11/02/13

"Je sais à ce moment-là que je ferais n'importe quoi pour cet homme. Je lui appartiens."

IMG_8553

Ana est étudiante, en dernière année. C'est une jeune femme amoureuse de littérature romantique, qui n'a jamais connu le grand frisson et qui entend se préserver pour LE candidat idéal. Et elle le rencontre au cours d'une interview pour le journal de la fac, il s'agit de Christian Grey, multimillionnaire, attirant et célibataire. Aussitôt son cœur fait boum.

Le problème d'Anastasia, c'est qu'elle se dévalorise constamment : physique ordinaire, maladresse légendaire, d'une naïveté et d'une innocence déconcertantes... Et la gourde confie son destin amoureux à un type qui lui propose tout le contraire, du sexe, sous contrat et avec des clauses particulières. Toute autre jeune fille (in)expérimentée prendrait ses jambes à son cou, mais pas notre mademoiselle Steele !

Alors, je dois avouer m'être beaucoup amusée à l'écoute des premiers chapitres, avec la conscience aigüe que ce n'était peut-être pas normal, sauf qu'il faut reconnaître que l'héroïne, dont la première entrée en scène se solde par une chute à quatre pattes sur le seuil du bureau de Christian Grey (oui franchement j'ai ricané comme une bécasse), est pathétique à souhait.

Pendant longtemps j'ai trouvé que c'était comique et divertissant, avec des défauts à la pelle (diantre, ce niveau d'écriture). Je reste, cependant, intimement convaincue que cette version Audiolib a pu jouer en faveur de mon appréciation générale (S. Cayron est troublante, ironique, coquine et sans complexe). Bon, dès le moment où on entre dans le vif du sujet, avec l'étalage graveleux de scènes sexuelles pas du tout sensuelles, j'ai commencé à faire la fine bouche.

Voilà, c'est de la lecture de distraction, qui comporte une lourdeur de style, des personnages têtes à claques, une histoire quelque peu grivoise, avec des descriptions sans charme, d'un érotisme plat, mais j'ai tenu jusqu'au bout, 16 heures d'écoute tout de même, car l'interprétation du livre audio est agréable et pertinente. 

Cinquante nuances de Grey, par E.L. James
JC Lattès / Audiolib, 2012 - traduit par Denyse Beaulieu
Texte intégral lu par Séverine Cayron


08/02/13

Girafe

IMG_8531

Au réveil la girafe est un peu en vrac, complètement démantibulée, elle tente de reprendre forme en rassemblant ses morceaux éparpillés, et là ... stupeur, ce n'est pas une girafe ! Flûte alors, c'est un bonhomme. Mais non, quelques pages plus loin, on découvre que c'est une maison. Et plus loin encore, on retombe sur une autre découverte ! 

Préparez-vous à retourner votre album dans tous les sens ! Le principe est astucieux. Jean Gourounas joue avec les formes dans le délire le plus total. (Et les petits commentaires en marge des illustrations valent aussi le coup d'œil.) Dans cette histoire, l'auteur s'amuse à décortiquer sa girafe livrée en kit et à jouer avec les formes pour montrer qu'on peut dessiner ce que l'on veut, suivant le sens que l'on a envie de donner.

C'est un joyeux bazar, un habile fourre-tout, une manière décomplexée d'approcher la maîtrise des formes et les différentes interprétations d'une construction. C'est encore plus pratique qu'un puzzle, car on peut chambouler les pièces sans que ça coince. On dénature le dessin original, mais après tout on a droit aussi de raconter plusieurs histoires ! Encore un album de Jean Gourounas qui m'enchante pour son originalité et son intelligence (après l'histoire du mille pattes).

Girafe, par Jean Gourounas (Rouergue jeunesse, 2013)

IMG_8532

IMG_8533

IMG_8534

IMG_8535

IMG_8537

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

07/02/13

La famille Ohé : Le nouveau pull-over, d'Oliver Jeffers

IMG_8545

La famille Ohé a ceci de particulier qu'ils sont tous exactement pareils. Jusqu'au jour où Rupert se mit à tricoter un pull, puis l'enfila et défila auprès des siens en crânant, les Ohé en furent tous choqués et scandalisés !

Mais Rupert était fier de sa différence. Gillespie décréta à son tour qu'être différent était intéressant. Alors lui aussi se mit à tricoter un pull-over assorti à celui de Rupert.

Fantastique, génial, chic idée ! Maintenant ils sont deux à être différents. ^-^

De ce fait, être différent devint à la mode (et tout le monde se mit à porter des pulls) !

Cet album est extrêmement drôle, et pas seulement parce que l'humour d'Oliver Jeffers est fin, irrésistible, incomparable. Cet album montre avec subtilité les travers de notre société qui cherche à créer une mode, dans le but de se distinguer ou simplement pour qu'on le remarque (c'est courant), et voilà que cet effet de mode crée l'envie, la jalousie et l'imitation. Du coup, tout le monde copie tout le monde et finit par se ressembler.

C'est drôle, parce que la situation est tournée en ridicule. Il faut cultiver sa différence, c'est certain, mais cela ne veut pas dire qu'il faut se comporter comme un mouton (qui suit la tendance en broutant bêtement).

Le style minimaliste et en apparence simple d'Oliver Jeffers me séduit encore une fois. J'aime, j'aime, j'aime. Prochain album à paraître fin mars 2013 : Cet élan est à moi. ♥

La famille Ohé : Le nouveau pull-over, par Oliver Jeffers (Kaléidoscope, 2012)

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Lui, c'est la gloire. Nous, c'est la modestie.

IMG_8328

Jean-Philippe naît et grandit dans un haras. Son père est entraîneur et voue une véritable passion pour les chevaux. Passion parfaitement communicative, puisque l'enfant va s'attacher à une jument, Belle Intrigante, auprès de laquelle il va calmer ses pleurs ou apprendre à marcher.

Le garçon ne cache pas son désir de devenir un jour jockey, mais le destin va en décider autrement lorsqu'un soir de tempête, les chevaux seront intenables et déchaînés, et l'accident va se produire alors même que le père de Jean-Philippe est en train de concourir pour une compétition importante.

Fin du premier CD. La mise en scène, avec l'interprétation musicale, est juste parfaite. Elle a su prendre aux tripes et je n'étais pas fière. Car on reste comme un rond de flan avant de connaître la suite.

Ce roman est éblouissant parce qu'il a su, dès les premières pages, nous embarquer dans son monde et nous attacher à l'histoire terriblement émouvante, mais pas pleurnicharde, du jeune héros. C'est une aventure incroyable et forte. Tellement admirable aussi. On vit au rythme des galops, des tours de piste, des rêves éveillés, des illusions perdues, des envies d'en découdre et de s'accrocher encore et toujours. Je vous jure, c'est un tourbillon de sensations et d'impressions, il y a à la fois du suspense, de l'action, de la tendresse, de la bêtise et de l'injustice. L'effet est magique. On a tour à tour la gorge nouée, le cœur qui bat et des étoiles dans les yeux.

Chris Donner a su redonner à la lecture *avec des chevaux* une vraie valeur littéraire et héroïque. L'histoire est prenante, palpitante et vraiment belle. Je la conseille fortement !

Tempête au haras, par Chris Donner
Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2012 / Chut ! les livres lus de l'école des loisirs (texte intégral) lu par Laurent Stocker
illustration de couverture : Adrien Albert

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06/02/13

Zizi la Chipie

IMG_8507

Présentation de Zizi : franchouillarde et dégourdie, porte deux couettes sur la tête, n'a pas sa langue dans sa poche, adore Charles Aznavour dont elle connaît toutes les chansons par cœur, n'est pas très copine avec les filles, n'est pas enchantée de la prochaine visite de sa cousine Barbara, qui vit en Amérique et se prend pour une américaine snobinarde, a un soupçon de conscience, se sent facilement coupable dès lors que sa cousine disparaît et rentre au pays en douce, la file comme un Sioux et découvre la vie aux States en se prenant pour une frenchie arrogante, finalement découvre le secret de sa cousine, rencontre son idole, se fait une nouvelle amie, se moque de la musique qu'écoutent les filles de sa classe, devient par hasard une vedette de la chanson, s'en mord les doigts, veut redevenir une petite fille anonyme et sans talent, et blablabla.

Ces deux tomes nous offrent une lecture pleine de vie, avec un scénario gros comme une maison, pas du tout crédible, mais tout de même très drôle et divertissant, fondé sur un rythme joyeux grâce à des aventures pétillantes et une héroïne qui ne manque pas de souffle ni d'audace. La série avait été publiée en 2002 par Casterman.

Zizi la chipie, tome 1  La cousine d'Amérique / tome 2 : Vedette de la chanson - par David De Thuin et Florence Sterpin
Mille bulles de l'Ecole des Loisirs, 2013


Les chaussettes de l'archiduchesse

IMG_8529

L'archiduchesse Sophie, qui est belle comme une princesse, riche comme une reine, gentille comme un labrador, se demande pourquoi elle n'a pas de prince charmant pour lui tenir compagnie. Une sorcière lui répète que ses chaussettes sont sales et puantes, mais Sophie n'a pas de nez donc n'en a pas connaissance.

Un jour, au marché, elle a la possibilité d'acheter une seule lotion miraculeuse : avoir du nez, ou ne plus avoir des chaussettes qui sentent mauvais. Elle opte pour la deuxième solution, boit son jus de chaussettes en faisant la grimace et peut se rendre au bal pour y rencontrer son prince charmant.

Son prince à elle, finalement, pue du bec mais comme elle n'a pas de nez (sous-entendu, elle ne sent rien du tout !), elle ne se rend compte de rien. Seuls les voisins murmurent sur leur passage et la plaignent un peu. Le mieux de tout, c'est que Sophie est tellement amoureuse de son prince qu'elle souhaite aussi le sentir et elle se moque des quolibets.

Sur ce, la sorcière intervient de plus belle. Et là ... ♪♫ L'amour est enfant de bohème Il n'a jamais, jamais, connu de loi ♪♫ ...

Colas Gutman est décidément un auteur doué et déjanté, qui détourne les ritournelles pour nous offrir des petites histoires qui font rire les enfants (et les parents). Ce texte est bougrement sympathique, il parle des mauvaises odeurs, bah oui c'est la vie, l'héroïne a tout pour être heureuse, mis à part ce petit souci des chaussettes qui fouettent, et même son histoire d'amour est une rencontre providentielle, drôle, inattendue.

Un moment de lecture absolument charmant, avec une galerie de chouettes personnages et une histoire délirante.

Les chaussettes de l'archiduchesse, par Colas Gutman - illustrations d'Audrey Poussier
Mouche de l'Ecole des Loisirs, 2007

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Calicia, sept ans, magicienne !

IMG_8528

Alicia se désespère, debout devant son stand de la braderie exposant ses vieux livres et jouets... personne ne s'arrête ! Sauf un curieux petit homme qui lui propose un étrange troc : il échange le livre de magie d'Alicia contre une boîte noire qui aurait le pouvoir de faire disparaître les objets qu'on y enferme.

Avec l'aide de sa grand-mère, Alicia trouve la formule magique traduite du latin et teste ses nouveaux pouvoirs sur le chat de son frère, puis avec le portable de sa mère. Les résultats dépassent ses espérances mais placent la fillette dans une délicate position. Euh... comment revenir au point de départ maintenant ? C'est bien beau de jouer à la magie, mais il faut la manipuler avec prudence.

Un petit roman délicieux, notamment pour les illustrations, qui amusera les jeunes lecteurs. On y parle de magie, avec une petite héroïne espiègle, sous couvert d'évoquer la responsabilité de nos actes (ah bon ? la magie ça ne marche pas que dans les livres !?). Très sympa, tout mignon et rigolo.

Calicia, sept ans, magicienne ! par Gilles Abier - illustré par Jess Pauwels
Actes Sud junior, coll. Benjamin, 2012

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Nouveautés : Actes Sud junior

IMG_8538

IMG_8539

IMG_8540

Raoul, c’est le nouveau de la classe. Mais il est bien trop grand pour aller à l’école. Et puis, il fait un peu peur, mieux vaut ne pas se moquer de lui. Un jour, il crie sur la maîtresse et se fait renvoyer. C’est un peu triste mais c’est comme ça.

Lors d’une sortie à la campagne, un orage éclate. La maîtresse et les élèves se réfugient dans une grotte et tombent nez à nez avec Raoul, sa maman et son petit frère qui vivent là, modestement. La pluie s’arrête ; il est temps d’aller pique-niquer. Les enfants invitent Raoul et sa famille à partager leur repas. Et pour la première fois, ils voient Raoul sourire.

Au début le ton de l'histoire se veut drôle et enlevé, avant de laisser apparaître une autre réalité : celle de la pauvreté. Heureusement l'histoire n'est pas du tout triste, au contraire elle fait preuve d'optimisme et de solidarité. Hop, hop, quand on ne sait pas, on ne juge pas, on partage et on fait naître les sourires sur les visages.

Un titre bénéfique, avec des illustrations qui font souvent sourire d'ailleurs !

Le nouveau de la classe, par Isabelle Duval (Actes Sud junior, 2013)

 

IMG_8541

Crocolou est ravi de passer un après-midi chez ses grands-parents. Au programme : promenade dans le jardin et cueillette de fleurs pour égayer la maison avec mamie, séance de bricolage et construction d’une cabane avec papi.

Après s’être régalé de délicieuses crêpes, Crocolou a une surprise pour eux : un beau dessin ! Mais ce n'est pas tout car Crocolou aussi aura droit à une belle surprise de la part de son papi.

Le texte est facile et très accessible, les illustrations sont d'une pureté très appréciable. C'est une petite série qui aborde des thèmes qui sont proches des jeunes lecteurs et c'est ce qui la rend si sympathique et attachante.

Crocolou aime son papi et sa mamie, par Ophélie Texier
Actes Sud junior, 2013

Posté par clarabel76 à 09:35:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/02/13

“I gave you my heart, but it wasn't enough.”

IMG_8527

Huit mois ont passé depuis le départ inexpliqué de Caleb, mais suite à de nouveaux soucis judiciaires le garçon est dans l'obligation de s'inscrire à un programme d'intervention dans les écoles avec d'autres victimes de la route. Et paf, il est dans le même groupe que Maggie. Ces deux-là ne sont pas à l'aise de se retrouver, leur début de relation amoureuse, vite écourtée par les aléas de la vie, leur revient en pleine figure. Ils doivent faire comme si tout était oublié, sauf qu'ils sont encore bien empruntés, par les mensonges et les non-dits, mais aussi par leur attirance commune.

Alors, Caleb joue le chaud et le froid, il cherche à maintenir Maggie à distance, à ne plus lui donner le moindre espoir et il se montre parfois cassant avec elle. D'un autre côté, il est jaloux dès qu'elle s'approche d'un autre, il la cherche, il a besoin d'elle, il la désire tout en sachant que c'est impossible. Maggie n'est pas dupe, mais elle est devenue plus forte et plus sûre d'elle. Elle cherche même à le pousser dans ses retranchements pour qu'il avoue toute la vérité sur leur sordide affaire. Bref, ce n'est pas de tout repos.

L'histoire n'est donc pas simple et n'a pas fini de brusquer le petit couple. Caleb a encore beaucoup de démons à chasser, par contre Maggie est devenue une chouette petite nana, qui a énormément à apporter. Toute perspective d'idylle semble d'ailleurs compromise, même si les sentiments sont là, très forts et sincères. Non vraiment, ils ont encore du chemin à faire et ça peut paraître bien long au bout d'un moment. Sinon, j'ai franchement apprécié  l'ensemble du groupe de RESTART, avec ce barjot de Lenny en tête, et j'ai adoré l'épilogue, entre tendresse, espoir et délivrance, mon cœur a fait boum ! C'était une belle petite série, en deux tomes, qui touchera le lecteur pour la portée de l'histoire et pour la richesse des personnages.

Retour à Paradise, par Simone Elkeles
La Martinière J., 2013 -  traduit par Sabine Boulongre

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04/02/13

"Je suis fatiguée de me souvenir."

IMG_8526

Grace se réveille dans une pièce toute blanche, où elle pense être retenue en otage par un certain Ethan, un type très séduisant qu'elle a rencontré au parc, alors qu'elle était ivre morte, et qui vient effectivement lui apporter des plateaux-repas sans dire un mot. Pourquoi est-elle là ? Elle a un peu la mémoire en vrac, alors elle se force et commence à raconter son histoire.

Adolescente déjantée et perturbée par la mort de son père, Grace s'est mise à boire beaucoup, à sortir, à draguer et à coucher avec des garçons, de même elle se mutile la peau mais ne confie à personne son désarroi. Sa mère est tout le temps absente, Grace n'a pas d'amis dignes de confiance, jusqu'à ce qu'elle rencontre Sal, qui vient d'emménager et avec qui elle s'entend tout de suite très bien, au point de lui parler d'elle sans cacher ses secrets les plus honteux. Tout roule jusqu'au jour où les deux filles se disputent, Grace est au bout du rouleau mais rencontre Nat à l'arrêt de bus. C'est un garçon ordinaire, sur lequel elle ne flashe pas immédiatement, mais qu'elle va revoir des jours plus tard, et ainsi de suite. Elle va tomber folle amoureuse de lui, vouloir partager son bonheur, se réconcilier avec Sal et planer sur son petit nuage.

Assez rapidement, on prend conscience que l'histoire ne tourne pas rond et qu'elle va mal finir. On aimerait prévenir Grace, la maintenir à distance et la préserver de la casse, mais on fonce avec elle droit dans le mur et on prend les mêmes coups. Forcément on a mal. On souffre pour Grace aussi. C'est là le tour de force du roman, de réussir à nous capturer entre ses filets, de nous faire vivre la spirale infernale d'une adolescente en détresse affective et qui perd pied. C'est, tout simplement, bouleversant. Très à fleur de peau. C'est la deuxième fois que je lis ce roman (la première fois en français) et j'ai ressenti exactement les mêmes émotions. Même si je savais d'avance ce qui m'attendait, j'ai replongé aussi sec dans ce récit troublant, hypnotique et d'une sensibilité rare.

C'est une lecture que je conseille fortement. Pour toutes les âmes en dérive, "fatiguées de se souvenir". Il y a tout de même un message positif : ne jamais laisser tomber, ne jamais renoncer.

Confusion, par Cat Clarke
Robert Laffont, coll. R, 2012 -  traduit par Alexandra Maillard

J'ai rêvé que tu cognais
À ma porte sans relâche
Les bruits qui montaient en l'air
Me rendaient folle de rage
Tu cognais, cognais, cognais

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , ,