01/10/15

À la vie, à la mort, de Colette McBeth

À la vie, à la mort

Rachel et Clara ont longtemps connu une relation fusionnelle, avant de se perdre de vue. Dix ans ont passé. Rachel est aujourd'hui journaliste pour la télévision et mène une existence épanouie avec son compagnon, tandis que Clara a parcouru le monde en collectionnant les jobs et rencontres hasardeuses. Les deux amies tentent de renouer les liens, non sans mal, jusqu'au jour où Rachel découvre la disparition de Clara à la une des faits divers. 

Se déploie alors un scénario d'une rouerie sidérante, au cours duquel Rachel déroule le fil de leur histoire (rencontre, famille, secrets, mensonges et déboires) en s'adressant sur un ton froid et distant à son amie. On hésite à comprendre et à s'émouvoir, mais le rythme imposé, les mystères de l'intrigue et les nombreux rebondissements font qu'on y adhère immédiatement. Et même si la fin propose un dénouement facile et attendu, même si surgit une liaison amoureuse hâtive et maladroite, le reste de la lecture a su me procurer une bonne dose de stress et d'angoisse.

Ce roman, cerné de zones troubles, au suspense haletant, exploite habilement les ficelles de l'emprise, de la duperie et des relations toxiques. C'était une très bonne pioche - j'ai beaucoup aimé.

Les Escales Noires / Janvier 2015 ♦ Traduit par Anath Riveline (Precious Thing)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Chant d’automne # challenge Halloween 2015

☠-☠-☠-

L'automne venant, il est temps de célébrer au cours de ce mois d'Octobre le traditionnel 

Challenge Halloweenorganisé par Lou & Hilde.

Challenge Halloween 2015

 

Pour honorer ce rendez-vous incontournable, le blog a choisi de se parer pour la circonstance...

 

Leaves

 

Et de consacrer ses colonnes à des lectures aux teintes plus sombres et funestes.

Promis, il y en aura pour tous les goûts - courage ! ;-)

 

Halloween Face

 

Je ne vous dis que ça... 

 

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

30/09/15

Bilan du mois : Septembre 2015 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

ciao

Ciao l'été parti trop tôt... Et viva les lectures pour chasser la déprime ambiante !

♣ La Bibliothèque des cœurs cabossés, de Katarina Bivald

♣ À un détail près, de Kristan Higgins

♣ Le Goût de la vie, d'Anouska Knight

♣ California dreamin', de Pénélope Bagieu

♣ Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables, d'Annie Barrows

 

Côté séries TV, j'ai commencé Scandal (saison 1 trop courte pour adhérer complètement)

Scandal

Hell on Wheels, qui concentre tout ce que j'aime (Western ambiance) - Excellente saison 1, mais la S2 est un flop. :/

Hell on wheels

Tiens donc, j'ai aussi sorti une vieillerie de mes placards =Les Envahisseurs ! ;-)

 

 

Dès demain, 1er Octobre, le blog change de ton et de couleur. Restez à l'écoute ! 

 

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Histoires de points, par Andy Mansfield

IMG_5377

Album casse-tête droit devant ! 

Dans ce livre, 45 points manquent à l'appel. Grâce à dix systèmes différents, il faudra les retrouver au fil des pages. Au lecteur de tirer, pousser, plier, tordre et lever, pour faire apparaître les points manquants.

Voilà un très bon livre, pour faire travailler la logique et stimuler l'attention du lecteur, grâce à des casse-têtes variés, originaux (et parfois agaçants... ah, purée ! quelle est la solution ?), plantés dans un graphisme simple mais très coloré, qui donne du dynamisme et de la vitalité au livre. 

Une chouette idée à partager et offrir en cadeau. 

Seuil jeunesse / Septembre 2015

IMG_5379   IMG_5380

IMG_5381   IMG_5382

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le Bisou arc-en-ciel, de Kimiko

IMG_5033

Quel adorable album sur les bisous ! Kimiko explique avec tendresse, et en toute simplicité, la palette des émotions selon un code de couleurs qu'on donne aux bisous.

Le bisou jaune, c'est le bisou-bobo. Le bisou rouge, pour dire bonjour. Le bisou violet, pour dire au revoir. Le bisou vert, le bisou guili-guili. Le bisou bleu, pour les câlins. Et le bisou rose, pour le dodo. Reste le plus beau, le bisou arc-en-ciel. Celui qu'on fait n'importe quand, juste parce qu'on en a très envie ! ;-)

Avec l'aide de son couple d'oursons, Kimiko nous livre une fable adorable et émouvante de naïveté. Et on tombe sous le charme, forcément. 

L'école des Loisirs / coll. Loulou & Cie ♦ Septembre 2015

IMG_5035   IMG_5036

IMG_5037   IMG_5038

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Boomerang, de Tatiana de Rosnay (lu par Julien Chatelet)

Boomerang

Relecture à l'occasion de sa sortie au cinéma.

De retour sur Noirmoutier, l'île de leurs vacances, Antoine et sa sœur Mélanie se rappellent leur enfance et l'époque heureuse où leur mère était encore avec eux. Celle-ci, foudroyée par une rupture d'anévrisme, a laissé un trou béant dans leur famille où chacun s'est appliqué à ne plus l'évoquer. Sur la route du retour, alors que Mélanie s'apprête à lui révéler un secret, l'accident survient et le laisse dans l'ignorance. Antoine comprend, néanmoins, que le temps est venu de fouiller dans son passé pour être en paix avec sa vie d'homme, aujourd'hui, brisé. Abattu par son divorce, par ses enfants qui grandissent trop vite et qu'il ne comprend plus, Antoine est un homme défait. Sa rencontre avec la mystérieuse Angèle Rouvatier, qui s'offre à lui sans retenue, sera un autre élément déclencheur vers cette quête absolue de vérité et la traque des vieux démons.

Honte sur moi, j'avais complètement oublié cette histoire, lue en 2009, et ne me souvenais plus de son atmosphère pesante et macabre (cf. la scène dans le TGV). Par contre, j'avais en mémoire la personnalité peu amène du héros, dont le caractère morose et geignard a souvent été source d'agacement. Sans quoi, j'ai trouvé l'histoire toujours aussi agréable et captivante. Le style de l'auteur, tout en simplicité et élégance, n'a de cesse de nous séduire, jusqu'à nous repêcher dans notre grotte où l'on se terre pour échapper aux atermoiements de son personnage. (J'avais développé une allergie contre Antoine. Assez rédhibitoire. Donc, rien que pour ça, quelle prouesse !) La lecture s'écoule ainsi, sans agitation ni déconvenue.

J'ai aimé me balader entre Paris et la Vendée, dans le présent et le passé, dans les pas d'un homme en manque de souffle ou dans les rares miettes d'une silhouette floue et enfuie (l'énigme Clarisse). C'est un bon roman sur les secrets de famille qui vous empoisonnent l'existence sans même s'en apercevoir. Cela se lit, ou s'écoute, sans effort. Un bonheur simple. Du plaisir partagé. Un vrai puzzle bidouillé avec flegme et émotion.

Audiolib / septembre 2015 ♦ Texte lu par Julien Chatelet (durée : 9h 49) - Suivi d'un entretien avec l'auteur ♦ Traduit de l'anglais par Agnès Michaux

♦♦♦♦♦

Un film de François Favrat (2015) - Bande Annonce

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

À toi, de Claudia Piñeiro

À toi

Découvrant l'infidélité de son époux, Inès décide de l'espionner pour démasquer la coupable. Elle le suit un soir en voiture se rendre à son rendez-vous clandestin et surprend une dispute. Ernesto bouscule son amante, qui bascule tête la première contre une souche d'arbre. L'ennemie est morte. Inès est choquée et rentre chez elle en catimini. Que dire, que faire ? Au diable la bienséance, elle choisit de préserver les apparences et de couvrir son mari. Celui-ci n'est pas dupe et entre dans son jeu...

Dingue comme ce petit bouquin peut s'avérer scotchant sur toute la ligne ! 170 pages d'une comédie noire et grinçante qui me faisait penser à une autre lecture - La Vérité et autres mensonges de Sascha Arango. L'histoire n'est qu'une vaste supercherie, où chacun endosse un double rôle, les révélations survenant chapitre après chapitre, tous plus stupéfiants les uns que les autres. J'ai été immédiatement embringuée dans cette machination infernale. C'est sournois, immoral et machiavélique. Mais c'est aussi cette accumulation de bassesses qui rend cette lecture si captivante ! 

« Parfois, vous perdez la boussole, vous êtes capable des idées les plus folles. Et de les mettre à exécution. » Entre détresse et folie douce, l'héroïne oscille dangereusement, mais sans perdre son objectif - sauver l'image de son couple. Un roman cruel, satirique et mordant. ☺

Actes Sud / avril 2015 ♦ Traduit de l'espagnol (Argentine) par Romain Magras (Tuya)

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29/09/15

Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables, d'Annie Barrows

LE SECRET DE LA MANUFACTURE

Fâchée avec son sénateur de père, qui souhaitait la fiancer contre son gré, Layla Beck accepte le premier job venu - écrire l'histoire de Macedonia, une petite ville de Virginie-Occidentale, pour le compte d’une agence gouvernementale. Contre toute attente, cette expérience va s'avérer grisante et pleine de surprises ! Layla s'installe chez les Romeyn, dans la moiteur d'un été caniculaire, et découvre chez cette famille un passé cerné d'ombres et de fantômes. À force de fouiller dans les archives de la ville et les anecdotes des habitants, la jeune femme va se connecter avec un secret familial, doublé d'un drame sentimental, qui a plongé Jottie, son frère Félix et leurs proches dans un silence pesant et expliquerait leur mode de vie engourdie.

Ce roman, très attendu depuis que j'avais été enchantée par Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, co-écrit par Annie Barrows et sa tante Mary Ann Shaffer, ne lui arrive sans doute pas à la cheville, mais offre malgré tout un instant de lecture absolument réjouissant. L'histoire nous balade gentiment, au cours des 600 pages pour 18 heures d'écoute, à travers les rues de Macedonia et en compagnie d'une brochette de personnages attachants, qui se plaisent à colporter toutes sortes de fables et dressent ainsi un tableau de la ville particulièrement cocasse.

On se sent vite comme un coq en pâte, pas mécontent de notre visite. À côté de ça, le secret de la famille Romeyn nous taraude. Et c'est grâce à la curiosité insatiable de la jeune Willa, douze ans, que certains mystères du passé vont se lever. Pourquoi Jottie se refuse d'aimer à nouveau ? que fabrique Félix dès lors qu'il s'échappe de la maison pour revenir les poches pleines d'argent ? quels mensonges Vause Hamilton a-t-il emportés dans sa tombe ? qu'est-ce qui a pu briser leur amitié avec Sol McKubin ?

Même si le rythme est lent et le roman copieux, la lecture ne m'a inspiré aucun ennui. J'ai été charmée par l'ambiance, captivée du début à la fin. J'avais l'impression de décrocher avec la réalité qui m'entourait pour voyager dans un décor dépaysant mais chaleureux. Cela m'a beaucoup plu. Les histoires de famille et les petites villes américaines n'ont pas fini d'exercer leur attrait sur moi ! Claire Tefnin (Audiolib) prolonge cette sensation de bien-être grâce à une voix agréable et apaisante. 

Audiolib / Septembre 2015 ♦ Texte lu par Claire Tefnin (18h 26) ♦ Traduit par Claire Allain et Dominique Haas pour Nil éditions (The Truth According To Us)

Teaser Tuesday #63

« Elle a retiré ses lunettes pour les essuyer et j'ai regardé ses yeux. Ils étaient plissés comme sous l'effet d'un rayon de soleil trop fort. Au coin de l'œil droit, une petite larme traçait son chemin dans un réseau de minuscules rides, comme un filet d'eau dans le désert. Soudain, j'ai eu l'impression qu'une main invisible m'étranglait. Tout ce que j'ai trouvé à dire, c'est ce truc complètement nul : 
- Mais pourquoi ?
Dans ma tête, ça voulait dire : « Comment t'as chopé ça ? » Mais aussi : « Pourquoi toi et pas une autre ? » La maman d'Élodie qui fume comme un pompier, par exemple. La nouvelle femme de papa qui est pleine de silicone dans les seins, tiens. Mais, dans ma bouche, ça sonnait comme une question de bébé : « Pourquoi le ciel est bleu, pourquoi il pleut, pourquoi on a des cheveux, pourquoi la neige est froide, et pourquoi les gens meurent ? » Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?
- Je ne sais pas. Ils n'ont pas pu me dire. Ils disent que c'est un ensemble de facteurs. Je crois surtout que c'est la faute à pas-de-chance...
Elle a remis ses lunettes et m'a pris la main entre les deux siennes avant de m'annoncer d'un ton presque enjoué :
- Enfin, voilà, je suis malade. Mais j'ai bien l'intention de guérir, tu sais ! »

Ma mère, le crabe et moi - Anne Percin (Rouergue, 2015)

ma mère

Tania, 14 ans, apprend que sa mère est atteinte d'un cancer du sein. Je vois d'ici votre mine apeurée à l'évocation de la maladie, mais inutile de craindre les violons et les pleureuses en coulisses car l'histoire se révèle étonnante d'humour et d'optimisme. Comme un pied-de-nez au destin. Et c'est tant mieux (y'en a marre de ces bouquins qui nous font pleurnicher exprès). Anne Percin a choisi pour narratrice une ado crâneuse et caustique, qui aime tourner le monde en dérision et se blinde derrière les sarcasmes pour encaisser l'onde de choc et soutenir du mieux qu'elle peut sa maman dans son combat (la chimio, les nausées, les gros coups de pompe, la perte des cheveux, le désespoir et l'isolement). On ne va pas se mentir - Tania est naturellement morte de trouille mais refuse de baisser les bras. Elle se lance alors pour défi de rejoindre l'équipe de cross du collège - elle qui a longtemps considérait que l'EPS signifiait « ensemble de pratiques sadiques » - et va exorciser sa frustration et sa colère sur la piste de course.

Le roman est court (127 pages), mais livre avec justesse, sensibilité, tendresse et fantaisie deux parcours de combattantes, en clin d'œil aux mythiques amazones, et dessine une relation mère / fille attachante et riche en complicité. L'histoire fait fi des clichés et du pathos, grâce au choix de dédramatiser la maladie, sans en négliger l'aspect barbare et médical. Un parfait équilibre entre prévention et émotion. ♥

 

logo

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

28/09/15

Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven

Tous nos jours parfaits

J'ignorais sur quelle pente glissante allait me conduire ce livre - mais je m'en méfiais, dès lors qu'il était comparé à d'autres romans à succès, réputés larmoyants (Nos étoiles contraires, Eleanor & Park). La lecture du 1er chapitre a d'ailleurs fait rugir ma sirène d'alarme - ados suicidaires, au secours ! J'ai donc décidé d'y avancer à tâtons, quitte à choisir de tout arrêter avant que ça fasse trop mal. Ralentir le processus qui consiste à glisser dans la vie des personnages, à tomber sous leur charme, à les aimer follement, tout en tentant de me prémunir contre cet attachement. Peine perdue. J'avais beau lever le nez de mon livre pour prendre une bouffée d'oxygène et me ressaisir, je me sentais irrémédiablement happée par l'histoire de Violet et Finch - deux ados en vrac, déprimés et inconsolables. Elle porte le deuil de sa sœur, lui se sent mal dans sa peau depuis toujours. Elle est choyée, chouchoutée, couvée. Lui est méprisé, hué, poussé à bout. Aucune égalité des chances. Et pourtant ces deux-là se découvrent sur un toit, se sauvent et ne se quittent plus. Pour les besoins d'un devoir scolaire, ils vont partir explorer l'état d'Indiana de la manière la plus insolite - je retiens, par ex., les caravanes recyclées en bibliothèques, plantées au milieu des champs de maïs. Et rêver. Bouquiner. Écrire. Chanter. Crier. Nager. C'est franchement beau. D'une beauté éclatante, mais illusoire. Car on perçoit très vite que le malaise de Violet et Finch est latent. C'est écrit sous chaque mot, cela imprègne tout le roman, pour vous guider vers l'inéluctable. Et fichtre, ça fait vraiment mal. « J'ignorais que ma vie serait changée à jamais parce que tu y es entré et que tu en es sorti aussi brutalement. (...) Je ne te pardonnerai jamais de m'avoir quittée ainsi. J'aimerais juste que toi, tu puisses me pardonner. Tu m'as sauvé la vie. Pourquoi je n'ai pas pu sauver la tienne ? » En plus d'être terriblement bouleversant et très émouvant, c'est un livre à fleur de peau, d'une sensibilité rare et précieuse, qui parvient autant à nous toucher qu'à nous donner le sourire. C'est injuste, mais enivrant.

Gallimard Jeunesse / Septembre 2015 ♦ Traduit par Vanessa Rubio-Barreau (All The Bright Places)

N.B : Après, ça reste personnel, mais je n'aime pas pleurer sur commande - chose qui se répand de plus en plus dans l'édition actuelle, depuis le carton de J. Green. On puise dans le vivier du poignant. Et moi, je n'aime pas le mélo ! Le roman de Jennifer Niven a pour lui d'être différent de la tendance, en se voulant simplement harmonieux et lyrique.

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,