03/06/14

La Cerise sur le gâteau, par Jean-Philippe Arrou-Vignod

en poche ! 

La cerise sur le gâteau

La crise d'ado s'invite chez la famille des Jean-Quelque-Chose : Jean-A est chamboulé d'être le seul garçon dans sa classe de latin, même son séjour linguistique lui a mis la tête à l'envers, désormais il porte des pantalons à pattes d'eph', joue de la guitare et a pour but de devenir l'idole des jeunes. Quel beau métier, se dit Jean-B, notre narrateur. Celui-ci n'a pas changé d'un iota : agent secret il sera, comme James Bond, dont les aventures cinématographiques lui font raconter des histoires à ses parents.  “Le mensonge est le prix à payer pour devenir agent secret. Il faut faire croire aux autres qu'on a une vie absolument normale. Personne ne doit savoir qui vous êtes réellement, pas même vos frères ni vos parents, sinon on risque de les torturer avec un luxe de raffinement incroyable pour leur faire avouer vos véritables activités.” Encore un épisode savoureux de cette famille aux petits oignons, qui fleure bon la douce nostalgie des années 60-70 et qui fait la part belle à la complicité entre frères, les rêves et les délires qui fourmillent dans leurs jeunes têtes. C'est une lecture qui réchauffe le cœur et qui peut plaire à tous les âges. Bonheur assuré.

Folio junior, mai 2014 ♦ illustrations de Dominique Corbasson

Les cinq histoires - L'omelette au sucre, Le camembert volant, Une soupe de poissons rouges, Des vacances en chocolat, La cerise sur le gâteau - sont regroupées en un seul livre (doudouthérapie inside) : 

une famille aux petits oignons

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Yankov, par Rachel Hausfater

« J'ai tant de haine à jeter au monde, tant de chagrin à étouffer, tant de vengeances à commencer ! »

Yankov

Yankov est un enfant rescapé du camp de Buchenwald. Libéré par des soldats noirs américains, il est envoyé, avec l'uniforme des jeunesses Hitlériennes sur le dos (quelle ironie !), dans un château où se trouvent d'autres orphelins désabusés et vindicatifs. Tous sont des enfants brisés, devenus « des bêtes, des brutes, des bandits ». Ils se tapent dessus, se volent entre eux, ils ne savent plus communiquer, n'ont plus d'identité, ils se jettent sur la nourriture, dévorent tout ce qu'ils peuvent, mais ne se sentent jamais rassasiés, et bien évidemment ils ne croient plus en rien, ni personne. Et puis, l'arrivée d'une nouvelle directrice va enfin bousculer leur vie, à force de patience elle va réussir à les apprivoiser et leur rendre ce qu'ils ont perdu : leur enfance. Car ce tout petit roman d'à peine 150 pages ne paie pas de mine, mais il est extrêmement bouleversant ! Rachel Hausfater nous raconte l'histoire authentique de ces enfants à qui on a volé cette enfance sacrée et qui doivent réapprendre à redevenir eux-mêmes, libres et insouciants, après avoir vécu l'horreur. L'écriture est de toute beauté. Cela cogne dur et fort, ça vous noue parfois l'estomac. C'est un texte admirable, poignant, à recommander aux enfants, petits et grands, c'est une lecture indispensable !

éditions Thierry Magnier ♦ avril 2014 ♦ illustration de couverture : Séverin Millet

Quelques extraits, pour vous convaincre : 

« - Comment tu t'appelles ? me demande-t-elle doucement dans son yiddish hésitant.
Je ne lui réponds pas, je lui montre juste mon bras.
Mon numéro, c'est moi.
Alors elle tend la main et me touche la peau. Ça brûle ! Je me lève brusquement et me sauve en courant, regrimpe l'escalier et me jette dans mon lit. Mon cœur est tout battant et j'ai envie de pleurer.
Je veux pas ses caresses !
Car la tendresse, ça ment.
Ça fait croire aux mamans... »

« Toute ma vie, il y aura en moi un trou là où ma mère m'aimait. »

« Je veux repartir en enfance, réapprendre l'insouciance. Ne pas rester les yeux vitreux à regarder le vide avec envie de m'y jeter. Ne pas me cacher tout seul dans le noir à espérer qu'il va m'avaler. Ne pas penser sans cesse au cauchemar qui a duré presque toute ma vie.
Je ne sais pas si c'est possible, redevenir enfant après avoir été vieux, rattraper le temps volé, revivre, après une si longue mort. Mais je vais essayer.
Après mille ans de désespoir, je veux enfin avoir onze ans. »

« J'ai vu les pères tomber, les mères s'en aller et les enfants brûler. J'ai vu la fin du monde. Comment oublier ? »

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02/06/14

Le Caveau de famille, par Katarina Mazetti

Le Caveau de famille

J'ai donc lu, peu de temps après, la suite de l'histoire de Désirée la bibliothécaire et Benny le paysan, en version audio, toujours racontée par Marielle Ostrowski et Michelangelo Marchese. Une relecture, en fait. J'avais gardé le souvenir d'une grosse déception, teintée d'amertume et de désolation. Quelque part cela s'est confirmé, puisque le temps a passé, notre couple s'est redonné une chance mais s'est aussi enfoncé dans une routine déprimante. Pour le coup, j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour Désirée, coincée dans un rôle de mère de famille, mère au foyer, épouse d'un agriculteur aux idées archaïques et machistes... Franchement, je l'ai plainte à maintes reprises. Benny, d'entrée de jeu, m'a énormément déçue par son attitude avec Maria. Par la suite, il a laissé très peu de place à Désirée pour son épanouissement, elle enchaîne les grossesses, se plie aux règles de la vie à la ferme, fait des efforts mais est dépassée par l'accumulation des tâches. C'est définitivement un portrait éteint d'une histoire d'amour qui a connu des débuts turbulents et qui a voulu conjuguer ses différences. Aujourd'hui elle ne cherche plus à vendre du rêve, des délires, de la fantaisie. Le constat est là, plat, triste et démoralisant. Les personnages grincent des dents, et nous avec.

Audiolib, décembre 2011 ♦ traduit par Lena Grumbach pour Gaïa éditions ♦ texte intégral lu par Michelangelo Marchese et Marielle Ostrowski (durée d'écoute : seulement 5h 08) 

Ne t'éloigne pas, par Harlan Coben

Ne t'éloigne pas de Harlan COBEN

Megan Pierce, une mère de famille exemplaire, voit soudainement son passé inavouable de strip-teaseuse lui exploser en pleine figure en apprenant qu'un homme vient de disparaître dans les mêmes circonstances qu'un fait survenu 17 ans plus tôt (après quoi, elle avait choisi de disparaître pour changer de vie). L'inspecteur Broome, en charge de l'affaire, est sur les rotules. Témoin de longue date de cette énigme, et des ravages en conséquence, il n'a jamais pu tourner la page et continue de s'y consacrer assidûment. On ne va pas se mentir et prétendre que cette enquête va nous étourdir plus que de raison, mais il n'empêche que cette nouvelle mixture de Harlan Coben se laisse goûter avec délectation. Les dosages sont toujours un peu les mêmes, avec le vieux mystère qui rebondit à la surface pour éclabousser un citoyen rangé des voitures, la brochette de personnages sinistres et inquiétants, palme d'or pour le couple Barbie et Ken, à la plastique parfaite, mais aux esprits affreusement tordus. Ma foi, l'ensemble prend bien, le rythme est soutenu, le dénouement plutôt inattendu, avec un épilogue en trop. C'est une lecture habile, prenante, terriblement efficace, donc très divertissante. Harlan Coben n'est pas au top niveau, mais il s'en tire avec une mention très honorable.

Pocket ♦ mars 2014 ♦ traduit par Roxane Azimi pour les éditions Belfond

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30/05/14

Petit bilan du mois de mai ♪♫•*¨*•.¸¸ ♥ ¸¸.•*¨*•♫♪

springbreak

En mai, nous avons particulièrement apprécié la lecture de  :

♥ La princesse de glace (version bd), de Léonie Bischoff & Olivier Bocquet

♥ Puzzle, de Franck Thilliez

♥ Sans feu ni lieu, de Fred Vargas

♥ La terre fredonne en si bémol, de Mari Strachan

♥ Et puis, Paulette... de Barbara Constantine

♥ Six semaines pour t'oublier, par Abby McDonald

♥ la série Katarina Bishop « Mission de haut vol » par Ally Carter

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


Émile fait un cauchemar / Émile et les autres, de Vincent Cuvellier et Ronan Badel

IMG_1557

Émile doit se mélanger aux autres, sortir, aller au parc, jouer avec des copains. Mais Émile, lui, il n'aime pas jouer avec les autres... Du tout, du tout. Sauf qu'au parc, il va trouver son alter ego en matière d'humeur grincheuse et  belliqueuse... Et forcément, c'est très drôle ! 

IMG_1558

IMG_1559

Émile adore les histoires de loups. Non il n'a pas peur et ne fait jamais de cauchemar. Mais ce trop-plein d'adrénaline inquiète sa maman, à la place elle lui lira une histoire de Pinpin le lapin pour l'endormir (naaan, mais vous avez vu cette illustration ?!!! moi, ça me fait carrément flipper !). Forcément, Émile aussi va en faire un cauchemar. Lui, il aime les frissons, les vrais, avec de longs museaux poilus et des dents pointues. 

IMG_1560

IMG_1561

IMG_1562

 

Émile, jeune héros aux expressions d'un stoïcisme imperturbable, est au centre de deux nouvelles histoires à l'humour féroce et délicieusement décalé. Les illustrations de Ronan Badel participent beaucoup au succès de la série. 

Complètement fan, pour ne pas changer !!

Gallimard jeunesse, coll. Giboulées, mars 2014

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Ne reculer devant rien, par Ally Carter

Mission de haut vol T02 ne reculer devant rien

Ce deuxième tome a comblé toutes mes attentes, je l'ai lu très vite, en le savourant pleinement. On retrouve Katarina Bishop, entourée de ses complices, face au challenge de leur vie : dérober la célèbre pierre précieuse, l'Émeraude de Cléopâtre, lourde d'un héritage familial et historique, mais hélas porteuse d'une malédiction. En bref, le casse est strictement interdit. Mais Kat n'en fait qu'à sa tête, elle se croit en charge de réparer une injustice qui dure depuis des décennies. Sauf que, la belle histoire se complique et va toucher pile notre héroïne dans son orgueil. Notre petit génie doit revoir sa copie, mais sa confiance en a pris un coup dans l'aile. Naturellement elle peut s'appuyer sur le soutien indéfectible de Hale, irrésistible et imperturbable, même si parfois ses limites semblent être poussées à bout ! Le résultat n'en est que plus savoureux et surprenant. Si, si. Le succès de cette série tient autant sur sa palette de personnages, tous très attachants, que sur le ton drôle et décomplexé de l'intrigue. Franchement, on se moque si le fond est improbable et tarabiscoté, car c'est l'exemple parfait de la petite lecture légère, distrayante et agréable à découvrir. Espérons que le 3ème tome, disponible en VO depuis février 2013, tombe dans l'escarcelle de l'éditeur français !

préalablement publié sous le titre de : La vie cachée de Katarina Bishop, tome 2 : Criminels d'exception ♦ Michel Lafon, juin 2012 ♦ traduit par Françoise Hayward

disponible en format poche, Michel Lafon poche, avril 2014

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29/05/14

Et puis, Paulette..., par Barbara Constantine

Et puis, Paulette

Ce livre est tout bonnement une promenade revigorante à la campagne, où l'on croise une brochette de personnages très sympathiques, Ferdinand, Guy, Marceline, Simone, Hortense, tous abonnés à la carte Vermeille, et qui vont décider de troquer leur solitude respective en une cohabitation joyeuse et mouvementée dans la ferme de Ferdinand. Leur communauté va également accueillir une jeune infirmière (Muriel) et un étudiant passionné d'agriculture (Kim), sans oublier les familles et les proches, Mireille, la belle-fille, et ses deux garçons, les Lulus. Enfin, vous imaginez bien le tableau aux couleurs bigarrées, animés de bons sentiments, c'est beau comme tout, lisse et impeccable, franchement on a la bouche en cœur devant une si parfaite félicité ! Barbara Constantine n'a pas écrit une grande histoire, structurée ou élaborée, au contraire elle n'est que simplicité, générosité, partage et entente exquise. Et ça fait du bien ! Pour bien faire, Daniel Nicodème livre une interprétation exceptionnelle, à la fois vivante et enlevée, on se régale à l'écouter nous faire l'étalage de cette histoire de vieillesse, avec perte et fracas, pulvérisée par une fabuleuse solidarité, turbulente et bienfaitrice. C'est un texte sans chichi, mais qui communique du bonheur et un optimisme ravageur. On sort de là ragaillardi et le sourire jusqu'aux oreilles.

Audiolib, mai 2012 ♦ texte intégral lu par Daniel Nicodème (durée : 5h 18) ♦ dispo aussi chez Calmann-Lévy et Livre de Poche

Le mec de la tombe d'à côté, par Katarina Mazetti

Le mec de la tombe

Relecture, mais en version audio, d'un roman découvert en octobre 2006 ! Et quel régal. Michelangelo Marchese et Marielle Ostrowski interprètent avec humour et dérision le couple Benny et Désirée qui font connaissance sur un banc, dans un cimetière. Ces deux-là n'ont strictement rien en commun, il n'est pour elle qu'un bouseux sans culture, elle est à ses yeux une femme beige, très quelconque. Et puis plouf, un sourire fait naître un malentendu et nos deux zozos ont les hormones en ébullition, et vas-y que ça caracole joyeusement au creux du ventre. Leur histoire m'a fait ricaner à maintes reprises, pas parce qu'elle est belle, romantique ou mielleuse, c'est tout le contraire, nos deux tourtereaux se vautrent dans la gadoue, n'en peuvent plus de nous délivrer leurs tourments, leurs espoirs, leurs désillusions... C'est le choc des cultures. Ainsi, les deux points de vue s'affrontent, par chapitres alternés, et c'est ce contraste énorme qui rend la lecture si jubilatoire ! Vous avez là un roman d'amour décalé, désopilant, grinçant et caustique. Il est à déconseiller aux fleurs bleues, mais cela en fait tout son charme aussi.

Audiolib, février 2011 ♦ traduit par Lena Grumbach et Catherine Marcus pour Gaïa éditions ♦ texte intégral lu par Michelangelo Marchese et Marielle Ostrowski (durée d'écoute : seulement 5h 10) 

28/05/14

C'est pas moi, c'est la baleine ! de Pauline Pinson et Magali Le Huche

IMG_1366

Pendant que sa maman est au téléphone, Buc fait plein de bêtises. Il renverse du jus d’orange, fait une écharpe de papier toilette, dessine un pirate sur le mur... et quand sa maman veut le gronder, il a une bonne excuse : C’est pas moi, c’est la baleine.

Oh, mais c'est sans se douter de la redoutable intelligence (et intransigeance) d'une maman ! Les gros yeux noirs peuvent faire plier n'importe quel chenapan, forcément Buc craque à son tour. Il avoue. Tout. Du moins, il avoue : le coupable, ce n'est pas la baleine, non, mais un petit chameau ! (Doit-on y  lire un double sens ? J'ai envie de le prendre ainsi. C'est tellement plus rigolo.)

En bref, nous avons un texte frais, très court, dynamique et éclatant. Des illustrations de Magali Le Huche toujours au top ! Je suis fan. Et une petite collection sans prétention pour des lecteurs débutants.

IMG_1369

IMG_1371

Par contre, j'ai moins aimé l'autre titre de la collection, sans doute parce que l'humour pipi-caca me passe au-dessus ! ... :/

IMG_1367

Tourbillon, mai 2014

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,