12/01/17

Y'a pas de héros dans ma famille ! de Jo Witek

“Avant, je pensais que les enfants du monde entier étaient comme moi. Des mini-humains qui deux fois par jour et cinq jours par semaine passent la frontière d'un pays à l'autre, le cartable sur le dos et le sourire en bandoulière. Avant, ma vie gambadait légèrement entre le monde de l'école et celui de la maison. J'étais heureux dans mes deux pays bien distincts avec des gens différents, des styles différents, une cuisine et une langue particulières.”

Y a pas de héros dans ma familleLa vie de Maurice Dambek a toujours été compartimentée de la sorte : la vie de famille, nombreuse, bruyante et délurée, dans le quartier des romanichels, et sa vie à l'école, bon chic bon genre, sérieuse et appliquée. Jamais les deux n'entraient en collision... jusqu'au jour où son meilleur ami Hippolyte Castant s'invite chez lui pour travailler leur exposé. D'un simple regard, le château de cartes s'effondre. Maurice mesure sa famille dysfonctionnelle - un papa chineur-ferrailleur, qui travaille au noir, une mère aux jambes trop lourdes, qui fait des crêpes à la centaine, un grand frère qui bichonne sa voiture au bas de l'immeuble, une frangine qui rêve de chanter et un autre frangin tout mou. Le tableau n'est pas folichon. À côté de ça, chez Hippolyte, les murs de la maison sont épinglés de photos de gens illustres, des médecins, des chercheurs, des artistes, bref des héros. Chez Maurice, par contre, il n'y a que des zéros.
Grosse prise de conscience. Le garçon a honte des siens, qu'il considère comme des entités inutiles et déshonorantes. Il encaisse sans mot dire la condescendance de son pote et devient désobligeant avec ses proches. Maurice a le cœur pris en étau, et forcément, ça explose. Branle-bas de combat chez les Dambek qui kidnappent le cadet pour une mise au vert de toute urgence. Direction, la Bretagne. Un retour aux racines pour raconter la famille, l'amour au premier regard, les crêpes, les héros et ceux qui s'ignorent. Au final, la crise du jeune Mo va remettre de l'ordre dans ce joyeux bordel familial. Aussi imparfaite soit-elle, la tribu Dambek n'en demeure pas moins sincère et généreuse. Et puis, “les vrais héros sont ceux que les gens aiment, mais aussi ceux qui savent aimer. Ceux qui rendent les autres plus forts, au lieu de se croire les plus forts”.
Un petit roman délicieux, qui traite des écarts sociaux et culturels dans une société qui parfois oublie l'harmonie, la tolérance et la mixité. Un regard tendre sur une famille déglinguée, mais qui se soigne. Une jolie lecture, légère et rigolote. 

Actes Sud Junior - Janvier 2017
illustration de couverture : Olivier Tallec

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


11/01/17

Le Musée des Monstres, Tome 1 : La tête réduite, de Lauren Oliver & H.C. Chester

Le Musée des MonstresLe Musée des Horreurs et Autres Curiosités de Dumfrey est le lieu des plus incroyables excentricités, imaginez l'homme-éléphant, la plus grosse dame du monde, la femme à barbe, le garçon contorsionniste, les jumelles albinos, le garçon-crocodile, la mentaliste, le magicien, la lanceuse de couteaux... et la tête réduite, tous réunis pour épater la galerie. Ce phénomène de la tête est d'ailleurs le clou du spectacle. Mais lorsque celui-ci vire au chaos - une vieille dame assise au premier rang tombe dans les pommes - le journaliste présent dans la salle s'empare du sujet pour en faire une mauvaise publicité. L'affaire prend un tour sérieux lorsqu'on retrouve le corps de cette vieille dame au pied de son immeuble et qu'on accuse la tête réduite d'être responsable de sa mort. Les affaires de Dumfrey coulent à pic. Pour sauver leur gagne-pain, Sam, Philippa, Thomas et Max, quatre enfants particuliers, décident de mener l'enquête.
Sans surprise, le premier point fort du livre réside dans son esthétisme et les illustrations de Benjamin Lacombe. Un choix indiscutable et pertinent. Le résultat est fabuleux et rend compte d'une ambiance sombre, inquiétante, vraiment captivante. Puis, vient l'histoire se déroulant dans un cadre mythique, celui du musée des monstres, lequel est plongé dans la tourmente et doit se défendre des calomnies qui accablent son intégrité. Même si ce sont quatre mômes qui vont conduire le bal, c'est loin d'être une petite promenade de santé parsemée de quelques séquences saisissantes. Il y a bel et bien de l'action, des meurtres à répétition, des rebondissements et du suspense au  menu. De quoi surprendre et piquer la curiosité à bon escient. Le succès récent des séries comme Miss Peregrine ou Lemony Snicket a permis d'autres lectures du genre de pulluler, dès lors qu'elles combinent l'étrange et le merveilleux, la production se multiplie. Je n'imaginais pas m'immerger aussi pleinement dans cet univers a priori farfelu car je ne supposais pas découvrir une histoire aussi élaborée et astucieuse. Mais la lecture se révèle réellement stupéfiante, capable à la fois de faire rêver, frissonner et tenir en haleine. Un roman riche et bon. 

Hachette Romans - Octobre 2016
Traduction d'Alice Delarbre / Illustrations de Benjamin Lacombe

Titre VO : The Shrunken Head (The Curiosity House #1)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10/01/17

Une histoire de sable, de Benjamin Desmares

Une histoire de sableJeanne accompagne ses parents dans une maison en bord de mer pour y passer les vacances d'hiver dans le froid et la solitude, pendant que son père et sa mère ont le nez collé sur leurs ordinateurs. Jeanne est particulièrement hargneuse, elle déteste tout, du lieu de villégiature à l'ambiance sinistre de cette ville fantôme qui n'a aucun charme. Il n'y a pas âme qui vive aux alentours, à part deux frangins qui traînent devant chez eux et s'amusent à compter les grains de sable. Quel ennui. Et pourtant, Jeanne retourne chaque jour auprès d'eux, Bruno et Alain, qui semblent s'être échappés des années 80. Ils lui ont d'abord tapé dans l'œil en raison de leur look ringard, leur prénom a fini d'interpeller la jeune fille. Mais Jeanne tombe également sous le charme de l'aîné, elle aime être en sa compagnie, parler, rire et oublier ce qui les entoure.  
La promesse d'une histoire pleine de surprises tient évidemment le lecteur en alerte, et l'incite à veiller aux moindres détails. Le dénouement n'est donc plus source de stupéfaction, mais la pirouette n'en est pas moins habile. Rien que l'idée de proposer une intrigue aussi troublante est déjà une réussite. Benjamin Desmares est un auteur doué qui nous emmène, livre après livre, dans des univers inattendus et captivants (cf. Cornichon Jim ou 
Des poings dans le ventre). Chaque histoire se renouvelle avec intelligence. Pour “Une histoire de sable” il est question d'une histoire d'amour insolite, avec une adolescente bougonne, un poil trop grossière à mon goût, perdue au milieu d'une station balnéaire désertifiée, et deux garçons mystérieux, complètement décalés avec notre époque. Cette drôle d'ambiance, à la fois évanescente et hors du temps, n'est pas sans rappeler celle du film Les Autres avec Nicole Kidman - moins pour l'intrigue que pour le décor, les personnages et leurs secrets. C'est à la fois étrange et fascinant, mais la lecture sort franchement de l'ordinaire ! 

Editions du Rouergue - coll. doAdo - Février 2016

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Journal d'une ado vraiment déjantée, de Candy Harper

Journal d'une ado dejanteeÀ l'approche du deuxième trimestre, Victoire rayonne de bonheur : son béguin de toujours, Finn, le beau surfeur, la considère enfin comme une petite copine potentielle. Mais la réalité semble dépasser ses illusions d'une idylle parfaite. Car l'adonis se révèle assez creux, banal et rasoir. Au lieu de reconnaître son échec, Victoire s'accroche à ses folles espérances et se préoccupe des amours de ses copines - Meg, Angharad et Lily. Car la vie de ces jeunes anglaises dépend entièrement de leurs élans du cœur ! Seulement, quand on fréquente une école pour filles, les opportunités pour trouver l'âme sœur ne sont pas courantes. En début d'année, les filles avaient tiré profit de la chorale pour rencontrer Ethan et ses potes. Cette fois, à force de se creuser la cervelle, elles ont décidé de lancer un club de débats.
Il règne ainsi une impression de fourmillement perpétuel dans ce livre. Victoire est le point de concentration de cette effervescence et nous emmène dans sa ronde pour tout ce qui implique ses amies, sa famille et ses copains. Il y a notamment sa relation avec Ethan, pas seulement amicale, mais la demoiselle est obsédée par Finn et refuse de voir les signaux d'alerte. Elle choisit délibérément d'être aveugle et se montre parfois insupportable avec ce garçon adorable. Quelle plaie. Sa famille est toujours aussi folle, sa grand-mère est devenue une accro au portable, son frère lui fait honte constamment et ses parents manquent sérieusement de compassion envers ses drames de collégienne.  
Bref. Il y a de la dérision, de l'humour et du superflu dans cette lecture, riche en crises et autres délires du même bord. C'est léger et distrayant, certes un cran en-dessous du premier volume, cf. Journal d'une ado déjantée. Le ton s'essouffle et manque de mordant, avec une intrigue qui ne casse pas trois pattes à un canard. Je reste toutefois friande des romans de cet acabit et vais de ce pas lire la suite du Grand roman de ma petite vie de l'excellente Susie Morgenstern. 

Albin Michel Jeunesse - Traduction d'Alice Marchand (Septembre 2016)
illustration de couv. : Astrid M

Comparatif des couvertures VO plus déjantées : 

Keep the Faith (Faith, #2)  Leap of Faith

 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09/01/17

Espionnage intime, de Susie Morgenstern

Espionnage intimeCe nouveau roman de la grande Susie Morgenstern est un enchantement de 140 pages, dans lequel on prend part à une vie de famille idéale. Angélique, la narratrice, a quinze ans, un physique de sirène et un béguin aveugle pour Arthur. Elle nous livre sans ambages le menu de son quotidien, auprès de parents ordinaires, de frangins envahissants mais attachants, d'une tante conquérante et d'une grand-mère extravagante. Tout ce petit monde gravite joyeusement autour du même noyau, on aime, on partage, on râle, on s'oppose et on revendique... le droit de ne pas fumer, de soigner son orthographe, de trouver l'amour là où on ne s'y attend pas, de tricher, de conspirer et d'entretenir son jardin secret.
Dans son cahier rose fuchsia, qui lui sert de journal intime, Angélique laisse libre court à son imagination et à sa fureur. Elle a découvert les preuves d'une trahison au cœur du foyer vénéré. Elle sera sans pitié, sans filtre. Ses pensées noir sur blanc ont été profanées, ses secrets divulgés, son intimité mise à nu. Devenue mi-ange mi-démon, Angélique passe maître dans l'art du contre-espionnage avant d'arracher la confession ultime. Face à la tromperie, il y a l'amour. “On fait du mieux qu'on peut.”
La lecture est ainsi un festival de mots, de sons, de sensations. Et j'ai adoré cet exercice. Le portrait trop beau d'une famille quasi parfaite est certes forcé mais cela apporte aussi de la douceur, de la tendresse et de l'exubérance à l'ensemble. Cela fait un bien fou, car j'ai souri tout du long. ☺

L'Ecole des Loisirs - Octobre 2016

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07/01/17

En grève ! de Mathieu Pierloot

en greve

Ils ont seize ans, traînent au lycée en enchaînant les cours sans entrain, sans ambition, avec sans doute la peur du lendemain. Quand, soudain, l'action politique va les sortir de leur torpeur...
Après l'annonce d'un plan de restrictions de postes, les professeurs mécontents se mettent en grève. Les élèves suivent la mobilisation générale et se réunissent tous les matins au café Potemkine pour élaborer leurs plans d'attaque. Alice, la plus acharnée, avale les discours enflammés de Fred. Elle a réussi à entraîner ses camarades, Antoine, Medhi, Hannah, Guillaume et Charlotte. Tous ne partagent pas les mêmes convictions, mais sont animés de la même ferveur, la même candeur, et vivent dans la même attente que leur destin bouge enfin.
Antoine, lui, est mélancolique de son amour perdu, au grand dam de son pote Medhi, qui le pousse à s'oublier dans les bras d'une autre. Adolescent rêveur, un peu rebelle, cultivant des goûts élitistes, pour compenser avec son physique ingrat, le garçon est représentatif de son époque. Éternel insatisfait, allant le nez au vent et les désirs à foison. Leur petite bande est d'ailleurs assez typique des amitiés fusionnelles et exaltées de cette tranche d'âge. J'y ai d'ailleurs énormément retrouvé de souvenirs liés à mes propres années de lycée.
Et rien que pour ça, ce roman est vraiment fort. Emblématique, vibrant, poignant et enivrant. Il évoque parfaitement ce passage délicat entre la sortie de l'adolescence et l'entrée dans l'âge adulte, cette transition riche en rêves impossibles, en passions démesurées et en besoin de changer le monde. Ah, cette fascination pour la révolution... On s'imagine participer à un mouvement en marche et on crâne parce qu'on existe hors du cercle de la famille. 
Que celui qui n'a jamais aspiré aux mêmes délires et aux mêmes tourments sur l'amour, les copains et la politique lève le doigt ! Qu'il se dénonce. Personne ? ... Je souris. Sous le parrainage de Martin Page et Marie Chartres, Mathieu Pierloot nous régale d'un roman simple, attachant, juste et touchant. C'est tout plein d'émotion, d'authenticité et de folie là-dedans. On se sent en terrain conquis. Et c'est tellement bon.  

L'Ecole des Loisirs - août 2016

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Anita Mène l'Enquête : Le parapluie à fleurs, de Norma Huidobro

Anita mène l'enquêteCette charmante petite série nous invite en Argentine, dans le quartier de Barracas, où règne une ambiance paisible et familière. Cette tranquillité est hélas perturbée par une série d'événements inquiétants : une vieille dame inoffensive a été agressée dans la rue, son parapluie lui a été arraché et la maison de ses voisins a été visitée ! Quelle cacophonie en si peu de temps. L'émotion est à son comble et les commerçants s'indignent. 
Dans le salon de coiffure de sa grand-mère, Anita écoute les langues se délier et prend note des cancans qu'elle rapporte ensuite à son meilleur ami Matìas, dont les parents tiennent la rôtisserie (également le lieu incontournable pour se régaler des spécialités locales).
Tandis que l'enquête suit son cours, les deux enfants vont avoir un œil sur la grillée et sur la frite. En gros, ils ne vont pas en perdre une miette et mettre leur grain de sel. Ainsi, ils vont recueillir le précieux témoignage de la victime et retracer chaque minute du crime dans leur carnet à énigmes. 
À force de minutie, ils découvrent qu'un 
objet d'art aztèque a été dérobé au musée... mais doivent maintenant trouver le lien qui expliquerait pourquoi leur vie de quartier n'est plus qu'une pagaille sans fin (reportage tv, panne d'électricité générale...). On entend déjà les petites cellules grises en action ! 
Le suspense est léger mais donne à la lecture tout son charme et son piquant. Je ne doute pas que les plus jeunes apprécieront de suivre les deux détectives amateurs se coller à une enquête pour le moins étrange. Ils vont ensemble la décortiquer, avant de résoudre le mystère en s'inspirant des observations prodiguées au fil des chapitres. C'est là une approche pertinente au genre du roman policier !
Rendez-vous est pris pour un deuxième tome, annoncé en juin 2017, et retrouver avec plaisir Anita, Matìas, le quartier de Barracas et le Choripain ! ☺

Neuf de L'Ecole des Loisirs - Octobre 2016
Illustrations : Charline Collette

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06/01/17

Ne retournez jamais chez une fille du passé, de Nathalie Stragier

Ne retournez jamais chez une fille du passéAprès un premier tome réjouissant, cf. Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous, je n'ai pas attendu pour me plonger dans la suite des aventures de Pénélope, cette jolie nana débarquée de 2187 pour un voyage d'études de trois minutes qui a viré à la catastrophe. Résultat, elle a sacrément chambouler le quotidien d'Andrea, laquelle vit en 2019, ce qui équivaut au Moyen Âge aux yeux de Pénélope, d'où une immersion cocasse et vaudevillesque. 
Cette fois, notre fille du futur est de retour après un an d'absence. Pénélope se languissait de son passage chez Andrea et se faisait du souci pour ses proches. On le sait, l'humanité est menacée par une pandémie grippale qui viserait à éliminer l'espèce masculine. Pénélope et Andrea ont pensé y remédier... et pourtant l'avenir ne paraît pas métamorphosé pour autant. Les deux amies vont néanmoins savourer leurs retrouvailles et inévitablement basculer dans de nouvelles péripéties.
Ce roman n'est finalement pas une redite et se révèle étonnament punchy, drôle et innovant. C'est désormais Pénélope la narratrice de l'histoire, ce qui augure des séquences loufoques comme la scène où elle est censée charmer le comptable de l'école (et le force à danser une valse) ou quand elle se rend en cours de SVT sur la reproduction et s'imagine des travaux pratiques grandeur nature... Il y a plus d'un passage très drôle dans ce livre, car Pénélope a beau faire des efforts pour s'adapter à la vie moyenâgeuse, elle n'en commet pas moins de nombreux impairs ou se trompe sur les interprétations. Autre bouleversement pour notre héroïne, c'est la découverte de l'amour. Eh oui. Pénélope est amoureuse, mais son éducation sentimentale est inexistante, à part la lecture de Flaubert, elle ignore les codes, les modes, les genres. C'est une terre en friche.  
Bref. On se régale toujours autant à lire les heurts et bonheurs de notre tandem insolite. Action, humour, tendresse et émotion sont en nombre. C'est une lecture distrayante et très agréable à suivre. Le troisième tome annoncé est attendu courant avril 2017. Et IL ME TARDE de l'avoir entre les mains car il promet d'être détonant et riche en révélations ! Montez à bord de cette série, elle est à la hauteur des promesses vendues. ☺

Syros - Juin 2016

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05/01/17

Harry Potter et la Coupe de Feu, de J. K. Rowling & Lu par Bernard Giraudeau

Harry Potter CD Coupe de feu

Ce quatrième tome est, d'après l'auteur, le pivot de la série. “Celui où la mort apparaît.” Et effectivement sa lecture nous réserve son lot d'émotions fortes. Les rires font place aux larmes, la tendresse s'incline pour la colère. On en voit de toutes les couleurs et on vit des sensations bigarrées qui nous paraissent si réelles que le retour à la réalité est très troublant. La magie de Poudlard est en place, direction la voie 9¾ pour embarquer à bord de nouvelles aventures !

Celles-ci rivalisent toutes de fascination, de danger, de mystère et d'humour : la Coupe du Monde de Quidditch, le Tournoi des Trois Sorciers, Viktor Krum, Fleur Delacour, Cedric Diggory, le bal de Noël, lSociété d'Aide à la Libération des Elfes, les friandises et les farces des frères Weasley... Harry, Ron et Hermione vont également partager une quatrième année d'études de la sorcellerie en faisant l'apprentissage de l'adolescence. Eh oui. Les enfants grandissent, leurs hormones se réveillent, les garçons et les filles se chamaillent pour des broutilles sans comprendre qu'au fond il est question de jalousie et de premier amour. Cette parenthèse enfantine permet d'adoucir les événements solennels qui s'installent - la compétition féroce du Tournoi, les intrigues à décoder et les pièges à relever au cours d'épreuves exceptionnelles. L'imaginaire enfin s'enflamme et nous transporte dans ce monde magique élaboré avec minutie. Pour la première fois, le film de Mike Newell ne suffit pas à reproduire toute la richesse de l'œuvre, ce n'est guère étonnant au vu des 700 pages du livre, d'où les coupures et les rafistolages pour aller droit au but. Seulement toutes ces petites digressions constituent à leur manière des indices supplémentaires qui rendent les personnages et leurs parcours encore plus bouleversants. La lecture est donc non négligeable puisqu'elle est complémentaire au film. On y ressent, le cœur battant, toute la tension dramatique de l'intrigue, les joies et les pertes, les duperies et les fourberies, les révélations et les actes manqués. On peste contre cette maudite Rita Skeeter qui se répand dans la presse à scandale pour ridiculiser Harry, Hagrid ou même Dumbledore. Mais on sourit aussi, lorsque Ron et Harry se désespèrent de trouver une partenaire pour aller au bal de l'école. Ce quatrième tome est décidément un caméléon - féerique, envoûtant, cocasse et déchirant. Quelle belle aventure ! 

C'est également la dernière participation de Bernard Giraudeau dans le registre de Harry Potter. Décédé en 2010, l'acteur a été remplacé par Dominique Collignon-Maurin mais il aura fallu attendre presque dix ans pour relancer la production audio de la série. Damned.

Traduit par Jean-François Ménard pour Gallimard Jeunesse - Collection: Écoutez lire 
Texte intégral lu par Bernard Giraudeau pour une durée d'écoute d'environ 16 heures
Octobre 2016 pour la présente édition

 

Harry Potter et la Coupe de Feu

Cover Illustrations by Olly Moss © Copyright Pottermore Limited 2015

04/01/17

Chat Noir, Tome 3 : Les sillons du Diable, par Yann Darko

Chat Noir 3

L'heure du dénouement est arrivé. Ce troisième tome de la série Chat Noir renferme bien des surprises, des rebondissements, de l'action et de l'émotion. La lecture ne déçoit pas et les attentes du lecteur sont pleinement comblées. 
Suite aux magouilles de l'Archiduc et du prince Viktar, les villes fortifiées tombent les unes après les autres, sans opposer la moindre résistance. Le pouvoir maléfique des Ratakass anéantit les troupes armées. Face au danger imminent, la reine convoque ses fidèles vassaux pour assurer à Coronora une opposition ferme et farouche. C'est ainsi que le jeune Sasha Kazdhu parcourt le pays avec son simple baluchon pour rejoindre son ami Cagouille et le découvrir en galante compagnie. Celui-ci n'est plus le gueux de service et a pris du galon en batifolant avec la jolie Sibylle Boisjoly, filleule de la Reine ! 
Mais le temps des roucoulades est dépassé pour notre Sasha au cœur brisé par Phélina de Belorgueil. Leurs ennemis font cercle autour de Coronora. Chat Noir est également approché pour conclure une alliance. Son assistance mettra cependant à mal les défenses royales... Le justicier anonyme a agi par faiblesse ou a trahi la couronne, ses actes ont parlé pour lui et sa présence est de nouveau jugée indésirable. C'est d'ailleurs une récurrence dans l'histoire, où l'on suit les personnages flancher puis reprendre de l'élan au gré des aventures mouvementées. J'ai beaucoup aimé ce scénario qui n'est jamais totalement lisse ou prévisible, qui se construit par la force des choses et qui n'épargne pas non plus les acteurs. 
C'est donc une conclusion menée tambour battant, où les coups bas se multiplient, où les échecs s'enchaînent et où les pactes se délient aussi vite qu'ils se nouent. J'ai trouvé à ce final du punch, du rythme et de l'intensité dramatique très efficace. De toute manière, cette série a été pour moi une révélation enthousiasmante car la lecture n'a jamais cessé d'être ingénieuse et débordante d'humour et de mystère. Une belle réussite. ☺

Gallimard Jeunesse - Mai 2016

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,