14/10/13

Paparbre, de Céline Sorin et Marie Assénat

IMG_9505

Anna vit dans un arbre. Le matin, elle écoute les oiseaux et embrasse son arbre sur le cœur.

IMG_9506

Puis elle prend des nouvelles du monde. Mais Anna ne s’attend pas à ce qu’une chose terrible lui arrive. Une dent qui tombe ! De mémoire d’oiseau, on n’a jamais vu ça.

IMG_9507

 Il est temps qu’Anna grandisse et qu’elle descende de son Paparbre. 

IMG_9508

Un album aux douces consonances poétiques et au charme évanescent, dont la portée symbolique demeure encore confuse pour la compréhension des enfants (qui se sont vite lassés à la lecture de ce bel ouvrage). Dommage.

Pastel, octobre 2013

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Charly 9 (Audiolib) lu par Emmanuel Dekoninck

IMG_9846

Le roi Charles IX est tristement célèbre pour avoir proclamé le massacre de la Saint-Barthélemy.
Dans cette histoire, nous le découvrons jeune, peu sûr de lui, hésitant. Ses proches lui mettent la pression pour faire un peu de ménage, à l'occasion du mariage de sa soeur Marguerite, censé célébrer la réconciliation des catholiques et des protestants, donc sa mère (Catherine de Médicis) menace de rentrer chez elle, son jeune frère est animé d'une ambition dévorante et assomme son aîné de réflexions méprisantes, ses conseillers mettent sur le tapis un complot ourdi par les protestants visant à éliminer la famille royale.
Il n'est guère temps de tergiverser, il faut agir !
Mais cet acte sera lourd de conséquences, car le jeune Charles IX va être complètement traumatisé par cette nuit cauchemardesque. On la découvre simplement au lendemain, avec les rues baignant dans le sang, via aussi des scènes de corps déchiquetés exposés au public, de corps bouffis flottant dans la Seine...
La description du désastre est assez saisissante de réalisme et de détails horribles.
Les mois ainsi vont passer et Charles IX va sombrer dans une douce folie. Entre hallucinations, mauvais rêves, prise de conscience d'avoir été manipulé, le roi n'est plus que l'ombre de lui-même.
Ce triste spectacle nous est livré sans fausse pudeur, mais la verve de l'auteur rend finalement la lecture plus aisée à encaisser. Certes, l'histoire n'en demeure pas moins sordide et amère mais le ton pittoresque permet aussi une distance appréciable, et bénéfique. Il faut aussi opter pour la version Audiolib, qui est truculente et vivifiante à souhait. Emmanuel Dekoninck conte avec brio les violences d'un XVIe siècle déchiré par le fanatisme et les ambitions. La mise en scène est parfaite, absolument bluffante et quasi dépaysante.
Ce roman nous dévoile aussi les mœurs de l'époque, les origines du muguet offert au 1er mai, les plaisanteries du 1er avril, le jour de l'An fixé au 1er janvier. On croise aussi des figures insolites, comme le poète Ronsard, la reine Margot ou le futur Henri IV, présenté ici avec son fort accent béarnais et une odeur corporelle à faire tourner de l'œil !
De sympathiques détails qui permettent d'oublier un bref instant le portrait affligeant de ce roi victime de son destin.

Audiolib, avril 2011 - texte intégral lu par Emmanuel Dekoninck, durée : 4 h 32

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

La Maison de Soie: Audiolib lu par François Montagut

IMG_9663

Watson est au crépuscule de sa vie, mais avant de tirer sa révérence il souhaite confesser une aventure particulièrement bouleversante, au cours de laquelle Sherlock et lui ont bataillé avec une enquête délicate, dangereuse et sulfureuse ! Toutefois, il avait promis de n'en rien dévoiler de son vivant. Son texte, donc, sera confiné dans un coffre et publié près d'un siècle plus tard. Tout débute par une rencontre ordinaire, avec un marchand d'art qui prétend être suivi par un individu et qui s'inquiète pour sa famille. Très vite, Sherlock et Watson vont retrouver le suspect, avec un couteau planté dans le cou ! C'est suite à la disparition d'un complice de Wiggins, le jeune Ross Dixon, que l'affaire prendra un tour préoccupant.

Pour la toute première fois, Sherlock voit ses inébranlables certitudes en prendre un coup dans l'aile ! Il est passé complètement à côté d'un indice important, lequel aura des conséquences tragiques. Cela va d'ailleurs lui faire prendre conscience de son manque de considération pour les gamins des rues, qu'il exploite à tort ou à raison, à l'image de toute la société qui se contrefiche du sort de ses gosses sans le sou, qui perdent leur innocence sur les trottoirs et mettent en péril leur vie à chaque seconde. Eh oui, c'est une grande première chez Sherlock Holmes ! Se soucier des autres, par pur altruisme. o_O

C'est à ces petits détails qu'on reconnaît le pastiche. Sans quoi, Anthony Horowitz a su répondre aux exigences du cahier des charges en offrant une intrigue redoutablement efficace et absolument divertissante. Les descriptions sont pointilleuses, avec un sens de la théâtralité qui pousse aux soupirs ... d'admiration ou d'exaspération. Soit c'est surjoué, soit c'est assez fidèle à l'esprit de la série, ou disons que c'est suffisamment approximatif pour faire illusion. Ne chipotons pas, après tout Sherlock a souvent été copié, mais jamais égalé ! Techniquement, François Montagut n'a pas déçu un seul instant et offre une lecture maîtrisée et captivante.

La Maison de Soie, par Anthony Horowitz (Audiolib, mars 2012 - texte intégral lu par François Montagut - durée d'écoute : 10 h 12 - traduit par Michel Laporte pour Hachette - Calmann Lévy, 2011 - existe en format poche)

11/10/13

Marathon de lecture d’Halloween : Samedi 12 et dimanche 13 octobre

orchestré par Lou, Hilde et Karine,

nous y participons joyeusement la journée du samedi, de 10 h à 22 h, et nous rendrons compte de cette folle aventure ICI !

happy weekend !

Posté par clarabel76 à 20:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

“Je suis votre fils, monsieur Personne. Moitié grinche, moitié cogne.”

IMG_9662

Oui, j'ai honte. Plus d'un an déjà que ce livre était sorti et j'avais complètement oublié de le lire ! C'est parfaitement incompréhensible, d'autant plus que j'avais beaucoup aimé ce que j'avais lu jusqu'à présent. L'histoire de Malo de Lange est une succession de péripéties malchanceuses et poignantes, mais formidablement mises en scène et contées sur un ton humoristique, avec en bonus des répliques piquées de l'argot, ce qui vous donne un pétillant cocktail avec des bulles qui éclatent dans les narines !

Dans ce dernier épisode, Malo est désormais lieutenant à la Brigade de Sûreté de Paris et tire profit de son expérience de grinche pour se faufiler dans les rues malfamées et obtenir des informations précieuses. Dernièrement, c'est sur une série de disparitions de chiens errants qu'il travaille, alors qu'on retrouve leurs corps mutilés peu de temps après. Glauque, très glauque. Mais le sordide fait partie intégrante de cette série, imaginez aussi le vol d'un bocal contenant le cœur de Louis XVII, l'apparition du fantôme d'un garçonnet qui annoncerait une mort imminente ou l'exercice d'un magicien qui coupe les femmes en deux.

Au milieu de tout ça, le roi fait appel à ses services pour veiller sur la sécurité de ses fils. Pour bien faire, Malo doit se rendre au collège Henri-IV, apprendre du latin et ânonner du Corneille à longueur de journée, de quoi lui faire regretter son passé de voleur ! Cet épisode constitue pourtant une bouffée d'air frais dans cet univers très lourd du crime crapuleux et des complots politiques sanguinolents. L'intrigue est retorse, avec une pelletée de détails dégoûtants, mais au-delà le récit est enlevé, pétulant et taquin. Même la relation entre Malo et son père est bigrement attachante, bien que teintée de pudeur.

On a aussi le plaisir de retrouver des personnages hauts en couleur, comme Nini Guibole ou Moïra de Feuillère (Gaby), sans oublier la très placide Léonie de Bonnechose, en plus de côtoyer le jeune duc de Montpensier, surnommé Toto. Non, vraiment, c'est une série agréable et pleine de surprises, capable de vous balancer du gore, du laid, du dégoûtant, et en parallèle elle vous vend du rêve, du rire, de l'insouciance. Un excellent compromis pour une lecture franchouillarde et définitivement divertissante !

Malo de Lange et le fils du roi, par Marie-Aude Murail (Neuf de l'Ecole des Loisirs, janvier 2012 - ill. de couverture : Yvan Pommaux)

- Crois-tu que c'est une vie de traîner dans les rues la nuit, de se déguiser en Tortillard, de jaspiner l'arguche avec les grinches ?
- Il n'y a que cette vie-là qui puisse me rendre heureux et «tous les hommes veulent être heureux, même celui qui noue la corde pour se pendre», comme disait Blaise Pascal. Soyez content de moi, papa. Pour la première fois en quinze ans d'existence, je viens de faire une vraie citation. Parce que, maintenant, j'ai de l'instruction !

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


❁☆La bande à Grimme et les magiciens du monde❁☆

IMG_9627

Cette suite de La bande à Grimme n'est que réjouissance sur toute la ligne ! Nos enfants des rues ont trouvé leur bienfaiteur en la personne de Nicholas Gazame, un magicien, un vrai, qui reçoit quelques copains à l'occasion du prochain grand concours mondial de magie. Ce soir-là, les enfants sont éblouis par tous les numéros de prestidigitation, de la poudre aux yeux pour ces gamins affamés de splendeur et éberlués face à ce spectacle hors du commun. Bon, le président du concours n'est autre que cet escroc de Henry Harrings (souvenez-vous, les soldats de plomb...). Les enfants ont la dent dure et seraient presque contents d'apprendre que l'individu a été kidnappé par une bande rivale. Or, la petite Griotte s'est aussi volatilisée, ce qui contraint Grimme de mobiliser les troupes pour sauver leur mascotte. Toute cette partie est admirablement mise en scène, avec des petites répliques rigolotes de la part d'un maître d'œuvre affable, brandissant un humour pince-sans-rire.

Mais ce roman me plaît infiniment pour son écriture, gourmande et légère, poétique et envoûtante, ses personnages aussi me donnent le sourire, et puis le texte est truffé d'images qui donnent des étoiles dans les yeux, c'est franchement fabuleux ! Les enfants sont toujours aussi cash et directs dans leurs propos, tenez pour exemple cette remarque sur Harrings :

“ Quoi ? C'est ça, Harrings ! s'exclama Sibotie avec dégoût, une moitié de croustillant au fromage dans la bouche.
Oui ! Un bonhomme court sur pattes, enflé comme un melon, avec trois cheveux sur le caillou et des yeux de merlan.
- Je le voyais autrement, avoua Grimme, déçu.
- Comment le voyais-tu ?
- Grand, carré, avec des bras capables de tordre des barres de fer. Pas un gnome.”

D'après la fin de l'histoire, il faut s'attendre à un prochain roman riche en révélations et autres aventures fort palpitantes ! Tant mieux, j'aime beaucoup.

La bande à Grimme et les magiciens du monde, par Aurélien Loncke (Neuf de l'Ecole des Loisirs, octobre 2013 - ill. de couv. : Adrien Albert)

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10/10/13

“Il y avait tant de choses que je ne comprenais pas dans ce monde étrange (...), j'avais débarqué sur une autre planète.”

IMG_9628

Suite des Malheurs de Millie Plume, cette nouvelle vie s'ouvre bravement sur une scène de cris, de larmes et de séparation. Il n'est nullement écrit que la félicité serait un droit chez notre petite Millie. Elle voit donc sa mère partir de l'Hôpital des Enfants Trouvés, malheureuse et désespérée. A 14 ans, elle doit aussi se prendre en charge et accepter un poste de servante chez un écrivain de livres pour enfants. Millie Plume est à moitié consolée, car sa rencontre avec l'homme ne lui laisse qu'une amère impression.

Et puis elle est convaincue de ne pas être faite pour ce job, elle s'insurge même contre le système de classes mais l'époque n'est pas à la révolution. Pour l'instant il lui faut se taire, plier l'échine et frotter le plancher au risque de s'user les mains. Le soir, seule dans sa petite chambre, avec son bout de chandelle, elle écrit des lettres pour sa maman ou son frère Jem, elle espère toujours trouver une solution et croit en un avenir meilleur.

Elle vient aussi de rencontrer Bertie, un garçon boucher drôlement sympathique. Leur relation est croquignolette, ponctuée de rendez-vous dominicaux où ils butinent joyeusement. C'est vraiment mignon, même si cela place Millie dans une situation inconfortable, car Jem occupe toujours une place très importante dans son cœur. Elle pense qu'en le revoyant, cela pourrait lui éclaircir les idées ! En attendant, les choses se compliquent lorsqu'elle confie ses Mémoires à son employeur, qui va pomper toutes ses idées comme un mufle, après quoi Millie éclate de colère.

Ce deuxième tome réserve à notre héroïne rousse et flamboyante son lot d'épreuves qui rendent compte des duretés de l'époque (victorienne), avec la condition des femmes, des malades et des enfants contraints au travail ingrat. Heureusement Millie fait montre d'un aplomb et d'un optimisme à tout crin. Elle est même prête à jouer les sirènes pour ne pas mourir de faim, ou refuse d'être arnaquée par une pseudo experte en spiritisme qui abuse de la détresse des gens pour se remplir les poches.

Bref, Millie est une jeune fille épatante. Ses aventures sont souvent remplies de belles rencontres, de coups durs et de rebondissements. Un troisième tome va conclure cette fabuleuse histoire, qui nous captive dès les premières pages.

Une nouvelle vie pour Millie Plume, par Jacqueline Wilson
Gallimard jeunesse, février 2013 - traduit par Alice Marchand - illustrations de Nick Sharratt
Illustration de couverture : Anne Simon - Le 1er tome est disponible en format poche, Folio junior.

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09/10/13

Des amis à chaque étage de Chantal Wibaux et Adrien Albert

IMG_9592

Gaston l'éléphant vient juste d'emménager au cinquième étage d'un immeuble dans lequel il ne connaît encore personne. Il a décidé d'inviter tout le monde à dîner, pour se présenter.

IMG_9593

Mais, alors qu'il descend coller son invitation dans le hall, il trouve sur chaque palier un objet perdu... Son imagination galope : cette cuillère doit être celle d'une sorcière, et cette dent, celle d'un champion de boxe ! Et ce parfum qui flotte dans l'air ?

IMG_9594

 Gaston a beaucoup d'imagination, et pourtant il va avoir une sacrée surprise...

IMG_9595

Adrien Albert aux illustrations ? Je dis banco. Cet album m'a d'ailleurs enchantée : les couleurs, les dessins, la générosité, la simplicité, l'élan, l'amitié, la convivialité ... et l'imagination à tous les étages. Je trouve cette petite histoire charmante, avec une envolée de possibilités toutes plus folles les unes que les autres. La réalité, elle, se révèlera tout aussi plaisante. On devrait d'ailleurs offrir ce livre aux habitants du quartier, pour rappeler qu'on est mieux ensemble, et pas les uns contre les autres.

Des amis à chaque étage de Chantal Wibaux et Adrien Albert (Ecole des Loisirs, avril 2013)

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

“Tout est différent en sixième, tu comprends ?”

Trevor n'aime pas le changement, et encore moins les imprévus. Alors, ce matin, il a toutes les raisons d'être anxieux. Il rentre en sixième et quand sa meilleure amie, Libby, lui annonce qu'ils doivent se faire de nouveaux amis, chacun de leurs côtés, et qu'il ne pourra plus compter sur elle pour le sortir de ses faux pas, c'est la panique.

IMG_9225

Des romans illustrés pour séduire les jeunes lecteurs, souvent récalcitrants à s'enfiler des ouvrages de 300 pages, on en connaît un rayon (Le Journal d'un dégonflé, Big Nate ou Tom Gates). Ce sont des livres qui ont le vent en poupe et qui savent redonner le goût de la lecture. Les aventures de Trevor se positionnent sur le même créneau : des illustrations intéressantes, une histoire basée sur des situations comiques autour d'un ado qui fait son entrée en sixième, beaucoup d'humour donc pour toucher le lecteur.

Le roman a aussi pour particularité de se présenter comme un reportage-tv en plein tournage, avec caméra, micro et interview des intervenants. C'est sympa, certes, la lecture est plaisante, avec une galerie de personnages auxquels les enfants peuvent s'identifier, le thème est indémodable (la rentrée en sixième et son lot de tracasseries), mais tout ça reste assez ordinaire et routinier. Je n'ai pas trouvé dans ce livre autant de plaisir que dans les séries citées ci-dessus. Les jeunes lecteurs, eux, apprécieront davantage...

Trop classe la sixième ! par Robin Mellow & Stephen Gilpin
Seuil jeunesse, août 2013 - traduit par Sabine Boulongne

“Tout est différent en sixième, tu comprends ? On va s'insérer socialement. Se faire de nouveaux copains. Et d'ici ce soir, toi et moi, on va se trouver des rancards.”

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

08/10/13

“Nos actes sont nos anges, bons ou mauvais, ombres du destin, marchant à nos côtés.”

IMG_9621

Nina séjourne au monastère de Zaïmoutchi pour son initiation en compagnie de maître Arkadi Tchernigov. A elle de comprendre l'histoire des Volkovitch, le pouvoir des anges et le mystère des icônes, mais cela représente énormément d'informations en un laps de temps très court ! Déjà, la menace gronde, l'oncle de Nina est sur leurs trousses et s'apprête à envahir le monastère pour récupérer les icônes.

La tension est palpable, et pourtant la lecture ne nous fait pas vivre un rythme infernal. On calque nos pas à ceux de Nina, comme elle on est à l'écoute et on observe, on écoute et on découvre ce monde nouveau, enchanteur et voilé de zones d'ombre. C'est toujours passionnant à parcourir, ce deuxième tome servant essentiellement de transition entre la présentation et le dénouement, l'intrigue se veut tantôt posée et pédagogique, tantôt trépidante et acharnée.

On retrouve des personnages attachants, comme les frères Sacha et Dima, on doit se séparer d'autres figures bienveillantes, comme Anton, Arkadi ou Nadia, on se surprend à apercevoir des têtes connues, comme la jeune Véra... En bref, c'est une petite série fort sympathique, écrite avec style et élégance, qui se cadre dans un milieu foisonnant, riche et excitant. Cette Russie Stalinienne fait peur, ajoutez que des individus sont capables de pouvoirs hors normes, utilisés à mauvais escient, et vous vous dites qu'il serait bon de se planquer sous la couette, au chaud et à l'abri, en attendant la suite !

Nina Volkovitch, tome 2 : Le Souffle, par Carole Trébor (Gulf Stream éditeur, janvier 2013)