26/10/11

Le Yark : il adore les enfants !

... et particulièrement leur odeur d'amande et de beurre frais. C'est aussi bon qu'un bonbon fondant ! 

IMG_5628

Le Yark est donc un conte moderne délicieusement effrayant.
C'est l'histoire d'un ogre qui ne mange que les enfants sages, parce que les premières de la classe ont le goût de la tarte aux cerises par exemple. C'est plus fort que lui, il adore ça et en raffole. Mais les temps sont devenus durs, les enfants d'aujourd'hui ne sont plus ce qu'ils étaient et il devient difficile de se mettre sous la dent un plat consistant. C'est la fête pour les chenapans, simplement parce que tous les livres rapportent que le Yark souffre de gaz et d'indigestion s'il les croque. Il décide alors de se rendre chez son vieil ami le Père Noël afin de lui chiper sa liste des enfants sages. Or, le vieux barbu en habit rouge ne l'accueille pas à bras ouverts, oh non ! Par son faute, le Père Noël risque d'être au chômage. Oust, va au diable ! Le Yark est une créature incomprise et son ventre crie famine. D'aventures en mésaventures, il finit par rencontrer une charmante petite fille, prénommée Madeleine, qui vit dans un phare à l'autre bout du monde. Sa gentillesse l'émeut tellement qu'il finit par perdre la boule, à tel point que sa perception du bien et du mal va en prendre un coup dans l'aile ! 
Sur une base très classique, l'histoire prend des virages inattendus et patauge avec bonheur dans l'humour malicieux ... pour le plus grand plaisir du lecteur. Les illustrations de Gapaillard ne sont pas sans rappeler l'univers de Chris Riddell, et l'humour noir de Santini fait franchement sourire. Même les réflexions sur les enfants d'aujourd'hui sont justes, affreuses et donc jubilatoires !!!

Le Yark, par Bertrand Santini et Laurent Gapaillard smileyc002
Grasset jeunesse, 2011. 
Ce livre est édité sous le même format que La boulangerie de la rue des dimanches d'Alexis Galmot et Till Charlier. 

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27/09/11

"Porter du vintage, c'est une façon de porter l'histoire, un moyen par lequel on peut transformer le passé en présent."

IMG_5440

Quelle jolie couverture ! Et ça ne s'arrête pas là, puisque le livre contient des illustrations de toute beauté, soulignant l'élégance des tenues d'autrefois et apportant un charme fou à l'ensemble. C'est une lecture absolument exquise, peut-être davantage destinée à un lectorat niveau collège. 
L'héroïne a douze ans et est passionnée par la mode vintage. En effet, Louise a décrété que le passé était plus passionnant que le présent, elle aime aussi les vieux films classiques, les acteurs de l'époque, elle n'envisage pas de revêtir autre chose que des toilettes griffées, chargées d'histoires personnelles et porteuses d'un souffle de nostalgie. 
Un matin, elle reçoit une invitation à une vente privée "pour les fashionistas voyageuses". Etrange, mais excitant. Elle se rend à l'adresse indiquée, fait la rencontre de deux dames exubérantes, fouille dans leurs armoires et met la main sur une magnifique robe rose. Elle l'enfile et tombe dans les pommes. 
En se réveillant, elle découvre qu'elle est devenue une actrice célèbre de dix-sept ans, en voyage à bord d'un paquebot qui vient de quitter l'Europe pour New York. Nous sommes en 1912 ... sur le Titanic ! Mais Louise n'a pas encore fait le rapprochement. En premier lieu, elle est perturbée par ce bond dans le temps, une anomalie à laquelle elle refuse de croire, avant de se prêter au jeu, avec joie et insouciance. Car c'est avant tout l'occasion de prendre un bain de foule parmi des personnalités qui vont léguer leurs noms à des musées ou des chaines de magasins, de même qu'elle va s'extasier sur le glamour de l'époque, les belles toilettes qui seront les futures pièces de sa collection, et rencontrer la créatrice lady Duff Gordon, que Louise vénère au même rang que Coco Chanel, Karl Lagerfeld et Viviane Westwood. 
Après en avoir pris plein les yeux, Louise va douloureusement revenir à la réalité en comprenant qu'elle est à bord du Titanic ! Changement de cap, le rythme se veut plus trépidant. Louise ne pourra pas changer le cours de l'histoire, mais au moins sa propre histoire ne peut se conclure ainsi. 
C'est une fabuleuse réussite de proposer un voyage dans le temps à partir d'une robe qui avait une incroyable histoire à raconter. Et il ne s'agit pas de n'importe quelle épopée... J'ai d'ailleurs cru comprendre que l'auteur n'en resterait pas là, ce qui enchante la jeune lectrice de la maison ! La lecture est en effet adorable et légère, de plus l'esthétisme du roman est une promesse de balade gracieuse et non moins superficielle. A mettre entre les mains des minettes dès 11-12 ans.

Une robe couleur du temps, par Bianca Turetsky
Hachette jeunesse, 2011 - 275 pages - 13,90€
traduit de l'anglais (USA) par Florence Bellot 
le site (en anglais) : http://timetravelingfashionista.com/ 

IMG_5438 illustrations de Sandra Suy

Posté par clarabel76 à 13:00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13/07/11

Mon journal top secret : Dans l'enfer de la téléréalité, par Dee Shulman

IMG_4715 

C'est le deuxième livre des aventures de Polly Price et de sa mère excentrique, comédienne avide de gloire et reconnaissance, après Sur Scène aux Etats-Unis.
Nous retrouvons le même format (couverture cartonnée, imitation parfaite du journal intime avec écriture manuscrite et des tonnes d'illustrations) qui avait fait le succès du premier. La lecture est toujours agréable, guillerette et dynamique.
Cette fois, la mère de Polly accepte de participer à une émission de téléréalité au pied levé et s'entoure des conseils d'une coach de vie, madame Vanilla, véritable phénomène de foire tant ses conseils sont d'un ridicule. Même l'équipe de production en rit sous capes. Au milieu de tout ça, c'est la petite Polly qu'on plaint franchement, elle qui tient absolument à se préserver dans son école, elle craint les conséquences de la diffusion de ce programme de grande écoute. C'est la cata !  Mais qu'est-ce qu'on rigole... 

Bayard jeunesse, 2011

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16/06/11

Il n'était pas impossible que ...

IMG_4391

Etrange, intelligente et raisonnable. C'est ce qui résume Emma-Jane, treize ans. Etrange, dans le sens hors du commun, remarquable, singulière. C'est le dictionnaire qui l'écrit, et sa maman qui le certifie. Et c'est vrai que c'est une petite héroïne attachante, souvent elle se tient à l'écart des autres et passe son temps à observer les jeunes de son âge, dans un but strictement scientifique, jusqu'à ce qu'elle rencontre Coleen Pomerantz en pleurs dans les toilettes. Sans comprendre pourquoi, Emma-Jane va chercher à lui venir en aide. Toutefois, en bousculant la logique des évènements, Emma-Jane bouleverse aussi sa tranquillité et provoque des réactions inattendues. Il faut lire le raisonnement de la demoiselle, c'est sans équivoque et c'est brillant. (Certes, rédiger des faux est une méthode discutable mais la motivation première tellement honorable.) L'histoire d'Emma-Jane figure parmi ces petites découvertes précieuses, parce qu'elle vous intrigue dès les premières lignes, et parce qu'elle va vous embarquer bien au-delà de l'aspect léger et du plaisir éphémère. Car, au final, la miss va pouvoir briser sa coquille, réaliser qu'elle n'a pas totalement absorbé le deuil de son père et envisager de sourire davantage en se mêlant à ces autres qu'elle tenait à distance. C'est adorable, vraiment bien écrit, avec un humour tout en retenue et une très grande finesse !

Pourquoi Emma-Jane est tombée de l'arbre, et ce qui s'ensuivit - Lauren Tarshis
Bayard jeunesse (2010) - 217 pages - 10,90€
traduit de l'anglais (USA) par Jean-Baptiste Dupin
illustration de couverture : Anouk Ricard

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

10/06/11

Leur histoire d'amour à distance avait la saveur du chocolat.

IMG_4342

Cherry et son père Paddy quittent Glasgow pour le Somerset où une nouvelle vie les attend. Charlotte et ses quatre filles vont, en effet, devenir leur famille d'adoption. Si Cherry est chaleureusement accueillie par les cadettes, elle se prend une douche froide avec Honey, l'aînée de quatorze ans, qui n'accepte pas leur intrusion. Elle va leur en faire baver, en plus d'enchaîner les crises d'hystérie parce que son père est trop occupé pour passer du temps avec elle, et ne pas supporter que son petit copain, Shay, craque pour la petite nouvelle.

L'ambiance est particulièrement bon enfant. Tout est sirupeux, mielleux, un peu écoeurant. Et très caricatural, aussi. Toutefois c'est de bon aloi. Place aux bons sentiments, avec en prime la peste de service qu'on aimerait claquer contre le mur (il en faut toujours une, bien sûr). Au centre, Cherry n'est pas la Miss Parfaite qu'on aimerait nous présenter. La demoiselle se défend d'être une menteuse, au contraire elle a une imagination débordante et vit dans son petit monde imaginaire, quitte à lui faire raconter tout et n'importe quoi, pour attirer l'attention ou pour se faire accepter, bref c'est quelque peu discutable mais Charlotte, sa belle-mère, est beaucoup plus clémente et pardonne cette attitude. De toute façon, les parents dans l'histoire sont trop laxistes et planent constamment (ils sont amoureux, heureux, ils excusent trop facilement les caprices de Honey, j'avais envie qu'ils se bougent davantage), ceci allant dans le sens que cette histoire reste fortement surréaliste (le lancement de la fabrique de chocolats, par exemple) et cousue de clichés. J'étais, limite, au bord de l'indigestion, même si je reconnais que c'est charmant et mignon comme tout. Ma fille, elle, boit du petit lait et se régale !
A conseiller dès 11,12 ans. Quatre autres livres vont suivre.

Coeur Cerise - Cathy Cassidy
Nathan, 2011 - 295 pages - 13,90€
traduit de l'anglais par Anne Guitton

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,


20/05/11

Mode groupie du jour

Après une journée riche en émotions, il est bon de retrouver sa série fétiche !

IMG_4118

Rita et Machin sont appelés par la tante Yolande pour du baby-sitting... et devinez quoi ? La tâche s'annonce loin d'être simple, surtout pour notre chien qui n'aime pas être bousculé. Il sera frappé d'une grosse allergie, éternuera sans cesse, peinera ainsi à seconder au mieux sa petite camarade. Rita, fidèle à elle-même, redoublera d'énergie et nourrira les huit bouches affamées ... oui, huit bouches ! Qu'est-ce que cela cache ?

IMG_4119

Les amoureux des chats et des chiens vont se réconcilier !

Le baby-sitting de Rita et Machin - Jean Philippe Arrou-Vignod & Olivier Tallec
Gallimard jeunesse (2011) - 5,90€

Et je maintiens - cette série est à conseiller à TOUS LES ÂGES !!! 

smileyc002

Marre de l'amour

IMG_4085

La couverture d'Anne Bordenave est adorable et illustre le dilemme du roman - Pierrot n'en peut plus d'avoir des parents qui s'aiment, à l'heure où tous ses potes vivent dans des familles séparées. Il décide donc de créer le gang qui tue l'amour et mijote le désamour de ses géniteurs. Et pour bien faire, Pierrot mène son enquête : il interroge les copains et ses propres parents, tant et tant qu'il finit par ne plus être sûr de son entreprise. Car finalement les dimanches à petit-déjeuner dans le lit, à se balader dans la forêt, à contempler les oiseaux ou à regarder un film en dvd, ce n'est pas si mal que ça... Pierrot douterait-il de la chance qu'il a ? Et surtout, Lou le regarde désormais avec des yeux remplis d'étoiles et ça vous donne envie de tirer des plans sur la comète.

Ce petit roman est absolument charmant ! Il est à prescrire aux plus jeunes lecteurs qui auraient perdu le mode d'emploi des histoires d'amour qui finissent bien (même si parfois il y a quelques coups de canif dans le contrat, ce n'est pas la fin du monde non plus). Marre de l'amour est une lecture drôle, légère et pétillante. Maud Lethielleux m'enchante à chaque fois dès qu'elle dresse le portrait de gens ordinaires qui s'aiment de façon extraordinaire - il faut lire les éblouissements réciproques du papa et de la maman de Pierrot, c'est comme des éclaboussures de couleurs (et des épluchures de fruits et légumes), pfiou c'est ravissant !

Marre de l'amour - Maud Lethielleux
éditions Thierry Magnier (2011) - 135 pages - 9€
illustration de couverture : Anne Bordenave

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

16/05/11

Je ne comprends pas comment les autres ont le temps de tout faire. Je suis suffisamment occupée à être moi-même.

Maman s'était trompée. L'amour, ce n'était pas seulement comme un soda qui pétille. L'amour vous transformait en la personne la plus belle et la plus merveilleuse du monde. Mais ça ne se voyait pas de l'extérieur.
Extérieurement, j'étais la bonne vieille Semla, tout comme avant. Hormis ce sourire ridicule. Par contre à l'intérieur, il y avait une nouvelle personne, secrète, que nul autre que moi ne connaissait encore.

IMG_3974

Semla a douze ans, elle est une enfant de divorcés heureuse (comme elle dit), son meilleur ami s'appelle Gordon, c'est un original qui n'a pas peur du ridicule, de plus il est très intelligent et il sait danser le rock. Semla adore aussi son petit frère, même si celui-ci confond le placard à chaussures avec les cabinets de toilette depuis que ses parents vivent séparés dans des maisons qui se ressemblent, sauf que tout est inversé et cela chamboule le garçon. Chez son père, les baby-sitters défilent, ainsi que les petites copines qui travaillent au cirque, parce que "papa a du succès". C'est le plus petit de la classe mais c'est lui qui porte les plus grandes chaussures - Semla est plutôt fière - mais un grave problème semble le toucher car ses pieds rapetissent. Pour quelle raison ? 

Qu'est-ce que ça fait du bien de lire un roman aussi drôle, simple, assez franc et culotté (on pratique le jeu de l'amour, on s'embrasse avec la langue, on montre aussi sa poitrine, on porte son premier soutif et on gère les premières règles). Pourquoi s'en offusquer ? On y parle de la puberté et de la vie quotidienne avec humour et légèreté, en s'attachant beaucoup aux personnages (Semla est une adolescente saine et équilibrée, heureuse et satisfaite d'être elle-même). Toutes les minettes de 12 ans (environ) devraient le déguster car un optimisme fou s'en dégage ! D'autres livres devraient suivre, ce qui est une excellente nouvelle.

Pourquoi mon père porte de grandes chaussures (et autres grands mystères de ma vie) par Moni Nilsson
Bayard jeunesse (2011) - 126 pages - 9,90€
traduit du suédois par Annelie Jarl Ireman et Jean Renaud

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

09/05/11

Zarra

Je garde tout ça pour moi bien sûr, ou pour mon journal, je ne veux pas qu'on me prenne pour une timbrée. C'est quand même pas moi la timbrée ici...

IMG_3953

Il fait beau, on en profite à l'ombre des pommiers en fleurs en bouquinant quelques-uns des romans de la collection Neuf de l'Ecole des Loisirs. Nous ne tombons pas toujours sur la perle rare, mais nous rencontrons de chouettes personnages, comme la petite Zarra. (Nous avons également lu le dernier roman d'Audren, Les zinzins de l'assiette, mais nous en attendions plus. C'est un texte qui commence par décrire le bonheur de bien manger et de se faire plaisir autour d'une table, l'ambiance à la maison gagne en euphorie et le bonheur coule à flots. Ils sont quatre garçons à la maison, tous nés de pères différents et qu'ils ne connaissent pas, la mère se dit féministe et refuse de partager son toit, car elle ne veut pas faire la bobonne. Elle est très mauvaise en cuisine et n'a pas envie d'apprendre, même pour faire plaisir à ses fils. Ces derniers décident d'apprendre et testent des recettes faciles en cumulant les gentilles bévues. Puis, l'histoire bascule avec la rencontre d'un nouvel amoureux qui dépose ses valises chez eux et qui se révèle également un très bon cuisinier. Les enfants l'adoptent, puis reprochent à leur mère de saboter sa relation à cause de principes ridicules. C'est à partir de là que nous avons commencé à nous désintéresser de l'histoire qui cumulait les clichés et les principes de précaution. De plus, je n'ai pas trouvé le texte abouti. D'ailleurs cela commence à faire plusieurs romans d'Audren où je commence de moins en moins à m'enflammer. C'est dommage.) L'illustration de couverture est de Gabriel Gay.

Refermons cette parenthèse pour revenir à notre petite Zarra. En fait, il s'agit d'Axelle. Elle a une maman maniaco-dépressive, dont les crises se manifestent soudainement et de façon violente. Ce n'est pas rigolo tous les jours, soit sa mère passe son temps à dormir, soit elle hurle et prétend qu'elle n'aime pas sa fille, qu'elle en a marre de sa vie et qu'elle veut partir, à la rigueur avec son fils, mais pas avec sa fille. Axelle n'a personne à qui se confier, elle n'ose pas en parler à sa meilleure amie et son père est trop souvent absent à cause de son boulot. Alors, Axelle se réfugie dans les rêves et se prend d'admiration pour Fantômette. Comme elle, Axelle devient une justicière de la nuit et propose ses services pour sauver la planète.

Au début, alors que je lisais les premiers chapitres, j'avais un peu de mal à visualiser cette histoire aux mains de jeunes lecteurs de 9-12 ans. Le sujet n'est pas facile, pas courant non plus, les accès de folie de la mère peuvent dérouter, je ne sais pas, j'étais moyennement convaincue. Et puis, il s'est passé une petite étincelle et je n'ai pas pu m'empêcher de sourire et de trouver Axelle forcément sympathique et attachante. Tout n'est pas très crédible, comme les escapades nocturnes d'une gamine de douze ans dans une ville où le crime rôde, et le sujet reste malgré tout survolé, mais il n'empêche... La fin montre aussi que la dépression est une maladie grave et longue à guérir, que personne n'est responsable et qu'il ne faut pas croire les méchancetés entendues ni celles qu'on se chuchote à soi-même (Axelle a souhaité plus d'une fois la mort de sa mère afin de retrouver un équilibre familial). Alors voilà, c'est un portrait de petite fille qui souffre et s'accuse d'être coupable du mal dont souffre sa mère, qui préfère se réfugier dans le rêve et l'imaginaire, et qui va peu à peu prendre confiance en elle et faire face à tout ce qui la ronge. L'humour, heureusement, sauve la mise... car le sujet n'est pas très évident à suggérer aux enfants. (Je ne suis pas sûre non plus qu'ils connaissent tous Fantômette, d'où mon envie de conseiller davantage ce roman aux adultes.)

Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2010. Illustration de couverture : Dorothée de Monfreid. 

Posté par clarabel76 à 16:15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29/04/11

Des fois, si on est triste, c'est mieux quand il pleut. Comme ça, dehors, c'est pareil que dans votre tête.

un peu de muguet, comme le bouquet de la princesse Kate !

IMG_3746

La maîtresse de Zoé a choisi de sensibiliser sa classe aux soucis de l'environnement, des économies d'énergie et du recyclage. Les élèves doivent travailler sur un projet commun et rapporter les petits gestes du quotidien effectués pour sauver la planète (éteindre la lumière d'une pièce non occupée, ne plus faire couler l'eau inutilement en cas de brossage de dents, éviter les sacs en plastique...). Dans le même temps, la cousine de Mimi doit passer quelques jours chez elle pendant que ses parents voyagent à l'étranger. Gwen s'attache très vite à une peluche mais Mimi se trouve embarrassée car elle n'imaginait pas s'en séparer pour l'instant. Zoé, en tant que moyenne superhéroïne à la réputation désormais fondée (il s'agit tout de même du 4ème titre de la collection), a bien du pain sur la planche ! Cette série possède un capital sympathie tout à fait appréciable, et même si ma lectrice a bien grandi depuis les débuts de cette série, elle conserve un attachement certain pour Zoé et ses aventures cocasses. L'esthétique de l'ouvrage est toujours aussi charmant (couverture cartonnée à la couleur pastel, beaucoup de dessins à l'intérieur du journal), l'humour de Zoé est une petite bulle de fraîcheur, le propos de l'histoire (Zoé toute verte ?) interpellera les enfants probablement concernés par le sujet (l'école de ma fille en a fait la priorité absolue dans tous ses projets depuis quatre, cinq ans maintenant). Ce n'est pas une lecture révolutionnaire, elle fait du neuf avec du vieux, et Zoé également recycle ses pouvoirs et son ingénuosité. Cela reste, cependant, un vrai plaisir de retrouver la délicieuse Zoé tout court ! (Un prochain tome paraîtra en septembre 2011 : Zoé tout court et le tutu terrible).

Zoé tout court - toute verte ! par C.M. Harper (Nathan, 2011)
traduit de l'anglais par Anne Delcourt

Adobuzz vous invite à jouer pour tenter de gagner des livres "Zoé tout court: Toute verte" de Clarise Mericle Harper. Il vous suffit de répondre à 2 questions et de laisser vos coordonnées pour prendre part au tirage au sort final.

Et pour les enfants qui désirent élargir le sujet, voici Ma planète écologie (19 activités pour comprendre la biodiversité) par Sally Zalewski.

IMG_3742

Voici un concentré d'informations et d'astuces pour découvrir la nature, mettre en garde les enfants contre les dangers de la pollution d'une manière ludique et didactique et les sensibiliser à la protection de l'environnement.

Photographies de Philippe Bourseiller & illustrations d'Iwona Seris (La martinière jeunesse, 2011).

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,