08/02/11

Life first.

IMG_2375Si je n'en étais pas déjà convaincue, cette lecture confirmerait que je suis définitivement convertie et accro à la dystopie ! Birthmarked a su me prendre dans ses filets, m'interroger, me toucher, me révolter et m'émouvoir. J'en étais à me demander si je ne devenais pas sadique à la fin, à subir toujours la même rengaine, et à endurer encore cette fichue frustration parce qu'il faudra patienter pour connaître la suite !

Birthmarked nous plonge dans une ambiance sombre, poussiéreuse, amère et inquiétante. C'est l'histoire de Gaia Stone, seize ans. Elle a suivi l'exemple de sa mère en devenant sage-femme. A son tour, elle aide les femmes à accoucher et prend leurs bébés pour les confier à l'Enclave. C'est son devoir. Elle est jeune et déjà mature pour son âge, pourtant elle ne remet pas en question le principe du bien et du mal. Elle a deux frères aînés qui vivent derrière les murs, au coeur de la cité plus riche et prospère, loin de Wharfton où vit la population plus modeste. Sa mère lui a appris à tatouer chaque bébé en leur mémoire, tout en offrant une tasse de thé aux parturientes. Et ainsi va la vie.

Puis, un soir, en rentrant chez elle, Gaia découvre le Sergent Grey venu lui annoncer l'arrestation de ses parents. Ils seraient suspectés de trahison, la jeune fille tente de défendre leur honneur et refuse de se plier à l'interrogatoire. Ses soucis ne font que commencer, mais qu'importe, il est temps d'agir et Gaia décide de franchir clandestinement le Mur.

La suite de l'histoire ne cesse de surprendre, de secouer, de terrifier et d'abasourdir. C'est lourd, c'est fort mais c'est bon. Il y a à la fois un calme apparent et un suspense tendu au cordeau, l'action ne manque pas, de plus il n'est pas rare de tomber sur des rebondissements au détour d'une page. L'auteur a su cultiver une tension permanente, c'est captivant.

Gaia elle-même est une héroïne attachante, qui manque totalement de confiance en elle. Une cicatrice mange une partie de son visage, depuis toujours elle a enduré les réflexions, les regards et les moqueries. Elle se sent monstrueuse, aussi elle s'est réfugiée dans son travail, solitaire et malheureuse, pour ne plus y penser. Espoir vain. En débarquant au coeur de l'Enclave, elle attire aussitôt l'attention. Son physique, d'abord. Et aussi ses choix de vie et de survie. Gaia Stone devient une héroïne, à l'image d'une Katniss Everdeen, car sans le savoir, sans le vouloir, elle va représenter l'espoir et devenir un symbole d'insoumission.

J'ai aimé aussi la romance, pudique et balbutiante, qui naît au fil des chapitres. Pour une fois, le coup de foudre ne s'impose pas. Les deux personnages sont face à face, ils ne se comprennent pas et parfois se déçoivent, toutefois le lien existe, se tisse doucement mais sûrement. D'ailleurs, les dernières pages nous renvoient cruellement à nos foyers, en nous plombant le coeur. Quelle déchirure. A quand la suite ? (November 2011 : Prized.)

Birthmarked - Caragh O'Brien
Published March 2010 by Roaring Brook Press

 

LUENVOLu en VO - 7

A PARAÎTRE EN VF LE 11 FEVRIER 2011 !

I_love_dystopie


Teaser Tuesday #6

Tuesdayteaser(Beaucoup de lectures en cours, très peu de temps pour choisir - et parce que je ne le veux pas non plus - font de ce teaser tuesday un charmant melting-pot !)

Ce matin-là, Doon était arrivé aux Galeries Souterraines plein d'impatience. Il allait enfin passer aux choses sérieuses et pouvoir faire quelque chose d'utile.

La Cité de l'Ombre - Jeanne DuPrau

Il était rare de voir Isabella et Conor l'un sans l'autre. La plupart du temps, ils étaient si bien barbouillés de boue, de sang et autres susbtances peu recommandables qu'il était presque impossible de distinguer le garçon de la princesse.

Airman - Eoin Colfer

Mon seul cours de l'après-midi, à l'intitulé boiteux : "Grandes idées", passait en revue la philosophie de l'époque classique à nos jours. Malgré son thème plutôt vague, ce cours était devenu mon préféré, mais lorsque j'ai vu Shay assis à un bureau près des grandes fenêtres, mon coeur s'est affolé. Je me dirigeai vers le fond de la classe, aussi loin de lui que possible. Il me regarda m'asseoir. Je sortis le gros classeur qui contenait nos lectures pour l'année entière et le parcourus à la recherche des devoirs que j'avais faits la veille. Alors que j'essayais de relire mes notes, les mots se brouillèrent.
Qui est-il ? Que fait-il ?

Nightshade - Andrea Cremer

La brise marine soulève les voilages et son odeur de poisson salé me rappelle que je suis là, en Cornouailles, dans le lit de Charley. Je me réveille en sueur, cherchant mon souffle, tandis que les dernières bribes de mon rêve se dissipent. Je poursuis... Charley... en courant de toutes mes forces, mais je ne parviens pas à la rattraper. On arrive à une rivière où elle plonge en décrivant un arc plein d'aisance et d'assurance, sans créer le moindre remous.

Si tu m'entends - Sharon Dogar

She continued to watch him. Why had she even come up here ? This whole evening had been a huge mistake.
But she couldn't help gazing at his wide mouth, with its full bottom lip, and letting her imagination go crazy. She had a sudden picture in her head of kissing this unknown boy. Well, not exactly a boy... he looked older than her at least a couple of years. She knew that his lips would be soft but insistent, that lazy half-smile suddenly transformed into something more intense.

The Iron Witch - Karen Mahoney

IMG_2377

Posté par clarabel76 à 09:55:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07/02/11

Pêle-Mêle Clarabel #21

IMG_2289L'histoire est simple et gentille, mais elle s'est révélée super émouvante, en fait. Ninon apprend que sa mère, âgée de 38 ans, attend son 2ème enfant. La jeune ado n'est pas franchement emballée, elle se braque dès que son beau-père tente de s'immiscer dans leur quotidien, elle fait de la résistance passive pour attirer l'attention car elle se sent de plus en plus délaissée. Il n'en a que pour le bébé dans le ventre ! C'est d'un ridicule, pense Ninon, qui ne s'interroge pas sur ce qu'elle ressent. Serait-elle jalouse ou ennuyée par les changements à venir ? Elle verra ça plus tard. Pour l'instant, elle soupire fort, très fort et regrette de devoir partager sa mère. Puis, arrive la naissance prématurée. Longtemps le bébé sera entre la vie et la mort, toute la famille est bouleversée, Ninon est toujours tenue à l'écart, sa mère n'est plus qu'un zombie, Stéphane, lui, avance ses billes avec précaution mais efficacité. Je ne sais pas l'expliquer, mais j'ai été vraiment émue par le stress et la détresse qui gagnent la jeune fille concernant le sort de sa soeur, entre la découvrir totalement indifférente puis fondre pour ce gnome qu'elle trouvait inutile et affreux. A croire que son statut d'aînée la conduit à se montrer moins exclusive dans sa relation avec sa mère - et là encore, c'est un sujet qui me touche beaucoup ! Enfin bref, cela a été une lecture surprise fort agréable.

- Tu vois tous ces petits bébés ? Ils se battent pour vivre. Ils se battent jour et nuit. On ne peut pas les fragiliser avec des microbes.
J'ai pensé que mes microbes n'étaient pas pires que ceux de maman ou de Stéphane, mais je n'ai rien dit. Quand quelqu'un vous fait une faveur exceptionnelle, ce n'est pas le moment de chipoter.

La petite fille dans une boîte en verre - Marie Leymarie
Gallimard jeunesse, coll. Hors-piste (2010) - 154 pages - 8€
illustrations de Pierre Bailly

A signaler en sortie(s) poche :

IMG_2363

Ce que j'ai vu et pourquoi j'ai menti, roman de Judy Blundell : New York, 1947. Evie vit dans le Queens avec sa mère et Joe. Lorsque ce dernier reçoit un coup de fil insistant, il décide de partir en vacances en Floride. A Palm Beach, ville fantôme où seul un petit hôtel minable est ouvert, les Spooner vont lier connaissance avec un autre couple, les Grayson, et un ancien soldat qui a connu Joe en Europe, Peter Coleridge. Evie tombe immédiatement amoureuse de lui, elle a quinze ans, elle est naïve et a toujours vécu dans un cocon, elle voue une vraie fascination pour sa mère, Bev, qui est belle comme Lana Turner. A côté, Evie se sent comme le vilain petit canard, quelconque, transparent jusqu'à ce que Peter l'aborde, l'invite à danser, lui sourit, propose de la balader dans sa voiture et l'embrasse.

Sous ce climat lourd et pesant, la tension monte, donne du suspense au récit, lequel va très mal se terminer, mais le lecteur s'en rend compte tout seul, au fur et à mesure que l'histoire avance, l'amertume gagne du terrain, les masques tombent, certaines révélations apparaissent, les confiances se perdent, et au milieu Evie se prend la plus grande claque de sa vie. Son passage à l'âge adulte résonnera comme une lente tombée du haut d'un ravin, tant elle comprendra qu'autour d'elle il n'y a que duperie, mensonge et trahison. C'est ahurissant, et le décor de l'après-guerre apporte aussi son lot en dramaturgie et autres horreurs à dévoiler, c'est franchement flippant et hallucinant. La voix d'Evie devient encore plus poignante et magnifique, on partage longtemps cette dualité qui naît en elle, en même temps que la tragédie va fragiliser son petit monde.

C'est un roman à lire d'une traite, écrit dans un style proche des films noirs d'après-guerre, classique et envoûtant, aussi amer qu'un chocolat. Une atmosphère à laquelle j'ai été très sensible.

Coll. Pôle Fiction chez Gallimard jeunesse - 6,60€

A venir : Les confidences de Calypso - Romance royale.

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03/02/11

Micmac à New York

Après les émotions fortes, place à l'humour !

IMG_2365

Mirette et son inséparable Jean-Pat s'envolent pour New York ! Officiellement ils répondent à l'invitation des fiançailles de Sherrie, la filleule du grand-oncle de notre jeune détective qui, en cachette, a en fait prévu d'offrir ses services aux agents du FBI - lesquels vont montrer une vive suspicion envers notre frenchie. Vous n'imaginez pas le micmac quand Mirette poursuit un suspect, à bord d'un taxi jaune, suivi par la voiture de la police et quand tout ce petit monde déboule dans le temple du jouet ! ...

Qu'est ce que c'est drôle - les répliques du Jeanpatounet sont irrésistibles ! Grosse révélation pour lui, à New York, on parle même de choc sismique ... Jean-Pat découvre la mixture magique du MASHOUM !!! Etoiles dans les yeux. Bave au menton. Moustaches qui frisent. Je ne vous raconte pas !

IMG_2368      

 

 

Les enquêtes de Mirette figurent parmi nos rendez-vous incontournables et nos séries fétiches. Humour, action, aventure, découverte, voyage, enquête, amitié et prise de bec sont généralement au programme. Et ce n'est pas peu dire d'avancer que cet épisode est l'un des meilleurs !

Micmac à New York par Fanny Joly & Laurent Audouin - Editions Sarbacane (2011) - 13,50€

Un peu de musique, parce que l'hiver m'épuise...

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01/02/11

"I love you. Remember. They cannot take it."

Imaginez un monde où l'amour est proscrit. Où aimer revient à attraper une maladie mortelle. Pour en guérir, il faut s'immuniser. Vivre dans une société où les émotions sont étouffées, éteintes, douchées dès votre 18ème anniversaire.
Aucun désordre. Aucune palpitation démesurée. Tout est sous contrôle.
Lena a longtemps vécu dans cette attente, n'en pouvant plus de vivre sa vie terne, d'éradiquer la douleur, les souvenirs, les questions. Elle n'avait que six ans lorsque sa mère s'est suicidée, elle a été recueillie chez sa tante, elle n'a depuis connu qu'une existence bridée et modelée pour son Protocole.
L'heure de délivrance approche enfin. Lena passe son dernier été, auprès de sa meilleure amie. Même si elle est très attachée à Hana, elle sait que tout s'effacera après son opération, qu'elle l'oubliera. Et c'est ce qu'elle désire le plus : recommencer une autre existence, repartir du bon pied. Elle en a terriblement besoin.
Or, cet été va également lui apporter ce qu'elle redoutait le plus : l'amor deliria nervosa ! Lena rencontre Alex, elle pensait être à l'abri, mais dès qu'elle a posé les yeux sur lui, son univers a basculé. Elle ne se rendra pas si facilement, elle va longtemps lutter et chercher à résister. Elle va vouloir se convaincre, se rassurer, mais ce sera trop tard, Lena va être contaminée.
Et c'est bouleversant à lire, à suivre, à découvrir. C'est une histoire incroyable. Lena est une héroïne imparfaite, qui sait être touchante, révoltante, passionnante. Elle est craintive, se replie pour mieux se protéger, n'ose pas ou peu. Progressivement elle prendra conscience des énormités qui l'entourent, aimer ne signifiera plus mourir, ce ne sera plus sale - au contraire. Sa prise de conscience demandera du temps, mais qu'est-ce que ça vous prend aux tripes.
J'ai cru devenir folle au moment de tourner la dernière page, j'ai cru hurler et pleurer de rage et de désespoir. Vous comprendrez. Et dire qu'il faudra patienter longtemps - 2012 - pour la suite ! C'est frustrant...
Envie d'un roman doux, tendre et merveilleux ? D'une rencontre forte, belle et revitalisante ? Lisez Delirium ! Ce livre vous fera prendre conscience que l'amour donne la vie, qu'il est souffrance et bonheur à la fois, mais que ça vaut le coup et qu'il faut refuser les barrières, les frontières, les prisons ! Qu'on ne peut pas être vraiment heureux si on n'est pas aussi malheureux parfois. 

IMG_2350 

Delirium - Lauren Oliver smileyc219
Hachette, coll. Black Moon (2011) - 450 pages - 18€
traduit de l'anglais (USA) par Alice Delarbre

Francesca est également TOTALEMENT emballée !


Teaser Tuesday #5

IMG_2297

Bloody Valentine est tout simplement une petite friandise. Qu'on se le dise. C'est un trait d'union entre le dernier tome paru (Le Secret de l'Ange) et le prochain, annoncé par Albin Michel comme étant le dernier de la série.

Aucune des 3 histoires courtes n'est particulièrement haletante - dans l'ordre d'apparition, nous avons Oliver, mon petit Oliver chéri, qui doit guérir son mal d'amour et fait la rencontre d'une charmante sorcière, qui deviendra elle-même l'un des personnages de la nouvelle série de Melissa de la Cruz ; puis nous suivons Allegra dans sa folle jeunesse, en prise avec ses doutes, rencontrant un certain Stephen Bendix Chase, pensant à ses liens d'immortalité avec Charles, songeant même à bouleverser son avenir alors qu'une terrible vision lui fait entrapercevoir ce qui l'attend. Et pour finir, rendez-vous à Florence où nos jeunes amoureux en fuite - Jack et Theo - vont préparer leur cérémonie d'union. Malheureusement, les Venator de la vilaine comtesse sont sur les dents, leur journée idyllique est assombrie. D'un autre côté, on retrouve des personnages attachants, comme Bliss.

Bref, c'est tout gentil, tout mignon, parfois un peu cucul la praline. Objectivement, ce n'est pas un indispensable, mais quand on aime... Et puis, cela permet de ronger son frein dans l'attente du prochain tome - Lost in time, prévu pour Octobre 2011 !


Il y a tout de même UN PASSAGE qui m'a fait lever les sourcils. Voici donc :

"Après tous ces rendez-vous galants dans l'appartement secret, on aurait pu croire qu'ils avaient déjà sauté le pas. Mais non, elle était encore chaste. Encore innocente, quoique tout de même pas aussi naïve qu'une jeune vierge se glissant dans le lit nuptial, nerveuse et tremblante. Non. Pas innocente à ce point. Mais elle avait tenu à attendre pour ceci, à attendre d'être prête ; et à présent, elle ne voulait plus attendre."

A PARAÎTRE LE 2 FEVRIER !

Bloody Valentine - Melissa de la Cruz
Albin Michel, coll. Wiz (2011) - 148 pages - 10€
traduit de l'anglais (USA) par Valérie Le Plouhinec

 

 

Posté par clarabel76 à 09:15:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30/01/11

Blood+, Tome 1 par Asuka Katsura

BLOOD_V2_FC_FNLPremier tome en manga de la série télé animée Blood+, cette histoire de Saya qui semblait une lycéenne ordinaire, au tempérament volcanique, et avec pour signe particulier d'aimer beaucoup manger, est une révélation ! C'est sombre, étrange et inquiétant, mais cela invite de suite à en savoir plus !
Déjà Saya souffre d'amnésie depuis un an. Recueillie dans une famille où elle s'entend très bien avec Kai, la coqueluche du lycée, ancien joueur de base-ball devenu voyou en puissance, elle pense avoir trouvé une base solide, or la réalité va la rattraper.
Car en coulisses, des personnages douteux ont l'air de s'intéresser au cas de Saya : il y a un jeune comte (vampire?) prénommé Charles, une équipe médicale, l'armée américaine et un violoncelliste qui prétend la connaître.
De scènes drôles en clash apocalyptique, l'histoire avance à tâtons. Saya va découvrir qui elle est, de manière violente. Les moments où surgissent les créatures monstreuses (des vampires peu glamour, ici) haussent d'un cran cette série qui cache bien son jeu.
Finalement l'intrigue bien ficelée promet d'autres aventures et des confrontations à venir, avec l'introduction de nouveaux caractères tout aussi inquiétants !
Série terminée, en cours de parution en France.

Posté par clarabel76 à 20:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27/01/11

Pêle-Mêle Clarabel #20

IMG_2296

Eternels, tome 3 : Le pays des ombres par Alyson Noël

Mes réserves de patience sont épuisées. Ever, la jeune fille censée tenir le haut de l'affiche, brille par sa bêtise et ses actes irresponsables ! Ce tome 3 prouvera encore qu'elle n'écoute jamais rien, ni personne et que son expérience passée - souvent malheureuse - ne lui sert strictement pas de leçon ! Pff. Mais comment peut-on être aussi bête ?
Vite fait, ce qu'il se passe : Ever a pu sauver Damen, mais en lui faisant avaler sa potion, elle condamne leur couple à ne plus pouvoir se toucher. Encore une sale coup de Roman... il connaît l'antidote de l'antidote, et fait bouillir Ever en exerçant son chantage habituel. C'est un prodige, car la demoiselle met à chaque fois les deux pieds dans le plat. De son côté, Damen est convaincu que sa longue vie d'immortel n'a pas toujours été clean et qu'il est temps pour lui de rattraper ses erreurs en bichonnant son karma. (Le type canon et qui roule des mécaniques laisse place à un semblant de hippie, on n'y croit pas du tout !!!) Dans ce tome 3, on rencontre aussi Jude. Et on retrouve les jumelles, Romy et Rayne. Mais tout ceci intervient bien trop tardivement pour rattraper mon intérêt perdu, je me suis lassée de cette série. Cela tourne en rond, tout est cliché et les personnages n'ont aucun charme. Trop d'ennui tue l'ennui ! ^-^

Une réplique qui m'a bien fait rigoler...
- Ces deux-là ! Ils sont de plus en plus bizarres, je te jure !
Miles daigne enfin lâcher son téléphone et nous lance un regard sceptique.
- C'est vrai que vous êtes bizarres. Et puis, excuse-moi, Damen, mais l'hommage à Michael Jackson, tu ferais mieux d'oublier. Même toi, l'ex-top model, tu as l'air ringard avec ton gant.


(Explication : En buvant la potion qui lui a sauvé la mise, Damen s'est également condamné à ne plus pouvoir toucher sa petite copine, ou il passe l'arme à gauche, d'où ce gant qu'il porte à une seule main ! Oui, je sais. Heureusement le ridicule ne tue pas.)

Michel Lafon (2010) - 332 pages - 15,95€
traduit de l'anglais (USA) par Laurence Boischot et Sylvie Cohen

Autre série qui a eu raison de ma patience : Beautiful Dead par Eden Maguire.

Après un premier essai peu concluant, j'ai tenté de lire ce deuxième tome mais définitivement, non je n'accroche pas. C'est dommage, car je trouvais le début un poil meilleur. On ne s'embarrasse plus des détails, on connaît les Beautiful Dead, on n'oublie pas que Darina a perdu son petit copain Phoenix, poignardé lors d'une rixe. Il est devenu une de ces apparitions fantasmagoriques, il attend son heure. Darina est seule capable de les voir et a accepté de leur venir en aide (comprendre la face cachée de leur mort brutale afin qu'ils puissent franchir l'autre rive). Bref, ce deuxième livre est consacré au personnage d'Arizona (oui, les prénoms ont été choisis exprès... c'est bizarre ?). Elle se serait noyée dans le lac, mais des doutes persistent. Au tour de Darina de mener son enquête... Comme toujours, ce drame va révéler des faits sordides et qui dérangent.
En fait, je ne me sens pas du tout à l'aise avec cette série, l'ambiance est glauque et les Beautiful Dead m'effraient plus qu'ils ne le devraient. De plus, je me demande vraiment comment l'histoire entre Darina et Phoenix va se boucler. Bientôt son tour de comprendre ce que dissimule sa mort violente. Aussi, curieuse mais pas du tout motivée pour en lire davantage, j'ai été à la pêche aux spoilers (mon sport favori). Bah, bah, bah... ça ne promet rien du tout ! J'avais vu venir le truc dès le premier tome, je suis déçuuue !!! Au revoir Darina et Phoenix, je n'ai pas su vous aimer à votre juste valeur. Tant pis.

Flammarion (2010) - 357 pages - 13€
traduit de l'anglais (USA) par Luc Rigoureau

 

Bientôt : Bloody Valentine de Melissa de La Cruz ... le recueil renfermant trois histoires courtes de la série des Vampires de Manhattan ! 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26/01/11

Apprendre à danser sur les flots lumineux du Pays profond

IMG_2288Le hic, avec la collection Soon chez Syros, réside dans le choix des couvertures (souvent space et peu accessible). Car au-delà de ça, la lecture vous prend par la main et ne vous lâche plus. C'est l'histoire d'un ado de quinze ans, rebelle et insupportable, qui commet une grosse bêtise et qui est envoyé à l'autre bout du monde pour accomplir des travaux d'intérêt général. Bon, le seul détail ici, c'est qu'on ne se balade pas en avion ou en car pour aller d'un point à l'autre, on prend une navette (spatiale) pour rejoindre une planète classée No Access. Adieu la société vendue à l'ère de la haute technologie, bonjour l'authentique, le vrai, le pur. Malheureusement la navette de Nash explose en plein vol, le garçon est le seul survivant, il est sauvé par Burril, un type bourru qui vit dans les montagnes avec ses lamânes (des créatures hybrides). Le garçon découvre un nouveau monde, il est passablement écoeuré, tout est trop sauvage, sale, archaïque. Il veut rentrer chez lui, prévenir sa mère, il n'a plus goût à l'aventure, il veut du concret.
Petit à petit, les choses s'améliorent. Nash tombe amoureux, il s'acclimate à sa nouvelle vie, les espaces montagnards le fascinent. De plus, les secrets que renferment ces régions le titillent. Il voudrait en savoir plus, devenir un Vogueur, comprendre le Pays profond, sauver cette planète menacée par des Marmoos... Bref, l'histoire se révèle captivante, un brin poétique (suite aux références du Bateau Ivre et des rêves rouges) et picturale (les tableaux de Magritte et William Turner ont inspiré les décors, c'est fascinant !). L'aventure accorde son pas à cet hymne écologique et humaniste. J'ai beaucoup aimé, ressenti même un pincement de coeur à la fin. Loïc Le Borgne est définitivement un très bon romancier ! (Lisez le très flippant
Je suis ta nuit pour vous en convaincre.)

Le bout du monde - Loïc Le Borgne
Syros, coll. Soon (2010) - 338 pages - 16,20€
illustration : Stéphanie Hans

Et la chanson de Sammy Decoster qui colle merveilleusement au cadre et à l'ambiance...  (à quand son prochain album !?!!!)

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25/01/11

A ne lire qu'après ma mort

IMG_2276Voici le truculent portrait d'une mamie de 82 ans qu'on a collée en maison de retraite et qui ne décolère pas. Sa petite-fille lui a offert un cahier et un stylo pour tuer le temps, mais ce n'est pas trop le genre de Cora de s'épancher. Contre toute attente, elle s'adonne avec plaisir à cet exercice et elle nous raconte TOUT sur son quotidien aux Palisades. Avec son caractère bougon, Cora n'est pas commode et ne s'entend avec personne, elle traite les autres pensionnaires de pimbêches, elle fume en cachette, mange des bonbons en dépit de son régime, avale ses pilules plus que de raison. Heureusement, il y a Vitus, un européen aux manières raffinées, pour lequel elle s'entiche follement. Avec lui, elle se sent revivre. Cela lui donne une pêche d'enfer, elle devient presque raisonnable, elle maigrit, et elle se met à fouiller dans son passé pour comprendre ce qui a pu la rendre aigrie à ce point. Bon, la vie aux Palisades est également un peu chamboulée par une série de vols. Cora, notamment, a perdu son cristal fétiche - autant dire que celui qui a fait ça le paiera cher ! Malgré ses airs revêches, Cora Sledge est bougrement attachante, drôle et impitoyable. Parfois touchante, aussi, surtout quand elle repense à ses années en arrière et qu'elle met enfin le doigt là où ça fait mal.

Quelque chose était bouché en moi. Le rencontrer, c'était un peu comme percer avec un clou la croûte qui se forme sur l'embout d'un tube de colle et s'apercevoir qu'il reste du produit encore bon à l'intérieur. Le monde s'en trouvait ravivé. J'avais de nouveau envie de vivre.

Bons baisers de Cora Sledge - Leslie Larson
10-18 Grand format (2011) - 379 pages - 18€
traduit de l'anglais (USA) par Michèle Valencia

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,