largué, il se blinde derrière son cynisme mais dès qu'il est en présence de Clary, il est plus vulnérable que jamais. Plusieurs scènes m'ont offert de plaisants moments où j'ai senti mon petit coeur battre à tout rompre (la fête chez les elfes ou la soirée mouvementée chez Luke).

Argh, comment vous dire sans trop en dire, c'est désappointant. En fait, c'est très difficile d'admettre ce que l'auteur cherche à nous raconter, et très vite on scrute les petits indices qui indiqueraient une autre voie à suivre. En attendant, oui c'est frustrant ! Très frustrant. Au début je craignais m'ennuyer, mais heureusement Jace n'est pas un individu ordinaire qui se plie aux règles. Toujours excessif dans ses décisions, il nous gratifie de déclarations qui feraient se pâmer tout un couvent de bonnes soeurs !!! (Par contre, haro sur son discours à la toute fin !) Et c'est très bizarre, car jamais je n'ai trouvé que c'était révoltant ou immoral.

Tout le roman n'est pas totalement ancré autour de Jace et Clary, même si cela reste le nerf de l'intrigue. On retrouve avec plaisir les secrets du Monde Obscur, en faisant connaissance avec des créatures toutes plus charmantes les unes que les autres (ahem). Il y a aussi beaucoup d'humour - Magnus Bane et Simon n'y sont pas étrangers - et pas mal de vicissitudes  - Valentin en tête, presque détrôné par l'Inquisitrice, aveuglée par son chagrin et rendue folle de rage. Dans ce tome, la question des choix et du libre arbitre pèse énormément. Les personnages sont face à des décisions qui peuvent faire basculer leur propre destin, en plus de toucher leur entourage et le monde dans lequel ils vivent. On le devine d'emblée que le prochain livre sera déterminant, la guerre est imminente !

Je suis donc toujours accro, les sens en ébullition et l'amertume en arrière-goût, car je n'ai pas encore le troisième tome sous la main. (Pour la traduction française, il faut patienter en mai 2010. Je ne suis pas folle !) Et c'est difficile d'envisager une pause forcée, je sens comme un vide... Bladelor, où puis-je trouver ton patch pour lecteurs en manque ?! 

******

City of Glass, le tome 3, va paraître en mai 2010 chez pocket jeunesse sous le titre Le Miroir Mortel.

Les autres projets de l'auteur,

September 7, 2010: The Clockwork Angel (qui ouvre une nouvelle série se passant à l'époque victorienne et serait le prequel de la série de The Mortal Instruments)

March 11, 2011: City of Fallen Angels (en fait le quatrième tome de la série, qui n'était pas prévue à la base, et qui raconte l'histoire de Simon)

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [76] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05/12/09

Entre chiens et loups ~ Malorie Blackman

Milan, coll. Macadam, 2005 - 400 pages - 10,50€
traduit de l'anglais par Amélie Sarn

entre_chiens_et_loupsSephy et Callum sont amis depuis leur enfance, mais comme leurs familles se détestent, ils doivent se voir en cachette.  A quatorze ans, Sephy se prépare à rentrer dans son école bon chic bon genre, et grande nouveauté pour cette année, son ami Callum a été accepté pour rallier les rangs de cette illustre institution. Enfin, lui et quelques-uns de sa caste - les Nihils.

Sephy appartient au milieu dominant - les Primas. Elle est la fille du ministre Kamal Hadley, elle vit dans un monde fait de coton, elle s'excite comme une puce d'aller à l'école avec son meilleur ami mais cette rentrée signera le début de leur dissension. Car dès le premier jour, une manifestation éclate devant les portes de Heathcroft. Les Nihils ne sont pas les bienvenus, Callum et ses camarades sont chahutés, Sephy intervient pour aider son ami et commet son premier impair.

De maladresses en actes manqués, de divergences d'opinion en secrets de famille tous plus oppressants et coupables, la relation d'amitié entre Sephy et Callum n'a plus de beaux jours devant elle. Et pourtant, tous deux s'accrochent désespérément à cette branche qui est prête à rompre. Au départ, ce ne sont que des adolescents dépassés par la politique qui les entoure, écoeurés de vivre au coeur d'une société qui sépare les gens selon la couleur de leur peau, il y a les Primas - les noirs - et les Nihils - les blancs. Et puis, Sephy et Callum sont aussi responsables de leur jeune âge, ils ont des idées, des envies et se nourrissent de belles illusions. C'est difficile à raconter combien leur histoire ne cessera jamais d'être malmenée par la faute des circonstances fâcheuses et désastreuses. Impossible de recoller les pots cassés, et plus on progresse dans le roman et plus l'inéluctabilité de leur situation sans issue nous prend à la gorge.

Vous l'avez compris, c'est un roman très fort, qui remue beaucoup de sentiments et qui fait réfléchir sur la ségrégation, le racisme, la violence, les humiliations, l'injustice.  Callum et Sephy sont les nouveaux Roméo et Juliette, et leur histoire est tout simplement belle, émouvante et inoubliable. 

Les titres de cette série :

  • Entre chiens et loups
  • La couleur de la haine
  • Le choix d'aimer
  • Le retour de l'aube (publié en 2009)

Après le succès de la série Entre chiens et loups, Malorie Blackman nous offre un quatrième volet. De nouveau une magnifique histoire d’amour, construite comme une tragédie grecque. Des personnages qui se débattent dans une société pleine d’inégalités et qui doivent faire des choix décisifs, entre espoir et violence.En toile de fond, subsiste le combat entre Primas (Noirs) et Nihils (Blancs). S’y ajoute l’influence des gangs qui vivent de la corruption et du trafic de drogues.

Entre chien et loups a été récompensé du prix 2007 des incorruptibles (3ème/2nde).

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19/11/09

Le Souffle des Marquises ~ Muriel Bloch & Marie-Pierre Farkas

Naïve, 2008 - 250 pages - 14€

le_souffle_des_marquisesEleonore, jeune lilloise qui ne vit que pour la musique, se heurte au refus obstiné de son père, pourtant premier piston de l'orphéon, qui prétend que ce n'est pas la place d'une fille d'être musicienne. Nous sommes en 1862. Pour la punir de jouer en cachette, il l'envoie à Paris travailler dans la blanchisserie de la tante Angèle. C'est un nouveau monde pour l'enfant, un monde bruyant, coloré, vivant et opportuniste. Car sur son chemin des livraisons, Eléonore découvre l'atelier d'Adolphe Sax, le génial inventeur du saxophone. Elle se fait passer pour un garçon afin de travailler chez lui, son rêve se réalise, même si elle ne peut plus jouer, elle vit auprès des instruments de musique. Son oncle et sa tante la soutiennent, jusqu'au jour où son identité est révélée. 
D'autres aubaines vont se présenter à elle, comme de faire partie d'une fanfare de femmes (avec tous les déboires à venir, puisqu'elles n'avaient jamais le droit de jouer en public. Les filles aux aiguilles, dit-on.). Elle rencontre aussi un garçon, Joseph, lui aussi cleftier aux ateliers Sax, il deviendra son premier amour.
L'époque n'est pas uniquement à la fête, la France de Napoléon III va basculer dans la guerre, les quartiers populaires vont se révolter, la Commune s'installer. Eléonore va choisir son camp, elle fera aussi la connaissance de Louise Michel, son coeur battra toujours plus fort, ses certitudes vont s'envoler mais la demoiselle va comprendre que son existence est vouée à un destin extraordinaire.
La musique est toujours associée à ses pas, et ce sera sur un air entraînant et sur le swing de Mississippi qu'elle n'hésitera pas à faire le grand saut !
Le Souffle des Marquises est un titre prometteur et qui affiche bien son ambition : en plus du souffle romanesque, c'est un hymne à l'amour, à la liberté, à la vie, à la passion pour la musique. C'est aussi un roman historique, la deuxième moitié du livre - avec le soulèvement populaire sur les buttes de Montmartre - rend l'histoire plus authentique, plus soucieuse des détails, avec parfois le risque de s'éloigner des personnages, mais la palette des figures est vraiment belle, intéressante, la fiction se mêle à la réalité avec une aisance qui ne donne pas à rougir.
On suit le personnage d'Eléonore avec bonheur, ses choix et son caractère affirmé font d'elle une héroïne admirable, en avance sur son temps. Le vocabulaire, aussi, donne une tonalité joviale et enlevée à l'histoire, nous sommes vite transportés à une autre époque, nous suivons les tourmentes et c'est un formidable tourbillon qui emporte le lecteur.
La suite s'annonce d'ailleurs totalement dépaysante, mais tout aussi ^chantante^.

-) a été lu sur le conseil de gaëlle.

Le deuxième tome est déjà publié : Le Swing des Marquises.
Le troisième est prévu pour mars 2010 : La Samba des Marquises.

Autre idée de lecture, Toni Mannaro (Jazz Band) dans "Ballade Nocture" - un récit de Manuela Salvi, illustré par Maurizio A.C. Quarello (lu ICI)

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,


12/11/09

Night World 1 : Le secret du vampire ~ L.J. Smith

Michel Lafon, 2009 - 282 pages - 14,95€
traduit de l'anglais (USA) par Isabelle Saint-Martin

nightworldPremier jour des vacances d'été.
Poppy tombe malade et apprend qu'elle a un cancer incurable.
Assommée par la nouvelle, elle accepte que James lui vienne en aide.
Comment son meilleur ami, son ami d'enfance, peut-il réussir là où la médecine s'avoue impuissante ?
Alors, James va lui confier son secret et convier la jeune fille à le rejoindre dans son Monde... peuplé de créatures de la Nuit (vampires, sorcières, loups-garous).
Mais les choses se compliquent, à commencer par la transformation. Par ses conséquences. En agissant ainsi, James a enfreint les Lois de sa communauté - ne jamais révéler son existence et ne jamais tomber amoureux d'un Humain.
Là aussi, c'est un sujet sensible car, en dépit des sentiments éclatants de la jeune fille, James s'est toujours protégé en refusant d'admettre son attachement profond.
Phillip, le frère jumeau de Poppy, veut protéger sa soeur, et naturellement il veut la protéger de James. Jusqu'où est-il capable d'agir pour son bien ?

Après ma première tentative (pour rappel, Vampire Diaries a également été écrit par LJ Smith), je suis maintenant fixée : l'univers de cet auteur n'est pas ma tasse de thé.
La couverture de cette série, également remise au goût du jour alors qu'elle date des années 90, est pourtant jolie et peut suffire pour attirer le lecteur.
Personnellement je n'ai pas accroché. C'est mon point de vue. Je n'y ai pas trouvé de suspense, tout m'est apparu très prévisible, la maladie, la mort et l'issue de secours qui ouvre la porte vers d'autres dangers, ok il y a bien quelques sursauts ici et là pour ponctuer l'intrigue, mais ce n'était pas assez pour me captiver. J'ai trouvé les personnages simples, à l'image de leurs sentiments... chastes, sans saveur, sans surprise. C'est bien le problème, tout est incroyablement simpliste et mou.
Et puis le style de LJ Smith est assez caractéristique, les thèmes pas tellement novateurs, la fin évite tout danger, c'est dommage, mais ce bouquin va néanmoins plaire et trouver son public (cible visée : collège-lycée) parce que ce que je trouve basique va au contraire soulever émotion et palpitation dans le coeur d'autres lecteurs.
Chacun ses goûts, après tout... ;o)

Annoncée avec un total de 10 tomes au compteur, la série Night World est particulière car il n'est pas besoin de lire les livres les uns après les autres. Chaque volume correspond à une histoire différente, le seul point commun est d'y retrouver des créatures appartenant au Night World. Donc, sur les 10 livres, on peut tout lire ou en lire une partie. Ce 1er livre nous a fait connaître Poppy et James, le prochain livre est déjà annoncé : Les soeurs des ténèbres (l'histoire de trois soeurs vampires qui vivent parmi les humains jusqu'au jour où leur frère Ash vient les rechercher pour les ramener au sein de leur communauté, mais au même moment le garçon tombe amoureux d'une amie de ses soeurs).
La sortie française n'a pas encore été communiquée. 

 

> l'avis de Camille, plus enthousiaste   > Ankya et Virginie ont également beaucoup aimé !
(mode *seule au monde* on)

 

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : ,

11/11/09

Lottie Biggs n'est presque pas cinglée ~ Hayley Long

Albin Michel, coll. Bliss, 2009 - 252 pages - 10€
traduit de l'anglais par Dorothée Zumstein
illustration de couverture : Pénélope Bagieu

lottie_biggsLottie Biggs est une adolescente de quatorze ans, bientôt quinze, qui vit à Cardiff, dans le quartier de Whitchurch, avec sa maman, commissaire de police. Lottie a une vie plutôt ordinaire : le lycée, son petit boulot de vendeuse de chaussures et sa meilleure amie Goose. Toutes les deux ont le béguin pour un type nommé Neil Adam, et lorsque celui-ci commence à sortir avec Goose, Lottie va carrément perdre la boule.
Le jour même de son anniversaire, les choses empirent. Entre fous rires et crises de larmes, Lottie Biggs n'est pas simplement jalouse ni atteinte par une crise d'ado aigüe. C'est plus fort et plus sérieux qu'on ne le pense.
Au départ on s'imagine lire un roman de filles, une petite bulle légère, à l'humour déjanté et délicieusement british. On se trompe, car au bout du compte, on pénètre avec sensibilité dans les affres de la maniaco-dépression, une maladie pas facile à gérer, traitée ici avec la délicatesse d'une jeune fille, paumée, de quinze ans. Mais non Lottie Biggs n'est pas cinglée.
Le roman s'organise autour d'un devoir à rendre à son professeur de français, un projet d'écriture personnel, qui ressemble davantage à un journal intime. On y trouve des petits dessins, des confessions pudiques et touchantes, un regard sur elle toujours drôle (les colorations pour les cheveux, par exemple), et même un passage où l'exercice est écrit à la main.
La couverture fraîche et ravissante, signée Pénélope Bagieu, peut induire en erreur. Ce n'est pas qu'un simple roman de poulettes, c'est aussi plus sincère et émouvant qu'en apparence.
Une jolie découverte, qui ouvre la toute nouvelle collection Bliss chez Albin Michel.
D'autres titres sont disponibles : Hollywood starlet de Lola Douglas et Une fille haute couture de Lucy Sweet (parution en janvier 2010).

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06/11/09

La jeune fille à la plume ~ Katherine Sturtevant

Bayard jeunesse, coll. MilléZime, 2009 - 320 pages - 11,90€
traduit de l'anglais (USA) par Maïca Sanconie
illustration de couverture : Aline Bureau

la_jeune_fille_plumeLondres, 1681. Meg a seize ans et passe son temps dans les livres. Elle lit beaucoup, elle vit dans la librairie de son père et elle rêve d'écrire. Or, nous sommes au XVII° siècle et il est strictement mal venu pour une demoiselle d'assouvir sa passion au lieu de s'accomplir dans le mariage. Et voici qu'un jeune prétendant, Edward Gosse, le frère de sa meilleure amie, vient lui présenter ses hommages. Embarrassée, la jeune fille l'éconduit proprement. Elle commet même la sottise de lui suggérer d'être kidnappé par des pirates mauresques alors que le chemin d'Edward le mène toutes voiles dehors vers la Toscane, dans la ville de Livourne, où il est appelé à suivre un apprentissage de plusieurs années.
Les mois passent. Un malheur frappe la famille Gosse et Edward doit rentrer au pays en toute urgence. Et c'est alors que la prophétie de Meg se réalise : Edward est aux mains des pirates, il va être vendu comme esclave en Afrique du Nord !
Parce qu'elle se sent responsable, Meg entreprend donc de rédiger des lettres de doléances auprès des vicaires pour apitoyer les ouailles et récolter la somme nécessaire pour payer la rançon qui délivrera Edward Gosse.
L'aventure ne s'arrêtera pas là ! Ce roman est absolument charmant. Il montre la difficulté pour une jeune anglaise de seize ans d'aller au bout de ses envies, de composer avec sa condition féminine et de revendiquer un droit à son goût de l'écriture, alors que c'était considéré comme une activité malsaine pour l'époque. Les femmes aux fourneaux ! Meg doit répondre à l'autorité de son père, elle se devra également obéissance à son futur époux, lequel devra être libraire, pour mieux comprendre ses ambitions secrètes. Ainsi s'imagine-t-elle vivre sa vie.
Or, la réalité n'est pas l'égale des nourritures romanesques et Meg risque fort de l'apprendre à ses dépens. Le coeur pris en étau, les émotions en ébullition, notre héroïne au tempérament frondeur et décidé fera la lourde expérience de la désillusion, du remords et du chagrin. Néanmoins, c'est avant tout un livre vif et intelligent, porté par une narratrice pleine d'esprit, qui ne s'avoue jamais vaincue, et qui suivra sa voie en même temps que la voix de la sagesse !
Très bonne lecture. Dès 12 ans.

NB : Meg Moore est également l'héroïne du premier roman de Katherine Sturtevant, At the Sign of the Star, qui n'a pas été traduit en français.

 

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

05/11/09

Mes Deux Allemagne ~ Anne C. Voorhoeve

Bayard jeunesse, coll. Millézime, 2009 - 348 pages - 11,90€
traduit de l'allemand par Florence Quillet

mes_deux_allemagneMes Deux Allemagne est un roman plein de surprises, un roman avec des tiroirs, bref un roman dans le roman, et plus encore... Au début, la narratrice est une jeune adulte qui fait la connaissance d'un type dont le nom lui rappelle son propre passé, dans les deux Allemagne. En plus de sa propre histoire, c'est aussi celle de sa maman Rita et de sa tante Lena que Lilly va revivre et nous raconter. Un roman dans le roman, donc. L'histoire se tisse d'après les souvenirs et les flashbacks, pour un ensemble homogène et nécessaire pour dresser le portrait de cette famille tiraillée, déchirée par la carte géopolitique.
L'arbre de cette famille a du mal à se dessiner, les secrets sont encore présents, Rita a perdu son père très tôt, c'était un héros et c'est grâce à lui et à son amour pour Rita que sa mère a pu se sauver de l'Est pour se réfugier à Hambourg. Puis, Rita aussi décède, emportée par son cancer. Lilly se retrouve sans famille et va alors faire la connaissance de sa tante, qui vit dans l'autre Allemagne.
C'est un peu comme un coup de foudre entre la jeune fille et son aînée, mais l'heure des séparations sonne trop tôt et Lilly comprend qu'elle ne peut plus vivre sans elle et va prendre la décision de traverser la frontière pour vivre avec Lena.
A la fois oeuvre romanesque et ouvrage pédagogique, ce livre nous apporte un éclairage intéressant sur le climat pesant qui a longtemps régné sur cette parcelle d'Europe, un pays séparé en deux, des générations à jamais marquées, des familles chamboulées etc. Au centre, Lilly, treize ans, est encore trop jeune pour saisir toutes les nuances politiques, d'autant plus que sa propre mère était restée secrète sur son enfance en Allemagne de l'Est. C'est un peu le choc des cultures, une Wessi pour les uns, une Ossi pour les autres, bref Lilly conservera longtemps cette double identité, la preuve aussi d'un traumatisme certain, que les jeunes lecteurs tenteront aujourd'hui de cerner puisqu'on fête cette année les vingt ans de la chute du mur de Berlin (le 9 novembre).
Un très bon roman, écrit avec sensibilité et justesse, sans misérabilisme.

Comme dit l'éditeur : Ce livre émouvant met en scène l’antagonisme Est-Ouest vu par le prisme d’une famille, avec un luxe de détails proches de l’histoire vraie, et sans pour autant porter de jugement de valeur.  C’est un bel hommage à la réunification de l’Allemagne.

 

 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

04/11/09

J'irai au Pays des licornes ~ Jean-François Chabas

Médium de l'Ecole des Loisirs, 2009 - 180 pages - 9,00€
illustration de couverture : Franck Juery

jirai_au_pays_des_licornesMalédiction ! Il fallait que ça m'arrive, j'étais trop étourdie de bonheur et d'amour, cela devait cesser. Jean-François Chabas est pour moi MA fantastique révélation littéraire de cette année, et je lis chacun de ses livres avec la garantie d'être émue et bouleversée par son contenu.
Oui, jusque là tout était émerveillement et petit lait à boire... sauf que je suis tombée des nues avec ce titre, J"irai au Pays des licornes. Pourtant, tout était réuni pour me plaire. Hélas, la magie n'a pas eu lieu.
L'histoire se passe en Ukraine. Pavlo n'a pas douze ans, il est orphelin et a été recueilli dans un établissement mauvais, sale et dégoûtant, où les pires sévices se jouent en toute impunité, le directeur ferme les yeux, qui ne dit mot consent ? Un soir, Pavlo manque d'être violé par un plus grand et il se rebiffe. Un oeil crevé pour son adversaire, la mise en quarantaine dans une cellule fermée pendant deux ou trois semaines pour lui.  La punition lui semble sévère et injuste, cela va forger son caractère. Pavlo devient un gamin dur, qui n'accepte plus de courber l'échine, il se découvre aussi une faculté au combat qui l'étonne lui-même.
Bref, le garçon va se sauver de l'orphelinat et se retrouver dans la rue. Une autre galère commence, il a faim, il a froid et il est seul au monde. Chaque minute, il doit sauver sa peau, surtout qu'un type costaud et idiot l'a choisi comme bouc émissaire et lui mène la vie dure. Jusqu'au jour où il est ^kidnappé^ par deux individus dans leur camionnette vers une autre étape de son existence vraiment pas rose du tout...
De mal en pis, l'histoire ne cesse d'aller. J'ai eu un mal fou à m'y accrocher, à me sentir à l'aise dans mes baskets, d'ailleurs j'ai fini par passer plusieurs pages, je n'en pouvais plus de lire autant de noirceur, d'amertume, de rudesse et de coup dur. C'est un roman pas facile, pas gai non plus et vraiment pas optimiste. Il fiche le moral à zéro, en dépit de l'écriture toujours impeccable de Chabas.
Je n'ai pas trouvé que ce roman pouvait me mener quelque part, ou disons que je n'ai pas accepté de suivre cette voie. J'ai bifurqué, j'ai moi aussi voulu trouver mon Pays des licornes, cette histoire était en fait un conte raconté par la maman de Pavlo et le garçon aime y repenser, comme s'il s'accrochait à une chimère, pour se consoler, s'évader de son univers âpre et douloureux.
Pfiou, ça fait du bien d'en sortir... tant ça fait mal et ça pèse lourd dans le ventre, et aussi dans le coeur.

ce qu'en dit l'éditeur : La rue, ses menaces et ses combats, Jean-François Chabas connaît bien. Mais c’est la situation de la Thaïlande contemporaine qui a été le déclic de ce roman. Là-bas, les combats d’enfants sont légaux et les fortunes gagnées grâce aux paris, colossales. Avec amertume, poésie, réalisme et pudeur, c’est la face sombre de sa Boxe du Grand Accomplissement que l’auteur nous livre ici, ainsi que sa façon, subtile, originale, de parler de l’antisémitisme.

Madeline de la Libraire L'Eau Vive explique pourquoi la fin du roman la dérange...

 

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,