21/05/12

Attraction, apparently, is often accompanied by delusion.

IMG_7383

Kayla, seize ans, est experte en amour mais essentiellement en tant que blogueuse qui prodigue des conseils aux autres, sans franchement les appliquer elle-même. En clair, la vie amoureuse de Kayla est d'un calme plat, ce sont essentiellement ses copines ou sa soeur aînée qui font part de leurs déboires, à elle d'en tirer une expérience riche et éclairante.

Tout se complique dès l'instant où elle craque pour Jared, un camarade de classe en arts plastiques. Car l'admettre fait d'elle une cruche patentée qui s'interroge, se questionne, devient bête, sourde et aveugle, un vrai spécimen de foire, mais tellement caractéristique des questions qu'on se pose à cet âge-là.

Et c'est ce qui m'a plu dans ce petit roman sans prétention, c'est l'idée qu'on peut s'y retrouver, que l'héroïne est une fille ordinaire, avec des fantasmes, de la jugeotte et du romantisme à revendre (elle est notamment une grande lectrice de romances, dont elle décortique les attentes des lectrices). Voilà une lecture où l'identification est très facile, il y a en plus l'idée du blog faisant office de courrier du coeur pour mieux coller à l'air du temps, du coup ce livre peut plaire, surtout aux plus jeunes, parce qu'il est moderne, un peu original et proche des lecteurs.

Les secrets d'une blogueuse amoureuse, par Allison Van Diepen
Harlequin, coll. Darkiss, 2011 - traduction d'Emmanuelle Debon 

MERCI ALYA !

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18/05/12

“"Carefree, peaceful... those words reminds me of you." Matt says without hesitation, surprising me with his frankness.”

IMG_7409

Daisy n'est pas une adolescente comme les autres. Il lui arrive de succomber à des accidents, avaler de travers un grain de raisin, être allergique à une piqûre de guêpe, se noyer, bref Daisy est déjà morte par cinq fois dans le passé ! Tout a commencé à l'âge de quatre ans, par un accident de bus scolaire, à la suite duquel elle a suivi un protocole secret qui permet de ressusciter grâce à un sérum nommé Revive.

Tout est remis en question dès lors que Daisy et ses faux parents, Mason et Cassie, s'installent dans le Nebraska. La jeune fille découvre l'amitié avec Ashley, et aussi l'amour avec Matt. C'est tout nouveau, pour la première fois elle s'interroge sur les risques qu'elle court, sur la moralité de jouer avec la mort et le destin, de sauter d'une vie à l'autre sans le moindre frisson de doute ou de repenti... C'est comme si Daisy s'achetait enfin une conscience, sauf que ses conclusions la poussent vers le chemin de la rébellion !

Ce deuxième roman de Cat Patrick élabore une thématique originale, sur le droit à la vie et la mort, hélas j'ai trouvé le traitement tellement creux que j'ai fini par être déçue de ma lecture. Celle-ci se révèle trop simpliste, jusqu'à dans la description des émotions de Daisy, de sa rencontre avec Matt, des sentiments naissants entre eux, de son amitié avec Megan aussi, une autre cobaye avec qui elle a créé un blog rigolo. Il n'y a qu'avec Ashley que les choses vont être différentes de ce qu'elles paraissent, en plus d'autres petites révélations disséminées à travers l'intrigue, comme la découverte d'un complot et la nécessité de fuir pour sauver sa peau. Non, vraiment, à ce sujet intéressant ne s'est frotté qu'un développement peu convaincant et futile, auquel j'ai été peu sensible. Tant pis.

Revived (La Sixième Vie de Daisy A.), par Cat Patrick
La Martinière J., 2012 - traduit de l'anglais par Nathalie Azoulai 

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

16/05/12

TrAquEUr !

IMG_7408

J'ai entamé cette lecture par hasard, sans la moindre idée de ce qui m'attendait, et aussitôt les premiers chapitres avalés, aussitôt j'étais tenue en haleine. Je n'ai plus voulu refermer le livre avant la fin ! C'est l'histoire d'un adolescent de quinze ans, Jake, passionné de comics d'épouvante, qui mène une existence simple et ordinaire. Les parents du garçon travaillent à l'institut Hobarron où se tiennent des activités scientifiques subventionnées par le gouvernement, du moins c'est ce qu'il pense.

Il suffira d'une rencontre avec un type au teint blême, nommé Quilp, et de son familier, M. Pinch, pour comprendre qu'une terrible menace démoniaque pèse sur leurs vies. Jake va l'apprendre brutalement, ce qui ne fait qu'accentuer le rythme de l'histoire. Une course contre la montre vient de débuter, Jake doit décamper et se réfugier dans le Creux d'Hobarron, un village au milieu de la forêt, où plusieurs présages annonçant la Déferlante vont s'abattre. Et c'est le garçon qui serait à l'origine de tout, son père lui a demandé de pousser son enquête, de trouver des réponses pour empêcher la catastrophe, au risque de révéler certaines vérités pas bonnes à entendre.

Bien ficelée, l'histoire joue cartes sur table pour nous étourdir et nous emporter. La cadence est infernale. C'est aussi un vrai récit d'épouvante, avec des tentatives de meurtre, des malédictions, des vengeances et des sacrifices... On y croise des créatures qui font froid dans le dos, des démons, des sorciers, des jeunes gens paumés qui veulent sauver le monde, un chat obèse aussi ! Bref, cette lecture a plus d'un tour dans son sac, elle surprend, elle étonne, elle séduit et elle vous colle à votre fauteuil. Tous les amateurs de la série L'Epouvanteur de Joseph Delaney ne pourront qu'adorer !

Traqueur (tome 1) par William Hussey
Castelmore, 2012 - traduit de l'anglais par Nenad Savic 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15/05/12

☼ Flash ☼

IMG_7407

Kasper est un geek contrarié, obligé par sa mère de rejoindre le monde réel. Il se traîne alors jusqu'au pub du coin où il rencontre la jolie Amanda, celle pour qui il avait le béguin à l'école. La pauvre chérie a la mine défaite, son amoureux vient de lui faire passer un mauvais quart d'heure, Kasper décide alors d'intervenir et se sauve avec Amanda à l'autre bout du pays.

Leur fuite va s'étaler sur les 300 pages du livre, depuis Hirtshals au nord du Danemark jusqu'à l'île de Mon, où Katrine fête son anniversaire exclusivement entre filles, sauf exception, Erik, le fils de la meilleure amie de sa mère, invité impromptu qui ne devrait pas déranger car le garçon a récemment avoué qu'il était homo. Toutefois, derrière cette histoire, s'en cache une autre... plus cocasse. Erik a menti pour échapper à la tendresse collante de Pernille, dont la cousine Kira se demande si sortir avec son meilleur ami Markus serait une bonne idée, ou ne vaudrait-il pas mieux se contenter d'une relation sans ambiguité et s'en porter à merveille.

Il y a aussi Anne qui vient de rompre avec Sebastian et qui s'en veut, surtout lorsqu'elle apprend qu'il souffre de cette rupture en commettant les pires bêtises, elle court toute la soirée après lui, finit à l'hosto avec une épaule en vrac, rencontre Salem, un voyou au coeur tendre qui mobilise ses potes pour retrouver l'ex, ce dernier étant complètement éméché, planqué dans une boîte de nuit, en train de peloter une copine d'Anne. Triste tableau.

Tous ces personnages vont et viennent, au gré de la lecture, qui défile comme une séance de diapositives qu'on regarde en toute convivialité. Ce sont des histoires qui dressent un portrait d'une génération qui a soif de rêver, d'aimer, de grandir et qui souffre ou se trompe parce que ça fait partie du lot aussi. Ce n'est pas toujours facile de s'y retrouver, heureusement la présentation au début est précieuse pour recoller les morceaux. On trouvera à travers cet étalage d'aventures cocasses, sentimentales, amoureuses ou amicales des moments drôles ou graves, des préoccupations qui concernent les jeunes d'aujourd'hui et un moment de dépaysement agréable sans être inoubliable.

Flash, par Mette Finderup
Bayard jeunesse, 2012 - traduit du danois par Hélène Hervieu 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

▶ Un an après

IMG_7394

A l'issue d'une fête déguisée, quatre amis reprennent la route et ont un dramatique accident de voiture. Un an après, tous se souviennent et en conservent des cicatrices indélébiles. Cette tragédie a bouleversé des familles, des amitiés, les uns après les autres, ils racontent et expliquent l'inexplicable.
C'est donc un roman sur la douleur et sur le deuil, mais c'est aussi un roman qui évoque la culpabilité et les remords. Chacun tente d'avancer, ou pas. Les évènements restent marqués de façon indélébile. Certains veulent les effacer, pensent y arriver mais se leurrent. D'autres entretiennent le souvenir, alimentent la rancune, font des reproches, nourrissent leur colère, se rejettent la faute...
En gros, c'est une lecture poignante.
Le sujet n'a pas non plus été poussé ou creusé davantage, la lecture est rapide, en quelques 200 pages on a absorbé l'essentiel, et ça suffit. Je crois qu'à sa mesure, l'auteur a réussi à titiller les consciences, à imprimer un message de fatalité sans chercher à condamner.
C'est juste triste, bouleversant et ça laisse sa petite empreinte quelque part.
Ce ne sera pas une lecture mémorable, mais elle a tenté de me murmurer des choses et je les ai entendues, le coeur serré et la boule au ventre.
Cela restera une jolie rencontre.

Un an après, par Sue Mayfield
Bayard jeunesse, coll. Millézime, 2011 - traduit par Vanessa Rubio-Barreau 

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14/05/12

Girl Scouts for psychopaths.

IMG_7396

J'ai dévoré ce roman en quelques heures, la preuve qu'il est redoutable, bien ficelé, entraînant et haletant. Au départ, pas facile de démêler le vrai du faux : une fille meurt, revient sous la même apparence, sauf que ce n'est pas elle, et pour cause c'est sa jumelle ! Sutton serait morte, la scène a été filmée, diffusée sur le net, Emma la découvre par hasard, réalise alors qu'elle a une soeur dont elle ignorait l'existence, prend aussitôt contact avec elle, et c'est là que tout dérape. Sutton a disparu, tous ses amis se trompent sur Emma dès lors qu'elle apparaît à Tucson, cette dernière ne peut affirmer le contraire car ses papiers ont été volés et un message l'avertit de garder le secret.

Han, han, ça démarre très fort ! Le roman prend en effet une tournure inquiétante et angoissante, et plus on avance dans l'histoire, plus on découvre que Sutton était une garce finie, que ses copines et elle jouaient un drôle de jeu basé sur des blagues scabreuses, que cela a provoqué des conséquences irrémédiables, dont le meurtre de la jeune fille. Et c'est d'autant plus bizarre, ou sordide, car l'esprit de Sutton est présent à travers celui d'Emma, qui l'ignore, la Reine déchue observe donc la scène à travers les yeux de sa soeur, la mémoire en vrac, mais voulant à tout prix des réponses. Comment vous dire ? C'est flippant. Tout simplement.

A l'instar d'Emma, on comprend qu'elle vient de se glisser dans une existence de rêve en apparence, alors qu'il semblerait que tout est faux, que le danger est partout et qu'elle doit prêter ses traits à une soeur jumelle dont elle découvre la nature perverse et démoniaque avec effroi et écoeurement. De plus, il est trop tard pour reculer et Emma veut démasquer la vérité. Elle souhaite tout de même venger la mort de Sutton, mais cela s'annonce fielleux, critique et déstabilisant. J'ai adoré ce roman, au climat terrifiant et tellement prenant, j'ai vraiment hâte de découvrir la suite !

The lying game, tome 1 : Tu es moi, par Sara Shepard
Fleuve Noir, coll. Territoires, 2012 - traduit par Isabelle Troin 

“Teenagers, as everyone knows, tend to believe they are immortal.”

IMG_7390

Elizabeth s'est noyée en tombant du paquebot où avait lieu sa soirée d'anniversaire avec ses amis. C'est son fantôme qui va tenter de comprendre ce qu'il s'est passé car Elizabeth n'a aucun souvenir des dernières heures de sa vie. Elle est accompagnée d'Alex, un garçon décédé un an plus tôt, lui aussi erre sans savoir pourquoi. Ensemble, ils vont remonter le fil des souvenirs de la jeune fille, suivre ses proches, découvrir des petites choses déplaisantes, comme souvent dans de pareilles situations où se nichent des vérités cachées, des jeux troubles et dangereux...

Elizabeth était une fille brillante, mais peste. Elle était entourée d'une bande de lycéens riches et populaires, elle n'accordait jamais un seul regard aux médiocres, dont faisait partie Alex. S'ils sont tous les deux réunis dans la mort, ce n'est pas un hasard et c'est ce que l'histoire va nous faire découvrir au fil des chapitres. Le climat est donc suspicieux et tendu, même si le fond n'est pas d'une grande originalité non plus, on retrouve une jeunesse dorée en façade, mais craquelée de l'intérieur, qui risque de voler en éclats sous le poids des tromperies et des remords.

Ce roman s'inscrit dans la lignée de ses semblables : l'atmosphère est poignante et pleine de mystères, les indices sont distribués au compte-goutte, les doutes vont et viennent, le dénouement manque un peu de surprises sauf si on a moins l'expérience de telles lectures. J'ai presque aimé, parce que j'ai tout de même trouvé que l'histoire se traînait, l'héroïne n'est pas sympathique en dépit de sa prise de conscience tardive, les figurants font sérieusement flipper et l'histoire se veut touchante mais peine à émouvoir. En somme, c'est une histoire de fantôme qui tombe un peu à l'eau et qui a du mal à tirer son épingle du jeu, alors que l'idée générale est tentante.

Reste avec moi, par Jessica Warman
Fleuve Noir, coll. Territoires, 2012 - traduction de Michelle Charrier  

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/05/12

Tom Gates, c'est moi !

IMG_7388

Ce type d'ouvrages (journal intime / roman graphique) a le vent en poupe auprès des enfants qui n'aiment pas beaucoup lire. Ils se surprennent en effet à engloutir plus de 200 pages sans rouspéter et apprécient ce rythme de lecture où le texte se fond avec les dessins, qui sont nombreux, et puis c'est très rigolo.

Présentation de Tom Gates : toujours en retard à l'école, oublie souvent ses devoirs à rendre, adore dessiner en classe, n'aime pas son voisin Marcus Meldrou, craque pour sa voisine Amy Porter, a conscience que celle-ci le snobe et fait tout pour attirer son attention (peine perdue), a pour meilleur pote Derek avec lequel il tente de lancer un groupe qui se cherche un nom (dernière trouvaille : les clebs zombies), ferait tout pour assister au concert de Rodeo 3, se chamaille constamment avec sa grande soeur Delia, ne range pas sa chambre, déteste les photos de classe et invente tout le temps des excuses à la gomme que les adultes ont du mal à avaler.

L'humour est simple, le narrateur est un gentil clown fort sympathique, l'histoire est une succession d'anecdotes ancrées dans la vie de tous les jours, ce n'est pas d'une grande originalité mais ça plaît quand même, et puis c'est une lecture qui a le mérite d'amener les plus récalcitrants à la lecture donc c'est de nécessité publique !

Tom Gates, c'est moi ! par Liz Pichon
Seuil jeunesse, 2012 - traduit par Nathalie Zimmermann

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux...

IMG_7392

Dans ce chouette petit roman, on trouvera :

- une fillette autoritaire
- son meilleur ami qui pense tout le contraire de ce qu'il fait
- des parents qui s'aplatissent comme des carpettes
- une grand-tante revêche
- un petit frère pleurnichard
- une maman débordée, et qui invente des recettes de cuisine douteuses
- un chat au pelage satiné
- une maison étrange, cachée au milieu des détritus, et protégée par un jardin de camélias
- une armée de chats qui aiment l'odeur de la morue
- une salle de musique, et des miroirs
- un moulin à café qui transforme les larmes en bonbons

Enfin bref, voilà une belle lecture envoûtante, hantée par des personnages inquiets et inquiétants, à commencer par Marguerite, la vieille dame au visage félin, avec des pouvoirs de sorcière, qui vit seule entourée de chats, mais aussi les trois enfants, curieux et craintifs, qui vont sortir de cette aventure plus confiants, Armand va apprendre à dire non à voix haute, Flavie va s'adoucir et se dire que finalement elle est douée pour la musique, Marius va sécher ses larmes de crocodile, seuls les parents Marilac resteront des pantins, tandis que la grand-tante Clarisse sera sérieusement secouée.

C'est une lecture magique, poétique, enchanteresse. Gaia Guasti possède un vrai don de conteuse, avec sa touche de facétie et de fantaisie.

La dame aux Chamélias, par Gaia Guasti
éd. Thierry Magnier, coll. Le feuilleton des Incos, 2012 

Posté par clarabel76 à 17:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

♪♫ Rockoholic ♪♫

IMG_7387

Le roman s'ouvre sur un enterrement, celui du grand-père de Jody. C'était un type original, rock-n-roll dans sa façon de vivre et de penser. C'était un modèle pour la jeune fille. Aussi, elle tire une tronche de vingt kilomètres au cours de la cérémonie trop traditionnelle et pompeuse. Jody est en guerre avec sa mère, alors elle décide de pirater les ondes et de semer la zizanie en mémoire de son aïeul.

Résultat, Jody est punie et interdite d'aller au concert de son groupe préféré, The Regulators. Elle s'enfuit de chez elle et se réfugie chez son meilleur pote, Mac. Celui-ci lui offre son billet pour qu'elle puisse vivre son rêve pour de bon, car Jody est folle amoureuse du leader du groupe, Jackson Gatlin.

Elle est prête à tout pour attirer son attention, et c'est de bon matin qu'elle se rend dans la file d'attente pour être placée au premier rang. Le temps s'écoule lentement, alors Jody fait preuve de sarcasmes en observant la foule des fans. Mac vient de temps à autre lui tenir compagnie, parce qu'il faut tout de suite le souligner, ce garçon est génial ! Un vrai soutien. Un amour de copain. Une patience du tonnerre. Une écoute sans faille. Une présence sûre. Bref, spécimen à adopter de toute d'urgence.

Jody se sert honteusement de son amitié, sans réaliser qu'il y a peut-être un petit quelque chose derrière. Elle est aveuglée par Jackson Gatlin, complètement mordue par cet inconnu qu'elle croit connaître à travers les coupures de journaux. Et lorsque l'occasion se présente, elle + lui seuls au monde, la jeune fille prend une décision radicale. Elle embarque Jackson loin de son monde de pacotilles, le rockeur est épuisé, usé, drogué par les amphétamines, en mode zombie sous hallucinogène.

Cette rencontre providentielle va vite ressembler à un cauchemar sans nom, puisque Jody va découvrir une autre facette de son idole... et la déception est rude. De plus, la presse fait les gros titres sur la disparition du chanteur, il va falloir trouver une solution, finir de jouer la comédie et forcer Jackson à sortir de sa coquille.

Le situations les plus cocasses vont se succéder, Jody est une héroïne tordante à sa façon, qui ne manque jamais de ressources et qui fait face sans rechigner, cette parenthèse dans sa vie va lui apporter beaucoup, comme de calmer ses relations tendues avec sa mère. Et puis le roman ne cache rien de l'envers du vedettariat et de la folie adolescente et du sentiment jusqu'au boutisme qui frappe un peu tout le monde lorsqu'on cherche à échapper aux contraintes. Enfin bon, ça reste une lecture traitée sur le mode humoristique, mais qui se révèle assez conventionnelle à la longue.

Rock Addict, par C.J. Skuse
Gallimard jeunesse, coll. Scripto, 2012 - traduction d'Alice Marchand 
illustrations de couverture : Anne Simon