02/09/15

Désir mortel, de Hans Koppel

Désir mortel

Lors d'un séminaire, Anna cède inexplicablement à son attirance pour Erik, un beau jeune homme croisé au bar. Mariée et mère de famille, elle mène ce qu'on nomme communément une vie modèle. Cette incartade est pour elle une folie d'un soir car elle entend reprendre sa routine sans dire un mot à son mari. Mais Erik resurgit comme un diable hors de sa boîte. Pressant, enjôleur et troublant. Il séduit la jeune femme et cherche à tout prix à la revoir.

Anna se sent prise au piège. Son corps la trahit, tandis que sa raison la supplie de cesser tout contact avec ce dangereux inconnu. Dangereux ? Oui. Sous ses dehors charmeurs, Erik suscite des frissons d'angoisse et de doute. Et l'on suit ainsi un engrenage sournois, entre attraction et répulsion, à se demander si Anna va réagir plus fermement, cesser de se voiler la face et réprimer son penchant vers l'interdit.

Le roman, au scénario classique, mais peu sulfureux, manque finalement de subtilité, avec ses dialogues artificiels et poussifs. Après tout, les personnages ont des réactions qui tiennent la route, même si elles sont désespérantes de banalité. Et cela rend la lecture si conventionnelle, très peu excitante, sans tension psychologique crédible. J'ai été plutôt déçue. L'idée d'une obsession passionnelle vénéneuse était alléchante, sauf que son traitement est ici sans grande originalité...

Presses de la Cité / mars 2015 ♦ Traduit du suédois par Hélène Hervieu (Kom ska vi tycka om varandra)


La Première blessure, de Ali Knight

La première blessure

Nicky a vu sa meilleure amie Grace être assassinée sous ses yeux. Cinq ans plus tard, ce drame continue de la hanter, même si elle a su trouver un certain réconfort dans les bras du veuf éploré. Mais le couple bat de l'aile à force de se croiser, entre Londres et Los Angeles, et communique de moins en moins. C'est alors que Nicky tombe sur Adam, un jeune homme rencontré dans l'avion. Fils de bonne famille, il est charmant et d'agréable compagnie. Il lui propose aussi de faire connaissance avec sa tante Connie, qui a travaillé dans une célèbre boîte de nuit dans les années 70 et flirté avec des tas de célébrités. Cela pourrait donner de la matière à un article pour son journal.

Nicky accepte et va sans se douter débarquer dans une grande saga familiale, aussi riche que mystérieuse, et visiblement cernée de dangers inavoués. En le suivant pour un weekend à la campagne, la jeune femme bascule toujours plus loin vers une zone de non-droit. Adam change de visage. Le séjour vire en pleine débâcle. À ce stade, on a là un roman qui a énormément de potentiel, où se joue une partie de séduction sulfureuse, au suspense pernicieux, et où les protagonistes endossent tous un rôle trouble, qui brouille volontairement les cartes. Un programme franchement alléchant et plutôt engageant, qui sera hélas nuancé dans la deuxième moitié du récit, plus décevante et longuette.

D'étranges accidents se produisent et font surgir de nouvelles révélations. Grace n'était pas la première épouse de Greg à décéder tragiquement. Un tueur à gages est de nouveau sur les rails. Adam a-t-il toute sa tête ? Pourquoi Nicky renonce à porter plainte contre lui et suspecte son mari d'attenter à ses jours ? À nous de débroussailler le vrai du faux parmi l'accumulation de données nébuleuses... Mais cette lecture m'aura finalement fait l'effet d'un appétissant moelleux au chocolat, à déguster sitôt sa sortie du four, lorsqu'on réalise avoir inversé le sucre avec le sel. Quelle amertume ! Le dénouement choisit la facilité, convenue et trop lisse.

JC Lattès / Mars 2015 ♦ Traduit par Nicolas Thiberville (The First Cut)

01/09/15

Dernière conversation avec Lola Faye, de Thomas H. Cook

Dernière conversation avec Lola Faye CD

Luke Paige, écrivain et enseignant, vient de conclure sa conférence lorsqu'il croise un fantôme de son passé en la personne de Lola Faye Gilroy. Cette femme était la maîtresse de son père, employée dans son drugstore. De cette liaison, a découlé un déchaînement de violence : le mari trompé a tué l'amant et l'épouse bafouée s'est éteinte à petits feux. Lorsque l'intrigante l'invite à prendre un verre, Luke ne se doute pas encore qu'il va s'engager dans une conversation interminable, où il va être bousculé et forcé à plonger dans ses souvenirs.

Pourtant, ses réminiscences vont peu à peu éclairer la tragédie familiale de façon stupéfiante. La construction du récit étant suffisamment astucieuse, on ne devine rien du tour que va prendre l'intrigue, dont les révélations ne vont jamais cesser de nous surprendre. J'ai aussi beaucoup aimé l'évocation du passé, ainsi que la peinture faite de Glenville, petite ville d'Alabama, où Luke a grandi en rêvant de de s'en échapper pour assouvir ses ambitions (intégrer Harvard). 

La lecture à huis clos est ainsi prodigieusement rendue par Marc Henri Boisse, pour Sixtrid, qui nous enveloppe dans un cocon et nous protège de l'onde de choc. On se situe au premier rang d'un drame en quatre actes, avec ses illusions perdues et ses failles sidérantes, et où le plus pourri n'est naturellement pas celui auquel on pense tout d'abord. C'est d'une grande finesse, franchement captivant. D'une tension psychologique redoutable, à lire comme un roman à suspenseUne vraie réussite. 

Sixtrid / Mars 2015 ♦ Texte lu par Marc-Henri Boisse (durée : 8h 23) ♦ Traduit par Gérard de Chergé (The Last Talk With Lola Faye)

 

Dernière conversation avec Lola Faye

Disponible en poche / Points, coll. Roman Noir, juin 2014

 

La Bicyclette bleue, tome 2 : 101, avenue Henri-Martin, de Régine Deforges

101, avenue Henri-Martin

La campagne bordelaise étant devenue incertaine et menaçante, Léa a rejoint Paris pour soutenir sa sœur Françoise et retrouve sa brochette de connaissances - Raphaël Mahl, Sarah Mulstein, François Tavernier... Ce dernier ne cesse de charmer notre délicieuse héroïne, intrépide et frondeuse, qui a besoin de distraction pour oublier les soucis de Montillac. L'argent manque et l'intendant de la propriété convoite les biens de la famille Delmas. Même le retour de son ami Mathias n'en finit pas de la ronger, à tel point que l'absence de Laurent n'est qu'un détail sur l'échiquier.

La résistance aussi s'organise en masse, à laquelle Camille et Léa joignent leurs efforts. Mais les allemands serrent la vis et bénéficient du zèle appuyé de la milice française. Et déjà les premiers ravages s'abattent dans l'entourage des jeunes femmes. Le ton se durcit, l'action s'intensifie et les larmes coulent sur les joues. Dans ce vaste chaos, la relation entre Léa et François s'épanouit et gagne en émotion. Toutefois ce deuxième volume, toujours aussi voluptueux, ne perd nullement de vue le contexte politique dévastateur.

Entre les collaborationnistes et les activistes opposants, Léa est de tous les milieux, mais rêve de lendemains meilleurs. Nous aussi. Et pourtant, la suite pressent des heures bien sombres... En attendant, la lecture a, une fois de plus, su me transporter au-delà de mon petit confort. L'intrigue y est bouleversante, romanesque, palpitante et fabuleusement excitante. Foin de la polémique, R. Deforges est enfin en roue libre et installe sa série avec une remarquable efficacité !

éditions Ramsay, 1983 / Fayard, 1993 ♦ Couverture de Jerome Lo Monaco

 

# été 2015 : Je relis la saga #

La Bicyclette Bleue SAGA

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31/08/15

Bilan du mois : Août 2015 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

Summer vintage Beach

C'était l'été ! Et j'ai aimé me perdre, loin, très loin... et tout oublier.

J'ai également pu rattraper mon retard, en matière de lectures, en appréciant :

-----

Des comédies légères, 

♣ Ça peut pas rater ! de Gilles Legardinier

♣ Les crevettes ont le cœur dans la tête, de Marion Michau

♣ Le premier jour du reste de ma vie, de Virginie Grimaldi

♣ L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes, de Karine Lambert

♣ Nuit de noces à Ikonos, de Sophie Kinsella

 

De l'évasion et du voyage,

♣ La Ville orpheline, de Victoria Hislop

♣ La briscola à cinq & Un tour de passe-passe, de Marco Malvaldi

♣ Les 3 tomes de La Bicyclette Bleue, de Régine Deforges

 

Des frissons et autres tensions psychologiques redoutables !

♣ Dernière conversation avec Lola Faye, de Thomas H. Cook

♣ Jusqu'au dernier, de Deon Meyer

♣ La mort à nu, de Simon Beckett

♣ À la vie, à la mort, de Colette McBeth

♣ Du sang du Abbey Road, de William Shaw

♣ Marée d'équinoxe, de Cilla & Rolf Borjlind 

 -----

Et quelques séries TV : 

 Southcliffe, série britannique, créée et écrite par Tony Grisoni, réalisée par Sean Durkin, diffusée sur Channel 4.

Southcliffe

D'une tristesse abyssale et dégoulinante de désespoir ! 

 

Perfect Crime : The Escape Artist, série britannique, créée par David Wolstencroft, réalisée par Brian Welsh, pour BBC 1.

Perfect crime

Une histoire prenante et d'une grande subtilité, mais qui fait froid dans le dos. Les acteurs sont parfaits !

 

The Killing (Forbrydelsen) Saison 3, créée par Søren Sveistrup et diffusée sur la chaîne danoise DR1.

Forbrydelsen-The Killing

C'était bon de retrouver Sarah Lund dans une enquête de kidnapping, de tueur en série et de politique... mais la fin est hyper frustrante !

 

Summer Sky

 Back to real life ! ...

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


31/07/15

Bilan du mois : Juillet 2015 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

Citrus

 

Blog en V.A.C.A.N.C.E.S !

♦♦♦

Reading Swimming 

 

   

 

 .... à bientôt ! ♪♫♪ ♫♪

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Ça peut pas rater ! de Gilles Legardinier

CA PEUT PAS RATER

Humiliée par son petit copain, qui la largue après dix ans de vie commune, Marie décrète qu'elle en a assez des hommes et entend se passer d'eux... Mais voilà qu'elle reçoit la lettre d'un admirateur secret, qui la rend toute guillerette ! Qui, parmi son entourage, se languit d'elle en soupirant ? À peine le temps de dresser une liste de potentiels qu'elle s'embarque dans de folles péripéties !

D'abord, sauver la boîte où elle travaille, contre le plan de redressement préparé en douce par le patron. Puis, rendre la pareille à son ex goujat, qui exhibe sa nouvelle conquête sous son nez, et préparer avec gourmandise le sabotage de sa soirée déguisée. (Quel grand moment !) Jouer l'entremetteuse pour sa meilleure amie, et échafauder des ruses pour démasquer sa groupie de l'ombre, au risque de se ridiculiser.

Jackpot gagnant avec cette lecture enjouée et délirante, qui parvient à alterner les séquences cocasses, sensibles et vraies sans jamais dramatiser, et en assumant pleinement son goût pour la dérision ! J'adore. C'est très, très drôle, avec un portrait de femme, blessée et malheureuse, mais à l'énergie débordante. On ne peut que s'attacher à Marie, à travers laquelle on se reconnaît insidieusement dans son désir de repli de la scène amoureuse, sa profonde amertume et sa confiance bafouée.

Le roman fait aussi montre d'une certaine lucidité concernant la vie de couple, pas toujours parfaite, et de l'antagonisme entre les hommes et les femmes, même si cela reste la plus vieille valse du monde ! On peste, on râle mais on y revient sans cesse. Bref, j'ai été transportée à l'écoute de Clémentine Domptail, qui a su offrir une lecture agréable et pétillante. Ce sont 10 h 30 passées en un clin d'œil, pour un rendez-vous toujours très apprécié avec cet auteur. G. Legardinier conforte l'idée que toute prescription littéraire devrait être obligatoire contre le blues !

Audiolib / Juillet 2015 ♦ Texte lu par Clémentine Domptail (durée : 10h 30) ♦ Fleuve Noir, 2014

La Ville orpheline, de Victoria Hislop

LA VILLE ORPHELINE CD

Été 1972. La ville de Famagouste, à Chypre, héberge la station balnéaire la plus enviée de la Méditerranée. Le couple Papacosta fête l'inauguration de son complexe hôtelier, le Sunrise, avec faste. L'avenir leur apparaît radieux et ambitieux. Pourtant, deux ans plus tard, le pays sombre dans le chaos, avec un putsch militaire qui va diviser l'île peuplée de communautés grecques et turques. On suit alors deux familles voisines, les Georgiou et les Özkan, tentant de survivre dans la ville enclavée où ils ont choisi de se cacher. 

Tristesse et mélancolie composent l'essentiel de cette histoire, mais sa puissance romanesque demeure remarquable. J'ai été enveloppée par les descriptions de ce décor de rêve (le soleil, les plages dorées, les complexes hôteliers et les boîtes de nuit). C'était magique, franchement dépaysant ! Quand la situation tourne au vinaigre, j'ai été autant tenue en haleine par la tension dramatique et le destin des familles croisées. Ce titre ne possède peut-être pas les mêmes atouts que L'île des oubliés, mais cette escapade sur l'île chypriote n'en demeure pas moins captivante.

L'enregistrement audio est également un succès et un choix judicieux pour les vacances. Maia Baran, la lectrice pour Audiolib, parvient à nous charmer par son intonation calme et envoûtante. Elle s'accompagne aussi d'une réalisation sonore de grande qualité, qui prolonge à merveille la sensation de dépaysement.

Audiolib / Juillet 2015 ♦ Texte lu par Maia Baran (durée : 12h 26) ♦ Traduit par Alice Delarbre pour les éditions Les Escales (The Sunrise)

30/07/15

La Bicyclette bleue, de Régine Deforges

La Bicyclette Bleue

Août touchait à sa fin. Léa, la deuxième fille de Pierre Delmas, qui venait d'avoir dix-sept ans, les yeux mi-clos, assise sur la pierre encore chaude du petit mur de la terrasse de Montillac, tournée vers la plaine d'où montait certains jours l'odeur marine des pins, balançait ses jambes nues et bronzées, aux pieds chaussés de bazardaises rayées.

Vivant dans l'insouciance de ses 17 ans et la certitude d'être aussi belle que farouche, Léa Delmas règne sur son essaim de prétendants avec une insolente assurance. Mais nous sommes en août 1939, la guerre éclate. La jeune fille est désespérée. Elle vient de voir l'élu de son cœur en épouser une autre et lui arracher la promesse de veiller sur celle-ci. Camille est fade, douce, assommante. Tout le contraire de notre rousse volcanique. Pour plaire à Laurent, elle accepte tous les compromis.

Car Léa est fougueuse, sensuelle et impudique. Elle réclame de l'amour des étreintes passionnées, pouvant l'arracher du chaos ambiant et de cette guerre cauchemardesque. Aussi, la jeune femme se donne sans compter et multiplie les amants... entre Mathias, son ami d'enfance, insatiable et impatient, sans oublier l'inaccessible Laurent, qu'elle tente de séduire à maintes reprises, ou François, pour lequel elle ne peut réprimer son attirance, et qui la comprend mieux que personne. « Votre désir sera toujours plus fort que votre intelligence et votre instinctive prudence. Vous êtes une enfant gâtée qui n'hésite pas à prendre le jouet d'une autre même si, une fois en votre possession, le jouet vous semble moins beau. Vous voulez tout, Léa, et tout de suite. »

Cette saga s'ouvre sur un premier tome flamboyant, que j'ai dévoré le cœur battant fort, fort, fort, quand bien même je l'avais déjà lu vingt ans plus tôt ! Si les premiers chapitres rappellent immanquablement que la trame d'Autant en emporte le vent constitue effectivement la base du roman, en guise d'hommage ou de pastiche, on bascule vite dans un autre monde, une autre époque, un autre combat et d'autres amours interdites. Et sulfureuses. Léa folâtre pour conquérir sa liberté et défier la mort, avec cette candeur et cette gourmandise qui la caractérisent tant. R. Deforges n'a pas fini de nous transporter dans les affres de la passion, avec pour toile de fond les ravages d'une guerre destructrice et implacable. Tout simplement, captivant !

Fayard ♦ éditions Ramsay / 1ère édition : 1981 ♦ Couverture de Jerome Lo Monaco

 

# été 2015 : Je relis la saga #

La Bicyclette Bleue SAGA

 

 

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

La Renarde, de Marine Blandin & Sébastien Chrisostome

IMG_4497

Oyez, oyez, les lecteurs accros aux lectures décapantes, vous allez vous délecter avec cette Renarde sournoise, qui tourne en bourrique le poulailler et la faune environnante. Le ton est particulièrement féroce (elle croque tous les bébés lapins et rend dépressive leur maman), parfois graveleux et grossier (elle se moque vertement du chien de garde et du chasseur). L'humour est donc sacrément irrévérencieux et obscène, mais malgré tout jouissif, il n'y a qu'à croiser le loup déglingué, qui suinte la mort, ou Kevin le cheval qui rêve d'aventures (et est trop gras et lourd pour s'échapper du pré en passant par le portillon ouvert)... C'est à mourir de rire ! Les ados de la maison en sont particulièrement friands, et je dois dire qu'ils ont du nez en la matière ! La dernière BD à nous avoir autant faire rire, c'était Coucous Bouzon d'Anouk Ricard. ;-)

Résumé de l'éditeur (tout simplement alléchant) : Amis des bêtes, passez votre chemin ! Amoureux des lapereaux mignons, des fermiers sympathiques ou des chiens de gardes efficaces, cet album n est pas pour vous. Car la Renarde, monstre de drôlerie, obtient toujours ce qu'elle veut, quoi qu'il en coûte à ses adversaires ! Cette pro de l'arnaque au pelage chatoyant met sens dessus dessous la petite communauté rurale qui l'entoure. Elle mange les bébés de madame lapine, bouffe les poules du fermier et les fait tous tourner en bourrique... même Kevin le cheval. Un personnage à la malice méphistophélique qui aligne les gags à la mécanique parfaite. Ne vous fiez pas à leur graphisme tout en rondeur, Marine Blandin et Sébastien Chrisostome distillent un humour au cynisme implacable. En refermant l'album, il y a de bonnes chances que vous murmuriez à vous-même : « quelle saloperie cette renarde, tout de même... »

Ah, ah ! ☺ ♥

Casterman / Professeur Cyclope - Mai 2015

IMG_4498   IMG_4499

IMG_4500   IMG_4501

IMG_4502   IMG_4503

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,