16/12/07

Sous la pluie ~ Olivier Adam

"Sous la pluie" est un condensé d'émotions, comme les gouttes de pluie qui dégoulinent sur les vitres ou sur Antoine et sa maman, partis se promener en pleine nuit ... "Sous la pluie" c'est le petit-dernier d'Olivier Adam, publié pour la jeunesse. On ne présente plus l'auteur, c'est mon chouchou. Dans ce livre maigrichon, il met en scène un garçon pas comme les autres. C'est Antoine. Il vit avec ses parents dans un lotissement où les murs sont tout blancs. Antoine a une maman atypique, étrange, qu'on peut trouver folle, paumée ou déconnectée. Mais Antoine, comme son père, pense que sa maman c'est la plus belle personne sur la planète, la plus extraordinaire. Antoine va s'en rendre compte quand il va se perdre dans la forêt avec une maman hagarde, prête à tomber de fatigue sur le côté de la route. Pourtant, dans la vie d'Antoine, il y a aussi son copain Cédric, son prof monsieur Desbois, son émission radio avec les chansons dédicacées, les parties en vélo et cette fille hors du commun, la plus jolie, la plus bête des fois : Chloé. Et l'action de "Sous la pluie" se passe en une semaine et quand elle se termine "ça tient du miracle !" selon lui.
Bref, un texte sympathique qui s'adresse aux plus jeunes, ce coup-ci. Non plus aux ados comme "La messe anniversaire". Pour moi, "Sous la pluie" apporte beaucoup de fraîcheur, de gentillesse, d'humour et d'innocence.

décembre 2004

Posté par clarabel76 à 14:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


09/12/07

Le jour des oies sauvages ~ Adeline Yzac

Banal si l'on conçoit le sujet de l'alcool et la violence comme étant largement exploité dans la littérature jeunesse ! "Le jour des oies sauvages" est l'histoire ou le dialogue entre Ange, treize ans, avec une psy, Mme Martin-Lacaussade. Tout a commencé le jour du 3 mars, le jour du passage des oies sauvages vers les pays chauds. Ce jour-là, une mercedes noire est passée devant le garçon pour se rendre au moulin voisin, un endroit abandonné et interdit d'accès, sauf pour Ange qui s'y réfugie souvent. Car chez lui il fuit un père violent, alcoolique et "une mère en pagaille", selon ses dires. Les problèmes du père sont connus dans le village mais de lui on dit souvent que c'est un pauvre type... Alors, pour Ange, la haine se mélange à la colère et à la pitié, la révolte, la hargne. Dans ce texte court, l'auteur va tenter d'aborder le thème de l'enfance bafouée par la violence et l'alcool. Ecrit avec pudeur, sobriété et justesse, c'est un roman sensible pour les jeunes ados. Presque banal, sans grande originalité dans l'écriture, il touchera un lectorat en quête d'identité ou de solution face à de telles injustices.

décembre 2004

Posté par clarabel76 à 14:16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

26/11/07

La folie des hommes

Un_soir___beyrouth« Les treize nouvelles de ce recueil ont pour théâtre le Moyen-Orient. Passant de l'humour au drame, elles offrent autant de points de vue intimes et lumineux sur l'une des régions les plus explosives du monde. »
Le cruel dilemme avec les nouvelles est qu'elles sont toutes d'inégales valeurs, parmi celles que j'ai le plus aimé, notons « Un soir à Beyrouth » qui parle d'une famille inconsciente du drame qui court dans les rues de leur ville, mis à part le petit dernier qui implore les siens de se mettre aux abris, quand surgit leur voisin M. Antoum qui fait chorus aux supplications du garçon avant l'arrivée de miliciens tout de vert vêtus...

« Corps perdu » raconte une histoire d'amour passionnel mais hélas vouée à l'échec qui conduira une femme folle (d'amour) prête à briser son honneur et à entraîner disgrâce et répudiation autour d'elle. Brillante démonstration de l'ampleur de la volupté dans cette société figée dans ses carcans !
Cela fait écho à « Premier amour », l'histoire d'un veuf de 79 ans qui revit grâce aux charmes d'une marchande de fruits et légumes, qui porte une petite culotte rouge ! Le scandale tombe sur la famille et les enfants supplient leur père de renoncer à cette passion navrante. En même temps, sa petite-fille de 11 ans se voit interdire à son tour la compagnie des garçons, sous prétexte que « c'est trop tard maintenant » ...
Trop tard aussi pour le grand-père Jiddo, agonisant, qui perd la boule et s'époumonne dans sa maison en réglant ses comptes, le petit-fils est spectateur, impuissant, chatouillant dans sa poche un cadeau précieux légué par cet homme dévasté.
Heureusement l'humour aussi est présent, dans « Le rêve d'Ali » par exemple, quand deux grands amis se chamaillent et réclament réparation devant le grand arbre, comme le veut le Xaar, la loi des Isaas. La chute vaut son pesant d'or !

Mais il est vrai que, personnellement, ce sont les textes décrivant un quotidien presque banal, de femmes, d'enfants ou d'hommes, qui ont leur ligne de vie menacée à chaque instant, à chaque coin de rue, et sans raison apparente, qui ont un réel impact. On retrouve ce sombre constat dans la mélopée du photographe arménien, dans  « Jérusalem-photo », qui vit son job sur la corde raide entre juifs et arabes. L'homme est en colère, « Vous dites nous n'avons pas le choix, vous n'arrêtez pas de le dire, mais qu'est-ce qu'il vaut le choix que vous vivez ? ».
Ce petit livre, pas seulement réservé à des jeunes lecteurs, dégage un élixir de séduction, qui touche, blesse, interpelle. La prise de conscience est infime, mais au moins le charme n'aura pas agi dans le vide. Il restera forcément une petite musique après cette lecture !

A l'exception de "Hello ! hello !" et de "Touché !", les nouvelles de ce recueil ont été publiées une première fois en 1991 aux éditions Balland sous le titre L'homme assis.

Un soir à Beyrouth, par Sélim Nassib - Editions Thierry Magnier - 153 pages - 9,50 €

**********

par_l__p_e_et_le_sabreUn ancien chevalier déchu cherche la rédemption en sauvant la vie d'une fillette de 12 ans, en souvenir d'un chaste amour... Sur les collines du Japon au 16ème siècle, un samouraï décide d'accomplir ses rêves de conquête pour les beaux yeux d'une demoiselle au charme redoutable... Un viking, décidé d'asseoir sa réputation, fait assaut vers le château qui protège un autre fils de guerrier, son homologue par-delà la mort... Un masque blanc au sourire glacial va commettre son acte de vengeance, par deux fois, et sans crier gare... Un militaire russe se trouve face au souvenir de la femme aimée, qui s'est enfuie en provoquant un séisme...

Ce sont au total neuf histoires fortes et implacables de chevaliers, samouraïs, vikings, des forces du mal qui assiègent, trucident sans état d'âme et qui parfois connaissent la damnation éternelle, piégées par des esprits et des revenants qui vont les hanter pour la nuit des temps. Non, la lecture n'est pas morbide ni surchargée de détails sanguinolents, à écarter loin des fortes sensibilités. C'est tout au contraire un piège d'y nicher son nez, l'écriture est vive, ne laissant aucun temps mort. Point le temps de s'épancher, plutôt d'assister à une danse macabre et qui vous emporte vers des temps anciens, révolus mais qui occupent toujours une place importante dans les références épiques.

Ces nouvelles ne semblent pas viser un « public jeune » en particulier, bien au contraire !

Par l'épée et le sabre, d'Armand Cabasson - Ed. Thierry Magnier - 156 pages - 9,50 €

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

24/11/07

Shalom salam maintenant - Rachel Corenblit

shalom_salam_maintenantAvant de croiser Camille et Chaïma dans les couloirs d'un hôpital toulousain en 2006, nous écoutons au fil des chapitres et des décennies les histoires de quatre personnages, en 1943 David fuit la France occupée, en 1948 Leah et Oumaïma vivent toutes deux des heures douloureuses avec la déclaration d'indépendance d'Israël, sachant que les deux jeunes filles ne sont pas de la même « caste »...
Ce sont des années d'Histoire qui s'écrivent au sujet du conflit israelo-palestinien et la grande justesse de ce livre est de ne jamais tomber dans la prise de parti. C'est délicat, bien amené, douloureux et criant de vérité. Le fond politique est présent, rappelé en fin de roman avec une petite chronologie précise.
Ce n'est pas une surprise non plus, mais les chapitres qui racontent le parcours de ces différents personnages conduisent à une conclusion intelligente, car ils vont tous se croiser et cela se concrétise par la rencontre de nos jeunes filles en 2006.
Soixante ans d'Histoire dans un roman qui fait 178 pages, et jamais un soupçon d'ennui ! C'est aussitôt intriguant, très captivant. Pas forcément émouvant, même si certains passages vous serrent un peu le coeur, notamment lors de la confession de Chaïma qui, à l'âge de cinq ans, a connu l'enfer de l'attentat d'un illuminé qui s'est fait exploser en pleine rue.
C'est prenant, vraiment brillant. Un beau moment de lecture !

**********

Quatrième de couverture

Camille et Chaïma se rencontrent dans un hôpital, à Toulouse. L'une est au chevet de sa grand-mère, l'autre vient pour son grand-oncle qui est en train de mourir. Elles sortent en même temps respirer dans le couloir. Elles s'assoient par terre, elles rient, elles parlent. Elles ne savent pas encore ce qui les lie, elles et leur famille. Une histoire qui a commencé il y a longtemps, dans les années 1940. Ou plutôt quatre histoires, celles de Léah, Oumaïma, David et Yashin. Deux garçons et deux filles qui ne se connaissaient pas. L'un se cache dans un petit village de France, les deux filles se terrent dans une cave à Jérusalem en attendant que ça explose, pendant que le dernier est en route vers un camp de réfugiés, en Cisjordanie.

Le destin, la fatalité, on peut ne pas y croire. Mais entre Camille, d'origine juive et Chaïma, palestinienne, il y a plus qu'une simple rencontre. Ce jour de juin, à Toulouse, elles se racontent leur histoire, par-delà leurs différences, par-delà les haines et les souffrances des leurs.

Editions du Rouergue - coll. doAdo monde - 178 pages -  9,00 €

Posté par clarabel76 à 20:45:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

23/11/07

Rita, New York, 1964 - Unni Nielsen

rita_new_york_1964Quatrième de couverture

Lorsque Rita, une jeune Norvégienne, débarque à New York en 1964, le rêve américain brille toujours aussi fort pour ceux qui viennent d'ailleurs. Et tout s'enchaîne si vite quand on a dix-huit ans. Elle rencontre Ove, un garçon silencieux. Ils passent des nuits ensemble à s'aimer sur le toit de leur immeuble, à Brooklyn. Mais durant cet été si chaud de l'année 1964, la roue de l'Histoire tourne vite. Ove est appelé par l'armée américaine pour aller se battre au Vietnam. Personne ne proteste contre cette guerre. Pas encore. Et Rita n'ose pas lui écrire ce secret dont elle est si fière. Bientôt, la guerre sera terminée, non ?

*******

Il y a trois éléments clefs dans ce livre, comme l'indique le titre : une héroïne de 18 ans, Rita, qui débarque à New York après une longue mission en mer à bord d'un navire de la United Fruit Company où elle était télégraphiste, en plein dans l'année 1964. A la même époque, la société américaine va vivre sa période la plus troublante avec les mouvements sociaux, le début des droits civils (le Black power, l'assassinat de Malcolm X, la persécussion raciale) et le désastre annoncé de la guerre au Vietnam.

En 1964, il fait très chaud, Rita traîne sur les toits d'un appartement de Brooklyn, elle est amoureuse et passe son temps en compagnie d'un groupe d'accordéonistes, de jeunes insconcients et des idéalistes. Mais la guerre les rattrape, les premiers appelés doivent partir sur le front et découvrir l'ampleur du bourbier. Rita elle-même va se mouiller à la conscience politique, en suivant de près ou de loin les courants émergents grâce à sa rencontre avec Winnie, une Afro-américaine à la beauté renversante. Et puis Rita va tomber enceinte, attendre un enfant dans ce chaos international, et apprendre abruptement que sa place n'est plus souhaitée en Amérique.

Le propos du roman est foncièrement brutal, et pourtant l'auteur norvégienne, Unni Nielsen, s'est contentée d'un tableau épuré où son écriture subit les mêmes cahots que ce que vivent les personnages. Elle-même parle d'une « langue plus jeune, plus rapide, plus impertinente par moments ». Personnellement je n'ai pas été totalement séduite par ce style, mais je trouve qu'il colle à merveille dans le récit et le message annoncé. Outre la naissance de la prise de conscience politique qu'aborde ce livre, il traite aussi d'une société en rupture, déracinée et déroutée par un manque de repères, et qui voit dans la musique un moyen de se raccrocher à la beauté du monde, à l'espoir d'une paix pour tous (citons pour exemple les Beatles, Hendrix, Bach et la chanson folk...).

C'est en quelque sorte un roman engagé contre toutes les guerres « qui n'en finissent par de finir » et qui sont « une maladie de l'âme » (dixit Martin Luther King), c'est aussi et avant toute chose un roman sur les années 60 et qui parle d'une certaine jeunesse tiraillée, porteuse de tant de révoltes et de rêves unifiés ! Difficile à lire, à destiner pour les lycéns qui étudient ce sujet dans leur programme d'histoire.

Editions du Rouergue - coll. doAdo monde - 252 pages.  11,50 €

Traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud.

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,


22/10/07

Le royaume d'Outrebrume, III. L'héritière d'Outrebrume - M.I. McAllister

Rappel des précédents épisodes :

Par une nuit étoilée, un drôle de bébé écureuil au pelage clair est recueilli sur le rivage de l'Île d'Outrebrume. Baptisé Oursin, le jeune orphelin grandit au milieu des écureuils, loutres, hérissons et taupes qui vivent en paix sur l'île, gouvernés par un roi juste et bon. Cette paix vole soudain en éclats le jour où un capitaine perfide, Bogue, décide de s'emparer de ce royaume prospère et de détourner sa richesse. Puis un drame survient, qui achève de plonger les habitants dans une profonde affliction : Culbute, le prince héritier, est assassiné. Le capitaine Crispin, qui vient de prendre Oursin comme page, est injustement accusé et condamné à l'exil.

Dans le tome 2, un mystérieux navire vient d'aborder l'île d'Outrebrume. La mission des ambassadeurs qui débarquent est de trouver et de ramener l'Ecureuil Marqué dont une ancienne prophétie a annoncé la venue. Tous les habitants de l'île sont dans la fièvre à l'approche du couronnement de Crispin. Mais les préparatifs sont interrompus par l'arrivée inopinée de visiteurs officiels venus d'une île voisine. Et l'on découvre peu de temps après qu'Oursin a été enlevé. Commence alors pour lui une captivité pénible dans une île inhospitalière gouvernée par des fous sanguinaires, et pour ses amis d'Outrebrume, une interminable attente.

Tome 3 :

outrebrume_3Après les dernières palpitantes aventures, les îliens d'Outrebrume sont enchantés de vivre un instant de répit et de fêter le baptême de Chatoune, la fille du couple royal, Crispin et Cèdre. Cependant, ce moment de liesse ne sera qu'une brève parenthèse car de nouveaux raz-de-marée vont ravager le royaume et ses habitants.
D'abord, l'héritière disparaît. Puis une épidémie de typhoïde s'abat sur l'île, et enfin une pluie torrentielle suivie par une marée de boue vont finir d'abattre le moral des Capitaines du Cercle, du roi Crispin et des suivants, Oursin, Finaiguille et compagnie.
Et c'est dans le pire que naît souvent le plus dingue, avec le grondement des rumeurs, des mécontentements et le fait que Bogue, le tyran, soit ressuscité et responsable de tous ces malheurs !

Pour clore la trilogie, l'auteur Margi McAllister a donc décidé de se replier sur le royaume d'Outrebrume où le danger pointe de manière insidieuse. Dans ce tome, on croise les spectres de la folie, la vérité crue et dérangeante de la découverte des origines (je pense à l'écureuil Fingal, l'ami d'Oursin), à la jalousie, la bêtise et l'ignorance, au sentiment de peur, à la volonté de trouver un coupable, quitte à nommer un innocent dont le seul tort est de ne pas appartenir à Outrebrume depuis des générations et des générations !
L'action dans ce tome 3 est plus lente, parce que la menace est partout. Elle surprend les personnages principaux, tous plus attachants les uns que les autres, toujours conformes à l'évolution de la série. Et cela paraît presque irréel de fermer le livre, incapable d'imaginer qu'on abandonne les rivages d'Outrebrume pour de bon, qu'on laisse derrière soi Oursin et tous ses amis, qu'on ne sera plus à leurs côtés pour vibrer à toutes leurs passionnantes aventures !
Si vous ne connaissiez pas encore la série, n'hésitez pas à lire le tome 1 « Oursin des Etoiles » (disponible en folio junior).

Gallimard jeunesse, collection Hors Série Littérature. 360 pages.  13.00 €

Illustrations Omar Rayyan. Traduit de l'anglais par Philippe Morgaut.   Dès 9 ans.

  1. tome 1 : Oursin des Etoiles

  2. tome 2 : Le prisonnier de Grisemine

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

20/10/07

Histoires de l'esclavage racontées à Marianne ~ Alain Foix

Chaque 10 mai est depuis 2 ans la date de commémoration de l'abolition de l'esclavage en 1848. Une loi, la loi Taubira, a reconnu l'esclavage comme crime contre l'humanité.
Pour expliquer cette tragédie aux enfants, l'écrivain Alain Foix a écrit un conte citoyen très imagé et accessible.

histoires_de_l_esclavag

Marianne, jeune députée de Franche-Comté, va s'échapper de l'hémicycle du Parlement pour découvrir les coulisses de l'Assemblée nationale avec une chambre secrète, parfumée d'odeurs sucrées. Là elle y découvre des bustes de toutes les couleurs, puis une voix la cloue sur place. Une Marianne noire la hèle, l'invite à s'approcher et tendre l'oreille pour apprendre toutes leurs histoires de l'esclavage. Ils sont tous là, Toussaint Louverture, Victor Schoelcher, Delgrès, Dessalines, Victor Hugues, Sonthonax, l'abbé Grégoire, la Vénus Hottentote, la mulâtresse Solitude... Ils nous parlent de leur combat, de leur chant d'espoir, de leur rêve brisé. Ce sont tour à tour des cris de détresse, de colère et d'espérance. Des actes héroïques, une abnégation totale et la foi inébranlable dans le mot Liberté.

Attention, toutefois, au fantôme de l'Île de Gorée ! Il gronde avec son fouet dans la chambre des bustes, menace les martyrs avec son Code Noir sous le bras. Et Marianne, spectatrice, écoute, apprend, retient et va à son tour accomplir un grand geste au nom de la Liberté.

ll y a beaucoup d'intelligence et de simplicité dans cette lecture sur ce qu'était l'esclavage et comment il a été aboli. Bien entendu il s'adresse aux enfants, aux jeunes lecteurs mais il n'est pas interdit aux plus  « grands » de s'y intéresser. Et souligner les grandes lignes : « Le racisme est une forme d'ignorance, un aveuglement qui peut frapper les gens les plus cultivés et les plus intelligents. Il vous empêche de voir les autres comme ils sont vraiment. On les maltraite comme s'ils étaient des objets, sans se soucier du mal qu'on leur fait. »

Le livre est accompagné d'un CD qui raconte l'histoire en la ponctuant de chants traditionnels créoles et de percussions.  « Une mise en scène très dynamique ponctuée par les questions de la petite fille qui permet de faire revivre cette douloureuse époque, sans haine ni sensiblerie. »

Histoires de l'esclavage, racontées à Mariannede Alain Foix - illustrations de Benjamin Bachelier.  A partir de 8 ans.

Editions Gallimard jeunesse, coll. Giboulées. 52 pages.  14.50 €

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

19/10/07

Du malheur d'être née dans une famille de sorcières

verteA onze ans, Verte découvre qu'elle est la fille d'une sorcière, et la petite-fille d'une sorcière. Impossible de passer entre les mailles du filet, elle aussi est une sorcière ! La sorcellerie est une transmission héréditaire, de mère en fille, et Verte doit absolument accepter son sort. Or, elle refuse. Catégoriquement. Peut-être, pour l'excuser, il faut reconnaître que Verte cumule les mauvais points. D'abord elle abhore son prénom qui est un peu trop décalé, marque de fabrique d'une mère trop originale et qui refuse de faire comme tout le monde, ensuite Verte craint de ressembler à cette mère qui dérange et ne cherche qu'à enquiquiner ses voisins, et enfin la jeune fille veut connaître son père, un certain Gérard porté disparu depuis la nuit des temps ! ... 

Bref, le petit monde de Verte n'est pas celui du pays des Merveilles. Toutefois, Verte est bien entourée, mis à part sa mère Ursule qui bloque et dont les systèmes court-circuitent en matière d'éducation et de pédagogie. C'est auprès de sa grand-mère Anastabotte qu'elle va s'initier à son métier de sorcière (car oui, c'est du travail !). « Pour devenir sorcière, il ne suffit pas d'avoir un don. Il faut se donner du mal. Là comme ailleurs, le vrai secret, c'est le travail. Les jeunes sorcières doivent apprendre, lire et relire sans fin les manuels et s'exercer sous la direction d'une ancienne. »

Et en marge de ses soucis familiaux, Verte va aussi avoir « un amoureux ». Soufi est beau, gentil, il joue au football et va devenir le meilleur ami et le confident de la jeune fille. (Entre-temps, il va servir de cobaye aux premières expériences de sorcellerie, mais chut ! )

Ramdam chez les sorcières ! « Verte » est un ouvrage délicieux, drôle, le portrait d'une famille pas comme les autres, même si les apparences sont trompeuses, où les relations générationnelles sont aussi importantes que touiller ses potions dans la cocotte-minute ou jeter un sort d'Ombre Bleue du fin fond de l'atelier de la grand-mère ! Cette idée de sorcières échappe aux clichés, et c'est de plus très bien écrit par Marie Desplechin qui dope là le moral le plus cotonneux !

Une seule contrainte, désormais : lire la suite, « Pome » ! !

Ecole des Loisirs, collection Neuf. 180 pages.  Illustration de couverture : Soledad Bravi.   7.50 €

Heureusement, le livre vient de paraître !

pomeCe roman est donc la suite de « Verte ». Il respire à nouveau la fraîcheur, l'humour et l'espièglerie. Il perd le bénéfice de la surprise et la nouveauté. C'est un peu du réchauffé qu'on nous sert, toutefois cela reste délicieux !
Verte vient de rencontrer une nouvelle amie, Pome, qui est également une sorcière. Sa mère Clorinda est revêche et bêcheuse, mais fanfaronne rien qu'à l'idée de savoir sa fille suivre l'enseignement de la grand-mère Anastabotte.
Dans ce livre, il y a plus d'éléments masculins, entre le père retrouvé et le grand-père gâteau. C'est une nouvelle communauté qui se forme, parmi laquelle on n'aime pas les mensonges, les omissions, la trahison. Jouer franc-jeu est le credo de Verte. Une nouvelle fois, elle va prouver qu'elle fait fi de la loi du silence des sorcières !
Verte va révolutionner le petit monde exclusivement féminin de la sorcellerie, et ces nouveaux tours de passe-passe promettent (qui sait ?) d'autres palpitantes aventures !
En finissant ce tome, on pressent qu'on abandonne Soufi un peu trop vite, qu'on espère des petites étincelles entre les deux grand-parents et puis ... où est donc passée Ursule, injustement en retrait dans ce livre ? !
Beaucoup de charme, de douceur, d'humour dans ce roman. J'aime infiniment la partie consacrée à Verte (chaque chapitre donne la voix à chaque personnage). J'ai apprécié les retrouvailles, mais je reste attachée au premier, « Verte », qui fut pour moi la vraie découverte !!!

Ecole des Loisirs, collection Neuf - 152 pages.  Illustrations de couverture : Soledad Bravi.  8.50 €

Passons maintenant à une histoire de sorcières  plus « traditionnelles » ...

J'en profite pour glisser une autre suggestion de lecture, toujours dans le domaine « sorcière / sorcellerie », avec ce titre qui appartient à la collection Mouche, c'est-à-dire « Un livre pour les enfants qui aiment déjà lire tout seuls ». Mais pour avoir testé et approuvé, je conseille aussi la lecture orale. C'est un livre qui s'y adapte parfaitement !

cinq_sorcieresLe livre en question est donc  « Cinq sorcières » de Nathalie Kuperman.

Ce sont en fait cinq petites histoires mettant en scène des sorcières : Crapeluche se penche sur les berceaux pour souffler ses mauvais sorts, Crimini adore le ragoût d'enfants, Joukipic s'échappe d'un cauchemar, Rapapouille souhaite remporter le grand prix de laideur et Clochemine veut soigner sa fille avec des chansonnettes stupides.

L'ensemble est sympathique, amusant et plein d'entrain. Des petites touches d'humour, de la caricature facile et légère, des clins d'oeil et des clichés à la pelle ... l'enfant aura plaisir à retrouver ses repères dans ces histoires pas mauvaises, qui ne font jamais peur (et qui me révèlent un auteur à encourager !).

Ecole des Loisirs, collection Mouche. 77 pages. Illustrations de Jean Luc Englebert.  7.50 €

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18/10/07

Sombres citrouilles - Malika Ferdjoukh

sombres_citrouilles« Sombres citrouilles » est le roman de Malika Ferdjoukh paru peu avant la série des Quatre Soeurs, et au début il me semblait retrouver quelques points de repères, quelques pistes pour lancer la tétrade et le succès qu'on lui connaît ...
Bref, « Sombres citrouilles » se passe la journée du 31 Octobre dans une grande et vieille maison bourgeoise, La Collinière, où la famille Coudrier célèbre l'anniversaire de Papigrand, le patriarche. C'est aussi le rendez-vous hebdomadaire au cimetière depuis le décès brutal du fils aîné, Dimitri, noyé en pleine mer. Un drame pour Mamigrand !
Mais l'histoire commence dans le potager quand les enfants découvrent le corps sans vie d'un homme qu'ils ne connaissent pas. Le soupçons grapillent les esprits, les spéculations les plus folles les gagnent car ils ont tous vu ou entendu un truc suspect pour accuser un membre de la famille !
Alors il faut que la journée se passe sans heurts, qu'on cache le cadavre et qu'on y revienne plus tard. Demain, par exemple. Mais c'est difficile de maintenir le secret, de ne pas éveiller les soupçons, de fureter et de chercher des indices pour connaître QUI est le coupable !
L'histoire est racontée tour à tour par les personnages principaux, en de brefs paragraphes, mais les enfants ont le plus souvent la parole : Hermes, 13 ans 1/2, les jumelles Violette et Annette, Colin-Six Ans, et Madeleine, 15 ans. L'aventure est vécue de manière assez fantaisiste, plutôt légère, aidée de cette plume toute fraîche de Malika Ferdjoukh. Malgré le drame, l'intrigue est bien tournée, quelques perches sont tendues mais le roman est formidablement bien maîtrisé.
Et puis, le clash, en fin de parcours, avec la découverte d'une lettre. D'un coup, d'un seul, l'ambiance devient horrible, sombre, abominable, complètement en décalage avec la lecture générale. Personnellement j'ai été destabilisée, un peu décontenancée et j'ai apprécié moyennement ce gong final.
Cependant, cela n'alterne pas mon bonheur de lecture et je conseille de lire ce livre sans hésiter !

L'Ecole des Loisirs, coll. Medium - 222 pages.   8.50 €

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13/10/07

Le roi Arthur - Michael Morpurgo

roi_arthurMichael Morpugo nous plonge dans les légendes du roi Arthur (les chevaliers de la Table Ronde, Excalibur, la reine Guenièvre, Lancelot, Camelot etc) en alternant modernité et tradition à respecter. L'histoire commence de nos jours, un petit garçon part pour une expédition périlleuse et risque sa peau. Un vieil homme qui vit dans une grotte avec son chien Bercelet vient à son secours. Âgé, barbu et coiffé de longs cheveux blancs, l'homme prétend s'appeler Arthur Pendragon, ancien suzerain de Bretagne, soit le roi Arthur de Camelot ! ... Il va alors lui raconter une histoire incroyable, sa vie, son parcours, les exploits des chevaliers Gauvain, Tristan et Perceval, avant la fin inéluctable (chute de roi et ruine de Camelot, je ne vous apprends rien).

« C'est une longue histoire, une histoire de grand amour, de grande tragédie, de magie et de mystère, d'espoir, de triomphe et de désastre. C'est mon histoire, mais pas uniquement la mienne. »
Une lecture fidèle et passionnante, retranscrivant à merveille l'atmosphère médiévale et chevaleresque de cette époque.
Un livre tout indiqué pour être étudié en classe, de plus !

Folio junior - 260 pages - Illustrations de Michael Foreman - Traduit de l'anglais par Noël Chassériau.

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,