11/12/10

Pêle-Mêle Clarabel #15

Attention, elle est de retour ... nous annonce Gwendoline Raisson sur son blog.

IMG_1138

Les sports d'hiver, c'est froid, il faut se couvrir de plusieurs couches de vêtements, il ne faut pas oublier ses skis, il faut manger comme des ogres pour prendre des forces avant de dévaler les pistes, il faudrait aussi éviter de se perdre mais ce serait anecdotique. En bref, le ski : ma mère adore ça ! Elle aime aussi la campagne, la nature, s'éloigner du stress de la ville et de la pollution. Elle aime respirer le bon air campagnard (celui du crottin de vaches), marcher pieds nus au milieu des pissenlits, se reposer à l'ombre d'un vieux châtaignier, sauf que ...

les moustiques, les fourmis volantes, les grenouilles, tout ce qui pique, tout ce qui rampe, tout ce qui grouille, ça la panique, ça la hante, ça lui fiche la trouille.

Le portrait de 'ma mère' est absolument hilarant. Non, on ne se moque pas. On constate, c'est différent. Et très franchement, ça se passe de commentaires car tout est là, sous notre nez, le garçon ne fait que raconter les formidables contradictions de sa mère en vacances, c'est tout simplement confondant et exquis.

Ma mère en vacances, Gwendoline Raisson & Magali Bardos, L'école des Loisirs, coll. Off-Pastel (2010).

IMG_1143
(EdL, coll. Pastel, 2010)

La Grande Ourse s'est fait la malle, les étoiles ont filé en douce, le soleil s'est mis en grève et la planète boude et refuse de tourner sur elle-même. Quelle pagaille ! Les humains sont déboussolés et mettent tout en oeuvre pour renvoyer la Grande Ourse à son service. Oui, mais non. L'ourse continue de prendre du bon temps, elle découvre le désert et discute avec un voyageur en déroute. Elle était leur repère dans le ciel, leur meilleure boussole, et sans elle ils sont des milliers de voyageurs à errer comme des âmes en peine. Une grosse tempête se met alors à souffler pour remettre tout le monde à sa place. La Grande Ourse, en passant, a emporté un gros stock de sable dont elle choisit de s'alléger un peu tous les soirs, afin de permettre aux enfants de dormir et faire de beaux rêves.

L'histoire est de Carl Norac (j'ai apprécié son habileté à suggérer l'origine du marchand de sable), les illustrations de Kitty Crowther (bizarre, j'ai eu un peu de mal à retrouver sa patte), bref j'ai été séduite. Oui, c'est le terme... (pas conquise). C'est le sentiment aussi que m'inspire l'album de Céline Sorin et Célia Chauffrey, Hibiscus.

IMG_1146

Les illustrations sont de toute beauté et se mettent au service de l'histoire de façon admirable. On y rencontre un kangourou qui observe avec envie ses copines avoir des bébés alors qu'elle reste désespérement seule et le ventre vide. A bien y regarder, Hibiscus a quelque chose de différent, elle est à part et c'est ce qui la rend unique, tente de lui expliquer sa mère. Son secret lui sera alors révélé, ce qui lui permettra de se sentir mieux dans sa peau et de vivre une histoire d'amour qui ne ressemblera à aucune autre.

IMG_1148 IMG_1150

Un joli texte, d'une grande sensibilité, qui évoque la différence, l'adoption et l'épanouissement. Une lecture pétrie de douceur et d'émotion. A contempler, à chuchoter, à méditer.

(Pastel, 2010)

Et pour finir, cette note musicale d'Agnes Obel qui touche à la grâce :

 

L'album entier fait résonner cette simplicité désarmante, j'aime beaucoup.


10/12/10

Bruit Blanc

Je suis toujours un peu farouche avec les albums façon pop-up, oui c'est beau, oui c'est précieux, oui c'est fragile, et ce n'est pas facile de confier de tels ouvrages à des petites mains malhabiles, mais bon ... Quand on se retrouve face à un livre comme Bruit Blanc, on a envie de le partager, même s'il faut trembler intérieurement, tant pis, la beauté et le talent, ça se donne !

IMG_1131

L'auteur, David A. Carter, a déclaré : Dans Un point rouge, le point est facile à trouver. Dans 2 Bleu, j'ai soigneusement caché le 2, il est beaucoup plus difficile à découvrir. Pour 600 Pastilles noires, la difficulté consiste à compter les pastilles qui, par ailleurs, sont parfaitement visibles. Dans Carré jaune, le carré est de nouveau facile à localiser. Qu'adviendra-t-il pour Blanc ? Considérant cette série de cinq livres comme un tout, mon espoir est de faire naître une gamme de sensations et d'expériences visuelles interactives. Je pense que l'art qui crée des montagnes russes d'émotion est un divertissement, et l'un de mes buts en tant qu'artiste est de vous distraire. Amusez-vous bien.

C'est réussi ! Voici un tourbillon de bonbons : 

IMG_1135

et des plumes blanches à caresser !

 

IMG_1134

Certes, le plaisir est visuel, mais pas seulement. Tendez l'oreille, vous surprendrez alors le craquement, le tintement, l'écho grinçant ou le crépitement d'un bruit blanc. L'effet est bluffant. Quant au reste, c'est l'explosion de couleurs, de formes et de sons aussi ! J'étais un peu perplexe pour commencer, et désespérément prudente, à ne pas trop oser toucher ou manipuler ce précieux objet, mais la découverte associée à l'étonnement ont ragaillardi mes petits doigts timorés, je me suis lâchée et j'ai tourné les pages avec fébrilité, j'étais complètement séduite. C'est un livre curieux, ambitieux (et à la hauteur de son ambition), une approche concrète de l'art abstrait, un livre raffiné et absolument original. Et ce n'est pas parce qu'il est publié par Gallimard jeunesse que cet album est interdit aux plus grands ! 

Bruit Blanc, par David A. Carter
Gallimard jeunesse (2010) - 22,00€

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

A Chicagoland Vampires Novel #1 : Some Girls Bite

 

IMG_1129   smileyc337

Je viens à peine de terminer mon livre que j'ai déjà envie d'y retourner, c'était tellement drôle, sexy et addictif. Un vrai plaisir coupable. Bien évidemment c'est une histoire sur les vampires, mais c'est surtout l'histoire de Merit, une jeune femme de 27 ans, qui se réveille vampire après avoir été agressée la nuit en traversant le campus. Elle n'est pas du tout contente (être une vamp, quelle plaie !), pas motivée par tout ce que cela implique, à commencer par rentrer dans le moule, en prêtant serment au Lord Master de la Maison Cadogan à laquelle elle appartient. Cela ne l'enchante absolument pas, mais elle n'a pas le choix. A part devenir une marginale pour l'éternité.

Autre sujet qui exacerbe son mécontentement : Ethan Sullivan. Le Grand Manitou. C'est auprès de lui que Merit doit désormais répondre de ses actes, jurer loyauté et dévouement, devenir une disciple appliquée et obéissante. C'est lui qui a fait d'elle une vampire, et en toute logique elle lui en veut. Elle refuse d'entendre qu'il lui a sauvé la vie, ce qu'elle voit, c'est un macho manipulateur, avec des principes datant du XIXème siècle, ce qui colle moyennement avec le tempérament rebelle et indépendant de la jeune femme. Alors, évidemment, entre eux c'est le clash. Tout de suite, ils s'affrontent, s'envoient des noms d'oiseaux, ne baissent jamais la garde et se replient dans leur fierté. C'est jouissif. Sans compter qu'ils sont bien entendu attirés l'un par l'autre, Ethan lui a même fait la proposition de devenir sa Concubine, au grand dam de Merit, et pour le plus grand bonheur du lecteur. (Qu'est-ce que c'était bien !!!)

Autour de ça, il y a aussi une histoire de meurtres et de tueur en série. Des jeunes femmes sont assassinées, chaque scène de crime porte la trace d'une Maison vampirique. La situation est tendue, Ethan doit maintenir la paix et donc démasquer rapidement le coupable. A bien y regarder, cette partie de l'intrigue pourrait paraître anecdotique, alors que c'est tout le contraire. Cela marque le début de la série, car l'histoire se met doucement en place, c'est d'ailleurs le seul tort que je trouve à ce livre. Il est parfois long, parce qu'il doit introduire un univers et des personnages, cela demande du temps et de la patience (moi, clairement ce que je veux, c'est Merit + Ethan, c'est chaud brûlant entre eux et puis voilà). Je pense que la suite va s'avérer plus percutante, et encore plus déjantée, sexy et drôle. On voit apparaître les futurs conflits et les animosités entre les clans (vampires, mais aussi changeurs, faes ou nymphes, ça pourrait ressembler à Mercy Thompson, mais la touche est plus légère). 

En attendant, je me délecte en relisant certaines scènes. Il y a vraiment de très bons passages, la relation entre Merit et Ethan n'est pas sans me rappeller celle qui existe entre Curran et Kate Daniels (la série d'Ilona Andrews). Il y a de l'humour, du sarcasme, de l'action et de la tension sexuelle. Non, bien sûr ce n'est pas que ça non plus (obsédée, moi ?!), la série tente de créer un univers riche et prometteur, qui ne demande qu'à déployer ses ailes et je trouve ça plutôt réussi. La galerie des personnages est également haute en couleurs, il n'y a pas que Merit et Ethan (really obsessed ?!), non il y a aussi Morgan, Catcher, Jeff... et Mallory, la meilleure amie de Merit, une jeune femme délicieuse qui ignorait jusqu'à présent qu'elle était une sorcière ! Je vous assure, la série ne demande qu'à se développer, et moi, forcément, je suis cliente. (A suivre : Friday Night Bites).

A Chicagoland Vampires Novel #1 - Some Girls Bite ~ Chloe Neill
(New American Library, 2009)

LireEnVochallenge Lire en VO - 38

09/12/10

Pêle-Mêle Clarabel (de Noël !)

Alors même si ma fille trouve que c'est  « rien que pour les tout-petits », je ne cache pas une certaine tendresse pour les livres de Bénédicte Guettier (surtout pour l'inspecteur Lapou, dont je suis une fan presque hystérique). Bref, l'âne Trotro c'est surtout mignon, un univers trèèès enfantin et naïf, c'est quelque part charmant mais aussi abêtissant, je ne suis pas aveugle non plus, mais j'aime bien...

IMG_1070

C'est Noël, Trotro et ses parents vont décorer le sapin. Le petit âne fait le guignol avec les guirlandes et les boules, puis accroche le tout dans l'arbre quand ses parents s'aperçoivent que seul le bas du sapin a été décoré (normal, Trotro n'est pas très grand non plus !).  Super, on croirait un jupon ! s'exclame la maman. (Qui n'a jamais lu pareille histoire à son loupiot haut comme trois pommes me jette la première pierre !?!!)  Et c'est chez Gallimard jeunesse, coll. Giboulées, 2010.

Et pour occuper les enfants pendant les vacances (bientôt !), en attendant le soir de Noël (ça sera long), pourquoi ne pas les confier aux Drôles de petites bêtes avec ce livre de jeux, de découpages, de coloriages, avec des autocollants, des comptines, des idées pour créer un spectacle. (Une idée qui coûte 4,90€.)

IMG_1120

En attendant d'autres trouvailles, voici le Livre-surprise du Père Noël par Alan Snow (l'auteur d'Au bonheur des monstres et sa suite : La galère des monstres). La couverture est géniale, les petits commentaires fléchés valent le détour ! (Bah non, on ne pourra pas les voir sur ce cliché ; je n'ai pas activé l'option pour l'agrandissement ! gné.)

IMG_1121

Ce livre a pour petite ambition de répondre aux questions du genre : où vit le Père Noël ? comment sait-il ce qu'on veut ? d'où viennent tous les jouets ? quand passe-t-il et que fait-il après sa tournée ? Mais l'originalité de cet album, où est-elle ? En fait, dès qu'on l'ouvre, il s'épanouit comme une fleur, c'est un pop-up intéressant et rigolo (même si je pense que ça reste aussi incroyablement fragile à manipuler entre les mains maladroites et aux gestes brusques). Et puis, surtout, je vous conseille la lecture des Chroniques de Pont-aux-Rats, qui est un bouquin épais (540 pages, les enfants crient au secours) mais l'histoire se déguste et il y a beaucoup d'illustrations pour alléger le tout. Vous ne le regretterez pas ! ;o)

IMG_1122 IMG_1127

@ illustrations : Alan Snow - Le livre surprise du Père Noël (Nathan, 2010)

08/12/10

Crèmes & Châtiments

Amateurs de recettes délicieuses et criminelles, voici pour vous les crèmes et châtiments d'Agatha Christie :

IMG_1119

Agatha Christie était une gourmande, qui savait apprécier les bonnes choses autant que la vie. Elle avait un bon coup de fourchette, appréciait les plats lourds et copieux, et avait pour péché mignon la double crème du Devon (un mélange de crème épaisse et de lait cru) qu'elle affectionnait tellement qu'elle en mettait à toutes les sauces ! Ce qui ne sera pas sans conséquences sur la silhouette de la Duchesse de la mort...

IMG_1102

Agatha Christie avait un point commun avec Alfred Hitchcock : elle truffait son oeuvre délectable d'une foule de références culinaires. Les recettes proposées ici ne sont donc pas forcément originales, plutôt traditionnelles, ancrées dans la culture britannique (le célèbre breakfast ou le tea time qui semble souffrir d'une désaffection de plus en plus prononcée chez la jeune génération, les auteurs reconnaissent donc à Agatha Christie le soin de la tradition : sandwiches, canapés et pâtisseries accompagnent religieusement le thé de cinq heures).
Voici donc un assortiment culinaire composé du christmas pudding (la légende veut que l'on doive le conserver six semaines dans un endroit frais), de la Mort exquise (chocolat noir, beurre, sucre, raisins secs et Cointreau), du Yorkshire pudding (qui accompagne le boeuf rôti) et des scones (servis tièdes, accompagnés de crème Chantilly, de gelée de groseilles ou de crème du Devon). Le tout, forcément, est mis en scène de façon délicieusement kitsch ... 

IMG_1106 IMG_1107 IMG_1109 IMG_1117

Ce n'est pas tant le livre de recettes qui m'intéresse, mais plutôt l'objet en lui-même, la joyeuse combinaison entre la gastronomie et la littérature (des extraits des romans d'Agatha Christie parsèment cet ouvrage, de quoi donner envie de replonger dans un ou plusieurs titres !), les petites informations sur la vie de l'auteur, l'importance de la cuisine dans sa vie et donc dans son oeuvre. Dans les livres d'Agatha Christie, on succombait souvent par la faute d'un empoisonnement, ce qui rendait le meurtre plus propre et réfléchi, selon elle. Il fallait flairer pour trouver le coupable, et donc prendre son temps. C'est ce que j'aime le plus dans ce type de romans à suspense, en plus de l'ambiance et du charme britannique. Celles (ou ceux) qui savent et comprennent auront ainsi la même curiosité envers cet ouvrage de François Rivière et Anne Martinetti (également les auteurs de La sauce était presque parfaite, 80 recettes d'après Alfred Hitchcock).

Crèmes & Châtiments  - Recettes délicieuses et criminelles d'Agatha Christie
par Anne Martinetti et François Rivière

Photographies de Philippe Asset
Editions JC Lattès / Le Masque (2010 pour la présente édition) - 168 pages - 19,90€

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


07/12/10

La liberté en cavale

IMG_1057

Dr. Tom ou la liberté en cavale, c'est un projet complètement fou, un projet qui a même failli ne jamais voir le jour : après la disparition de Franck Langolff, son fils décide de partager ses musiques inédites et en touche un mot à la délicieuse Vanessa Paradis qui l'encourage fortement à créer une fable musicale. D'autres artistes, comme Alain Souchon, Thomas Dutronc, Arthur H ou Cécile Cassel, prêteront leur voix pour interpréter (au hasard) la gardienne d'immeuble, la plante carnivore, le vieux singe ou la porte de prison. Un projet fou donc, mais également poétique et au service d'une belle utopie.

L'histoire raconte comment un homme idéaliste, le Dr. Tom, un incurable optimiste, refuse d'être triste et de se sentir coupable alors que la société s'enlise dans la tristesse et l'accablement, lui seul résiste car on n'enferme pas un personnage qui ouvre les cages à sourires, libérant des centaines de milliers de papillons de lipstick au pouvoir de séduction fatal.

« Au pays des catastrophistes-pessimistes,
un homme heureux est un homme dangereux. »

sur une musique originale de Franck Langolff et des textes de Sylvie Arditi,
sauf La Liberté en cavale écrit et composé par Normann Langolff, Gaby Concato et Sylvie Arditi.
illustrations d'Aurélien Prédal
NB photo : il s'agit de l'édition limitée (livre-disque, 48 pages)

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

06/12/10

Pêle-Mêle Clarabel #14

Weekend annulé, pour cause de mauvais temps, concert loupé de Cocoon, un papa pas franchement raisonnable et qui me fiche les jetons, à distance c'est pas brillant, et des idées noires que je chasse ... Humeur du jour, bonjour !

Maigre lot de consolation : nous sommes allées au Festival du livre de jeunesse de Rouen (très décevant). Ma fille et moi sommes pourtant revenues les bras chargés,

IMG_1039  IMG_1041

C'était chacune sa pile, inutile de préciser à qui appartient la pile de gauche. ;o) Ma fille a été enchantée par sa rencontre avec Dorothée Piatek et j'ai vainement attendu Johan Troïanowski, tant pis, ce sera pour une prochaine fois. La foule commençait à arriver, nous avons mis les voiles.

Au chapitre des petites découvertes pour les fêtes de Noël, voici un album ravissant qui fait place à l'émerveillement et à l'imaginaire.

IMG_1047

Le Livre des Cadeaux Extraordinaires est LE catalogue des cadeaux qui font le plus rêver parce que, justement, ils n'existent pas et qu'il est bon de les imaginer le temps de feuilleter cet album. Et entre nous, cet album fait des miracles car il fait autant rêver les petits et grands lecteurs !

C'est ainsi que je rêve de plantes vertes à bonbons, d'une bague qui change de couleur pour indiquer le temps qu'il va faire, d'un passage secret qui s'adapte à tous les types de murs, d'un oreiller et d'une couette dans la matière des nuages, d'une équipe de lutins cuisiniers, d'une armoire qui donne sur un immense jardin avec des bêtes sauvages (en option, les bêtes sauvages), d'un bateau de pirates pour aller à l'école le matin (livré avec son équipage grognon mais sympathique), d'une table de nuit avaleuse de monstres, des lunettes pour savoir, en regardant une grenouille, si elle se transformera un jour en prince charmant ... et une potion magique pour avoir l'âge que l'on veut (pour une journée maximum) !

Avis aux amateurs, cet album permet de s'évader et de s'exclamer de rire ou d'envie, c'est selon ses désirs et ses rêves, mais cela plairait à un grand nombre d'entre nous !  Les auteurs et illustrations sont : Nathalie Choux, Elisa Géhin, Mandana Sadat et Rémi Saillard. (Syros, 2010)

Et en nouveauté musicale, je demande Tamara Kaboutchek :

 

J'aime beaucoup. Cette chanson résume un peu ce qui se passe dans ma tête depuis deux semaines ...

Mercy Thompson #4 : La Croix d'Ossements

IMG_1045

Quatrième tome avalé et aussitôt digéré tant il est conforme à ce que j'attendais ! L'histoire est proprement ficelée, les personnages sont et demeurent attachants, c'est un vrai petit monde dans lequel on s'incruste, parce qu'on s'y sent quasiment à l'aise, Mercy est une héroïne qui possède d'énormes atouts, tout en tirant profit de ses défauts (sa propension à se mettre dans des situations catastrophiques, notamment). Et puis, il y a une vraie tension sexuelle, depuis le temps qu'on attendait que ça se décante, et même si le passage à l'acte laisse un goût d'inachevé (voire, de frustration !). Avec Patricia Briggs, c'est "laisse parler ton imagination" !

Pour l'histoire, Mercy est donc de retour chez les vampires. La Reine a découvert que la Changeuse avait tué son Favori, elle lui déclare la guerre en imprimant une croix d'ossements sur la porte de son garage. Qui dit vampire, dit le retour de Stefan, notre fan #1 de Scoubidou. J'aime beaucoup ce vampire au grand coeur, fidèle et loyal, même dans l'adversité. Cela compense l'absence de Warren et Kyle, deux autres personnalités atypiques, que j'affectionne grandement ! Donc, pour éviter une guerre des clans, Mercy s'éloigne en se rendant chez une copine de fac, Amber, qui a sollicité son avis depuis qu'elle pense sa maison hantée. Ce bol d'air ne sera pas qu'une promenade de santé, on s'en doute, les événements qui vont survenir à Spokane donneront lieu à des moments douloureux, flippants et malheureux aussi.

Mercy Thompson devient ainsi une des séries que j'apprécie le plus, alors que les deux premiers tomes m'avaient laissé une impression de "presque bien, mais manque le petit truc pour faire la différence", la série montre donc une qualité qui se peaufine au fil des épisodes, de même qu'une certaine aisance. L'auteur et ses lecteurs se sont bien entendus, et chacun trouve son compte dans cette série, ce qui est un pari difficile mais réussi.

 

Mercy Thompson, tome 4 : La Croix d'Ossements - Patricia Briggs
Milady (2010) - 383 pages - 7€
traduit de l'anglais (USA) par Lorène Lenoir

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03/12/10

Alice au Pays des Merveilles #2

2010 a été l'année Alice au Pays des Merveilles, et pour boucler ce périple littéraire, voici l'oeuvre magistrale de Rébecca Dautremer (Gautier Languereau, 2010) :

IMG_0972

Ma fille n'en revenait pas, oui c'est beau, oui c'est grand, oui le texte est copieux, écrit en tout petit, oui tu risques d'en avoir pour deux mois à tout lire, mais ses yeux étaient émerveillés.

IMG_0975 IMG_0980 IMG_0981 IMG_0982

Ce que j'aime chez cette Alice, ce sont ses tâches de rousseur sur le nez. Autre détail : Alice est brune, car Rébecca Dautremer s'est inspirée de la véritable petite fille (Alice Liddell) à l'origine de l'histoire. Il n'y a pas à dire, cet album est magnifique. Pourtant, il ne se destine pas à tout le monde, les lecteurs les plus jeunes s'y perdront probablement, comme je le soulignais, et comme l'a remarqué ma fille de dix ans, le texte (adapté par Sophie Koechlin) n'est pas négligeable, la lecture prendra du temps, car le résultat vaut la peine, et les douze chapitres doivent se mériter. Prêt(s) pour une descente chez Messieurs les Lapins ? ...

Dernière chose, l'oeuvre de Lewis Carroll est aussi très gourmande, voici pour vos papilles :

IMG_0990

La Petite Cuisine d'Alice aux Pays des Merveilles (éditions du Chêne, 2006) : 80 recettes originales inspirées des différents épisodes des deux romans de Lewis Carroll ! Boissons de toutes les couleurs, gâteaux en tous genres, champignons mystérieux et goûters endiablés, la gourmandise se décline en une mise en scène directement inspirée de l'univers fantasmagorique d'Alice. Le tout est simplement réalisé et facile à concocter, les ingrédients principaux étant quelques grains de folie et une bonne dose de fantaisie.   

IMG_0993 IMG_0994 IMG_0996

 

La Comtesse, en veux-tu, en voilà

C'est tout nouveau, c'est tout beau, le texte ne change pas, Les Malheurs de Sophie sont et resteront, plus besoin de présenter l'espiègle petite fille (à laquelle je pense toujours en me rappelant la chanson de Chantal Goya, et les poissons rouges joliment découpés, le thé au sable et le sucre remplacé par la craie, que de souvenirs !), grâce à cette édition du Seuil les illustrations de Sophie de La Villefromoit vous repoudrent tout ça d'un voile de candeur, de douceur et de bonheur !

IMG_1008

En voici un aperçu :

IMG_1009 IMG_1010

IMG_1012 IMG_1013

Et pour poursuivre sur cette même voie, voici une autre récente édition des Petites Filles Modèles, illustrée par Magali Clavelet aux éditions du Tourbillon (2009), encore une fois, une très belle réussite !

IMG_1014

je sais ... on passe sa vie à guérir de son enfance ! ^-^