19/03/12

Joe Millionnaire

IMG_6961

Le père de Joe a fait fortune en créant un papier toilette révolutionnaire, mais ce n'est pas du goût de ses camarades de Saint-Cuthbert (une école privée, huppée, snobissime). Résultat, Joe n'a pas de copain, il se sent seul, plus seul que jamais. Il a beau être riche et pouvoir s'offrir tout ce qu'il désire, l'argent n'achète pas l'amitié. Il pense qu'en s'inscrivant au collège public, sous couvert d'anonymat, il aura plus de chance pour être apprécié pour ce qu'il est. Et c'est comme ça qu'il va rencontrer Bob.

Bob est un sacré numéro, c'est un bonhomme qui n'a pas de chance, il est grassouillet, pas méchant pour deux sous, ses camarades d'école se moquent de lui, c'est une bille au cross mais il tient à prouver qu'il n'est pas si nul que ça en redoublant d'efforts (tout, mais pas dernier à la course !). Et pourtant il n'hésite pas à échanger sa place avec Joe, au risque d'essuyer les moqueries des autres. Ceci étant, nos deux complices viennent de signer un pacte d'amitié, un vrai. C'est le début du bonheur. 

C'est le deuxième titre que je lis de David Walliams, après Le jour où je me suis déguisé en fille, et quel régal! Attendez-vous à une lecture très drôle, qui s'appuie sur des aventures foldingues et des personnages attachants. Dans l'absolu, c'est très proche de l'humour de Roald Dahl. 
C'est aussi une histoire touchante, susceptible de sensibiliser le lecteur sur les vraies nécessités dans la vie (on parle beaucoup d'argent et de possessions matérielles, sans oublier la solitude, la tromperie, les relations bidons, la convoitise et le manque de confiance). Certes l'ensemble se veut farfelu et excessif, mais il ne faut pas négliger la réflexion qu'elle suscite chez le lecteur. 
Ou alors celui-ci se contentera d'admirer la typographie pas banale de l'ouvrage (avec des listes de tout et n'importe quoi, des recettes et des menus, des exclamations de rire, des freins qui crissent, des coups dans la porte, des gros mots, des questions qui font des vagues...), en plus de suivre cette belle histoire d'amitié, et même les illustrations de Tony Ross s'approprient sans effort les rouages de l'intrigue, en se fondant à merveille dans le décor.
Un bon moment à partager.

Joe Millionnaire, par David Walliams
Albin Michel jeunesse, coll. Witty, 2012 (nouvelle collection pour les 8-12 ans) 
traduit de l'anglais par Valérie Le Plouhinec 

  • entretien avec Béatrice Vincent, directrice de collection, chez Gaëlle ICI

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17/03/12

100 raisons de prendre la vie du bon côté !

Face aux situations désespérées, il n'y a que des solutions ! 

IMG_6940  IMG_6941  IMG_6942  IMG_6943  IMG_6944

100 raisons de prendre la vie du bon côté ! par Amélie Falière

Des illustrations rondes et colorées, des idées pour toujours voir le verre à moitié plein, un éventail de situations qui font grimacer (ça sent le vécu, moi je vous le dis, rien qu'avec la page de la cantine !) et qui finalement peuvent devenir rigolotes si on adopte la philosophie Hakuna Matata..., bref voilà un petit ouvrage aux pages cartonnées et au contenu résolument optimiste (ça fait du bien) ! 

En fil rouge, les numéros 1 à 100 se sont cachés tout au long du livre, à toi de les trouver.

Seuil jeunesse, 2012

smileyc002

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

16/03/12

And they ALL got stuck !

Un petit garçon veut récupérer son cerf-volant coincé dans un arbre. Le cerf-volant est récalcitrant mais le petit garçon est très persévérant, et surtout, il est doué d’une imagination phénoménale, exubérante…et joyeusement délirante.

IMG_6948   smileyc002  

problème : le cerf-volant est coincé dans l'arbre
solution : lancer la chaussure pour qu'il tombe
problème #2 : la chaussure est coincée dans l'arbre 
réaction : huh ?! 

Les solutions ne vont pas manquer face aux tentatives de faire tomber le cerf-volant de l'arbre, hélas les problèmes vont s'accumuler et la problématique number one va perdurer ! Quel dilemme. Le jeune héros d'Oliver Jeffers est un garçon têtu, qui ne manque pas de ressources, j'en ai encore les yeux ronds comme des billes rien qu'à me souvenir de certains recours pour le tirer de son mauvais pas. C'est tendrement saugrenu (le coup de la scie, par exemple), complètement fou, un peu absurde, et plus l'histoire avance, plus elle s'enfonce dans l'exagération (les pompiers, le phare, et même la baleine !). La façon dont Oliver Jeffers a voulu interpréter la ténacité des enfants alors qu'ils s'attaquent à leurs problèmes est désopilante, c'est une interprétation qui part dans tous les sens, et parce qu'elle est extravagante, elle plaît énormément.

Une lecture qui procure beaucoup de plaisir, et qui est toujours aussi magnifiquement illustrée. 

Coincé, par Oliver Jeffers (Kaléidoscope, 2012)

-) l'album est lu par l'auteur himself en vidéo  

Salon du livre de Paris 2012 : le Japon à l'honneur

Ma première nuit ailleurs, par Chiaki Okada et Ko Okada (Seuil jeunesse, 2012)

C'est la première fois que Lapin ne dort pas dans sa maison. Il doit passer la nuit chez Haruchan. Il emmène avec lui son crocodile en peluche, mais loin de chez lui et sans sa maman, Lapin est effrayé et ne veut pas jouer. Et puis, au matin c'est la catastrophe : Lapin fait une chute et la patte de sa peluche se déchire un peu. Heureusement, Haruchan lui fait un pansement...

IMG_6672  IMG_6673

L'histoire est toute simple, mais adorable. Les illustrations sont empreintes de douceur, dans la plus pure tradition japonaise. Un thème classique, indémodable, qui séduira les petits lecteurs. 

Dix petits amis déménagent, par Mitsumasa Anno (Ecole des Loisirs, 2012)

Dans ce livre, il y a deux maisons. La maison de gauche et la maison de droite. La maison de gauche est habitée par dix enfants, mais ils vont partir l'un après l'autre dans la maison de droite. On ne peut voir qu'un intérieur de maison à la fois. Dans quel ordre les enfants déménagent-ils? Et combien se cachent? Pour savoir si le compte est bon, il suffit de tourner la page.

IMG_6951  

L'originalité de l'album veut que le lecteur ne va pas se contenter de lire (album sans texte, au passage), ni de feuilleter les pages, ni d'admirer les illustrations, non, il va devoir compter. Il y a mêmes des ouvertures dans les pages pour apercevoir les petits amis, comme s'ils passaient leurs têtes à travers la fenêtre. C'est fort d'un sens de l'observation à toutes épreuves que le lecteur s'armera donc avant d'ouvrir ce livre pas comme les autres. 

Un goûter en forêt, par Akiko Miyakoshi (Syros, 2011)

IMG_6128 

Je vous invite également à découvrir l'album d'Akiko Miyakoshi parce qu'il saura à tous les coups vous surprendre ! D'abord c'est beau, gourmand, généreux, alléchant et simple. L'histoire est classique (une petite fille rejoint son père chez la grand-mère avec le gâteau qu'il a oublié). Il y a juste quelques petites touches de couleur, comme le rouge, pour rappeler le conte du Chaperon rouge... Cette fois, la petite fille va rencontrer des animaux qui vont la convier à partager un goûter. Et là j'ai fondu, le partage autour de la table est (comme je le soulignais) généreux et gourmand, c'est superbe, les dessins sont magnifiques, le réalisme est frappant... impossible de ne pas tomber sous le charme ! Un album à découvrir en toute confiance.

mais aussi, 

IMG_6960

Bien sûr, le papa de Kenji est très fort et capable de beaucoup de choses : remettre un gyrophare tombé d’une voiture de police ou redresser l’antenne tordue d’un robot. Mais dans certains cas, le papa de Kenji n’est pas le mieux équipé. Heureusement, tous les samedis, à la bibliothèque municipale, officient les champions de la clinique des jouets. Ils savent tout réparer. Devant leur comptoir, il y a une longue file d’enfants avec des jouets endommagés. Un peu de patience, quelques bons outils, et les jouets retrouvent une deuxième vie !

La clinique des jouets, de Yuichi Kasano (Ecole des Loisirs, 2011)

IMG_6959

La culotte de Kayo s’envole pendant qu’elle sèche au vent. Tous les animaux s’interrogent sur cet objet mystérieux : est-ce un bonnet ? Un drapeau ? Une couverture pour les petits ? Jusqu’à ce que Kayo arrive en courant et leur montre qu’il faut la porter « comme ceci ! »

Quelle culotte ! par Yumiko Imai (Pastel, 2011)

 

salon_du_livre2012

15/03/12

Pourquoi ma grand-mère tricote des histoires ?

La Fontaine, Chedid, Huot ou Prévert : des poètes d'hier et d'aujourd'hui déroulent le fil de la vie et vous invitent au partage des mots entre générations. 

IMG_6925  IMG_6927  IMG_6928


C'était mon clin d'oeil pour le printemps des Poètes, avec cette anthologie de poèmes illustrés par Aurélie Guillerey (je ne me lasse pas de son talent !).

Pourquoi ma grand-mère tricote des histoires ?
Sélection proposée par Célia Galice et Emmanuelle Leroyer - Préface de Georges-Emmanuel Clancier
Bayard jeunesse, 2012 

PRINTEMPS-DES-POETES

affiche illustrée par Joëlle Jolivet

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


“Here’s Lego Zombie Chef! Here’s Lego Zombie builder! See their grasping hands and posable limbs!”

IMG_6931

Au retour d'une classe de neige en Ecosse, un car transportant des adolescents fait une halte dans un restoroute. Tout le monde, ou presque, y descend pour se sustenter. Roberta, alias Bobby, n'a pas trop envie de se mélanger à la foule. Anglaise, elle est partie vivre en Amérique avant de rentrer au pays avec sa mère, pour une question professionnelle. Sans comprendre, cela fait d'elle une étrangère aux yeux de ses camarades. Smitty aussi est resté dans le car, mais parce qu'il est incontrôlable et puni par le prof. Ces deux-là peuvent dire merci à la providence, car ils vont avoir la vie sauve tandis que les autres vont être frappés par un étrange virus et devenir des zombies !

Finalement, ils vont être quatre adolescents à se débattre dans cette galère. Pete, l'intello à la tête d'albinos, et Alice, la pimbêche, vont vite se réfugier dans le car et raconter les horreurs qu'ils viennent de voir. Avec Smitty et Bobby, ils vont organiser la résistance, mais c'est difficile d'accorder ses violons quand on a du mal à se supporter. Ils ne se font pas confiance, ils se chahutent, chacun veut faire sa loi, ils s'éparpillent et hurlent, bref ils perdent autant d'énergie à gérer la cohabitation qu'à trouver des solutions pour s'enfuir.

Le roman a un vrai bon rythme qui oscille entre l'horreur et l'humour, c'est décalé, vif, inquiétant et saugrenu. Vraiment un bon cocktail dont les ingrédients peuvent sincèrement séduire le jeune lectorat ! On retrouve aussi dans l'histoire toutes les ficelles qui font le succès des comédies pour teenagers : quatre ados qui se détestent mais se voient forcés de s'entraider, des zombies laids et repoussants qui veulent mordre tous ceux qui croisent leur chemin, l'isolement, le froid, les moyens de communication inexistants, ils sont seuls contre leurs ennemis, coupés du reste du monde, et ils doivent comprendre ce qui a provoqué la transformation de leurs camarades en morts-vivants ! Peu de temps mort dans l'histoire, le suspense est bien entretenu, l'action dense est sans cesse renouvelée, même les personnages sont vraiment sympathiques... bref, voilà un livre qui fait passer un bon moment sans se prendre la tête !

Zombies Panic, par Kirsty McKay
Seuil jeunesse, 2012 - traduction de Daniel Lemoine (titre VO : Undead)

Run! ZOMBIES

Photobucket

Run! ...

Posté par clarabel76 à 12:15:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14/03/12

Held you in my arms one time, Lost you just the same

IMG_6923   smileyc002

Je suis tombée amoureuse de ce livre ! 
Aurélien est un cowboy solitaire, il aime les conquêtes mais pas les attaches, jusqu'au jour où il rencontre Jolene. Franche, vigoureuse, exaltée, passionnée et passionnante. Aurélien tombe sous le charme. Sauf que c'est trop pour lui, et il prend peur en prenant le large. C'est à lui qu'il inflige la plus grande claque. A son tour de connaître les souffrances de l'amour.
Jolene n'a pas seulement le charme et l'insolence, c'est aussi une jeune femme blessée et fragile, avec un passé chargé de mauvais souvenirs. Elle aussi va apprendre ce que signifie de se donner à l'autre sans peur d'en payer le prix. Et cette relation, improbable au départ, devient belle, forte, entière, fusionnelle et tumultueuse.
C'est doux, souvent volcanique. Les coups de gueule valent autant les déclarations lyriques. C'est ce qui rend l'histoire plus émouvante, plus touchante, plus troublante.
Comment ne pas succomber face à ce roman qui parle d'amour, de musique, de blues et de rencontres uniques qui bouleversent le cours d'une vie ?! Aurélien est un rebelle qui se découvre un coeur de guimauve, d'abord il y a eu Rosemarie, si pure et bouleversante, puis Jolene, l'insoumise, et Perdita Cruz, notre cauchemar à tous. Trois rencontres, trois petits cailloux dans la santiag.
Des papillons dans le ventre, et la gorge nouée.
Il y a un passage où Jolene apprend à Aurélien à jouer To Love Somebody, elle râle en disant ceci : "Cette chanson ne supporte pas la médiocrité, sinon elle devient mièvre et débile."
Pour moi, cette réflexion s'applique aussi au roman de Shaïne Cassim.
Il faut le lire, le savourer par petites lampées, faire une pause, écouter Ray LaMontagne, se replonger avec la sensation d'y trouver autant de tendresse que d'amertume, en apprécier la texture, soupirer, et refermer la dernière page avec un léger goût de tabac et de fraîcheur sur la langue.

Jolene, par Shaïne Cassim
Ecole des Loisirs, coll. Medium, 2012 - illustration de couverture : Carine Brancowitz / www.pellmell.fr 

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Qu'est-ce qui m'a pris ? Aller me faire couper les cheveux la veille d'un jour important est une erreur de débutant.

IMG_6870

Xav vient de commettre un terrible faux pas en se rendant chez le coiffeur la veille d'une rentrée scolaire. Oubliez les mèches folles, il a pratiquement la boule à zéro. Une horreur ! La mort dans l'âme, il se rend au lycée avec le sentiment d'être insignifiant, une bille perdue dans la cour de récré, tandis que son meilleur pote Martin barbote comme un poisson dans l'eau en section cuisine, où il a déjà lié connaissance avec ses camarades. De son côté, Xav n'a pas trop l'embarras du choix et se voit traîner avec les deux premiers de la classe, qui s'enferment chaque midi au CDI. Autant être franc, c'est la loose, sa vie n'est qu'un échec sur toute la ligne.
J'ai souvent souri aux réflexions de l'adolescent, son regard sur lui et sur les autres est un mélange de tendresse et d'ironie, ce n'est jamais méchant, juste piquant et drôle. Et puis c'est tellement vrai. On découvre dans ce faux journal les affres de l'adolescence dans toute leur splendeur, leur justesse et leur cocasserie. Xav n'a pas changé (retour sur Récit intégral (ou presque) de mon premier baiser), c'est un garçon attachant, pris au piège de ses questions existentielles, vis-à-vis desquelles beaucoup d'autres adolescents se reconnaîtront.
L'histoire évoque le passage pas si anodin du collège au lycée, un cap à franchir chargé d'angoisses et d'interrogations (l'orientation scolaire, les nouveaux copains, les anciens qu'on pense perdre, l'envie de plaire, les parents qui ne comprennent rien, les nouvelles envies, comme de se lancer dans un groupe de rock et abandonner le piano et le classique, le regard qu'on porte sur soi, l'image qu'on aimerait renvoyer, ce que les autres voient en nous, la façon de juger et de cataloguer, la jalousie, la solitude, lire ou ne pas lire... parce que Xav trouve que la lecture est une activité de solitaire, alors que lui veut briller en société, mais heureusement il rencontre une bibliothécaire très sympa, qui va le convaincre du contraire ! ...). Enfin bref, c'est une lecture délicate et légère, qui se veut proche des adolescents et qui rappellera aussi aux autres ce qu'est l'adolescence, sans prétention, sans donner de leçon, juste avec pertinence et facétie ! 

Récit intégral (ou presque) d'une coupe de cheveux ratée, par Jo Witek
Seuil jeunesse, 2012 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/03/12

Julie Faulques et Olivier Latyk adaptent Jack et le haricot magique & Blanche Neige

Très jolie, cette collection Tam Tam des éditions Tourbillon. On reprend les classiques, avec une touche plus contemporaine grâce aux illustrations de Julie Faulques et Olivier Latyk dans le cas présent. 

IMG_7404    

Jack et le haricot magique, adapté par Camille Guénot & illustrations de Julie Faulques

IMG_7400      

Blanche-Neige, d'après les frères Grimm & illustrations de Olivier Latyk

-) des adaptations plus abordables pour les jeunes lecteurs, des albums aux couvertures cartonnées, des formats pratiques pour les petites mains, des illustrations rigolotes, surtout celles d'Olivier Latyk qui dépoussièrent la version classique des frères Grimm... de chouettes lectures, donc, pour les amateurs de contes traditionnels.

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Pêle-mêle Clarabel #52

IMG_6919

Le panier, par Jean Leroy - illustrations de Matthieu Maudet

C'est l'histoire d'une sorcière très attachante et faussement grincheuse qui découvre dans la forêt un panier avec un bébé. Celui-ci se met à hurler, ce qui incite la sorcière à fuir le plus loin possible car elle ne supporte pas les cris de l'enfant. Mais quelques instants plus tard, la pluie se met à tomber et la sorcière est prise de remords. Elle retourne dans la forêt et rentre chez elle avec le panier ET le bébé. Elle soupire, elle peste, elle râle, elle répète qu'elle ne supporte rien ni personne, mais c'est plus fort qu'elle. Le bébé ne cesse de pleurer et ses hurlements sont stridents, la patience de la sorcière a ses limites... et c'est alors que son voisin l'ogre se présente à sa porte, alléché par l'odeur et alerté par les braillements de l'enfant. Il se propose de la débarrasser de son fardeau, que croyez-vous que la sorcière va faire ?
L'intrigue est joliment subtile puisqu'elle joue avec les trouilles (du lecteur, et de la sorcière). C'est du plus bel effet, surtout à la fin. Ajoutez l
es illustrations de Matthieu Maudet, qui sont superbes, toutes en ombres chinoises. Vous obtenez une chouette petite lecture pour jouer avec la notion de peur et de suspense.

Le brigand à quatre mains, par Jean-François Chabas - illustrations de Cassandre Montoriol

Voilà un conte exotique, fort charmant et admirablement écrit par J-F Chabas, même si je trouve le vocabulaire un peu compliqué pour la tranche d'âge indiquée (collection Mouche), il n'en demeure pas moins poétique à l'oreille.
Des évènements troublants surviennent dans la forêt du Kuatcha, alors que les marchands sont dépouillés de leurs biens sans jamais apercevoir les coupables. Même le sultan est embêté et décide d'envoyer ses troupes pour faire cesser ce désordre commercial. La forêt serait-elle habitée par des esprits malins ? En effet, les soldats finissent par perdre un peu la tête et se résignent à rentrer bredouilles. Tandis qu'ils s'interrogent sur les mystérieux agissements qui semblent naître dans ces lieux ensorcelants, ils jurent de ne pas souffler mot ni d'avouer leur déconfiture. On découvre ainsi LE coupable - le brigand à quatre mains. Et pourquoi il agit aussi sournoisement, du moins... c'est avant de comprendre ses réelles motivations, car lui aussi en bave pour épater celle qui lui fait battre le coeur ! 
Le retournement de situation est très drôle, inattendu et attendrissant. Les illustrations de Cassandre Montoriol sont frappantes, très originales, elles se marient à merveille avec la luxuriance des détails et des descriptions du texte, c'est incontestablement une lecture enrichissante !  

Ecole des Loisirs, coll. Mouche, 2012