07/03/10

You're like Danny Zuko in Grease.

You smoke, you're in a gang, and you've dated the hottest bad girl around. Brittany is like Sandy ... a Sandy who'll never show up to school in a black leather jacket with a ciggie hangin' from her mouth. Give up the fantasy.

Oh. My. God.
Alejandro Fuentes. Encore un béguin à inscrire en top-list de mes modern Crush-worthies...

perfect_chemistry

Alex est d'origine mexicaine, il habite dans les quartiers sud de Fairfield et appartient au gang des Latino Blood, Brittany est la reine du lycée, capitaine des pom-pom girls, elle sort avec le quaterback vedette, blonde aux yeux bleus, c'est une poupée parfaite qui est adulée et admirée par tous. Entre eux, cela commence par un cours de chimie alors que leur professeur décide de les incrire comme partenaires de paillasse...

Calm down, guys ! Je vous vois bondir et froncer les sourcils, les poings en l'air, rhaaa toujours la même histoire. Nan, nan. Ici c'est à mille lieues des délicieuses niaiseries déjà lues. Brittany et Alex se détestent, se conforment à l'image que l'autre renvoie et se nourrissent des potins qui courent sans se soucier de leur véracité. Fairfield High School, ou ton univers impitoyable... avec ses clans, ses rôles à jouer, chacun à sa place, pas un pour sortir du rang, sinon c'est la guerre ou la mise en quarantaine.

C'est alors qu'Alex relève un défi lancé par un pote : réussir à coucher avec Brittany avant Thanksgiving. Brittany The Untouchable. Miss Perfecta. Le lecteur se gausse, croit connaître le scénario et se frotte les mains. En fait, l'histoire nous apprendra qu'il ne faut pas se fier aux apparences et qu'on pourrait se voir en boucher un coin plus d'une fois !

J'ai tout simplement adoré. Le jeu de séduction, le caractère des deux protagonistes, la superbe de Brittany qui dissimule des blessures secrètes, et parallèlement le poids qui pèse sur les épaules d'Alex, lequel est un foutu bad boy par excellence, hmm...  Et jamais, jamais leur histoire ne sombre dans la mièvrerie, c'est tout de suite intense, passionné et passionnel, ça s'envoie les pires vannes en pleine figure, ça s'aime et se déchire au même tempo. Apportez-moi mes sels, j'ai comme une faiblesse.

Le roman mêle beaucoup l'humour à la tension dramatique, c'est l'effet de se dire ça reste léger mais le problème n'en demeure pas moins entier : l'appartenance au gang, par exemple. C'était un sujet qui me rebutait au début, et puis finalement c'est indéniablement le piment du livre. (En plus de la tension sexuelle, ne nous mentons pas !) Il y a aussi le fait d'être piégés par une image ou une attente, Alex et Brittany en sont les deux représentants, et pas un ne peut prétendre avoir remporté la palme du sort le plus pitoyable. C'est ce qui d'ailleurs finira par les rapprocher, la vérité derrière la façade...

Enfin, enfin, la bonne nouvelle maintenant, ce roman n'est pas disponible en français. Aucune information quant à une éventuelle traduction ou parution prochaine (ne nous leurrons pas). C'est tant pis pour ceux qui ne peuvent s'y coller en anglais, je suis désolée pour vous, c'est louper un grand moment de swoushitude puissance 10. (Clin d'oeil à my little g.)

Quelques films auxquels le lecteur songera : West Side Story, The Outsiders, Grease, Sexy Dance, Dirty Dancing, Mean Girls ...

Perfect Chemistry ~ Simone Elkeles
Walker Publishing Company, 2009 - 360 pages.

challenge Lire en VO - 12

LireEnVo

 


23/02/10

Golden Boy

All that existed was Jace ; all she felt, hoped, breathed, wanted, and saw was Jace. Nothing else mattered.

Ooooooooooohhhhhh ! Lente agonie de la lectrice qui s'est arrachée avec peine de ses 490 pages et qui, maintenant, se trouve seule, vide. Sensation de vague à l'âme.  C'est la misère.

city_of_glass

Avec ce 3ème livre, nous quittons New York pour Idris, le berceau des Shadowhunters. L'ambiance est totalement différente, outre le cadre dépaysant et plutôt charmant, la ville d'Alicante est aussi sous pression, les habitants craignent une prochaine attaque de Valentine et s'abritent derrière leurs tours magiques en discourant de longues heures au sujet de la signature des prochains Accords.

Clary a réussi à s'introduire dans la cité, contre l'avis de Jace. Elle se cache chez la soeur de Luke et espère trouver le plus vite possible la trace du warlock Ragnor Fell qui détient l'antidote pour guérir sa mère. Hélas, les retrouvailles entre Jace et Clary sont d'une violence inouie. Assez pour écoeurer la jeune fille, rendue seule dans sa mission, pense-t-elle, car elle trouve un soutien inopiné auprès du cousin des amis des Lightwood, Sebastian, "dark, romantic, shadowy prince".

Très vite, le chaos va s'abattre sur Alicante. Des démons, des assassinats sauvages, des anciennes alliances qui refont surface... tout ça occulte un peu la quête de Clary, en même temps sa relation avec Jace s'enfonce plus lourdement dans l'amertume et le désespoir. Des découvertes sur leurs origines vont définitivement éloigner le couple, Jace va se convaincre d'être ce qu'il est et agir en fonction de ses croyances. Je suis évasive, mais c'est tellement ... woow, berk, pfiou à la fois.

Mea culpa, my sweet golden boy. J'avoue avoir été un peu ennuyée par tes complaintes et ton esprit torturé. A la longue, hmm... le garçon au charme flamboyant me manquait, celui-là qui avait su ravir mon coeur, le sarcasme à la bouche, le sourire enjôleur, la confiance en poche et la colère en seconde peau. C'était comme si tu lâchais prise, comme si tu ne croyais plus en rien. Le masque est certes tombé, derrière ta superbe se cache ce garçon au coeur de nounours, qui souffre de sa situation familiale et de son amour impossible. Mouaip. Trop, trop de jérémiades (à mon goût).

J'attendais un tome 3 explosif et je l'ai eu ! LA GUERRE est aux portes de la ville, pensez donc. La première partie est donc bouillante, palpitante, pleine de rebondissements et d'imprévus. On ne voit pas le temps passer. Et puis, c'est la fin qui m'embrouille les idées. Je ne sais pas... j'ai aimé, oh oui. J'ai juste l'impression d'en avoir eu BEAUCOUP. Des passages trop longs, des dialogues qui n'en finissent pas, des discours redondants, des explications interminables, et trop d'indices donnés, à la fin plus rien ne nous surprend ! ... Hé hé hé.

Et pourtant, si. L'auteur est pour cela extraordinaire, avec une faculté étonnante de nous servir sous cloche des petits plats qui savent encore nous délecter !!! Malgré mes pointes de frustration et mon regret d'avoir un Jace pas toujours à la hauteur de mes fantasmes, sans compter que Clary et lui sont rarement ensemble dans ce tome 3, j'ai beaucoup, beaucoup aimé lire ce livre ! Cela répond à une attente, c'est conforme à ce que j'espérais, l'univers créé par Cassandra Clare est inventif, drôle et fascinant. Les personnages sont tous très attachants, ils ne cessent d'évoluer et de nous surprendre (je pense à Alec et Simon). Il me suffit de repenser à telles ou telles scènes marquantes et j'ai aussitôt un sourire banane. Je n'ai donc pas été déçue. Pas du tout, du tout.

Et la bonne nouvelle - enfin il faudra attendre mars 2011, ce qui me semble le bout du monde - est la sortie d'un quatrième livre : City of Fallen Angels. Contrairement à ce que j'imaginais, ce n'est pas seulement l'histoire de Simon. L'auteur a dévoilé les titres des chapitres sur son LiveJournal : ça donne envie ! 

Aaaarrrgggghhh ... maintenant c'est fini !

And then when he turned out to be ****, it seemed like a last-minute reprieve - and I was glad. I was even glad to see how much he seemed to be suffering, until that night in the Seelie Court when you kissed him, I could see...
- See what ?
- The way he looked at you. I got it then. He was never using you. He loved you, and it was killing him.

  ***********

DISPONIBLE EN FRANCAIS COURANT MAI 2010 POCKET JEUNESSE

challenge Lire en VO - 11 LireEnVo

the Dark Side challenge - 5   the_dark_side_challenge

06/02/10

Someday you'll get to the place of joy

The songs move through the stages of grief, she said.
Someday you'll get to the place of joy.
Maybe not tomorrow or next week or next month.
But someday you will.

Voici le troisième roman que je lis de Lisa Schroeder. J'ai déjà exprimé combien cet auteur savait me toucher, par sa façon d'écrire exclusivement en vers, parce que ses histoires sont justes et émouvantes, sans trop en faire.

Chasing_Brooklyn__Lisa_SchroederChasing Brooklyn confirme une nouvelle fois mon sentiment, j'ai lu malgré mon humeur chagrine ce roman, j'ai aimé, je me suis sentie dans la peau de Brooklyn, cette jeune fille qui a perdu son petit copain un an auparavant et qui peine à remonter la pente. Un nouveau drame vient fragiliser son équilibre précaire, lorsque Gabe, un ami commun, trouve la mort tragiquement. La nuit, Brooklyn fait des cauchemars, elle se sent traquée, elle se réveille en sursaut, toujours plus seule et désemparée. Jusqu'au jour où Nico la contacte. Lucca était son frère. L'approche est maladroite. Il n'ose pas lui avouer que Lucca ne cesse de le hanter en le priant de veiller sur Brooklyn, de l'aider à tout prix.

Oui, l'histoire est très, très proche du tout premier, I heart you, You haunt me, (c'est d'ailleurs un "companion book"). Le coup des fantômes, du petit ami décédé, du deuil et de la détresse de l'héroïne, on nous l'a déjà fait, c'est vrai. Le roman est ici simplement original parce que l'histoire est racontée par deux points de vue - Brooklyn et Nico. Je n'imaginais pas une romance possible entre eux, le destin en a décidé autrement et ce choix me laisse légèrement sceptique. Néanmoins, l'essentiel de l'intrigue se passe ailleurs et, pendant de très longues pages, fait étalage  de la douleur d'avoir perdu un être aimé, de se sentir responsable de la perte d'un autre, de l'incapacité de gérer un monde où tout a repris sa place et où soudainement on ne trouve plus la sienne. C'est un roman très triste, bourré d'état d'âme, à déconseiller les jours de blues, c'est certain !

Excellente nouvelle : on retrouve Ava au début et à la fin de l'histoire, et ça fait incroyablement plaisir de la croiser et d'apprendre ce qu'elle devient. Le prochain roman de Lisa Schroeder paraîtra en mars 2010 et s'intitule It's Raining Cupcakes.

Challenge LIRE EN VO - 10

LireEnVo

Dans Chasing Brooklyn, on peut noter des tonnes de références musicales. Il m'est venu à l'idée de vous poser la question, quelles sont pour vous les chansons d'une compilation baptisée Joy, not sorrow ?
Merci !  (Petit moral en ce moment, j'attends vos suggestions.)

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

31/01/10

Zara, Nick & moi

Spoiler alert ! Ce post déflore des infos importantes du tome 1, NEED (en français, Envoûtement), de la série de Carrie Jones. Vous êtes prévenus.

Après avoir maté la population pixie, comprenant son père et ses courtisans, dans une maison cadenassée par des barres d'acier, Zara et ses camarades croient à une paix temporaire avant de réaliser que d'autres vautours se précipitent à Bedford dans le Maine pour faire main basse sur le territoire du roi déchu. En tant que son héritière, Zara est de nouveau visée et harcelée par toutes sortes de prétendants, dont un certain Astley, un jeune souverain à la présomption très noble qui déconcerte notre héroïne. Peut-on lui faire confiance ? Non, un pixie n'a aucune parole. C'est une créature fourbe et cruelle. Il faut s'en méfier.

Mais Zara a un vrai sens de l'honneur et la soif de sauver le monde, des opprimés des pays du tiers-monde à son propre entourage - sa mère, sa grand-mère Betty, ses meilleurs amis, Issie et Devlyn, son petit copain Nick. C'est pour ce dernier que Zara s'inquiète, depuis que Astley l'a avertie qu'il courait un danger. Un autre roi vient de débarquer à Bedford, il n'aurait aucun scrupule pour assassiner et se nourrir du sang des humains. Astley s'est présenté comme étant différent du commun des pixies, il a besoin de Zara pour affirmer son pouvoir en faisant d'elle sa reine.

captivateA ce stade, l'intrigue du roman n'est pas follement sensationnelle. Paf ! un triangle amoureux dans l'air ? une autre confrontation entre les bons et les méchants, avec issue prévisible et même pas frétillante, comme dans le premier tome qui a eu le goût du pétard mouillé ? Et puis sont-ce des violons qui jouent leur mélopée en fond sonore ? Pitié pour la mièvrerie, le coup des Lovebirds are in the air, le flirt de Devlyn avec une autre demoiselle, alors qu'une Issie bavante et avec des étoiles dans les yeux se trémousse à ses côtés, non ce n'est pas possible ! Et puis, je m'interrogeais sur le style dans le livre traduit en français, était-ce si mauvais en anglais. Oui ! Oh oui ! ça fait même mal aux yeux. Dommage.

Malgré tout, j'ai littéralement dévoré ce roman ! J'ai rangé dans ma poche tout le côté qui n'allait pas, hop adjugé vendu, j'ai été happée par l'histoire qui n'a pas hésité à braver pas mal d'interdits en nous offrant des tours et détours inattendus ! L'auteur a osé, elle a eu le culot de faire du ménage, de serrer notre petit coeur de midinette, de mettre l'héroïne dans une situation difficile à assumer, d'oser plus, toujours plus. Han ? Oui, oui. J'aimais beaucoup Nick dans Need, mais dans Captivate il est différent, c'est un alpha, macho, amoureux et condescendant, donc bof. Il est aussi atteint du syndrôme du héros, à ses risques et périls. Astley gagne peu à peu du terrain, est-il sincère ou n'est-ce qu'un tricheur, aucune idée, mais c'est une personnalité troublante et donc attirante ! Zara également doit assumer ce qu'elle est à moitié, à savoir une pixie, même si elle rejette cette part d'elle farouchement. Ou simplement sous l'influence de son entourage, qui lui répète qu'être pixie c'est mal, moche, pervers et horrible. Quel avenir pour elle ?

Aïe, aïe, aïe ! J'étais persuadée qu'un troisième tome coulait de source, après cette fin et toutes ses questions laissées en suspens. Un coup d'oeil sur le Livejournal de Carrie Jones, et nada ! Nooooooooon !!!! Impossible de se contenter d'un Make me look like a queen ! Et basta ! Heureusement, sur son profil, Facemachin, elle lâche mollement une info de taille : It's a series about Zara and Nick and pixies. So, there should be a couple more books after Captivate.
OUF.

La série est pleine de défauts, mais cela reste un plaisir de lecture facile et simple. J'apprécie son humour, les personnages, l'intrigue qui se développe au fil des tomes, l'action lorsqu'elle daigne déployer ses ailes, et puis ses tentatives d'introduire une mythologie scandinave, des légendes sur les Changeformes, le folklore d'une petite ville américaine et tout le bataclan. 

Captivate ~ Carrie Jones
Published by Bloomsbury USA, 2010 - 275 pages.

the Dark Side challenge - 3   the_dark_side_challenge

challenge LIRE EN VO - 9 LireEnVo 

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , ,

22/01/10

Far from You ~ Lisa Schroeder

far_from_youFirst Simon Pulse paperback edition January 2010
355 pages

Mom got cancer

Cancer sucks.

She died.

Dad remarried.

The end.

Malgré l'impression donnée par ces quelques lignes, non ce livre n'est pas du tout déprimant ! On suit l'histoire d'Alice qui vit très mal la mort de sa mère, qui ne parvient pas à faire son deuil et qui ne supporte pas le nouveau bonheur de son père avec l'arrivée du bébé. Entre Victoria, la belle-mère, et elle, c'est le silence radio. Aucune connivence. Pas un mot, pas un geste. Respect total, même si chez Ali cela se manifeste plus intérieurement, par une envie de hurler, de claquer la porte, de fuir, d'écrire des chansons tristes, de se plaindre, de se sentir seule et incomprise. Ali trouve refuge auprès de sa meilleure amie Claire, de son petit copain Blaze, de sa musique et son culte à l'église tous les dimanches. Elle croit aux anges, car elle pense que sa mère veille ainsi sur elle.

Pendant les fêtes de Thanksgiving, toute la famille se rend chez les parents de Victoria. L'ambiance n'est pas très joyeuse, Ali fait la tête et son père doit rentrer plus tôt pour son travail, Victoria, le bébé et elle vont donc rentrer toutes seules en voiture. C'est alors qu'une tempête de neige les surprend et les coince en pleine campagne. 

L'histoire est toute simple, mais très belle, écrite en vers, comme le précédent livre de Lisa Schroeder, I heart you, You haunt me, et une nouvelle fois l'émotion est au rendez-vous, insaisissable et pourtant palpable. J'aime beaucoup le principe d'écriture en vers, c'est comme dire en peu de mots l'essentiel, cela touche instinctivement et l'impact devient donc plus fort.

Memories
fall
like
snowflakes
upon
my dreams.

Me and Mom,
a piece of art,
a promise,
a hug.

Me and Dad,
a thousand tears,
a bouquet,
a loss.

Me and Blaze,
an autumn day,
a walk,
a kiss.

Me and Claire,
a flowing skirt,
a song,
a fight.

Je me souviens avoir lu son premier livre avec cette sensation de frissons sur tout le corps, l'histoire était tellement bouleversante en plus ! Ce deuxième livre ne renferme pas la même intensité émotionnelle, c'est dilué autrement mais c'est aussi très touchant. Alice est une jeune fille qui souffre du mal de mère, elle est en pleine crise, c'est un sujet difficile et douloureux, pourtant le personnage n'est jamais imbuvable. C'est toute la délicatesse de l'auteur - dessiner des caractères sensibles et authentiques, envers lesquels on ressent beaucoup d'amour, de compassion ou d'admiration. On tombe amoureux de tous les personnages, on les aime d'amour, c'est tout !

Toute la partie où Alice est bloquée dans la voiture, à cause de la neige, est un moment où j'ai été surprise, un peu tenue par le suspense, même si je ne croyais pas trop à une fin malheureuse, et aussi intriguée par ces passages qui flirtent avec le fantastique, l'apparition de l'ange, entre rêve ou réalité, fantasme ou délire, c'est un léger flottement dans le livre et ce n'est pas ce qui m'a le plus noué l'estomac, j'avoue, pourtant c'est une partie essentielle, qui permettra à Victoria et Alice de mieux se comprendre, d'abord, et ensuite qui permettra à Alice de dire un dernier au revoir à sa maman. Bon, c'est vrai qu'il y a eu un moment ou un autre où j'avais un sourire béat et un tout petit peu la gorge nouée. (Non ! je n'ai pas pleuré.)

Une dernière mention spéciale pour Blaze, sexy boy, he rocks so bad !
Big. Sigh.

challenge Lire en VO - 8

LireEnVo

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


16/01/10

Deadly Little Secret ~ Laurie Faria Stolarz

A Touch novel #1

deadly_little_secretPublished by Disney * Hyperion Book, 2008 - 252 pages.

Ce qui va suivre va probablement vous rappeler une certaine histoire archi connue : sur le parking de l'école, Camelia est sauvée in extremis par un inconnu alors qu'une voiture fonçait droit sur elle. Ce type lui touche le ventre puis s'enfuit. Trois mois plus tard, Camelia le retrouve dans son lycée. C'est le nouvel élève, il s'appelle Ben et il a une réputation affreuse. On raconte qu'il aurait poussé sa petite amie du haut d'une falaise, horreur ! Seule Camelia lui accorde le bénéfice du doute, elle tente de l'approcher pour le remercier de lui avoir sauvé la mise mais Ben la repousse et prétend que ce n'était pas lui, qu'elle se trompe. Vlan.

En cours de sciences, que retrouvons-nous ? Camelia et Ben, partenaires de labo ! Cela devient horriblement bateau, cette histoire de biologie au lycée. Nos jeunes ados américains n'ont-ils pas d'autres endroits pour se croiser, se toucher, se gêner, s'interpeller, se regarder du coin de l'oeil, s'horripiler, ou que sais-je. C'est passablement TOUJOURS la même histoire. Mais ne nous fâchons pas.

Donc, Ben et Camelia partagent la même paillasse. Ils se tiennent à distance, même si la demoiselle ne comprend pas pourquoi il la fuit à ce point. Et puis, arrive un léger incident lors d'une manipulation de produits chimiques et LE contact a lieu. Ben a posé la main sur Camelia, et alors là ... mazel tov ! Quelques jours après, son comportement change et il propose à Camelia de sortir ensemble. Malgré les conseils de ses amis de refuser et fuir ce type, elle s'y précipite et ne sera pas au bout de ses peines !

En parallèle de cette semi romance balbutiante, nous suivons aussi les pensées d'un tordu qui traque Camelia. Fou amoureux, il prend des photos d'elle, glisse les clichés dans sa boîte aux lettres, lui envoie des cadeaux et lui téléphone le soir. Qui est-il, que veut-il. Impossible de le savoir, car cet individu devient progressivement menaçant par son insistance. Camelia est en pleine panique, doit-elle se méfier de Ben qui vient de lui annoncer qu'elle est en danger de mort. Est-ce lui l'inconnu qui la harcèle ? Soudainement, la vie de Camelia prend un tour plus sombre et vraiment flippant. Même dans sa maison, elle ne se sent plus en sécurité, elle ne sait plus à qui faire confiance, et Ben a une attitude inquiétante, c'en est trop, elle choisit de se tenir à l'écart. La menace, alors, devient plus oppressante.

Voilà un vrai roman à suspense, teinté d'un zest de fantastique, alors qu'aucun réel élément surnaturel n'intervient ! ... C'est le flip total, l'angoisse de partager la vie de cette lycéenne qui soudainement perd pied, tombe amoureuse, se découvre en danger, se méfie de son petit copain puis doute de tous ses acquis. Le lecteur est lui-même dans la confidence du maniaque, à surprendre ses pensées, sans jamais se douter de sa réelle identité. Plusieurs intervenants dans l'histoire ont la légitimité d'être suspectés, autant dire que le final est assez bluffant !

J'ai bien aimé, même si je reconnais que ce roman n'est nullement original. Actuellement cela devient difficile de trouver une histoire sans élément déjà lu ou déjà vu, même si la plupart du temps c'est assez innocent et - j'imagine - accidentel. Je me suis faite cette réflexion alors que j'étais plongée dans ma lecture, j'étais à mi-parcours et soudain j'ai soupiré. Certains trouveront la relation entre Ben et Camelia absolument poignante, c'est vrai qu'au début j'avais un bon a priori sur ce garçon, du charme, du mystère, et seul contre tous, j'adore ça !!! Mais à la longue, leur histoire de je-t'aime-mais-c'est-impossible-entre-nous-car-trop-compliqué a aussi fini par me planter un couteau dans le coeur. Allons, allons mes agneaux, vous n'allez pas me servir la même sauce ? ... Bah si.

Sur ce, je lirai très probablement la suite, Deadly Little Lies,  car Laurie Faria Stolarz s'est révélée à moi avec sa série Bleu Cauchemar - dont le premier tome m'avait moyennement emballée, par contre j'ai beaucoup aimé le deuxième : Blanc Fantôme. Cela signifierait qu'elle est - pour moi - l'auteur de la deuxième fois ! ... Allez, j'y crois. :))

Verdict : Deadly Little Secret est un bon roman, que j'ai pris plaisir à lire. Cependant, rien n'est nouveau non plus dans ce livre.

challenge Lire en VO - 7

LireEnVo

Posté par clarabel76 à 12:15:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

11/01/10

The Dark Divine ~ Bree Despain

I have to admit I didn't know much about that sort of thing - monsters, demons, vampires. A lot of people in the parish thought  it was a sin to read books or watch movies about such things. My parents limited the shows we were allowed to watch, and I had friends who were banned from reading the Harry Potter books because they supposedly celebrated witchcraft. I always thought that was silly - those things were just make-believe anyway.
At least that's what I believed.

the_dark_divine

Wooow ! Je ne me doutais pas un seul instant dans quelle aventure je me lançais, mais force a été de constater que je n'ai plus voulu décoller mon nez de ce livre dès les premières pages car j'ai été purement et simplement bluffée ! J'ignorais tout de son histoire, et je vous conseille de suivre mon exemple, pour ma part j'ai suivi l'enthousiasme des blogueuses américaines, et bingo ! Ce premier roman est vraiment, vraiment scotchant !!!

De quoi ça cause ? D'une jeune fille de seize ans, Grace Divine (ce n'est pas une blague !), fille du pasteur local, à Rose Crest dans le Minnesota. Enfant chéri et bichonné au sein d'une famille parfaite. Un vrai cliché américain, le papa, la maman, le grand frère Jude, la petite soeur Charity, et le bébé James, les repas pris autour de la table et dans une ambiance bénie, on discute, on écoute, on se soutient et on vient en aide aux plus démunis. Ouah ! ... mais que fais-je au milieu de toutes ces bondieuseries ? Taratata.

Dans cette famille, très vite, il devient évident qu'on élude facilement les sujets qui fâchent ou qui dérangent. En tête, il est interdit de citer le nom de Daniel. L'ami d'enfance. Le fils des voisins. Le frère par procuration. Il y a trois ans, alors qu'il avait été recueilli chez les Divine, Daniel a brutalement disparu après une violente altercation avec Jude, lequel a été retrouvé gravement blessé. Que s'est-il passé ? Grace n'a jamais su le dernier mot, son frère s'est fermé comme une huître, les enfants ont été expédiés en vacances dans la famille et les parents ont verrouillé le dossier. Point.

Aujourd'hui, Daniel est de retour. Grace vient de tomber nez à nez avec lui dans sa classe d'arts plastiques. Il n'est plus le garçon qu'elle a connu et il traîne une réputation plus que sulfureuse. Lui aussi ne veut plus parler du passé, il se tient à distance des Divine, et malgré tout, Grace et lui sont amenés à se croiser, se voir et se revoir, s'attirer en dépit des interdictions et malgré la promesse faite à Jude.

Hanlala. Que de mystères, de zones d'ombre, que de sales caractères et que d'âneries aussi... J'ai tout gobé, je me suis régalée, j'ai flairé quelques pistes, j'ai râlé après la jeune fille, trop aveugle ou bornée, je ne sais pas, j'ai pesté aussi contre les influences chrétiennes, qui grapillaient trop du terrain par certains moments, mais qu'est-ce que je me suis passionnée pour cette intrigue ! C'est un roman vraiment captivant.

Sa grande force, en plus de son histoire vraiment bien tournée, repose aussi sur les personnages - Grace, docile, complaisante et finalement pas si nunuche. Elle se révèle autrement, puisqu'elle est franche, elle a du tempérament, c'est une idiote aussi, c'est l'âge, on la sent pleine de doutes et de questions, partagée entre son amour pour ses proches et son béguin d'adolescente fleur bleue, néanmoins ce n'est jamais niais non plus, car Daniel est délicieux, bourru, cabotin, il se tient à carreaux même si c'est plus fort que lui et se retrouve toujours dans les parages de Grace. On sent une grande attirance entre eux, on sent la romance possible, et pourtant elle est maudite et impossible, enfin c'est tellement compliqué. Il y a la famille, le passé, les vieilles rancunes, les bonnes paroles du pasteur, les silences, la vie en général, les jaloux, les ragots et la possibilité du retour du Markham Street Monster.   

Triple soupirs.

Roman lu d'une traite ! J'en appelle aux éditeurs français de mettre une option sur ce premier roman - gros succès assuré !

First published by Egmont USA, 2010 - 372 pages.

Ce roman s'intègre au Dark Side challenge de Virginie et au challenge Lire en VO de Bladelor ! ... yeaaaah !!!

the_dark_side_challenge   LireEnVo 

Je boucle d'ailleurs le mini challenge Lire en VO avec 6 romans déjà lus (yipi), aussi je tente le maxi challenge (12) ! ...

Et pour finir, encore un potentiel, ahem...

dark_divine_TeamDaniel

30/12/09

Hush, hush ~ Becca Fitzpatrick

Edit du 11 avril 2010 :  j'ai relu le roman en français et j'ai absolument adoré ! Comme quoi, parfois la relecture a du bon ...

mon autre avis est ICI !

****

Nora est une lycéenne sans histoire, dont l'existence est bouleversée un peu bêtement par son nouveau partenaire de bio. Patch. Le parfait spécimen du beau brun ténébreux, au charme envoûtant et effrayant. Nora ne se sent pas en sécurité à ses côtés, elle cherche à le fuir en même temps que son mystère l'attire. De plus, ce garçon joue un jeu dangereux en se montrant séduisant, entreprenant et étrangement captivant. Quel est son secret ?

hush_hush_couv

Verdict 1. Magnifique couverture.

Verdict 2. Patch.

Verdict 3. Fallen angels.

------------

Beaucoup de sentiments contradictoires autour de cette lecture.
J'ai aimé. J'ai aimé moyennement. Je n'ai pas détesté. J'aurais aimé adorer.
L'emballage n'est pas tout dans un livre, c'est sûr. Ce roman a su m'envoûter. J'ai plongé tête baissée, et puis le thème me plaisait (a fallen angel... a forbidden love), mais l'étincelle n'a pas jailli.

Il y a en effet pas mal d'immaturité dans ce livre, un début assez lent et bêta, une héroïne complexe, pas antipathique mais lourde par ses réflexions et ses jugements. Sa rencontre avec Patch tient le lecteur aux tripes, c'est un garçon au charme irrésistible mais inquiétant, il est dangereux, c'est un vrai bad boy, et pourtant ça part vite en sucette.

Immense, immense frustration.
Aux lecteurs qui s'attendent à lire davantage une romance de nature paranormale, ils seront amèrement déçus. L'histoire s'attache plus à une atmosphère sombre, pleine de suspense. L'héroïne se sent épiée et traquée par un individu masqué. Cette apparition est récurrente et finit par donner les jetons, je l'avoue. Mais contrairement à Nora, la narratrice, nos soupçons sont moins focalisés sur un individu, sans oublier le prologue qui a pu nous mener sur une piste, je n'en dis pas davantage, mais disons que le flou dans lequel baigne Nora ne nous atteint pas, pas de la même façon, le suspense est quelque part éventé. (De plus, la couverture, aussi belle soit-elle, demeure un spoiler à elle toute seule ! )

Ceci dit, la fin du roman appelle une suite. Je ne suis pas convaincue que cela méritait d'en arriver là. Dans le doute, abstiens-toi...  Du moins, j'apprécie de trouver un nouveau livre qui ne surfe pas sur la vague vampire / loup-garou. Par contre, j'ai trouvé mieux si vous vous intéressez aux Nephilim - la série de Cassandra Clare, bien évidemment ! Et comme je suis cruellement en manque (toujours pas reçu mon tome 3, j'en pleurerai !), j'ai énormément de mal à embrayer sur d'autres lectures.

Victime ou pas, Becca Fitzpatrick n'a pas été à la hauteur de MES attentes. La couverture de son roman est toutefois superbe et lui offre un billet d'or pour intriguer tout lecteur !

First published in the USA in 2009 by Simon & Schuster - 390 pages

LireEnVochallenge Lire en vo - 5

****

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

05/11/09

Marked ~ P.C. & Kristin Cast

The House of Night series, book #1
St.Martin's Griffin, 2007 - 306 pages - $8.95

markedAlors qu'elle est en train de babiller dans les couloirs de son lycée avec sa meilleure amie Kayla, Zoey voit surgit un Traqueur qui la pointe du doigt en la désignant comme Marquée. Une trace apparaît sur son front, et pourtant la nouvelle n'est pas aussi effrayante qu'elle y paraît car il est coutume de voir de jeunes adolescents américains appelés pour rejoindre the House of Night, soit un pensionnat réservé aux élus qui suivront alors un apprentissage pour devenir des vampires. Quatre années sont nécessaires pour le Changement, avec à la clef une transformation réussie ou la mort.

Zoey porte néanmoins une Marque différente de la normale, le symbole de la lune est déjà dessiné et une couleur bleue est apparue. Cette distinction lui vient de la déesse Nyx en personne. Alors qu'elle était tombée dans les pommes, Zoey a vu dans son rêve la déesse des vampires. Celle-ci l'a choisie en l'embrassant sur le front et attend de Zoey d'être ses yeux et ses oreilles dans le nouveau monde à venir. Cela peut sembler fantasmagorique, pour l'instant, mais l'histoire racontée est plus limpide.

En fait, cette série ne met pas seulement en scène des vampires, mais elle fait aussi des incursions dans la magie, la sorcellerie, le rêve et la mythologie, ce qui la rend particulièrement intéressante. J'avoue, au début je trouvais que c'était gentillet. Fluide, pas désagréable, mais simple, un peu long à décoller aussi. Ceci étant, il s'agit du tout premier tome d'une série qui en comptera neuf au total ! Ce n'est pas une paille. Du coup, l'histoire prend son temps, elle s'installe, le cadre est planté, les personnages brossés.

Il y a Zoey, la narratrice, une jeune fille de seize ans qui souhaitait ardemment changer de vie car elle se sentait incomprise dans sa famille et auprès de son petit ami, Heath, un joueur de football de plus en plus accro à la bière et à la fumette. (Pathétique, le garçon !) Dans sa nouvelle école, Zoey est devenue copine avec sa compagne de chambre, Stevie Rae, un pur produit d'Oklahoma, elle aime la country music et croque la vie à pleines dents. C'est une gentille fille, qui cadre moyennement avec l'archétype du vampire, mais laissons venir. Elle se lie également d'amitié avec les Jumelles, Erin et Shaunee, deux nanas physiquement dissemblables mais qui n'ont pas leur langue dans leur poche, et Damien, le seul garçon de la bande, un type extra, homo, doué de bon sens, très intelligent, la tête pensante du groupe.

The House of Night compte aussi sa superbe peste, blonde et arrogante, j'ai nommé Aphrodite. Elle est sans pitié, très snob avec les plus faibles, sous prétexte qu'elle est à la tête des Dark Daughters (un club sélect qui trie sur le volet les membres, et dont la vocation est d'offrir des rituels de danse et de prière à la déesse Nyx). Aphrodite ambitionne de devenir Grande Prêtresse, simplement l'arrivée de Zoey va menacer sa suprématie. Le conflit entre les deux filles est né très rapidement, dès la première rencontre. Une animosité palpable. On devine Aphrodite jalouse et menacée. Zoey collectionne les honneurs et semble posséder des talents hors normes, de plus un certain Erik Night, étudiant de 5ème année, a l'air séduit par la demoiselle, qui n'ignore pas que ce garçon est aussi l'ex-petit ami de son ennemie jurée.

Autant j'ai pu trouver l'action lente et l'histoire tranquille, je n'ai jamais ressenti le moindre ennui. Je ne sais pas comment l'exprimer, mais le roman dégage un petit effet qui incite le lecteur à en vouloir plus, et ainsi à tourner, tourner la page suivante. Je me suis surprise à entrer dans la ronde, à aimer l'ambiance et à apprécier les personnages. L'esprit est assez drôle aussi, Zoey ne manque pas de répartie, elle a un caractère fort, ce qui change des lycéennes éthérées et balbutiantes d'émotion face au beau gosse du coin, là j'ai trouvé que le couple fonctionnait plutôt bien, sans trop vouloir en dévoiler bien entendu ! Par contre, j'ai trouvé dommage les leçons de morale glissées dans les dialogues de la narratrice, contre l'alcool, la drogue ou certaines pratiques sexuelles. Huh. C'est légèrement hypocrite, sachant que la première rencontre entre Zoey, Erik et Aphrodite se passe dans l'obscurité, alors que... je vous laisse découvrir la suite !

Donc, oui j'ai bien aimé. Ce n'est pas un coup de coeur non plus, mais ce 1er tome est suffisamment engageant pour vouloir y jeter un oeil. Pour ma part, j'ai déjà acheté la suite ! (On ne se refait pas, je suis une mordue de séries !!!)

LireEnVo challenge Lire en vo - 1
 

A noter :

marquee

Parution française chez pocket jeunesse en janvier 2010 sous le titre : Marquée.
(La couverture est la même ! Tant mieux.)
Le tome 2 Betrayed sort en juin 2010 et le tome 3 Chosen en novembre 2010.
un site est en cours de préparation :
http://www.lamaisondelanuit.fr/

*-*-*-*-*-*-*-*-*

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,

22/04/08

I heart you, You haunt me - Lisa Schroeder

I_heart_youI_heart_youCe roman est une pépite, il est stupéfiant, sensible, émouvant et ne pourra pas vous laisser insensible. Ava, la narratrice de quinze ans, vient de perdre son grand amour, Jackson. Le garçon est mort, rompant ainsi la promesse de ne jamais se quitter. Inconsolable, la jeune fille pleure à longueur de journée, se rappelant leur rencontre et les instants passés ensemble. Plus que tout, Ava se sent responsable de la mort de Jackson, et malgré l'attention de ses meilleures amies et l'affection de ses parents, elle s'enfonce dans sa douleur et l'accablement.

Puis, vient un souffle, un frisson, un courant d'air, une impression, bref elle sent qu'IL est près d'elle, que SON FANTÔME est à ses côtés. Elle n'est pas folle. Il y a bien quelqu'un, quelque chose près d'elle, quand elle est chez elle, seule. Non l'histoire ne flirte soudainement pas avec le fantastique, c'est au contraire plus fin et intelligent car l'esprit de Jackson se manifeste de façon fluide et poétique, souvent à travers la musique, qui remplace toutes les paroles que nos deux jeunes amoureux ne peuvent plus se dire. Ce n'est pas pathétique, ni un insupportable mélo.

C'est un récit renversant, qui vous transperce et vous soutire toutes les larmes de votre corps ! Le texte est composé de strophes très courtes, les plus allergiques aux vers tirent la langue, hanlala, ce n'est pas possible. Ce n'est pas de la poésie, c'est comme un mode d'emploi pour une incantation, qui donne ainsi un impact plus troublant et plus fort qu'un simple texte narratif. Les mots sont récités, dictés sous le poids de l'émotion, emportés par le flot du désarroi. Quand Ava pleure, à se remémorer ce qui était et ce qui ne sera plus, ou à tourner en rond pour s'échapper de cette emprise qu'elle veut et ne veut pas abandonner, c'est automatique pour le lecteur (pour moi) : dégoulinade de larmes.

C'est vraiment un très beau livre, avec une sensibilité bénéfique, même si elle provoque quelques effets secondaires. C'est poignant, puissant, avec des passages d'un lyrisme qui n'est pas ronflant. Jusqu'au bout, on accompagne Ava dans son deuil et on pleure beaucoup avec elle !
"Was it hard ?" I ask.
"Letting go ?"
"Not as hard as holding on to something that wasn't real."
I gulp.
"Can I ask how you did it ?"
"I just decided, Ava.
That's all.
I just decided."

Je sors en larmes de ce roman, je ne vous raconte pas, après l'effet Twilight (toujours pas cicatrisé) je suis passée à l'état de flaque... Mais lisez ce livre, il est surprenant !

I heart you, You haunt me - Lisa Schroeder.

Simon Pulse, 2008.

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :