12/09/17

Pax et le petit soldat, de Sara Pennypacker

Pax et le petit soldat

Peter vit seul avec son père, depuis l'accident mortel de sa mère. Enfermé dans sa douleur et sa colère, le garçon a trouvé du réconfort auprès d'un jeune renard, qui grelottait de froid et de faim dans son terrier. L'enfant et l'animal ont aussitôt développé une connivence rare et sont devenus inséparables. Le père de Peter a consenti à cette amitié hors norme, précisant cependant qu'un jour viendrait où il faudrait rendre sa liberté au renard.
À l'annonce d'une guerre imminente, le père de Peter prévient qu'il doit partir chez son grand-père, et donc abandonner son renard. La séparation dans les bois est déchirante. Peter est inconsolable et décide de fuguer pour retrouver son animal.
Un long chemin semé d'embûches va attendre le garçon, qui va se blesser et être obligé de se réfugier dans une ferme en rongeant son frein. De son côté, Pax est lui aussi livré à lui-même. Seul, dans un environnement sauvage qu'il découvre avec brutalité, il fait face à d'autres renards qui le rejettent car “il sent l'humain”.
Dès lors, Peter et Pax n'auront de cesse de s'accrocher à cet espoir insensé de leurs retrouvailles. Leur ténacité force l'admiration, car tous deux vont être mis à l'épreuve et endurer leur bravoure et leur loyauté au gré de leurs périples. C'est en parallèle qu'on suit leurs parcours et leurs tentatives de survie, dans un monde secoué par la guerre, la violence et la destruction. Les ravages sont énormes, mais c'est avec intelligence et pudeur que l'auteur en fait étalage.
En effet, le roman dénonce avec tact et subtilité les dommages qu'entraînent les conflits armés et leur impact sur les plus vulnérables. C'est une histoire à la fois poignante, pleine de fureur, et en même temps d'une grande beauté dans sa description du lien unique qui rattache Peter et Pax.
Une jolie lecture, qui ravit aussi les yeux avec les illustrations raffinées de Jon Klassen.
Un roman triste, doux, sensible et bouleversant.
Une petite bulle hors du temps. 

Gallimard Jeunesse, 2017 - Illustré par JON KLASSEN - Traduit par Faustina Fiore

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


11/09/17

Robot sauvage, de Peter Brown.

Robot sauvageUn cargo fait naufrage au large d'une île, crachant dans l'océan sa cargaison de caisses en bois. Toutes vont voler en éclats contre les rochers, à l'exception d'une seule. À l'intérieur, se trouve un robot indemne que des loutres curieuses vont initialiser en appuyant sur le bouton derrière la bête. Rozzoum unité 7134, alias Roz, prend vie, étincelante sous le soleil. Et les loutres prennent la poudre d'escampette en poussant des cris d'horreur.
La rumeur court aussitôt dans toute l'île qu'un monstre vient de faire son apparition ! Deux jeunes ours vont la pourchasser, un rouge-gorge va la bombarder de fientes et la sève de pin va achever d'éteindre son lustre. Roz demeure stoïque et comprend qu'elle doit se fondre dans le décor pour sa survie. Elle se met ainsi à observer les autres animaux, copie leurs habitudes, apprend leur langage et apporte timidement son aide - quand ils daigneront enfin lui accorder sa confiance.
Consécration ultime, Roz va s'initier au rôle de maman en adoptant un oison orphelin !

J'étais loin de m'imaginer à quel point les aventures de Roz allaient m'enchanter. D'où le bonheur de plonger dans cette lecture merveilleuse et captivante.
Roz est une héroïne hors du commun - un robot, pensez donc. Avec son esprit pragmatique et son absence d'émotion, elle se révèle bien plus attachante et inspire une réelle empathie à travers ses efforts et ses tentatives d'adaptation dans un monde hostile. C'est sa simplicité et sa sincérité qui la feront gravir les échelons, c'est aussi son don inné à aider les autres qui rendront son apprentissage de vie aussi émouvant.
J'ai été clairement enchantée par cette histoire, qui parle d'amitié, d'entraide et de nature sauvage à préserver parmi le chaos général. Une vraie bonne surprise et une très belle rencontre. 

Je recommande ! ♥

Gallimard Jeunesse, 2017 - Trad. Alice Marchand - Illus. Peter Brown

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Ma vie sens dessus dessous, de S.E. Durrant

ma vie sens

Baladés depuis des années dans des foyers d'accueil, Ira et son frère Zac sont finalement envoyés à Skilly House, une austère maison tenue par Mrs Clanks, dans l'attente d'être adoptés ou de retrouver leur mère. Ils n'ont aucun souvenir de celle-ci, mais possèdent une précieuse photo les montrant en train de jouer avec un chien. Un souvenir très flou pour la fillette de neuf ans et le garçon de sept ans.
Leur vie à Skilly n'est ni remarquable ni tragique. Chouchoutés par Hortense, la cuisinière, et Silas, le jardinier, les enfants grandissent avec ce sentiment de ne pas appartenir au monde et de ne pas être aimés. La souffrance est grande, mais Ira refuse de s'apitoyer sur son sort, trop soucieuse du bien-être de son frère.
Car Zac occupe toutes ses pensées - lui, le môme turbulent et renfrogné, qui n'accorde aucune confiance aux adultes, est en fait un petit garçon hyper sensible et désespéré. À trop vouloir le protéger, Ira oublie de penser à ses rêves et d'espérer qu'ils se réalisent. C'est en rencontrant Martha, une solitaire coincée dans sa grande maison à la campagne, qu'elle prendra la mesure de son talent pour les dessins et la peinture. Jusqu'à présent, seule son amie imaginaire, Glenda Hyancinthe, était sa correspondante de cœur et la dépositaire de ses petits secrets...

En ouvrant ce roman, vous aurez donc la surprise de plonger dans un univers fabuleux et poétique, où tout est beau, doux, touchant et attachant. La plume de la jeune Ira vous transperce, ses mots vous envahissent la tête et son histoire vous obsède. C'est une lecture miraculeuse, pour la tendresse et la sensibilité qu'elle dégage. Pour l'espoir qu'elle incarne. Ce sont 215 pages d'une rencontre bouleversante et ensorcelante. J'ai tout simplement adoré. Et c'est avec le regret de quitter le monde d'Ira beaucoup trop tôt que j'ai refermé le livre

Je recommande fort, fort, fort.  ♥

Gallimard Jeunesse, 2017 - Trad. Marie Leymarie - Ill. Kathie Harnett

 

sensdessus

 

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/09/17

Te laisser partir, de Clare Mackintosh

TE LAISSER PARTIRJacob, un môme de cinq ans, est fauché un soir de pluie par une voiture, qui prend aussitôt la fuite. La mère est brisée, la presse crie au scandale, la police lance de nombreux appels à témoins, et malgré tous leurs efforts, l'enquête stagne. Pour le capitaine Ray Stevens et sa jeune collègue Kate, la frustration est énorme au moment de se résoudre à classer l'affaire sans suite. Pour Jenna, une artiste locale, l'existence aussi a été impactée par ce drame. Bouleversée et en pleine tourmente émotionnelle, la jeune femme part recommencer sa vie au Pays de Galles, en louant un petit cottage abandonné, proche de la mer. Jenna est secrète, mais a besoin de retrouver calme, paix et sérénité. Dans ce trou paumé, sa retraite semble parfaitement indiquée et bénéfique. 

Ce qui est intéressant dans cette lecture, c'est son calme imperturbable à nous raconter les vies des uns et des autres - entre Jenna, en pleine remise en question personnelle, le capitaine Ray, qui néglige sa famille et ne la comprend plus, et enfin Kate, jeune, libre et sans attache... On sent le drame qui s'infiltre partout, entre les lignes, et qui connote le roman d'une ambiance bien lourde et poignante. 
Au départ, j'ai trouvé que cela fonctionnait très bien et n'ai d'ailleurs pas vu venir le coup de bâton qui clôt la première partie. Stupeur et tremblements. C'était tout moi. Seulement voilà, après ça, j'ai été déçue par le nouveau tournant de l'histoire, par le rapport de force inégal et branlant. J'ai très vite senti l'arnaque, d'où mon agacement à participer à cette mascarade.
L'enquête aussi a pris mauvaise tournure, entre les négligences et les énormités, j'ai trouvé son déroulement incongru. Par contre, on découvre un autre aspect du travail de la police et on se rend compte que rien n'est jamais providentiel, que les inspecteurs sont des types ordinaires, et que la vie ne ressemble pas à une série tv.
OK pour la forme, mais j'ai été peu surprise par ma lecture, finalement peu audacieuse et trop convenue. L'ensemble est bancal, malgré une prestation audio de bonne qualité - Joséphine de Renesse est touchante, Philippe Résimont fait carrément flipper (mais n'est pas à l'aise avec les voix féminines). 
Si ce n'avait été pour son format audio, littéralement happant, j'aurais probablement mis de côté les 450 pages du roman. Un buzz littéraire moyennement justifié, pour ma part. :/

©2014 Clare Mackintosh / Publié pour la première fois au Royaume-Uni, sous le titre "I Let You Go", par Sphere, un département de Little, Brown / Hachette Livre (Marabout) pour la traduction française

(P)2017 Audiolib, Texte lu par Joséphine de Renesse & Philippe Résimont (durée : 11h 35)

08/09/17

Dans l'ombre (Trilogie des ombres T.1), d'Arnaldur Indridason

Dans l'ombre

Un représentant de commerce a été froidement exécuté dans son appartement - fait troublant, la balle provenait d'un revolver de l'armée américaine. Flovent, de la police criminelle islandaise, se voit aussitôt assisté d'un représentant de la police militaire, en la personne de Thorson. Bien qu'étant natif du Canada, ce dernier a des origines islandaises et parle couramment la langue. C'est tout naturellement qu'il est devenu l'interprète auprès des Britanniques, puis des Américains, depuis l'occupation de leurs troupes sur l'île. L'histoire se passe en 1941. La guerre gronde en Europe, tandis qu'un climat de suspicion règne sur cette contrée à la limite du cercle polaire. La victime supposée, un certain Felix Lunden, attire l'attention des enquêteurs du fait de ses origines allemandes et des rapports étroits entretenus par sa famille et les mouvements nationalistes. Flovent et Thorson doivent également cerner la signification d'un autre indice relevé sur la scène du crime, puisque la victime portait sur le front une croix gammée gribouillée avec son sang.

Voilà qui embrouille copieusement enquêteurs et enquête, laquelle se nourrit de nombreux rebondissements et donne à lire un scénario moins prévisible. Certes, la conduite est classique, le rythme tranquille et linéaire, les personnages aussi s'avèrent assez lisses, mais l'ensemble peut surprendre et s'écoute surtout avec grand intérêt. J'avais cru percevoir de la déception chez les fidèles du commissaire Erlendur, d'où mon appréhension avant de m'y lancer, et au final j'ai été personnellement conquise. J'ai beaucoup aimé le contexte historique - les projecteurs sont braqués sur ce caillou volcanique occupé par les troupes des alliés, on y découvre une cohabitation tendue, entre des islandaises en pleine émancipation et des pêcheurs qui font mauvaise figure, les baraquements militaires ne désemplissent pas, et le contre-espionnage ne chôme pas non plus. Les deux enquêteurs vont certainement apporter davantage à cette trilogie, n'esquissant pour l'heure que de vagues zones d'ombre, laissant apparaître quelques failles, l'auteur aura donc beau jeu de s'y faufiler ! Une lecture qui s'annonce pleine de promesses en devenir. Un bon rendez-vous qui n'a pas à rougir de ses choix ni de son apparente simplicité. 

Très bonne lecture de Philippe Résimont. 

©2015 / 2017 Arnaldur Indridason / Publié avec l'accord de Forlagið / Éditions Métailié, Paris, pour la traduction française par Eric Boury

(P)2017 Audiolib, Texte lu par Philippe Résimont (durée : 9h 03)

TOME 2 À PARAÎTRE EN OCTOBRE 2017 CHEZ MÉTAILIÉ - LA FEMME DE L'OMBRE


07/09/17

Rester groupés (Anne Capestan 2), de Sophie Hénaff

Rester groupésOn se croirait presque dans un Agatha Christie, rappelez-vous Un meurtre sera commis le... En effet, dans le roman de Sophie Hénaff, des individus sont informés de leur date de décès et succombent le jour dit, incapables de conjurer le mauvais sort. Le criminel court toujours et la police, sans indice, fait grise mine. Aussi, c'est à la nouvelle brigade d'Anne Capestan qu'est confiée cette patate chaude, d'autant plus que l'une des victimes n'est autre que son ex beau-père ! Pour nos Poulets grillés, l'enquête requiert la même vigilance qu'un dossier lambda, même si elle est conduite avec ce grain de fantaisie caractéristique à nos joyeux trublions. Deux nouvelles recrues ont néanmoins rejoint leurs rangs - un jeune freluquet qui se prend pour D'Artagnan et un rat aux crocs acérés, qui viendra à leur rescousse lors d'une rixe contre des hooligans. L'ambiance promet encore d'être loufoque et mouvementée, ce qui régale la lectrice sensible au burlesque que je suis. Car ce roman s'inscrit dans la lignée du précédent et nous ressert la recette du succès. Pourquoi changer une équipe gagnante ? D'où nos détectives excentriques, leurs méthodes non-conformistes, leurs traits d'humour et d'esprit à démêler des nœuds improbables. Il ne faudrait, en effet, pas se leurrer sur notre brigade de laissés-pour-compte, qui déjouent les pronostics et dépatouillent des enquêtes complexes, mais qui s'attirent aussi les foudres de leurs détracteurs à force de sortir des clous. Entre cas de conscience, vie privée versus carrière professionnelle, soupçon de corruption... Anne Capestan et ses Poulets grillés vont enfourcher leur cheval de bataille ! Ceci pour dire que la lecture n'est pas seulement insolite ou superficielle, c'est certes un rendez-vous plein de fraîcheur, d'humour et de plaisir, mais l'histoire ne manque ni de cohérence ni de consistance. Cette série ne cesse de me réjouir, à quand la suite ?

>>  Livre audio en exclusivité sur Audible & uniquement disponible en téléchargement.

©2016 Albin Michel (P)2017 Audible Studios. Texte lu par Christine Braconnier (durée : 7h 24)

      Rester groupés (Anne Capestan 2) | Livre audio

 

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06/09/17

Leona #2 La fin justifie les moyens, de Jenny Rogneby

LEONA 2Six mois ont passé depuis l'affaire des braquages à la fillette (cf. Leona #1), l'inspectrice Leona Lindberg suit une thérapie qu'elle fausse sur toute la ligne car elle a encore beaucoup de secrets à préserver. Financièrement, elle est toujours dans la panade et doit de l'argent à un sombre individu, un dénommé Armand, qui ne rigole pas avec les délais. Leona doit donc organiser un nouveau braquage et s'entoure d'une fraîche équipe de jeunes délinquants, qu'elle forme au cours d'un séminaire dans un ancien abattoir. Ce qu'elle ne sait pas, c'est qu'un indic de la police s'est faufilé entre les rangs... Professionnellement, Leona Lindberg a été expressément demandée pour rencontrer un kamikaze sur son lit d'hôpital, après son attentat loupé. Le type est renfermé, il faut du temps et du discernement pour comprendre ses intentions et avertir une prochaine attaque. Personnellement, sa vie a également éclaté. Son mari a demandé le divorce et tient leur fille Beatrice à distance, car Leona serait vraisemblablement sujette à des crises de délire paranoïaque. En fait, elle est seule au courant que sa fille court un grave danger, à cause de sa double vie, et qu'elle ne peut compter que sur elle-même pour la protéger. Cela commence à peser lourd dans la balance de notre inspectrice, au calme imperturbable, et qui affiche toujours un sang-froid déroutant. Leona n'a vraiment pas gagné en charisme, mais son histoire continue de m'accrocher. Par contre, ce roman fait moins la part belle à l'action mais s'attache à décortiquer les procédures policières pour justifier la lenteur des enquêtes avant d'opérer les arrestations. Une démonstration parfois trop longue, ou qui vise à rappeler le pédigrée de l'auteur (ancienne criminologue ayant travaillé sept ans dans la police) et qui devient un semblant de caution face à d'éventuels détracteurs. Techniquement, j'ai trouvé que la dynamique n'était peut-être pas aussi efficace que dans le premier roman, mais lorsque tous les éléments se mettent en place, les derniers chapitres réservent une lecture ô combien ébouriffante ! Suspense, émotion, frisson et rebond. On termine en beauté. J'ai encore mordu à l'hameçon. La personnalité troublante de Leona Lindberg est aussi effrayante que fascinante. Le roman s'amuse de son jeu de dupe et prend son pied à tourner le lecteur en bourrique. C'est noir, poignant et explosif. J'attends forcément le troisième tome avec impatience.

>> Livre audio en exclusivité sur Audible & uniquement disponible en téléchargement.

©2017 Presses de la Cité. Traduit du suédois par Lucas Messmer

(P)2017 Audible Studios. Texte lu par Annie Milon (durée : 11 h 39)

  • Série : Leona, Livre 2

La fin justifie les moyens (Leona 2) | Livre audio

 

 

Poulets grillés (Anne Capestan 1), de Sophie Hénaff

Poulets grillésNommée à la tête d'une équipe de bras cassés - autrement dit, les rebuts du 36 Quai des Orfèvres - la commissaire Anne Capestan entend démentir la réputation de son nouveau service. Étoile déchue de la Judiciaire, elle n'a toutefois pas grillé ses neurones et est déterminée à booster le moral des troupes pour redorer leur blason. Ensemble, ils vont compulser les vieux dossiers d'enquêtes non résolues, ils vont flairer les affaires et extirper les meilleures histoires sordides, les faits divers peu croustillants, et les macchabées qui n'en finissent plus de pulluler. C'est donc dans une singulière ambiance, pour le moins décalée, que le roman va s'installer. Et très vite, se détache du lot la personnalité des laissés-pour-compte qui est truculente à souhait. Entre le type qu'on qualifie de chat noir pour ses équipiers, la nana devenue un auteur à la mode, un ancien de l'IGS classé persona non grata et un alcoolique notoire qui ne sait pas tenir sa langue, la brigade affiche un effectif complet ! C'est limite si l'on ne se désintéresse pas de l'histoire pour simplement suivre leurs faits et gestes, goûter leurs bons mots et prendre une bière en terrasse d'un café. En gros, c'est un roman vraiment pas prétentieux, pas franchement conventionnel, mais extrêmement distrayant à parcourir. L'ensemble est cocasse et déjanté, avec une intrigue somme toute honorable et bien ficelée. Un vrai bon rendez-vous sans prise de tête. 

 

>>  Livre audio en exclusivité sur Audible & uniquement disponible en téléchargement.

©2015 Albin Michel (P)2017 Audible Studios. Texte lu par Christine Braconnier (durée : 7 h 43)

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05/09/17

Leona #1 Les dés sont jetés, de Jenny Rogneby

LeonaStupeur chez les forces de l'ordre. Une fillette couverte de sang, avec son petit ours en peluche, vient de braquer une banque du centre-ville de Stockholm à l'aide d'un simple magnétophone. L'enfant a surgi sans crier gare et a disparu aussi mystérieusement. C'est Leona Lindberg, inspectrice de la brigade criminelle, qui va se saisir du dossier et revoir chaque point scrupuleusement. Cette acharnée du boulot, souvent prise en exemple par ses collègues, ne ménage pas ses efforts pour tirer au clair cet embrouillamini, quitte à négliger davantage son mari et leurs deux jeunes enfants. Se défendant d'être sentimentale, en raison d'un passé familial conflictuel, Leona cache en vérité une double existence - joueuse de poker invétérée la nuit, elle claque son argent en ligne, perd des sommes astronomiques et est endettée jusqu'au cou. Pour renflouer ses caisses, la jeune femme n'a pas trouvé mieux que d'organiser un hold-up ! C'est donc elle la tête pensante du casse du siècle, elle qui prétend tenir l'enquête pour mieux déjouer les soupçons, elle qui pensait avoir tout verrouillé jusqu'à ce qu'un journaliste trop zélé découvre ses incohérences et se lance dans le chantage... La spirale infernale ne fait hélas que commencer.

J'avais des craintes en commençant ce roman, en raison de la personnalité froide, calculatrice et malhonnête de Leona qui la rend affreuse et antipathique. Mais au final, l'ensemble se révèle une très bonne surprise ! L'enchaînement des événements, l'incongruité des révélations, le numéro de voltige de l'inspectrice-cambrioleuse, les fausses pistes et les rebondissements de l'enquête font de cette histoire une machination incroyable et stupéfiante. On gobe tout du début à la fin, pris par le rythme de cette lecture pleine d'effervescence. J'ai été la première étonnée par mon addiction, au point d'avoir téléchargé le deuxième livre dans la foulée (cf. Leona #2 La fin justifie les moyens). C'est étourdissant et gonflé. Pas mal du tout pour un premier roman !

>> Format audio en exclusivité sur Audible ; uniquement disponible en téléchargement.

©2016 Presses de la Cité. Traduit du suédois par Lucas Messmer

(P)2017 Audible Studios - Lu par Annie Milon (durée : 10 h 51) 

Série : Leona, Livre 1 également disponible en format poche chez POCKET.

  Les dés sont jetés (Leona 1) | Livre audio

La Maison des hautes falaises, de Karen Viggers

la Maison des hautes falaisesKaren Viggers est un auteur que je souhaitais découvrir depuis un moment, car je prévoyais une lecture riche en évasion, à l'instar des romans de Victoria Hislop. Le changement d'air est bien au rendez-vous - direction un coin paumé d'Australie, au bord de l'océan - par contre, l'histoire réserve des émotions contradictoires. On fait en effet la connaissance de deux personnages qui traversent l'existence en léchant leurs plaies mais qui refusent de s'épancher pour mieux chasser leurs vieux démons. Ils préfèrent, au contraire, les bichonner et les garder sous le coude. D'un côté, Lex avait une brillante carrière d'animateur et une vie de couple épanouissante, jusqu'à la perte tragique de son enfant. La soupape de sécurité ayant explosé, l'homme a tout plaqué pour s'installer dans un village de pêcheurs, à l'abri des regards. Un jour, il croise la route de Callista, une artiste locale, qui mène une vie de bohème. Elle aussi possède un passé parsemé de zones d'ombres, qu'elle préserve jalousement. Ces deux-là ont un coup de foudre. Ils vivent l'instant présent sans peur du lendemain, mais ne dévoilent rien de leurs fantômes. C'est dit comme ça, mais au fond c'est carrément borderline, et toute l'histoire ne cessera d'en faire la démonstration. Les personnages eux-mêmes ont conscience de leurs “émotions bordéliques”. Ce sont tous deux des êtres fêlés, handicapés sentimentalement, paralysés par le lâcher prise. Et bon sang comme c'est lourd à absorber ! J'ai eu beaucoup, beaucoup de mal à suivre leurs dérives et à cerner leur valse des hésitations. Tout est trop compliqué et accablant. Malgré tous mes efforts, je n'ai pas su m'attacher à Lex et Callista. Leur histoire est longue et lente à se déployer -  trop d'atermoiements, aucune perspective rayonnante, et cerise sur le gâteau, une interminable séance de sauvetage de baleine en guise de dénouement ! Débroussaillez tout ça et vous obtenez un roman bien amer, un poil mélodramatique, sur fond de douce sérénade mélancolique... 

Valérie Marchant, lectrice pour Audiolib, sauve les meubles par son interprétation sensible et agréable à l'oreille. Car si le roman décline effectivement son ode à la nature et à l'océan, il manque cruellement de vigueur à nous transporter dans le parcours de vie des deux protagonistes. De la délicatesse, de la beauté et de la poésie... certes, mais l'envolée romanesque peine à décoller ! Une déception, donc.

©2016 / 2008 / 2017 Karen Viggers / Éditions les Escales, un département d'Edi8 / Audiolib. Traduit par Aude Carlier

(P)2017 Audiolib - Texte lu par Valérie Marchant (durée : 12h 39)

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,