13/10/19

Challenge Halloween 🎃 : le retour du marathon ! 🎃

hallowrat

Ce week-end, c'est le Hallow'RAT ou le Read-A-Thon d'Halloween, comme vous préférez, mais c'est surtout un week-end dédié à la lecture !

Oui nous sommes déjà dimanche. Ahem. Zéro lecture à mon actif.

C'est sans compter sur ma lecture audio du moment : Sac d'os, de Stephen King. Par contre c'est super long = près de 25 heures d'écoute !!! Pfiou. J'ai donc mis la main sur le roman pour garder le rythme. C'est pas mal flippant et très bizarre, mais j'aime bien.

Image-1 (41)

Pour équilibrer les émotions, j'alterne avec une adorable lecture jeunesse : La Fille au Cœur de Dragon de Stephanie Burgis. Une lecture parfaite pour un parfait #CosyHalloween

Image-1 (42)

 

La suite du marathon se déroulera très probablement sur https://www.instagram.com/clarabel_helloyou/

#ChallengeHalloween #CosyHalloween

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,


11/10/19

Graines de bandits, par Yvon Roy

Après Les Petites victoires, dans lequel l'auteur racontait avec force son quotidien de père d'un enfant autiste, Yvon Roy évoque avec toujours autant de finesse son enfance douloureuse. 

Graines de bandits

Leur père souhaitait s'installer en pleine campagne pour se ressourcer dans l'Amérique des années 70. Au final toute la famille va se contenter d'un modeste bungalow sur un terrain boueux. Le début de la désillusion.
Mais les garçons refusent la défaite et courent se réfugier dans la plaine. Ils ont des rêves plein la tête et imaginent déjà la conquête des grands espaces. Aussi, quand un promoteur débarque avec ses projets de bétonnage à outrance, les frangins voient rouge et entrent en résistance.
Ils vont aussi jouer aux caïds et provoquer leurs voisins. Ils pensent même qu'une fille n'est pas capable de conduire un kart et acceptent de faire une course pour prouver qui est le plus fort.

En fait, nos graines de bandits ont choisi de s'échapper - fuir leur réalité où règnent la violence et l'amertume. Loin de la sinistrose. Leur mère ne joue plus au piano, préfère boire et regarder la télévision. Leur père suit une secte religieuse et s'enferme dans une vision rétrograde.
Bref. Les mômes se révoltent à leur façon et veulent brandir leur poing. Contre le destin. Contre le monde moderne. Contre les dogmes sacrés. Contre les rêves brisés.

Cette BD retrace un chapitre de vie qui revient sur l'enfance douloureuse de l'auteur. Un sujet pas facile pour une lecture touchante et néanmoins peu convaincante.

Rue de Sèvres, 2019

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Chaplin en Amérique, par David François & Laurent Seksik

Une BD somptueuse sur les débuts d'artiste d'un acteur dont le simple nom est devenu une empreinte.

chaplin en amériqueL'histoire raconte son arrivée en Amérique (1912-1913) au cours d'une tournée de music-hall puis de son invitation à rejoindre un plateau de tournage en Californie. Il ne tiendra pas encore le haut de l'affiche mais occupera son temps à servir les cafés et fureter dans les coulisses. De cette expérience, naîtra (oui, une pointe d'amertume) mais surtout son sens de l'observation. Car Charlie comprend qu'il doit sortir du lot et afficher un style... costume, chapeau, chaussures larges et moustache. Chaplin écrit sa légende.

Dès lors, son ascension sera fulgurante et montre aussi l'intelligence du bonhomme (pas seulement son ambition). Lorsque la presse européenne gronde contre son inaction en période de guerre, Charlie riposte et revendique son patriotisme en invoquant son utilité publique à distraire les troupes. Coup de pub ? coup d'anguille ? ou coup politique ? En tout cas, Charlie savait soigner son image et s'extraire des situations inextricables.

Ce chapitre révèle cependant les failles du personnage : sa mère internée pour folie, ses relations avec la gente féminine, son instinct de survie, son appât au gain... Laurent Seksik et David François n'ont donc pas fini d'explorer la part sombre de la vie tumultueuse de Chaplin. Un premier pas dans un triptyque intimiste et flamboyant.

Rue de Sèvres (2019)

Cette première aventure débute en 1910 quand il quitte l’Angleterre pour les Etats-Unis et se termine vers 1920, en pleine notoriété puisqu’il est déjà une des personnalités les plus connues au monde.

 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/10/19

La disparition des enfants Greystone, par Margaret Peterson Haddix

La disparition des enfants GreystoneEn rentrant de l'école, les enfants Greystone découvrent leur mère tétanisée devant les gros titres des journaux : trois enfants ont été kidnappés dans l'Arizona. Trois enfants du même âge et portant exactement les mêmes prénoms que Chess, Emma et Finn.
Ce sont plus que de simples coïncidences, non ? Mais face à leurs interrogations, leur mère se montre fébrile et évasive. Pire, elle annonce qu'elle doit s'absenter pour un voyage d'affaires et qu'elle risque d'être difficilement joignable par téléphone. C'est une vague connaissance qui se chargera d'eux en attendant.
Les trois enfants sentent que ce n'est pas normal. Ils font néanmoins semblant d'obéir aux consignes et vont retourner en douce dans leur maison pour la fouiller de fond en comble. Les indices glanés ne vont guère apaiser leurs angoisses car ils se présentent sous la forme de messages codés. Si les Greystone parviennent à les déchiffrer, c'est aussi leur monde ordinaire qui va chavirer.
Et quelle vérité ! C'est totalement imprévisible. Je ne m'attendais clairement pas à une explication aussi complexe, mais pourquoi pas ?
En fait, ce qui m'a plu dans ce roman, c'est non seulement son ambiance pleine de mystères, mais aussi la fratrie soudée dans les épreuves, travaillant en équipe, se comportant comme des mômes maladroits et agissant de manière impulsive. Ça nous attache à eux et à leur histoire dans laquelle on plonge les deux mains jointes.
La suite nous entraîne subrepticement vers des contrées insondables. Bien ou pas bien ? En tout cas, c'est captivant. Ça se lit aussi comme un thriller - suspense et tension palpable tout du long. On reste curieux et avide de comprendre. On participe ainsi à ce jeu de pistes avec plaisir... mais en trébuchant en cours de route au fil des étonnantes découvertes. J'espérais autre chose, je pense.

Milan (2019) - Traduit par Leslie Damant-Jeandel

#ChallengeHalloween #CosyHalloween

 

 

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Le Retour d'Arsène Lupin, par Frédéric Lenormand

Le Retour d'Arsène LupinUn retour d'Arsène Lupin qui colle davantage à l'original !
Après mon incursion chez les Héritiers, je retrouve notre fringant gentleman sur les traces d'un Delacroix disparu (pour le compte d'une baronne assez roublarde).

Lupin vient de suivre une thérapie et a résolu de soigner son addiction au vol en créant sa propre agence de détectives privés (sous couvert d'anonymat bien sûr). Ceci n'est pas une blague. Or, Jim Barnett a plus d'un tour dans son sac et traite ses affaires avec une redoutable célérité. Cette fois, son enquête le pousse à croiser artistes fauchés, beautés exotiques et fieffés coquins... non sans un certain goût pour l'emphase et l'ironie.
L'auteur est très en verve avec son infatigable trublion qui conduit cette intrigue tambour battant. C'est truculent à souhait, dans un Paris d'un autre temps et mettant en scène des créatures légendaires (comme la fascinante Mata Hari). L'exubérance de notre héros n'est point "un concours de vanité, d'apparences et d'égoïsme" mais accuse "la beauté sans la morale, l'élégance sans la générosité, la verve sans la culture, l'esprit sans la profondeur".
Lupin n'a pas fini de s'allonger sur le divan pour explorer la part sombre de ses tourments ! ... Mais que d'humour et d'espièglerie. C'est charmant.

Le Masque (2018)

Dans les fastes de la Belle Époque, à travers une intrigue riche en rebondissements, Frédéric Lenormand nous offre un Arsène Lupin ivre d’astuce et de rouerie.

 

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08/10/19

La Carte des jours (Miss Peregrine et les enfants particuliers 4), de Ransom Riggs

La Carte des joursQuatrième tome inattendu dans la série Miss Peregrine et les Enfants Particuliers ! Certes, on savait Jacob dans une impasse depuis son retour à la normalité. Mais ses amis lui réservent une grande surprise en débarquant en Floride. Leur objectif : s'adapter au monde moderne au cours d'un apprentissage haut en couleur.
Malgré tout, le souvenir d'Abe Portman demeure toujours vivace chez nos Particuliers. Tous ont envie de visiter sa maison et de connaître sa vie loin de leur boucle temporelle. D'où les découvertes qui vont lancer Jacob, Emma et leurs camarades sur les traces d'un ancien complice, aux abords d'un restaurant asiatique et au sujet d'une jeune fille isolée dans un monde inadapté à ses compétences. Une mission qu'ils vont relever sans l'aval de leur directrice.
Et notre Miss Peregrine va être remontée comme un coucou !
Étonnamment, cette lecture a été pour moi une vraie récréation... alors que je pensais avoir fait le tour de cette série dont l'univers insolite est aussi la très grande force. J'ai probablement lu ce roman au bon moment - période automnale propice aux ambiances surannées - tout en goûtant au plaisir de la version audio (texte lu par l'excellent Benjamin Jungers).
Au démarrage l'excitation des retrouvailles laisse vite place à un doux ronronnement car il ne se passe pas grand-chose. J'ai néanmoins apprécié cette quiétude et me dire que je reprenais contact avec de vieux amis. Bref : ça fait du bien. Ceci dit, l'intrigue se peaufine et vient grattouiller certaines zones qui méritaient de l'être (l'idylle entre Jacob et Emma par exemple...). Ce nouveau cycle est comme un prolongement à un monde déjà très riche et fascinant... c'est donc tout bon pour continuer l'aventure !

©2018 / 2019 A Map of Days, The fourth novel of Miss Peregrine's Home for Peculiar Children / Bayard Éditions pour la traduction française (par Sidonie Van den Dries) (P)2019 Audiolib

La suite tant attendue de la série culte Miss Peregrine est un jeu de piste trépidant où se côtoient humour, surprise et suspense.

#ChallengeHalloween #CosyHalloween

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07/10/19

Ceux qui ne peuvent pas mourir : La Bête de Porte-Vent, par Karine Martins

J01868Pour son premier roman, Karine Martins promet une ambiance fabuleuse (énigmatique et inquiétante), des personnages drôles, attachants et également mystérieux. On a aussi une enquête un peu spéciale - un village breton déplore une série de meurtres sauvages - qui deviendra la nouvelle mission de notre spécialiste en créatures hérétiques, expédié séance tenante sur les lieux pour mettre un terme au massacre.

Mais Gabriel Voltz n'est pas un enquêteur ordinaire. Enrôlé par une confrérie secrète, aux méthodes parfois radicales, l'homme ne cache pas son amertume et sa méfiance car il vient de recueillir une jeune orpheline, après être intervenu dans l'auberge de ses parents, et il n'ignore pas que la présence de Rose à ses côtés est interdite. Son employeur n'est pas dupe et se montre de plus en plus menaçant. Cabochard et ombrageux, lui aussi, Voltz refuse de céder et se sauve en Bretagne avec sa nouvelle assistante (pas très exemplaire car fouineuse et têtue).

Dans ce village près de Morlaix, Gabriel est mis au parfum par le prêtre local et comprend alors que la traque s'annonce ardue. Les crimes sont atroces, les villageois sont aux abois, les esprits s'échauffent, les soupçons pointent une guérisseuse (herboriste) débarquée de nulle part et le maire s'enferme dans son manoir, replié dans son malheur et renonçant à apaiser la haine et la colère de ses administrés. Le séjour de Gabriel et Rose ne leur laissera aucun repos : la tension est explosive, les attaques se répètent et la peur fait perdre toute raison. En plus, de nombreuses révélations viennent chambouler le tableau mais rendent la lecture palpitante tant l'intrigue devient sombre et haletante. Impossible à décrocher.

En résumé, ce roman nous plonge dans un univers remarquable qui brouille tous nos repères. Cette sensation de vertige est toutefois jubilatoire et j'ai adoré chaque parcelle de cette histoire. Vivement la suite.

Gallimard Jeunesse (2019) - couverture illustrée par : Riff Reb's

#ChallengeHalloween #MonstresCréatures

Dans un XIXe siècle fantastique, la traque sombre et haletante d'un irrésistible duo d'enquêteurs.

 

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Les nouvelles aventures de Arsène Lupin - Les héritiers, par Benoît Abtey & Pierre Deschodt

LES NOUVELLES AVENTURES DE ARSÈNE LUPIN LES HÉRITIERSParfait pour commencer, et puis ça se disperse !
Disons que l'idée de retrouver Arsène Lupin était émoustillante : notre gentleman, qui aime emprunter les identités et évoluer dans la bonne société à l'insu de tous, souhaite remettre à sa place un jeune député aux dents longues (et pourri jusqu'au trognon). Qu'il ait jeté son dévolu sur l'amoureuse de Lupin, la vaporeuse Athéna del Sarto, n'est pas anodin non plus... Celle-ci a pourtant repoussé ses avances car elle a percé le secret de Lupin. Mais la nouvelle va exacerber la colère du politicard et sceller leur destin.
Un rendez-vous est donc donné au Bazar de la Charité, le 4 mai 1897. Survient le drame. Après quoi, Arsène disparaît... le cœur brisé. Sa vengeance ne se fera pas attendre. Par contre il faudra un détour par le Maroc - une incroyable parenthèse dans le désert avec un sauvetage grandiloquent d'une jeune artiste britannique... ce passage est digne des meilleurs J'ai Lu Aventures & Passion - pour avoir un aperçu de notre aigrefin !
Glamour, passion & divertimento : les héritiers de Lupin osent et bousculent les traditions. Ils évoquent également un conflit européen avec des secrets d'état divulgués et instrumentalisés par Arsène Lupin. La presse crie au scandale et contraint notre héros à sortir de sa réserve. C'est aussi à partir de ce moment que j'ai moins accroché.
En nous entraînant dans un roman d'espionnage et de politique, l'histoire perd en fanfaronnade et en superbe (n'est pas Lupin qui veut). Les péripéties s'enchaînent mais deviennent de plus en plus improbables. Et s'il est vrai que ça reste du pastiche, il n'empêche... On attend de Lupin son arrogance et sa désinvolture, son panache et son esbroufe. Non du grand-guignol.
Ce n'est pas un mauvais roman - juste une déception après y avoir cru en dégustant l'apéritif. C'est nettement moins inspiré dans la dernière partie. Dommage.

10-18 / Grands Détectives / 2017

Incendies, complots internationaux, trahisons, secrets d’état, et une histoire d’amour... De Paris au Maroc, Arsène Lupin, ressuscité par Abtey & Deschodt, nous revient en grande forme !

 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04/10/19

La cage dorée, de Camilla Läckberg

La cage doréeCamilla Läckberg est très perturbante dans ce changement de registre.
Certes, son héroïne fait froid dans le dos : après des années de mariage, Faye est larguée comme une vieille chaussette par un mari cavaleur et tyrannique. Des années à bafouer son estime de soi et son ambition. On se dit, déchire-tout. Venge-toi. Ne lâche rien.
Ça tombe bien car Faye choisit de prendre sa revanche. Elle met au point un plan redoutable et sans scrupule. Elle ne laisse rien au hasard et rend le lecteur complice malgré lui.
Sauf que c'est difficile de compatir à sa situation. En plus de l'amertume ambiante, l'histoire est truffée de sexe... toutes les cinq minutes. C'est vulgaire et gratuit. Franchement indigeste.
De toute façon, dans ce roman, tout le monde en prend pour son grade : les hommes qui veulent des maîtresses au bureau et des potiches en cuisine, les femmes qui renoncent trop vite, qui sont condamnées par le temps, l'âge et les kilos en trop, sans oublier les clichés suédois devenus un fantasme (et un business).
Bref. Camilla Läckberg avait la rage au ventre quand elle a commencé à écrire ce roman ! C'est pas possible autrement. Il faut avertir les aficionados du couple Erica Falck / Patrik Hedström, ceux qui préfèrent les paysages idylliques de Fjällbacka. Le choc risque d'être insoutenable.
Cette fois, on quitte ce cocon douillet pour une vision plus sombre et écœurante de la vie de famille, de la vie de couple et des relations amoureuses. C'est déstabilisant... Et pourtant, cela a réussi à me tenir en haleine. Comme une plongée en apnée dans cette histoire sordide et dérangeante.
Comme quoi, cette Camilla, elle assure !

Un tombereau d'applaudissements pour la lecture faite par Odile Cohen... la classe jusqu'au bout. Chapeau.

©2019 Titre original : "En bur av guld" / ACTES SUD, pour la traduction française par Rémi Cassaigne (P)2019 Actes Sud

La vengeance sera douce et impitoyable : il lui a tout pris, elle ne lui laissera rien. 

La Cage dorée est un thriller glaçant qui résonne funestement avec l’ère #MeToo. Pour la première fois, Camilla Läckberg quitte Fjällbacka pour explorer la perversité de l’homme dans les hautes sphères de la société stockholmoise. Et montrer combien il peut être fatal de sous-estimer une femme.

 

 

Cari Mora, de Thomas Harris

Cari Mora... tout simplement, inconsistant !
Un riche malfrat cherche à mettre la main sur le magot de Pablo Escobar et parvient à bidouiller un tournage quelconque pour entrer dans la villa inaccessible au public. Seulement les lieux sont gardés par l'héroïque et redoutable Cari Mora (passé difficile, nouveau départ et études de véto). Qu'à cela ne tienne. Le commanditaire a rassemblé plusieurs margoulins autour du projet, tous sans foi ni loi, dont le protecteur de la jeune femme, et tous prompts à sceller des pactes qu'ils vont fausser sans retenue.
En fait ce roman raconte l'histoire d'un braquage qui vire au casse-tête et qui ressemble à une mascarade avec ses personnages caricaturaux & ses retournements de situation surévalués. C'est assez mal dosé, surtout. On se retrouve avec une histoire qui se voudrait nerveuse et méchante... mais qui ne produit qu'une sensation de platitude désolante.
Au final, tout n'est que légende. Pablo Escobar, Cari Mora, Thomas Harris... oubliez tout. Que de la poudre aux yeux. Sans son illustre signature, ce roman aurait été une simple distraction - passable et quelconque - pas loin de passer inaperçue !
C'est ennuyeux.

©2019 Calmann-Lévy (P)2019 Audiolib

C'est toujours difficile, quand on est une femme, d'écouter Antoine Tomé car il n'arrive pas à ajuster la voix des rôles féminins. Comme il se trompe, cela rend les personnages creux et ridicules. C'est désormais une triste habitude... à laquelle je refuse de plier ! Un effort, svp.

 

Posté par clarabel76 à 12:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,