22/03/12

C'est le cuisinier lui-même qui donne de la saveur à sa cuisine : son caractère, ses rêves, ses sourires, ses larmes.

IMG_6975

La boutique de Madame Pamplemousse est unique. Niché dans un quartier de Paris, à l'abri des regards curieux, l'endroit fait davantage penser à l'antre du sorcier, avec ses articles aussi bizarres que du salami de Minotaure à la sauge et au thym sauvage, des queues de vélociraptor salées, du tigre à dents de sabre fumé et du roulé de langue de tyrannosaure, mais aussi des rognons de crocodile au vin de myrtilles, du piranha rôti au coulis de framboises, et j'en passe.
Il y a incontestablement un grain de folie dans ce roman, un zest de magie, une pincée de gourmandise, une cuillerée de bons sentiments, et beaucoup d'autres ingrédients savoureux ! Madame Pamplemousse est un personnage bien mystérieux, aux allures de sorcière, avec son chat au pelage blanc, répondant au nom de Camembert, et qui crache tout le temps des boules de poil dès qu'il se sent dérangé dans ses petites habitudes.
Ce chat cache lui aussi ses petits secrets.
Et c'est par hasard que la jeune Madeleine croise leur chemin, qu'elle découvre leur boutique en manquant tomber à la renverse parce que tout lui semble extraordinaire. Mais cette rencontre va aussi bouleverser sa vie et celle de son oncle, monsieur Lard, un grippe-sou tyrannique, propriétaire d'un restaurant sans attrait et sans âme, tout bonnement parce que son gros tonton autoritaire maltraite son personnel et sa cuisine.
Résultat, c'est gras, c'est lourd, c'est répugnant.
C'est alors que s'invitent les Fabuleux Délices de Madame Pamplemousse, et la Bête se transforme...

C'est indubitablement une lecture fantastique et enchanteresse. Déjà rien que la couverture donne envie d'avoir le livre entre les mains. Et croyez-moi les illustrations de Sue Hellard ne déçoivent pas un seul instant. Tout est beau dans ce roman, tout est délicieux et original. On a même le sentiment de plonger dans un Paris tout droit sorti d'un film coquet, ça fait très carte postale, mais c'est charmant.
L'histoire ressemble également à un conte merveilleux, avec une jeune héroïne au coeur d'or, exploitée par un malotru, qui va se découvrir un don exceptionnel. De plus, l'écriture fait preuve d'élégance et de beaucoup d'imagination (l'inventaire des recettes et des délices fait tourner de l'oeil par exemple !). C'est dire le bonheur qu'on a de plonger dans l'univers de Rupert Kingfisher, et on ne le regrette pas. 

Je connaissais la série dans sa version originale, et je suis très heureuse de la découvrir sur le marché français, c'est une découverte exquise, dont l'esthétisme vintage exerce un réel attrait. C'est à déguster sans attendre ! Le deuxième tome va paraître au mois de mai.

Madame Pamplemousse et ses Fabuleux Délices, par Rupert Kingfisher smileyc219
illustrations de Sue Hellard - traduction par Valérie Le Plouhinec 
Albin Michel jeunesse, coll. Witty, 2012


Où est l'escargot ?

Souvent, l’escargot se cache dans sa coquille. Mais cette coquille, où se cache-t-elle ? Derrière la queue en tire-bouchon d’un petit cochon ou dans la crosse d’un violon ? Sous les cornes bien enroulées d’un bouquetin ou à l’intérieur d’un serpentin ? Dans la crête des vagues, les volutes de fumée d’une pipe ? Les spirales dessinées par une patineuse sur glace ? Les bouts recourbés d’une paire de babouches ? C’est fou, le nombre de choses qui ont la forme d’un colimaçon !

IMG_7423

UN ALBUM SANS TEXTE où l'on passe son temps à scruter les détails des illustrations pour retrouver la coquille de l'escargot. Procédé ingénieux, un peu rigolo, imaginé par monsieur Tomi Ungerer. Ce qui frappe aussi, c'est la diversité des dessins : soit bariolé, jovial, coloré, soit gris, austère, ombrageux, mystérieux... Un festival d'originalité pour le plaisir des yeux.

Où est l'escargot ? par Tomi Ungerer (Ecole des Loisirs, 2012)

IMG_7424  IMG_7426

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Princesse Chipolata

IMG_6922

Attention, lecture purement irrévérencieuse, mais tellement drôle. Les premières pages peuvent déconcerter, mais sitôt que le lecteur a bien saisi le second degré derrière l'histoire de cette princesse, c'est du plaisir assuré.
Alors nous avons une princesse, capricieuse et tyrannique, qui se plaint d'avoir des gros doigts qu'elle planque sous des moufles. Elle harcèle son serviteur, qui s'appelle Mon Chien (!), pour que cesse son calvaire. Il lui faut une solution, et vite !  Mon Chien suggère donc de se rendre dans la Forêt des Contes Perdus où se trouverait la Belle aux petits doigts parfaits et ainsi procéder à un échange de bons procédés. Hop, la princesse se rend aussitôt sur place et doit passer toute une série d'épreuves (des tests de stupidité, de débilité et de crétinerie ultime). Tout un programme.
Qu'est-ce que j'ai pu ricaner en lisant ce petit livre ! Chaque rencontre est désopilante, même les dialogues sont absolument poilants. L'ensemble est joyeux, décalé, subtil et saugrenu, c'est du très bon Colas Gutman, qui gratouille et qui donne le sourire, avec en bonus les ravissantes illustrations de Marc Boutavant, bref ce livre est un indispensable !  

La princesse aux petits doigts, par Colas Gutman - illustrations de Marc Boutavant 
Mouche de L'Ecole des Loisirs, 2012 

smileyc219

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

21/03/12

Comme dit Papa : "Avec moi, c'est comme ça !"

Ce soir, Maman n'est pas là. Alors pour le bain, le repas et le coucher, il y a Papa. Avec lui, tout est différent, et Clara n'est pas au bout de ses surprises. 

IMG_6970

J'en connais qui doivent avoir un sourire jusqu'aux oreilles, c'est d'ailleurs ce qui s'est passé chez moi quand j'ai ouvert cet album, au moment de commencer l'histoire... Aussitôt, oui j'avais un sourire banane. Parce que c'est l'histoire d'une petite fille prénommée Clara, qui va pour la première fois passer seule toute une soirée avec son papa, maman étant partie au cinéma.

Qui ne se reconnaîtra pas dans cette histoire où la fillette ne cesse de chipoter sur le bain chaud un peu froid, sur la purée trop salée ou sur le pyjama mis à l'envers, jusqu'à l'histoire du soir... non vraiment, papa ne fait rien comme l'enfant a l'habitude avec maman mais est-ce vraiment un problème ? Car passer du temps avec papa offre aussi des bons côtés agréables, ça change, et comme il le dit si bien : "Avec moi, c'est comme ça !"

Histoire drôle, attachante, pleine de tendresse et de facétie, joliment illustrée par Magali Le Huche, qui réussit à merveille à souligner l'espièglerie de la situation. Un album à chouchouter et glisser au pied du lit de votre enfant, en vous éclipsant...

Avec moi, c'est comme ça ! par Nadine Brun-Cosme - illustrations de Magali Le Huche (Père Castor, 2012)

smileyc219

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Dis-moi, Lapin, tu connais le Loup Tralala ?

Plus malin que le Grand Méchant Loup, il a de minuscules oreilles, des dents usées, un petit nez et une longue crinière noire qui vole au vent.

IMG_7030 IMG_7031

Mais à quoi peut ressembler ce loup si étrange, ce loup tralala, qui fait si peur au lapin ? Le portrait laisse perplexe et titille la curiosité. Il y a du suspense, l'angoisse monte au fur et à mesure que le lapin frise l'hystérie en entendant les pas du loup. Attention, ça va saigner ?

Il n'y a certes pas d'originalité dans l'histoire, mais elle n'en demeure pas moins pertinente et drôle. Il n'y a qu'à voir la tête paniquée du lapin pour s'en convaincre !  Et puis les histoires de loup rencontrent souvent beaucoup de succès auprès des enfants. Je ne doute pas cet album qui veut faire peur, tout en se voulant drôle, touchera sa cible.  

Le loup tralala, par Michaël Escoffier & Kris Di Giacomo (Kaléidoscope, 2012) 

Voici d'ailleurs une autre histoire de loup, sympathique et intriguante (j'ai longtemps eu peur pour les trois petits héros !) : 

IMG_7056

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Biquette. Ses parents sont partis chercher un gros gâteau, et, pour l’instant, ses amis Yvon Cochon et Justin Lapin ne lui ont offert que des cadeaux idiots. Dring ! On sonne à la porte. Surprise ! C’est un loup avec un ruban autour du cou…Il sait sauter à la corde, flotter dans le bain, inventer un jeu de gentilles tartines…

Le cadeau, par Magali Bonniol (Ecoles des Loisirs, 2012)

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Mais que dit l'escargot à chapeau ? par Michel Van Zeveren

Oh ! Un escargot à chapeau qui veut traverser la route ! « Viens avec moi, petit escargot, avant de te faire écraser ! lui dit Benjamin. Benjamin ne comprend pas ce que l’escargot essaie de lui dire lorsque son ami Bertrand arrive. - Attention ! s’écrie Benjamin. Tu vas écraser l’escargot ! Crac ! ...

IMG_6964

Que d'humour ! Les albums de Michel Van Zeveren m'enchantent et m'étonnent à chaque fois, notamment pour la diversité des émotions qu'ils cherchent à communiquer. Dans cette histoire j'ai en effet été un peu surprise, un peu effrayée, beaucoup curieuse, un tout petit peu prise de doute et d'inquiétude, car finalement j'avais très envie d'en découdre. Mais que voulait dire l'escargot ? Et pourquoi ils portent tous des chapeaux ? Mais aussi, où va-t-on quand on est mort ? Autant de thèmes sérieux et sensibles, traités avec tendresse et facétie, parce qu'il faut toujours donner la possibilité d'imaginer ce qu'on veut. 

Un album pour sourire, frissonner, s'interroger et se rassurer. 

Mais que dit l'escargot à chapeau ? par Michel Van Zeveren (Pastel, 2012)

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

“My life sucks pretty hard right now. So, yeah. I’m making jokes.”

IMG_6957  

J'étais excitée comme une puce avant de lire ce tome 3 ... et au final, je suis contente, un peu triste, un peu frustrée, mais pas surprise non plus.
J'ai bien aimé la première partie, qui avait la lourde et délicate charge d'assurer le passage de relais, et franchement l'auteur a bien géré son affaire : on retrouve Sophie, son humour, sa détermination et son flegme, elle doit rejoindre sa mère et se rend chez les Brannicks où d'étonnantes révélations l'attendent.
Et de nouveau l'histoire nous transporte vers d'autres lieux, je vais éviter d'en dévoiler trop, mais ça tourbillonne pas mal et ça nous réserve de belles surprises, parfois un peu crispantes, le climat est plus tendu, les enjeux ne sont plus l'innocence d'antan, et Sophie se voit investie d'une mission déterminante pour l'avenir des Prodigium.
Mais à longtemps chercher des solutions, à tâtonner dans le vide et le noir, à se poser des questions sur le comment et pourquoi, l'intrigue finit par tourner sur elle-même, tel un long statu-quo qui nous fait ronger notre frein, franchement je me demandais quand l'action allait démarrer !
C'est un peu le reproche que je ferai à ce dernier tome, l'activité est plus lente, même un peu plus cérébrale (sauf que j'avais déjà remarqué que c'était une manie de l'auteur), et donc tout se met en branle dans les 70 dernières pages, c'est un peu rapide, avouons-le, le défi final laisse un goût amer, et certaines solutions peuvent être jugées trop faciles.

Il n'en demeure pas moins que j'ai beaucoup apprécié cette lecture, qui boucle gentiment la série. Hex Hall se classe à jamais parmi mes meilleures séries de divertissement. Si l'intrigue peut paraître gentillette, la série est sauvée par le charisme de ses personnages, leur humour et leurs sarcasmes. C'est frais, léger, ça donne des petites palpitations et on passe vraiment un bon moment avec Sophie Mercer.
Je ne regrette pas un seul instant d'avoir découvert cette série, qui a toujours su remplir son office : distraire le lecteur !

Spell Bound (Hex Hall #3) - Rachel Hawkins
Published March 13th 2012 by Hyperion Book 

the_end 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/03/12

Même les morts racontent une histoire.

IMG_6966

Le père de Sig, Einar, vient de mourir de froid en tombant dans le lac gelé. Tandis que sa soeur et leur belle-mère se rendent en ville pour chercher de l'aide, le garçon veille sur le corps. Quelques instants après, un homme s'invite chez eux et réclame son or. Celui que Einar lui aurait volé dix ans plus tôt.
Nous sommes en 1910, dans un coin paumé en Suède, à Giron, près du cercle polaire. Wolff est une brute épaisse, qui n'a jamais cessé sa traque en réclamant justice, sauf que Sig ignore tout de cette magouille et défend farouchement l'existence d'or dans leur modeste bicoque. La famille n'a jamais eu le moindre sou, comme le prouvent les longues années de galère et d'errance, depuis Nome en Alaska.
Commence alors un tête-à-tête pesant et angoissant, entre le vieux baroudeur et le garçon qui sort tout juste de l'enfance. Celui-ci se sent dépassé par la situation, il est mort de trouille et songe de plus en plus à se faufiler dans le cellier pour récupérer le précieux Colt de son père.
Et c'est dans cette atmosphère étouffante, qui glace pourtant le sang, que le roman se construit, alternant les scènes antérieures aux évènements présents afin de mieux comprendre d'où sort ce Wolff et qu'aurait pu faire Einar pour l'agacer à ce point.
C'est habile, remarquable et bluffant. Pas moyen de reposer le livre avant la fin. Le suspense est tendu au cordeau, dans un cadre peu ordinaire, ce qui ajoute au charme du roman. L'auteur a su jouer avec nos nerfs, c'était tellement bon, terriblement stressant mais vraiment bon !

Revolver, par Marcus Sedgwick smileyc002
éditions thierry magnier, 2012 - traduit par Valérie Dayre 
illustration de couverture : Séverin Millet 

"(...) la vie nous fait l'effet d'une vaste farce..."

IMG_6963

Ismaël n'aime pas son prénom, en référence à Moby Dick que ses parents adoraient, sauf que ce choix relève surtout d'une plaisanterie parce que la grossesse avait dépassé son terme et sa mère se lamentait de ressembler à une baleine ! Depuis, le garçon traîne cette anecdote comme un boulet. Au collège de St. Daniel, il est devenu le souffre-douleur de Barry Bagsley, jusqu'à l'arrivée de James Scobie, un garçon chétif, au look ringard, et affublé de tics nerveux. Aussitôt, Ismaël pense qu'il voit là sa chance de survie, Barry va lui sauter à la gorge, Ismaël pourra terminer son année tranquille...
Mais le plus surprenant arrive, car James va saisir à pleines mains les remarques désobligeantes de la brute pour les lui retourner en pleine face. James est un as de la voltige verbale, il n'a peur de rien, il l'explique et le démontre. Et c'est ainsi qu'il va entraîner tout un petit groupe de geeks dans un concours d'éloquence, sous la bonne escorte de miss Tarango, leur prof d'anglais.
Voilà une lecture fort agréable et très drôle, qui démontre avec intelligence quelles sont les armes possibles pour exister, briller et résister à l'école, autrement que par l'utilisation de la force physique et le harcèlement. Les personnages sont extrêmement attachants, tous singuliers et brillants, vraiment irrésistibles, et surtout ils sont le parfait exemple que la popularité s'attache à des détails qu'on se doit de développer et non de renier.
J'ai trouvé ce roman fin, alerte, enchanteur et extraordinaire.

Appelez-moi Ismaël, par Michael Gerard Bauer smileyc219
Casterman,  2011 - traduction par Antoine Pinchot

  • à découvrir le livre diorama illustré par Joëlle Jolivet, aux éditions Gallimard jeunesse

IMG_6967 IMG_6968

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19/03/12

En route vers l'aventure

Un 7ème tome inespéré ! 

IMG_6962

Rémi et Mathilde se lancent à la recherche de leur camarade Pierre-Paul Louis de Culbert, alias P.P. Cul-Vert, dont le box à l'internat a été saccagé, laissant quelques indices qui seront fort habilement exploités par nos deux amis. Les voici partis en Bretagne, dans un coin paumé, sur une île où se trouve un château (hanté par des ancêtres et un trésor caché).
Ce sont de nouvelles aventures palpitantes qui s'offrent au lecteur, et moi qui connaissais la série sans jamais avoir ouvert un seul tome, je me tortille sur ma chaise, de confusion et de plaisir ! Car j'ai tout bonnement savouré cette lecture. C'est drôle, écrit aux petits oignons, avec des personnages dont j'ai tout de suite apprécié l'humour et la singularité, à commencer par P.P. Cul-Vert. Avouez qu'il pète-sec, excentrique, imbu de sa personne, sournois et lâche, mais c'est proposé avec une réelle tendresse, et beaucoup de finesse, qu'il est impossible de lui en tenir rigueur.
C'est une lecture avenante, balayée par le crachin breton, cernée par des mystères et des fantômes un peu rancuniers. Je me suis aussitôt prise d'affection et d'intérêt pour cette histoire, j'ai également beaucoup aimé les illustrations de Serge Bloch, je comprends mieux pourquoi la série Enquête au collège remporte autant de succès auprès des lecteurs. C'est un succès amplement mérité ! 

Enquête au collège, tome 7 : Sa Majesté P.P. Ier, par Jean-Philippe Arrou-Vignod
illustrations de Serge Bloch - Gallimard jeunesse, 2012 

smileyc219

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,