11/10/18

Billy Blaireau, Tome 2 : Son plan hurluberlu-farfelu pour sauver oncle Shawn (qui n'en a pas besoin) de A. L. Kennedy

Billy Blaireau Son plan hurluberlu pour sauver oncle shawn

On pensait notre ami Billy Blaireau et sa bande de lamas en sécurité chez l'oncle Shawn, surtout après avoir frôlé la mort dans l'épisode précédent, cf. Son enlèvement (presque) réussi mais finalement raté.
On les imaginait donc si heureux qu'ils en avaient des chatouillis dans les orteils, en train de savourer de la limonade et des crêpes.
Eh bien, non. Un terrible danger va de nouveau s'abattre sur ce paradis terrestre. Un sinistre individu aux cheveux luisants rôde non loin. Planqué dans des buissons, il prend des notes sur tout ce qu'il observe en douce. Et il est profondément agacé.
Celui-ci se présente en tant que Dr. G'Nakr, spécialiste mondial de la loufoquerie. Il parcourt toute la lande écossaisse au volant de son fourgon grisâtre pour prendre en charge les cas les plus graves. Agir vite et bien, voilà son credo. Selon lui, la loufoquerie est une maladie contagieuse et très dangereuse.
Au cours de son périple, le Dr. G'nakr comprend qu'il aura fort à faire avec le dénommé oncle Shawn, que tous décrivent comme le type le plus incroyable et farfelu de la contrée. Et comme le véritable dessein de notre pseudo spécialiste c'est éliminer toute trace de bonheur en écrabouillant la loufoquerie, il doit faire disparaître cet oncle Shawn.
Caramba ! Ce dernier n'est pas dupe et échafaude un plan... sans prévenir ses compères à la ferme. Résultat, Billy Blaireau et les lamas sont chamboulés par les paroles mielleuses et hypnotisantes du docteur G'nakr. Bim... le piège est tendu, tordu. Nos amis mordent à l'hameçon.
Et quel micmac ! Par contre, ça vous tricote une petite intrigue rigolote avec des rebondissements insensés et pas mal de détails saugrenus. Les plus jeunes, dès 8-9 ans, apprécieront l'audace et la farce ! Ce qui m'a plu, en particulier, ce sont les illustrations et les commentaires après chaque ouverture de chapitres (Où il y a une pause déjeuner sans déjeuner, ce qui est toujours très triste. Et des yeux écarquillés et des propos un peu malpolis. Et aussi de la Loufoquerie !). Voilà, voilà.
La série est sympa, surtout si on aime les héros hurluberlus et les lamas un peu dingues.

Casterman (2018) - traduit par Valérie Le Plouhinec

illustrations de Gemma Correll

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Lili Goth : La symphonie sinistre, de Chris Riddell

Lili Goth La symphonie sinistreDans cette nouvelle aventure, la jeune Lili trouve un faune endormi dans son placard et apprend qu'un festival de musique se tiendra prochainement au manoir des frissons frissonnants.
L'effervescence gagne rapidement la maison et ses occupants. Et déjà les artistes font leur entrée, tous plus extravagants les uns que les autres. Les invitations sont envoyées en masse. Et la grand-mère de Lili débarque en compagnie de trois demoiselles à la mode, toutes trois prétendant au titre de nouvelle lady Goth !
Lili et ses amis du club du grenier vont naturellement mettre leur grain de sel. Et garder un œil sur le garde-chasse d'intérieur, l'épouvantable Maltravers, jamais avare de combines douteuses.
En bref, la lecture est sans surprise mais naturellement facétieuse, avec sa galerie de personnages fantasques, ses illustrations adorables et ses clins d'œil cocasses. L'univers de Chris Riddell impose son style exubérant et nous fait parfois oublier qu'il y a aussi une histoire derrière tout ça ! 
De toute façon, la série est pleine de charme et propose une ravissante excursion à travers cet esthétisme soigné (couverture cartonnée, vert métallique ornant les pages). Tout est léché, peaufiné, chouchouté. C'est absolument délicieux, même si je garde une petite préférence pour Apolline et M. Munroe.

Milan (2018) - traduit par Amélie Sarn


Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04/10/18

Pêle-Mêle : Concentre-toi - À moi ! - Ratapoil - Mon chien, Dieu et les Pokétrucs

concentre toi

Attablée dans la cuisine, une fillette a le nez plongé dans son livre... du moins, en apparence. Car très, vite, son esprit s'envole. Un oiseau, une vache, la table à repasser, le jardin... un rien la distrait et détourne son intérêt vers un imaginaire sans limite. Sa mère rouspète et la fait redescendre sur terre, concentre-toi, concentre-toi, mais l'enfant se perd dans ses rêveries et avoue qu'elle n'y comprend plus rien. Impossible d'être ici et là, partout à la fois, il faut choisir : être là, maintenant.

Une lecture qui déculpabilise l'étourderie ? C'est tout bon ! L'histoire raconte, par un habile patchwork de couleurs et de collages, l'imagination en folie, les idées foisonnantes, les questions qui s'éparpillent, les sourires et les choix par milliers. En bref, c'est tout en finesse et en poésie, une dispersion fantaisiste et enjouée, où l'enfant assume pleinement sa nature tête-en-l'air. Yes.

Concentre-toi, de Catherine Grive & Frédérique Bertrand

rouergue jeunesse, 2018

===========================

 

à moi marine rivoal

L'ours, sur sa banquise, se sent fort et puissant. Il grogne, il gronde, il tempête. C'est chez lui, ici. Sa banquise, sa banquette. Car peu à peu, la glace se fend, la banquise devient caillou errant au beau milieu de l'océan, et l'ours est désormais seul, flottant entre ciel et mer. Est-il toujours le plus gros, le plus fort, le plus puissant ? Sous le ton cocasse, se cache une réflexion profonde sur l'écologie et les perturbations climatiques. Un ours à la dérive, un monde en péril... des couleurs magnifiques et une mise en scène fabuleuse. Voilà un album très riche et fascinant !

À moi ! de Marine Rivoal

rouergue jeunesse, 2018

===========================

 

Ratapoil

Après Les Mous et Gouniche, voici Ratapoil tout poil dehors. Très embarassé par ses cheveux, qui n’en finissent plus de pousser n’importe comment, notre ami cherche des solutions pour domestiquer sa toison. Or, ses tentatives sont toujours vaines, même ses rencontres avec la mort (totalement déprimée), le grand moumounitou ou la fête Monique. Rien n'y fait. Jusqu'à ce qu'il avale une  potion... et se retrouve chauve ! Ohlala.

Oui, cette histoire est drôle et complètement loufoque. C'est bien évidemment à prendre au second degré, un peu tirée par les cheveux (ha-ha), mais l'ironie de Delphine Durand fait mouche et nous régale d'anecdotes farfelues, de clins d'œil et de délires en tous genres. On trouve aussi plusieurs techniques d'illustration au fil des pages, ce qui rend quelque part la lecture tout aussi étonnante (étourdissante ?) et originale ! On adopte. :)

Les incroyables aventures de Ratapoil, de Delphine Durand

rouergue jeunesse, 2018

===========================

 

Mon chien, Dieu et les Pokétrucs

Pauline boude, car ses parents ont décidé d'accueillir une famille syrienne, sans demander son avis. Ce qui la dérange, en vérité, c'est qu'elle doit désormais partager sa chambre, ses jouets et son chien. Zein est sympa, mais parle un français sens dessus dessous. À ceci, s'ajoutent des questions sur le monde qui ne tourne plus rond, sur les frontières, la possession, l'identité. De cette expérience, à force d'observer cette existence, Pauline, huit ans, a peut-être la solution idéale pour remettre la vie sur ses rails : « Quand je pense que c'est grâce à la guerre que j'ai rencontré Zein, ça me donne des frissons. C'est la seule chose bien pendant les guerres : les gens s'aident. Faudrait s'aider aussi pendant la paix, mais personne n'en a l'idée. Peut-être que c'est ça la solution de la guerre. »

Un joli roman qui parle d'amitié et de solidarité, qui traite aussi de l'actualité, avec beaucoup de drôlerie et de lucidité. Sans morale, sans chichis, sans politique, simple et essentiel, ça fait du bien !

Mon chien, Dieu et les Pokétrucs, de Myren Duval & Charles Dutertre

dacodac du rouergue (2018)

===========================

 

Amélia Fang et Le Bal barbare, de Laura Ellen Anderson

Amélia Fang et le bal barbareÀ l'approche du traditionnel Bal Barbare, la jeune Amélia Fang fait grise mine. Elle n'en peut plus des longs préparatifs auxquels sa mère, la comtesse Frivoletta, consacre chaque minute de son temps. Cette année, le roi Vladimir a enfin accepté leur invitation. Sa présence au sein de leur demeure est donc un honneur, mais un stress supplémentaire, le buffet doit être irréprochable et la cuvette des WC plus brillante que jamais !
Par contre, le roi Vladimir tient également à présenter son fils, Tangine, prince de Nocturnia. Là où ça coince, c'est que le môme est exécrable et capricieux. Amélia n'en revient pas. Ce garçon veut tout, et tout de suite. Son père est complètement à la masse et cède à toutes ses exigences. Tangine est insatiable et sournois. Son dernier coup fourré : il réclame, pour citrouille de compagnie, la précieuse et irremplaçable Trouille d'Amélia.
Consternation dans la salle. Notre petit cœur tout mou est en miettes. Mais pourquoi tant de haine ?
Heureusement notre malicieuse héroïne va riposter, avec ses amis, Grimaldi Mort-de-Faux et Florence Patata, la vengeance sera terrible. Et cocasse. Car cette lecture est espiègle comme il faut. Il y a de l'imagination, des clins d'œil et du détournement fabuleux (nos créatures nocturnes craignent les paillettes et les fées). Mais il y a aussi du mystère et des secrets de famille. C'est simple mais merveilleux !
En cette période automnale, à l'approche des fêtes de Halloween, c'est toujours savoureux de plonger dans une ambiance avec des citrouilles, des monstres et des vampires qui nous embarquent dans des aventures croquignolettes. Les illustrations sont charmantes et la galerie de personnages est pleine de surprises (j'ai craqué pour Florence). Bref. Tentez l'aventure ! Ça ne manque pas de sel ni de peps. Un 2ème tome est déjà annoncé pour février 2019 avec des seigneurs licornes, des arcs-en-ciel tueurs et des anges-chatons. Tout un programme.

Casterman (2018) - traduit par Valérie Le Plouhinec

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les Super Méchants #6 : Opération aliens à bord, par Aaron Blabey

Les super méchants Opération aliens à bordPlace à l'humour ! Nos Super Méchants sont de retour. Et déjà, je glousse de plaisir avant même d'ouvrir la première page.
Pourtant, l'heure est grave pour notre ligue des ex-méchants reconvertis en gentils héros assoiffés de reconnaissance (et de clameur populaire). M. Loup, Bob l'Eclume, Bill le Reptile, Pixel la mygale et Piranha sont hélas en mauvaise posture.
Après avoir bravement affronté le professeur Marmelade, nos Super Gentils sont paumés dans l'espace, à bord d'une fusée hélas contrôlée par leur ennemi (encore et toujours). Ce dernier a également révélé sa vraie nature... je vous laisse deviner... mais nos amis ne veulent pas moisir sur place et doivent trouver une solution d'urgence pour retourner sur Terre.
Comble de l'ironie, leur cote de popularité explose les records (et leurs espoirs les plus fous). Pile au moment où M. Loup et ses compères ne peuvent pas en profiter ! Du moins, c'est sans compter sur la geekitude de Pixel et sur l'égoïsme patenté (et pleinement assumé) de Bill !
Frissons à tous les étages. Il y a du kidnapping sauvage dans cet épisode, de la bave gluante, des tentacules pleines de fesses et de la morve séchée (oui, il faut bien un peu d'humour cracra, après tout c'est simple et efficace). D'ailleurs, l'aventure n'attend pas. C'est mouvementé et toujours aussi drôle. Je le répète, je suis super fan de cette série, elle me fait mourir de rire : les illustrations, les réflexions et les expressions de nos gaillards sont imbattables.
Par contre, le scénario est en train de partir en cacahuète. Le prochain épisode nous fait voyager au-delà de nos espérances et de toute vraisemblance. Après tout, pourquoi pas ? Tant que l'humour est là, tout va ! Il y a du peps, du rythme et un format original (entre roman et BD) qui rend la série irrésistible et incontournable. Je dis oui ! Un grand oui.

Casterman (2018) - traduit par Emmanuel Gros

FEUILLETER les premières pages en ligne

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Tom Gates #10: Hyper brillant (ou presque), de Liz Pichon

Tom Gates Hyper brillant ou presque

Dans ce dixième tome, Tom Gates compte les derniers jours d'école, trépignant contre son prof qui n'a plus de jus, car il est impatient d'être en vacances. Sa famille et lui partent une semaine au camping. Soleil, plage et surf... un programme réjouissant. Seul souci pour le garçon : composer avec la présence de sa sœur. Pire, celle-ci a eu l'autorisation d'emmener une amie - double ration d'adolescentes mutiques et boudeuses pour notre jeune héros ! Ha, ha. Mais le sort s'acharne car le mobil-home réservé sur brochure s'avère en réalité un taudis insalubre, au toit fuyant. Bien entendu, il pleut des trombes jour après jour. Tom a encore un souci de valise et doit s'envelopper dans un sac poubelle pour ne pas être trempé. En plus, la voiture s'enlise dans l'allée, empêchant nos joyeux vacanciers de vadrouiller plus loin. Ils sont seuls, frigorifiés et complètement paumés dans ce camping moribond. Mais l'humeur reste bonne. Les Gates veulent profiter de chaque instant avec philosophie. Tom puise d'ailleurs dans cette expérience une source inépuisable pour remplir son journal intime. Il raconte, il dessine, il laisse même de la place au lecteur pour griffonner et colorier à son tour. Cela donne un petit roman rigolo, avec une aventure désopilante à lire et un espace pour donner libre cours à son imagination (vacançomètre des devoirs ou liste des meilleures excuses pour les devoirs pas faits). Cela vous fait penser au Journal d'un dégonflé ? Bingo. C'est tout aussi dérisoire et farfelu, avec un jeune héros jamais à court d'idées pour esquiver les situations compromettantes. Il porte aussi un regard décalé sur sa petite vie de collégien ordinaire, là où ses lecteurs peuvent se reconnaître. La série est sympa, très distrayante à lire. Dès 8-10 ans.

seuil jeunesse (2018) - traduit par Nathalie Zimmermann

 

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La Bataille des scarabées, de M.G. Leonard

La bataille des scarabées

Dernière ligne droite pour nos amis : après Scaraboy & La Reine scarabée, ce troisième tome se lit en deux coups de cuillère à pot tellement il vous happe et vous embarque dans son aventure trépidante. Et en effet, sur 300 pages, le rythme ne faiblit pas et l'émotion fait toujours palpiter notre petit cœur.
Après de brèves retrouvailles, Darkus et son père sont de nouveau séparés. Or, l'homme a rejoint le clan de Lucretia Cutter - devenant ainsi un traître - ce que son fiston réfute mordicus. Les articles dans les journaux ne sont pas tendres et l'opinion publique acquise à cette vision. Darkus a du pain sur la planche et des amis prêts à en découdre. Avec Virginia et Bertold, sans oublier ce cher Oncle Max, l'enquête est lancée. Et le temps est compté, car leur ennemie a programmé son armée d'insectes pour saccager des récoltes ci et là sur la planète afin de terroriser la population et intimider les gouvernements ! Ça chauffe dans le petit monde de M.G. Leonard et c'est tant mieux car on ne s'ennuie pas un instant.
En parallèle, on suit également les agissements de l'affreuse Lucretia, qui est parvenue à déjouer toutes les surveillances pour rejoindre son laboratoire secret, en pleine jungle équatoriale. Perfide et dérangée, elle est désormais déterminée à donner la touche finale à son plan démoniaque. Elle nous fait toujours penser à Cruella D'Enfer (rires sataniques) et donne vraiment la chair de poule ! C'est d'ailleurs ce qui rend cette série attachante : on frémit et on sourit en alternance. Outre nos valeureux héros, on retrouve en effet l'inénarrable duo, Humphrey et Pickering, nos deux nigauds prêts à tout pour récupérer leur pognon. Leurs péripéties apportent ainsi une touche comique et cocasse, pendant que Darkus et ses camarades jouent les justiciers, de quoi régaler les lecteurs avides de sensations en tous genres.
Bon point pour cette série pleine d'aventures, avec des personnages attachants et un message subliminal sur l'importance des insectes dans notre écosystème. Ouvrez l'œil, et le bon  !

Seuil jeunesse (2018) - traduit par Amélie Sarn

 

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18/09/18

Le carnet d'Allie #1 : Le déménagement, de Meg Cabot

le carnet d'allieLes parents d'Allie viennent d'acheter une nouvelle maison (en fait, une vieille maison à rénover) et annoncent à leurs trois enfants qu'ils vont bientôt déménager. Pour la fillette de 9 ans, c'est tout un monde qui s'effondre, et ce malgré les promesses de glaces à gogo et de chaton adorable à adopter.
Un déménagement implique d'abandonner ses copines et sa collection de 200 cailloux, d'aller dans une nouvelle école... Mais le comble de l'horreur, pour Allie, c'est l'idée de vivre dans une maison hantée. Et ça, pas question ! Elle met un point d'honneur à sauver sa famille (car elle a appris qu'une main de zombie squattait le grenier de cette bicoque maudite).
Bref. Allie ne se laisse pas démonter et résiste aux chants des sirènes (sa voisine qui pourrait devenir sa nouvelle meilleure amie, son école avec sa maîtresse hyper cool...). La fillette garde la tête froide. Et rédige dans son petit carnet un plan infaillible, à partir de règles un peu folles mais ô combien sérieuses du haut de ses 9 ans.
Même si on a n'a plus l'âge pour de telles histoires, c'est drôlement rafraîchissant à lire ! Et puis Meg Cabot ne triche pas. Elle s'adapte à son public, adopte leur ton et comprend leurs préoccupations avec une facilité déconcertante. Certes, Allie possède une imagination débordante, elle est capable de dramatiser pour un rien et est extrêmement naïve. C'est parfois agaçant, mais son caractère pétillant fait oublier ce détail. Après tout, le jeune public appréciera.
Comme il ne manquera pas d'adhérer à la version audio du roman, lue par Camille Donda à travers une réalisation adorable et enjouée (qui fait d'ailleurs très dessin animé).  

©2012 Hachette Livre. Édition originale : "Allie Finkles's Rules for Girls - Moving Day". Traduit par Véronique Minder (P)2018 Audiolib

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04/07/18

Un petit pois pour six (Histoires des Jean-Quelque-Chose) de Jean-Philippe Arrou-Vignod

Un petit pois pour sixC'est toujours à la saison estivale que je retrouve ma famille des Jean-Quelque-Chose - une marmaille de six garçons turbulents et leurs parents d'une patience d'ange - dans une série de petites chroniques de la vie quotidienne.
Et ainsi, on se rend à la bibliothèque chaque jeudi après-midi, on couvre les rendez-vous secrets de Jean-A, on part à la pêche aux lançons, on écoute les conseils aguerris de papa, on s'inspire des palpitantes enquêtes du Club des Cinq, on écrit et on réécrit de belles histoires, on organise une super fête des mères, on découvre chez Papy Jean une cabane dans les arbres et on s'imagine passer toute une nuit là-haut, même pas peur, même si la nuit des Robinsons vaut bien quelques frissons...
En somme, c'est savoureux et tendre à lire. On replonge au pays de l'enfance et de l'imagination foisonnante. On se fond une place confortable parmi une joyeuse tribu attachante. On vit au rythme de leurs bagarres et de leurs jeux. C'est merveilleux.
La lecture est adorable. On sourit tout du long et on se sent comme dans un cocon douillet. Un territoire familier.
Mais bien sûr je ne vous apprends rien : il suffit de replonger dans la nouvelle compilation de cette famille aux petits oignons pour goûter le parfum du bonheur !  

Gallimard jeunesse (2018) - illustrations de Dominique Corbasson

 

Le 21 février 2018, Dominique Corbasson s'éclipsait avec sa poésie, sa douceur, sa fraîcheur et son charme discret... 
Jean-Philippe Arrou-Vignod lui a rendu hommage.

J'ai eu le bonheur de faire une dizaine de livres avec Dominique Corbasson. Durant près de vingt ans, elle a donné un visage à mes Jean-Quelque-chose. Son trait lui ressemblait : élégant, lunaire et drôle.
Elle envoyait ses délicieuses saynètes sur des bouts de papier, l'air de rien, et chaque fois, c'était juste, piquant, poétique. Elle seule savait rendre émouvante une rangée de bottes d'enfants ou un bracelet scoubidou.
Parfois, dans l'euphorie, il lui arrivait d¹ajouter quelques Jean à ma petite tribu. On en riait ensemble. « Six frangins, Dominique, tu ne crois pas que c¹est bien suffisant ? » Tant pis, je changeais la scène pour elle ou en écrivais une autre. Elle se savait étourdie, oubliait ses lunettes partout, mais son coup de crayon, lui, était net, précis, étrangement doux et tranchant et à la fois.
Il y a quelques semaines encore, elle livrait trois couvertures, si fraîches, si pétillantes de vie.  Aujourd'hui, les Jean sont un peu orphelins. On ne leur dessinera plus de cabanes dans les arbres, de soirée au cirque ou de 404 familiale surchargée de bagages jusqu'au toit. 
Dominique va salement nous manquer.

...

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25/06/18

Mes voisins les Goolz : Sale nuit pour les terreurs, de Gary Ghislain

Mes voisins les GoolzHarold a 13 ans et vit seul avec sa maman qu'il adore, mais trouve sa vie monotone. Coincé dans un fauteuil, depuis une chute accidentelle, le garçon a pris pour habitude de se réfugier dans la lecture. Aussi, quand il découvre que son nouveau voisin n'est autre que Frank Goolz, son auteur fétiche, le cœur du garçon fait des bonds de cabri. Autre bonne surprise, Harold surprend deux fillettes en sa compagnie, Ilona et Suzie, toutes deux intrépides et hardies. Car rapidement, elles vont toquer à sa porte et l'entraîner à leur suite pour vivre des aventures affolantes.
En effet, leur univers se révèle peuplé de créatures étranges, comme des fantômes ou des esprits vengeurs, bref tout ce que le garçon croyait fictif est en fait inspiré de leur propre vécu !
Je n'ai fait qu'une bouchée de cette histoire, plutôt cocasse au début, avec son portrait d'une famille déjantée, qui aime boire du chocolat à l'eau et qui fait voler la vaisselle à travers la maison. Le père apparaît lunatique, perdu dans son monde, et plus particulièrement excentrique. La petite dernière aussi prend le même chemin, mais Suzie est obsédée par la mort de sa maman et souhaite la faire revenir d'entre les morts.
Oui, oui. On réalise finalement qu'il se passe des choses anormales et que la sagesse d'Ilona, la fille aînée, n'est pas de trop pour absorber toutes ces révélations. Témoin de ces phénomènes inexpliqués, Harold n'en mène pas large lorsqu'il se retrouve en première ligne pour affronter “la nuit des terreurs”.
Ha, ha. Franchement, c'est génial. Et assez impressionnant à lire. En plus du fantastique, on trouve pas mal de suspense et de rebondissements, avec des disparitions et des meurtres qui surviennent à grand renfort de détails glauques et effrayants. J'ai été agréablement surprise et trouvé cette lecture très distrayante. J'ai beaucoup aimé le mélange des genres, l'humour, les situations périlleuses, les sensations fortes et la tension qui va crescendo. 
Un petit roman captivant. Dès 9-10 ans pour les plus coriaces. ☺

seuil jeunesse, 2018 - traduit par Isabelle Perrin

couverture illustrée par Juliette Barbanègre

Gary Ghislain est né en France dans une famille franco-espagnole et a grandi entre Paris et la Côte d'Azur.
Mes voisins les Goolz est son deuxième roman traduit en français, après Comment j'ai piqué la petite amie alien de Johnny Depp chez De La Martinière Jeunesse en 2012. 

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,