21/01/13

Clarence Flûte #3

IMG_8473

En une année, Sandrine Bonini nous a fait cadeau de trois livres avec son charmant petit personnage, Clarence Flûte, un génie des sciences, amoureux de la jolie Sybille mais tellement timide qu'il perd tous ses moyens en sa présence.

Cette fois, c'est la zizanie dans la classe depuis la disparition de la maîtresse, Mlle Fine-Croûte. Le professeur Ransom est leur remplaçant, toutes les filles sont folles de lui et Clarence est perplexe. La situation avec Sybille est de nouveau au point mort. Alors qu'il envisage un plan tordu pour se débarrasser de leur prof, une nouvelle élève fait son entrée et s'installe juste à côté du garçon. Elle s'appelle Yukiko, elle vient du Japon et parle très mal le français.

Allons donc, la voilà qui ne cesse de coller aux basques de Clarence, lui qui a d'autres projets en tête... Et Sybille qui fait une triste mine depuis que ses copines racontent qu'il est amoureux d'une autre ! Il est temps de mettre au point la Devine-Machine pour traduire tout ce que Yukiko baragouine dans son coin. Le miracle va s'accomplir et la fillette est adoptée dans le clan des filles. Clarence a la voie libre pour revenir à sa première mission : évincer le professeur Ransom.

Pour la troisième fois, je vais peut-être éviter de me répéter au sujet de cette série : c'est chouette, rigolo, les illustrations sont parfaites, sans niaiserie, on trouve juste ce qu'il faut en analyses scientifiques et en mésaventures farfelues, c'est vraiment mignon, avec des personnages attachants qui vivent des histoires toutes simples. J'espère que la série multipliera les tomes, c'est une très sympathique découverte.

Clarence Flûte et la rivale qui en savait trop, par Sandrine Bonini
Autrement, 2012

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Un amour sur mesure ☺

IMG_8559

Dans le pays de Micromagne, deux habitants sont si malheureux que même le soleil a honte de briller. Garganton, le géant minuscule et Mimolette, la naine immense, sont rejetés par les habitants de leur royaume à cause de leur problème de taille. Mais ne dit-on pas que les opposés s'attirent ? Parfois les différences rapprochent...

Un joli petit roman, qui raconte que les contraires s'attirent (et se complètent !) c'est mignon comme tout, magnifiquement mis en valeur par les illustrations d'Alexandra Huard.

Ce roman a déjà été édité en 2008 avec les illustrations de Marjorie Pourchet.

Un amour sur mesure, par Roland Fuentès - illustrations d'Alexandra Huard (Nathan, 2012)

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

"Parfois, être optimiste, ça demandait simplement trop d'efforts."

lamourettout

Callie a 30 ans, elle est célibataire et folle amoureuse de son patron, Mark, avec qui elle a eu une brève aventure il y a quelques mois. Elle ne désespère pas de le reconquérir, même si celui-ci s'affiche avec une nouvelle conquête. Complètement déboussolée, Callie décide d'opter pour le Plan B : il lui faut un autre homme dans sa vie, pour titiller la jalousie de Mark. Ce sera donc Ian McFarland, le jeune véto qui vient de s'installer en ville, un type trèèès séduisant mais aussi glacial qu'un iceberg. La jeune femme a bien du souci à se faire pour le dérider.

Et c'est ce qui est particulièrement drôle, car Callie est pétulante, enjouée, bavarde et pleine d'allant, tandis que Ian est tout son contraire. Or, dès que celui-ci lâche le moindre sourire ou montre qu'il n'est pas si insensible que cela, c'est la nouba à tous les étages. En attendant, il faut ramer sec. Donc, peu de jeu de séduction flagrant mais une tendre connivence qui s'installe au fil des chapitres... Certes, il est divorcé et marqué à vif, elle est obnubilée par son patron et a du mal à tourner la page. La romance entre ces deux-là ne peut que se gagner au terme d'une longue patience.

A côté, on découvre la petite ville de Georgebury dans le Vermont, avec sa communauté très attachante. Callie vit chez son grand-père, Noah, un monsieur grognon et taciturne, mais qui a un cœur d'or. Sa famille est complètement folle, ses parents ont divorcé depuis 22 ans mais son père espère se réconcilier avec sa mère, même si celle-ci ne lui pardonne pas son infidélité. Sa sœur aînée est devenue aigrie et a pris en horreur les hommes, son frère joue les détachés mais n'a aucun but dans la vie. Au milieu, Callie tente d'adoucir les angles et de faire en sorte que les réunions familiales ne virent pas à la catastrophe (peine perdue).

Enfin bon, tout ça pour dire qu'on découvre un roman surprenant et très agréable, où il est question d'amour et de romance, mais pas seulement, car une relation se construit aussi avec "tout ce qui va avec". Ceci dit, l'histoire se veut légère, frivole et alerte, j'ai beaucoup souri au cours de ma lecture et j'ai trouvé en Callie une héroïne formidable. Toujours à espérer, à garder confiance en elle et à partager cette joie de vivre. On sort de cette lecture avec la sensation de quitter une petite bulle de bonheur, sans la moindre tristesse non plus. Autant d'enthousiasme procure un bien fou ! Je relirai très prochainement cet auteur.

L'Amour et tout ce qui va avec, par Kristan Higgins
Harlequin, coll. Mosaïc, 2012 - traduit par Jeanne Deschamp

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18/01/13

“Some things must be done however much we wish to avoid them.”

IMG_8460

Dans ce troisième tome, le temps presse et certains éléments restent encore obscurs concernant la Prophétie. Lia n'a pas trouvé toutes les Clés, ni la Pierre et l'heure du Rituel contre Samaël approche. Ajoutez que sa sœur Alice vient d'arriver à Londres, escortée de son fiancé... James Douglas, l'ancien soupirant de Lia. Le monde de celle-ci est chamboulé, elle va tenter d'avertir le garçon qu'il court un grave danger. Au lieu de ça, elle réveille une petite flamme éteinte et brise le cœur de sa jumelle. Dès lors, cette dernière ne veut plus entendre raison et lie définitivement son destin à celui des Âmes. Lia est désespérée et commence à douter de sa capacité à réussir sa Mission, dans ses rêves l'ennemi gagne du terrain et elle lui concède progressivement cette victoire.

Ouhlala, il serait temps qu'elle se réveille ! Lia est devenue l'héroïne qui occupe tout le terrain, qui cavale à droite et à gauche, qui tremble de peur, qui cherche des solutions, qui tait ses angoisses et qui aime à perdre la raison aussi (Dimitri, son séduisant garde du corps... n'importe qui abandonnerait sa vertu pour ses beaux yeux ! Ce garçon est irrésistible.) Résultat, le personnage d'Alice est mis en retrait. Pour la première fois, j'ai ressenti un petit pincement au cœur en pensant à elle. C'est tellement triste ce que le sentiment d'abandon et de désamour peut faire naître chez certains.

Enfin bref, l'intrigue se traîne un peu dans la première moitié du roman, on lambine beaucoup et on passe son temps à attendre, espérer, chercher, craindre et sursauter au moindre bruit. L'action est vraiment très lente, mais je le savais déjà. En fait, ce que j'aime par-dessus tout dans cette série, c'est son romantisme désabusé et son charmé éthéré. Eh oui, cela se passe comme ça chez Michelle Zink : on aime le sens du sacrifice, on a le goût de la dramaturgie et on tourne la dernière page sur une pointe d'amertume, car l'histoire n'offre pas de dénouement heureux. Et c'est tant mieux, car cela confère à l'ensemble une volonté de ne pas céder à la facilité. *Applaudissements*

Maudites, tome 3 par Michelle Zink
Hachette jeunesse, coll. Black Moon, 2011 - traduit de l'anglais (USA) par Laurence Kiefé

Les premiers tomes sont disponibles en format poche.

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17/01/13

"Ne pensons plus au passé que lorsqu'il nous apporte du plaisir, et contemplons l'avenir avec confiance et espoir."

IMG_8459

L'histoire se passe quelques années après le mariage des filles Bennet, en 1803. Nous sommes sur le domaine de Pemberley, où Darcy et Elizabeth coulent des jours heureux. Leur seule préoccupation consiste à organiser, dans la plus stricte tradition familiale, le bal de Lady Anne, avec peut-être l'annonce des fiançailles de Georgiana, qui semble entourée de deux prétendants. Et puis c'est le drame, un corps est découvert dans les bois, le couple Wickham fait une entrée fracassante et l'on comprend vite que le mari de Lydia est désormais le suspect idéal. La famille Bennet est effondrée, Liz et Jane se serrent les coudes, leurs époux font également preuve de patience, mais tout ce petit monde est clairement abattu. Plus on avance dans la lecture, plus on plonge dans un profond désarroi. L'ambiance devient sinistre, lourde, déprimante.

Il ne faut donc pas s'attendre à beaucoup d'action dans cette histoire, essentiellement alimentée de bavardages et composée d'introspection. P.D. James a privilégié une étude des sentiments et une analyse psychologique de la situation, revenant sans cesse sur des événements connus par les lecteurs de Jane Austen. Celle-ci était réputée pour sa finesse et son bon esprit, mais n'est pas Jane Austen qui veut ! Le style de Mrs James est plus classique, nettement peu mordant ou espiègle. C'est même parfois répétitif, on a l'impression de tourner en rond quand les mêmes faits et pensées sont rappelés d'une façon puis d'une autre. J'ai toutefois savouré cette ambiance, Pemberley occupe une place de choix dans le livre, mais aussi dans le cœur de ses occupants. Même les domestiques lui vouent un sens du devoir et du sacrifice qui peut paraître sidérant ! Et puis c'est toujours un plaisir de retrouver des personnages aussi chers, les sœurs Bennet ont fait du chemin et sont globalement heureuses, seul le couple Wickham fait preuve de sottise et d'inconséquence, comme d'habitude, ces deux-là n'ont vraiment pas changé. Quelle plaie ! Le petit clin d'œil à Emma a été également très fin, très délicat, je n'ai pas manqué de sourire à la fin.

Lecture hivernale par excellence, ce livre aura été un moment agréable et peu conséquent. Prévoir un peu plus de 10 heures d'écoute en Audiolib. Texte intégral lu par Guila Clara Kessous.

La mort s'invite à Pemberley, par P.D. James
Fayard, 2012 / Audiolib, 2013  - traduit par Odile Demange

Écoutez l'extrait lu par Guila Clara Kessous

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


16/01/13

Puskai prïdet pora prosit'sia...

IMG_8458

Adoptée à l'âge de cinq ans, Wally Stoneman a été élevée à New York dans une famille aisée, mais qui a voulu la tenir à l'écart de sa culture russe. C'est ce qui a finalement mis le feu aux poudres, car l'adolescente est entrée en crise et a choisi de fuguer afin de mener une existence sans attache, parmi une bande de squatters qu'elle considère comme son nouveau foyer.

Un jour, en voulant renouveler ses faux papiers d'identité, elle reçoit une enveloppe au sujet de sa mère légitime. Et ainsi, Wally va choisir de mener son enquête, sans se douter qu'elle vient d'attirer l'attention d'un mafieux russe, avide de vengeance et d'une soif sanguinaire.

La course-poursuite a lieu dans les rues de New York, d'un côté la jeune fille de seize ans et ses potes désoeuvrés, de l'autre on trouve un flic, un père et son fils armés jusqu'aux dents, une mère qui se cache, des secrets de famille qui prennent de plus en plus de place, et de fil en aiguille l'histoire déroule son fil, sans frémir, sans souffler.

Le scénario est plutôt habile, bien ficelé, il est suffisamment efficace pour nous accrocher du début jusqu'à la fin, et puis le rythme est haletant, on tourne les pages à vitesse grand V, on ne voit plus le temps passer et on apprécie ce moment de lecture. Cependant, si le plaisir est évident, il faut admettre que la lecture ne sera pas inoubliable non plus. Pour du bon divertissement, sur l'instant, oui c'est parfait. Le cahier des charges a été honoré !

Dark Eyes, par William Richter
Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, 2013 - traduit par Raphaële Eschenbrenner

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

15/01/13

“Cute kid. Dimples, curls, he’s like a male Shirley Temple.”

IMG_8456

Musicienne passionnée et animée par le sens de la compétition, Carmen espère atteindre son but en remportant le prestigieux concours Guarneri pour lequel elle répète depuis des années. Ce n'est vraiment pas le moment de tomber amoureuse ! Encore moins de Jeremy King, l'adversaire qu'elle redoute le plus. Et pourtant, le jeune prodige anglais, au charme dévastateur, a beau se montrer odieux et imbu de sa personne, la première fois qu'ils se rencontrent, l'étincelle s'est déjà embrasée et ces deux-là vont sérieusement s'enticher l'un de l'autre. Au grand dam de la mère de Carmen.  

Bianca est une ancienne soprano dont la carrière a été brisée par la maladie. Il n'est pas vain de conclure qu'aujourd'hui elle tente de retrouver cette gloire perdue à travers sa fille de 17 ans. C'est une mère abusive, redoutable, ne reculant devant rien pour atteindre ses objectifs. Elle étouffe sa fille, l'enferme dans une bulle, la force à prendre des médicaments pour gérer son trac et la maintient dans une pression constante.

L'histoire tourne donc essentiellement autour de la relation conflictuelle entre Carmen et sa mère, et se penche aussi sur l'envol de la jeune fille, qui va décider de prendre en main les rênes de son destin. L'intrigue est finalement moins centrée sur l'histoire d'amour entre Carmen et Jeremy, même si ça ne compte pas pour des prunes non plus. Le garçon est adorable, beaucoup moins moqueur et espiègle qu'on l'imaginait, du coup la romance est mignonne, pleine de retenue mais ne donne pas non plus envie de s'accrocher aux pages de son livre pour en avoir plus. En somme, c'est un roman convenu et pas très touchant, qui évoque surtout la musique et les drames qui s'y jouent lorsque la passion devient dévorante.

Virtuosity, par Jessica Martinez
Hachette, coll. Black Moon, 2012 - traduit par Alice Delarbre

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14/01/13

Attrape-moi si tu peux.

IMG_8457

Ce troisième tome voit le retour d'un spectre dans l'existence d'Emma, en la personne de Thayer Vega, le frère de Madeline, une amie de Sutton. Celle-ci aurait entretenu une liaison secrète avec le garçon, mais depuis le soir de son meurtre, Thayer a tout bonnement disparu de la circulation ! Il se présente un soir dans la chambre de la jeune fille, mais Emma est terrorisée et alerte la police.

Encore une fois, il faudra faire preuve de grande patience avec cette lecture pour connaître le fin mot de l'histoire. L'auteur a su peaufiner un scénario tordu qui nous tient en haleine, nous force à réfléchir et supposer que tout le monde est potentiellement coupable dans cette série. Les filles sont toutes des pestes, elles agissent bizarrement, les garçons aussi sont secrets, et que dire des parents dont les comportements paraissent tout autant mystérieux. Tout est calculé pour titiller notre paranoïa, procédé efficace, car nos idées s'entrechoquent et font la part belle à la folle du logis.

J'ai certes ma petite idée sur l'identité du coupable, mais je ronge mon frein d'attendre trois autres tomes pour confirmer mes soupçons. Cette série a des effets démoniaques, redoutables et vicieux. Cela se lit très vite, c'est agaçant, vraiment stressant, mais ça vous rend accro !

The Lying Game, tome 3 : Action ou vérité, par Sara Shepard
Fleuve Noir, coll. Territoires, 2013 - traduit par Isabelle Troin

09/01/13

"You will always be a monster, there is no turning back from it. But what type of monster you become is entirely up to you."

IMG_8446

Cette nouvelle série de Julie Kagawa a été une réelle bonne surprise ! C'est un roman sur les vampires, qui se passe dans un futur hypothétique, et qui nous propose quatre pistes de lecture toutes plus intéressantes les unes que les autres. D'abord, nous faisons connaissance avec Allie, une jeune fille qui tente de survivre en pillant les poubelles pour manger et qui se cache des vampires pour ne pas être enregistrée et servir de banque de sang. Sa petite bande et elle vont organiser une excursion au-delà des murs de la ville, mais leur épopée va mal tourner. Pour Allie, deux options s'offrent à elle : mourir ou devenir elle-même un vampire !

Il faut expliquer que la population humaine a été décimée par un grand fléau, contre lequel seuls les vampires auraient pu résister. Les scientifiques ont tenté de trouver un remède, mais à la place ils ont créé une nouvelle espèce, les Enragés, sorte de croisement entre le zombie et le vampire. Résultat, nul n'est à l'abri du danger et ça zigouille à tour de bras. Allie va tenter de se familiariser à son nouveau mode de vie, refusant de se considérer comme un monstre, tentant de préserver le minimum d'humanité qui subsiste en elle, mais c'est très difficile. C'est surtout le regard des autres qui lui rappelle quelle est sa place désormais.

Par un étrange concours de circonstances, Allie va se joindre à un groupe d'hommes et de femmes guidé par un ancien pasteur en quête d'un lieu baptisé Eden. Leur expédition est suicidaire, mais la jeune fille est attirée par cette famille et se glisse parmi eux en dissimulant qui elle est. Elle va se lier avec le fils du pasteur, le très charmant Zeke, s'attacher, prendre des risques et se mettre en péril. Mais sûr que ça valait le coup ! Même si les vérités sont encore plus douloureuses, se bercer d'illusions le temps de quelques semaines est une aubaine à saisir à bras le corps, et en haussant les épaules.

L'univers de la série est infiniment plus sombre, plus dur que ce à quoi nous avait habitué l'auteur. C'est nettement moins romantique, aussi les quelques percées sentimentales sont à déguster avec une petite cuillère, en savourant chaque bouchée. Le rythme de lecture est vif, intense et trépidant. Ce 1er tome parvient à nous séduire sans effort, il y a aussi la petite touche d'humour fortement appréciable, l'héroïne est forte et sensible, l'action surgit sans prévenir, enfin bref c'est agréablement surprenant, ça se lit avec avidité et je réclame la suite avec impatience !

Je suis une immortelle, par Julie Kagawa
Harlequin, coll. Darkiss, 2012 - traduit par Marilyne Beury
 

"You didn't hear what she told me when I got up -- you're so cute I could put you in a pie. Tell me that's not the creepiest thing you've ever heard."

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08/01/13

"I was nothing inside but light and color"

IMG_8447

Ils ont toute une nuit pour se découvrir, toute une nuit au cours de laquelle ils traquent un individu qui vend du rêve sur les murs de la ville, sans se douter que la vérité est au bout de leurs doigts, sur leurs lèvres, dans leurs cœurs. Lucy et Ed avaient toutes les raisons de se détester, deux ans plus tôt ils ont tenté de sortir ensemble mais leur rencard a viré à la catastrophe. Après quoi, Ed a quitté le lycée et Lucy s'est mise à fantasmer sur celui qu'on surnomme l'Ombre, un inconnu qui exprime son art à travers des graffitis.

Ce soir-là, Lucy et ses amies acceptent de partir à l'aventure avec Ed et ses deux potes, elles ignorent encore qu'elles ont déjà trouvé ce qu'elles cherchaient et c'est ce qui va apporter un peu de piment à l'intrigue. Bien évidemment nous ne sommes pas dupes et nous suivons cette partie de cache-cache avec une pointe d'excitation. Très vite il apparaît qu'une véritable relation / attirance se tisse entre Lucy et Ed, on n'en peut plus alors d'attendre le moment fatidique où les masques vont tomber, mais préparez-vous à patienter un bon bout de temps. C'est en effet assez long et stressant !

L'histoire se déroule en alternant les voix de Lucy et Ed, ce qui permet de s'attacher deux fois plus aux personnages. Ed est un garçon craquant, sensible, torturé et secret, il a souvent besoin qu'on le pousse du coude pour avancer plus vite, plus loin. Lucy est aussi une grande rêveuse, qui s'interroge sur l'amour et les sentiments en contemplant ses parents qui se déchirent au nom de leur folle passion. Même si tout n'est pas rose et crémeux non plus, l'histoire est tout de même ravissante et poignante, avec des descriptions parfaites sur l'art, l'amitié, l'amour et la confiance. C'est vraiment beau, avec une touche de poésie qui rend ce livre à part. Sans oublier son grain de folie, car tous les personnages du roman sont fantasques et attachants, on n'a pas très envie de les quitter au lever du jour.

Graffiti Moon, par Cath Crowley
Albin Michel, coll. Wiz, 2013 - traduit par Valérie Le Plouhinec

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,