22/12/16

Chat noir, tome 2 : Le naufragé de l'île maudite, de Yann Darko

Chat Noir 2Suite aux événements du premier tome, cf. Le secret de la tour Montfrayeur, Sasha Kazdhu a vu son existence chambouler du tout au tout : la mort tragique de son père, sa culpabilité inaliénable, le lourd héritage de devenir le justicier invisible dans une ville menacée par un Archiduc dévoré d'ambition. Sasha n'est plus seulement ce gamin maladroit et niaiseux, il doit désormais agir vite, sans frémir, et ne pas faillir à la réputation de l'impétueux Chat Noir.
Se souciant de l'étrange disparition de Phélina de Belorgueil, la jolie baronnette dont il est secrètement fou amoureux, Sasha va s'introduire chez ses parents nullement préoccupés et probablement complices d'une nouvelle ruse. La réalité, cependant, ne manquera pas de surprendre notre ami ! 
Avec son inséparable camarade Cagouille, Sasha part au-devant d'aventures infernales, mettant à jour un complot sournois, lequel implique une armée de rats guerriers et un prince aux pouvoirs étranges. Même sa belle Phélina est tombée sous le charme de cet individu louche et sans cœur. Chat Noir doit entrer en piste.
Entre-temps, Sasha a fait la rencontre de M. Crapoussin, un vieil ami de la famille, qui parcourt le pays en traînant sa roulotte multicolore du Cirque des Rats. Son accent chantant va ainsi lui conter des fables et lui révéler quelques secrets inattendus sur ses proches. Effet de surprise au rendez-vous ! 
La série poursuit son bonhomme de chemin et ne déçoit pas le lecteur conquis par l'ambiance moyenâgeuse, les personnages insolites, l'humour virevoltant, la gouaille de Cagouille et les rebondissements d'une intrigue survoltée. Une lecture captivante ! 

Gallimard Jeunesse - Mai 2015
Illustrateur de couverture : Ernesse

Le Tome 3 - Les sillons du Diable est déja disponible. 

Tome 1 édité en Folio Junior - N°1761 .

Chat noir : Darko, Yann

 

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


15/12/16

Un aigle dans la neige, de Michael Morpurgo & illus. par Michael Foreman

Un aigle dans la neige

Fuyant Londres et ses bombardements incessants, Barney et sa mère croisent dans le train un individu qui va leur confier l'histoire étonnante de son vieil ami Billy Byron.
Soldat durant la Première Guerre Mondiale, celui-ci a fait preuve d'une bravoure remarquable, largement récompensée par les médailles et les honneurs. Tout à sa modestie, Billy se défendait d'être un héros. Il avait la guerre en horreur mais la saisissait à bras-le-corps pour y mettre un terme au plus vite. Le jeune homme n'était pas inconscient, pas plus courageux ou intrépide, simplement il était déterminé à abréger le carnage, à épargner la population et les soldats sacrifiés. 
Mais au cours d'une bataille acharnée à Marcoing, dans le Nord, Billy et son bataillon sortent vainqueurs et rassemblent leurs prisonniers, lorsque un allemand hagard surgit de nulle part, le fusil à la main. Ses camarades le mettent en joue, mais Billy réclame la clémence générale et laisse ce soldat repartir. 
Après la guerre, Billy aspire à retrouver une vie tranquille, tout en songeant longuement à une petite fille, Christine, qu'il avait sauvée et conduite à l'hôpital. Il n'aura de cesse de la retrouver... pour finalement l'épouser ! La folie des hommes étant une source intarissable, Billy en subira de nouveau le poids en découvrant un film de propagande nazie. Là, s'affichant sur l'écran de cinéma, un énergumène au regard haineux et aux discours enflammés. Billy reconnaît aussitôt le soldat épargné à Marcoing sous les traits du Führer.
Cette vision va le plonger dans un gouffre sans fond de dépression et de culpabilité. Malgré le coup de fil du Premier Ministre Chamberlain, assurant qu'il avait participé au maintien de la paix en secourant Hitler, Billy va amèrement se reprocher sa charité. N'en pouvant plus, Billy part donc en Allemagne et ne touche mot à personne de son projet d'assassiner le dictateur. 

Ce récit romancé a été inspirée par l'histoire vraie du soldat Henry Tandey, « celui qui n'a pas tiré sur Hitler ». Anecdote authentique ou fabulée, elle a donné matière à Morpurgo d'écrire une histoire romanesque et poignante. Avec un art consommé du suspense et de la mise en scène, la lecture se révèle captivante ! On y plonge le cœur battant et on absorbe aussitôt l'angoisse ambiante, à s'imaginer aux côtés de Barney et sa maman, coincés dans leur train qui se planque dans un tunnel pour échapper aux raids aériens. La rencontre avec l'ami d'enfance de Billy va ouvrir la porte aux souvenirs et faire revivre le passé et le parcours du soldat Byron. En dépit des doutes et des interrogations, on ressent une vive émotion à l'évocation des actes manqués du soldat, qui aurait pu changer la face du monde et le cours du destin. Morpurgo et Foreman ont, comme de coutume, uni leurs talents pour recomposer l'injustice de la guerre à travers une intensité dramatique palpable et émouvante. Très bon roman.

Traduit par Diane Ménard pour les éditions Gallimard Jeunesse - Octobre 2016


Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06/12/16

La Famille Royale : Vacances en château pliable, de Christophe Mauri & ill. par Aurore Damant

Après les réjouissantes péripéties de Mathieu Hidalf, Christophe Mauri revient avec une série racontant les aventures farfelues d'une famille royale d'aujourd'hui. Ici, point d'étiquette ou de rond de jambe dans leur quotidien, mais du naturel et une éducation délurée pour détourner les contraintes du métier ! ^-^

La famille royale vacances chateau La famille royale médaille or

C'est l'été, mais le couple royal est confronté à une crise sans précédent. Le peuple proteste véhément contre leurs souverains et réclame... du beau temps ! Cela fait des semaines qu'il ne cesse de pleuvoir sur le royaume, à quand le soleil ? Le roi promet d'y remédier, puis file en douce avec sa famille en vacances au bord de mer. Pendant ce temps, c'est la grand-mère des enfants qui veillera sur la couronne. À eux les petits plaisirs des embouteillages, des plages bondées, des baignades, des glaces à la fraise et des nuits sous le château pliable envahi de moustiques... Ils ont vraiment besoin de décompresser. Les enfants font également la connaissance de trois frangins indissociables, qui vont les initier à la pêche au crabe et aux chips, avant de boucler les vacances sur un concours de château de sable. Requinquée, la famille peut enfin rentrer chez elle pour affronter le mécontentement légitime de la foule - qui ne manquera pas de tomber sous le charme de la reine, rayonnante sous son bronzage et sa couronne scintillante ! 

La deuxième aventure entraîne, cette fois, la famille royale à des jeux olympiques réservés aux têtes couronnées. Alors que le roi fait grise mine, son épouse est au taquet et motive les troupes pour remporter le plus possible de médailles d'or. Cependant, les épreuves vont réserver des surprises de taille... et de vraies parties de fous rires. La débandade n'est pas loin, l'honneur de la famille royale est sous les feux de la rampe. Le relais final sera décisif ! Même Bozzo, l'éléphant en peluche grandeur nature, sera mis à contribution pour mener nos prétendants au titre jusqu'à la victoire. Et encore ?

C'est super drôle à lire, et cela se présente sous un format agréable et avenant : 60 pages de lecture, des illustrations joyeuses et colorées, une ambiance complètement déjantée. Les histoires font preuve de fantaisie, de drôlerie et frisent souvent l'exagération, mais c'est ce qui apporte aussi ce grain de folie aux romans. La maman est ultra compétitive, le papa est débonnaire, le fiston et sa frangine sont deux mômes charmants, curieux et facétieux. La bonne humeur est communicative, on prend plaisir à suivre cette famille royale très moderne, qui s'affranchit des codes de bienséance et qui nous sert sans complexe son mode de vie fantasque et délirant. La série annonce de belles heures de lecture, avec prochainement deux titres à paraître au printemps et à l'automne 2017. 

La Famille Royale : Vacances en château pliable / Objectif Médaille d'Or

Gallimard Jeunesse - Octobre 2016

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/12/16

Le Destin (presque) timbré d'Étienne Durillon, par Oren Ginzburg & Estelle Billon-Spagnol

Le destin presque timbré

Étienne Durillon mène une vie de célibataire réglée comme du papier à musique : il se lève tous les matins à la même heure, avale un œuf dur avant de prendre son bus pour se rendre au boulot. Le soir, il regarde son feuilleton préféré en mangeant un œuf au plat puis va se coucher à 20h30 tapantes. 
Parfois, Étienne est saisi d'angoisse, il a les jambes flageolantes et souffre d'une terrible migraine. Trop de routine, trop de monotonie ? En fait, notre héros est un grand timide, solitaire et renfermé, il n'ose pas avouer son béguin pour sa jolie collègue Vanessa par exemple. Et lorsqu'il contemple son existence, il soupire de frustration.
Aussi, le jour où il reçoit une publicité pour transformer sa vie, avec la promesse d'une aventure pleine de surprises, de joie et d'amour, Étienne n'hésite pas à renvoyer son coupon de participation, agrémenté d'un chèque de 3999 euros. Et les effets sont immédiats : dès le lundi matin, notre ami croise les fameux Agents Transformateurs sur son chemin.
Ces derniers agissent naturellement en mode incognito, mais Étienne n'est pas dupe et les reconnaît à travers leurs multiples déguisements, depuis le clochard au pied de son immeuble aux vieilles dames à moto, en passant par le bijoutier spolié et le dangereux escroc. Étienne est ainsi entraîné dans une journée de folie à enchaîner les rencontres et les péripéties sur un rythme trépidant.
Le résultat est très, TRÈS drôle ! La lecture est une franche partie de rigolade, riche en rebondissements et en trouvailles facétieuses. Le personnage d'Étienne Durillon est un gentil naïf qui se découvre un destin de héros audacieux et qui plonge dans la vraie vie avec une fringale inédite. Lui-même se surprend à adorer ça ! 
Il faut dire aussi que l'histoire est portée par un souffle de fraîcheur et de dynamisme qui communique autant de plaisir que d'exaltation. La folie ambiante est contagieuse, entre les illustrations, les couleurs, le ton et l'humour, l'histoire est complètement dingue et c'est tout à son honneur. J'ai souri du début à la fin, en savourant jalousement ce petit roman qui file une pêche d'enfer. 
Goûtez-le sans plus tarder. ☺

Grasset Jeunesse - septembre 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16/11/16

Ma folle semaine avec Tess, par Anna Woltz

Ma folle semaine avec TessEn vacances sur l'île de Texel, Samuel rencontre Tess chez le médecin. Une première rencontre qui se place sous le signe de l'exubérance, puisque la jeune fille l'assomme de questions : tu t'y connais en poissons-zèbres ? tu joues de la trompette ? tu as déjà suivi un stage d'ébénisterie ? Et dernier point : tu sais danser la valse ? Sam, bredouillant, répond par la négative mais est fasciné par cette fille franchement bizarre. Peu après, tous deux rencontrent un vieux monsieur, Henri, chamboulé par la mort de son canari. Ils acceptent de lui organiser des funérailles dans les règles de l'art et découvrent chez cet homme un univers peu ordinaire, décoré de photographies fabuleuses. Henri aime les animaux et les histoires hors du commun. Cela tombe bien, car Tess et Sam sont tout ouïe ! Depuis que ce grand brin de fille est entré dans sa vie, Samuel enchaîne les journées sur un rythme infernal et multiplie les expériences déjantées. Par contre, il réalise aussi que celle-ci est une conspiratrice lorsqu'elle lui avoue avoir invité son père sur l'île sans qu'il se doute de son existence. Des années plus tôt, les parents de Tess ont connu une folle passion avant de se séparer mais en apprenant qu'elle était enceinte, sa mère a préféré garder cette nouvelle pour elle. Face aux questions de sa fille, elle est longtemps restée évasive et ignore que Tess a brillamment mené son enquête en cachette. 

Émotions et révélations poignantes au sommet ! Ce petit bouquin combine judicieusement les péripéties enfantines à des problèmes plus sensibles concernant la famille et la filiation. L'histoire raconte aussi une belle amitié entre deux mômes de dix/onze ans, attentifs au monde qui les entoure et à la marche du temps, aimant partager aventures et secrets au cours d'une semaine assurément riche en vérité & excitation. Une lecture qui ne manque pas d'humour ni de fantaisie. 

Traduit du néerlandais par Emmanuèle Sandron pour les éditions Bayard Jeunesse - Septembre 2016

illustration de couverture : bouqé

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Kuki et la chaise extraordinaire, de Andrzej Maleszka

Kuki et la chaise extraordinaireKuki, Tosia et Filip vivent heureux auprès de leurs parents, musiciens fauchés, dans une maison qui prend l'eau. Leur tante Maryla pourrait éventuellement leur venir en aide, mais la sœur de maman est horriblement hautaine et radine. Elle refuse de verser le moindre zloty ou propose en échange de jouer dans un orchestre sur un paquebot pour une croisière d'un an. Les parents refusent, prétextant ne pas vouloir être séparés de leurs enfants. Et puis d'ailleurs, la chance semble leur sourire à nouveau car ils viennent de décrocher un rendez-vous avec un type travaillant dans un cirque. La désillusion sera énorme, d'autant plus que Kuki, Tosia et Filip verront leurs parents boucler leurs valises dans la foulée et partir sans un regard pour eux. Ils ont finalement accepté de partir en tournée sur les mers et confié les mômes à leur tante Maryla. Un cauchemar. Les enfants sont sonnés par cette nouvelle et ce revirement de situation. Supposant que leurs parents sont prisonniers d'un ensorcellement, ils vont tout mettre en œuvre pour les sauver.

Un petit roman sympathique et joyeux, qui raconte une histoire de chaise magique, sur laquelle il suffit de s'asseoir pour qu'elle exauce tous vos vœux. Simple, inattendue & efficace. Cette trouvaille va bouleverser le quotidien des trois jeunes héros, en leur faisant vivre une folle aventure, riche en rebondissements et en rencontres saugrenues, et naturellement pleine d'humour. On a là une épopée virevoltante, qui idéalise l'harmonie familiale et la fratrie, au service d'une histoire charmante et conviviale. Premier tome d'une série en six volumes.

Bayard Jeunesse, octobre 2016 - Traduit du polonais par Lydia Waleryszak-Cantin

ill. de couverture : Oriol Vidal

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27/10/16

Cœur de loup, de Katherine Rundell

IMG_7024Alléchée par cette magnifique couverture et les illustrations de Gelrev Ongbico, j'ai pris une longue inspiration avant de me plonger dans ce petit bouquin de 330 pages. En vrai, la couverture est encore plus belle, avec un titre en gris argenté et des couleurs chatoyantes autour de la petite maison en bois.
Là, vivent Féodora et sa mère Marina, qui ont pour vocation de rendre aux loups leur état sauvage. Dans cette Russie de Pierre le Grand, il était coutume de posséder cet animal pour épater la galerie. Mais à trop lui donner l'illusion d'être un membre familier, capable d'être domestiqué, le loup a perdu tous ses repères. Et lorsque ses bas instincts se réveillent, le carnage s'ensuit. Les bêtes condamnées étaient expédiées chez des maîtres-loups chargés de leur réapprendre à être des loups (à l'époque, tuer un loup porte malheur). Seulement, des détracteurs ont rapidement sonné le tocsin et commencé à pourchasser les possesseurs de loups accusés, par exemple, de massacrer le gibier du Tsar.
Par une froide soirée d'hiver, l'armée impériale débarque chez Marina pour l'arrêter sans ménagement, avant de mettre le feu à la maison. Féo parvient à s'enfuir avec leurs trois loups, Nox, Blanche et Patte-Grise. Mais le général Rakov, humilié par cette fillette trop fougueuse qui a réussi à l'éborgner, lance toutes ses troupes à sa recherche. Au cours de son escapade, l'enfant rencontre Ilya, un apprenti soldat terrorisé aussi bien par les loups que par les réprimandes à venir s'il faillit à sa mission. Aussi farouche que convaincante, Féo choisit pour lui son destin et l'embarque avec elle jusqu'à Saint-Pétersbourg pour sauver sa mère.
Esthétiquement, le roman est une vraie réussite, pour le charme qu'il dégage, pour la promesse d'une épopée lointaine et folklorique, pour le cadre de la sublime Russie et ses hivers rigoureux. L'histoire, ensuite, raconte une aventure fascinante et riche en émotions avec une héroïne audacieuse toujours escortée de ses loups. Une pasionaria exaltée par sa soif de justice, qui mobilise les foules et se lance dans des défis qui surpassent la simple action de délivrer sa mère. En effet, la littérature vient à la rescousse des opérations, on gratte ainsi les enluminures en or avant de mettre ses chaussons de danse pour entamer une ballet trompeur et faire entendre la vox populi. Instant magique, inoubliable. Cette histoire d'un grand classicisme nous subjugue, par son univers très élaboré et néanmoins fantaisiste, par ses légendes et malgré tout ses messages de tolérance. On est aussi pas loin du conte, entre rêve et réalité, fable et vérité. Toujours est-il que ce roman s'inscrit à merveille lors des veillées au coin du feu pour partager un bout d'imaginaire captivant.

Gallimard Jeunesse, septembre 2016 - Trad. par Emmanuelle Ghez [The Wolf Wilder]

Couverture & Illustrations de Gelrev Ongbico

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15/10/16

Béatrice l’Intrépide, de Matthieu Sylvander & Perceval Barrier

Béatrice l’Intrépide

Béatrice l’Intrépide rêve d'un destin d'héroïne. Les contes de prince et princesse, oubliez ça, ce n'est vraiment pas pour elle ! Et pourtant, c'est bien pour rencontrer un prince à marier qu'elle chevauche la contrée, avec sa jument Véronique, se laissant joyeusement détourner de son but pour venir au secours d'une princesse en robe verte, pour zigouiller une bête affamée, et pour sauver un enfant des eaux. Quelle aventure !
Son arrivée au château sera probablement accueillie avec circonspection, car la reine en personne passe au crible toutes les candidates à marier. Son fils ne saurait se satisfaire d'une élue quelconque. Béatrice, elle, se répand en babillages sur ses exploits accomplis et se régale de sandwiches au pâté. C'est assez pour séduire la souveraine, avant de lui révéler la vérité crue sur son fils. Un cas désespéré. Un alien. Un ermite... depuis ses huit ans ! Ah, ah. En découvrant la supercherie, forcément, le lecteur en rit. 
Puis, c'est le Diable lui-même qui viendra lui donner du fil à retordre. La Bête sème la panique  dans un village où les habitants sont obligés de sacrifier leurs fils en offrande, mais voilà que la “source” est tarie. Les villageois se lamentent sur leur triste sort et ne voient pas d'autre solution que de concéder une vache maladive, au grand mécontentement de leur tortionnaire. Seulement, en cachette dans un sac en toile, Béatrice l'Intrépide a réussi sa mission d'infiltration et confronte son ennemi. En trouvant le pot aux roses, le lecteur de nouveau se gausse ! 
La réalité est, certes, follement cocasse, d'où des solutions rusées et moqueuses. Comment ne pas sourire ? Pendant ce temps-là...,
« Béatrice l'Intrépide n'est jamais lassée d'exploits, et lorsqu'elle chevauche dans les collines, son regard parcourt sans cesse la campagne afin d'y repérer les malheureux, les misérables, les opprimés, les persécutés, en un mot les victimes qui  pourraient avoir besoin de ses services. Elle obéit en cela à sa destinée d'Aventurière et d'Héroïne, et elle écrit au jour le jour les chapitres de sa propre Légende. »

Ce conte original décoince les clichés ^-^ et promet une lecture où la bravade féministe tient bon la barre ! C'est rigolo, illustré aussi joyeusement. Le duo Matthieu Sylvander & Perceval Barrier est extrêmement rigoureux dans sa volonté de sortir des sentiers battus avec un sens de la dérision aux petits oignons.  Miam.

L'école des loisirs, septembre 2016

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/10/16

Le Chapeau de Tétragonie, de Benoît Fourchard

Le Chapeau de Tétragonie« Purée de cacahuète et crotte de flûte. Cette histoire commence à me filer les chocottes ! Jusqu'à présent, ça allait encore. Des moustachus, des vampires, des tarentules, des piranhas, des ogres, des contrôleurs hargneux, des ragondins qui puent, des caïmans affamés, des guerriers féroces... passent encore, mais cet esprit de la maison ? Un fantôme, ça devient vraiment trop flippant. »
Un matin, sur le chemin de l'école, Henri trouve un chapeau sur le bord de la route. Au moment de le ramasser, il croise le regard vert d'une jolie rouquine qui lui lance un défi : trouver à qui appartient ce couvre-chef et le lui rapporter sans tarder. En récompense, le garçon obtiendra le prénom de cette douce rencontre.
Et hop, notre jeune ami s'aventure vers l'inconnu et obtient, au fil de ses recherches, des indications qui le conduisent vers une contrée qui s'appelle la Tétragonie. Car Henri vient de sauver un chapeau très rare, confectionné par un maître chapelier de renom et qui s'avère vivre au-delà de la ville. Pour s'y rendre, Henri doit sauter dans le premier train, éviter le contrôleur moustachu, supporter sur les genoux la cage d'un ragondin nauséabond, décrocher son sésame pour poursuivre plus loin son épopée. En moins de temps qu'il n'en faut pour dire ouf, on débarque dans une histoire complètement dingue, qui certes interpelle le jeune Henri, sauf que le temps presse (son cours de maths va bientôt commencer et il ne voudrait pas être en retard !). 
Cette lecture invite à la déconnection absolue avec la réalité et la raison. Oubliez tout. Et glissez-vous dans cette course folle du garçon qui cherche à rendre son chapeau à un sombre individu. Sa découverte de la Tétragonie s'accompagne de oh et de ah éberlués et incrédules, mais reconnaissons que l'imaginaire y est grandiose. Henri est un enfant timide et craintif, à l'école ou à la maison le môme est souvent maltraité, du coup il manque de confiance en lui et ose à peine parler à haute voix. Autant dire que cette escapade va lui donner du cran ! Et c'est tant mieux. 
Amis lecteurs, ce voyage loufoque se parcourt tel un conte onirique et fantasque, qui rendrait d'ailleurs merveilleusement bien à l'oral. Ce n'est pas anodin si l'auteur est lui-même metteur en scène et comédien. On ressent dans son récit le sens de la formule qui capte l'intérêt du lecteur et l'entretient au fil des pages pour l'enthousiasmer, le titiller et lui permettre de s'évader. 
C'est très original, assez bizarre mais justement ça me plaît assez. Et j'aime la couverture illustrée par Joëlle Jolivet. Cela donne une folle envie de partir au pays des rêves bizarres et audacieux ! 

Seuil Jeunesse, Octobre 2016

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/10/16

Big Nate, star de la BD, de Lincoln Peirce

Rendez-vous incontournable pour les amateurs de lectures rigolotes avec leur héros star de la BD - qui n'est pas sans rappeler un certain Dégonflé !

Big Nate, star de la BD

Big Nate adore dessiner et passe son temps à gribouiller en classe, au grand mécontentement de ses profs. Aussi, le garçon est fou de joie d'apprendre la création d'un club de dessinateurs de BD dans son école. Seulement voilà, son conseiller lui impose de recruter des filles pour le club. À sa connaissance, seule Dee-Dee serait la candidate idéale. Mais la réputation de cette fille n'est plus à faire : elle est excessive et épuisante pour son entourage. Une tragédienne en constante représentation. Hmm... Mais imaginez Big Nate et Dee-Dee se rendre ensemble au bal du collège,  avec un pagne hawaïen pour lui et une choucroute de fruits sur la tête pour elle (à voir absolument, c'est hilarant !).
Ce soir-là, d'ailleurs, le collège est évacué dans l'urgence suite à un souci technique. Les voilà tous obligés de se rendre au collège voisin, réputé pour écraser la concurrence. Pff, Nate est désespéré en découvrant le niveau de leur club de dessinateurs de BD, ses espoirs s'effrondrent, il peut faire une croix sur le concours d'écriture qu'il rêvait de remporter. 
Ajoutez que, dans son malheur, le garçon s'est fracturé le poignet droit et porte un plâtre, avec interdiction de dessiner pendant un mois. C'est définitivement la louze. 
Cet épisode est clairement l'un des meilleurs de la série, en vous réservant une lecture drôlissime, avec des dessins qui font mouche, des répliques tordantes, des expressions amusantes, des situations rocambolesques, et tout, et tout. Sûr qu'on ne s'ennuie pas un seul instant avec Nate et ses potes ! C'est toujours aussi délicieusement cocasse, sans prise de tête. Du divertissement bénéfique pour des lecteurs qui réclament des histoires simples mais efficaces.
 ☺

Traduit par Jean-François Ménard pour Gallimard Jeunesse

Repris en Collection Folio Junior - N°1770  /  Septembre 2016

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,