10/11/16

Le Premier miracle, de Gilles Legardinier

On ne répétera jamais assez que le nouveau roman de Gilles Legardinier - cru 2016 - n'est pas une comédie mais un vrai roman d'aventures entraînant un historien et un agent du gouvernement britannique dans de folles péripéties à travers le monde ! 

LE PREMIER MIRACLE

Déprimé de ne pas être aimé en retour par sa camarade d'études et de recherches, Benjamin Horwood peine à tourner la page quand il rencontre Karen Holt lors de ses vacances en France. Celle-ci ne fait pas dans la demi-mesure et lui pointe son arme sous le nez pour l'obliger à rejoindre leur cellule secrète qui enquête sur une série de vols d'objets historiques. Horwood n'a pas d'autre choix que de remplacer son ancien mentor, le professeur Wheelan, victime d'un accident de voiture, et ainsi prêter ses lumières à une traque infernale et complexe.
Habitué à son confort et à sa routine, il ignore encore qu'il va s'embarquer pour une équipée frénétique et mouvementée au cours de laquelle Benjamin va explorer les recoins cachés des plus grands musées, approcher des collections privées et des trésors insoupçonnés. Cette mission menée dans l'urgence l'expose également à des dangers, meurtres en série, figures fanatiques et autres révélations historiques révolutionnaires qui pourraient perturber la perception académique de sa profession. Mais Horwood est un éternel émerveillé face aux nouvelles connaissances et prend rapidement goût à la tâche.
De plus, son duo avec Karen Holt fonctionne à la perfection. Notre agent spécial est pragmatique et inflexible, notre historien attaché au British Museum est nonchalant et ironique, deux tempéraments opposés qui font pourtant mouche. Les traits d'humour et les taquineries fusent, tandis que la connivence s'installe et donne à la lecture une tonalité printanière très agréable. C'est emporté dans ce même élan que Horwood combine tous les rôles, depuis Robert Langdon à Indiana Jones, en passant par James Bond. Notre dandy érudit charme les foules et masque sa vulnérabilité par des pirouettes... sans totalement tromper la galerie.
Cette tendresse qu'on trouve dans les personnages est la marque de fabrique de l'auteur, sa très grande force, associée à son sens du partage, son goût du romanesque et son instinct à formuler avec justesse des émotions vraies. Il peut à loisir nous raconter une histoire trépidante sur les mystères de la science et de l'Histoire, une histoire qui confronte des théories du passé à de nouvelles prétendument visionnaires, une histoire ésotérique un brin rébarbative et pompeuse... Du moment qu'il compose avec la fantaisie, la fraîcheur, l'humour et l'authenticité, c'est dans la poche !  
Au final, cette lecture n'est pas désagréable à parcourir, l'écoute audio est entraînante, le rythme de l'histoire est endiablé et l'interprétation de David Manet flirte avec l'insouciance et la badinerie pour notre plus grand bonheur. C'est très plaisant à écouter, cela donne de la rondeur et de la joliesse à l'ensemble. En bref, je ne regrette pas du tout d'avoir embarqué à bord de cette escapade effrénée... même si j'ai une petite préférence pour les comédies de Gilles Legardinier, je n'ai pas boudé mon plaisir à le découvrir dans un registre différent. 

Texte lu par David Manet pour Audiolib (durée : 13h 41) - Novembre 2016
©2016 Flammarion (P)2016 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09/11/16

Les Aventures improbables de Julie Dumont, par Cassandra O'Donnell

Les Aventures improbables de Julie Dumont

Amateurs de comédies policières à la Janet Evanovich ou Sophie Henrionnet (pour la touche frenchy), vous allez vous régaler avec Julie Dumont et ses aventures improbables ! Parce que je sortais de deux lectures particulièrement douloureuses, très sombres et pesantes moralement, j'avais un besoin urgent de fraîcheur et de distraction. Bingo. Audible a exaucé mon vœu en proposant le téléchargement en exclusivité du roman de Cassandra O'Donnell. Je ne connaissais pas. J'ai cliqué, hop. Et mon weekend a été enchanté. 

L'histoire est complètement folle, futile et légère. Elle met en scène Julie Dumont, une héroïne célibataire, fonceuse et gaffeuse, parisienne et journaliste, qui se réveille au matin avec un  homme nu dans son lit, sans se douter de son identité, de sa rencontre ni de sa nuit. La belle brune file en douce et part en Normandie pour l'anniversaire de mariage de ses parents. En route, elle vient au secours d'un type amoché gisant dans le fossé et le conduit à l'hôpital. Naturellement, elle se fait incendier par sa mère pour son retard, puis assiste à la mort en direct d'une convive. Trêve des réjouissances. Julie est persuadée d'avoir la scoumoune et revoit son séduisant rescapé, Benjamin Stein, qui lui confie en retour une nouvelle mission : enquêter sur le meurtre d'une épouse de notable. L'affaire a fait grand bruit dans la région (argent, liaison, amant roumain, disparition...) et a attiré un journal à scandale comme Le Nouvel Inquisiteur, pour lequel bosse Benjamin. Il soudoie alors Julie pour reprendre le flambeau, laquelle va s'improviser détective avec pertes et fracas. Là où elle passe, les témoins trépassent. ^-^

J'ai pris énormément de plaisir à suivre Julie dans ses péripéties à la fois drôles et rocambolesques afin de résoudre une énigme crapuleuse, habilement troussée, riche en suspense et en rebondissements. La personnalité de l'héroïne donne aussi du pep's au récit : Julie est une jeune femme moderne et indépendante, spontanée et pleine d'ambition, qui collectionne les impairs et les cadavres, mais qui ne s'apitoie jamais sur son sort. Son retour sur les terres de son enfance lui donne également du fil à retordre, entre son éternel célibat, son choix de carrière et son départ pour la capitale, ses oreilles n'en finissent plus de siffler ! Il faut dire que son entourage est particulièrement gratiné - famille de croque-morts, vivant au Neubourg, une mère impatiente de la marier, un père au flegme admirable et un grand-père obsédé sexuel. Les tablées autour du rôti dominical ne manquent pas de saveur ! Sans oublier les deux spécimens masculins, propulsés sur la scène, avec du charme à revendre... Tous les codes de la comédie ont ainsi été réunis pour combler la lectrice en quête de détente et de bonne humeur. Rien que pour ça, le roman a rempli son contrat et m'a fait passer un très bon moment. ☺

Texte lu par Ingrid Donnadieu pour Audible FR (durée : 7h 31) - Octobre 2016

>> En téléchargement & en exclusivité sur Audible.

©2016 Les éditions J'ai lu (P)2016 Audible FR

Les aventures improbables de Julie Dumont | Livre audio

08/11/16

Code 93, par Olivier Norek

Code 93J'ai d'abord découvert Olivier Norek avec Territoires, qui était en fait le premier titre disponible en audio alors qu'il s'agissait du deuxième tome de la série, un détail incongru quand on décide de faire ses premiers pas dans le service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. Code 93 rétablit l'ordre et propose de retrouver l'équipe du capitaine Coste en procédant à une rencontre plus cohérente et sans formalité.  
Car ce roman est tout de même chaud, chaud, chaud. Lorsqu'on amène un cadavre à l'institut médico-légal et qu'au moment de procéder à son autopsie, le corps soudain se redresse et meugle comme un zombie, il y a de quoi sursauter dans son fauteuil ou retenir son souffle en redoutant la suite des festivités, car cela démarre de façon spectaculaire. 
L'enquête policière est embourbée dans une série funeste et tente de déterminer le lien entre deux, trois macchabées sévèrement amochés et victimes de mises en scène lugubres. Le capitaine Coste se prépare au pire. Il a conscience d'être un pantin articulé par une main invisible, cherchant à le conduire là où l'individu le désire, en plus de recevoir des lettres anonymes évoquant un mystérieux Code 93. 
Non contente de savoir tenir en haleine, la lecture n'en paraît que plus crédible quand on connaît le pedigree de l'auteur - lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 depuis quinze ans. Si son imagination a débordé pour recréer des scènes de meurtres pour le moins perturbantes, la procédure est pointilleuse et ne propulse pas la brigade des enquêteurs dans un tourbillon infernal pour en faire des super flics surhumains. ^-^
Conduit avec calme, mais glaçant d'effroi, le roman nous transporte sur le terrain de la débauche et de la vengeance aveugle, depuis des cercles huppés aux quartiers déshérités, et révèle aussi la face obscure des guerres internes selon les conjectures politiques. Une réalité bien affligeante, nichée au cœur d'un système implacable. 
La dimension humaine déploie tout doucement ses ailes, mais déjà on s'attache aux personnages gravitant autour de Victor Coste et on n'attend plus que ça pour repartir comme en quatorze ! Très, très bon roman lu par François Montagut de façon élégante et pondérée pour une écoute agréable.  

Texte lu par François Montagut pour Audible FR (durée : 8h 50) / Octobre 2016

>> En exclusivité & uniquement disponible en téléchargement sur Audible.

©2014 Michel Lafon (P)2016 Audible FR

Code 93 | Livre audio

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Purgatoire des innocents, de Karine Giébel

Purgatoire des innocents

Ô douleur ! ô misère ! Ce roman de Karine Giébel ne nous épargne rien. L'auteur nous plonge dans une histoire sombre et d'une extrême violence avec ce supplément d'âme qui n'appartient qu'à elle. C'est un très bon roman, mais ô combien éprouvant. 
Suite à un braquage loupé dans une bijouterie, Raphaël conduit ses complices et son frère William, blessé, dans un village paumé où il oblige une vétérinaire à le secourir. Une arme braquée sur elle, Sandra n'a pas d'autre choix. Elle se plie aux exigences des intrus qui s'installent de force dans sa grande maison isolée, mais la jeune femme n'est pas sotte. D'instinct, elle comprend qu'elle peut retourner la situation à son avantage et manipule à sa guise les uns contre les autres. Très vite, la cohabitation tourne à l'aigreur et un lourd climat de suspicion opprime les occupants. Le retour anticipé du mari gendarme va également chambouler les plans, car Patrick n'est pas homme à se laisser abuser.  
OK. Je pense être foncièrement maniaque à me complaire dans la lecture de tels ouvrages ! Ce roman très, très noir inspire à la fois le plus vif dégoût, une fascination morbide et une totale incompréhension. Car comment elle fait, l'auteur, pour puiser de telles horreurs et s'en extraire ensuite pour retourner à un semblant de vie ordinaire ? C'était la question que je me posais déjà à la lecture de La conjuration primitive de M. Chattam qui semblait aussi prendre son pied à décrire âprement des séances de tortures insoutenables et cauchemardesques. Dans le roman de K. Giébel, on bascule donc dans l'horreur et le sadisme, avec ce spectre de la folie et de la fatalité brandi au-dessus des personnages. C'est moche et inacceptable. Plus d'une fois, mon cœur s'est arrêté de battre. Je répugnais à poursuivre l'écoute, et pourtant je restais pendue à mon ipod, par dépit et aussi d'effroi, car je crevais d'envie de connaître la fin du calvaire. Cette expérience de lecture est franchement éreintante et ne se raconte pas. Le scénario est d'une perversité sidérante, mais son orchestration est magistrale et bluffante. J'attends déjà le prochain titre disponible en exclu sur Audible. ^-^

Texte lu par Sylvain Agaësse (durée : 15h 23) pour Audible FR - Septembre 2016

>> En téléchargement & en exclusivité sur Audible.

©2013 Univers Poche (P)2016 Audible FR

Purgatoire des innocents | Livre audio

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07/11/16

Rêver, de Franck Thilliez

REVERPour son nouveau roman à suspense, Franck Thilliez fait montre d'une abominable rouerie en explorant les arcanes du sommeil et des rêves via son héroïne atteinte de narcolepsie. Abigaël souffre de cette maladie depuis des années et a souvent recours à des brûlures ou des scarifications pour distinguer le vrai du faux. Tout s'embrouille dans un flou constant, ce qui empoissonne naturellement sa vie.
Psychologue chevronnée, spécialisée en criminologie, elle prête souvent son concours aux enquêteurs pour débroussailler le terrain et les guider vers des issues possibles. Depuis plusieurs mois, tous s'échinent à démasquer un kidnappeur d'enfants, le mystérieux Freddy, en référence au personnage créé par Wes Craven, qui prend plaisir à infliger à ses victimes des tortures insoutenables. Mais la vie d'Abigaël bascule dans le cauchemar, alors qu'elle accompagne son père avec sa fille pour un weekend de détente, leur voiture est accidentée en rase campagne, seule Abigaël sort indemne de la carcasse et n'a aucun souvenir du choc. Six mois plus tard, toujours effondrée et shootée aux calmants, Abigaël tente de se raccrocher à son travail, avec le soutien de son ami Frédéric, enquêteur de police. Elle tente, parallèlement, de reconstituer les dernières heures qui ont précédé son accident de voiture et va pointer des détails troublants dans le planning de son père.  Et lorsque certaines pistes recoupent celles de l'immonde Freddy, le sang d'Abigaël ne fait qu'un tour. 
Certes, la lecture est assez laborieuse car il faut prêter attention, à chaque instant, aux dates et aux lieux des événements, ne pas lâcher le fil de l'intrigue, aussi ingénieuse soit-elle, et se dépêtrer du brouillard perpétuel qui enveloppe les pensées et les faits de la jeune femme. La maladie d'Abigaël entre souvent en jeu et vient un peu compliquer la donne : entre l'acquis et le supposé, les frontières s'effacent. Et c'est le point fort du roman. F. Thillez dupe facilement le lecteur en lui faisant croire tout et n'importe quoi, mais le piège est facile et pleinement consenti. J'ai apprécié suivre le mouvement, perdre mon équilibre et culbuter d'une idée à l'autre. Lorsque la brume se désépaissit et laisse filtrer un début de vérité, c'est encore plus flippant et excitant. 
Résultat, ce roman m'a beaucoup plu. Au départ je trouvais l'interprétation de Clémentine Domptail glaçante et mécanique, puis l'atmosphère générale a réussi à me convaincre que cela collait au personnage d'Abigaël. Constamment sur le fil du rasoir. Cela n'empêche pas non plus les émotions de se faufiler, on a le choix entre frissonner de dégoût et trembler de peur, se questionner sur la santé mentale de l'héroïne et éprouver aussi de la compassion. Entre séquences fortes et instants dramatiques, la balance, en tout cas, est parfaite. Ce cru 2016 s'émancipe du duo Hennebelle & Sharko et offre sans aucun doute une bonne échappatoire à la routine ! 

Texte lu par Clémentine Domptail pour Audiolib (durée : 13h 14) - Octobre 2016
© California Dreamin', The Mamas and the Papas - Universal Music Division Barclay.
© 2016, Fleuve éditions, département d'Univers Poche


05/11/16

Détectives de père en fils Tome 2 : Le Mystère loup-garou, de Rohan Gavin

Détectives de père en fils

Séduite par ma première rencontre avec le duo Kingsley, détectives de père en fils, je me faisais une joie de retrouver leurs enquêtes dans cette deuxième aventure teintée de suspense, de surnaturel et d'émotion.
Après une collaboration couronnée de succès, Alan Kingsley a repris du service en disparaissant quinze jours sans prévenir son garçon, mais a compensé son absence en lui offrant un berger allemand, un ancien “chien de guerre” à la retraite. Wilbur a cependant du mal à s'accommoder à la vie domestique et doit débarrasser le plancher car Clive, le nouveau compagnon de sa mère, ne supporte plus le désordre dans sa maison. Wilbur et Darkus trouvent alors refuge chez Alan, qui est aux cent coups sur une mystérieuse affaire d'agressions nocturnes visant des policiers. Oncle Bill en personne a bien failli passer l'arme à gauche. Son témoignage est d'ailleurs sidérant puisqu'il révèle la présence d'une créature bestiale, de taille imposante, aux instincts sanguinaires. De plus, chaque crime se déroulant les soirs de pleine lune, les enquêteurs évoquent l'hypothèse d'un loup-garou divaguant dans les rues de Londres ! 
Dans une ambiance très holmesienne, rappelant l'incontournable Chien des Baskerville, le roman de Rohan Gavin n'en demeure pas moins une étonnante lecture qui impose aussi ses propres codes, ses personnages attachants, son histoire élaborée et son dénouement inattendu & poignant. L'auteur nous rappelle succinctement la particularité de Kingsley, qui tombe dans un coma narcoleptique à la moindre contrariété ou émotion forte, et la formidable mémoire de son fils Darkus, qui a appris par cœur tous ses dossiers compilés sous forme de Bible, de quoi faciliter la conduite des intrigues en cas de “défaillance” paternelle. Depuis la chute de la tête du réseau, la machiavélique Combinaison n'est vraisemblablement plus le danger principal, même si son ombre demeure très présente et ses objectifs toujours préoccupants. D'ailleurs, la jeune Tilly, la demi-sœur de Darkus, a juré de venger la mort de sa mère et prend parfois des risques considérables pour atteindre son but. 
La série n'en finit plus de multiplier les pistes, toutes très alléchantes, pour nous attirer dans ses filets. Et c'est une franche réussite. Qu'on soit lecteurs débutants ou plus affirmés, amateurs de suspense londonien et de détectives privés, appréciant aussi le burlesque et une pincée de stress, il y a matière à trouver son bonheur dans ce livre. Outre des décors soignés, un contexte bien en place et qui n'a plus à faire ses preuves, l'histoire nous entraîne dans son univers british avec un raffinement remarquable. Le rythme de le
cture coule facilement et nous balade avec aisance dans des aventures aux rebondissements parfois saisissants. Vraiment, bluffant.
À noter le rôle du “chien de guerre” Wilbur dont l'évocation relève du sacré, pour sa valeur historique, mais aussi son importance dans les conflits ou les enquêtes policières, on ne rappelle jamais assez le dévouement animal et son sens du sacrifice hors du commun ! Cela ne pouvait que me plaire. Gros coup de cœur pour cette série intelligente, sensible et captivante. ♥

Traduit par Anne Krief pour Gallimard Jeunesse - septembre 2015

Titre original : Knightley & Son: K-9

Couverture : Sébastien Pelon

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Copain de la fille du tueur, de Vincent Villeminot

Le copain de la fille du tueurEn entamant ma lecture, dans l'ignorance totale de son contenu, j'avoue avoir été agréablement surprise par son entrée en matière : le narrateur, Charles Chatelard, est fils du prix Nobel de littérature et élève d'un institut suisse pour jeunes nantis. Garçon solitaire, préparé à faire son deuil d'un père qui se meurt, il tombe sur son voisin, l'extravagant Touk-Ernest, qui a mis le feu dans sa chambre en voulant griller des saucisses.
Après quoi, ces deux-là deviennent inséparables. Complices de menus faits d'armes dans leur école conformiste. Jeunes révolutionnaires aux bravades insolites. Leur duo fait des étincelles. Tout chavire avec l'arrivée de l'éblouissante Selma G., fille d'un redoutable trafiquant de drogue en Amérique du Sud. Charles tombe fou amoureux, Touk-E le bouscule pour briser sa coquille, Selma est solaire mais insaisisable. 
Entre romance et thriller, j'ai rapidement choisi mon camp. L'idylle naissante, qui se dessine entre les préparatifs ardus d'un match de foot et l'attente fiévreuse de la mort du père, les rapprochements timides et l'escapade dans les montagnes ont tout lieu d'émouvoir le lecteur, mais pas moi. Je préférais de loin les éclats excentriques des deux potes pour réveiller les foules endormies, leur amitié fanfaronne et leur fabuleuse connivence qui surpasse le tralala romantique, lequel a bien failli me lasser. 
Alors que je somnolais mollement en tournant les pages du livre, trente pages avant d'en voir le bout, branle-bas de combat, je reçois en pleine poire un rebondissement inattendu ! Le loup sort du bois. Et la séquence finale est tout simplement hallucinante. Action, suspense, émotion et tension se chahutent pour nous en mettre plein la vue. Ce brusque revirement est d'ailleurs assez déconcertant, parce que rien n'annonçait pareil tohu-bohu. Les amateurs apprécieront, les autres en sortiront la tête étourdie par ce trop-plein de sensations fortes.
Une lecture qui pulvérise vos attentes et votre petit confort. Pas mal. 

Nathan - Septembre 2016

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

04/11/16

Les Ombres de Kerohan, de N. M. Zimmermann

Les ombres de KerohanQuel superbe roman, absolument captivant, prompt à vous arracher de votre réalité pour vous plonger dans une ambiance gothique, où les fantômes pullulent dans les recoins d'un manoir aux mille secrets. Les décors sont somptueux, rien que la couverture est déjà une invitation à la découverte, et le contenu du livre est à la hauteur des promesses vendues ! Je vous le dis, cette lecture est aussi prodigieuse qu'époustouflante.
Deux jeunes enfants, Viola et son frère Sebastian, sont envoyés chez leur oncle en Bretagne pendant que leur père file à Londres pour des affaires urgentes. C'est avec le cœur lourd et leurs vêtements de deuil qu'ils débarquent à Kerohan dans la belle demeure d'un homme dont ils ignorent tout. Deux mois plus tôt, Viola et Sebastian ont perdu leur maman, maintenant leur père file à l'anglaise et ils n'ignorent pas que celui-ci a forcé la main de leur oncle pour les accueillir. À Kerohan, ils rencontrent la gouvernante revêche, Mme Lebrun, et l'énigmatique docteur Vesper, qui leur font jurer de ne pas faire de bruit dans les couloirs et de fermer leurs portes en restant sagement dans leurs chambres. Viola et Sebastian sont d'abord trop épuisés pour se formaliser des consignes et s'endorment aussitôt après avoir avalé leur décoction pour la nuit (un bon vin chaud). Mais les jours suivants leur renvoient une réalité assez sinistre de leur situation : un oncle débordé par son travail, une tante et une cousine à la santé fragile, un étrange docteur omniprésent, des employés de cuisine isolés au fond du jardin, des grilles closes, l'interdiction absolue de sortir du domaine... La nuit, Sebastian est obnubilé par un korrigan. Des notes de piano s'échappent d'un salon abandonné. Et une silhouette rôde aux alentours du manoir.
Hello, hello. Vous pensiez vous promener entre les pages d'un livre bien gentillet, où planeraient juste quelques frissons pour la forme, erreur ! Ce roman est justement loin d'être une simple promenade de santé et vous réserve une lente, lente plongée dans un univers fantastique désuet mais prégnant. La séduction opère immédiatement, le charme de l'ancien, le climat lourd et inquiétant, les apparitions et les personnages ténébreux font de l'ensemble un écrin précieux et raffiné. La lecture est franchement saisissante. On se prête à rêver d'une échappée en terre bretonne, avec ses légendes et son folklore fantastique (l'Ankou) qui filent les jetons à la nuit tombée. 
Superbe mise en place pour une lecture qui ravira les amateurs de phénomènes étranges et inexpliqués ! Une lecture qui fait forte impression. J'ai beaucoup aimé ! 

L'école des Loisirs, Grand Format - Février 2016

Illustration de couverture : Séverin Millet

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03/11/16

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, de Nathalie Stragier

Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous

Couverture rouge en alerte ! Place à une comédie qui bouge et qui pique avec une voyageuse dans le temps pour le moins exubérante et impétueuse. ^-^

Andrea, seize ans, collectionne les avertissements pour ses nombreux retards au lycée. Le dernier en date s'explique parce qu'elle ne pouvait détacher son regard d'un groupe de filles au look des années 90 planté devant les grilles de son établissement. En un battement de cils, elles ont toutes disparu sans crier gare. Andrea passe son chemin pour reprendre sa routine, seulement elle remarque que l'une d'elles est restée sur le carreau. Cherchant à lui venir en aide, Andrea découvre une Pénélope au bord de la crise de nerfs, complétement paniquée d'avoir perdu son groupe. Comble de l'horreur, la jeune inconnue se révèle extrêmement violente à l'approche d'un policier et manque lui fracasser le nez avant de s'enfuir à toutes jambes. Dans quel guêpier Andrea vient de se mettre ? Mais trop tard pour reculer. Elle conduit Pénélope chez elle et raconte que celle-ci est une réfugiée d'un pays étranger, n'osant pas avouer son véritable secret. Car Pénélope vient du futur et a voyagé dans le temps, mais l'expérience a tourné court en oubliant la jeune fille en 2019, période qu'elle considère comme le Moyen-Âge ! 

Cette rencontre du troisième type est franchement saugrenue - Pénélope porte un jugement méprisant sur le monde qui l'entoure et déplore les penchants sexistes de la société du XXIe siècle, elle ne jure que par ce qu'elle connaît, refusant de s'adapter ou de communiquer sur l'évolution de la civilisation, demeurant très évasive sur le sujet. Cette posture finalement inquiète Andrea qui va découvrir le secret de la fille du futur et l'implication de sa venue dans son époque. Branle-bas de combat pour combattre les sombres présages d'un fléau mondial et pour guider cette jeune terroriste vers son monde. En nous promettant une comédie à suspense décapante et addictive, l'éditeur ne fait pas fausse route. L'histoire est dynamique, originale et intelligente, féministe et féminine, elle permet une lecture agréable qui nous capture dans ses filets. Jolie découverte. 

Syros, janvier 2016

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02/11/16

Les Royaumes du Nord ♦ 3, de Stéphane Melchior & Clément Oubrerie

Ainsi donc se termine le premier cycle de la fabuleuse trilogie de Philip Pullman (À la croisée des mondes).

LES ROYAUMES DU NORD 3Entourée d'alliés précieux et dévoués, Lyra est toujours à la recherche de son père, à qui elle veut remettre l'aléthiomètre. En survolant l'ancien royaume de l'ours Iorek Byrnison, le dirigeable de Lee Scoresby est surpris par une tempête et attaqué par un monstre des falaises. Dans la panique générale, Lyra tombe par-dessus bord et se retrouve seule, perdue au milieu de Svalbard, où les troupes de Iofur Raknison, l'usurpateur du trône, conduisent la fillette jusqu'à celui-ci. Pour tromper sa vigilance, Lyra invente une histoire de daemon humain mais précipite également son ami Iorek vers un duel d'une extrême violence.
Que de séquences fortes à la lecture de ce dernier volume ! On assiste à un dénouement d'une grande sensibilité, très poignant et néanmoins abscons, car l'histoire se termine sur une note de mystère et un grand point d'interrogation. La lecture n'en demeure pas moins entraînante et elle virevolte d'un point à un autre, d'une rencontre à une révélation, d'un choix à une trahison, enchaînant ainsi les pertes et les fracas. Les masques tombent, certains pions sont avancés et d'autres viennent pulvériser l'échiquier.
La fin est ainsi bouleversante, même si l'aventure est relancée vers une plongée dans cet univers toujours plus intense et passionnant. En attendant, ce premier cycle se conclut sans ménagement. C'est sombre, solennel, dramatique et saisissant. Lyra et ses acolytes affrontent coups bas et coups durs dans une quête complexe et riche en alternatives.
Totale réussite pour l'adaptation en bd ! Stéphane Melchior et Clément Oubrerie ont transcendé l'univers de Pullman à travers une vision prodigieuse et une mise en scène grandiloquente des Royaumes du Nord. Personnages et décors prennent vie dans cette magistrale orchestration de la folie humaine et des expériences scientifiques, avec ses dangers et ses sacrifices. Bref. La lecture est aussi remarquable que palpitante. Excellente série à découvrir.

Gallimard Bande Dessinée - Octobre 2016

source : http://www.oubrerie.net/

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,