04/04/18

Les Trop Super : Peter le poussin péteur, de Henri Meunier & Nathalie Choux

les trop super peter le poussin peteur

Dans cette dixième aventure des Trop Super, Bruno et Balbir disputent une partie de football enfiévrée dans la forêt... hélas écourtée par la pollution des champugnons ! Ce sont en fait des champignons spéciaux qui dégagent une très vilaine odeur. Ils sont aussi la création du perfide Poussin Péteur, autrement dit Peter, qui se venge des moqueries subies par son camarade P(ierre) T(ujol). Celui-ci souffre de problèmes digestifs et n'est jamais invité à partager leurs jeux à cause de ses fuites malodorantes. Les affaires sont-elles liées ? En attendant, les Trop Super, décidés de mettre un terme à la culture des champugnons, poursuivent avec zèle le Poussin Masqué...

Que c'est drôle ! que c'est farfelu ! que c'est charmant ! On retrouve dans cet épisode tout le zeste de la série qui allie le loufoque à l'observation pertinente (oui, les pets des animaux d'élevage sont sources de pollution importante). Tout ça est glissé avec sourire dans un bel emballage soigné. C'est frais et acidulé. Une lecture loufoque, comme on adore ! ♥

Actes Sud junior, 2018

Résultat de recherche d'images pour "les trop super peter le poussin peteur actes sud"

====================

Et pour rêver les yeux ouverts, plongez dans cet album “cherche et trouve” qui explore les profondeurs de l’océan et révèle l'univers éblouissant de Peggy Nille !

Le lecteur pourra ainsi contempler 10 paysages spectaculaires et scruter chaque détail avec attention.

20 animaux y sont en effet camouflés, de la tortue joyeuse à la rascasse coquette, de l'anémone mal coiffée à la murène tristounette, du poisson-perroquet gourmand à l'écrevisse trouillarde...

Tout un joli monde fabuleux et surprenant, qui se révèle tour à tour drôle, poétique et original !

Les raisons pour s'évader vers les fonds marins et approfondir ses connaissances en s'amusant sont donc nombreuses dans cet album au caractère féerique.

Une lecture étonnante, instructive & ludique. 

Cachés dans la mer, de Peggy Nille

Actes Sud junior, 2018

Cachés dans la mer

 

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Claude et Morino, d'Adrien Albert

Claude et Morino

Morino est un jeune taureau qui vit seul dans sa caravane isolée. Chaque soir, avant de se coucher, il aime se préparer une grande tasse de tisane. Le problème, c'est qu'il a tout le temps envie de faire pipi. Ras-le-bol de sortir en pleine nuit, il a donc bidouillé une trappe spéciale et se soulage sans mettre un pouce dehors. Allez comprendre... Ce soir-là, son pipi réveille un squelette qui était enterré sous la terre. Coucou, je m'appelle Claude. Et je suis frappé de malédiction. Morino et lui ne peuvent plus se séparer, sous peine d'exploser ! Damned. Notre ami taureau se trouve fort désappointé mais accueille la nouvelle avec philosophie. Après tout, avoir un peu de compagnie, ça ne peut pas nuire à sa routine. Ensemble, ils décident donc de partir en vacances avec la caravane. Direction, la côte pour voir la mer et respirer le bon air frais. Claude est épaté. Et voilà qu'une rafale de vent balaie notre squelette, puis la caravane, plouf, dans l'eau !

Ceci n'est évidemment que le début d'aventures palpitantes, qui font aussi beaucoup sourire. Le tandem formé par Claude et Morino est inattendu et tellement drôle. Leur histoire de malédiction va tisser entre eux un lien très fort, d'abord par obligation, puis par réelle tendresse, car l'un et l'autre vont s'apprécier envers et contre tout. Oui, Claude est pot-de-colle et Morino un peu ronchon. Mais ils vont connaître à deux de folles épopées et braver les tempêtes en se serrant les coudes. Si jamais la malédiction est enfin levée, trop tard, ils ne peuvent plus se passer l'un de l'autre ! C'est surprenant. 100% cocasse, pétillant, merveilleusement illustré, avec du peps, des couleurs, de l'humour, de l'amitié et même de la poésie. Où l'on découvre, par exemple, des moules chanter du Charles Baudelaire ! ... Ha, ha. C'est TOP. ♥

L'école des Loisirs, 2018

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Babymouse : Super-héroïne, de Jennifer L. Holm & Matthew Holm

Babymouse super heroine

Babymouse est une petite souris ordinaire, qui possède une imagination débordante. Face aux petits tracas du quotidien, elle fabule et rêve d'aventures extraordinaires. Le matin, quand elle loupe le bus, elle se figure dans l'ouest américain, en train de marcher dans le désert, épuisée et vaincue par l'effort... en chemin, elle croise un chariot de pionniers, où se trouve son ennemie jurée, Félicie Féline. Driiiing, retour à la réalité ! La vie à l'école n'est qu'une succession de drames et de larmes - trop de devoirs, trop de maths indéchiffrables, trop de cantine, trop de corvées. Aussi, pour s'empêcher de sombrer, Babymouse a recours à sa technique habituelle et s'évade dans ses pensées. Or, comment échapper à son pire cauchemar ? Compétition obligatoire de la balle aux prisonniers. Une longue, longue histoire pour Babymouse, traumatisée à vie par cette activité au cours de laquelle Félicie Féline prend son pied à l'écraser comme une crêpe. Humiliation légendaire. Babymouse cherche une issue de secours. Son meilleur ami Ben la Belette décide de l'entraîner. En vain. La veille du jour J, Babymouse implore l'arrivée d'une créature monstrueuse, qui ravagerait tout sur son passage. Driiiing, retour à la réalité ! Ce matin-là, Babymouse est dans ses petits souliers. Ah non, c'est vrai, elle a encore oublié sa paire de baskets à la maison ! Gloups.

Cette petite lecture, qui fait partie d'une collection de trois titres, est destinée aux enfants dès 8-9 ans. Elle se présente comme une bande dessinée romancée, au ton plein d'humour, avec une héroïne coquine et attachante, qui affectionne les aventures fantasmées. Le graphisme n'est peut-être pas très séduisant - le trait lourd et noir manque de charme. Par contre, l'histoire est drôle et assez insolite. L'imaginaire occupe une part importante dans son déroulement. Au lecteur de délimiter les frontières avec le réel ! ... Très sympa.

La Martinière J. (2018) - trad. Marion Hameury

Existe aussi : Babymouse Reine du Monde / Rock-star

Couverture de l'ouvrage Babymouse, tome 1 Couverture de l'ouvrage Babymouse, tome 3

Posté par clarabel76 à 15:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03/04/18

La Cité des Ténèbres (The Mortal Instruments #1), de Cassandra Clare & lu par Bénédicte Charton

La Cité des ténèbres TMI 1Fan de la première heure, je retrouve cette série chère à mon cœur dans son format audio disponible en exclu sur Audible. J'ai eu comme une envie de titiller mes souvenirs et j'ai bien fait. C'est une performance pleine de dynamisme et de fougue que Bénédicte Charton propose, pour une lecture 100% distrayante !

L'histoire se passe à New York. Clary et son meilleur ami Simon se rendent dans un club underground quand celle-ci surprend trois jeunes de son âge assassiner un type en toute impunité. Choquée, Clary réalise que son monde n'est qu'illusion. Son appartement a été dévasté. Sa mère a disparu. Leur ami de longue date, Luke, coupe tout contact. Sa voisine Dorothea lui confirme l'existence du Monde Obscur. Ne reste plus que les Chasseurs d'Ombres pour l'héberger dans leur institut. Jace, Alex et Isabelle sont intrigués par cette Terrestre, en apparence, qui possède le don de Double Vue et semble être le maillon improbable dans leur combat contre les forces démoniaques.

Une bonne dizaine d'heures plus tard, j'ai appuyé sur le bouton stop en poussant un soupir d'aise. C'était une lecture extra. Simple mais efficace. J'ai retrouvé avec grand plaisir l'écriture addictive de Cassandra Clare, son univers foisonnant, ses personnages attachants, et même caricaturaux ou un peu godiches du fait de leur jeunesse. Mais l'énergie est électrique et communicative, l'aventure excitante et pleine de sensations. J'ai dit banco et pris un aller simple car le rendez-vous ne manque pas de piquant ! Pour qui aime le fantastique, les réparties rigolotes, l'action et les rebondissements, yapluka. ☺

 

©2007 Cassandra Clare / Univers Poche. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Julie Lafon

(P)2018 Audible Studios. Version intégrale lue par Bénédicte Charton. Durée : 13h env.  (Série netflix)

Description de cette image, également commentée ci-après

 

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30/03/18

La disparition de Josef Mengele, par Olivier Guez

Sélection #Club_Audible Mars 2018

La disparition de Josef Mengele1949 : Josef Mengele arrive en Argentine. Caché derrière divers pseudonymes, l'ancien médecin tortionnaire à Auschwitz croit pouvoir s l'inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L'Argentine de Perón est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s'enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l'angoisse, ne connaîtra plus de répit... jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.

1- Qu’avez-vous pensé du ton du narrateur/auteur ?

Détaché. Morne. Glaçant. 

2- Selon vous le problème émanait-il du ton du narrateur ou du récit en lui-même ?

Certes le texte est lourd, mais le ton du narrateur est beaucoup trop solennel et déprimant.

3- Quelle a été votre assiduité d’écoute ? 

Je pensais l'écouter rapidement (6h, c'est peu) et puis j'ai vite freiné des deux pieds car l'histoire est lourde, le personnage de Josef est détestable au possible, sans compter les informations qui deviennent vite étouffantes à force de les accumuler. Du coup j'ai ralenti, pour souffler et tenter de mieux apprécier la lecture.Mais cela a été difficile.

4- Avez-vous été choqué/surpris/dérangé par les actes réalisés par Joseph Mengele et décrits dans le livre ?

Choquée, horrifiée, dégoûtée... ce type incarne l'ignominie humaine dans toute sa splendeur. Sans scrupules. Absence de remords. Conviction de son bon droit. Refus de débattre de ses actes. Lâcheté. Mépris total etc. Une belle ordure ! Et ses expériences, au nom de la science, mygod, on a beau avoir eu connaissance de telles horreurs dans nos manuels d'histoire, c'est toujours une claque d'en découvrir l'ampleur dans un roman. 

5- Quel a été votre passage préféré ?

Préféré, aucun. L'ensemble du livre a eu sur moi un effet de marée noire. J'étais comme engluée, franchement écœurée et j'ai suffoqué à maintes reprises, par contre j'étais curieuse de comprendre l'étendue de la fuite des nazis après-guerre, la large complicité et les réseaux organisés pour complaire à leurs exigences, couvrir leurs actes et identités. La prise de conscience de l'holocauste dans la mémoire collective est survenue progressivement, d'où les nouvelles chasses à l'homme et les combats menés par les Klarsfeld par ex. Au final, c'est plein de petits passages marquants.

- Dernière question : quel rôle donnez-vous à l'interview finale de l'auteur par rapport au récit et au travail de l'auteur ?

L'interview est complémentaire à l'écoute du roman. C'est toujours éclairant de comprendre les motivations de l'auteur et son approche avant de se lancer dans l'écriture.

 

©2017 Éditions Grasset & Fasquelle

(P)2018 Audiolib. Texte lu par Olivier Guez (durée : 5h 47)

La disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d'opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l'argent et l'ambition. Voici l'odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

 

Posté par clarabel76 à 20:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Bilan du mois : Mars 2018 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

tulipe rose

Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis !

extrait: Victor Hugo, Toute la lyre

 

 

Le célèbre catalogue Walker & Dawn, de Davide Morosinotto

Une fille au manteau bleu, de Monica Hesse

Le sel de nos larmes, de Ruta Sepetys

Mes nuits à la caravane, de Sylvie Deshors

Coment maximiser (enfin) ses vacances, d'Anne Percin

 

Trois baisers, de Katherine Pancol

Gaspard ne répond plus, d'Anne-Marie Revol

En attendant Monsieur Bellivier, de Britta Röstlund

Un traître à Kensington Palace, d'Anne Perry

Après l'incendie, de Robert Goolrick

 

(Moisson du mois de mars 2018)

 

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Les larmes de la liberté, de Kathleen Grissom

Les larmes de la liberté audible

James Pyke est devenu un homme riche et respectable, bien intégré dans la société bourgeoise de Philadelphie. Adopté par la famille Burton, il a su se construire une réputation d'orfèvre et séduire un large public féminin. James est célibataire, mais entretient une liaison avec Caroline Preston, une femme mariée à un type imbuvable. Aussi, pour couper court aux rumeurs, James décroche une bourse du musée et part dans le Sud étudier les oiseaux, son autre passion. Mais notre homme a, en fait, d'autres motivations cachées et doit retourner au plus vite sur les terres de son passé qu'il a quittées, vingt ans plus tôt, après avoir tué un homme. Après s'être sauvé de Virginie, James a été secouru par Henry, un esclave en fuite, lequel est aujourd'hui en grande détresse car son fils Pan a été kidnappé par des trafiquants. Apprenant également que le secret de ses origines commence à transpirer, James précipite son départ.

Ce roman peut être lu dans la continuité de La colline aux esclaves, même si les deux œuvres sont assez indépendantes. On retrouve ici le personnage de James, fils d'un planteur et d'une esclave, qui a masqué ses origines pour évoluer dans un monde de faux-semblants, d'où l'on perçoit la fragilité et la détresse. D'ailleurs, tout dans cette lecture est romanesque à outrance. Au cours de son voyage dans le Sud, James va rencontrer la famille Spencer, un veuf et ses deux filles, qui vont l'accueillir sur leur propriété et lui faciliter sa prise de contact avec leurs voisins. Coup de chance pour lui, Pan n'est pas bien loin et James va tracer son chemin bon an mal an. C'est sûr que l'histoire abonde en clichés et revers providentiels, le parcours de James est jalonné de péripéties et de rebondissements palpitants, qui font tenir en haleine et aussi lever les yeux au ciel. C'est fleur bleue et assumé, OK pour moi. Par contre, les premiers rôles m'ont souvent agacée, mais j'ai beaucoup aimé le majordome Robert, la pétulante Adélaïde et l'inoubliable Sukey !

L'histoire est donc belle et attachante, peut-être moins prenante que La colline aux esclaves, probablement parce que j'ai été moins touchée par la voix d'Olivier Chauvel et son interprétation parfois trop caricaturale, mais l'écoute est, malgré tout, agréable et captivante !

©2017 Leduc.s. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Isabelle Allard

(P)2017 Audible Studios. Texte lu par Olivier Chauvel. Durée : 12h 25

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28/03/18

Après l'incendie, de Robert Goolrick

En faisant référence, à tort ou à raison, au célébrissime roman de Margaret Mitchell, l'éditeur avait beau jeu de m'attirer dans ses filets ! En effet, l'histoire est tout ce qu'il y a de plus flamboyant et romanesque dans le genre.

APRÈS L’INCENDIE

Diana Cooke est une héroïne fascinante - cette beauté sudiste vit dans une magnifique propriété en Virginie et évolue avec aisance parmi la bonne société. Or, la réalité est moins glorieuse car la famille Cooke est ruinée. Pour sauver le domaine de Saratoga, ses parents n'hésitent pas à conclure un mariage avec le capitaine Copperton, un homme riche, puissant et parvenu. Diana a dix-huit ans, elle est naïve et intrépide, éblouie par les voyages en Europe et les toilettes clinquantes. Le réveil aura néanmoins un goût amer. Car cette parade, tristement banale, ne masque pas la brutalité d'un mariage vulgaire. Diana Cooke Copperton va pourtant connaître un destin incroyable, au sein duquel la flamme de la passion ne faiblira jamais.

Après un début laborieux, en raison d'un style lourd et ampoulé, j'ai finalement dévoré le roman en deux jours ! Clairement, j'ai été envoûtée par cette superbe fresque sentimentale, où se bousculent tous les clichés, avec des personnages caractériels, des élans du cœur déraisonnés, des drames en cascade et des émotions déchirantes. On se fond, avec un plaisir énorme, dans le décor de cette Amérique sudiste, accrochée à ses vieilles valeurs et ses grandes demeures historiques. De plus, le récit est surprenant et sensuel, avec une Diana en maîtresse absolue, femme entière, qui livre son corps et son cœur à ses instincts charnels, sans retenue, sans tabou.

Le roman parle donc d'amour, de fureur et de passion, évoque aussi la famille et l'héritage, relie le passé et le présent, en somme c'est ensorcelant. Au-delà d'un certain penchant pour les démonstrations excessives, la lecture se révèle époustouflante. Il n'y a qu'à fermer les yeux et s'imaginer qu'on part pour un long voyage ! Grandiose, vraiment. ☺ 

10/18 (2018) - Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marie de Prémonville

Après l’incendie est suivi d’une nouvelle autobiographique inédite, Trois lamentations : le récit autobiographique d'une année où un très jeune Goolrick a partagé sa classe avec trois jeunes filles rejetées par le groupe : une prolétaire, une obèse et la première fille noire scolarisée parmi les Blancs.

Posté par clarabel76 à 13:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27/03/18

Mes nuits à la caravane, de Sylvie Deshors

Mes nuits à la caravaneGros cœur rouge sur ce roman, où l'on rencontre une bande de potes hyper attachante, dans la verte campagne limousine, autour d'une histoire simple mais prenante.
Lucile vit seule avec son père, qui a tendance à oublier son désespoir dans l'alcool. La mère est morte d'un cancer, le restaurant familial a brûlé dans un incendie criminel, l'assurance n'a pas remboursé les pertes. Le moral est donc au plus bas, mais Lucile refuse d'en accepter davantage. Ne supportant plus l'attitude indigne de son père, elle claque la porte de la maison et part s'installer dans la caravane au fond du jardin.
Ce lieu servait déjà de refuge pour sa maman, qui aimait peindre et s'isoler dans sa bulle. Et effectivement, la caravane est imprégnée des souvenirs maternels. Tout semble remonter à la surface, les émotions, le passé, les vieilles histoires d'amour et de jalousie, les rancunes tenaces, les dettes, les trahisons... Bref.
C'est en compagnie de ses meilleurs amis - Ben, Djoul et Léna - qu'elle se bricole un cocon douillet, lequel deviendra également le point d'ancrage pour les amateurs de musique et de poésie. Le cadre est féerique, l'ambiance festive et joyeuse, la lecture laisse également entrevoir une région au charme bucolique insoupçonné (Bellac et ses alentours), en plus d'une communion parfaite entre ces jeunes gens en plein apprentissage de la vie.
Dans le même temps, Lucile conduit promptement son enquête sur sa famille, marquée par les drames et les malheurs, et nous embarque dans sa longue traversée du tunnel, entre deuil, solitude et désarroi. C'est un parcours tranquille, avec juste ce qu'il faut d'espérance, de folie, d'amitié et d'amour. J'ai beaucoup aimé ! À lire et découvrir comme une parenthèse enchantée.

Rouergue, coll. doAdo (2018)

======================

Posté par clarabel76 à 20:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

26/03/18

Gaspard ne répond plus, par Anne-Marie Revol

Gaspard ne répond plusCandidat d'un jeu de téléréalité (type Pékin Express), Gaspard de Ronsard est victime d'un accident, lors d'un simple transfert de l'équipe technique, le type a basculé du camion et croupit désormais dans un fossé entre la frontière chinoise et nord-vietnamienne. Il a les deux jambes brisées, le moral au plus bas, sans eau, sans nourriture et sans sa balise GPS. C'est seulement au petit matin, des centaines de kilomètres plus loin, que sa disparition est remarquée et signalée en haut lieu. À Paris, la production retient son souffle et cherche à tout prix à étouffer le scandale. Tous les moyens sont déployés pour ratisser la campagne et baillonner la presse - peine perdue. Car les coups bas se multiplient, dans une société où l'appât du gain et du sensationnel prime sur toute moralité. Pendant ce temps, loin du fracas, notre jeune ami a été secouru par des villageois, qui refusent tout confort moderne et luttent pour préserver ses valeurs, en obéissant au doigt et à l'œil à leur chef, l'impitoyable My Hiên. Celle-ci retient clairement Gaspard en otage et ne lui laisse pas d'autre choix que de faire la lecture à voix haute à leur petite communauté, reprenant ainsi le flambeau laissé par un certain Hubert Bertillon, un explorateur français qui a tout plaqué pour suivre son grand amour et s'installer à l'autre bout du monde. Gaspard ne discute pas, étonné de sa propre curiosité et de son intérêt grandissant pour cet individu. Il espère ainsi recroiser sa propre enquête sur la disparition de ses parents... Ah, mais il ne faut pas croire que tout est écrit d'avance ! Ce roman a justement de l'ingéniosité et de la rouerie à revendre. C'est franchement réjouissant ! Le ton est vif et cocasse, le rythme fougueux et facétieux. Cela se déguste sur 500 pages, au gré d'anecdotes désopilantes, d'aventures rocambolesques et de personnalités pittoresques. Une formidable énergie se dégage et enveloppe le roman, qui pétille joyeusement et nous entraîne sur les pistes d'une intrigue déjantée et distrayante ! Très chouette découverte.

JC Lattès, 2016 / repris en Livre de Poche (mars 2018)

 

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,