11/10/12

“We're the same. Two sides to the same coin.”

IMG_7991

L'action reprend exactement là où nous l'avions laissée à la fin de Lueur de Feu. ** spoilers - spoilers ** Cassian a retrouvé Jacinda, mis en déroute les chasseurs et reconduit la jeune fille et sa famille au sein du clan. Un miracle s'est produit, avec la manifestation de Tamra, désormais un draki estompeur. Elle a ainsi pu effacer la mémoire de Will et des siens pour prendre la fuite. C'est donc un retour en disgrâce pour Jacinda, le clan lui fait chèrement payer son histoire d'amour avec un humain, seul Cassian continue de lui manifester intérêt et protection.

J'adore cette série ! C'est un plaisir coupable sur toute la ligne, mais j'assume complètement. Cette suite cherche à raconter les moeurs des Drakis, une communauté très fermée, dictée par des règles strictes et archaïques. On a envie de compatir avec Jacinda pour toutes les épreuves infligées, mais dans le fond on ressent également de l'agacement pour son personnage. La jeune fille se montre égoïste, bornée et stupide. Elle est totalement obsédée par Will, un jour elle se résoud à l'oublier, le lendemain elle réalise que c'est impossible, qu'elle l'aime en dépit de tout, malgré les interdictions. Bref, c'est pire qu'une girouette et c'est gonflant ! C'est finalement sa soeur Tamra qui se dévoile, plus sensible, plus touchante, plus forte aussi. Toutes ces années à être traitée avec indifférence ont forgé son caractère, en bien. Par contre, le titre français induit le lecteur en erreur, car je n'ai nullement constaté de rivalités entre les deux soeurs. Au contraire, leur relation gagne en connivence. En fait, c'est juste un prétexte pour Jacinda de résister à Cassian, son élu désigné par les Anciens. Alors lui, vraiment, il ne se contente pas d'être beau et fort, il est vaillant, stoïque, conquérant. Pour une raison que j'ignore, il est dingue de Jacinda et fait tout pour la protéger ! Pfiou, petit coeur en émoi...

J'ai donc trouvé ce deuxième tome aussi bon que le premier, avec des passions interdites et folles et sauvages (on comprend mieux lorsqu'on sait que Sophie Jordan écrit beaucoup de romances pour adultes ! elle a le chic pour décrire les émois sentimentaux et les contacts physiques qui filent des frissons partout ! hihi). J'ai ressenti mille sensations en lisant ce livre, ne voulant jamais le reposer pour souffler, j'aime l'histoire, j'aime les personnages, j'aime râler et pester et soupirer, enfin c'est tout ce que j'attends d'une série : enthousiasme et distraction.

Lueur de Feu, tome 2 : Soeurs rivales, par Sophie Jordan
Gallimard jeunesse, 2012 - traduit par Alice Marchand

Posté par clarabel76 à 07:45:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


10/10/12

“What are we, if not an accumulation of our memories?”

IMG_7928

Une femme se réveille dans un lit, la mémoire en vrac. Un homme dort à côté d'elle. Un sentiment de frayeur la gagne aussitôt. Dans le miroir de la salle de bains, son image lui fait pousser des cris d'effroi : elle a vingt ans de trop. Qu'est-ce que cela veut dire ? Et c'est ainsi, chaque matin, le même rituel. Christine souffre d'une amnésie rare (elle n'a plus aucun souvenir et ne peut stocker de nouvelles données). Elle a été victime d'un accident à l'âge de vingt-neuf ans, le temps a passé, la mémoire aussi, désormais elle tente de se reconstruire et de s'accrocher à sa vie en cherchant à comprendre. La lecture de son journal l'aidera peut-être à débroussailler son esprit ravagé. Jour après jour, Christine doit enregistrer les mêmes informations. Son présent est morne, son passé est évanoui, elle tente de cerner les ombres, de combler les vides et cherche à reconstituer le puzzle. C'est long, troublant, assez répétitif, tous les matins elle repart de zéro, doit encaisser le même choc et ainsi ingurgiter vingt années d'une vie qui s'est déroulée sans elle. Alors pourquoi un tel traumatisme ? qu'est-ce qui a pu provoquer son accident ? pourquoi son mari Ben refuse de rencontrer les médecins ? Quel est le vrai du faux, en somme ?!

Car l'histoire, aussi habile et terrifiante soit-elle, nous plonge dans un climat de paranoïa d'où germe un sentiment de doute qui ne fait que grossir. Heureusement j'aime être baladée de la sorte, ne plus savoir ce qu'il faut penser, se méfier de tout et de tout le monde, imaginer le pire scénario, craindre un dénouement encore plus tordu qu'il n'est en réalité. Tout du long, la tension psychologique est parfaitement maîtrisée. Le format livre-audio permet aussi une nouvelle approche de la lecture, c'est une expérience excitante et bien frustrante aussi, puisqu'il faut s'en tenir au rythme de la narratrice et qu'il est impossible de sauter des passages. Je l'avoue, parfois j'ai eu envie d'aller plus vite que la musique. Mais je ne regrette pas ce format non plus ! Pour info, le texte est lu par Françoise Cadol, la voix française d'Angelina Jolie et de Mary Alice dans Desperate Housewives. (Prévoir 11 heures d'écoute !)

Avant d'aller dormir, par S.J. Watson
Audiolib, 2012 (Livre audio 1CD MP3 - 644 Mo) ou éditions Sonatine, 2011
traduit par Sophie Aslanides / Prix  SNCF du polar-roman 2012

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Rupture song

petit-manuel-de-survie-pour-les-filles-qui-se-font-larguer

A toutes celles qui ont reçu une enclume sur la tête, au moment où leur mec leur annonçait sans vergogne qu'il débarrassait le plancher, voici ce petit manuel de survie, exclusivement dédié aux filles. Couverture rose, pour l'occasion.

Donc, ce guide passe en revue toutes les étapes par lesquelles va passer la larguée (le choc, la souffrance, le refus de la réalité, la colère, l'acceptation, la guérison, etc.). L'analyse est quelque peu survolée, mais pertinente. De plus, le ton se veut vif, humoristique et piquant. On trouve aussi des tests et des astuces pour se sortir la tête du sac, des petits exercices pas bien méchants, comme la lettre symbolique censée être un puissant outil de libération dans le processus de guérison... On notera aussi la liste des films ou des romans à voir ou à éviter, le rappel des signes avant-coureurs, ou quelques règles pour trouver le nouvel élu de votre coeur (bah oui, après la guérison, il faut remettre son pied à l'étrier !). Enfin, tout ça je le lis, je le découvre, je souris un peu, je pense qu'il ne faudrait pas non plus prendre tout au pied de la lettre, mais c'est léger, assez girly, et j'adore les illustrations de Colonel Moutarde !

Alors, est-ce un guide utile et nécessaire ? J'en doute. Ce sont toujours les mêmes conseils qu'on aperçoit dans les magazines féminins par exemple, ce n'est pas très constructif, ni sérieux. Par contre, c'est indiscutablement divertissant, délirant, optimiste et revitalisant. Au moins cela peut donner du baume au coeur. Et puis je retiens une phrase essentielle dans cet ouvrage : Le mot CHOC, on le retrouve dans CHOColat et aussi dans électroCHOC. Une philosophie bon marché, mais qui me fait bien marrer...  

Petit Manuel de Survie pour les filles qui se font larguer par leur mec, par Véronique Grisseaux & Cat Wood (illustrations de Colonel Moutarde)
Vents d'Ouest, 2012

Et une petite chanson pétillante sur la rupture (thème inusable) ! 

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09/10/12

"Je suis son oxygène qu'il meurt d'envie de respirer."

IMG_7924

C'est une relecture pour moi, puisque j'avais découvert ce roman en VO (en novembre dernier). J'avais eu un vrai coup de coeur pour lui, tant il m'était apparu envoûtant et admirablement écrit. Aussi j'étais soucieuse de la traduction, car il y a dans ce livre une véritable magie stylistique, un exercice de haute voltige au cours duquel l'auteur livre les émotions, les sensations, les pensées de l'héroïne. C'est pur, beau, sincère et touchant. Vraiment, j'avais été subjuguée. Donc il me tenait à coeur de vérifier que la magie existait encore...

Juliette est internée dans une cellule depuis 264 jours, accusée d'un crime. Son drame, c'est de posséder le don de tuer rien que par le toucher. Son cas a été étudié, analysé, décortiqué, mais jamais expliqué. Ses parents ont eu honte, l'ont abandonnée, normal que Juliette se sente désormais misérable. Un jour, un garçon la rejoint dans sa cellule. Il s'appelle Adam, il est bavard, trop curieux, il pose des questions, il ne la quitte pas des yeux et c'est tout son monde qui s'écroule. Un dénommé Warner va également la prendre en otage, vouloir obtenir d'elle des faveurs, l'installer dans ses beaux quartiers, lui offrir de belles robes, l'inviter à partager des repas copieux. Il a pour secret désir de faire d'elle son arme contre le monde extérieur et la résistance...

Il faut ouvrir ce roman sans chercher à connaître tous ses secrets, car l'histoire renferme plusieurs tiroirs cachés et c'est toujours grisant de les trouver, de les ouvrir, de s'extasier. Cela rend la lecture encore plus tourbillonnante, plus prenante. Il faut aussi découvrir Juliette, une héroïne faussement vulnérable et tellement attachante, de même que Warner et Adam sont deux personnages attirants et troublants, avec du potentiel, des drames enfouis, du sex-appeal et du mystère. Pas de triangle amoureux en plat du jour, mais une grande complexité dans l'art de dresser des relations mystérieuses, sensuelles et vénéneuses. En bref, c'est bluffant !

J'ai donc relu ce roman avec gourmandise, passion et enthousiasme. Comme pour la première fois, j'ai trouvé la fin de l'histoire particulièrement déroutante. Attendons la suite des réjouissances pour mieux juger. Pour l'heure, l'opération séduction est en marche : la traduction est scrupuleuse, je n'ai pas complètement retrouvé l'étincelle de la VO, mais cela n'enlève en rien le charme de l'histoire, des personnages, etc. Il faut goûter ce roman, l'apprivoiser, l'aimer pour ce qu'il offre et promet d'offrir ! 

Belle lecture à tous,
le comité Clarabel

Insaisissable, tome 1 : Ne me touche pas, par Tahereh Mafi 
éditions Michel Lafon, 2012 - traduit par Jean-Noël Chatain

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Teaser Tuesday #41

extrait du nouvel album de Catharina Valckx : 

IMG_7845

IMG_7846

Billy le hamster est de retour, en compagnie de son fidèle ami Jean-Claude le ver de terre. L'idée, cette fois-ci, est de rencontrer des indiens en vrai. Après tout, c'est qui le cowboy de l'histoire ? Donc, ils vont trouver Barbichette la chèvre pour les guider dans le désert et s'en remettre à ses astuces et autres bons conseils. Pour entrer en contact avec les indiens, il faut communiquer par nuages de fumée. Attention à ne pas en compter un en trop, ou sinon c'est la déclaration de guerre. D'ailleurs, FFFVVVVOUIT ! une flèche vient de transpercer le chapeau de Billy. Jean-Claude est au bord de l'apoplexie, surtout quand surgit de nulle part Moineau Tranquille le coyote, c'est beaucoup trop d'émotions pour lui et plouf ! il tombe dans les pommes. Je ris, je ris, je ris. Qu'est-ce que ça fait du bien... L'aventure ne s'arrête pas là, et je vous laisse découvrir la suite. C'est vraiment drôle et savoureux. 

Cheval Fou, par Catharina Valckx (Ecole des Loisirs, 2012)

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,


08/10/12

Just a little bit more !

  • Un courant d'air   uncourantdair

Superbe album ! Il ne se raconte pas. Il s'admire. On l'ouvre comme un accordéon. Le fil invible est interminable. C'est l'histoire d'un courant d'air, dont l'interprétation peut surprendre. Chaque page est une surprise et une interrogation. C'est à la fois poétique, étrange et contemplatif. A considérer sous toutes les coutures, pour les esprits rêveurs.

Juliette Binet est également l'auteur de L'Horizon Facétieux chez Gallimard (couverture bleu ciel) et du Cousin chez Albin Michel. Un auteur à découvrir absolument.

courantdair1  courantdair2

par Juliette Binet (éditions du Rouergue, 2012)

  

  • Camion Toc Toc   camiontoctoc

Le camion toc toc débute sa tournée en transportant 49 cartons. En y prêtant bien attention, on peut lire le message suivant : " regarde ce petit camion rouge qui file à toute vitesse ". Au fil des pages / de la course, le camion perd sa cargaison et sème des petits cartons partout où il passe. A leur tour, ces colis perdus composent en rapport avec l'histoire supposée (" feu, gendarme, stop, tête-à-queue"). De fil en aiguille, le camion se vide... A l'arrivée, un seul colis restera. Une seule lettre. Pile pour l'instant T !

J'ai adoré l'humour et le bon esprit de ce livre. C'est une lecture qui surprend et enchante. Une très belle découverte.

par Olivier Douzou (Rouergue, 2012)

Posté par clarabel76 à 17:15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Théo Toutou, Gentleman détective !

theotoutouJe vous présente le dernier protégé de la collection BD Kids (collection qui réédite les séries déjà parues dans les magazines pour enfants). Voici donc Théo Toutou, romancier et détective amateur. Avec son ami, l'inspecteur Duraton, il tente de résoudre les énigmes les plus coriaces et s'en sert ensuite de support pour ses livres. Sinon, en dehors de ça, il passe un temps fou à la librairie de mademoiselle Natacha, sa plus grande admiratrice. Aucun démêlé sentimental entre eux, mais ça se travaille...
Au programme des festivités, nous avons six enquêtes en douze planches, six folles aventures avec des courses-poursuites, des rencontres qui fichent les jetons ou qui font travailler les méninges, six histoires passionnantes et menées tambour battant. C'est tout simple, mais ça se lit avec grand plaisir. Les personnages sont des animaux qui se comportent comme des humains, la mise en scène est élégante, c'est signé Yvan Pommaux et ça vaut vraiment le coup d'oeil. Petits et grands vont beaucoup aimer !  

Théo Toutou, tome 1 : Gentleman détective, par Yvan Pommaux (BD Kids, 2012)
Le deuxième tome est déjà disponible.

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Bienvenue, volume 2

bienvenue2Cela fait deux ans que j'attendais la suite des aventures de Bienvenue, une jeune Parisienne qui porte un prénom pour le moins hors du commun. Nous la retrouvons comme si nous l'avions quittée la veille, après son rendez-vous amoureux. N'espérez pas en découvrir davantage, le scénario est peaufiné pour maintenir le doute en permanence. Bon, ce qui ne change pas, c'est que la vie de Bienvenue ressemble à un immeuse capharnaüm. Comme si ses voisins ou ses proches s'étaient mis d'accord pour l'impliquer, bien malgré elle, dans leurs joies et leurs peines.

On commence avec le couple d'indiens qui ne peut pas avoir d'enfants, Jojo qui noie son chagrin d'amour dans l'alcool, Lola et son amant vampire qui ne la lâche plus, sa cousine Olga qui est amoureuse de son cousin, ou son père qui tente de renouer avec elle, alors qu'elle ne se sent pas prête, sans oublier les petits boulots et les rencontres bizarroïdes qu'elle cumule (cette dame avec ses chiens qui a besoin d'un peu de lecture et de compagnie, ou Octave et Alice, les deux bouts de chou, dont le père tient à surprotéger en se réfugiant derrière des décisions hâtives suggérées par une psy...), mais aussi ses cours à la fac et son projet en arts plastiques sous l'oeil intransigeant de son prof pas commode. 

Toutes ces anecdotes mises bout à bout remplissent considérablement les vingt-quatre heures d'une journée de Bienvenue, qui donne tellement de temps et d'énergie aux autres qu'il ne faudrait pas non plus oublier qu'elle aussi a besoin d'une épaule sur laquelle compter. (Heureusement, ça se décante sur la fin !) Cette suite est donc une totale réussite, on reprend ses marques avec facilité, on se passionne pour le quotidien ordinaire et sordide, mais attachant malgré tout, de Bienvenue. On est curieux, captivé, on s'intéresse à la vie des uns et des autres, on s'interroge, parfois on s'inquiète un peu, parce qu'on a vraiment à coeur tout ce qu'on lit et découvre. C'est ça que j'aime dans cette bande dessinée, sa simplicité, sa tendresse, son honnêteté à vouloir partager des petites choses banales. Comme dit Cioran, Il n'est pas d'art vrai sans une forte dose de banalité.

Bienvenue (tome 2) par Marguerite Abouet & Singeon
Gallimard, coll. Bayou, 2012

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05/10/12

"Chocolate doesn't solve everything, Nana." - It solves a whole heck of a lot, though."

IMG_7908

Divin. Savoureux. Excitant. Drôle. Bête. Méchant. Injuste. Révoltant. Déchirant. Enfin, pff ! quoi. Ce roman m'en a fait voir de toutes les couleurs. Heureusement, j'ai adoré. L'histoire se passe dans un futur lointain, en 2083, à Manhattan, le chocolat et la caféine sont des produits illicites, d'où la contrebande et les activités mafieuses. Le père d'Anya Balanchine était un criminel très célèbre, aimé et détesté, il a finalement été assassiné sept ans plus tôt. Depuis, Anya tente de s'occuper de sa famille (sa mère aussi a été tuée) du mieux qu'elle peut.

Chez les Balanchine, la famille c'est sacré ! Et pourtant, même si elle a l'étoffe d'une meneuse, Anya tient à tout prix à se maintenir à l'écart des affaires crapuleuses de son clan, lesquelles se rappellent toujours à elle d'une manière ou d'une autre. On n'efface pas son nom, son passé, son héritage aussi facilement. De plus, Anya s'est entichée de Win Delacroix, fils du nouvel assistant du procureur, ce qui place notre jeune couple sous la bonne étoile des amants maudits. Youhou.

Mais bon, il est préférable d'en dévoiler le moins possible, de toute façon il se passe tellement de choses que l'ensemble n'est qu'une suite logique, mais il n'empêche, il y a des moments où les papillons voltigent allègrement dans le ventre, parce que c'est mignon, ne nous voilons pas la face, mais on pousse des râles de colère aussi, devant l'accumulation des problèmes ou les choix impensables à envisager. C'est follement romanesque, j'assume, mais c'est tellement bon. Il y a quelques petites imperfections, comme une construction bancale, la manie d'expédier des détails ou le refuge derrière le catholicisme que pratique l'héroïne avec ferveur (oui, parfois ça m'a gonflée). Rien de bien rédhibitoire non plus.

C'est un roman qui se lit avec une facilité décontertante, l'histoire est passionnante, dans un contexte excitant (bien entendu, j'ai pensé à Boardwalk Empire !), en plus les personnages sont vraiment attachants (Anya au caractère franc et frondeur, Win absolument romantique et craquant jusqu'au bout, Scarlet et son grain de folie, Natty et Leo pour leur détresse, et aussi Nana, Imogen, Yuji Ono...). J'ai totalement succombé à ce petit monde, me suis baladée avec bonheur dans cet univers et je suis impatiente de lire la suite (déjà disponible en VO !).

La Mafia du Chocolat, par Gabrielle Zevin
Albin Michel jeunesse, coll. Wiz, 2012 - traduit par Cécile Chartres

04/10/12

Des êtres humains, voilà ce que voit Margot. Avec tout ce qu'il y a de bon et de mauvais en chaque être humain.

IMG_7905

Par la faute de la couverture, que je ne trouve pas très avenante, j'étais moyennement motivée pour ouvrir ce livre. Et puis, en une soirée, j'ai d'abord jeté un oeil indiscret, lu le début, puis un chapitre, me suis installée dans un fauteuil, j'ai tourné les pages de plus en plus vite, n'ai pas osé interrompre ma lecture pour avaler un morceau, j'étais DANS l'histoire, complètement stupéfaite par ce que je découvrais, et surtout parce que je ne m'étais PAS DU TOUT attendue à un truc pareil.

En gros, ce n'est que du positif ! L'histoire débute bêtement, une adolescente n'a pas de nouvelles de son petit copain ni de sa meilleure amie, de mauvaises ondes à l'école cherchent à distiller le doute dans son esprit, mais un autre évènement vient interrompre le cours de ses pensées lorsqu'un prof s'écroule en classe, raide mort. Dans toute la ville, on ne compte plus le nombre de victimes ! Autre phénomène incroyable : les morts se relèvent et forment une armée de zombies. Sic.

La résistance s'organise, autour de Margot, son père Thierry, Lucas son copain, Pauline sa meilleure amie, Robert l'armurier pâtissier, Enzo le dévoreur de livres... Le rythme est vif, à aucun moment il ne nous est permis de souffler car l'histoire est racontée à un train d'enfer, cela se lit vite et bien, on est immédiatement pris dans le feu de l'action, on se pose mille questions, on se demande jusqu'où ça va nous mener, il y a même des sacrifices en bonne et due forme, on zigouille à tour de bras, on a juste le temps de hausser les sourcils et de lâcher un oh du bout des lèvres...

Enfin bon, vous voilà prévenus, ce roman a plus d'un tour dans son sac, il s'amuse à être trash et endiablé pour mieux nous accrocher à ses pages, et c'est tant mieux, car on passe un sacré bon moment ! C'est une digne découverte qui vaut qu'on ne s'attarde pas sur les impressions mitigées laissées par la couverture. Pour le reste, c'est ... sauve qui peut, zombies droit devant ! 

Photobucket

Les Proies, par Amélie Sarn  (Milan, coll. Macadam, 2012)

Des êtres humains, voilà ce que voit Margot. Avec tout ce qu'il y a de bon et de mauvais en chaque être humain. Et elle espère, de tout son coeur, qu'ils auront un avenir.

Posté par clarabel76 à 07:45:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,