22/04/16

La Prophétie du Paladin : L'Alliance, de Mark Frost

LA PROPHÉTIE DU PALADIN – L’ALLIANCE

Si vous appréciez, comme moi, les lectures grouillantes d'action et riches d'un imaginaire excitant, vous ne manquerez pas de découvrir cette série de Mark Frost, qui se lit avec un réel empressement et qui communique une sensation d'addiction. Franchement, c'est génial.  

Will et ses amis ont des projets pour l'été qu'ils vont passer au Centre pour parfaire leurs connaissances sur les origines des Chevaliers et leurs rôles dans cette incroyable aventure qu'est la leur. L'action et le mystère sont toujours au taquet, par contre il faut également en passer par des crises adolescentes un peu bêtifiantes, auxquelles l'auteur lui-même semble parfois ne rien y comprendre ! Mais l'essentiel est ailleurs et c'est tant mieux. 

On retrouve l'énergie, l'humour et la torture du cliffhanger dans ce récit épique et palpitant à lire ! C'est une série tout feu tout flamme, qui affiche haut ses couleurs, avec des personnages attachants, parfois immatures dès qu'on aborde des sujets de leur âge, mais qui savent réagir et prendre les bonnes décisions en temps utile. Pour l'heure, cette suite a su confirmer tous les espoirs entraperçus à la lecture du premier tome et je m'en réjouis. Série en trois tomes, avec des parutions rapprochées - merci l'éditeur. 

PKJ. Février 2016 - Traduit par Christophe Rosson

 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


16/04/16

Geek Girl (1) par Holly Smale

Le premier tome de la série Geek Girl est en poche ! L'occasion de découvrir cette série pleine de pep's et d'humour. 

Geek Girl

Harriet Manners a 15 ans et déteste la mode. Elle était loin de s'imaginer qu'en accompagnant son amie Nat à la Fringues Expo de Birmingham, elle allait taper dans l'œil d'un photographe et d'une agence de mannequins. Oui, Harriet Manners, celle qui mélange les styles et les genres, qui se fiche un peu de sa coiffure, qui n'a jamais ouvert un magazine de mode de sa vie, qui avale tout ce qu'elle veut sans se soucier de sa silhouette, et qui préfère de loin les livres, les sciences, les études... 

Sur le moment, Harriet pense que cela n'ira pas plus loin et veut rassurer Nat qui boude. Puis, suite à une énième humiliation devant toute sa classe, elle décide sur un coup de tête de relever le défi du mannequinat pour changer son image (et devenir populaire). Mais Harriet est embêtée, à trop vouloir ne pas décevoir ses proches, elle commence à raconter des petits mensonges, de ci de là, sans se douter du désordre, aux conséquences désastreuses, qu'elle va engendrer.

L'histoire fait doucement glousser et cumule les situations improbables et exagérées, je ne la trouvais d'ailleurs absolument pas crédible jusqu'à ce que j'apprenne qu'elle est inspirée de la propre expérience de l'auteur en tant que mannequin. Quoi qu'il en soit, Harriet est une héroïne formidable, attachante et très drôle (principalement à cause de ses maladresses). On ne s'ennuie pas avec elle !

Mais sous le ridicule et le superficiel, l'histoire nous rappelle qu'il faut rester soi-même, apprendre à s'accepter sans se préoccuper des autres, et fait aussi la part belle à la culture Geek (dans le sens intello/1ère de la classe) ! Une lecture parfaite pour pouffer niaisement - et en l'assumant - et surtout pour se distraire en toute insouciance. 

PKJ. Avril 2016 pour la présente édition - Traduit par Valérie Le Plouhinec

« Je suis Harriet Manners : élève brillante, collectionneuse de pierres semi-précieuses, constructrice de petits trains électriques parfaitement proportionnés, rédactrice de listes, classeuse de livres par ordre alphabétique et par genre, utilisatrice de substantifs inventés, observatrice attentive de vingt-trois cloportes sous un gros caillou au fond de son jardin.
Je suis Harriet Manners : GEEK. »

Le tome 4 vient de paraître chez Nathan ! 

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08/04/16

# Concours du Premier Roman Jeunesse : Les Mystères de Larispem, de Lucie Pierrat-Pajot

Livre gagnant de la deuxième édition du Concours du Premier Roman Jeunesse
organisé par Gallimard Jeunesse, Télérama et RTL.

Couverture magnifiquement illustrée par Donatien Mary 

Les Mystères de Larispem

Larispem, 1899. 
Dans cette Cité-État indépendante où les bouchers constituent la caste forte d'un régime populiste, trois destins se croisent... Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l'apprentie louchébem et Nathanaël, l'orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l'ombre d'une société secrète vient planer sur la ville. Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution?

Maraudeuses, sabotages d'automates, livre indéchiffrable: au fil des ruelles de Paris se dessine un monde rétrofuturiste captivant. Un premier tome qui révèle le talent d'un nouvel auteur.

Chronique à venir très prochainement ! 

01/04/16

Camarades, de Shaïne Cassim

Camarades EdL

Quelque part en Normandie, Eulalie se languit du retour de sa mère, la fougueuse Clara, qui parcourt l'Europe en quête de nouvelles rencontres et autres sensations fortes. La jeune fille vit chez sa grand-mère, parmi les vergers, jusqu'au jour où la colère l'emporte et lui fait commettre le geste de trop. Gisèle, la parisienne, manque de mourir sous les coups de son père et trouve refuge auprès d'une femme médecin, Pernille, et son compagnon Søren. Au Pays de Galles, Eddie, un garçon rêveur, perché sur un arbre, aspire aussi à une autre vie, à d'autres horizons. Sa rencontre avec le journaliste Galbraith lui donne cette fabuleuse opportunité de quitter son petit coin paumé pour apprendre le métier qui le passionne. Leur chemin croisera aussi celui d'Evgueni, un garçon russe, efflanqué, fuyant, craintif et méfiant. Ses cauchemars ne disent pas sa fuite éperdue depuis le bagne, où il était retenu prisonnier, jusqu'à la ville de Varsovie, se dérobant aux traques intempestives de la police du Tsar. Ce petit monde se croisera dans la maison de Montrouge du vitupérant Garaï... ancien amant de Clara et père méconnu d'Eulalie. Et toutes ces destinées continueront de dessiner leurs contours avec autant d'emphase et de passion, que d'indécision et d'anxiété.

Je me suis naturellement sentie aspirée par cette jeunesse, cette fougue, cette soif d'apprendre et de découvrir autrement. C'était exaltant. J'aurais d'ailleurs voulu que ça ne s'arrête pas et que l'auteur se lance dans une trilogie, pour mieux développer cette belle fresque romanesque, sur fond historique (la guerre de 1870, la Commune, Napoléon III...) et éviter ainsi cette sensation de fin bâclée et d'une lecture riche en possibilités sabordées. Quelle frustration. Malgré tout, le roman s'est révélé enivrant ! J'ai beaucoup,  beaucoup aimé. 

L'École des Loisirs / Février 2016

Afficher l'image d'origine

Crédit illustration @ Communardes ! de Wilfrid Lupano & Lucy Mazel / Anthony Jean / Xavier Fourquemin

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30/03/16

“Le mieux, c'est de commencer par le début.”

Deux nouvelles parutions dans la collection Pôle Fiction (le format poche chez Gallimard Jeunesse) avec deux romans qui cognent et frappent fort dans le ventre et le cœur ! Ne passez plus à côté... ;-) 

IMG_6085

La Décision, d'Isabelle Pandazopoulos

Louise est élève en Terminale S, brillante, entourée de nombreux amis et d'une famille aimante. Un jour, en classe de maths, elle sort précipitamment et se réfugie dans les toilettes où un camarade va la retrouver, peu de temps après, inconsciente et baignant dans une mare de sang. En bonus, un bébé est posé sur son ventre. Face à ce terrible déni de grossesse, son entourage s'interroge, raconte et tente de comprendre. Louise prétend n'avoir jamais couché avec un garçon. Elle ne veut rien entendre de cet enfant. Ses parents, impuissants, sont effondrés. On est alors pris dans un tel engrenage qu'il devient difficile de lâcher le livre. On tourne les pages, on a la boule au ventre, on reçoit en plein cœur toute cette émotion, qui est à la fois brute, douloureuse et si lourde. Le livre se lit aussi comme un roman à suspense, car on part dans une forme d'enquête pour percer le secret de Louise et découvrir l'envers du décor. C'est très bien fait, tout en étant flippant, complexe et inquiétant, mais cette lecture a aussi le mérite de faire avancer les mentalités, de réviser les jugements hâtifs et d'inviter à la réflexion. Un très bon livre.

Silhouette, de Jean-Claude Mourlevat

Dix histoires courtes et autant de rencontres possibles, dix histoires singulières, dépourvues d'aspérités, jusqu'à la fin qui tombe à chaque fois comme un couperet... Dix histoires pour se plonger dans un univers étrange et captivant. 
Actuellement en pleine relecture.  

 

Pôle Fiction chez Gallimard Jeunesse, mars 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23/03/16

Le Chien des Baskerville, d'Arthur Conan Doyle

Le chien des Baskerville CD

Comment expliquer la terrible malédiction qui frappe la famille Baskerville depuis des générations ? Les héritiers sont tous victimes d'une mort atroce. On parle aussi d'un chien sauvage et démoniaque rôdant sur la lande pour terroriser les propriétaires du domaine. Soucieux de faire taire les rumeurs, le Dr Mortimer se rend au 221B Baker Street pour solliciter la science de l'éminent Sherlock Holmes. Sir Henry Baskerville arrive tout juste d'Amérique pour prendre possession de son titre et de ses terres, il ne faudrait pas non plus que le malheureux s'ajoute à une trop longue liste de victimes. Après avoir attentivement écouté le récit de cette sombre histoire, Holmes envoie Watson sur place. Il sera ses yeux et ses oreilles et rédigera ses rapports avec une précision extrême. On le sait, chaque détail a son importance et les protagonistes sont tous de potentiels coupables - du couple de domestiques, aux agissements nocturnes douteux, à l'unique et lointain voisin des Baskerville, Mr Stapleton, un féru de naturalisme, et sa ravissante sœur, dont Sir Henry s'éprend sur le champ. 

L'ambiance est lourde et sournoise sur la lande du Devonshire, où plane une légende aux accents fantastiques qui tourmente les pauvres âmes errantes. C'est trouble, poignant et captivant, mais aussi magnifiquement guindé, avec ce charme suranné qui rend les histoires de Sherlock Holmes si pompeuses mais fascinantes. Le détective est certes un peu en retrait dans cette intrigue, mais celle-ci en conserve néanmoins toute son empreinte. 

Texte lu par Bertrand Suarez-Pazos qui donne vie à tous les personnages du roman et nous entraîne dans une enquête riche en mystère et en suspense. La réalisation sonore rythme l'action avec espièglerie et volubilité. L'effrayant chien des Baskerville est incarné de façon saisissante par le timbre clair et puissant de la clarinette basse. Une excellente écoute avec un livre audio impeccable sous tous ses aspects. 
Musique composée et interprétée par Gilles Dimanche.


Gallimard Jeunesse, coll. Écoutez lire / Mars 2016

Ill. de couverture : Pascal Rabaté -- Trad. de Bernard Tourville

Texte abrégé, lu par Bertrand Suarez-Pazos (env. 3h 40)

bannerfans_17181035bannerfans_17181035bannerfans_17181035

 

 

16/03/16

Cornichon Jim, de Benjamin Desmares

Cornichon Jim

Victor Fauchoins a dix ans et déjà une carrière de détective privé derrière lui, sous le pseudonyme de Cornichon Jim. Il pensait en avoir fini avec les enquêtes, lorsqu'un garçon de 5ème le recrute pour espionner sa mère... qui n'est autre que Mme Vigo, la directrice de l'école. En échange d'une boîte de cachous, au goût détestable, notre petit bonhomme se lance donc dans une filature étonnante et très drôle, mais l'histoire est également surprenante et mêle avec talent le mystère, le suspense et les rebondissements ! Car il ne faudrait pas se leurrer avec cette intrigue qui nous réserve une bonne maîtrise du genre et tient plus que bien la route du début à la fin. J'ai clairement été emportée par le rythme, soutenu et efficace, et j'ai suivi avec un réel plaisir notre détective amateur, qui est également fort sympathique. Victor va également s'appuyer sur les conseils avisés de la fabuleuse Clémence Dulac, sa petite voisine dont il est secrètement amoureux. Tous deux vont ainsi examiner avec attention leur mission et dépouiller un mensonge familial, mettre à jour des identités masquées et débusquer des rendez-vous secrets dans la mezzanine de la bibliothèque de littérature policière. Ce roman jeunesse n'a franchement pas à rougir de sa modestie et peut tenir la dragée haute à ses aînés. Il est rondement mené et nous entraîne, de bout en bout, dans une course-poursuite particulièrement haletante et bien ficelée. J'ai tout de suite accroché et beaucoup apprécié son humour combiné à une petite touche de poésie (les titres des chapitres sont géniaux). Tapis rouge pour Benjamin Desmares, dont il s'agit du premier roman, qui va direct me conduire à une autre Histoire de sable

éditions du Rouergue, mars 2015

bannerfans_17181035 (2)bannerfans_17181035 (2)bannerfans_17181035 (2)

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Sans Atout et le cheval fantôme, de Boileau-Narcejac

Sans Atout CD

François est, pour la première fois, triste de se rendre au château de Kermoal pour les vacances. Son père a décidé de le mettre en vente et les acquéreurs ne manquent pas, même si leurs projets font tous sursauter le garçon. Seul un certain Van der Troost, un hollandais, se montre sincèrement emballé par la perspective de restaurer ce monument du patrimoine. Et peu à peu le garçon est gagné par son enthousiasme, n'hésitant plus à faire l'inventaire des trésors cachés du château. Il est également à deux doigts de lui révéler un autre secret : tous les soirs à minuit, on entend le bruit d'un cheval dans la lande. La rumeur se répand aussi vite et parle d'un cheval fantôme ! Le garçon, intrigué, mène son enquête.

Ce classique de la littérature policière jeunesse, publié en 1971, procure cette sensation inexplicable d'une douce nostalgie captivante, en plantant un décor et une ambiance hors du commun. Rien que pour ça, j'ai beaucoup apprécié. L'histoire n'est bien sûr pas en reste et propose un formidable rendez-vous de mystère, d'aventure et de suspense. François, surnommé Sans-Atout, est un garçon plein de ressources et de curiosité, dont l'attachement au domaine de son enfance va le pousser à fouiller dans les légendes locales et les galeries souterraines de Kermoal. C'est une lecture au caractère quelque peu désuet, mais qui puise là aussi tout son charme ! 

Texte lu par Arnaud Bédouet, Luc Alexander, Étienne Fernagut, Cyril Lévi-Provençal, Laurence Merchet, Bruno Raina, Delphine Rich, Didier Rousset.
Réalisation: Arnaud Bédouet.

Une interprétation remarquable et une ambiance sonore de grande qualité font vivre les aventures rocambolesques et pleines de rebondissements du jeune François Robion, alias Sans Atout.  


Gallimard Jeunesse / Coll. Écoutez lire  ♦ Mars 2016

Texte abrégé (durée : 3h)

Illustrateur de couverture : Émile Bravo 

Sans Atout Folio

Texte disponible en Folio Junior / Juin 2007

 

11/03/16

Ma fugue chez moi, de Coline Pierré

Ma fugue chez moi

« Assister à ma propre disparition est dérangeant et désagréable. Personne ne fugue pour voir ses proches réagir. On fugue justement pour ne plus plus se préoccuper de rien. Pour ne pas avoir à affronter les raisons et les conséquences de son départ. »

Anouk a quatorze ans et ne supporte plus d'être devenue le souffre-douleur de son ex-meilleure amie, qui prend un plaisir sadique à la ridiculiser devant tout le collège. Un soir de décembre, l'adolescente quitte la maison avec son sac à dos et son banjo. Fuguer, pour tout oublier. Et puis, c'est le couac. Anouk, n'envisageant pas de dormir dans la rue, rentre en catimini chez elle et décide de se cacher dans le grenier où elle compte faire semblant d'être partie pour de bon. C'est peut-être excitant de jouer au Robinson sous son propre toit, mais Anouk n'avait pas prévu la réaction de ses proches - son père fou d'inquiétude et sa petite sœur malheureuse comme les pierres. Malgré tout, la jeune fille campe sur ses positions et se calfeutre dans son placard, témoin impuissante de la détresse de sa famille, partagée entre l'envie de les rassurer et ce besoin inexplicable de se couper du reste du monde pour réfléchir, avancer, comprendre, trier, grandir, ne plus paniquer. Bref, ce très court roman de 115 pages est juste une petite perle de douceur et de tendresse (qui a aussi broyé mon cœur de maman, rien qu'à l'idée de vivre pareille situation). On finit par saisir les intentions d'Anouk, adolescente à fleur de peau, qui se sent paumée dans sa famille qui n'entre pas dans la norme, avec une mère, climatologue passionnée par sa carrière, qui part six mois de l'année sur une île, un père accro au boulot et une frangine inscrite à la semaine dans une école de danse... En clair, Anouk se sent seule, abandonnée, complètement larguée. Fuguer, c'est aussi son cri d'alerte, un SOS pour réclamer de l'attention et renouer avec les siens, le temps que chacun partage ses envies, ses manques et son amour.

J'ai trouvé ce roman très beau, très doux, très touchant (pas très réaliste, mais qu'importe...) car l'histoire cherche avant tout à rassurer et esquisse un portrait original et attachant d'une “famille biscornue et rafistolée, une famille joyeusement bizarre” qui finit par raccommoder ses petits bobos dans un grenier désormais rempli d'histoires. C'est sincèrement une très, très jolie lecture, rythmée comme de la musique jouée sur un banjo, avec de la sensibilité, de la débrouille et de l'innocence. Une découverte exquise et émouvante. 

Rouergue / Mars 2016

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

La Pyramide des besoins humains, de Caroline Solé

La Pyramide

Christopher est un gamin fugueur de quinze ans, qui vit maintenant dans la rue, sous un bout de carton, dans le quartier chinois de Londres. Christopher Scott est aussi le candidat n° 12 778 du nouveau jeu de télé réalité, la Pyramide des besoins humains, dont le principe - en plus de s'afficher sur internet et de gagner en popularité - consiste à gravir les échelons en se basant sur la théorie de Maslow. Un nom qui sonne comme le marshmallow, sans le moelleux et l'onctuosité. Christopher, donc, veut détourner la règle du jeu et être l'élément perturbateur du programme. Tout en préservant son anonymat, il poste le minimum syndical pour attiser la foule, obtenir des points et arracher son passe pour les étapes suivantes. Ce jeu finit toutefois par lui tourner la tête, par renforcer son écœurement, sa rage et sa colère, par le renvoyer à la source de son problème - le pourquoi de sa fugue, le tableau au vitriol de sa famille et du père. La lecture est sans nul doute poignante. Elle cogne direct en plein cœur et ne nous laisse pas souffler, mais cette perspective sombre est aussi démoralisante. Chris est un adolescent sans cesse sur le qui-vive, qui agit de façon contradictoire, d'une part il s'insurge des gloires éphémères et réclame un peu d'attention, mais refuse paradoxalement qu'on s'intéresse à lui et accorde difficilement sa confiance aux autres, sauf exception pour son pote Jimmy qui vend des hot-dogs en mettant trop de moutarde ou le vieux Scratch-Scratch qui repère les flics à des kilomètres à la ronde. Son quotidien dans la rue est lui aussi tristement réaliste (solitude, pauvreté, désespoir, bagarre) et vient accentuer l'amertume du roman. J'ai clairement mal vécu cette histoire, beaucoup trop négative, trop anarchiste, trop dénonciatrice de tout et rien à la fois (125 pages, c'est peu). Dans une intention de livrer un message fort et percutant, le roman finit par s'éparpiller et embrouiller le lecteur (du moins, en ce qui me concerne... car le livre a très bonne presse auprès de mes camarades). Je pense finalement en avoir trop attendu et être restée sur le carreau. Dommage. Mais la violence décrite dans l'histoire - déclamée comme du slam - résonne comme un cri du cœur, qui mérite sincèrement qu'on s'y attarde... Un roman qui suscite une rélle réflexion, à étudier en classe par exemple. 

L'École des Loisirs / Mai 2015

« Je coupe les fils. Plus de marionnette au bout de leurs ficelles. »

La-pyramide-des-besoins-humains-Campagne

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,