14/11/18

Marco & Co : Adieu veaux, vaches, cochons..., d'Olivier Jouvray & Sylvain Bec

marco and co gjMarco est un petit gars de la campagne, qui a grandi à la ferme avec ses parents, parmi les veaux, vaches, cochons... Mais Marco rêve d'une vie d'artiste. Passionné de dessin, il tente sa chance en s'inscrivant dans une école à Paris, n'imaginant pas encore la possibilité d'y être accepté (notre ami a une tendance chronique à se sous-estimer).
La nouvelle lui tombe sur le bec, bim, Marco a décroché son billet d'entrée. Pour ses parents, c'est aussi la remise en question car il faut organiser le départ de Marco (leur fiston les quitte pour la grande ville, bouh ouh ouh), mais surtout il faut négocier avec Grand-mère Cloclo, une pure citadine qui ne mâche pas ses mots et pense que son gendre est un plouc.
Là aussi, grosse surprise, mamie accepte d'héberger son petit-fils et ne fait pas les choses à moitié. Quand le garçon débarque en avance, pour tâter le terrain, il a déjà un avant-goût de la vie qui l'attend. Déception ? Pas du tout. Marco pressent qu'un nouveau chapitre est en train de s'écrire : vie de château et vie de bohème, c'est tout bon. Notre Marco peut dire adieu à ses racines. Sans le moindre état d'âme.
Franchement, c'est drôle car les personnages sont impayables et grossièrement caricaturaux (à juste titre). Ils collectionnent les situations burlesques, lesquelles s'enchaînent dans des courtes séquences aux chutes folkloriques. C'est vif et farfelu. Légèrement saugrenu. Mais on adore ce ton décalé et plein d'humour.
Cette nouvelle série (prépubliée dans Spirou) va régaler un nouveau public amateur de dérision. On cautionne, à fond.

Gallimard BD (2018)

 

Posté par clarabel76 à 11:20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


L'Ogre amoureux, de Nicolas Dumontheuil

L'ogre amoureuxLe comte de Barback est un ogre horrible et terrifiant ! Comme son nom l'indique, il adore la viande, la viande, rien que la viande. Il en mange tout le temps. Les habitants ont d'ailleurs appris à composer avec son appétit vorace et ne chôme pas pour lui fournir du bétail à profusion.
Un matin, c'est un renard roux qui est livré au comte. Un renard pas très malin, puisqu'il a été fait prisonnier bêtement en voulant croquer quelques poules dodues. Son compère l'ours l'avait pourtant prévenu, mais allez raisonner un renard affamé...
Dans son malheur, Maître Renard a du bol car Barback est persuadé qu'il détient un pouvoir divinatoire. L'ogre doit prochainement se marier, il est fou amoureux mais ignore tout de sa fiancée. Grotesque, pensez-vous. Ce n'est qu'un début.
Car Barback et Renard partent ensemble à la noce. Ils auront tout lieu de discuter du bout de gras en chemin... Mais ce périple s'annonce également pittoresque. Renard veut se faire la malle, Gros Louis veut le sauver, Barback est doté d'un flair infaillible, et même les petits vieux aux manières doucereuses sont redoutables ! Oh punaise.
Cest affolant de cruauté et de loufoquerie... mais c'est tellement bon à lire ! Ce conte est décapant dans le genre : à bas les clichés et le sirop. On est loin de la lecture gentillette : l'humour est féroce, les personnages sont tous des affreux jojos, l'histoire se barre dans tous les sens et on absorbe tout ça avec des yeux hallucinés.
Verdict : j'ai bien rigolé !

Futuropolis (2018)

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

13/11/18

Pêle-mêle : Bienvenue à Filouville - Je suis petite - Chatouille-moi si tu l'oses - Le Gristiti

Bienvenue à filouville le voleur de reves

Un mystère plane sur Filouville : un voleur se faufile dans les chambres pour chiper les rêves ! Comment est-ce possible ? Et qui est le coupable ? Malo réunit ses camarades, Camélia, Vlad et Gildas, pour mener une enquête palpitante. La liste des suspects est dressée, la filature peut commencer, et tous se retrouvent le soir pour rester en éveil et attraper le gredin sur le fait !

Qu'ils sont adorables, ces bambins de Filouville, dont les aventures se lisent en toute simplicité et avec délectation. On peut même suivre avec son doigt leurs cavalcades, grâce à la carte de la ville glissée à la fin du livre. Cette nouvelle série est aussi adaptée de l'univers des Filous du CP (Tu lis, je lis) en version album. Tout mignon, vraiment.

Bienvenue à Filouville : Le voleur de rêves, de Mr Tan & Aurore Damant

bayard jeunesse, 2018

================================

 

Je suis petite

Mimi est la petite dernière de la famille, et elle est vraiment toute petite. Même le chien la dépasse d'une tête. À l'école ou dans la rue, elle est quasi transparente. La fillette soupire, c'est vexant, il est temps que ça change, quand est-ce qu'elle va pousser pour voir le monde comme les grands ? Heureusement, il y a aussi quelques avantages à être minuscule : les bonnes cachettes introuvables, la première à la cantine, les plongeons dans la baignoire, les courses avec Gaston... Un jour, grande nouvelle pour Mimi, ses parents ont une nouvelle fabuleuse à lui annoncer : elle est désormais grande sœur ! 

On aime beaucoup la douceur dans cet album, la délicatesse à raconter les avantages et les inconvénients d'être différent. Et toute la tendresse familiale qui en découle, c'est joli... vraiment. La chinoise Qin Leng fait montre de tact, de talent, de sensibilité. Sans fausse note.

Je suis petite, de Qin Leng

bayard jeunesse, 2018

================================

 

CHATOUILLE-MOI SI TU L’OSES

Attention, âmes sensibles, cet album va mettre vos nerfs à rude épreuve (je rigole), mais jugez plutôt les vilaines bestioles qui s'y bousculent... Une araignée aux pattes velues, un squelette aux vieux os rouillés, un monstre au gros bidon poilu, une sorcière au nez crochu plein de verrues, un loup aux grandes oreilles et aux dents pointues, une momie aux bandelettes dégoulinantes. Votre compte est bon ? Le trouillomètre a explosé. C'est bon, refermez vite le livre !

En tout cas, les enfants vont bien se marrer à tripatouiller les uns et les autres (textures velours ou gluantes... au choix). C'est une façon distrayante d'apprivoiser ses peurs et ses cauchemars. Allez ouste ! On chatouille, on chatouille... 

Chatouille-moi si tu l'oses, de Charlotte Ameling

Milan (2018)

================================

 

Le Gristiti

Une fillette rentre chez elle d'un pas peu rassuré, avec dans la tête une mélodie qui distille soupçon et angoisse Le Gristiti, le Gristiti... Mais de quoi s'agit-il ? Des pas dans la cheminée, un frôlement d'ailes, des objets dérobés... les habitants se questionnent. Le Gristiti, le Gristiti... Il se glisse chez toi, tu crois tout savoir, mais en réalité tu marches dans le noir !

Quelle fantastique histoire, d'abord dans une ambiance british et vintage, Londres n'en paraît que plus envoûtante ! Puis un vrai mystère plane, les teintes sont crépusculaires, toutes les cartes pour créer du suspense sont distribuées. Il souffle un petit vent de panique dans cette histoire, et j'avoue que ça m'a beaucoup plu. La petite ritournelle est obsédante, l'humour tartiné en couches onctueuses... on se régale de bout en bout ! Une lecture fascinante et très réussie.

Le Gristiti, de Benji Davies

milan (2018)

================================

 

Pêle-mêle : Il va pleuvoir - Vive la galette ! - Kong Kong - Qui fait peur au grand méchant loup ?

il va pleuvoir

 

Magnifique, cet album ! Anne Herbauts nous transporte dans son monde teinté de lyrisme et de supposition. On frissonne à la lecture de son histoire où une famille de hérissons appréhende l'arrive de la pluie. Les nuages noirs s'amoncellent dans le ciel, le ruisseau scintille et chante. Les grands lèvent les yeux, les plus jeunes scrutent l'horizon. On se sert des chocolats chauds, on lit des contes, et on attend. On entend presque le tic tac des horloges, des secondes qui passent et qui font monter la pression. C'est un vrai talent de mise en scène : on sent l'angoisse venir à petites doses. C'est saisissant.

On pourrait aussi y lire d'autres interprétations, ou se contenter de contempler page après page cette évasion sur les flots, cette aventure dans les bois, cette forêt de châtaigniers où il fait bon se réfugier, et savourer les messages qui glissent sur les flots, le même ruisseau court entre nous. C'est tellement beau ! Une lecture forte et pleine de sous-entendus qui fait divaguer esprit et imagination. Bravo.

Il va pleuvoir, d'Anne Herbauts

les albums casterman, 2018

=============================

 

vive la galette

 

Adaptée du grand classique Roule Galette, cette histoire est tout aussi savoureuse et croquante ! Une galette s'échappe par la fenêtre, refusant d'être mangée. Elle préfère de loin sa liberté. En chemin, elle rallie à sa cause perdue un bonbon, un morceau de chocolat et un biscuit riquiqui. Tous ensemble gambadent joyeusement... et avec insouciance. Ils ne voient pas qu'ils arrivent droit dans la gueule du loup : une cour de récréation avec des dizaines de marmots en quête de goûters !

Haut les cœurs. Hélène Chetaud apporte fraîcheur et tendresse à cette version drôlissime du mythe de la galette ! Régalez-vous.

Vive la galette ! de Hélène Chetaud

casterman, 2018

=============================

 

Kong Kong

L'imagination d'Abélard est débordante. Lorsque son père lui annonce qu'ils vont désormais vivre dans une tour, le garçon s'imagine déjà locataire d'un château... au lieu d'un modeste appartement au 82ème étage d'un immeuble quelconque. L'ascenseur est tout le temps en panne. La corvée du pain devient une torture quotidienne. Jusqu'au jour où il croise sa voisine, la délicieuse Héloïse. Elle est curieuse et intrépide. Elle adore les super héros, les dragons et les chevaliers. Et elle a un meilleur ami qui vit sur le toit. Il s'appelle Kong et c'est un très, très grand singe.

Une lecture décalée et totalement inattendue, qui puise aussi ses inspirations culturelles ci et là. Rien que d'y réfléchir, ça fait pas mal sourire... Le résultat est improbable, et néanmoins cocasse. En bref, voilà une parfaite petite curiosité qui ne demande qu'à déployer ses ailes.

Kong Kong : Le Singe sur le toit, de Yann Autret & Vincent Villeminot

casterman, 2018

=============================

 

qui fait peur au grand mechant loup

Après Les Bisous du grand méchant loup, retrouvons notre sémillant héros dans une nouvelle aventure ... hoquetante ! En effet, le loup s'est réveillé avec le hoquet. Impossible d'y échapper. Il doit avoir la peur de sa vie : une souris ? des chasseurs ? Rien n'y fait. Il doit affronter la terrible sorcière, avaler sa potion, l'embrasser. Ohlàlà.

Ce qui est drôle, dans cette collection, c'est la marionnette (tête du loup) qui permet de mimer du bout des doigts cette lecture complètement loufoque ! Le jeune public est conquis. Très, très sympa !

Qui fait peur au grand méchant loup ? de Jean Leroy & Laurent Simon

casterman, 2018

=============================

 

 

Pêle-mêle en fête : Paco et le disco - Eliott veut danser - Joyeux anniversaire ! - Les Contraires de Roald Dahl

Paco et le disco

Ce soir, Paco et ses amis participent à un concours de danse disco. Mais d'abord, tous prennent soin de leur look : pantalons pattes d'éph', couleurs pétantes, strass et paillettes... Il faut que ça brille sur les dance-floors new-yorkais ! À bord de son taxi jaune, Paco s'imagine déjà dans la peau de Travolta pour une fièvre du samedi soir endiablée. Dernières répétitions avant le grand plongeon... Le public est en délire. On monte le son. Le show peut commencer.

Quel tome génial dans la série des Paco, série bichonnée par Magali Le Huche, qui nous transporte dans la frénésie du disco, avec ses rythmes entraînants qui donnent envie de bouger. Folle ambiance garantie.

Paco et le disco, par Magali Le Huche

Gallimard jeunesse, coll. Mes petits livres sonores, 2018

============================= 

 

Eliott veut danser

Pas facile de trouver une activité pour notre jeune Eliott : il n'aime pas l'eau, a peur des roulades au judo, n'est pas fan de foot. Et s'il tentait, comme ses copines, la danse ? Après tout, ce n'est pas réservé qu'aux filles. Eliott a le rythme dans la peau, il a envie de secouer le popotin, de swinguer au son du djembé. Et ça tombe bien : il y a aussi initiation à la danse africaine dans le cours d'à côté. Ses copines et lui vont allumer le feu en dansant pour leurs parents dans le parc.

Des petits volets à soulever pour partager encore plus de moments de la vie des enfants : la série des Eliott s'adresse aux petits lecteurs, qui adorent son atmosphère apaisante et son univers qui leur ressemble. Une lecture gentillette et charmante.

Eliott veut danser, de Françoise de Guibert & Olivier Latyk

Gallimard jeunesse, 2018

=============================

 

Joyeux anniversaire

Pour celui-ci, c'est un énorme coup de cœur, un cri d'amour, un coup de je t'aime. C'est un album merveilleux, testé et approuvé auprès d'une princesse pour son premier anniversaire. Et qui adoooore la petite bougie qui s'allume par magie... et qui s'éteint quand on souffle dessus. Oui, oui. C'est magique !

Quatre amis musiciens se rendent à une fête très spéciale et interprètent, tour à tour, un extrait du Joyeux anniversaire avec leur flûte, guitare, violon et violoncelle. 

Un livre enchanteur et interactif avec de beaux enregistrements musicaux, un orchestre surprise et une vraie bougie d'anniversaire ! On adore.

Joyeux anniversaire ! de Nicola Slater

Gallimard jeunesse, Mes petits livres sonores, 2018

=============================

 

Roald Dahl les contraires  Roald Dahl 1 2 3

Voilà une chouette collection d'apprentissage (pour compter ou connaître les contraires) plantée dans l'univers de Roald Dahl. On savoure son trait de génie, ses facéties et les couleurs de Quentin Blake (son indissociable complice). 

Là, une petite fille se promène dans la jungle. Deux enfants attendent leur amie. Trois garçons courent à toute vitesse. Mais surtout, en fil rouge, on n'oublie pas l'énorme crocodile qui guette à chaque coin de page. L'album des contraires oppose un très gros éléphant à une souris minuscule, une grande girafe et un petit pélican... Et toujours l'énorme crocodile avec ses très grandes dents !

On trouve en bonus d'autres surprises sous les rabats à soulever. C'est drôle et efficace. On ne peut qu'inviter à la découverte.

Les Contraires (ou) 1, 2, 3 de Roald Dahl & Quentin Blake

gallimard jeunesse, 2018

=============================

 


Pêle-mêle : Moi, ma grand-mère - Toubien toumal - Girafe Blues - L'Homme qui plantait des arbres - La Forêt

Moi ma grand mere

Quand tous les enfants rivalisent et fanfaronnent à raconter les exploits de leurs grands-mères, cela donne des portraits farfelus : pilote d'essai d'ascenseur, mousquetaire du roi, romancière, exploratrice ou capitaine d'un bateau. Que d'imagination ! Et pourtant, l'un d'eux n'oublie pas l'essentiel : sa grand-mère sait faire de bonnes tartines de beurre avec des morceaux de chocolat. Tout simplement.

Cet album fétiche de Pef a donc quarante ans ! Il s'adresse aux rêveurs et suscite toujours des sourires au fil des pages. Une relecture éclatante et qui met de bonne humeur. 

Moi, ma grand-mère... de Pef

Gallimard jeunesse, 2018

==========================

 

toubien toumal gj

Toubien et toumal sont deux frères jumeaux que tout sépare : l'un est exemplaire, l'autre une catastrophe ambulante.

D'un côté, tout est lisse, parfait, irréprochable. Et plus la vie de Toubien est cadrée, rythmée à la seconde près, plus elle laisse entrevoir le bazar qui règne dans la vie de son frère. Avec Toumal, on collectionne les mauvais points, les pas de travers. Tout ce qu'il ne faut pas faire. Est-ce que c'est mal ? Non, après tout. La balance est équilibrée. Après tout, même les enfants sages rêvent de sortir des clous pour inverser les rôles !

Quelle bonne surprise ! Cette lecture est pleine d'humour et se termine sur un grand sourire. Un beau clin d'œil qui donne envie de relire cet album. À découvrir pour dépasser les préjugés et les apparences. TOP !

Toubien Toumal, de Constance Verluca, Julien Hirsinger & Cathy Karsenty

gallimard jeunesse, 2018

==========================

 

girafe blues gj

La girafe n'aime pas son cou. Elle se plaint qu'il est trop long, trop bariolé, trop COU. Ce serait mieux d'avoir un cou comme celui du lion ou de l'éléphant. Moins voyant, plus gracieux. Mais la tortue proteste : elle aussi se sent riquiqui et impuissante. La preuve, cela fait une semaine qu'elle scrute la banane dans son arbre, rêvant de la manger. Comment l'attraper quand on a un cou tout rabougri ?

Une très belle fable, pleine de dérision et d'allusions sur les complexes et l'importance de prendre confiance en soi. Lane Smith & Jory John forment un tandem rigolo et offrent un album de grande qualité, à l'humour totalement décalé. Très bonne pioche !

Girafe Blues, de Jory John & Lane Smith

gallimard jeunesse, 2018

==========================


Superbe adaptation du grand classique de Jean Giono dans une édition magnifiquement illustrée par Olivier Desvaux.

l'homme qui plantait des arbres gj

Ce texte raconte l'aventure tranquille d'un berger solitaire, qui passe la fin de sa vie à planter des arbres dans les collines provençales afin de combler le vide laissé par les hommes. Les années passent, deux guerres éclatent, mais Elzéard Bouffier poursuit son objectif. Peu à peu, le pays se transforme : joie, jeunesse et énergie reprennent leur place.

En fait, Elzéard Bouffier est un personnage imaginaire mais il incarne à sa façon un message d'espoir et une prise de conscience sur la nature à préserver. Cette lecture est d'autant plus d'actualité dans notre société en manque d'idéaux (heal the world, make a better place). Cette nouvelle édition est donc une formidable aubaine pour porter son message et l'élargir auprès de la jeune génération, par exemple.

Soulignons aussi que les peintures d'Olivier Desvaux en mettent plein la vue et donnent noblesse et prestance à cet album. 

L'homme qui plantait des arbres, de Jean Giono & illustrations d'Olivier Desvaux

gallimard jeunesse, 2018

==========================

 

la forêt gj

Comment ne pas songer à Elzéard Bouffier, héros de Jean Giono, lorsqu'on se lance dans cette randonnée initiée par Riccardo Bozzi ? Il n'y a qu'à suivre les marcheurs aguerris pour explorer les bois (la variété des arbres, les espèces animales ou végétales). On peut ainsi parcourir des kilomètres de sentiers sans jamais se lasser et découvrir toujours plus de richesses. Car la forêt imaginée par l'auteur italien est extraordinaire (dense, luxuriante, mystérieuse). Visuellement, l'album est assez remarquable par son graphisme, ses couleurs, ses effets en creux et en relief, ses yeux en découpe (on s'imagine à la place des randonneurs et on contemple la forêt à travers leur regard). Tentez l'aventure, c'est inattendu et étonnant. Bravo. 

La Forêt, de Riccardo Bozzi / illustrations de Violeta Lopiz & Valerio Vidali

gallimard jeunesse Giboulées, 2018

==========================

 

 

12/11/18

Le grand voyage des petites souris - Ma maman et mon papa ils sont magiciens - Le meilleur resto du monde - La légende d'Elzébor

le grand voyage des petites souris 

Grande première chez les souriceaux : l'un choisit de rester à la maison, pendant que les deux autres partent à l'aventure. Quand on a l'habitude de tout partager, soudainement, le trio se sent en déséquilibre. Dring, dring, un coup de téléphone pour prendre des nouvelles, donner envie, vendre du rêve... mais rien n'y fait. Dans sa maison, bien au chaud, notre petite souris se sent à son aise. Nul regret à l'horizon. Même pas quand on lui évoque un endroit de rêve ? une destination fantastique ? ... Notre jeune ami est soudain plus curieux, plus désireux d'entendre la suite.

Cette série est toujours aussi charmante, débordante de sourires et de couleurs, elle apporte vraiment du soleil dans la maison. Son graphisme aussi est efficace auprès des plus jeunes : un style naïf mais pas puéril. Une bonne dose de tendresse et d'humour. Une lecture craquante, qui fait balancer le cœur entre rêver et voyager. Tout est bon !

Le grand voyage des petites souris, de Malika Doray

loulou & cie, chez l'école des loisirs, 2018

============================

 

Ma maman et mon papa ils sont magiciens

À travers cette histoire, c'est aussi le regard plein d'admiration qu'un enfant porte sur ses parents. Si, si. Papa et maman sont les héros du quotidien : ce sont de vrais magiciens.

La preuve : ils ont des dons incroyables, ne dorment jamais, parlent aux oiseaux, font des câlins en un tour de bras, font valser les crêpes jusqu'au plafond ou des bonds au triple galop, ils consolent les gros bobos, font les meilleurs gâteaux du monde, ne rigolent pas avec les légumes, connaissent toutes les chansons qui endorment et savent dessiner comme personne !

Un portrait complètement fou, qui laisse place au cocasse et à la tendresse : un très chouette mélange ! Cette lecture est un bon moment de partage en famille.

Ma maman et mon papa ils sont magiciens, de Soledad Bravi & Hervé Eparvier

loulou & cie chez l'école des loisirs (2018)

============================

 

Le meilleur resto du monde

Zaza a une super idée pour occuper ses amis : ils vont ouvrir, ensemble, un restaurant dans la forêt. Hop, hop, hop. Tous applaudissent cette formidable initiative. Et aussitôt, les missions sont distribuées : les menus à préparer, l'enseigne pour accueillir la clientèle, le mobilier pour manger, les nappes et les couverts pour rendre l'ambiance bon chic bon genre... Franchement, Zaza a pensé à tout. Enfin, presque tout.

Comme toujours, le dénouement est rigolo et vient ponctuer cette lecture si attachante, où la bande des toutous se donne rendez-vous dans la joie et la bonne humeur. On ne s'ennuie pas, on sourit tout du long. C'est top !

Le Meilleur resto du monde, de Dorothée de Monfreid

loulou & cie, l'école des loisirs, 2018

============================

 

La legende d'elzebor

Maïa aimerait tant jouer près de la rivière, mais ses parents disent non tout le temps. Prends garde, fais attention... que de prudence inutile ! Il ne se passe jamais rien dans leur village. La vie est paisible. Et puis, il fait très chaud. Une petite baignade ferait tellement de bien ! Après tout, ses parents exagèrent sans cesse et doivent inventer exprès la légende d'Elzébor le monstre pour la tenir à l'écart d'un danger... qui n'existe pas.

Comme toujours, dans les histoires de Michaël Escoffier et Matthieu Maudet, la surprise survient là où on ne l'attend absolument pas. C'est le but, pensez-vous. C'est sans oublier le double effet kiss cool. Ohlàlà. Cette lecture pourrait (presque) faire la leçon aux enfants pas sages, qui n'écoutent jamais les interdictions. Trop fort !

La légende d'Elzébor, de Michaël Escoffier & Matthieu Maudet

l'école des loisirs, 2018

============================

 

Coup de foudre

Rien que la couverture est déjà une invitation au bonheur ! Mais l'histoire est aussi attachante et admirable. Voyez plutôt...

Un grand coup de foudre commence parfois par trois petits coups frappés à la porte. Toc toc toc ! Mathilde ouvre. C’est un inconnu, un hérisson comme elle, mais tout ébouriffé et entouré de papillons qui volettent. Qu’il est beau ! Boum. Mathilde bafouille, bredouille et rougit. La tête lui tourne. C’est le coup de foudre. D’ailleurs, il y a de l’orage dans l’air...

Avouez que c'est tendre, c'est doux, c'est poétique. Comment ne pas craquer ? Cette histoire de bonheur électrique fait dresser les poils sur les bras et battre le cœur un peu plus fort. J'ai trouvé l'album adorable !

Coup de foudre, de Grégoire Solotareff

l'école des loisirs, 2018

============================

 

Quand les poules auront des dents - Zou le zoo - Nous avons rendez-vous - La toute petite Olga - La Princesse au bois se cachait

Petite farandole d'albums, parfois ensorcelants, souvent cocasses, sans cesse surprenants !

Quand les poules auront des dents

Voici Colette, une petite poule ordinaire, qui vit en ville, dans un immeuble, et qui se lève tous les jours, de bon matin, pour se rendre au boulot. Elle a tout juste le temps d'avaler un petit-déjeuner et de faire une toilette rapide avant d'attraper le bus de 6h15. Puis, longue journée à pondre, pondre, pondre... Le soir, elle est claquée et se vautre dans le canapé, pour bouquiner ou regarder la télé.

Mais notre Colette frise le burn-out, quand elle devient peu productive, elle est convoquée dans le bureau du big boss et se fait remonter les bretelles. Pire, elle perd son job et doit pointer au chômage. Colette est au bout du rouleau, elle vole des conserves au supermarché, prend la poudre d'escampette et part se baigner à la mer !

Vous trouvez ça absurde ? Pourtant, cette histoire est laborieusement racontée par un papa à son petit garçon. Certes, lui aussi rouspète quand son père s'emballe avec des détails... une poule n'a pas de dents (pas besoin de les brosser), elle ne sait pas lire et encore moins nager, surtout si elle a oublié son maillot ! Il faut se concentrer, voyons.

Cet album est drôle : il est aussi bourré de dérision et de double sens, avec une histoire qui fait la part belle à l'imagination, au rituel du coucher et à la complicité familiale. Une lecture totalement décalée, façon André Bouchard. Sympa.

Quand les poules auront des dents, d'André Bouchard

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

zou le zoo

 

Ce pop-up est ingénieux, poétique et inattendu. Voyez plutôt... Le zoo est en folie : un alligator rêve de revoir sa boue chaude et soyeuse. La baleine proteste, le cacatoès trouve que c'est une idée comique, le dodo rappelle qu'il est interdit de déguerpir, tandis que l'éléphant dit banco. Ah, s'enfuir, enfin : retrouver l'harmattan, ce vent chaud comme un hammam...

On assiste à un vrai spectacle d'un zoo en pleine effervescence. Les langues se délient, les mots ne cessent de rouler. Ça grouille et ça gronde. Ça soupire à chaque coin de page, ça défend ses idées et ses rêves. L'ambiance est électrique dans ce zoo qui nous en fait voir de toutes les couleurs, et qui nous fait aussi voir du pays.

Au milieu de ce graphisme qui s'éclate, des effets pop-up qui font toujours des merveilles, la conversation se poursuit, écoutez bien, l'alphabet se récite, le texte joue avec les sons et les allitérations. C'est doux à l'oreille, ça fait plaisir aux mirettes. Cet album est rayonnant et complètement fou. Franchement top.

Zou le zoo ! de Cécile Roumiguière & Éric Sangelin

seuil jeunesse (2018)

=========================

 

nous avons rendez vous

Il règne une véritable ambiance énigmatique dans cet album de Marie Dorléans !

En pleine nuit, deux enfants sont tirés de leur lit par leurs parents, car ils ont tous rendez-vous. On n'en sait pas davantage, mais tous se préparent sans un bruit et sans prononcer un mot de trop. On chuchote de se dépêcher, puis on se faufile dans les rues endormies. La petite famille presse le pas, avec son objectif en tête. La ville est silencieuse. Parfois, une lumière brille à la fenêtre d'une maison... Chut, le temps presse et le chemin est long. Il ne faudrait pas être en retard à ce rendez-vous mystérieux. Que de suspense !

On se prend totalement au jeu de cette virée nocturne, auréolée de secrets et de points d'interrogation. C'est beau, c'est excitant. Et les illustrations sont magiques ! Un album fascinant, à découvrir avec des yeux ébahis.

Nous avons rendez-vous, de Marie Dorléans

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

La princesse au bois se cachait

Une reine donne naissance à des jumeaux, Alaric et Hilde, mais le garçon tombe gravement malade. La reine se rend donc chez une sorcière qui lui promet de l'aider... en échange de quoi, elle devra lui donner sa fille. La reine, effondrée, accepte malgré tout. Le temps passant, les jumeaux vont grandir loin l'un de l'autre. Le garçon est devenu un chasseur intrépide, la fille une vraie beauté. Elle vit en totale harmonie avec la nature et peut prendre l'apparence d'un animal. Un jour, Alaric croise Hilde dans la forêt. Il est subjugué mais ignore qu'il s'agit de sa sœur. Celle-ci doit pourtant se cacher à cause d'un sortilège : impossible de quitter les bois ou son frère meurt.

Cela ne se voit sans doute pas, mais la couverture est en noir et blanc... avec du doré ! Comme les illustrations qui accompagnent le texte. Et c'est très, très beau ! La lecture aussi est surprenante, bouleversante surtout, car il est question de sacrifice et d'amour. Tout simplement, remarquable.

La Princesse au bois se cachait, de Dedieu

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

La toute petite olga

On boucle notre tour de piste par une mignonnerie. Place à une adorable héroïne, haute comme trois pommes. 

La toute petite Olga est la dernière d'une famille comprenant cinq filles qui veillent toutes jalousement sur elle. Aussi, quand elle exprime le désir de voyager ou de visiter la grande ville, ses sœurs sont effrayées car leur petite Olga a tout pour être heureuse dans leur datcha à l'orée de la forêt. Pourtant, un matin, la fillette se faufile en cachette et sans un bruit.

Elle va alors découvrir un monde très éloigné de son cocon : il fait froid, il y a du monde partout, c'est l'inconnu. Mais Olga s'accroche et s'arme de courage en pensant à ses grandes sœurs. Elle est fascinée par les couleurs, les gourmandises, les escarpins dorés aux talons de douze centimètres... Elle gambade fièrement dans les rues, elle n'a plus peur de rien.

Avec un peu de courage et beaucoup d’humour, la petite Olga va se débrouiller comme une grande et apprendre à se faire confiance sans personne pour la guider. Au final, la fillette va rentrer sagement à la maison. Ses proches seront soulagés et heureux. Le lecteur, lui, est totalement séduit. Cette lecture est en effet un enchantement (un univers de merveilles et de couleurs) : un conte russe fabuleux qui donne le sourire aux lèvres.

La Toute Petite Olga, d'Olivia Godat & Raphaëlle Barbanègre

de la Martinière jeunesse, 2018

=========================

 

Didier, la 5ᵉ roue du tracteur, de Ravard & Rabaté

didier la 5e roue du tracteurIl n'y a pas que l'amour dans le pré... il y a aussi l'humour !
Didier est un fermier au physique bedonnant. Il a 45 ans. Il est célibataire. Un matin, après une visite chez le médecin, il réalise qu'il n'a jamais connu l'amour et décide de se lancer. Pourquoi pas sur Meetic ? Sa sœur Soazig rédige une petite annonce, peaufinant le portrait du Didier, proche du cas désespéré.
Mais ne le blâmons pas, car notre ami est franchement impayable. En effet, Didier aime sa routine, sa liqueur de poires, ses vaches, le cyclisme, les copains... notamment Régis, un collègue qui vient de tout perdre et qui se refait une petite santé chez Soazig et Didier.
Entendons... tournée des foires, buvette, galette saucisses, concours de sillon, course de cochons et j'en passe. Il fait bon vivre dans ce petit coin de Bretagne, à la campagne, où l'ambiance est joyeuse et salutaire.
Quid de l'amour ? Cela ne manque pas non plus. Cela déboule sans crier gare, cela déborde et cela vous noue une étonnante relation, je ne vous raconte pas, même notre Didier crie pitié, il n'est pas une machine à sexe ! Ha, ha.
Ça peut paraître naïf mais c'est une BD qui fait chaud au cœur. On s'attache aux personnages, on sourit à leurs petites histoires. Jamais on ne cherche à se moquer d'eux. Au contraire. On rencontre des hommes et des femmes ordinaires, avec leurs problèmes et aussi leurs désirs un peu fous. On les quitte presque à regret car on a passé un vrai bon moment avec eux.
C'est doux, c'est tendre, c'est drôle. Une touche de poésie, une dose de sourire. Hop, une très chouette lecture !

Futuropolis (2018) 


Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Pêle-mêle : Les poulets guerriers - Comptines espagnoles - Le colibri chante et danse - La laine des moutons

les poulets guerriers

Catherine Zarcate propose une nouvelle version de son conte dans cette édition épatante, qui prend aussi des tours enjoués et malicieux. Une expérience virevoltante !

Il était une fois, dans un village africain, des poulets adolescents qui décidèrent de partir sur le sentier de la guerre ! Ils étaient grands, ils étaient beaux, avec leur crête en gel sur la tête, le torse bombé, des peintures sur le visage. Ils crânaient en paradant dans le village, tous à la file indienne. Et se moquaient du petit poussin qui voulaient se joindre à la bande... ha, ha, quel nabot !

Mais on fait moins les malins face au danger et on rigole moins quand le minus en question brandit sa guitare pour vous sauver la mise. Que d'émotions... On en perdrait quelques plumes, et un peu de sa superbe. Finalement, on a toujours besoin d'un plus petit que soi. C'est ce que rappelle cet album génial, drôle et intelligent. Applaudissements.

Les poulets guerriers, de Catherine Zarcate & Élodie Balandras

syros, 2018

=================================

 

Mettez encore un peu de soleil dans votre vie, avec ces comptines espagnoles, issues des plus grands classiques de la culture hispanique (La cucaracha !).

Comptines espagnoles

Cela donne envie de swinguer, de danser, de rire. L'album est chaleureux & illustré avec douceur.
Une chouette découverte, qu'on apprécie d'écouter pour égayer la grisaille de novembre. 

 Comptines espagnoles, illustrées par Madeleine Brunelet

père castor, 2018

=================================

 

L’année 2018 marque un tournant pour La Montagne secrète : on parle dorénavant d’albums musicaux et d’albums audio (sans chansons où l’histoire est narrée) avec les enregistrements disponibles en téléchargement ou en continu.

la montagne secrete

Dans mes préférences : Le colibri chante et danse

Il s'agit d'une sélection de chansons & comptines latino-américaines, toutes interprétées en espagnol, qui donnent un goût de fête joyeuse et pittoresque. Évasion garantie, bonheur et soleil dans votre maison. Une très agréable surprise !

Autre mignonnerie : La laine des moutons, de Carmen Campagne & Marie-Eve Tremblay

La laine des moutons on Vimeo

 

Bonne pioche ! 

=================================