14/08/09

Bonheur fantôme ~ Anne Percin

Rouergue, coll. La brune, 2009 - 220 pages - 16,50€

bonheur_fantomeC'est une phrase empruntée à Thoreau, dans Walden, qui dit ceci : Si un homme ne s'accorde pas avec ses semblables, c'est peut-être qu'il entend le son d'un autre tambour. Pierre, le narrateur, n'a pas trente ans et a tout quitté. Paris, son job, son amour. Il s'est enterré dans la Sarthe, a acheté une petite maison et s'est improvisé brocanteur. Il a créé autour de lui « un rempart fait de ruines, avec fortifications littéraires, fondations enfantines, tour de guet philosophique, meurtrières ironiques ». Il écrit également une biographie sur Rosa Bonheur, une peintre française, dont la vie a été éclaboussée de frasques amoureuses et de conduites excentriques.
Tout cela sent la planque à plein nez, et ça ne manque pas, on comprend très vite que l'homme fuit un passé obsédant. On saisit quelques bribes, le frère disparu, alors qu'il n'était qu'un enfant, et aussi l'amant perdu, échappé, égaré... Cette histoire avec R. n'est d'ailleurs pas finie. Elle prend même l'aspect d'une chanson répétitive, une rengaine qui va et qui vient, qui raconte l'histoire d'un amour, avec la rencontre, les bons moments, les passages euphoriques et les instants dégrisants, les coups bas, la lâcheté et la cassure.
Ce n'est pas non plus un hasard si la sérénade de Mouloudji, Fantôme de bonheur, est martelée pour faire comprendre la détresse de Pierre, son chagrin, en plus du reste.
Car c'est lui qui est parti, de son plein gré. Et R. n'est pas facile à oublier, c'est un personnage admirable, très beau, avec beaucoup de charme et de mystère. Si ce n'est pas de l'amour dans ce tas de cendres, dites-moi, ça y ressemble très fort !
« Aimer, c'est sentir vivre en soi quelqu'un qui n'est pas soi. Et si je n'étais parti que pour savoir cela ? (...) La certitude que j'ai d'aimer est le seul bien qui me semble immortel. »

En fait, le roman parle d'une reconstruction, pure et simple : Pierre est un jeune homme brisé, traumatisé par la mort de son frère à l'âge de dix ans, trop inquiet sur son avenir et sur ses sentiments, sa peur de s'attacher et d'afficher ses sentiments. Du moins, c'est l'impression qu'il me donne. J'ai trouvé son parcours long et compliqué, son introspection douloureuse. On y trouve, pêle-mêle, « une imagination délirante, un sentimentalisme exacerbé, une sensibilité maladive, le pressentiment d'une destinée d'exception et, à l'égard du frère disparu, un mélange oppressant de culpabilité et de rancune ». Pas étonnant qu'il se sente si proche d'Adèle, la fille de Victor Hugo.

J'ai aimé le roman d'une façon toute particulière et très égoïste, en fait. J'ai notamment apprécié le côté enfermé dans le dix-neuvième siècle du narrateur, comme il se décrit lui-même. Comment il parle des objets anciens, le goût du passé, l'odeur des vieux livres, les photographies, la musique, tout ça et j'en passe. J'ai été moins sensible au monsieur qui fuit ses racines et devient ermite, même si cela se révèle nécessaire pour fouiller son passé d'écorché.

Par-dessus tout, j'ai été absolument séduite par la figure de R. Limite intouchable et irréelle. C'est sans doute le principal fantôme qui hante les pages du livre. R. nous apparaît par petites doses, mais quelle présence ! On en oublie la morosité de la Sarthe, les petites campagnes tristes à pleurer, la vie recluse de Pierre, son ascétisme. Ses cauchemars, ses trouilles, aux oubliettes. Car finalement ce roman nous parle, et ce depuis le début, d'une grande et très belle histoire d'amour, avec une déclaration sublime pour solde de tout compte.

Anne Percin commet avec Bonheur fantôme son premier roman hors de son champ habituel qu'est l'écriture pour la jeunesse, cf. L'âge d'ange, que j'avais beaucoup aimé.

A noter aussi que la vie littéraire du narrateur de Bonheur fantôme a commencé en 2006 avec le roman Point de côté (éditions Thierry Magnier). 

 

lire le 1er chapitre sur le site de L'Humanité

pour écouter la chanson de Mouloudji :

 

* La citation de H.D. Thoreau, en version originale : If a man does not keep pace with his companions, perhaps it is because he hears the beat of a different drummer. (Walden)

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,


13/08/09

Satya : L'attentat ~ Jean-Michel Payet

Collection : Blue Cerises
Milan, coll. Macadam, 2009 - 62 pages - 4€

satya_lattentatPremière saison, deuxième livre. (finalement, l'ordre n'a aucune importance !)
Satya, orphelin depuis la mort accidentelle de ses parents, est élevé par ses deux mamies propriétaires de la libraire, La Malle de l'ange. Un vaste empire dédié à la jeunesse, s'enroulant sur trois niveaux autour d'un escalier bringuebalant.
Tuant le temps à dessiner au Jardin des Plantes, le garçon fait une étrange rencontre - une demoiselle au charme mutin, aux longs cheveux rouges, les yeux verts, le regard malicieux. Elle glisse un billet d'invitation, signé ED, qui ressemble davantage à un rébus poétique.
Le jeu de pistes commence. Celle qu'on surnomme la boîte de couleurs, ou la belle insaisissable, tend un piège amoureux et Sakya mord à l'hameçon avant de lâcher prise car la demoiselle n'est vraiment pas facile à harponner.
Mystérieuse, agile comme une anguille, le sourire canaille et la voix de canard, l'inconnue se dérobe et donne des rendez-vous mystérieux auxquels Sakya ne résiste pas. Même si le bonhomme est un peu usé en bout de course.
Un touche-touche poétique s'annonce, qui accusera en plus de la séduction, des baisses de régime, des interrogations et du vague à l'âme. A l'image des autres Cerises, les membres du groupe, Sakya a le coeur en vrille. Pas forcément le courage de se confier. Pas le temps de trouver un créneau pour de tels épanchements non plus. On a déjà suivi un Amos en pleine déroute sentimentale et familiale, on devine que Zik et Violette s'inscrivent, à leur tour, aux abonnés absents. 
Une chose est sûre :  tout est fait pour donner envie de savoir la suite. A l'instar de Sigrid Baffert, Jean-Michel Payet accomplit ici un enthousiasmant tour de force. Son style s'inscrit dans l'esprit des Blue Cerises, que le  lecteur n'a plus de mal à cerner, et c'est franchement une bonne tranche de plaisir... littéraire.
Le prix mini - seulement 4€ - est à noter comme une première et irrésistible tentation !

A découvrir, comme pour les autres livres, le blog créé exprès pour / par Satya :
http://satya-tempsdescerises.blogspot.com/

 

Posté par clarabel76 à 11:05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le buveur de fautes d'orthographe ~ Eric Sanvoisin

Illustrations Olivier Latyk
Nathan poche, coll. Draculivre, 2009 - 44 pages - 4,90€

le_buveur_de_fautes_dorthographeIl s'agit déjà du 6ème volume de cette série mettant en scène Draculivre, un ancien vampire devenu allergique au sang et qui passe son temps à boire l'encre des livres. Mordu à son tour, Odilon, héros principal, est désormais un buveur d'encre. Sa spécialité : les fautes d'orthographe. C'est « aussi fort que du piment dans le couscous ou de la moutarde avec la viande froide.  Une larme de ketchup déposée avec amour sur une frite bien croquante ».
Pourtant, Draculivre se fâche et lui confisque ses ouvrages truffés de coquilles (je sais maintenant leur utilité : nourrir les buveurs d'encre !).
Le vampire lui avance une excuse bidon : trop de fautes bues pourrait le rendre malade. Or, en consultant le docteur Freudkenstein, Odilon apprend que Dracula est atteint d'un mal incurable, qui s'appelle l'orthographobie.
Aidé de son amie Carmilla, son amoureuse, Odilon veut venir en aide à Draculivre, alors que ce dernier boucle l'accès de son cercueil, interdit formellement d'y mettre les pieds, sous peine de graves représailles.
Pour un lecteur qui aime les livres, la lecture et tout ce qui s'y approche, je trouve cette série intéressante. L'histoire est simple, les personnages ressemblent à des vampires, mais sont des croqueurs de livres. En voilà une idée originale ! De plus, l'intrigue met vraiment en avant l'objet-livre non plus comme un accessoire à collectionner, mais dans lequel on plonge, on scrute, on décrypte pour rassasier sa SOIF de lecture. Car le message est clair : les livres nous nourrissent et nous sont nécessaires !
A boire tout son soûl.

à partir de 7 ans.

 

le blog d'éric sanvoisin : http://sanvoisin.over-blog.com/

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12/08/09

Mademoiselle Zazie a trop d'amoureux ~ Thierry Lenain

Illustrations de Delphine Durand
Nathan poche, coll. C'est la vie ! / 2009 - 30 pages - 4,70€

zazieRetour gagnant pour notre adorable Mademoiselle Zazie ! Elle a trop d'amoureux, mais comment se fait-ce ? C'est son esprit malicieux qui en est la cause. Un matin, la miss pose une question hautement philosophique à son ami Max, du genre : si tu n'avais pas déménagé pour venir vivre ici, tu ne serais pas mon amoureux... Malgré ses idées bizarroïdes, Zazie fait mouche et sème le doute dans l'esprit de Max. La journée pour lui s'annonce trèèès longue, à se remuer les méninges, à se méfier de la concurrence, à mettre en joue ses adversaires, à marchander un pacte qui consisterait à ne jamais tomber amoureux de Zazie. Aimer et être aimé en retour, ça se mérite... mais à quel prix !
Voilà une lecture absolument hilarante !
Comme d'habitude les aventures de Zazie et Max débordent d'espièglerie, avec des illustrations très rigolotes qui rendent cette lecture attachante... et tant pis si nous avons dépassé la date de consommation.
A conseiller à tous les lecteurs dès 5 ans.

NB : la photo de Zazie provient du site de la librarie Rêv'en Pages

La couverture du livre, la voici : Mademoiselle_Zazie_a_trop_damoureux

Dans la même série, on peut trouver : Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ?Mademoiselle Zazie veut un bébé ; Les baisers de Mademoiselle Zazie.

le site : http://www.zazie-max.fr/

le site de delphine durand : http://www.delphinedurand.blogspot.com/

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

On n'arrête pas les comètes ~ Sigrid Baffert

Seuil, coll. Karactère(s), 2009 - 106 pages - 8€

on_narrete_pas_les_cometesL'histoire s'ouvre sur la rencontre entre Emilien le facteur et Clémence la costumière pour le théâtre. Sans aucun rapport, arrive Aubin, lycéen qui vient de décrocher son bac. Il rentre chez lui pour apprendre la triste nouvelle du suicide de sa mère, dans sa maison d'enfance. Drame. Larmes. Funérailles. C'est le ballet des heures sombres, pour la première fois Aubin est pris d'un hoquet qui ne le quittera plus et reviendra tous les jours, à heure fixe.
Malgré le souhait de ses proches de vendre la maison, estampillé lieu maudit, Aubin s'oppose. Il a besoin de temps, besoin de revenir aux sources, pour pleurer et sombrer dans le berceau de sa mère.
On retrouve alors Emilien, avec une certaine Hanna. Cette femme fuit aussi son propre passé et refuse de suivre la voie qui s'ouvre à elle. Elle bifurque. C'est à ses côtés qu'Emilien est victime d'une attaque, alors qu'il lisait le journal.
L'histoire peut maintenant tracer sa route, au lecteur d'être entraîné vers ces destinées qui se croisent, s'effleurent, s'éloignent, se lient et se délient. Au coeur du conflit, le suicide d'un parent. A Aubin, la douleur et la déchirure. Le deuil qui commence. La distance à prendre. A Emilien et Hanna, le poids du passé. Le choix d'assumer leurs actes manqués. Ensemble, ils parviendront à accepter et apprendre à vivre l'absence.
Malgré son titre, on comprend que le roman ne traite pas d'astronomie. Son sujet : la famille. On a beau avoir les bras cassés et des regrets qui débordent des poches, on n'est pas pour autant inapte à se reconstruire. Se bricoler des ailes, colmater les brèches, panser ses bleus à l'âme. Ensemble, c'est tout.
Voilà encore une histoire qui nous le prouve.

à partir de 13 ou 14 ans.

une précédente version de ce texte a été publiée sous le même titre en 2004 chez syros.

 

Posté par clarabel76 à 10:15:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


11/08/09

Le maillot rouge ~ Marianne Eskenazi

Discover, Editions Paquet, 2008 - 80 pages - 16,50€

le_maillot_rougeMarianne passe l'été de ses seize ans sans ses parents, seule avec son frère, qui vit sa vie de son côté. Marianne traîne à la plage, elle s'ennuie, tous les jours elle observe la même bande de jeunes, ils sont plus âgés qu'elle, ont au moins vingt ans mais ils lui plaisent. Un jour, l'un d'eux l'aborde. Il s'appelle Cyril, il rentre bientôt à Paris, ils ont tout juste le temps de s'offrir un court instant de plénitude. C'est assez pour souder une histoire d'amour qui s'inscrit dans la durée.
Après les vacances, ils se revoient. Lui à Paris, elle à Strasbourg. Ils s'écrivent, se téléphonent.
Bel amour que voilà.
Et puis tout s'arrête. Marianne plonge dans un long et lent sommeil, durant lequel elle va aller vers d'autres amours, pas toujours glorieuses. Se briser les ailes. Croire en l'essentiel, mais pas forcément l'accomplir.
Le maillot rouge est un album pudique, sensuel, mélancolique et touchant, qui raconte la découverte de l'amour et des premiers émois amoureux d'une jeune fille de 16 ans.
J'ai beaucoup aimé les couleurs et le ton, triste et rêveur, sans jamais sombrer dans la morosité non plus, de l'album. Les dernières pages de l'histoire sont d'ailleurs troublantes, très émouvantes.
J'avais l'habitude de suivre le blog de Paprika, il y a très longtemps. Et je suis heureuse d'avoir enfin pu lire son travail, en un album qui remue la fibre romantique et sensible en moi.

Le blog de Paprika, http://www.blogdepaprika.com/, pour mieux découvrir son univers.

l'avis de jean-françois du génépi et l'argousier

Lire les 10 premières pages

 

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

10/08/09

La viking insoumise ~ Johanna Lindsey

Editions J'ai Lu, 1992, rééd. couverture 2009 - 380 pages -6,90€
Traduit de l'anglais (USA) par Paul Bénita
Titre vo : Hearts aflame

la_viking_insoumiseNorvège, 873 après JC.
Kristen Haardrad est belle, blonde, très grande, elle ne manque pas de soupirants mais elle refuse toutes les propositions de mariage. Elle attend le grand amour et, comme elle a soif d'aventures, voudrait accompagner son frère Selig qui part avec trois drakkars et une trentaine de compagnons pour vendre des peaux et des fourrures dans l'Est. Son père refuse catégoriquement mais la jolie viking n'en fait qu'à sa tête : elle va se cacher dans la cale du bateau et se trouver à bord d'une mission beaucoup plus périlleuse.
En effet, Selig a menti à ses proches, puisque c'est un raid vers les côtes saxonnes qu'il a magouillé. La présence de Kristen se révèle plus que compromettante, d'ailleurs l'attaque tourne à la catastrophe. Les norvégiens tombent dans une embuscade, de nombreux morts et blessés sont à déplorer, et Kristen assiste impuissante à l'assassinat de son frère.
Avec une poignée d'hommes, dont son cousin Thorolf, la jeune femme est détenue prisonnière, déguisée sous des oripeaux masculins. Ils sont amenés au domaine de Royce de Windhurst, un type très, très beau et bâti comme un dieu, mais au caractère détestable. Car Royce hait les vikings depuis qu'une précédente invasion a coûté la vie de son père, son frère et sa fiancée. L'heure est venue de se venger.
Finalement, il va retenir le monstre sanguinaire qui veille en lui et accorder aux vikings sa clémence. En échange, ils vont devenir ses esclaves et bâtir une forteresse contre les Danois qui stagnent au Nord du pays.
Les semaines passent sans heurts, Kristen joue le jeu et reste discrète, mais le petit manège des norvégiens est vite démasqué. A elle, la vie de château ? Pas vraiment. En guise de comité d'accueil, Kristen se bat avec deux hommes et quelques femmes, dont la maîtresse de maison, parce qu'il est question qu'elle prenne un bain. ^-^
Sa taille impressionne et sa réputation de viking la précède. D'office son entrée tapageuse annonce qu'elle a besoin d'être matée. Ajoutez qu'elle accepte d'être prise pour une catin, puisque c'est à ce prix qu'aucun Saxon n'abusera d'elle ! ^-^
Oui, oui, il faut le lire pour le croire. C'est tordu, mais logique. A leur façon. (Très tirée par les cheveux !) J'adore les romancières américaines éditées chez Aventures & Passions !!!

Enfin bref, les relations entre Kristen et Royce ne seront jamais reposantes, c'est le feu de la saint-jean qui brûle perpétuellement entre eux. Et puis, la viking n'est pas prude, elle est attirée par le saxon et le lui fait savoir, en se montrant séductrice en diable, ce qui lui change de la péronnelle anglaise qui lui sert de fiancée occasionnelle - Corliss de Raedwood, une magnifique créature aux tresses d'or rouge et aux yeux noisettes. Je pensais qu'elle aurait joué un rôle plus important dans l'histoire, mais ça équivaut à un fétu de paille. Dommage. Elle était garce et redoutable à la fois, ça aurait pu promettre.
Néanmoins, la relation entre Royce et Kristen reste intense.
Même si je trouve pénible, à la longue, la présence des chaînes. Kristen est une esclave, elle doit porter des chaînes aux pieds. C'est entendu. Mais après sa première nuit d'amour, elle estime avoir gagné le droit de les enlever. Que nenni. Le type est assez goujat pour lui demander de les remettre, tous les matins, sitôt qu'elle quitte son lit.
Rhooo.
Je comprends notre Viking insoumise !
Le coup des chaînes, donc, va longtemps rester un sujet de discorde. Et ça traînaille inutilement.
Royce, t'es trop macho !!! ^.^

Quant au reste, j'ai vraiment accroché. L'héroïne est loin d'être une vierge effarouchée, elle a son franc-parler et elle sait se défendre. L'épisode où elle est kidnappée par l'ennemi de Royce est un passage à porter au pinacle, c'est franchement aberrant et démesuré, du genre wonderwoman sans peur et sans reproche qui vient à bout, seule, de tous les obstacles sur son passage... elle porte sur son dos un Royce à moitié dans les vapes, en train de se vider de son sang, elle chevauche sa monture à bride abattue, et elle assomme de ses poings quiconque se dresse sur son passage, rhooo !
C'est carrément too much mais ça me manquerait si ce genre de romance en était totalement dépossédée ! ^.^
Argh, des défauts deviennent des qualités, c'est dire mon degré d'addiction pour la collection J'ai Lu Aventures & Passions !!!

En fait, ce n'est pas une découverte pour moi car j'ai des excellents souvenirs de lecture qui datent de mon adolescence. J'ai donc repioché plusieurs titres dans des vieilles valises, dont La Viking insoumise, je savais que c'était un très bon moment à passer, 400 pages de passion ardente, à dévorer d'une traite, et je n'ai pas boudé mon plaisir.
Tout est excessif, flamboyant, passionné et passionnel, c'est usant quand on arrive aux dernières pages (la fin est d'ailleurs un summum du genre, pfff !) : Royce de Windhurst roule des mécaniques à s'en déboîter les épaules, et la famille Haardrad n'est pas en reste, championne toutes catégories dans la crânerie, hanlala. Quel concours de bourrins, ça devient n'importe quoi.
Et c'est la honte... ultime, parce que je n'ai pas su décrocher du livre avant d'avoir tourné la dernière page, c'est dire combien j'y prends goût ! ^.^
Donc, ceci n'est pas qu'une passade.
Damned.

* -- *  -- * -- *

 

harlequinades

A souligner : le billet de Chiffonnette qui dénonce le relooking de la collection Aventures & Passions dont les couvertures se sont parées d'une hypocrisie presque regrettable... moins de muscles apparents, moins de chevelure au vent, moins de torse bombé, moins de tuniques déchirées qui dévoilent une plantureuse poitrine... y'a plus de morale, mes braves gens ! ^-^

Pour connaître la couverture originale de La Viking insoumise, cliquez ici

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , ,

08/08/09

(tu es attendue)

et une Miss C. qui nous quitte, qui part de son côté vivre des vacances en toute liberté... la maison va me sembler bien vide, pendant ce temps ! alors, j'ai chargé ses sacs de livres (qu'elle n'aura probablement pas le temps de lire, c'est sûr !), mais c'est ma façon de mettre une trace de moi où qu'elle aille !!! :D
(comment ça, mère abusive !?!)

un peu de musique pour la route ! ;)

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

07/08/09

Amos : Cibles mouvantes ~ Sigrid Baffert

Collection : Blue Cerises
Milan, coll. Macadam, 2009 - 60 pages - 4€

cibles_mouvantesPremière saison, premier livre.
Amos, 17 ans, vit seul avec sa soeur jumelle et leur père. Lorsque ce dernier leur annonce sa prochaine mutation pour le Québec, c'est une très mauvaise nouvelle. Amos n'a pas envie de tout quitter, il a sa bande d'inséparables - Satya, Zik et Violette - qui forment les Cerises, tous liés par un secret scellé l'année de leur quatorze ans. Inutile de creuser, nous n'en serons pas davantage dans ce livre.
Mais que c'est bon, que c'est agréable à lire. C'est très court, seulement 60 pages, cela raconte le désarroi d'un garçon qui en aime un autre, qui cherche à l'aborder, qui tente aussi de ne pas penser à sa mère absente, depuis trop longtemps, et qui voudrait que cessent ces harcèlements téléphoniques d'un anonyme, qui a du temps à perdre, matin et soir, c'est le même rituel.
Ambiance laxiste et détendue à la maison, le décor se plante, les personnages avancent sur la pointe des pieds, on devine des personnalités et déjà on s'attache.
Clap de fin, l'envie de lire le prochain (L'attentat) se noue très fort.
L'autre particularité de ce 'feuilleton'  est de trouver pour chaque tome la signature d'un auteur différent. Ici, c'est Sigrid Baffert qui s'y colle, et même qui explose la barraque. Car j'ai vraiment beaucoup apprécié son style et son écriture.
Je m'en vais lire un autre roman, On n'arrête pas les comètes, pour m'en prendre encore plein les mirettes.

Quelques liens :

Il faut que je glisse l'extrait qui parle d'une librairie... un antre de livres, qui fait drôlement envie !

* -- * -- *

Et une découverte en amenant une autre, voici Séverin et l'album (sortie fin septembre 2009) Cheesecake, pour reprendre la description du site de l'artiste : L'album « Cheesecake » est une gourmandise pop aux consonances multiples qui offre des mélodies sucrées, légères, punchy et inventives. ^.^

severin_cheesecake

à écouter, pour s'en convaincre !

 

 

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Trésor ~ Lucie Durbiano

Gallimard, coll. Bayou, 2008 - 106 pages - 16€

tresorTrésor est un album truffé de charme, décalé, désuet, absolument rafraîchissant, limite exaspérant et exagéré, mais quelle jolie bouffée d'air pur !
Christine est une jeune demoiselle naïve, férue des mathématiques, lectrice mordue des romans de Barbara Cartland, qui vit avec son père, grand archéologue à la retraite, passionné par la quête d'un trésor introuvable.
Michel, son fidèle assistant, est amoureux fou de la douce Christine, qui l'ignore. Elle lui préfère Jean, croisé dans la rue, vu et revu dans un parc puis dans un café-concert. Amoureuse, elle ignore que le garçon la manipule avec la complicité de la très blonde Simone. Qui est-elle, que veut-elle ? Cette jeune femme, marquée par une enfance malheureuse, veut sa revanche sur la vie. Elle n'en peut plus de trimer comme une malade, de s'abaisser à des petits boulots minables, elle attend beaucoup du trésor, le même qui fait fantasmer le professeur Alamaro, lequel détient un parchemin capable de révéler l'emplacement rêvé. 
L'histoire a su me rappeller le très bon film de William Wyler, Comment voler un million de dollars , avec Audrey Hepburn dans le rôle principal. Un jeu de dupes, où il est question de mascarade, de romance, de faux semblant et d'entourloupe. Trésor nous raconte le même genre d'intrigue. Soit, une comédie sentimentale et policière, un film d'aventures avec une chasse au trésor digne des meilleurs Indiana Jones, un charmant marivaudage, au style cocasse et naïf, une opération séduction qui touche en plein coeur.
Cet album est fidèle à l'univers de Lucie Durbiano, à savoir : candeur des dessins, personnalité romantique, dévouée et indolente du personnage féminin, scénario abracadabrantesque, mais qui participe à l'effet de style. Imparable, pour ceux qui aiment.

du même auteur : orage et désespoir (bayou pour gallimard, 2006) et Laurence, l'oubli de soi (les requins marteaux, 2004)

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :