15/09/17

La famille Royale #3: SOS sur île déserte, de Christophe Mauri

La famille royale SOS sur ile deserte

Repoussant l'idée d'assister à l'anniversaire des insupportables Georgettes, Alice et Louis-Junior trompent la vigilance de leurs parents et prennent la fuite à bord de l'hélico royal. Ils kidnappent au passage leurs trois copains, Corentin, Célestin et Colin, puis filent vers l'horizon en mettant le cap vers une île déserte.
Les enfants ont toujours rêvé de vivre une Robinsonnade et s'en donnent à cœur joie - d'abord, ils construisent un camp fortifié, font des concours de plongeon, ramassent des noix de coco, se gavent de petits fours et de jus de fruits (trouvés dans une glacière) et pestent de ne pas avoir de télé. C'est qu'à la longue, les enfants s'ennuient un peu !
Et bim, le soir tombant, les aventuriers aperçoivent au loin une lueur dans les vagues. Ils embarquent dans l'hélico, en s'armant de noix de coco. Sait-on jamais... Ce sont peut-être de dangereux pirates ! Et bam, surprise pour nos jeunes héros. UN HOMME À LA MER. Plus précisément, un homme AVEC UN PACHYDERME ! On croit rêver.

Qu'est-ce que ça donne la pêche ! Voilà une lecture farfelue que l'on parcourt avec le sourire aux lèvres, tant l'énergie des personnages nous éclabousse et nous imprègne. Cette série de Christophe Mauri propose de mettre en scène une famille royale, assez peu conventionnelle, dans des situations rigolotes et improbables. Après les vacances à la mer ou les Jeux Olympiques pour têtes couronnées, on bazarde tout pour un retour à la vie sauvage, façon Robinson Crusoé, moyennant quelques entorses au confort rudimentaire. C'est super drôle, plein d'énergie, débordant de joie et d'imagination. Pour jeunes lecteurs, dès 7 ans. Je recommande ☺

GALLIMARD JEUNESSE - 2017

Illustrations d'Aurore Damant

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Anita mène l'enquête #2: Une lumière très étrange, de Norma Huidobro

ANITA MÈNE L'ENQUÊTE UNE LUMIÈRE TRÈS ÉTRANGEUn soir d'été, alors qu'elle rentre du restaurant avec sa grand-mère, Anita surprend une lumière étrange depuis la fenêtre d'une maison voisine. Puis plus rien. Seul le bruit d'une voiture qui démarre et part en trombe vient troubler la quiétude du quartier. Fatiguée, sa grand-mère lui recommande de se coucher sans plus tarder. Mais dès le lendemain, Anita se confie à son meilleur ami Matías, également son fidèle acolyte en matière d'enquêtes à résoudre (Anita est fan de Hercule Poirot et de Sherlock Holmes).

On ne fait plus les présentations de notre tandem, ou reportez-vous au précédent ouvrage, cf. Le parapluie à fleurs, pour goûter aux plaisirs d'une vie de quartier populaire, avec ses petits commerces, ses potins et ses secrets. Notre jeune héroïne savoure cette ambiance et s'y sent comme un poisson dans l'eau... Certes, elle rouspète souvent d'être coincée au salon de coiffure de sa grand-mère à servir du maté à la clientèle, sauf que cela s'avère également pratique pour glaner des informations et obtenir des indices.

J'ai été agréablement surprise par le suspense glissé entre les lignes, et par l'intrigue finement composée. Ma curiosité a été immédiatement titillée. C'est simple, on se prend au jeu et on élabore des théories sur ce rituel de la lumière et sur l'énigme du parfum lilas d'orient qui embaume le linge de toutes les ménagères. On peut penser ce qu'on veut, mais c'est conduit avec beaucoup de dextérité. Pas si naïf que cela, finalement ! Anita et Matías nous entraînent à leur suite et font de nous ce qu'ils veulent. C'est du tout-cuit. Ne manque plus que le choripain pour aider les petites cellules grises à s'activer, et hop. 

Une série de plus en plus réjouissante, qui nous installe en Argentine, au cœur d'un quartier chaleureux, où il fait bon croiser les figures familières et courir en douce après les mystères ! Très, très sympa.

Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2017

Illustrations de Charline Collette / Traduction de Myriam Amfreville

 

♣♣♣♣♣♣

 

L'ÉCOLE DE MA VIE, de MARIE DESPLECHIN / Illustré par Glen Chaperon

 

l'école de ma vieEnfin les vacances d'été ! Pour Fanta, l'année scolaire n'en finissait plus de finir. Adieu le CP, place à l'aventure ! La fillette se rend, pour la première fois, en train à la campagne. Et quelle belle vie ! Tout est plus calme, la nature recèle des trésors insoupçonnés, on oublie les livres, les cahiers, les lectures du soir... On verra plus tard.

Mais les jours passent, et Fanta est à court d'excuses pour s'entraîner à la lecture à voix haute. C'est comme pour la piscine, quand l'amie de sa maman découvre qu'elle ne sait pas nager. Fanta n'est plus à un secret près !

Un petit roman sur la dyslexie et le casse-tête des enfants face à un texte où toutes les lettres se mélangent. Évidemment l'histoire montre qu'il ne faut pas dramatiser, être ou ne pas être intelligent, là n'est pas la question. C'est comme pour la nage, tout s'apprend. Et Fanta peut continuer de croire dans les étoiles en chuchotant des vœux. C'est tout plein de tendresse et d'espoir là-dedans ! 

Présentation en vidéo : YouTube.com


 

14/09/17

[Pêle-Mêle] L'histoire de Diva et Filou - Cucu la praline à Paris - Mon frère est un super-héros

L'histoire de Diva et FilouDiva est un petit chien blanc, coquet et timoré, qui n'a jamais franchi les limites du 11 avenue Le Play. Diva aime son confort, tenir l'inconnu à distance, aboyer et partir en courant. Un jour, elle rencontre Filou, un chat errant, qui adore flâner dans les rues de Paris et raconter ses nombreuses péripéties à ce petit chien pantouflard. Et s'ils partaient ensembler explorer le coin de la rue ? Quelle vaillante idée, pour Diva c'est le début d'une aventure excitante ! En échange, elle aussi fera connaître à Filou son cocon douillet et lui ôter sa vieille peur des balais...

C'est peut-être une banale histoire d'amitié entre deux êtres que tout sépare, etc. Mais tout est formidable et enchanteur dans cette lecture ! On y trouve des illustrations pleines d'élégance, une vision très romanesque de Paris, on se croirait dans une carte postale, ou dans un dessin animé comme Belle et le Clochard. Et on n'oublie pas le fameux message d'ouverture, de découverte et de partage. Toujours important. En bref, c'est un petit bouquin savoureux et joliment mis en scène, où règne une ambiance “hors du temps”, imprégnée de tendresse et de sincérité. C'est adorable.

L'HISTOIRE DE DIVA ET FILOU, de MO WILLEMS & illustré par TONY DITERLIZZI

Collection: Folio Cadet - N°645 (2016)

Traduit par Faustina Fiore

 

Cucu la praline à ParisDans ce nouvel opus de la série Cucu la Praline, on retrouve Angèle Chambar en plein coup de foudre face à une boutique de mode ! Et pour obtenir son précieux trio de couleur fuchsia, avec des motifs de citrons, notre demoiselle décide d'amadouer sa chère grand-mère en lui montrant ses fabuleux ridipulls tricotés pour ses affreux frangins. Cependant, Mamie Chambar est méconnaissable, coiffée, apprêtée, maquillée, et pas de temps à perdre pour ses petits-enfants. Rholala, rien ne va plus ! D'ailleurs, Angèle chamboule l'équilibre des planètes en s'alliant avec ses insupportables frères. Mais que cache leur grand-mère ?

Ce mystère résolu, la guerre fratricide reprend de plus belle. La classe de JM a gagné un voyage à Paris, heureusement Angèle décrochera à temps son ticket pour être de la partie et roucouler joyeusement avec son Kevinounet chéri. C'est parti pour un tuk-tuk tour dans la ville romantique ! Et pour finir, Cucu la praline se découvre une jumelle cosmique, en la personne de Chloé Cœurjoli, sa meilleure amie. Celle-ci se plaint d'être fille unique, mais elle ne soupçonne pas sa chance, soupire Angèle.

La scène où elles vont se peinturlurer comme des “femmes” est hilarante ! Bravo Ronan Badel d'apporter cette touche d'humour à un texte déjà pétri de bonne humeur. La série Cucu la Praline est un vrai succès auprès des plus jeunes (dès 7-8 ans) qui se régalent à la lecture des douces complaintes d'une fillette coincée dans sa famille où ses deux grands frères lui font vivre les pires misères. C'est cocasse, drôle et pétillant. On ne s'en lasse pas ! ☺

CUCU LA PRALINE À PARIS, de FANNY JOLY & illustré par RONAN BADEL

Folio Cadet - N°652  (2017)

 

Mon frère est un super-hérosLuke Parker a onze ans et vit dans la banlieue de Londres. C'est un passionné de comics et de super-héros. A contrario de Zack, son frère, qui a toujours le nez plongé... dans ses livres de maths. Lui, les histoires de super-héros, ça ne le passionne pas du tout. 
Un soir, pourtant, alors qu'ils étaient tous deux perchés dans leur cabane en bois, Luke a une envie pressante et se rue aux toilettes pour se soulager... sauf que, pendant ce temps-là, Zorbon le Décideur, un voyageur interdimensionnel, est descendu de son vaisseau pour annoncer à Zack qu'il avait été choisi pour sauver l'univers et qu'il détenait maintenant de nouveaux pouvoirs. o_O 

Quelle aventure ! Le plus drôle, dans tout ça, outre l'imagination débordante et les savoureuses références à l'univers des super-héros et de la culture geek, c'est la narration faite par le jeune Luke Parker, le cadet, frustré à vie. Celui qui a le sentiment d'être passé à côté de sa destinée.
Il nous raconte donc cette incroyable histoire avec autant d'ironie, d'incrédulité, de jalousie et d'admiration à la fois. Pour compenser, il va coacher son frangin, devenu Star Mec, avec son pull à capuche.
Propulsé nouvelle coqueluche des habitants, il fait la une des journaux grâce à ses exploits en ville, tandis que Luke veille scrupuleusement sur son anonymat. Car la redoutable Lara Lee est prête à tout pour décrocher un scoop pour la feuille de chou de leur école. Luke devra déployer autant d'énergie à lui mettre des bâtons dans les roues que de superviser son grand frère, un apprenti super-héros pas toujours au point. 

La lecture est époustouflante d'inventivité, de drôlerie et de rebondissements. On sent que David Solomons a pris un plaisir fou à concocter cette histoire et son enthousiasme est parfaitement communicatif. Une excellente entrée en matière, à poursuivre avec Ma prof de gym est une alien.

MON FRERE EST UN UN SUPER-HEROS, de DAVID SOLOMONS

Collection: Folio Junior - N°1795 (2017)

Ilustration de couverture : Laura Ellen Anderson - Trad. Karine Chaunac

 

 

 

Princesse Catastrophe #3: Troisième trimestre à Hautes-Tours, de Lou Kuenzler

Princesse catastropheL'académie des princesses de Hautes-Tours ouvre ses portes pour un nouveau trimestre et annonce à ses jeunes élèves surexcitées qu'elles vont commencer par des leçons de natation. Ce sont deux sirènes, Océane et Ondélie, qui sont chargées d'encadrer la joyeuse troupe, parmi lesquelles s'illustrent Princesse Rose et ses amies Scarlett et Izumi.
Alors que les fillettes pataugent dans le bassin en toute insouciance, Scarlett avoue avoir peur de l'eau et préfère patienter sagement sur le bord, près du collier de perles de Précieuse, la pimbêche du groupe. Et bim, Rose fait accidentellement tomber le collier dans l'eau. Aussitôt, Scarlett plonge comme une flèche, révélant des talents insoupçonnés de nageuse hors pair.
Au lieu de savourer ce bref moment de gloire, Scarlett s'enfuit dans sa chambre et refuse d'évoquer cet épisode malheureux. Après quoi, la demoiselle va se comporter bizarrement, comme se réveiller la nuit et agir en somnambule. Mais en voulant sauver son amie, Rose va chambouler l'équilibre des sirènes et apprendre que seul un sacrifice de sa part pourrait tirer Ondélie du danger. 

Cette charmante série ne manque pas de souffle romanesque ! C'est époustouflant avec quelle facilité elle entraîne ses lecteurs dans son univers coloré et merveilleux de princesses. Ici, les héroïnes ne sont pas des nunuches mais elles débordent de pep's et d'audace. C'est franchement adorable.
Je me souviens, il y a quelques années, ma fille dévorait la série de Titania Woods (L'école des fées) et aurait également adoré partager le quotidien des princesses des Hautes-Tours. On retrouve bien les ficelles du genre : des copines soudées, des chipies vaniteuses, des créatures fantastiques, des légendes et des mystères, de l'imagination et la débrouillardise. Ça n'a rien de remarquable, seulement c'est frais, rigolo, ravissant. Et ça fonctionne très bien auprès des jeunes lecteurs qui aiment les aventures pleines d'humour et de féerie.

Avec une jolie couverture cartonnée & des illustrations pimpantes par Kimberley Scott.

Gallimard Jeunesse, 2017 - Traduit par Marie Leymarie

DANS LA MÊME SÉRIE : 

Princesse Catastrophe : Kuenzler, Lou  Princesse Catastrophe : Kuenzler, Lou

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13/09/17

Les carnets de ma vie (presque) ordinaire #1: Ma valise à roulettes, de Virginy L. Sam & Clotka

Les carnets de ma vie presque ordinaire

Nouveau changement de vie pour Lila-Lou Tabouret, 12 ans, et déjà cinq déménagements au compteur. Ce mouvement constant épuise notre jeune adolescente, lassée des adresses temporaires, des écoles à recadrer, des amis à retrouver... Lila-Lou a d'ailleurs décidé de ne plus ranger sa précieuse valise à roulettes, qu'elle conserve crânement au beau milieu de sa chambre.
C'est sa manière à elle d'afficher son mécontentement, mais le travail de son père passe au-dessus de tout et contraint la petite famille à voyager de ville en ville. Il n'y a que pour Lila-Lou que cette vie de nomade est une épreuve, mais de toute façon la jeune fille a décrété qu'elle n'appartenait pas à la bonne famille, qu'elle avait été vraisemblablement adoptée. Pour preuve, ses parents et sa sœur Charlène sont proches de la perfection physique, alors qu'elle est tristement ordinaire.
Chaque jour, Lila-Lou note compulsivement dans son carnet ses boutons d'acné, son moral, ses rondelles de banane, ses éclats de pistache dans sa crème dessert, ses cookies compensatoires, ses auréoles sous les bras, son rythme cardiaque.. Tout, tout, tout. Elle passe chaque moment de son existence à la loupe et se montre intransigeante avec elle-même.
Or, cette fois, Lila-Lou va peut-être avoir de bonnes surprises - il y a sa passion pour la boxe, son amitié avec Noé, qui comprend son attachement pour un bernard-l'ermite, son béguin pour Joachim, son casting pour un rôle au cinéma, son admirateur anonyme, l'anniversaire-surprise de son père, les cachotteries de sa mère... 

C'est tout mignon, absolument drôle, frais et distrayant. Ce petit roman livre une tranche de vie rigolote, avec une héroïne mal dans sa peau - mais qui se soigne - et qui observe son petit monde en soupirant beaucoup, car elle n'imagine pas avoir sa place à elle. C'est donc en avançant nez en l'air et cheveux au vent qu'elle va réaliser que son destin est en train de lui échapper, que ça bouge dans tous les sens et que la suite promet d'être tout aussi réjouissante et extraordinaire ! C'est un roman qui propose un regard lucide sur la vie à douze ans, mais c'est surtout un très bon moment de détente, avec les illustrations savoureuses de Clotka. Très chouette ! 

SEUIL JEUNESSE - 2017

 

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


12/09/17

Voyage à Zorgamazoo, de Robert Paul Weston

Voyage à Zorgamazoo« Les histoires de zorgles, c'est une vérité sacrée,
Sont écrites tout entières en rimes versifiées.
Certains crient au délire ! D'autres jugent magnifique
Un roman qui respecte une parfaite  métrique !
Et cette fable, cher lecteur, entendons-nous bien :
C'est le livre qu'à présent vous tenez dans vos mains. »

Ah, quelle fantastique lecture ! Voilà un roman joyeusement inventif et à l'imagination débordante, dont l'écriture en vers ne manquera pas d'étonner le jeune lecteur. Eh oui, c'est dans un style enlevé et très comique que l'auteur nous embarque dans son aventure.
Au commencement, Katrina Katrell surprend dans le métro une créature étrange, cornue et poilue, qu'elle semble être la seule à voir. Sa tutrice, l'abominable Miss Krabone, la réprimande et convoque un spécialiste du cerveau pour lobotomiser la jeune fille ! Le découvrant, Katrina se sauve aussitôt. Car l'enfant n'a pas rêvé et a bien croisé la route de Mortimer Yorgle, surnommé Morty. Ce reporter maladroit n'est pourtant pas du genre à attirer l'attention sur lui. Il préfère de loin le confort et la tranquillité, contrairement à son vieux père, aujourd'hui très malade, dont on glorifie les nombreuses frasques et les prestations héroïques. Et puis... et puis... Le destin de Mortimer va être tiré au sort et le désigner comme seul et unique HÉROS pour accomplir une terrible mission - retrouver tous les zorgles mystérieusement disparus à la campagne. C'est donc en compagnie de Katrina, qui ne cache pas son âme d'aventurière, qu'il se rend à Zorgamazoo pour mener à bien son enquête. Notre bon ami, dont l'unique passion est le zorgleball, va devoir se surpasser et se lancer dans un sacré périple, rempli de dangers, contre lesquels il déploiera toute sa bravoure pour ne pas décevoir les attentes de son peuple.

Le résultat se révèle aussi insolite que déjanté, avec une description des personnages qui prête à sourire, des rebondissements qui font pousser des cris d'exclamation (hello, j'ai dix ans) et une articulation très originale dans la tournure générale. Car le texte s'éparpille comme un feu follet, d'abord par son contenu, puis par sa métrique, et enfin par sa typographie recherchée. On sent le souci d'originalité ET le soin scrupuleux à fignoler tout ça. Cela m'a beaucoup plu et je conseille sans détour ce roman aux enfants qui aiment rêver en grand ! Au passage, excellent travail de traduction de Rosalind Elland-Goldsmith. ☺  

SEUIL JEUNESSE, 2017 - Traduit par Rosalind Elland-Goldsmith - Illustration de couverture : Roland Garrigue

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Pax et le petit soldat, de Sara Pennypacker

Pax et le petit soldat

Peter vit seul avec son père, depuis l'accident mortel de sa mère. Enfermé dans sa douleur et sa colère, le garçon a trouvé du réconfort auprès d'un jeune renard, qui grelottait de froid et de faim dans son terrier. L'enfant et l'animal ont aussitôt développé une connivence rare et sont devenus inséparables. Le père de Peter a consenti à cette amitié hors norme, précisant cependant qu'un jour viendrait où il faudrait rendre sa liberté au renard.
À l'annonce d'une guerre imminente, le père de Peter prévient qu'il doit partir chez son grand-père, et donc abandonner son renard. La séparation dans les bois est déchirante. Peter est inconsolable et décide de fuguer pour retrouver son animal.
Un long chemin semé d'embûches va attendre le garçon, qui va se blesser et être obligé de se réfugier dans une ferme en rongeant son frein. De son côté, Pax est lui aussi livré à lui-même. Seul, dans un environnement sauvage qu'il découvre avec brutalité, il fait face à d'autres renards qui le rejettent car “il sent l'humain”.
Dès lors, Peter et Pax n'auront de cesse de s'accrocher à cet espoir insensé de leurs retrouvailles. Leur ténacité force l'admiration, car tous deux vont être mis à l'épreuve et endurer leur bravoure et leur loyauté au gré de leurs périples. C'est en parallèle qu'on suit leurs parcours et leurs tentatives de survie, dans un monde secoué par la guerre, la violence et la destruction. Les ravages sont énormes, mais c'est avec intelligence et pudeur que l'auteur en fait étalage.
En effet, le roman dénonce avec tact et subtilité les dommages qu'entraînent les conflits armés et leur impact sur les plus vulnérables. C'est une histoire à la fois poignante, pleine de fureur, et en même temps d'une grande beauté dans sa description du lien unique qui rattache Peter et Pax.
Une jolie lecture, qui ravit aussi les yeux avec les illustrations raffinées de Jon Klassen.
Un roman triste, doux, sensible et bouleversant.
Une petite bulle hors du temps. 

Gallimard Jeunesse, 2017 - Illustré par JON KLASSEN - Traduit par Faustina Fiore

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/09/17

Robot sauvage, de Peter Brown.

Robot sauvageUn cargo fait naufrage au large d'une île, crachant dans l'océan sa cargaison de caisses en bois. Toutes vont voler en éclats contre les rochers, à l'exception d'une seule. À l'intérieur, se trouve un robot indemne que des loutres curieuses vont initialiser en appuyant sur le bouton derrière la bête. Rozzoum unité 7134, alias Roz, prend vie, étincelante sous le soleil. Et les loutres prennent la poudre d'escampette en poussant des cris d'horreur.
La rumeur court aussitôt dans toute l'île qu'un monstre vient de faire son apparition ! Deux jeunes ours vont la pourchasser, un rouge-gorge va la bombarder de fientes et la sève de pin va achever d'éteindre son lustre. Roz demeure stoïque et comprend qu'elle doit se fondre dans le décor pour sa survie. Elle se met ainsi à observer les autres animaux, copie leurs habitudes, apprend leur langage et apporte timidement son aide - quand ils daigneront enfin lui accorder sa confiance.
Consécration ultime, Roz va s'initier au rôle de maman en adoptant un oison orphelin !

J'étais loin de m'imaginer à quel point les aventures de Roz allaient m'enchanter. D'où le bonheur de plonger dans cette lecture merveilleuse et captivante.
Roz est une héroïne hors du commun - un robot, pensez donc. Avec son esprit pragmatique et son absence d'émotion, elle se révèle bien plus attachante et inspire une réelle empathie à travers ses efforts et ses tentatives d'adaptation dans un monde hostile. C'est sa simplicité et sa sincérité qui la feront gravir les échelons, c'est aussi son don inné à aider les autres qui rendront son apprentissage de vie aussi émouvant.
J'ai été clairement enchantée par cette histoire, qui parle d'amitié, d'entraide et de nature sauvage à préserver parmi le chaos général. Une vraie bonne surprise et une très belle rencontre. 

Je recommande ! ♥

Gallimard Jeunesse, 2017 - Trad. Alice Marchand - Illus. Peter Brown

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Ma vie sens dessus dessous, de S.E. Durrant

ma vie sens

Baladés depuis des années dans des foyers d'accueil, Ira et son frère Zac sont finalement envoyés à Skilly House, une austère maison tenue par Mrs Clanks, dans l'attente d'être adoptés ou de retrouver leur mère. Ils n'ont aucun souvenir de celle-ci, mais possèdent une précieuse photo les montrant en train de jouer avec un chien. Un souvenir très flou pour la fillette de neuf ans et le garçon de sept ans.
Leur vie à Skilly n'est ni remarquable ni tragique. Chouchoutés par Hortense, la cuisinière, et Silas, le jardinier, les enfants grandissent avec ce sentiment de ne pas appartenir au monde et de ne pas être aimés. La souffrance est grande, mais Ira refuse de s'apitoyer sur son sort, trop soucieuse du bien-être de son frère.
Car Zac occupe toutes ses pensées - lui, le môme turbulent et renfrogné, qui n'accorde aucune confiance aux adultes, est en fait un petit garçon hyper sensible et désespéré. À trop vouloir le protéger, Ira oublie de penser à ses rêves et d'espérer qu'ils se réalisent. C'est en rencontrant Martha, une solitaire coincée dans sa grande maison à la campagne, qu'elle prendra la mesure de son talent pour les dessins et la peinture. Jusqu'à présent, seule son amie imaginaire, Glenda Hyancinthe, était sa correspondante de cœur et la dépositaire de ses petits secrets...

En ouvrant ce roman, vous aurez donc la surprise de plonger dans un univers fabuleux et poétique, où tout est beau, doux, touchant et attachant. La plume de la jeune Ira vous transperce, ses mots vous envahissent la tête et son histoire vous obsède. C'est une lecture miraculeuse, pour la tendresse et la sensibilité qu'elle dégage. Pour l'espoir qu'elle incarne. Ce sont 215 pages d'une rencontre bouleversante et ensorcelante. J'ai tout simplement adoré. Et c'est avec le regret de quitter le monde d'Ira beaucoup trop tôt que j'ai refermé le livre

Je recommande fort, fort, fort.  ♥

Gallimard Jeunesse, 2017 - Trad. Marie Leymarie - Ill. Kathie Harnett

 

sensdessus

 

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06/07/17

George, d'Alex Gino

GEORGE

Ne vous fiez pas aux apparences, même si sa mère l'appelle Gigi et pense à son avenir de “jeune homme”, ou lorsque son frère Scott le taquine en pensant qu'il reluque des magazines pour se rincer l'œil, George est une fille. George se sent une fille. George veut jouer le rôle de Charlotte dans la pièce de l'école. George a besoin d'être prise au sérieux. Seule sa meilleure amie Kelly est prête à la soutenir et lui propose d'échanger son rôle, ni vu ni connu, pour que la vérité éclate devant tout le monde, sur la scène. Mais George doit convaincre sa famille, se battre contre les garçons de son école qui se moquent d'elle, trouver le mot qui correspond à son état d'esprit, “transgenre”, et avancer à tâtons dans cette existence où rien n'est simple et où les gens ne voient les choses que comme ils croient qu'elles sont. 

Ce petit roman a la délicatesse d'aborder un sujet sensible en visant un public jeune. Et comme c'est assez rare, on ne peut qu'encourager l'initiative. On suit donc l'histoire en nous glissant dans la peau d'un enfant de 8 ans, avec déjà des questions à la pelle dans la tête, concernant son identité et son genre, et heureusement une famille épatante, qui encaisse la nouvelle avec stoïcisme, non par souci des convenances, mais par crainte de la violence et du refus de la société figée dans ses préjugés. Pour George, “ce qui est vraiment difficile, c'est de faire semblant d'être un garçon”. D'où son acharnement à obtenir le premier rôle féminin de la pièce de théâtre et de balayer de la main les principes de catégories fermées. Le monde n'en est que plus injuste. Pour Kelly, son amie, être une fille revient à porter des jupes, des paillettes et du gloss. C'est un peu exagéré, mais si George a enfin le sentiment d'être bien dans sa peau... pourquoi pas ? Le texte lui-même joue avec l'ambivalence, évoquant George par le pronom personnel féminin (elle), brouillant les pistes et soulignant la frontière floue entre l'être et le paraître, ce qui rend sa lecture pointilleuse et intelligente.

On a là un rendez-vous de douceur, avec un roman qui véhicule un vrai message de tolérance et qui ne doit pas s'excuser de renvoyer une impression de sexisme par l'utilisation de clichés. Les jeunes enfants retiendront essentiellement le cheminement de George dans sa volonté d'être acceptée en tant que fille dans un corps de garçon. 

L'école des Loisirs, 2017

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,