21/06/21

The play (Briar Université #3), de Elle Kennedy

The playÇa a été un vrai plaisir de lire l'histoire de Demi et Hunter ! Quelle belle complicité - une amitié amoureuse qui se construit doucement et avec le sourire. Franchement, j'ai passé un super moment.

Hunter avait eu le cœur brisé dans The Chase et enchaîné les excès dans The Risk. Dans The Play, c'est un garçon repenti qui prône la chasteté pour se concentrer sur son équipe de hockey. De son côté, Demi est en couple depuis toujours avec Nico.

Elle rencontre Hunter sur les bancs de la fac en devenant son binôme pour un devoir en psychologie. Elle se sent super à l'aise avec lui. Aucun malentendu sexuel ou autre. Leur relation est sans complexe et franchement rigolote.

Mais ça se complique quand Demi réclame son lot de consolation après une grosse désillusion car la tentation de franchir les interdits va devenir de plus en plus irrésistible. Heureusement c'est plutôt cocasse. Hunter se tient à sa ligne de conduite avec un stoïcisme admirable. Demi est en roue libre, carrément sans filtre. (Et que c'est drôle.)

Dans cette série, de toute façon, les filles ont beaucoup de caractère : elles décident qui elles veulent et assument leurs désirs. Les garçons sont également à la hauteur (ouf). Franchement, c'est moderne et sans tabou. Zéro prise de tête. Et j'adore.

©2019 Hugo Publishing pour la traduction française. Traduit de l'anglais par Robyn Stella Bligh (P)2021 Audible Studios

  • Lu par : Vanessa WarmeLionel Monier
  • Série : Briar Université, Volume 3
  • Durée : 10 h 38
  • Bémol (tout petit) sur la voix masculine quand il joue un personnage féminin, sinon c'était top. Très bonne lecture audio. Une série qui se découvre pour le fun & qui se révèle distrayante à souhait.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


18/06/21

Un manoir en Cornouailles, par Eve Chase

Un manoir en CornouaillesEst-ce que je pouvais résister à une lecture se déroulant dans un manoir défraîchi, au fin fond des Cornouailles et abritant une famille brisée par un enchaînement de drames ? Absolument pas.

Je suis également plus que ravie de ma lecture. D'abord, parce que l'histoire est passionnante : construite sur deux époques, brassant les narrations (Amber en 1968 et Lorna trente ans plus tard).

On fait donc connaissance avec l'éblouissante famille Alton en vacances dans leur grandiose demeure : ils sont beaux, insouciants, comblés d'amour. Mais un soir d'orage, le jeune Barney tarde à rentrer à la maison. Sa maman part à cheval le retrouver. Et c'est le drame.

Les enfants ne se remettront jamais de cette soirée. Leur père, brisé par le chagrin, néglige la maison. Les dettes s'accumulent. C'est alors que Caroline Shawcross débarque avec son fils Lucian. Son arrivée va plonger la fratrie dans une grande confusion. L'union sacrée va se déliter et chaucn va chercher à fuir ces lieux frappés d'une terrible malédiction.

Lorsque Lorna découvre Pencraw, trente ans après, au hasard de ses pérégrinations, elle tombe immédiatement sous le charme mais ne soupçonne rien de son passé. La vieille Mrs Alton lui propose alors de séjourner quelques jours, au grand dam de son fiancé qui rentre seul à Londres. L'emprise du manoir sur Lorna est d'ailleurs perturbante car elle lui fait ressentir des émotions inédites mais bouleversantes. Elle aussi va puiser dans ses souvenirs enfouis pour faire ressortir ce qu'elle n'imaginait pas.

Enfin, tout ce que je peux en dire, c'est que le roman est captivant ! L'intrigue est bien ficelée, pas démentielle mais riche en suspense car elle accroche le lecteur du début à la fin. Certaines révélations sont poignantes et parfois attendues. Et ça m'a bien plu ! Je prévois de lire Les Filles du manoir Foxcote (le nouveau roman d'Eve Chase) très prochainement.

©2015 / 2021 Titre original : "Black Rabbit Hall" / NiL éditions, pour la traduction française. Traduit par Aline Oudoul (P)2021 Lizzie, un département d'Univers Poche

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17/06/21

À charge de revanche ! de Sophie Kinsella

À charge de revancheCe n'est pas un secret : j'adore Sophie Kinsella. J'aime beaucoup ses romans qui sont toujours de chouettes comédies truffées de chaleur et d'humour. Mais depuis Ma vie (pas si) parfaite et Surprends-moi !, j'avoue, Queen S. ne fracasse plus le genre. Déçue ? Non. J'espère toujours le miracle. En attendant, je passe aussi des moments plutôt cool. Dans ce roman, on tombe sur une histoire de famille proche du chaos.

Fixie Farr doit s'accorder avec son frère Jack et sa sœur Nicole pour tenir la boutique à flot, suite au malaise de leur maman (qui part en convalescence dans le sud de l'Europe). Or le business est fragile et chaque membre a une vision de développement très disparate - l'un vise une clientèle huppée et prévoit des articles hors de prix tandis que l'autre programme des séances de yoga en alimentant son compte Instagram. Au milieu, Fixie défend l'idée d'entretenir l'héritage de leur père décédé mais se heurte à des murailles infranchissables.

La tension va donc vite grimper dans les tours, d'autant que de vieilles rancunes remontent à la surface. Ajoutez également un ex qui fait un retour en fanfare (son béguin d'adolescence) et un inconnu qui lui doit une fière chandelle après avoir sauvé son ordinateur du déluge. Là, je suis au regret de dénoncer ce casting masculin très décevant. Entre Ryan et Sebastian, clairement, mon cœur n'a pas bondi hors de ma poitrine. J'ai été très, très déçue. Et puis Fixie aussi a tué le mythe de l'héroïne pétillante et fantasque. Elle est passive et crédule. Bouh. Quelle déconvenue.

Au final, la lecture est un peu inégale : trop d'éléments conformistes, manque de peps, clichés et personnages fadasses. Et pourtant, je dis amen car les romans de Queen S. possèdent une aura indescriptible à laquelle je suis hyper sensible. Moi, j'aime son humour, ses valeurs et ses messages positifs. Ça me suffit. Maintenant, je dois reconnaître qu'elle fait davantage du Madeleine Wickham que du Sophie Kinsella. Still the same old story.

©2020 Belfond, pour la traduction française. Traduit par Daphné Bernard (P)2021 Lizzie, un département d'Univers Poche

  • Lu par : Claire Tefnin
  • Durée : 11 h 50
  • Excellente lecture audio ! Une performance entraînante et juste.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14/06/21

Les deux vies de Lydia Bird, de Josie Silver

Les deux vies de Lydia Bird audibleLydia et Freddie. Plus de dix ans d'amour, auquel un terrible accident met brutalement fin.

Face au vide, à l'absence, Lydia se laisse sombrer, incapable de poursuivre le fil de sa vie. Jusqu'au jour où elle accepte d'avaler un médicament pour dormir et le miracle se produit : elle se réveille au côté de Freddie, bien vivant.

Alors, Lydia se met à vivre pour ses nuits. Chaque soir, elle avale un cachet et vole quelques heures, des morceaux de la vie qui aurait dû être la sienne. Et chaque jour elle s'éloigne un peu plus du monde des vivants.

⭐⭐⭐⭐

Encore une bonne pioche avec ce roman de Josie Silver !

Au départ j'étais plutôt méfiante comme je sortais d'une autre histoire de deuil avec le roman d'Anna McPartlin, Mon midi, mon minuit que j'avais adoré. Et puis le concept de vie parallèle me laissait perplexe.

Mais finalement, ce n'est pas du tout perturbant.

Au bout de quelques pages, on comprend que c'est aussi une forme de thérapie pour l'héroïne qui vient de perdre son fiancé et qui peine à remonter la pente. Ce n'est donc pas seulement une échappatoire ou un délire de la quatrième dimension (le phénomène survient lorsqu'elle prend des comprimés pour dormir).

De plus, le roman s'applique à montrer la détresse, les angoisses et l'espoir dans cette épreuve. Accepter la perte. Pour Lydia, l'objectif semble insurmontable. Elle peut toutefois compter sur des soutiens fidèles, une famille en or (sa mère et sa sœur), des collègues très drôles et un meilleur ami qui comprend ce qu'elle traverse.

Tout ça mis bout à bout donne un roman joyeux et bienfaisant ! Eh oui, contre toute attente, il n'y a aucune once de tristesse, mais un travail d'acceptation et de rétablissement fort bien mis en scène. Résultat, j'ai été portée par le courant : simple et évident.

Sinon j'ai découvert ce roman en format audio - lu par la talentueuse Alysson Paradis - son interprétation est pleine de sensibilité et de force. On vit à fond le tumulte de Lydia. C'était génial. J'ai beaucoup aimé.

©2021 Leduc.s (P)2021 Audible Studios

  • Lu par : Alysson Paradis
  • Durée : 9 h 42
  • Un roman puissant et bouleversant sur les choix que la vie nous offre.

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Le Secret de Pembrooke Park, de Julie Klassen

Le Secret de Pembrooke ParkPour sauver sa famille proche de la ruine, Abigail convainc son père d'accepter la proposition de louer une vieille maison abandonnée en rase campagne. Les clauses du contrat sont certes énigmatiques mais les Foster n'ont plus le choix.

Pembrooke Park s'offre comme un nouveau départ.

Sur place, Abigail est très sensible au charme des lieux et néanmoins perplexe. Il semble évident qu'un mystère entoure le domaine (et ce ne sont pas les nombreuses rumeurs qui vont la rassurer). On parle de trésor caché et de meurtre mais aussi de fantôme et de vengeance.

Abigail se tourne alors vers son proche voisinage - la famille Chapman connaît la maison comme sa poche. De plus, William (le fils) se montre particulièrement prévenant.

Si les débuts du roman m'ont immédiatement captivée, avec son ambiance à la Jane Eyre, son décor romantique et ses secrets de famille, j'ai hélas déchanté au fil des (longues, très longues) 680 pages.

Pourtant la mise en place était parfaite : l'héroïne est réveillée chaque nuit par des bruits étranges, elle reçoit au courrier des pages tirées d'un journal intime et elle sent une présence spectrale dans le jardin. Que dire aussi de son entourage trop parfait pour être sincère ?

Mais j'ai été moins emballée par le rythme (traînant) et les rebondissements (moins attendus). Pour moi : c'est une petite déception.

Milady, 2015 - Traduit par Agnès Jaubert

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Blackmoore, de Julianne Donaldson

En toute franchise, ce roman n'est pas sans défaut. Mais je m'en moque : j'ai adoré le héros. 🥰

BlackmoorePour échapper aux nombreux scandales occasionnés par sa famille, Kitty a décidé de partir aux Indes en compagnie de sa tante célibataire. Avant ça, elle souhaite se rendre à Blackmoore, la demeure familiale de son meilleur ami Henry, et doit répondre à trois demandes en mariage pour décrocher la bénédiction de sa mère (une horrible croqueuse de dots). Malheureusement, Kitty est trop impatiente de débarrasser le plancher pour réfléchir aux conséquences d'un tel engagement.

Sur place, la situation va effectivement aller de mal en pis. Les Delafield lui réservent un accueil désobligeant. Sa présence est loin de faire l'unanimité, surtout que la fiancée de Henry vient également de prendre ses quartiers d'été. Or ce dernier est un modèle de dévouement, de loyauté et d'abnégation. Il est en admiration devant Kitty depuis des années (amoureux secret ? chut !). Leur relation amicale, complice et attachante, est franchement extraordinaire.

Pourtant, Kitty a juré qu'elle ne se marierait jamais. Elle ne veut pas ressembler à sa famille. Elle refuse de céder aux élans amoureux. Et elle tient absolument à quitter le pays. Henry est prêt à tout pour la soutenir ou répondre à ses projets insensés. C'est d'ailleurs lui qui devra lui faire ses trois demandes en mariage ! En contrepartie, Kitty accepte de lui livrer trois de ses secrets les plus intimes.

Le romantisme ne vous effraie pas ? La douceur, la tendresse, l'émotion pure ? Foncez. Ce roman est juste bouleversant. Et puis, Henry Delafield est parfait. Il fera battre votre cœur à une cadence infernale. Promis. Autre bon point : le charme des lieux, la campagne verdoyante, les landes sauvages, le chant des oiseaux, l'ambiance hors du commun. Tout simplement splendide !

Seul bémol : la surdose des drames et des malheurs qui s'abattent sur notre héroïne. Au départ, il me semblait que Kitty était une jeune femme indépendante et sûre d'elle. Avec son enthousiasme communicatif, sa propension à rêver et s'éblouir, elle semblait incarner la fraîcheur et la fougue de la jeunesse. Mais le sort s'acharne sur elle. Les gens la méprisent. Et elle doit sans cesse lutter contre les préjugés. Sans compter sa famille... SOUPIRE.

À part ça, cette lecture est formidable. Toile de fond captivante et follement romanesque. J'avais des centaines d'étoiles dans les yeux dès que les amis d'enfance se retrouvaient. Même le final m'a fait glousser niaisement. C'est peu de dire que ce livre a enflammé ma raison ! ❤️‍🔥

Milady romance, 2015 - Traduit par Alix Paupy

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13/06/21

L’Été du cyclone, de Beatriz Williams

L’Été du cycloneSi vous aimez les histoires d'amitié, d'amour et de trahison, prenez place car cette lecture va vous réserver une belle tranche d'intrigue dramatique (et néanmoins captivante) !

Tout commence en 1931. Lily et Budgie sont étudiantes et amies d'enfance lorsqu'elles rencontrent deux beaux sportifs, Graham et Nick. Ce dernier tombe immédiatement sous le charme de la douce et très discrète Lily. Le coup de foudre est réciproque. Leur liaison doit cependant demeurer secrète, en raison du qu'en-dira-t-on.

Lorsqu'on les retrouve quelques années plus tard, en 1938, Lily est en vacances dans la maison de famille à Seaview. Elle est célibataire, veille sur sa sœur de six ans et retrouve pour la première fois Budgie... qui vient d'épouser Nick. 😲

Oui, j'avoue, l'histoire peut parfois sonner creuse et téléphonée, mais qu'importe : j'ai été envoûtée par l'ambiance. Charme vintage à fond. Des décors de rêve, soleil et plage, insouciance estivale. Des jeunes gens désœuvrés fument et boivent du champagne pour occuper leur temps.

Qu'on ne s'y trompe pas, non plus, il règne comme une impression de calme avant la tempête dans ce théâtre à ciel ouvert. Certes, le dénouement m'a parfois fait froncer les sourcils mais cela ne gâte nullement mon excellente appréciation.

C'était un voyage incroyable, tout en élan enflammé et souffle romanesque. J'ai beaucoup aimé. 💛

Belfond, 2015 - Traduit par Julia Taylor

Titre VO : A Hundred Summers

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/06/21

Meurtre et séduction (Les Enquêtes de Lady Rose #1), de M. C. Beaton

Meurtre et séductionQuelle charmante lecture !

On est encore dans du bon cosy crime, agréable et entraînant à lire. Aucun souci là-dessus. L'histoire se déroule en pleine époque édouardienne et l'héroïne, qui appartient à la bonne société anglaise, rêve de briser ses chaînes mais avec la pleine conscience de son devoir filial à honorer.

Elle a notamment échappé à un scandale grâce à un capitaine chargé par ses parents de démasquer les intentions, louables ou pas, du jeune homme qui la courtisait.

Mais suite à cette affaire, lady Rose a une dent contre « son sauveur » Harry Cathcart qui continuera de croiser son chemin dans leur cercle de privilégiés. Ils vont d'ailleurs bosser sur la même enquête après la mort suspecte d'un convive lors d'une réception à laquelle ils participaient.

Premier bon point : le duo sans équivoque. Lady Rose est vive et surprenante. Le capitaine Cathcart est devenu détective pour compenser sa petite pension militaire. Il n'y a aucune ambiguïté amoureuse dans leur relation mais plutôt de la pudeur, un peu d'embarras et parfois de l'hostilité.

Ensuite, vient l'ambiance du roman : d'un côté la bonne société anglaise, avec ses codes et ses carcans, de l'autre la domesticité et les inégalités sociales, non loin on assiste aux premiers battements des suffragettes. Tout un monde en ébullition et porteur de promesses. J'ai été transportée, complètement. On trouve dans cette nouvelle série de MC Beaton de la légèreté, de l'élégance et des personnages attachants avec qui ce sera un plaisir de partager les aventures.

En attendant, pour une entrée en matière, c'est très bon. Comme pour Agatha Raisin & Hamish Macbeth, j'ai opté pour le format audio et je ne regrette absolument pas. C'est frais, drôle et d'humeur folâtre. Un pur bonheur.

©2003 / 2021 pour la traduction / Editions Albin Michel (P)2021 Audiolib

⭐⭐⭐⭐ 

10/06/21

La Commode aux tiroirs de couleurs, par Olivia Ruiz

La Commode aux tiroirs de couleurJe ne peux résister aux histoires de famille qui figurent au centre des romans. Cette fois encore, il est question d'un héritage chargé de mystère et d'émotion autour d'une commode ayant appartenu à la grand-mère.

Après son décès, le meuble est légué à la narratrice qui s'enferme toute une nuit pour ouvrir ces fameux tiroirs de couleurs (qui ont nourri ses rêves de petite fille) et qui vont ainsi révéler des pans entiers du passé de son Abuela.

C'est aussi, et surtout, une histoire qui court sur quatre générations de femmes (persécutées par la dictature franquiste ayant entraîné drames en cascade), de leurs origines espagnoles, de leurs amours et de leurs choix de vie. On apprend beaucoup, chaque histoire étant empreinte de force et de sacrifice, mais leur évocation est inestimable, avec une conclusion éclatante : il faut tout accepter, ne pas juger.

J'ai choisi de découvrir ce roman en format audio car il est lu par Olivia Ruiz elle-même. Et je dois dire qu'elle excelle dans le rôle de lectrice ! C'était poignant et piquant de l'écouter. Si son histoire au style pétillant est profonde et agréable à suivre, elle n'est sans doute pas fondamentalement mémorable non plus. Mais l'exercice de style est une franche réussite - bravo !

©2020 Olivia Ruiz (P)2021 Audiolib

  • Lu par : Olivia Ruiz
  • Durée : 4 h env.
  • La Commode aux tiroirs de couleurs signe l'entrée en littérature d'Olivia Ruiz, conteuse hors pair, qui entremêle tragédies familiales et tourments de l'Histoire pour nous offrir une fresque romanesque flamboyante sur l'exil.

    Chanteuse et artiste multi-facettes, Olivia Ruiz offre une lecture intimiste agrémentée de virgules musicales originales créées avec David Hadjadj, comme un cadeau offert à son public.

⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

La chanson de nos souvenirs, par Emma Cooper

La chanson de nos souvenirsAlerte lacrymale ! Ce roman est juste bouleversant.

Melody King élève seule ses deux enfants, Flynn et Rose, et n'a aucune nouvelle de leur père. Le quotidien n'est pas rose, la maman joint difficilement les deux bouts. Comble de tout, dès qu'elle est angoissée, elle se met à chanter et à danser de manière compulsive.

En fait, on comprend que c'est une conséquence de sa chute sur la tête, après avoir glissé sur une plaque de verglas. On découvre aussi que le papa a disparu après un accident de voiture, dans lequel son fils a été blessé et marqué par des cicatrices au visage. On remarque surtout que Rose recherche secrètement ce père supposé mort.

Au final, l'histoire est un tourbillon d'émotions : on passe du rire aux larmes en un battement de cils. C'est fou. Mais cette histoire nous laisse essentiellement voir une famille qui s'accroche et qui lutte même quand tout fout le camp. Il y a des passages terribles, d'autres moments touchants et drôles. Et pourtant, on se surprend à suivre les King en serrant fort son poing contre son cœur. On a tellement envie qu'ils s'en sortent, qu'ils connaissent un peu de paix et de lumière.

Forcément, la fin du roman est déchirante. Mais que de chaleur et de tendresse dans ce portrait de famille ! Le récit est également parsemé de musique, tout du long, j'avais aussi envie de chantonner ou de bouger mon corps. Loin de toute tragédie, cela s'entend.

♪♫ Il bet you look good on the dancefloor ♫♪ Et mon cœur a fait boum !

éditions Mazarine / librairie Fayard (2021) - Traduit de l’anglais par Dominique Haas

⭐⭐⭐

La playlist des musiques citées dans le livre ♥

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,