01/03/18

Les Carnets de ma vie (presque) ordinaire #2 : Le mystère du colibri, de Virginy L. Sam

Ce roman fait suite à Ma valise à roulettes #1 des Carnets de ma vie (presque) ordinaire. ☺

Les Carnets de ma vie presque ordinaire le mystère colibri

Mieux vaut en avoir connaissance pour se familiariser avec la jeune Lila-Lou Tabouret, douze ans, dont on retrouve le sémillant quotidien sur quelques 220 pages. Miam, c'est fun ! Et on sourit tout du long.
Retour donc sur cette lettre d'amour reçue par un soupirant anonyme. De l'incroyable mais vrai. Aidée de ses deux amies, Noémie et Pauline, Lila-Lou cherche à démasquer l'auteur de cette déclaration enflammée. Le fameux mystère du colibri.
Entre ses entraînements de boxe et la préparation du prochain tournage aux côtés d'une grande star de cinéma, la vie de l'adolescente est un incessant circuit de haut et de bas, comme des montagnes russes infernales. Et on respecte les règles du jeu, d'une Lila-Lou en pleine crise existentielle.
Du coup, on s'amuse à la voir faire le compte de ses boutons et de son poids, se plaindre de sa frangine Charlène, trop  belle et trop bête, rejoindre la ligue de protection du marronnier de l'école, donner des notes à son moral (oscillant de 1 à 9), refaire le monde avec Jean-Charles son bernard-l'ermite, ou épingler ses parents et leurs amis lors de la soirée d'anniversaire de son père (invités aux dents trop blanches pour être naturelles, personnes trop ivres pour faire la chenille, surnoms entendus et playlist impossible). J'avoue, j'ai souvent gloussé. On sent le vécu et le traumatisme. Amen.

Ce deuxième tome est toujours aussi charmant et désopilant. La dérision s'épanouit à chaque coin de page illustrée, c'est fin et savoureux. Lila-Lou est une héroïne attachante, l'incarnation parfaite de cet “entre-deux âges” qui fait paraître la vie aberrante et insurmontable - en plus de rassembler les preuves qui montrent qu'elle a été adoptée et n'a donc rien en commun avec sa famille.
C'est une petite lecture fraîche et délicieuse, pour les 9/12 ans qui grandissent en soupirant et pour ceux qui en subissent les foudres avec endurance. Dans cet épisode, le mystère du colibri va être levé, mais les aventures de Lila-Lou n'ont pas dit leur dernier mot car cette série continue de s'écrire et réserve d'autres surprises ! Chic. ☺
 

La Martinière J. (2018) - Illustrations de Clotka

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Pêle-Mêle : C'est moi le grand frère - Mon île - Aller retour - Le jour où mon doudou a dit non - Une pluie d'amour

C'est moi le grand frèreEn apprenant qu'il va devenir grand frère, le jeune héros de l'histoire imagine déjà les mille et une activités qu'il va pouvoir partager - jouer aux cartes, faire des courses, apprendre les sauts en trottinette, se lancer dans des inventions, partir en voyage, se battre contre des pirates et vivre sur une île.

Bon, de temps en temps, ça sera la bagarre pour des broutilles mais ça ne doit pas durer longtemps car il y a trop de jeux à imaginer pour rester fâchés ! En racontant à ses parents combien il a hâte d'accueillir son petit frère, ces derniers précisent, non sans inquiétude, qu'ils vont avoir une fille.

Qu'importe, petit frère, petite sœur, l'importance c'est de s'amuser tout le temps ! Et de conclure la lecture sur une fabuleuse note d'humour, d'optimisme, de fraîcheur, de candeur... Bref. Un album génial, qui fait sourire et qui touche petits et grands.

C'est moi le grand frère, de Benjamin Perrier & Jules

De la Martinière jeunesse, 2018

===========================

 

Place à la poésie avec cet album MERVEILLEUX ! 

 

Mon île

Seng Soun Ratanavanh nous transporte dans son univers raffiné représentant le refuge de l'enfance et de l'imaginaire. Une fillette vit sur une île sans nom, elle y accueille des animaux autour de sa dînette en plastique, bien à l'abri dans sa cabane faite de bric et de broc. Un lieu féerique pour passer des heures à lire ou bricoler. Un cocon douillet où il faut bon se réfugier parmi les fleurs, les couleurs, les chants et les escargots...

C'est tout beau, tout chaud, enchanteur et magnifique. Un album qui invite à réfléchir, contempler, aimer. Une lecture riche de sens et non dénuée de tendresse pour s'évader à loisir sur l'île de son choix. Paradisiaque, vraiment ! ♥

Mon île... de Stéphanie Demasse-Pottier & Seng Soun Ratanavanh

De la Martinière jeunesse, 2018

===========================

 

Aller RetourUn petit avion rouge traverse les airs, sans toucher terre. Il est rapide et file droit devant. Et bim, retour à l'envoyeur.

Ce petit album cartonné est en fait simple mais efficace. Un enfant fait voler son avion autour de lui. Et l'histoire nous embarque à sa suite, pour un voyage au-delà des mers et des champs, au-dessus de la tête des chiens et des fillettes.

C'est un doux périple qui fait s'élancer l'esprit et l'imaginaire des enfants pour un aller-retour dans les nuages, et bien au-delà. Une lecture élégante et bourrée de charme.

Aller-retour, de Delphine Chedru

de la Martinière jeunesse, 2018

===========================

 

Le Jour où mon doudou a dit non

Noé emporte son doudou partout avec lui - au parc, aux courses, chez le coiffeur et même à l'école. Sa présence le rassure et l'aide à affronter les petites angoisses de l'enfance. Ils sont ainsi “enchaînés l'un à l'autre par une cordelette d'amour invisible”.

Et puis un jour, le doudou de Noé change de comportement et se rebelle. Il dit non à l'école, non aux balades, non aux copains. Noé se sent d'abord abandonné, puis décide à son tour d'avancer tout seul. Comme un grand.

Cette chouette histoire permet à sa façon de donner des ailes aux jeunes lecteurs, attachés à leur bien le plus précieux - le fameux doudou - qu'on sait nécessaire pour un tas de choses. Mais l'histoire d'amour avec le doudou n'est pas de celles qui durent - c'est normal et c'est une affaire de temps aussi.

L'enfant est seul maître à bord pour la suite de son aventure - une séparation en douceur et la décision de pousser plus loin en toute confiance. Le doudou, c'est une vraie transmission d'amour et de courage. Et c'est avec humour et tendresse que cet album en fait l'écho. Franchement, adorable !

Le jour où mon doudou a dit non, de Virginy L. Sam & Jules

de la martinière jeunesse, 2018

===========================

 

une pluie d'amourDans la vie, on peut manquer de pain, de courage ou d'espoir.
De temps, d'argent, de caleçons propres.
De lait, de confiture, de patience.
De chance, de colle, de savon.

Par contre, dans la vie, jamais on ne peut manquer d'amour ! L'amour est partout, il est en nous, il nous suit tout le temps. Il est vaste comme la terre, la mer, le ciel. Il n'a ni longueur, ni poids, il ne se mesure pas.

On peut s'en servir sans compter. Donner et en recevoir. Les jours où tout fout le camp, l'amour, lui, est toujours présent !

Superbe déclaration à lire et relire à voix haute ! Les pages de cet album sont autant de chants mélodieux pour roucouler de bonheur.

Les ravissantes illustrations de l'anglaise Ali Pye forment également la clef de voûte à cette lecture enchanteresse. ♥

Une pluie d'amour, de Helen Docherty & Ali Pye

de la martinière jeunesse, 2018

===========================

 

28/02/18

Bilan du mois : Février 2018 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

 Reading and laughing

 

Baby it's cold outside ! Entre la neige, le froid, les inondations & autres réjouissances, cet hiver infernal force la lectrice insatiable à se barricader dans son chez-soi et ne plus en déloger jusqu'à nouvel ordre !

Voici venir la petite récolte du mois sans tambour ni trompette ☺

 

Sauveur & Fils S.1 de Marie Aude Murail  [#

Les Super Méchants : Opération Chatons Zombies d'Aaron Blabey [#]

Essence de Fred Bernard & Benjamin Flao  [#]

Couleurs de l'incendie, de Pierre Lemaitre [#]

Une histoire des abeilles de Maja Lunde [#]

Quand sort la recluse de Fred Vargas [#]

Le Bois des Ombres, de Barbara Dribbusch  [#]

Trop de morts au pays des merveilles, de Morgan Audic [#]

 

 Image associée

Joan Fontaine in Suspicion (1941)

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

27/02/18

Le Bois des Ombres, de Barbara Dribbusch

LE BOIS DES OMBRES

À la mort de sa grand-mère, Anne, sa seule héritière, s'installe dans sa petite maison à Innsbruck, pour faire du tri dans ses affaires, et découvre ainsi une dizaine de vieux cahiers d'écolier, griffonnés au crayon, se révélant être les journaux intimes de Charlotte.

Durant l'hiver 1943, cette dernière a fait un séjour dans un sanatorium psychiatrique, le Bois des Ombres, un établissement privé dirigé par le Docteur Carl Amberg. Charlotte était trop bouleversée par la mort de son frère jumeau, ses parents l'avaient donc envoyée se faire soigner dans les montagnes. Le lieu d'aspect rudimentaire offrait des méthodes de thérapie hors normes, basées sur les tâches domestiques et les activités artistiques. Charlotte y côtoyait une communauté bigarrée et attachante, hantée par ses propres fantômes, et néanmoins auréolée de nombreux mystères.

De son côté, Anne apprend à mieux connaître sa grand-mère en plongeant dans un chapitre de sa jeunesse qu'elle ne soupçonnait pas. Personne dans la famille n'avait évoqué son existence. Une vraie énigme enfin mise à jour. Toutefois, cette découverte semble également compromettante car Anne se rend compte que deux carnets ont été subtilisés dans la maison et rares sont les personnes qui en avaient connaissance - une voisine, une amie de sa grand-mère, une femme de ménage et un neurobiologiste rencontré dans l'avion. Saisie de paranoïa, Anne s'enferme chez elle mais poursuit son enquête... 

Comment ne pas succomber au pouvoir de ce livre qui rassemble tous mes ingrédients fétiches ! Il a, de plus, suffi de quelques pages pour adhérer complètement et suivre avec avidité cette histoire captivante. Secrets de famille, fantômes du passé, contexte historique pernicieux et troublant, faux-semblants et suspense s'entrechoquent avec intelligence et font de cette lecture une très agréable surprise. J'ai beaucoup aimé. S'il fallait juste chipoter, je viserais la fin beaucoup trop lisse et hâtive à mon goût. Mais le roman n'en est pas moins réussi ! Il vous happe dans ses filets et vous propose une intrigue romanesque sombre et fascinante. Parfois bouleversante. C'est en tout cas à lire d'une traite.

Les Escales éditions, 2017 - Traduit de l'allemand par Jean Bertrand

=====================================================

« La guerre. On en revient toujours là, n'est-ce pas ? Les années ont beau passer, on ne peut y échapper. »
 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Ne reviens jamais, de David Bell

Ne reviens jamaisApprenant par la police la mort de sa mère, seule, dans sa maison, Elizabeth Hampton, étudiante en master d'histoire à l'université de l'Ohio, se rend aussitôt au chevet de son frère handicapé, Ronnie, qui vivait avec elle. Les inspecteurs posent quelques questions d'usage, avant de placer le jeune homme dans un centre spécialisé pour le soigner.

Sous le choc, Elizabeth avoue s'être disputée avec sa mère six semaines plus tôt et ne pas lui avoir reparlé depuis. Il ne lui reste que son oncle Paul pour la soutenir dans cette épreuve. Et très vite, les mauvaises nouvelles vont se succéder - en fait, sa mère est morte étranglée, elle a modifié son testament peu avant son décès, l'appartement a été fouillé, d'étranges coups de fil sont passés et Ronnie est traité comme le principal suspect. 

Dès lors, Elizabeth plonge dans une sordide affaire familiale, découvrant un passé inavoué et de nombreux non-dits. Des secrets refont surface, de vieilles connaissances tombent le masque. Elizabeth n'est pas au bout de ses découvertes ! Le lecteur est tout aussi ahuri de ce qu'il va apprendre au fil des chapitres. Pour cela, l'intrigue est plutôt bien ficelée, avec des rebondissements inattendus et une tension psychologique remarquable. 

Et pourtant, alors que les pages défilent à vive allure et l'intérêt ne faiblit jamais, on reste malgré tout en retrait de la lecture. On ne s'attache pas aux personnages, on suit leur histoire, on sursaute, on tombe des nues. Mais rien ne nous accroche. Tout est froid, sans âme, sans empathie. Pour dire, j'avais à peine refermé le roman que je l'avais quasiment oublié ! Difficile à expliquer cette sensation. C'est sombre et captivant, mais on trébuche sur la dernière marche. Plouf... 

Actes Sud (Actes Noirs) 2017 - Traduit de l'anglais (USA) par Claire-Marie Clévy

===============================================================

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26/02/18

X-Files : Les nouvelles affaires non classées (Deuxième partie), de Joe Harris, Chris Carter & Dirk Maggs

XFiles 2 Audible

Une ambiance délicieusement flippante règne dans cette deuxième partie des Nouvelles affaires non classées, où l'on retrouve notre équipe de choc - Mulder et Scully - en charge de dossiers aussi étranges qu'invraisemblables. La routine, en somme.

Au cours des cinq enquêtes, Mulder et Sculler vont ainsi creuser le mystère de l'Immaculée (une jeune fille incarnerait l'équivalent d'une puissance divine et serait en capacité de soulever des foules en les contrôlant aveuglément), reprendre des nouvelles de Monica & John (deux agents portés disparus un an plus tôt), renouer avec le très controversé Spender, alias l'Homme à la cigarette, évoquer une drogue expérimentale datant des années 60 (G-23), tracer un tueur en série rien qu'avec un sifflement, plonger au cœur d'une tourmente médiatique et flirter avec les Doyens pour le bien de l'humanité menacée !

C'est toujours hallucinant, mais franchement grisant à écouter. La version Audiolib est une création omnisonore de qualité, construite comme un épisode de série tv, avec les effets spéciaux, la musique du générique, les voix des acteurs etc. Rien que pour l'illusion et l'ambiance que cela suscite, je signe les yeux fermés. C'est franchement trop bon. 

Amateurs de l'étrange et du paranormal, cette version des X-Files est époustouflante... Une expérience mémorable, qui file les jetons et exacerbe votre envie d'y retourner encore et encore ! ☺

>> Cet enregistrement original est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

©2016 The X-Files (TM) / Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved. Traduit de l'anglais par Novelcast (P)2018 Audible Originals, LLC / "The Y-Files Theme": Written by Mark Snow, published by T C F MUSIC PUBLISHING, INC. (ASCAP), courtesy of Twentieth Century Fox Film Corporation

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

On la trouvait plutôt jolie, de Michel Bussi

On la trouvait plutot jolie

Dans son petit HLM à Port-de-Bouc, près de Marseille, Leyli Maal élève seule ses trois gosses - Bamby, Alpha et Tidiane - et tient à une cohésion familiale envers et contre tout. Comme l'obligation de prendre ensemble le repas du soir, à heure fixe. Mais les aléas du quotidien rendent parfois les promesses difficiles à tenir, car l'une part en quête de ses origines, l'autre se lance dans le business et le petit dernier de dix ans défend son rituel de la lecture avant le coucher. La belle Leyli mène plusieurs combats de front et rêve du jour où elle pourra enfin poser les armes (trouver un grand appartement, un job sous CDI, de la confiance, de l'amour, du bonheur). C'est auprès de son voisin, Guy, qui affiche sans honte son aversion pour “l'exotisme”, ou Ruben, son nouveau patron déjanté, qu'elle confie son histoire, depuis son enfance à Segou, un petit village près de Bamako, sa brusque cécité, son choix de l'exil et sa rencontre avec une association chargée de venir en aide aux migrants...

Se dresse ainsi un long parcours chaotique, interrompu à plusieurs reprises par l'avancée d'une enquête policière (un type est assassiné dans une chambre d'hôtel, puis un deuxième et ainsi de suite). L'histoire frise parfois la profession de foi, avec une Leyli qui évoque son itinéraire douloureux et son espoir en une vie meilleure. On passe facilement en revue toutes les vicissitudes du système, les flux migratoires, les dérapages politiques, les dénonciations voilées et la misère humaine comme bouc émissaire. J'entends tout ça, mais je ne suis pas emballée, c'est trop lisse et bien-pensant, ancré dans un registre trop d'actualité. L'histoire de Leyli est touchante, les personnages aussi sont attachants, mais disons que la sauce ne prend pas. La lecture est loin d'être aussi captivante que les autres romans de Michel Bussi déjà lus. J'ai été moins tenue en haleine, et même si je n'ai pas vu venir le fameux “twist”, je n'ai pas non plus été abasourdie !

Un rendez-vous de routine, pas mal en attendant mieux la prochaine fois. ☺

 

©2017 Michel Bussi / Presses de la Cité (P)2017 Audiolib

Texte lu par Marie Bouvier. Durée : env. 14 h.

==================================

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24/02/18

À perdre haleine, par Aga Lesiewicz

À PERDRE HALEINEVous allez détester cette héroïne ! 

Anna a trente-cinq ans, célibataire, elle vit seule avec son chien dans un quartier cossu près du parc de Hampstead Heath. Elle travaille dans une société de production, dans un service en pleine restructuration, mais ne craint pas pour son poste de manager. Après une relation de trois ans, elle vient également de rompre avec le charmant James. Parce que, trop charmant.

Anna recherche davantage, elle veut des frissons, de l'interdit, du tabou. Et bingo, un jour en faisant son footing dans le parc, elle croise un très bel homme - du type “Mannequin Dior” - et lui saute dessus pour palper le contenu de son short. No comment. La fois d'après, c'est elle qui se fait prendre contre un arbre. Une partie de jambes en l'air fougueuse et sous l'effet d'une pulsion incontrôlable. Eh ouais. Cela va se reproduire deux, trois fois. Le truc sordide et brutal, qui devient presque un besoin obsessionnel.

Le plus choquant, finalement, c'est qu'en parallèle une série de viols survient dans ce même parc. Puis des crimes. La police enquête, Anna doute mais refuse de lier son Mannequin Dior à cette réalité barbare. Sérieux, je ne compte plus le nombre de fois où j'ai cru halluciner, les yeux ronds comme des billes, en lisant tout ça. Heureusement on a une histoire qui tient la route et qui se ponctue de rebondissements inattendus. Du coup j'ai tourné les pages à toute vitesse, comme sous hypnose, tant je voulais découvrir le pot aux roses.

Il y a certes de nombreuses pistes envisagées, toutes empruntées en songeant que c'était plié, et puis... et puis... Franchement, c'est bien ficelé et assez redoutable comme lecture, même si l'héroïne n'agit pas toujours de façon cohérente et est assez imbue d'elle-même. J'avoue avoir été prise dans l'engrenage et embobinée royalement. J'ai également beaucoup aimé la totale immersion dans la vie londonienne à travers le quotidien d'une trentenaire au confort matériel indiscutable.

Au final, le roman inspire un certain malaise, qui s'oublie vite par son suspense efficace.

Belfond Noir, 2017 - Traduit de l'anglais par Claire-Marie Clévy

==================================================

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23/02/18

Solomon Creed : La route de Redemption, de Simon Toyne

SOLOMON CREEDEn plein désert de l'Arizona, un avion se crashe, provoquant un incendie, lequel se propage jusqu'à la ville de Redemption, dont les habitants sont tous réunis autour du cercueil de James Coronado.

De cet enfer, surgit la silhouette de Solomon Creed, du moins le suppose-t-on, car l'individu est amnésique. Un nom apparaît à l'intérieur de son costume, puis des bribes de souvenirs lui font penser qu'il doit sauver un type déjà mort. La police locale est perplexe, par contre les narcotrafiquants ruent dans les brancards. Et blablabla. 

J'admets avoir été attirée par les promesses d'une ambiance western, d'où mon étonnement de trouver un roman d'action impliquant un ersatz de Jack Reacher et Jason Bourne réunis dans une course contre-la-montre assez explosive !

Je n'ai toutefois pas été médusée par ce qui découle des 500 pages de ce gros roman. On ressent tout de même une forte inspiration cinématographique, car plus je tournais les pages et plus je voyais les images d'un film défiler sous mes yeux. C'est, ma foi, distrayant mais également prévisible et banal comme ligne conductrice. À réserver sur un transat ou pour caler des heures creuses d'un trajet quelconque.

Presses de la Cité, 2017 - Traduit de l'anglais par Jacques Martinache

 

Roma, de Mirko Zilahy

RomaCe thriller glaçant et implacable de Mirko Zilahy ne fait pas dans la dentelle et appuie bien là où ça fait mal pour chahuter son lecteur. Avant tout ordinaire, l'histoire déploie son arsenal de détails immondes pour impliquer son auditoire avide de sensations.

Rincées par une météo déplorable, les rues de Rome sont aussi le théâtre de crimes atroces, où surgissent des corps mutilés, sans lien apparent. Le commissaire Enrico Mancini n'y prête guère une oreille attentive, n'étant pas au mieux de sa forme depuis le décès de son épouse, emportée par un cancer foudroyant. Il cherche avant tout à se consacrer à l'affaire d'un oncologue disparu, le même ayant traité sa femme. Mais les victimes s'accumulant, notre inspecteur n'a plus trop le choix de diriger son équipe sur les traces d'un vraisemblable serial killer.

Si on recherche à tout prix du glauque et de l'innommable, le roman procure quelques séquences choc pour marquer le coup. À part ça, le fond demeure assez simple et convenu. Donato Carrisi y apporte certes son parrainage, mais la lecture n'en reste pas moins classique, au suspense frelaté et où la recherche excessive du sensationnel prend trop le pas sur une construction plus subtile et aboutie. 

On referme le livre en ressentant néanmoins un profond malaise, suite aux indices sournois distillés au fil des pages.

 

Presses de la Cité, coll. Sang d'Encre, 2017 - Traduit de l'italien par Marianne Faurobert

====================================================================