05/03/12

"I don't believe in ghosts. I'm not crazy! But, I'm telling you, there is something weird about all this stuff."

IMG_6842

Deuxième volume de la série Les Filles au chocolat, avec changement d'héroïne et de style. Cette fois, Skye, l'une des jumelles de douze ans, prend la parole, nous faisant partager ses humeurs romantiques et sensibles. Skye est à un âge délicat, où elle commence à s'interroger sur ses propres envies, voulant ainsi se démarquer de sa soeur, son double. Cette tentative de distinction est mal perçue par Summer, qui reproche à Skye de s'enfermer dans son obsession pour leur arrière-grand tante, jusqu'à porter ses toilettes, ce qui serait, selon elle, malsain. Alors Skye prend ses distances, la nuit elle rêve de Clara et de son amoureux, un gitan, pour qui elle aurait tout quitté. Quel scandale ! Mais c'est suffisamment croustillant pour nourrir le romantisme de la jeune fille.

Et parce qu'elle est une demoiselle rêveuse et solitaire, le ton du roman se veut également plus calme, plus doux, plus onirique. C'est reposant, enfin éloigné des mièvreries sentimentales infligées par le premier tome. L'imbroglio amoureux entre Cherry, Shay et Honey n'a pas trouvé d'issue apaisante, ce qui alourdit clairement le climat familial. Cela donne une idée d'ensemble de la complexité de vivre ensemble, d'accommoder les différences de chacun et de faire en sorte que tout le monde trouve sa place, sans blesser l'autre. Pour l'instant, le pari n'est pas encore réussi, ce qui doit amener l'auteur à faire évoluer sa série dans ce but. Et je pense que c'est ce qui explique aussi pourquoi l'auteur abuse autant de propos sucrés et maniérés, afin d'adoucir les jugements et les perspectives. Coeur guimauve porte bien son nom. Je trouve toujours ça un peu écoeurant, mais ma fille adore !

Les filles au chocolat, tome 2 : Coeur guimauve, par Cathy Cassidy
Nathan, 2012. Traduit de l'anglais par Anne Guitton. 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


15/02/12

La Team : Gang of Paname

IMG_6774

Alors là, je vous préviens, grand moment d'humour. C'est d'ailleurs ma fille qui a lu cette bd avant moi et qui était bidonnée dans son coin en tournant les pages. A mon tour, ensuite, de faire connaissance avec cette fameuse Team qui est constituée de Snoop et de ses deux copains Piou et Chatguy. Ce sont trois lascars qui vivent dans une cité où ils aimeraient tant être pris pour les durs qu'ils s'imaginent être au fond d'eux, mais en fait Snoop et ses potes sont trois rigolos. A travers une succession d'histoires courtes, nous les suivons au collège, à la piscine, au centre commercial (le coup du Père Noël qui ne vient jamais dans leur cité, trop la haine ! ...) ou à la campagne. Snoop est un dur au coeur tendre, il est amoureux de Mimine et c'est un as de l'exposé (zoom sur l'Egypte ancienne où les pharaons dansaient le break, d'où Mickaël Jackson aurait tiré son influence). Avec humour et impertinence, cette bd parle donc de ces instants de complicité entre amis, des grandes prises de considération à vouloir faire l'intéressant, pour briller devant ses potes ou l'élue de son coeur, quitte à raconter de jolis bobards (qui ne trompent personne). On se souviendra des merveilleuses vacances à New York où Snoop a tout appris des règles des caïds, alors qu'il a fait du poney dans une colonie ! C'est frais, c'est rigolo, c'est punchy et ça file le sourire. Simple, mais efficace. 

La Team, tome 1 : Gang of Paname par Wassim Boutaleb J. (Gallimard, 2012)
son blog : http://waz-island.blogspot.com/ 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

09/02/12

Les aventures de Léon ♥♥

IMG_6707

Léon est un petit chien dodu, qui porte un béret et un joli pull rouge. Son meilleur ami est une vieille chaussette toute boulochée, M. de la Chaussette-Boulochée (il sent un peu le fromage, mais chut !). Ils vivent chez M. et Mme Beausoulier, un couple très pris par leur travail. Tous les matins ils se sauvent en confiant leur maison à Léon, bien pépère dans son panier. C'est sans se douter des folles aventures que vivent Léon et M. de la Chaussette-Boulochée durant leur absence, car nos deux compères aiment se promener en ville, faire les boutiques, siroter un chocolat chaud au café et avaler un bon repas au restaurant. Parfois ils se rendent dans un musée, ils aident à l'arrestation d'une voleuse, ou vont à l'hôpital et deviennent docteur pour la journée. A ce propos, je suis sûre que vous ne connaissiez pas la onzeurite aigüe !? Méfiez-vous, tout le monde peut l'attraper (pour preuve : un couple de catcheuses, un homme tatoué qui aime la broderie, des trapézistes et même Léon en personne a frôlé l'évanouissement). 

Je connaissais cette série dans sa version originale, et je suis ravie de la découvrir sur le marché français. Je suis absolument fan de ce petit chien au look très frenchie (les anglais raffolent, d'ailleurs il s'appelle Claude de son vrai nom, c'est dommage de l'avoir traduit !). Les illustrations sont d'inspiration rétro, délicieusement guindée, tout en conservant cette touche d'humour généralement associée aux auteurs anglais. La lecture touche sa cible, les aventures sont invraisemblables, mais délirantes, on rigole beaucoup et les dialogues sont pertinents. L'ensemble fait aussi très élégant, en plus d'être farfelu, je suis sûre que ce mélange en séduira plus d'un ! A noter que deux autres titres ont déjà paru chez nos voisins.  

Les aventures de Léon, par Alex T. Smith (Milan, 2012)
traduit par Amélie Sarn 

Claude / Léon a son blog : http://claudebooks.blogspot.com/
celui de l'auteur : http://alextsmith.blogspot.com/

PETITE  ANNONCE : j'en profite pour attirer l'attention des éditeurs sur une autre série complètement loufoque, The Great Hamster Massacre par Katie Davies. Lu, testé et approuvé.
Merci Mélanie ! 

claude blog deep snow

Nous aussi, en ce moment, nous sommes engloutis ! Pff.

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07/02/12

☆ Carte blanche ☆

IMG_6716

Cinquième tome de la série, et aucun coup de mou ! 
Plusieurs scènes cocasses ont retenu notre attention : d'abord l'anecdote du poignet cassé parce que Greg s'est étalé en se levant des cabinets, où il était resté des plombes, et ses jambes étaient engourdies. Humour potache, je sais, mais humour tout de même ! 
Ensuite la mère décide de reprendre ses études et demande aux garçons de la maison de se gérer comme des grands. Ahem. Place à une série de catastrophes, qui vont du linge à trier, de la cuisine à assurer, du réveil le matin, des devoirs à réviser... Et même le passage avec Isabella, la femme de ménage, donne droit à de bons moments de rigolade. 
C'est une série de la loose, qui assume son anti-héros, pour ça et pour son ton humoristique, le lecteur s'y retrouve et en redemande. 

Journal d'un dégonflé, tome 5 : La vérité toute moche par Jeff Kinney
Seuil jeunesse, 2012. Traduction par Natalie Zimmermann 

 ★☆★☆★☆★☆

Deuxième tome de la série, qui confirme toutes les bonnes qualités déjà aperçues.
Olive cherche un moyen pour sauver son ami Morton, prisonnier des peintures magiques, à travers lesquelles il était possible de voyager grâce à une paire de lunettes (bon, celles-ci sont cassées !). Aidée des trois chats qui parlent, et d'un petit voisin passionné de dinosaures, Olive doit trouver un livre des sorts qui pourrait détenir la solution. Toutefois, ce petit jeu-là peut s'avérer plus dangereux qu'une simple partie de chasse enfantine...

IMG_6715

Une ambiance à la Neil Gaiman, une héroïne courageuse, trois chats qui parlent, des peintures magiques, un ami en détresse, un livre des sorts à retrouver, un petit voisin qui en sait beaucoup, des parents perdus dans leur monde, une grande maison au style baroque, un dénouement stupéfiant, beaucoup de charme et de mystère pour cette série qui peut séduire les plus jeunes lecteurs, dès 10-11 ans.

La maison des secrets, tome 2 : Le livre des sorts par Jacqueline West
Seuil jeunesse, 2012. Traduction par Jimmy Montrose.
illustrations de Poly Bernatene 

28/12/11

You are my winter

Nos lectures du soir, 

 IMG_6527 IMG_6529

Ogres, brigands et compagnie par Tomi Ungerer (Ecole des Loisirs, 2011). Cette édition comprend Les trois brigands (à voir la couverture, on s'en doutait !), Jean de la Lune, Le Géant de Zeralda et Zloty. Une édition spéciale pour fêter les 80 ans de l'auteur.
Contes choisis des frères Grimm, illustrés par Adolf Born (Seuil jeunesse, 2011). Vingt contes sélectionnés, parmi lesquels : Le loup et les sept chevreaux, Les trois fileuses, Hansel et Grethel, Les musiciens de la ville de Brême, Le roi grenouille ou Henri de fer...
A déguster !  

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


21/12/11

A l'école des pages du Roy Soleil, Tome 2 : Le manuscrit volé

(lu par ma fille, 11 ans)

IMG_6144

Voilà un tome avec pas mal de suspense, où jusqu'au bout le secret est bien gardé. La mise en scène est théâtrale, Jean joue beaucoup la comédie, avec des scènes cocasses (comme lorsqu'il prétend être malade et se maquille à outrance). Prunelle est fidèle au poste, toujours charmante et attentive, très réfléchie, indispensable pour aider Jean et son enquête à avancer, même si elle ignore l'objet de leurs recherches (Jean doit effectivement tenir au secret la disparition du manuscrit du Roy). On fait connaissance avec un nouveau personnage, pour constituer le trio qui mènera l'enquête, il s'agit donc du marquis de VilleMandais. C'est un jeune homme avenant et qui cultive un certain humour. C'est aussi un roman qui introduit des faits historiques véridiques, ici on apprend l'existence de Louis Auguste, autrement dit le duc de Maine, le fils "préféré" de Louis XIV. Pour la première fois, on quitte Versailles pour se rendre à Paris (de nuit). De toute façon, le rythme de l'histoire n'offre pas le temps de souffler, Jean n'a que trois jours pour trouver le manuscrit volé. On n'a vraiment pas le temps de s'ennuyer ! En gros, ce tome 2 confirme tout le bien pensé après la lecture du premier (du mystère, de l'action et un peu d'amour, tout ce que j'aime !).

Résumé de l'histoire (pas par nous) :

Le page Jean de Courçon assiste à un événement inouï à la cour de France : un courtisan mauvais joueur se lève d'une table de jeu et dans sa colère bouscule Louis XIV.
Cet incident aura pour logique conséquence de mettre fin à la présence de ce marquis à Versailles. Le lendemain, le secrétaire particulier du roi, Toussaint Rose, se rend en grand émoi chez M le Grand Ecuyer de France, pour lui confier un grave souci qui ne doit pas être éventé : il a perdu le manuscrit du souverain, intitulé « Manière de montrer les jardins de Versailles ». A moins qu'on ne le lui ait volé.
M le Grand Ecuyer charge le page Jean de Courçon de mener une discrète enquête. L'apprenti détective dispose de trois jours pour aboutir. Aidé de la jolie et subtile Prunelle, fille d'un des maîtres jardiniers de Versailles, et duc de Maine, fils du roi, Jean va partir sur les traces du manuscrit, jusque dans les coins les plus malfamés de Paris, là où tente de se reconstituer une cour des Miracles et où se déroule une meurtrière guerre des chefs.
Le danger devient pressant lorsque le fils du roi se retrouve mêlé à cette guerre entre clans de truands. Et le manuscrit ? Il sera retrouvé, certes, mais de la plus singulière manière et restitué de manière encore plus incroyable… et pourtant historiquement vraie.

A l'école des pages du Roy Soleil, Tome 2 : Le manuscrit volé par Arthur Ténor
Seuil jeunesse, 2011. Illustrations de Benjamin Lacombe.

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

23/11/11

A bas le lait de vache. Vive les graines de sésame et l'huile de pépins de pamplemousse.

IMG_5947

Et tandis que l'encens de bois de cèdre se répandait dans sa chambre d'enfant ordinaire, j'ai enfin compris ce que le petit nuage d'Elianor me raconte depuis le premier jour. 
Il me dit que nous sommes pareils, elle et moi. Que chez nous on respire le même air, qu'on voit la même tristesse chez nos parents, qu'on a beau vivre dans un manoir en ruine ou dans un appart HLM, on a beau se gaver de graines macrobiotiques ou de biscuits Nestlé, on en revient toujours au même problème, à la même sensation que quelque chose ne tourne pas rond. 
Car Elianor a perdu sa mère, et moi j'ai perdu mon père.

Noah ne cesse de s'interroger sur la nouvelle élève de sa classe, Elianor, secrète, silencieuse et gracieuse à sa façon. Tous ses camarades se moquent d'elle, notamment sur son odeur, mais elle s'en moque et s'isole dans la bibliothèque ou tourne en ridicule la grosse brute de la récré avec un sourire mutin. Noah est perplexe, admiratif. Oui, il se pose mille questions. Après une période d'observation, le garçon tente donc une technique d'approche et découvre une fillette remarquable, intelligente et futée. Elle cultive aussi un régime alimentaire très strict, en proscrivant tous les acides gras, et recommande à Noah d'agir en conséquence (manger des graines ou boire du lait de soja). Il accepte, mais sur le bout des lèvres (Noah aime la viande, le sucre, les colorants. A qui la faute ?). 
Bon, on s'en doute, c'est loin d'être simple et le garçon va inévitablement craquer et faire des tonnes de reproches ridicules à son amie, Elianor aussi va se fâcher avant d'expliquer pourquoi ce régime lui tient tant à coeur. (Elle le fait en souvenir de sa maman, pour respecter son souvenir et se sentir proche d'elle.) C'est ce qu'elle reproche d'ailleurs à Noah, d'oublier volontairement son père (également décédé) pour ne pas avoir à affronter son chagrin. C'est plus facile d'en vouloir aux absents que de reconnaître ô combien ils nous manquent.
Les deux amis vont heureusement se réconcilier, le papa d'Elianor, qualifié de gourou du bonheur et passeur d'amour, va également sortir de sa bulle pour retoucher Terre et la maman de Noah va retrouver le sourire et l'étincelle dans les yeux (non, non, je vous rassure, pas d'histoire d'amour entre ces deux-là !). Il est aussi question d'odeur corporelle dans ce livre (les enfants entre eux sont sans pitié), alors il est donc clairement expliqué qu'il s'agit effectivement d'un mystère de la science, avec possibilité d'alchimie lorsque nos petits nuages (de phéromones) se rencontrent, se comprennent, se reconnaissent ou se fuient. 
C'est un petit roman tendre et généreux, frais et drôle, terriblement attachant, avec des personnages adorables, qui tient un discours sur tout et rien, qui touche et fait réfléchir, en plus d'une couverture illustrée par Lili Scratchy qui donne vraiment envie d'en savoir plus. Une belle promesse de lecture.

Mayo, ketchup ou lait de soja par Gaia Guasti
Ed. Thierry Magnier, 2011 - illustration de couverture : Lili Scratchy. 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22/11/11

"Pour séduire une bibliothécaire de quarante ans, il suffit de lui dire qu'elle ressemble à Jane Austen." (*)

IMG_5929

C'est l'histoire d'une pauvre petite fille riche, qui confond la fiction et la réalité, et qui a terriblement besoin qu'on s'intéresse à elle. Sa mère est l'auteur célèbre d'une série mettant en scène un personnage s'appelant comme sa fille, Bathsheba Clarice de Trop, une héroïne super glamour, dont l'existence est faite de strass, de paillettes, de sorties branchouilles, de copines canons, de petit copain irrésistible, d'aventures palpitantes et ô combien futiles. Le problème, c'est que la vraie Bathsheba s'y accroche comme une moule sur son rocher ! Elle a bien du mal à dissocier le vrai du faux, ou disons qu'elle préfère vivre dans ce monde d'illusions au lieu de reconnaître que son existence n'est faite que d'amertume et de solitude. Sa mère est donc trop accaparée par son boulot et ne prend plus le temps de se soucier de sa fille, son père est aux abonnés absents depuis des lustres, Bathsheba vit dans le luxe, son mets préféré est constitué d'un savoureux mélange de caviar et de tarte à la salade, mais sous l'artifice c'est creux, vide et triste à mourir. Pour seule compagnie, la fillette a Natasha, l'employée de maison, qui ne la supporte pas d'ailleurs, et qui va finir par lui présenter sa filleule, Keisha, dont les origines plus modestes vont permettre à Bathsheba de s'ouvrir vers l'extérieur, de se comporter de moins en moins en petite fille égoïste, capricieuse et snob. De plus, elle va rencontrer son père, pour de vrai ! Elle sera très déçue par lui (son physique est quelconque, il s'appelle Bill et c'est un ancien escroc qui a fait de la prison). La claque ! Son retour sur Terre est donc brutal mais bénéfique, puisqu'elle cessera de se prendre pour une petite princesse et envisagera enfin d'apprécier des choses simples et ordinaires, comme les frites par exemple, même si sa mère déteste ça parce que c'est mauvais pour la santé ! 
Bien entendu cette lecture se destine à des jeunes lecteurs, dès 10 ans.

Maman, papa, les frites et moi par Leila Rasheed (Bayard jeunesse, 2011)
Traduit de l'anglais par Thomas Leclere - illustration : Regis Faller

IMG_5931

Toujours aussi irrésistible ! Jess Jordan doit passer ses vacances en famille, lesquelles consistent à errer dans la campagne anglaise pour visiter les églises médiévales, en compagnie de sa mère et de sa grand-mère, voilà donc un programme qui ne l'enchante guère car Jess est follement amoureuse de Fred et veut passer tout son temps libre auprès de lui. Là où ça se corse, c'est que sa mère ignore l'existence de cette relation amoureuse, essentiellement parce que sa mère est fâchée avec la gente masculine (plus pour longtemps, je vous rassure !). La séparation temporaire du jeune couple est donc vécue comme une véritable torture, Jess se languit de son Fred et devient jalouse à en crever rien qu'à l'imaginer avec sa meilleure amie Flora, soudainement trop belle pour être honnête. Elle l'abreuve donc de SMS et se fait des films improbables, dont le scénario vire toujours au cauchemar, les retours du garçon se font rares et provoquent des crises de jalousie. Jess ne peut que mijoter dans son jus, parfois l'amour ça vous use une prétendante en clownerie, je vous jure... Bref, c'est anglais, drôle, adolescent et impertinent, ça se lit en deux coups de cuillère à pot et on en redemande ! Dans ce tome, Jess apprend aussi la raison de la séparation de ses parents et se prépare à une révélation qui pourra paraître stupéfiante sur son paternel. Des retrouvailles au top, je vous le garantis !

16 ans ou presque, torture absolue, par Sue Limb (Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2011)
traduit de l'anglais par Laetitia Devaux - illustration de couverture : Soledad Bravi 
(première édition en 2006, coll. Hors Série)

(*) réflexion de Jess Jordan à propos de sa mère et de son amoureux chéri

28/10/11

1 nouille + 2 amis = la plus grande aventure du monde

IMG_5630

Tout a commencé par la nouille que Rico a trouvée au pied de son immeuble. Une rigatoni, sans doute. Son enquête a hélas vite tourné court car l’un des habitants interrogés l’a tout simplement avalée avant de le flanquer dehors. Il faut dire que Rico est un enfant maldoué, comme le dit sa maman. Il ne sait pas marcher dans la rue autrement que tout droit, il confond la gauche et la droite, ce n'est pas qu'il est bête, il est juste un peu lent à la détente. 
Toute sa petite vie est centrée autour du 93 rue Dieffenbach. Il y vit avec sa maman, il connaît ses voisins comme sa poche, du très irrascible Fitzke au sympathique Berts, il compte parmi ses amis Mme Dahling, la reine des minitartines et des films à l'eau de rose, il n'imagine pas une seule seconde que son petit monde se heurte à une révolution. Et pourtant, cette histoire de nouille est bel et bien le début d'un grand chamboulement. 
Dans les jours qui suivent, Rico rencontre Oscar. Il est minuscule, porte un casque sur la tête, il est surdoué et hyper angoissé. Forcément, tous les deux se jaugent avant de conclure un pacte d'amitié. Et de fil en aiguille, les voilà sur la piste du célèbre Mister 2000, ainsi se surnomme le kidnappeur d'enfants qui sévit à Berlin parce qu'il a pour particularité de réclamer la somme de 2000€ en rançon. 
Ce roman inspire la tendresse et la sympathie, et plus encore. J'ai été très agréablement surprise par l'histoire de Rico et j'ai beaucoup aimé son univers. Le tout se veut à la fois drôle, simple et sans prise de tête. Rico est un narrateur très détaché, mais il est authentique et attendrissant. L'enquête est menée avec sérieux, avec une petite touche de fantaisie, et la tension dramatique dans les derniers chapitres n'a pas uniquement été convoquée pour faire beau dans le décor !
On referme le livre sur une impression très positive, avec un sourire aux lèvres. Et on est content de savoir qu'un prochain tome va paraître au printemps 2012. Il y a des personnages, comme ça, qu'on ne voudrait jamais quitter...

Rico & Oscar : Mystère et Rigatoni, par Andreas Steinhöfel smileyc002
Gallimard jeunesse, 2011. Traduit de l'allemand par Barbara Fontaine.
Illustré par Steve Wells. 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

27/10/11

Life sucks, then you die. Then it sucks again.

IMG_5636

Après un joli tome 1, placé sous le signe de l'humour déjanté, voici le retour de Charlotte Usher dans une aventure tout aussi insolite. Avant de décrocher son diplôme, la jeune fille doit d'abord suivre un stage qui consiste à répondre aux appels des ados en détresse. Tandis que toutes ses copines sont débordées par leur boulot et leur nouvelle vie, Charlotte périt d'ennui car elle ne reçoit aucun coup de fil ! De son côté, Scarlet, sa meilleure amie sur terre, remet en question sa relation amoureuse avec Damen au moment où sa peste de soeur, l'éblouissante Petula, tombe dans le coma après une séance de pédicure. Aux grands maux, les grands remèdes, Scarlet opte pour une décision radicale en invoquant une formule pour entrer en contact avec Charlotte, et la voici à son tour plongée dans un état entre la vie et la mort. 
Le récit est bien huilé, on se laisse facilement prendre au jeu et, comme souvent, ce sont les garces qui ont le plus beau rôle ! Mention spéciale pour les deux Wendy parfaitement abominables, mais franchement tordantes !  
Encore une fois, l'emballage est réussi (couverture, illustrations, citations et autres détails décoratifs qui peuvent faire la différence). 

Ghostgirl, tome 2 : Le Grand Retour, par Tonya Hurley
Plon jeunesse, 2011. Traduit de l'anglais par Myriam Borel.  

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,