14/11/07

Pour les petits, pour les grands et moi et moi et moi

Je ne connaissais pas, je viens de les découvrir et déjà j'aime beaucoup ! ...

pyjamasques_et_lilifeepyjamasques_et_romeo_mecano

Cette série est toute nouvelle, fraîchement parue en début d'année avec deux tomes, et voici la suite pétillante de trois héros hors du commun !  Ils sont trois, ils portent des combinaisons moulantes, ce sont les Pyjamasques. Ils s'appellent Yoyo (le super costaud), Gluglu (qui colle) et Bibou (qui vole). La nuit est le théâtre de leurs palpitantes aventures...

Les pyjamasques et Roméo Mécano :

La nuit est belle. Les Pyjamasques et leur ami Ptigarou rêvent au clair de Lune, lorsque surgit dans le lointain une inquiétante machine… Dans la cabine de pilotage, un petit garçon pas très sage s’agite au milieu des manettes et des écrans, c’est Roméo. Inventeur d'étranges machines, il a décidé de capturer la lune pour la découper en morceaux et la vendre au rayon fromage du supermarché !

Les pyjamasques et Lili Fée :

Cette nuit là, nos trois héros,Yoyo, Gluglu et Bibou font les fous et se heurtent à Lilifée, une délicate artiste en pleine création. Éblouis par tant de beauté, les irréductibles Pyjamasques tombent fous d’amour ! Pour la première fois, ils vont se disputer… ses faveurs !

Pyjamasques

Alors surtout ne croyez pas que ce soit cruche et bêta, d'un niveau intellectuel qui ne dépasse pas la Mat. sup. ! Parce que c'est franchement rafraîchissant ! L'ambiance nocturne, très bien dépeinte par ses couleurs, est l'invitation aussi à partager les plus folles péripéties de ce trio sympathique.

C'est simple, pas nunuche, ça ne manque pas d'idées et de rebondissements. Bref, les enfants adorent ! (Et moi aussi !)

Les pyjamasques - par Romuald (auteur illustrateur né en 1976, comme moi, quel talent !!!) - Gallimard jeunesse - coll. Giboulées.  6,00 €

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13/11/07

C'est l'automne ! encore des feuilles volantes...

_t__du_sureauEn apprenant la mort soudaine de son ami et éditeur Alain Oulman, Marie Chaix perd soudain la faculté de réagir, de rebondir en prenant la plume pour écrire.
Un silence de dix ans va suivre, dans lequel l'écrivain se dit incapable, sent la source tarie et pense avoir enterré sa carrière d'auteur.
En même temps, elle apprend la séparation de sa fille Emilie avec son compagnon Richard. La même stupeur la saisit, la même impuissance de comprendre, d'absorber la nouvelle...
Aux amis qui la forcent à reprendre du service, à l'obliger d'écrire, Marie reste interdite. Elle cherche à expliquer mais n'y arrive pas. Il lui faudra donc dix longues années pour retracer ce parcours de manque, d'immobilité et d'inaptitude.

Dans son livre « L'été du sureau », Marie Chaix en profite donc pour faire le bilan de sa vie de femme et d'écrivain. Le résultat est superbe ! Beaucoup de finesse, de douceur, de subtilité... une langue amoureuse, ronde, tantôt rosissante, balbutiante aussi. Un regard sans cesse étonné et confiant, une certitude jamais prétentieuse d'avoir retenu les bonnes leçons, d'être sortie d'une enfance douloureuse sans blessures (son père était collabo, il a été condamné et emprisonné, il y a eu les deuils aussi avec la mort des frères).
Et cette tendresse de maman, qui a su souffler à ses deux filles le même élan vers une vie amoureuse pas toujours linéaire (les répétitions des mêmes erreurs, bien malgré elles), son retour de femme amante, son délire de laisser échapper un gendre qu'elle adorait...

Sans oublier son travail d'écrivain : « Pour moi ce fut l'écriture, cette chose si mystérieuse qui vient ou ne vient pas... au moment précis où... ou bien pas du tout. Mais ne vient jamais « tout seul », qu'on se le dise car beaucoup le croisent encore. (...) Si le désir d'écrire pousse en même temps que les ailes, merveille, il trouvera la sortie ! Les débuts sont exaltants, c'est une première fois, un miroir qui vous veut du bien... mais le désir d'écrire est un petit état de grâce à choyer comme l'enfant à naître, fragile et dévorant. Les premiers mots sont des balbutiements qui se bousculent pour émerger du flot sombre. »
Lecture éblouissante ! A ne pas manquer !   * 5,50 € *  / Points

A été lu par Cathe !

Photo auteur et couverture : @ Marie Chaix, par Henri Droux en 1974


petit_eloge_des_grandes_villes« Je viens du pays de mon enfance, où le rêve se dessine en creux des choses vues, touchées, connues. La ville est un mirage, c'est pourquoi je la veux, je la désire. La ville est un fantasme. Elle est à moi, elle est l'endroit défendu, le périmètre dangereux, et je sais, sans le formuler encore, que c'est là que je vais guérir, grandir, ouvrir mes poumons, risquer de vivre. C'est peut-être le pollen du jardin, les plumes des oiseaux dans les platanes, la poussière de la vieille pierre qui m'étouffent. » (...)

Citadine convertie, convoitant l'asphalte et les villes plexiglas farouchement, Valentine Goby expose dans ce petit texte inédit son éloge des grandes villes. On passe sur l'enfance dans le Sud de la France, dans la ville des parfums et des clichés qu'on gomme pour les encadrer dans de jolies cartes postales, on suit la jeune femme qui déploie ses ailes vers un New York kaléidoscope et on revient à un tour du globe sans manières de Hanoï à Manille, de Jérusalem à Londres, et de Copenhague à Paris.

Un texte empreint de sensations, de senteurs, d'émotions. Cela ne restera pas forcément dans les annales de la littérature, mais Valentine Goby demeure un auteur remarquable, et qu'il ne faut pas manquer de découvrir !  * 2,00 € *  / Folio


Quatrième de couverture

baiser_dans_la_nuqueBientôt Fanny sera sourde. Bientôt elle n'entendra plus les pleurs des enfants qu'elle aide à mettre au monde. Pourtant, avant que le silence ne se referme sur sa vie, la jeune femme décide de prendre des cours de piano.

Louis, son professeur, elle l'a croisé à la maternité. Un homme solitaire et secret, doux et blessé. Au fil des leçons, une complicité pudique s'installe entre eux. Peu de mots, quelques gestes, des regards, et puis la musique. Pour affronter et surmonter la maladie, qui progresse, mais aussi, surtout, pour se soutenir mutuellement.

« (...) léger comme une chanson, sombre comme un requiem. » Christine Ferniot - Télérama

Ce que j'en ai pensé : Je suis restée en retrait, spectatrice complètement neutre de cette histoire qui est pourtant assez belle et touchante. La relation entre les deux personnages est pudique, sans vulgarité et elle ne frise pas le ridicule, ce n'est pas trop long ni ennuyeux. C'est au contraire pétri de volupté, de sensualité, de charme, de silence et de mystère. L'orchestration parfaite pour me séduire, et finalement non. Je ne sais pas pourquoi ! Toutefois je compte lire le deuxième roman de Hugo Boris, tant de promesses loupées ne peuvent qu'inciter la lectrice frustrée (que je suis) de ne pas rester sur cette déconvenue ! A suivre...  * 6,30 € * / Pocket

A été lu par Elfe (qui partage mon avis)

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

12/11/07

Un ramassis de feuilles avec des mots écrits dessus ...

Quelques titres en format poche (pas cher) pour remplir vos étagères et gonfler vos piles de livres à lire !!!

serveuse_etait_nouvelleCela fait trois jours que Sabrina, la serveuse du Cercle, n'est pas venue travailler. Arrive alors Madeleine, la nouvelle serveuse, que le patron briefe en vitesse avant de s'en aller faire sa petite fugue habituelle... Pierre, 53 ans, est garçon de café depuis huit ans dans ce bistro d'Asnières près du tunnel de la gare. Il voit tout, il écoute beaucoup mais c'est dans sa tête qu'il se parle (sa solitude, ses amours déçues, sa lecture de Primo Levi et les déboires de ses patrons).
L'histoire devient bancale dès le départ du patron, qui s'éternise et ne donne aucun signe de vie. Sa femme le soupçonne, Pierre sait bien quelque chose, et il est là, le pillier sûr et réconfortant.
Pourtant les jours au Cercle sont comptés. L'avenir du café devient de plus en plus compromis, suite aux fugues coûteuses du patron goguenard...

Très rapide à lire, ce livre a pourtant failli m'échapper des mains parce que j'étais moyennement convaincue au début. Quoi ? un semblant de brèves du comptoir, une complainte d'un serveur automate ? Mouaip, pas folichon. Et puis, peu à peu l'oiseau fait son nid et l'histoire propose une éclaircie. Que se passe-t-il au Cercle ? Où est passé le patron ? Et que va devenir sa femme ? La serveuse (nouvelle) n'est qu'un grain de sable, on s'en rend vite compte !
Agréable, mais pas mémorable (je pense).   * 5,80 € * / Pocket

C'est Cathe qui m'avait donné envie de le lire !


80_etes

« Paul aura vécu 86 étés » - Ainsi commence la confession de Jeanne, la petite-fille, face à la mort de son grand-père. En s'éteignant, Paul vole cette part de l'enfance, de l'adolescence et de la femme à éclore, autant de pelures qui constituent la narratrice. Et c'est clair qu'en ouvrant ce beau petit livre, on a le sentiment de lire une « ôde à ma famille » avec Jeanne qui clame son amour pour sa mère, son père (des parents divorcés mais heureux), sa belle-mère, son beau-père, ses demi-frère et soeurs. Jeanne aime son petit monde et sait très bien le partager avec le lecteur. Forcément on s'attache, on trouve qu'ils sont tous beaux, gentils, aimants et aimés. Le rêve ! Et puis, il y a les fêlures : d'abord le divorce, ensuite le déchirement, viendront la timidité maladive, les rougissements excessifs, le blocage envers le sentiment amoureux, ce corps maladroit et disgracieux (selon elle), et toujours un moral en béton et des dents longues !
J'ai beaucoup aimé la transparence du récit de Jeanne Herry (la fille d'un chanteur et d'une actrice reconnus). Ce n'est pas un livre où elle étale les plus vertes confessions, jamais elle ne règle ses comptes, ni ne revendique sa filiation « fille de ». C'est finalement un livre très pudique où Jeanne dit des choses personnelles, intimes, assez vulnérables. Et c'est surtout cet élan de sincérité, de vouloir communiquer son amour, la tendresse autour qui fait qu'on gobe ce texte tout entier en se régalant. En somme, « 80 étés » a été écrit avec reconnaissance et authenticité, sans chichis mais 100% pur beurre (de bonnes doses d'amour, quoi !).   * 4,10 € * / Folio


Verite_et_ses_consequences« La vérité et ses conséquences » est une comédie douce-amère sur les sempiternelles relations dans les universités américaines, dans le petit cadre fermé des intellectuels qui perdent leur foi, cherchent la notoriété, donnent des conférences et courent à perdre haleine pour fuir l'attachement trop intempestif des admirateurs. Au centre du roman d'Alison Lurie, on retient la figure magnifiquement agaçante de Delia Delaney, pompeuse et sexy, qui cartonne et détonne dans ce milieu coincé et huppé. Autre personnage intéressant : Alan Mackenzie, le pitre de service, bien malgré lui. Il se coltine des douleurs lombaires depuis 18 mois, et chaque passage dans le roman donne lieu à des séances de grimaces et pleurnicheries. Alison Lurie n'est pas complaisante, elle épingle un bon coup pour faire mal et le lecteur sourit. Le roman est, en somme, un rapide moment de lecture agréable, assez fidèle au style de l'écrivain. Quelques pages, vers la fin, auraient pu soulager l'histoire qui s'alourdit un petit peu. Sans quoi, bon point.   * 9,00 € * / Rivages


pluie_ne_change_rienUn 18 août, à Paris, vide et abandonné, près à succomber à un orage, un homme et une femme se rencontrent, se retrouvent, se sont donnés rendez-vous. Cette femme est très pâle, trop maigre, "elle était lisse et fine comme une esquisse, une femme pas assez dessinée, la chair pas assez pleine", et lui a les yeux bleus, la mèche de cheveux qui lui barre le front, il la suit dans le Luxembourg puis à l'hôtel. Très vite entre eux deux le langage des corps va s'ouvrir, plus loin que tous les mots pour expliquer le silence, la souffrance et l'attente.

Le corps devance le désir, l'un et l'autre se donnent, c'est un libre échange, ils ne sont pas deux, ils sont ensemble. L'homme doit apprendre la douceur et la brusquerie, la femme s'offre et se donne sans compter, mais reçoit autant de plaisir que de douleur. C'est très limite cette frontière entre le plaisir et la souffrance! Car chez cette femme il y a une plaie encore trop ouverte, pourra-t-elle s'en confier à lui? Elle paraît lui accorder sa confiance, en lui offrant son corps. De quoi donc a-t-elle été flouée, au même titre que ses rondeurs féminines? Cette femme est brisée et l'homme doit toujours se méfier, freiner pour respecter "cette effroyable limite entre le don et la méfiance, entre la licence et la précaution".

"La pluie ne change rien au désir" est très charnel et sensuel. Dans ce roman, il y a la figure de l'héroïne fragilisée et cassée, un passé obsédant et secret, et surtout une suavité dans les rapport homme-femme très, très licencieux! Véronique Olmi ne s'attache à rien, finalement. Elle raconte son histoire, prenez une femme qui n'a rien d'une femme, sinon une envie de sexe, une aspiration au plaisir et au désir incomparable. Et puis cette femme s'abandonne, donne son corps, se fond... En bref, c'est encombrant, langoureux, sensible et confondant. Le malaise est palpable.   * 5,00 * / LGF


swingAvec "Swing", on plonge immédiatement dans une soucoupe à voyager à travers le temps, franchir les océans et les frontières pour suivre une palette de personnages attachants, qui se croiseront ou s'effleureront à peine, mais cette peinture est belle, intéressante à découvrir et scruter à la loupe.

L'histoire commence de nos jours à Paris pour basculer à Londres en 1903 et parcourt ainsi tout un début de siècle en passant par New York, San Francisco, Montmartre, le Sud des USA, Cuba, les Antilles... Ce roman est en fait rempli de petites histoires qui suivent différents personnages, mais le point de départ s'attache à une peinture de Joseph Gaignault, retrouvée dans un grenier, avec un billet où "Joseph Gaignault n'est pas un peintre" est griffonné. C'est ce mystère qui donne la matière à grossir le roman de Jean Yves Chaperon.

L'auteur nous balade, en musique et en rythme, amarré à son amour du jazz (citation de "grands noms"), ébloui par la frénésie des années folles, mais gardant pied à terre pour conter le massacre de cette insouciance avec la guerre de 1914. Revient le mystère "Joseph Gaignault", ne l'oublions pas, entre les chapitres où flottent les esprits fascinants du boxeur Jack Johnson, du chanteur Caruso ou de la silhouette fuyante et juvénile d'une certaine Joséphine Baker...

C'est là le magnifique et l'incroyable : mêler avec habileté le vrai et le faux, croiser les destins des grandes figures à d'autres personnages inventés, s'imaginer une autre époque plus rutilante où le jazz allait connaître son âge d'or... Pour les plus grands amateurs, ce livre se savoure. Pour les moins éclairés (hmm, comme moi), "Swing" symbolise une palpitante saga où la petite musique résonne à l'oreille. Douce, entêtante et à mesurer dans le temps !  * 6,70 € * / J'ai Lu


Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

11/11/07

L'année de la pensée magique - Joan Didion

anne_de_la_pensee_magiquePrésentation de l'éditeur
Une soirée ordinaire, fin décembre à New York. Joan Didion s'apprête à dîner avec son mari, l'écrivain John Gregory Dunne - quand ce dernier s'écroule sur la table de la salle à manger, victime d'une crise cardiaque foudroyante. Pendant une année entière, elle essaiera de se résoudre à la mort du compagnon de toute sa vie et de s'occuper de leur fille, plongée dans le coma à la suite d'une grave pneumonie. La souffrance, l'incompréhension, l'incrédulité, la méditation obsessionnelle autour de cet événement si commun et pourtant inconcevable : dans un récit impressionnant de sobriété et d'implacable honnêteté, Didion raconte la folie du deuil et dissèque, entre sécheresse clinique et monologue intérieur, la plus indicible expérience - et sa rédemption par la littérature.

Autant avoir le moral au beau fixe, si vous souhaitez lire ce livre... Personnellement j'ai été dévastée par cette lecture ! Complètement minée, et pas loin d'être déprimée !

Pourtant c'est vrai que c'est un sujet universel : la mort et le travail de deuil. Tout ce qu'écrit Joan Didion à ce propos est si juste, si poignant et terriblement intelligent. Mais la plume est tantôt médicale, un peu froide, implacable à détailler le verdict des médecins. Passons sur le drame qui emporte son époux, John Gregory Dunne, car en même temps Joan Didion est confrontée à la maladie de sa fille, Quintana, hospitalisée durant des mois, et qui se trouve entre la vie et la mort. (D'ailleurs, en 2005, quelques mois avant la parution du livre aux USA, celle-ci décède à 39 ans mais Joan Didion n'a pourtant pas souhaité revenir sur son récit pour inclure ce second décès.)

Eprouvant, donc. Le livre est un double exercice : se concentrer sur l'acceptation de la mort de son mari, revenir sur leur vie conjugale qui a duré quarante ans, s'apercevoir qu'on existe aussi à travers le regard de l'autre, se tourner vers l'avenir et le retour à la vie. En même temps, il y a cette parenthèse qu'entraîne la terrible maladie de sa fille, un semblant de sursis, un entre-deux dans lequel le deuil semble caler, et être remisé aussi.

Les critiques sur ce livre sont dithyrambiques, je ne conteste pas ce fait. Mais en ce qui me concerne, j'ai eu beaucoup de mal à venir à bout de ce récit ! C'est tellement dur ...

Grasset - 278 pages - Traduit de l'américain par Pierre Demarty.  18,90 €

L'année de la pensée magique a été consacré " livre de l'année 2006 " aux Etats-Unis. Best-seller encensé par la critique, déjà considéré comme un classique de la littérature sur le deuil, ce témoignage bouleversant a été couronné par le National Book Award et vient d'être adapté pour la scène à Broadway, par l'auteur elle-même, dans une mise en scène de David Hare, avec Vanessa Redgrave.

En savoir plus sur Joan Didion : " Ecrire pour survivre " par André Clavel (Lire, Septembre 2007)

A été lu par Cathe aussi !

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

10/11/07

Petite musique des adieux

Petite musique des adieux

C'est indéniablement un charme puissant, autour des ingrédients irlandais : solitude, pluie, vent, acharnement du sort, pub et boissons fortes. Je me suis plongée dans ce livre comme dans un cocon douillet et confortable. Pas moyen d'en sortir avant d'avoir lu la dernière page. Et puis, l'auteur sait aussi garder l'attention du lecteur autour du "mystère" concernant ces deux personnages. L'un et l'autre transportent un boulet, quel est-il ? Jennifer Johnston prend le parti de n'en rien dévoiler avant la presque fin de son roman ! Pour commencer avec cet auteur, je vous recommande très honnêtement celui-ci !!!

lu en 2007

Posté par clarabel76 à 13:47:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



Badenheim 1939 - Aharon Appelfeld

badenheim_1939C'est le printemps et la saison des vacances redonne un nouvel élan dans la petite ville de Badenheim, une station thermale fréquentée par la bourgeoisie juive, et qui accueille comme chaque année un festival de musique orchestré par le docteur Papenheim.
On s'y presse, on s'y gave de pâtisseries, on y barbote dans la piscine, on flâne le soir en écoutant le bruissement des arbres de la forêt, on y danse et on y chante.
Et puis arrivent deux inspecteurs du service sanitaire, pour un recensement, puis pour une convocation à un futur voyage en Pologne (pour rassembler les Juifs de l'Est, dit-on). Les saisonniers appliquent les consignes à la lettre et attendent à l'hôtel, en toute confiance.
Mais nous sommes en 1939. Les moyens de communication sont coupés, et Badenheim vit dans une bulle hors du temps. Ce sursis implacable est vécu dans l'inconscience, raconté par Aharon Appelfeld de manière assez singulière.
Si le roman est d'abord lu comme s'il s'agissait d'une farce, une comédie assez cinglante et dérisoire, cela tourne vite au cauchemar. Mais le prodige de ce livre est d'étouffer le pire et l'horreur à venir dans un semblant de jolie parenthèse estivale. Une chronique légère et sans fard d'une déportation annoncée...
Cela se lit très vite, et même la chute révèle l'ineptie de toute cette mascarade, qui fait froid dans le dos !

Editions de l'Olivier - 165 pages - Traduit de l'hébreu par Arlette Pierrot.  17,50 €

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

09/11/07

Ruptures - Gisèle Fournier

ruptures« Jean-Marie, méfie-toi, tu bosses, tu te défonces, ils le reconnaissent, ils ne peuvent pas dire le contraire quand ils viennent faire un tour par là juste pour passer devant chez toi, lorsqu'ils voient cette maison, retapée, qui vit comme certains d'entre nous ne l'ont jamais vue vivre, mais ils ne t'accepteront pas. Jamais. Tu es un étranger pour eux, tu n'es pas comme eux. Et ils ne comprennent pas ce que quelqu'un de la ville vient faire ici. »
Dans un petit village près de la frontière italienne, Jean-Marie a décidé de « changer d'air » en restant peinard dans une petite maison abandonnée, au large du bourg. Il pensait trouver la paix, faire sa popote tranquille et sans attirer l'attention. Le temps pour lui, aussi, de ressasser les souvenirs, le pourquoi de son départ, de cette nouvelle vie d'ermite.
Mais on ne lui laissera ni le choix ni le temps. Jean-Marie va se heurter à la vindicte silencieuse et pesante des villageois. Il n'est pas d'ici, il dérange. Et pourquoi ?
Un nouveau roman de Gisèle Fournier sur « les rideaux soulevés, les visages fermés derrière les fenêtres closes, les yeux qui jaugent, qui espionnent »... L'histoire de « Ruptures » est aussi celle des mystères d'un homme et d'un village, dans une ambiance plutôt pesante, avec les bruits de pas et de sifflements la nuit, les non-dits menaçants et les précautions à demi-voilées pour inciter l'intrus à déguerpir.
La note finale va crescendo vers une étonnante intensité dramatique !
Pas mal du tout...

Mercure de France - 140 pages - 13,50 €

L'avis de Cathe

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

08/11/07

Alabama Song - Gilles Leroy

alabama_songDe quoi nous parle ce roman ? Oui, « roman », c'est un terme que souligne son auteur, Gilles Leroy, parce qu'il se défend d'avoir écrit une biographie romancée de Zelda Fitzgerald, l'épouse de l'écrivain illustre des années 20.
Et encore, c'est un peu facile. Cela rappelle les clichés vendus depuis des lustres, le couple glamour qui a brûlé ses ailes aux spotlights de la gloire, dans leur jeunesse, et qui a tout perdu dix ans plus tard (trop de scandales, trop d'amour et de haine, trop d'alcool et trop de liaisons sulfureuses).
Et concernant Zelda, il était si facile de la cantonner à son rôle de folle à lier, après avoir été la Muse du brillant écrivain et la Belle du Sud, fille du Juge Sayre de l'état d'Alabama...

Ce roman a les atours d'un journal, de la confession de Zelda du jour où son chemin a croisé celui du soldat Fitzgerald, en juin 1918, dans les rues de Montgomery. Impétueuse et orgueilleuse, Zelda brise les interdits et s'enfuit aux bras du jeune homme pour l'épouser à la va-vite deux ans plus tard.
D'amour, il n'en est déjà plus question tant Scott est imprégné d'alcool et du désir d'être reconnu par le milieu littéraire, élitiste de la bonne société new-yorkaise. Les frasques de Zelda apportent aussi de l'eau au moulin de la presse et c'est un cruel renvoi de balles que se lance le couple. Déjà.

Réfugié en Europe dans les années 20, Zelda va connaître le grand amour dans les bras d'un aviateur français. Son époux jaloux va la « kidnapper » pour mieux abattre l'emprise qu'il souhaite exercer sur elle. Et c'est vers la même période que les séjours en hôpital psychiatrique vont s'enchaîner pour Zelda.

scott_zelda_fitzgeraldC'est bien tout ce qui en ressort : le désir de brimer l'autre, l'étouffement, l'écoeurement, la rancune, la volonté de rabaisser l'estime de soi, l'accaparement et la succession des crimes à feu doux (l'internement, l'alcoolisme, la morphine, les électrochocs, la privation de s'occuper de l'enfant...).
Ce qu'on pensait du couple glamour que fut les Fitzgerald vole soudain en éclats. Ce livre révèle davantage des tourments, de la folie inhérente qui liait Scott et Zelda au point de les détruire. Et c'est tant mieux dans le fond, car « Alabama Song » résonne incroyablement comme la revanche de Zelda. Tout ce qui l'accablait était, en somme, une tentative désespérée de survivre, d'échapper à l'empire du « Grand Homme ».

C'est assommant, redoutable, asphyxiant. La voix de Zelda, à laquelle se prête Gilles Leroy avec justesse et séduction, est un souffle chaud et rauque, celui d'une femme brisée, d'une amoureuse bafouée. Et puis elle est lucide, amère, trompée mais demeure cette enfant frondeuse, cette fille de vieux, comme elle dit, qui est destinée à finir folle et toute seule. Une ancienne orgueilleuse, aussi, qui trouva chez Fitzgerald une échappée belle à son destin de Belle du Sud, une estocade digne de l'effrontée qu'elle pensait être.

« Je l'aime tant, certaines fois. C'est comme vivre dans une sphère de lumière, une aura qui nous enrobe tous deux et se déplace avec nous. Dans ces instants-là, nous sommes éternels. » dit-elle. Ce livre est une autre cloche de détresse, un roman douloureux et mélancolique, dans lequel on s'y perd, par fascination ou par incompréhension.

Mercure de France - 188 pages - 15,00 €

L'avis de Flo  &&&  celui de Fashion, prêtresse des Happy Few  !

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [46] - Permalien [#]

07/11/07

Contes et légendes

 

banniere_lectures_de_miss_C

Poeata, le poisson, est la fille du roi des profondeurs, Temoana. Elle est amoureuse de Manuiti, un oiseau. Pour le royaume, cet amour est scandaleux et impossible. Et pour les deux protagonistes aussi, l'histoire s'annonce difficile. Leurs efforts pour se fondre dans l'élément de l'autre se solde d'échec en échec.

« Différents. Il leur arrivait pourtant d'être suffisamment ensemble pour prolonger les instants, et nul ne sait vraiment ce à quoi ils s'entraînaient silencieusement. »

Et puis, au coeur de la mer, vit une créature que personne n'a vue et qui chante.  « Et son chant, que seuls les coeurs purs entendent, guide les désespérés, les amoureux, les mal-aimés. » Meherio, ainsi s'appelle-t-elle, est la fille d'une anguille et d'une jeune fille. Ce n'est pas un monstre, c'est un être exceptionnel, doué d'une grande lucidité et qui va rassurer Poeata par ses chansons et ses paroles.

« La terre, la mer et les cieux sont peuplés d'êtres différents. C'est le mélange entre eux, les amours clandestines qui ont permis cette force. Si tu t'allies à quelqu'un qui te ressemble, tu seras heureuse. Mais si tu choisis un partenaire différent, tu seras obligée de t'enrichir en ouvrant les yeux plus grands pour le comprendre. »

Des amours d'un poisson et d'un oiseau va naître un enfant ... Marara. Celui qui réunit les peuples de la mer et des cieux, « un nouvel être, une nouvelle histoire qui commence et peut s'appuyer sur deux cultures pour créer la tienne. »

marara

Cette histoire est une légende tahitienne racontée avec poésie et sensibilité par Roxane Marie Galliez, en souvenir de ses voyages dans les îles du Pacifique. C'est en quelque sorte l'apanage de la tolérance, du métissage et des amours extraordinaires, de celles qui s'échappent des cases et des définitions. L'histoire a une résonnance  « conte philosophique » adoucie par les illustrations de Sandrine Lhomme (ambiance maritime, couleurs qui en rappellent les nuances, et beaucoup d'imagination pour tracer le royaume des fonds marins...).

Cette plongée au fond des océans saura bercer les plus rêveurs d'entre nous !

Marara, un amour de plumes et d'eau - écrit par Roxane Marie Galliez - illustrations Sandrine Lhomme. Editions Balivernes - 32 pages.  12,00 €

**********

Retrouvons à la plume Roxane Marie Galliez pour ce sublime album  « Le murmure des Dieux » où Cathy Delanssay exerce à nouveau et avec une incroyable virtuosité son art du pinceau (déjà beaucoup admiré dans  « A l'orée des fées » par exemple).

le_murmure_des_dieux

Cette lecture continuera de vous enchanter et conviera petits et grands à visiter d'autres contes et légendes à travers le temps et à travers le monde. Ce sont des dieux et déesses du monde entier dont les histoires, les cultures et les mythologies expliquent à leur façon l'origine du monde.

On y croise donc Thor le Nordique, Huitzilopochtli ou Marishi-Ten, la protectrice des samouraïs. Les Divinités de l'amour comme Parvati et Shiva, les âmes soeurs de l'Inde, Vénus la belle ou Oshun l'africaine. Quelques simples mortels devenus légendaires et l'égal des dieux eux-mêmes...

Le livre s'ouvre sur la prière aux Muses, puis se décompose en quatre parties : La création du monde, La guerre, L'amour et les Héros. Cela commence par Waagal, le temps du rêve aborigène, et cela s'évanouira par Héraclès, le chevalier grec - avant la prière à Ganesh, l'hindou.

La lecture est complète, éblouissante et irradie de beauté, de poésie et d'intelligence.

Pour ceux qui ne jurent que par Rebecca Dautremer (au talent incontestable) n'hésitez pas désormais à vous pencher vers la virtuose Cathy Delanssay. Ses illustrations sont importantes pour peaufiner le charme de ce livre, tant elles sont en parfaite harmonie avec le texte. Le mélange est jubilatoire !

**********

J'avais parlé du livre A l'orée des fées .

Et ces dames ont chacune un blog ! Celui de Roxane Marie : http://roxanemariegalliez.over-blog.com/  & celui de Cathy  « la goutte de rosée » : http://lagouttederosee.blogspot.com/

(Le lien direct pour ce livre est ici !)

**********

Et je vous livre un extrait (délicieux) parmi tant d'autres !!!!

« Cette histoire-là vient de l'Irlande, elle est parfumée du souffle des trèfles, elle concerne le mystère des elfes, de ceux que l'on ne voit pas. Vous connaissez les fées et les magies, mais vous a-t-on déjà parlé des Bansidhs ? Peu d'hommes peuvent se vanter d'en avoir rencontré.

Femme, sorcière, messagère ou guérisseuse, la Bansidh est une divinité dont il faut se méfier. Bran, fils de Feoal pourrait en témoigner. Il était à la noce avec ses compagnons : chants, danses, rires et ripailles... Il percevait un son au milieu de la joie, quelque chose de faible et pourtant si pur, une mélopée, un frisson d'éternité.

Bran se lève et cherche ce qui caresse son oreille. Est-ce le Vent ? Dis, est-ce le vent, Bran, que tu entends ? Le chant vient de l'Océan. Alors Bran s'en va et ses hommes le suivent car il est de ces rois qui découvrent le monde et ne s'en satisfont pas. Bran s'en va et son bateau chargé de guerriers se laisse guider par une voix que seul Bran perçoit. Oui, seul Bran entend cette voix... »   (à suivre !)

Bon, encore un tout petit peu pour les plus sages qui lisent ces lignes ... 

 

« Connais-tu l'Egypte et ses hautes pyramides ? Connais-tu le Nil, Thèbes et Memphis ? Et parmi toutes les divinités, connais-tu Isis ?

C'est une magicienne capable de se métamorphoser. Son mari Osiris était le roi d'Egypte mais son frère Seth, jaloux, préparait son crime. Pour prendre le pouvoir et perdre Osiris, Seth l'enferma dans un coffre et le jeta dans le Nil. Isis le cherche, Isis court.  Où est Osiris ? Où est l'époux d'Isis ? »  ...

**********

« Regardez-la, née de l'écume, regardez-la, Belle Divine. Fermez les yeux un instant et laissez-vous bercer par le ressac et le vent.

Vénus porte à ses cheveux des coquillages pour parures, ses pieds délicats glissent sur l'onde pure et ses cheveux si longs couvrent un corps nu que les alizés osent à peine caresser.

Regardez-la, née de l'écume, elle porte l'amour dans ses yeux, le printemps dans son rire chaleureux.

Les sirènes et les tritons arrêtent de jouer pour la laisser passer, et Poseidon lui-même oublie un instant la mer et ses baisers.

Belle Vénus, Amour et Beauté, est-ce ton sourire, les plis de ton cou ? Belle Vénus, est-ce ta cambrure ou tes gestes si doux ? Aucune déesse n'est plus belle que toi et Pâris ne s'y trompera pas. Quand le joli berger devra choisir une divinité, c'est à toi qu'il remettra la pomme dédicacée : A la plus belle...  »

Le reste se cache dans le livre ! ... La chasse aux pépites est ouverte !

Le Murmure des Dieux - Roxane Marie Galliez (texte) & Cathy Delanssay (illustrations) - Balivernes.  72 pages.  15,00 €

Posté par clarabel76 à 08:35:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06/11/07

Court, noir, sans sucre - Emmanuelle Urien

court_noir_sans_sucre_2Ce n'était pas une surprise pour moi, lire Emmanuelle Urien après avoir déjà découvert son récent livre "La collecte des monstres" était une continuité depuis ma grande satisfaction de son univers noir, cynique et tout de même délicieux (pour ne pas dire, jouissif) !

Sa signature est de parvenir à lâcher le coup de guillotine en fin de nouvelle, même si généralement la chute est sans surprise et attendue. Cela reste étonnament scotchant, époustouflant et cela vous tire des hoquets d'angoisse et d'horreur. Bah oui ! la demoiselle ne fait pas la fine bouche, elle vous triture votre conscience et votre âme en paix sans vergogne. Avec ses petites histoires qui ne font de mal à personne, en toute apparence, l'auteur parvient insidieusement à créer le doute, à révéler la laideur mais sans jamais soulever des bouffées d'aversion.

C'est vicieux, distillé en 13 nouvelles plutôt courtes. C'est tranchant, indécrottablement noir et vraiment sans sucre ! Le petit goût d'amertume qui se glisse hors des lignes de ce livre est imperceptible, piquant mais indolore ! Serait-ce alors de l'insensibilité, du sadisme et l'attirance vers l'innommable ? Oh non, c'est juste la reconnaissance d'un talent hors pair, d'une griffe nette et assassine. C'est un mélange d'humour grinçant, de cynisme et de cruauté bien placée. Cela peut déranger, mais ce serait bien dommage de se passer de cette touche qui ne fait pas dans la dentelle !

Commencez donc par ce livre, "Court, noir, sans sucre", avant de vous jeter sur "La collecte des monstres" (qui reste, pour moi, meilleur et plus vif que celui-ci !). C'est dire le potentiel de la jeune demoiselle ! ... A suivre.

court_noir_sans_sucreL'être minuscule, 118 pages.  11 €

www.letreminuscule.com

Prix de la Nouvelle du Scribe

Place aux Nouvelles - Lauzerte 2006

www.emmanuelle-urien.org

Ceci est un livre-voyageur ... Pour vous inscrire, sonnez la cloche chez Fashion Victim !

D'autres lectures (Flo, Jo Ann, Cathulu)

Le lien de Fashion : http://happyfew.hautetfort.com/archive/2007/10/07/contes-cruels.html

Posté par clarabel76 à 13:15:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]



« Début   272  273  274  275  276  277  278  279  280  281    Fin »