10/07/12

Chaque fin est aussi un nouveau début.

IMG_7682

Katie Sutton est une adolescente anglaise à la vie ultra banale. Elle a deux meilleures copines, Hannah et Loops, avec qui elle traîne au parc en retrouvant des garçons de leur âge, mais Katie fantasme comme une folle sur le beau Ben Clayden, sans espoir de retour. Elle vit à Brindleton, une petite ville qui s'étend comme une étoile de mer, où tout le monde connaît tout le monde.

Cet été s'annonce donc particulier puisque la mère de Katie va tomber amoureuse d'un homme plus jeune, plus écolo et tellement plus insupportable en tout que Katie et sa soeur aînée ont juré de le faire tomber en disgrâce. Dans le même temps, Katie s'est déclarée experte sur le comportement des Adultes et rédige un guide d'utilisateur (comment gérer ses parents sans peine), sauf que tout va de travers, comme c'est souvent le cas dans ce genre d'ouvrage ! 

Rassurez-vous, la révolution n'aura pas lieu mais ça n'empêche pas de passer du bon temps entre les pages de ce livre, qui n'a nulle prétention sinon d'être déjanté et cocasse. Katie Sutton est une narratrice hors pair, avec un sens de l'auto-dérision qui suscite de grands sourires. Dans son genre, c'est un livre qui défend ses chances, le ton est léger et drôle, tendance sarcastique, à destiner surtout pour les jeunes lectrices (la narratrice a 13 ans).

Le journal de Katie Sutton (comment gérer ses parents sans peine) par Jenny Smith
Nathan, 2012 - traduit de l'anglais par Anne Delcourt
illustration de couverture : Diglee

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


09/07/12

J'avais tant de rêves dans la tête...

IMG_7683

C'est vrai qu'en tournant la dernière page de ce livre, on se dit instinctivement qu'on vient de lire un témoignage bouleversant sur la destinée des Kumaris, ces petites filles enlevées à leur famille dès leur plus jeune âge afin d'incarner la déesse, sauf qu'à l'adolescence celles-ci étaient abandonnées, livrées à elles-mêmes, sans éducation, ni expérience de la vraie vie. Une pure déchéance, donc. 

Et puis on réalise que c'est aussi l'histoire d'une adolescente de 16 ans, Marie, qui a grandi seule avec sa mère, sans jamais connaître ses racines. De ce manque de famille est venu un besoin de s'accrocher à des rêves, à une culture népalaise dont Marie était si fière, si curieuse et si étrangère aussi... Cela a toujours constitué une bataille entre la fille et la mère, puisque celle-ci est fâchée avec ses parents et qu'elle a rejeté ses souches, interdisant ainsi à sa propre fille de tomber dans un rêve éveillé. 

Mais Marie est tenace, sauf qu'en découvrant l'histoire de sa grand-mère, ce sera comme un électrochoc, surtout qu'elle avait tant fantasmé sur ses origines. Cette lecture est riche en multiples bouleversements et autres révélations que Annelise Heurtier nous offre. C'est sans conteste un roman prenant, poétique et sensible, autour d'une héroïne très attachante. J'ai adoré.

Le carnet rouge, par Annelise Heurtier 
Casterman, 2011 - illustration & graphisme : Djhor

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

Dans la gueule du Tigre.

IMG_7684

De retour en Chine, en 1960, la famille de Gangming s'installe dans une province reculée du pays, après avoir cru que le nouveau poste de travail du père les rapprocherait des grands-parents, près de la mer. La famille ne cesse de déchanter en découvrant le confort rudimentaire de leur habitation (sans eau courante), mais très vite la convivialité du lieu leur redonne courage.

Le garçon se lie d'amitié avec Taisen, une fillette de sept ans, qui a grandi à Kunming et n'a jamais bougé de là. Elle est passionnée de danse, curieuse et intrépide. C'est seulement au sortir de l'enfance que les choses vont se compliquer : la révolution culturelle frappe la Chine, les idées bougent, les mentalités changent, la politique entre en action, Gangming va être attiré par ces faux-semblants tandis que Taisen va se braquer.

Les années vont passer et les deux amis vont s'éloigner. C'est en offrant une double vision de leur parcours qu'on se rend compte de tous les possibles de cette Chine Maoïste, à travers l'aveuglement du garçon et le sens critique de la jeune fille. C'est très instructif comme témoignage, les exemples sont nombreux et s'appuient sur la vie quotidienne de deux adolescents et leurs proches. On découvre alors une période de chaos, durant laquelle la paranoïa a fait son nid, avec pour conséquence des dénonciations, des brimades, des embrigadements forcés... 

C'est un roman très intéressant à étudier, notamment sur l'aspect politique et historique de la Chine des années 60, à travers une histoire simple et proche de la réalité, puisque l'auteur s'est inspirée de l'histoire d'un ami pour rédiger son livre.

La vie en rouge, par Anne Thiollier
Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2009

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Où il est question de l'amour des livres et de la lecture.

IMG_7675

Juan passe ses vacances chez son vieil oncle Tito, considéré excentrique parce qu'il vit seul dans une maison remplie de livres. C'est un vrai labyrinthe où on ne fait que s'y perdre ! Juan ne doit d'ailleurs jamais quitter sa clochette pour retrouver son chemin. Lui qui préfère la télévision à la lecture, il est servi.

Le garçon est également préoccupé par sa mère qui digère mal son divorce. Son arrivée chez l'oncle Tito va cependant lui révéler son potentiel insoupçonné de lecteur d'exception. A son contact, les livres sont attirés par lui, ils veulent être lus, compris, sentis. Car le monde des livres est un univers incroyable, où les ouvrages n'en font qu'à leur tête, vont et viennent, se cachent en attendant le bon moment ou le bon lecteur.

Il y a vraiment d'étonnantes théories dans ce livre, des réflexions qui font sourire, car forcément elles nous parlent aussi ! ;) Dans l'intervalle, Juan va tomber amoureux et réaliser encore une fois que les livres peuvent le surprendre, s'adapter à ceux qui les parcourent ou les choisissent. Très honnêtement, ce roman évoque avec délice le plaisir de la lecture en des termes enchanteurs et ô combien véridiques ! C'est une jolie découverte, à saisir si jamais ce livre croise votre chemin.

Le livre sauvage, par Juan Villoro
Bayard jeunesse, coll. Estampille, 2011 - traduit de l'espagnol (Mexique) par Isabelle Gugnon
illustration de couverture : Zara Picken

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

06/07/12

Bel été !

IMG_7691

IMG_7692

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Noir grand : extrait

J'ai appris la langue d'ici, avec l'accent et les expressions comme tout le monde. J'ai même appris des mots de patois pour discuter avec les vieux quand on pêche. J'ai même appris à pêcher.  A danser et à chanter comme ici, la main sur le coeur, les yeux levés vers le ciel. J'ai appris à détester ceux du village à côté, parce qu'ils ne sont pas d'ici. Et ici, c'est toujours mieux qu'à côté.

Mais un Noir qui parle avec l'accent, c'est bizarre.
Un Noir qui pêche avec les vieux, c'est louche.
Et puis de toute façon, un Noir, ça va pas dans le paysage.

Alors tout le monde a commencé à m'ignorer, à m'éviter, à fermer les portes quand je passais.
Parce qu'un Noir qui passe, c'est un malheur qui tombe. C'est un voleur qui rôle, une maladie qui traîne.
Et si les pommes du pommier disparaissaient, c'était forcément dans ma poche.

Petit à petit, je suis devenu trop noir, trop grand, trop vite.
Tout le monde m'appelait Chocolat. Et je les appelais Vanille. Alors ils m'appelaient Tête de Nègre et je les appelais Faces de Fromages. Alors ils m'appelaient Tais-Toi et je les appelais Pourquoi. Je rigolais, pour moi c'était comme un jeu entre nous.
Mais en grandissant, ils ont appris à dire d'autres mots, plus gros, plus gras, plus forts. Ils ont appris à se battre aussi, et à tailler des flèches.
Tout à coup, le jeu faisait mal. 

Et j'étais toujours aussi seul, avec mon père et ma mère qui croient que le monde est beau et les enfants gentils. Je me suis enfermé dans ma peau, dans le noir. J'ai fermé les volets, tiré les rideaux, éteint la lumière. Je voulais voir personne.
Mes parents savaient pas comment faire avec moi. Ma mère essayait de me parler, mais je courais dans ma chambre. Mon père voulait me lire l'histoire d'un petit Noir dans une famille blanche, mais je me bouchais les oreilles.

A l'école aussi j'écoutais rien. Je voulais pas savoir l'histoire du pays d'ici, ni la grammaire, ni les noms des villes ou des fleuves. Je voulais qu'on me laisse tranquille, qu'on m'oublie. Je me collais au mur du fond et j'essayais de disparaître dedans. 
Mais dans l'école minuscule de mon village tout petit, un Noir, ça se voit tout de suite.
Il aurait fallu prendre la couleur des poules, ou la forme d'une vache. Il aurait fallu rester immobile comme un arbre.

Alors je suis plus allé à l'école, je partais dans les champs, dans les forêts. Je posais mon cartable et je me promenai toute la journée au milieu des oiseaux et des fleurs. 
J'étais bien, là.  J'avais la paix. Les oiseaux, il y en a des noirs.

IMG_7676

Un court récit qui décrit la contradiction des sentiments d'un garçon adopté.  Un texte porté par les illustrations de Daniela Tieni qui soulignent la langue singulière et poétique de Sébastien Joanniez. Un ouvrage  remarquable.

Noir grand, par Sébastien Joanniez & illustrations de Daniela Tieni
Rouergue, coll. dacodac, 2012

Posté par clarabel76 à 19:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

Moi, les adultes j'aime pas trop. Ils m'impressionnent pas du tout.

IMG_7678

Je vous présente Bruno, le Zorro du zéro, comme il se décrit. Fier d'être un cancre, il n'en fiche pas une en classe, il s'en moque, de toute façon il est porté par la nonchalance collective (il est élève dans un établissement situé en plein quartier pourri, selon lui). Tout bascule avec l'arrivée de Madeline, la nouvelle élève.

Non seulement elle a un look atypique, mais en plus c'est une pure intello. Installée à côté de Bruno, elle semble totalement déconnectée de la réalité qui l'entoure. Bruno, lui, a une poussée de fièvre. Cette fille l'intrigue, pas dans le sens romantique du terme, mais d'une manière obsédante et profitable (car notre cancre va soudainement bosser comme un malade et voir sa moyenne atteindre des sommets inégalés, youhou !!!).

Mais Madeline a un secret, plus profond qu'on ne le pense, Bruno va le découvrir et en être secoué. Cela aura du bon pour lui, puisqu'il va en prendre de la graine, envisager un autre avenir pour lui, sortir de la glandouille et adopter une attitude plus positive. Cela aura une répercussion tout aussi bénéfique pour la jeune fille, qui pensait n'avoir pas sa place dans ce monde.

Ce sujet, somme toute classique, de l'acceptation de sa différence est traité avec beaucoup d'humour, le ton d'Hervé Mestron n'est pas sans rappeler celui d'Anne Percin (Comment (bien) rater ses vacances) ou Jo Witek (Récit intégral (ou presque) d'une coupe de cheveux ratée), ceci m'amenant à conseiller ce petit roman aux lecteurs qui ont apprécié les ouvrages cités précédemment.

Enterrement d'une vie de cancre, par Hervé Mestron
Syros, coll. Tempo+, 2012 

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

... surtout n'y entrez pas !

IMG_7673

Orphelins, Samuel et sa soeur Martha sont envoyés chez leur tante Edna en Norvège et ont un peu de mal à se familiariser avec les lieux. De plus, leur tante leur paraît excessive et abusive avec son règlement en dix points, de sorte que Samuel a bien envie de braver l'interdiction de se rendre dans la forêt qui jouxte le chalet...

Alors, sa tante lui confie un terrible secret, qui est lié avec la disparition de l'oncle Henrik, dix ans plus tôt. Mais malgré toutes les précautions prises, la tragédie arrive lorsque Martha se perd dans la forêt. Samuel décide de la sauver et part à sa suite, accompagné du chien de sa tante, le fidèle Ibsen.

J'ai failli penser à Fablehaven dans les premiers chapitres, mais j'ai vite oublié la saga de Brandon Mull pour me plonger dans cet univers particulier, un peu effrayant mais surtout enchanteur de La forêt interdite. J'ai immédiatement été séduite par la richesse de l'histoire, bâtie sur un imaginaire fécond et exaltant.

Dans le fond, la trame romanesque est assez convenue mais elle demeure efficace. Sitôt que les personnages pénètrent dans la forêt interdite, notre curiosité est piquée à vif : on découvre alors tout son mystère, avec des créatures aussi fabuleuses et étranges que les huldres, les trolls, les pixies, le slemp ou le gubbin.

Ce conte fantastique possède plus d'un tour dans son sac pour embarquer les jeunes lecteurs dans un univers peuplé d'aventures et de magie, basé en Norvège pour la touche d'évasion, enfin bref c'est une sympathique découverte !

La forêt interdite, par Matt Haig
Bayard jeunesse, coll. Estampille, 2010 - traduit de l'anglais par Sylvie Cohen 
illustration : Benjamin Bachelier 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05/07/12

... en plein dans le nez !

Elle s’appelle Douceline. Elle est née en Provence au XIVe siècle, dans une ville décimée par la peste. Dans les ruelles de Grasse empuanties par les tanneries, elle se découvre une passion pour les senteurs et les parfums. Auprès de son père apothicaire, elle apprend à travailler les plantes et à confectionner des eaux de fleurs. Il envisage de la marier à un riche marchand, mais Douceline a d’autres ambitions.

IMG_7674

C'est un très beau roman, écrit avec élégance et poésie, qui évoque l'histoire des parfums à Grasse à travers l'histoire de Douceline, fille d'apothicaire, dans la France du XIVème siècle. C'est aussi l'étourdissante destinée d'une vraie héroïne qui est racontée, en des termes charmants et délicats. On a aussi presque l'impression de 'sentir' ce roman tant la description des odeurs est omniprésente !

Un parfum d'histoire, tome 1 : L'Eau des anges par Béatrice Egémar
L'Archipel, coll. Galapagos, 2011 - illustration : Delphine Caussais

Le tome 2 - L'Eau du roi - est déjà disponible.

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Mary Maloney attendait le retour de son mari. Elle regardait souvent la pendule, mais elle le faisait sans anxiété.

A (re)découvrir ! 

IMG_7670

Je connaissais ce recueil, surtout pour sa nouvelle Coup de gigot (merci monsieur A. Hitchcock !), mais il me semble que je n'avais jamais pris le temps de parcourir la suite des histoires qui composent ce livre.

Donc, il y en a quatre au total : Coup de gigot (l'histoire d'une femme bafouée qui va piquer sa crise de nerfs au moment de préparer son repas), Tous les chemins mènent au ciel (encore une histoire de couple crispé et où la femme va rugir intérieurement, parce que trop c'est trop !), La logeuse (l'histoire d'une petite bonne femme qui loue une chambre à de jeunes garçons à la peau lisse et parfaite - sic !), William et Mary (l'histoire la plus longue, en écoute elle frise la bonne heure, avec une intrigue alambiquée, surfant sur l'expérience scientifique, mais qui n'en révèle pas moins le machiavélisme du cerveau féminin !).

Oui, les femmes ont le beau rôle dans ce livre. Souvent elles subissent, elles ruminent leur amertume, elles revendiquent leur dévouement et en sont fières, mais elles n'acceptent pas la frustration et passent souvent à l'acte (vengeance !!!) avec un sourire énigmatique sur les lèvres. C'est jubilatoire !

Le ton emprunté par Claude Aufaure, le narrateur, nous inspire une écoute attentive et quelque peu flippante. A sa façon, il distille le doute dans l'ordinaire, souligne le saugrenu et fait monter la pression, il faut vraiment le suivre dans un calme olympien car on se régale ! 

Coup de gigot et autres histoires à faire peur, par Roald Dahl
Gallimard jeunesse, coll. Ecoutez lire, 2011
(existe en Folio junior )  illustration : Quentin Blake

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,