25/11/06

Message personnel

Cela fait plaisir à Miss C. , donc le voilà :

La liste est bouclée, l'auréole est sortie du placard et a été briquée pour qu'elle scintille de mille feux. Nous sommes prêtes à sortir tous nos dvds et livres qui traitent de cet "événement"... Y'a plus qu'à attendre, maintenant. :-)

Posté par clarabel76 à 11:08:14 - Commentaires [4] - Permalien [#]


24/11/06

Les nombreuses vies d'Hercule Poirot - André François Ruaud & Xavier Mauméjean

vies_d_hercule_poirotHercule Poirot est né en 1864, on ne sait ni le jour ni le mois, on devine à peine qu'il a grandi aux alentours de Bruxelles, au sein d'une famille d'ouvriers, parmi de nombreux frères et soeurs, mais à vrai dire on ignore l'essentiel des informations. Ce sont juste des supputations. L'homme Poirot s'est évadé de sa fiction pour devenir un vrai personnage, il a surpassé son être de papier, lui le petit détective belge réfugié en Angleterre. Hercule Poirot est, ainsi l'affirme-t-il, d'ailleurs, le plus grand détective de tous les temps. Ses exploits ont été relatés grâce à son agent littéraire, Agatha Christie, cette reine du crime qui doit sa réputation grâce aux exploits des petites cellules grises du détective.

La biographie d'Hercule Poirot paraît un jeu littéraire, Poirot plus vrai que vrai, comme s'il avait existé.. non, mais on rêve !? Pourtant c'est bien le principe de cette première partie du gros livre "Les nombreuses vies d'Hercule Poirot" rédigé par André-François Ruaud et Xavier Mauméjean. C'est un sans-faute, il faut le reconnaître, la vie de Poirot est peinte d'après les romans qui reportent toutes ses enquêtes, depuis la Mystérieuse Affaire à Styles jusque Hercule Poirot quitte la scène, 150 pages d'une biographie romancée avec un talent étourdissant. Il faut aussi souligner que les auteurs ont préservé chacune des enquêtes sans dévoiler le lever de rideau, une initiative tout à fait honorable pour être rappelée !

Le livre plonge ensuite dans un intérêt plus ou moins vacillant : quelques redites, des études sur le dandysme, les hôtels, la méthode "Poirot", les rivaux du détective (à la pelle : miss Maud Silver, miss Jane Marple, Ellery Queen, Tuppence et Tommy Beresford, John Appleby, etc. etc.), une étude du meurtre de Roger Ackroyd, Poirot au cinéma et à la télévision, les bonnes références. Bref, le meilleur est réservé pour la fin car six auteurs ont pris leur plume pour écrire une nouvelle mettant en scène Hercule Poirot, pour lui rendre hommage. On notera notamment celle de Marianne Leconte "Une femme disparaît" où Poirot va résoudre la mystérieuse disparition de son agent littéraire, Dame Agatha Christie ! On referme le livre avec un sentiment de bien-être, car pour qui aime le plus grand détective excentrique et égotiste "Les nombreuses vies d'Hercule Poirot" a tout d'une bible ! Incontournable pour les fans.

Les Moutons électriques

  • Ouvrage richement illustré, dont une collaboration de Michelle Bigot .

Posté par clarabel76 à 20:50:19 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

Le journal de Hyde Park Gate - Virginia Woolf, Vanessa Bell & Thoby Stephen

Journal_Hyde_Park_GateLes magazines de jeunesse étaient un passe-temps favori dans les familles littéraires du 19ème, il n'est donc pas surprenant que celle qui allait devenir la grande Virginia Woolf se soit également adonnée à cet exercice avec ses soeur et frère, Vanessa et Thoby. La famille Stephen logeait au 22, Hyde Park Gate dans une haute et sombre demeure. Virginia avait tout juste dix ans quand les premières chroniques de leur journal ont été rédigées, vers 1891. C'est d'ailleurs un constat flagrant de lire l'évolution des articles de ces enfants qui avaient alors dix à treize ans au commencement, le journal s'étend jusque 1895 puis s'interrompt brutalement. L'humeur de départ est assez primesautière, les enfants font le constat de leur quotidien, racontent des blagues et des devinettes, composent des poèmes. Plus ils vont grandir et plus leur regard deviendra pointu et finement acerbe sur leur environnement. Ils adoptent un style très proche de la pédanterie et du snobisme, un arrière-goût de cynisme sur les indispositions des uns ou les bavardages très creux des autres.

Il faut préciser que Le Journal de Hyde Park Gate était sous la coupe d'enfants érudits et doués pour leurs jeunes âges. On n'y trouve donc pas n'importe quoi ! Il y a une forte impression d'insouciance et de légèreté, à aucun moment les Stephen n'évoquent la mort, en dépit de certains graves événements les frappant. On a donc prétendu que la gaieté du Journal dissimulait des traumatismes d'enfance (dixit Hermione Lee, en préface). Autre chose, ce Journal se lit également comme une matière première à l'oeuvre future de Virginia Woolf, les thèmes les plus forts de ses oeuvres ont été puisés dans son enfance. Son implication acharnée dans la rédaction du Journal démontrait déjà une grande soif de reconnaissance, surtout auprès du regard de ses parents. "Plutôt astucieux, je trouve", a observé la mère, reposant le journal sans émotion apparente. Virginia souffrira toute sa vie d'écrivain de ce besoin désespéré de reconnaissance, toujours en proie aux affres de l'incertitude, malade de songer à la manière dont son travail serait accueilli par le public.. Le Journal de Hyde Park Gate a déjà pour lui : la confirmation du talent, la découverte d'une personnalité plus facétieuse, un penchant fâcheux pour épater ses parents, une espiéglerie qui dissimule toute trace de tragédie, une mise en scène perpétuelle d'un quotidien dans le style fin 19ème, les prémices d'une oeuvre à naître et l'annonce pernicieuse des démons de la mélancolie et de la dépression. Indispensable pour tous les étudiants anglicistes et les passionnés de Virginia Woolf.

Mercure de France

  • Enfoui pendant des années à la British Library à Londres, le journal de Vanessa, Thoby et Virginia Stephen a été miraculeusement retrouvé pour ce qui touche aux années 1891, 1892 et 1895. Joyeux mélange de comptes-rendus d'événements familiaux, de lettres, de rubriques de conseils, d'embryons de romans, de devinettes ou de poèmes, c'est l'œuvre de trois enfants exceptionnellement doués et cultivés, âgés de dix à treize ans, qui voulaient étonner et amuser leurs parents. On sait à quel point Virginia Woolf a été un grand écrivain de l'enfance. C'est avec beaucoup d'émotion que l'on retrouvera ici des échos de ce qui allait un jour éclore dans La promenade au phare, Les années ou Les vagues.
  • Hermione Lee, qui a préfacé Le joumal de Hyde Park Gate, est l'auteur d'une exceptionnelle biographie de Virginia Woolf. Gill Lowe a retrouvé, mis au point et annoté le manuscrit alors qu'elle faisait des recherches pour sa thèse sur Julia Stephen, la mère de Virginia Woolf, à l'université d'East Anglia.

Posté par clarabel76 à 10:39:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

23/11/06

Le Décalogue - 1 & 2 - Giroud & Behe & De Vita

decalogue_1I. Le manuscrit  Un manuscrit en français est entre les mains de Simon Broemecke, directeur éditorial installé à Glasgow. C'est une histoire confuse et obscure qui remonte à 1814 et qu'une délicieuse petite vieille, Melinda Pitts, lui a remis en l'ayant trouvé dans une malle familiale. Après traduction du manuscrit, Simon est pris au piège de l'engrenage de l'édition : c'est une histoire passionnante, "la marque du prophète", dont on lui attribue la paternité de l'oeuvre. Impossible de reculer, sauf lorsqu'il commence à recevoir des lettres de chantage. Un deuxième personnage est au courant, le manuscrit n'était donc pas unique... Spirale infernale : Simon va tenter de se libérer d'une emprise diabolique. Or, on se demande si finalement le manuscrit n'est pas la pièce maîtresse de cette terrible machination.

Le scénario est singulièrement captivant. La confusion du héros ne cesse de grossir au fur et à mesure qu'il tente de sortir des fils de la toile d'araignée. Le manuscrit a un pouvoir redoutable, d'autres jupons avec fards sont aussi des figures menaçantes. Le 1er livre du Décalogue annonce la couleur : tu ne tueras point. Dans un Glasgow mystérieux, le long des docks où croupissent des clochards, un inquiétant tueur en série sème la zizanie. Une grande richesse dans les dessins et dans l'ambiance écossaise. Le lecteur est happé par tous ces mystères...

decalogue_2II. La Fatwa  Merwan est un jeune beur de la banlieue parisienne, entichée d'Aline, une danseuse saltimbanque qui se produit avec sa troupe dans les gares depuis Paris jusqu'à Istambul. Le couple se chamaille, le jeune homme la traque jusque dans l'Orient Express quand il aperçoit un visage familier. Cet inconnu est poursuivi par la sentence de la "fatwa". La gloire sourit à Merwan, à lui la promesse du paradis et de quelques millions de dollar... Et puis, un livre refait surface : le Nahik. "Depuis son origine, Nahik traîne une réputation de livre maudit. Si j'étais mystique, je penserais que le message de paix contenu dans le décalogue dérange tellement le diable qu'il appelle le malheur sur tous ceux qui s'en approchent et tentent de le diffuser."

Ce livre 2 apparaît davantage comme une réflexion du commandement "tu resteras à l'écoute de ta conscience pour y entendre la voix de Dieu" qui est bien amené et conduit avec prudence. En note de l'auteur, on relève ceci : "Bâtir une fiction sur un support aussi délicat que la religion musulmane constitue un exercice périlleux, et il est bon de s'entourer de sérieux garde-fous" (ouvrages historiques, le Coran, l'institut national des langues et civilisations orientales, le museum d'histoire naturelle, etc.). Du beau linge est réuni pour cet album dont la lecture apporte une lumière sur quelques zones d'ombre.. mais que la découverte du décalogue semble riche et prometteuse pour la suite !

SDM
"Dix récits autonomes et pourtant liés, à lire indépendamment ou comme une saga, dix chapitres haletants, abordant les passions qui habitent l'homme depuis la nuit des temps ainsi que ses angoisses face à l'Au-delà et ses rapports au Divin" (quatrième de couverture). Dix albums et dix illustrateurs talentueux et confirmés.

Glénat

Posté par clarabel76 à 17:32:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Allez, c'est cadeau !...

harry_potter_5Ceux et celles qui ont appris à me connaître doivent se douter que la fébrilité commence à me gagner ...

Ce matin, j'ai découvert ça ! Cela crée chez moi un début d'impatience et d'envie. Rhaaa, l'attente va être dure ! Pire que celle du Père Noël ! 

Date de sortie : 11 juillet 2007 ! rien que ça, j'ai les nerfs en pelote ! grrr..

Quelques blogs se penchent sur la question.. la communauté se resserre, il est temps ! :-)

Posté par clarabel76 à 11:28:18 - Commentaires [7] - Permalien [#]


Le Royaume d'Outrebrume II. Le prisonnier de Grisemine - M.I. McAllister

prisonnier_de_grisemineIl y a du nouveau sur l'île d'Outrebrume depuis les récentes péripéties rencontrées par le jeune Oursin des Etoiles dans le tome 1. Aujourd'hui une ombre plane : un navire accoste et le royaume s'inquiète... Les côtes d'Outrebrume sont réputées inabordables grâce aux brumes enchantées qui les enveloppent.. alors, étrange ? Les ambassadeurs de ce bateau viennent solliciter l'aide d'Oursin. Ils arrivent de Grisemine, une île régentée par Bois d'Argent et menacée par des indigents expulsés d'Outrebrume. Est-ce un piège ?
Oursin fait également face à ses origines : lui, l'orphelin abandonné sur les flancs de l'île, par une nuit d'étoiles filantes... Une prophétie le poursuit : il est l'Ecureuil Marqué, il provoquera la chute d'un puissant souverain. Qu'est-ce que cela cache ?

Ce tome 2 explore donc quelques nouvelles sources sur la personnalité de l'écureuil Oursin des Etoiles. C'est un jeune héros qui ne manque pas d'intelligence ni de sensibilité. Il va vivre une aventure particulièrement angoissante dans cet épisode, exilé quelque part hors de son paradis insulaire. Des rebondissements sont au sommaire. Le royaume d'Outrebrume n'est pas à l'abri de menaces terribles et de complots dans l'ombre. La duperie est un élément capital dans cette suite, où fourmillent encore plus d'esprit chevaleresque, plus de piquant (merci la petite hérissonne Finaiguille) et toujours plus de charisme inspiré par ces petits animaux qui sont les héros de cette trilogie inventée par M.I. McAllister. L'histoire enchantera petits et grands.

Gallimard jeunesse

Posté par clarabel76 à 11:12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22/11/06

Le royaume d'Outrebrume I. Oursin des Etoiles - M.I. McAllister

oursin_des_etoilesL'île d'Outrebrume est un royaume secret, protégé par des brumes enchantées qui s'enroulent autour d'elle comme une cape. Elle est gouvernée par un roi d'une grande bonté qui vit dans une tour où des écureuils, des hérissons, des taupes et des loutres habitent et travaillent ensemble. Par une nuit d'étoiles filantes, un petit être vient au monde, recueilli par le Capitaine Crispin et le prêtre Frère Sapin. C'est un petit écureuil orphelin, au poil blanc, prénommé Oursin.

Oursin grandit dans l'espoir de servir dans la Tour d'Outrebrume, auprès du roi Coeurdepique et des Chevaliers Crispin l'écureuil, Pastor la loutre et Bogue l'autre écureuil. Mais hélas, le roi et la reine sont frappés d'un grand drame : leur fils, le prince héritier, Culbute a été assassiné. Le chevalier Crispin est reconnu coupable et condamné à l'exil. Oursin voit partir son grand ami et refuse de croire à sa culpabilité. Il devient le page de Pastor et va vivre auprès de ce dernier et d'autres fidèles de palpitantes aventures. Ils sont quelques-uns à comprendre qu'un complot se trame dans le dos du couple royal, que le meurtrier du petit Culbute vit toujours au coeur d'Outrebrume, qu'il faut donc être prudent et vigilant auprès des suivants du Cercle du royaume.

Si vous pensiez qu'il fallait nécessairement ressembler à l'espèce humaine qui se tient sur ses deux pattes pour être un héros prodigieux et doué d'intelligence, vous allez complètement changer d'opinion en ouvrant ce premier tome des Chroniques d'Outrebrume. Ce sont des écureuils, des hérissons, des loutres et des taupes qui sont les rois de ce royaume imaginaire, ce sont eux les principaux acteurs de cette aventure passionnante. Leurs histoires sont excitantes, préconisées pour des jeunes lecteurs de 9-10 ans, mais la vieille de 30 ans (que je suis) s'avoue avec fierté totalement charmée et enthousiaste à ce début de trilogie. L'auteur M.I. McAllister a prêté à ses petits animaux les traits de caractère des humains : loyal comme un hérisson, déterminé comme une taupe, brillant comme un écureuil, courageux comme une loutre... Ou peut-être que c'est l'inverse, après tout ?! Une lecture divertissante, où se mêlent l'esprit des Mousquetaires et des légendes de la Table Ronde. Une aventure palpitante au suspense haletant.

Folio junior

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Mercredi, jour des enfants

IMGP2593

Livre du jour : Abo, le minable homme des neiges d'Agnès Desarthe.

La vie est nulle ? Oui, si votre nom est Abo, si vous êtes un tout petit bonhomme pas très musclé et pas très courageux qui habite une maison isolée au sommet de l'Himalaya, si vous n'avez pas d'ami avec qui rire et parler, parce que non seulement vous êtes timide et vous préférez vivre tout seul, loin des regards...

Oui, la vie est encore plus nulle car vous êtes petit, seul et timide, mais vous avez aussi des grands pieds, des pieds qui nécessitent une paire de chaussettes tricotée au moins six mois.

Mais bon, la vie est belle : faire des bonhommes de neige et fumer sa pipe en lisant le journal (haem, fumer nuit gravement à la santé !!!) sont les deux vrais plaisirs dans la vie d'Abo. Jusqu'au jour où en lisant la gazette il tombe sur un titre à faire dresser les cheveux sur la tête : L'ABOMINABLE HOMME DES NEIGES EXISTE... Diantre ! Abo n'en croit pas ses yeux. Alors, il est petit, il a de très grands pieds et vit tout seul dans la montagne, mais en plus il fait peur à tout le monde. La vie est vraiment trop injuste !... (Abo se jette sur son lit pour pleurer et s'endort sans dîner.)

Le lendemain, Abo apprend qu'une chasse-battue est organisée pour débarrasser les habitants de l'abominable homme des neiges. Sa tranquillité étant menacée, Abo décide de ne pas finir sa vie comme une bête traquée. Il est petit, il est peu musclé et peu courageux, il est tellement timide et ne ferait pas de mal à une mouche, mais Abo est malin.. intelligent, très intelligent !...

Il va réussir à rouler les chasseurs, lesquels sont des rustres, grands, gros et méchants, qui se moquent de lui en le traitant de "MINABLE homme des neiges". Mais la ruse d'Abo a réussi, sauf que les chasseurs sont expédiés, vlan patatras, dans le vide d'une crevasse. Tant pis pour eux, ils n'avaient qu'à pas commencer ! 

Le lendemain, d'autres chasseurs prennent la relève et se rient d'Abo, mais sont aussi dupés et précipités haaaaaaaaaaaa tous dans le vide. Avec trente disparitions sur la conscience, Abo ne se sent pas très fier. Ok, ce sont eux qui ont commencé, mais les remords le rongent. Il a eu tort, s'en veut et, de colère, décide de devenir vraiment "abominable". Dégoûté, il se dirige vers le rocher pour se jeter dans le vide... et là ! miracle ! surprise ! La honte peut toucher les gros costauds qui prêtent au mensonge une vertu plutôt glorieuse et libératrice ! ... Moralité abo: c'est pas mal d'être une légende. Moralité, bis : il ne faut jamais croire ce qu'on lit dans les journaux.

Convient aux jeunes lecteurs dès 5-6 ans. Une lecture sur la timidité, la solitude et la tolérance. Suffit pas d'être un Superman pour réussir à braver ceux qui se croient plus malins. L'intelligence est une perle à cultiver avec sérénité (mais sans fumer la pipe!). Avec des jeux de mots à la pelle pour racler la neige devant votre porte... Suspense assuré ! :-)

Ecole des loisirs - Agnès Desarthe & Claude Boujon

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21/11/06

Entresol - Vincent Meyer

entresolUn éditeur parisien reçoit un livre publié en 1934 qui lui rappelle la lecture d'un manuscrit récemment reçu dans ses services, mais poliment refusé par une lettre type. Cette coincidence est étrange et plonge l'homme (André Martel) dans une relecture plus scrupuleuse. Or, il lui faut remettre la main sur ce manuscrit, renvoyé à l'expéditeur, un certain Vincent Meyer, déclaré mort à Cosnes-sur-Loire...

C'est en pièces détachées qu'il recoupe l'histoire d'une intrigue policière : un enfant a disparu au coeur d'un immeuble du 14ème arrondissement au 17 rue Leon-Bloy. Un mystère entier commence, aux mains du lieutenant Beaulieu, rendu perplexe par l'incongruité de la disparition, par la dizaine de perquisitions effectuées, et les éléments réunis suite aux entretiens avec les locataires du lieu. La galerie des personnages ne manquent pas de piquant : "Les libraires sont lesbiennes, les peintres sont vaniteux, les bouchers sont des ogres, les astronomes passent pour des fous et, cerise sur le gâteau, les catholiques s'en mêlent."

"Entresol" est un roman qui ne s'en laisse pas conter, il est en fait un roman-puzzle, balancé entre le roman dans le roman, une enquête policière, une disparition mystérieuse, une illusion fantastique et un jeu de cache-cache entre les uns et les autres, au coeur des pages, mais également en rapport avec le lecteur. Ce dernier, perdu et ébloui, ne décolle pas du livre avant la fin !... La fin est ouverte, les explications ne manquent pas. C'est une lecture complétement réjouissante, qui sort des sentiers battus.

Maren Sell éditeurs

Posté par clarabel76 à 19:08:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Malabar trip - Cyril Montana

malabar_tripOù partir en vacances avec sa copine quand on est jeune et fauché ? La Croatie ? Elle trouve ça trop dangereux. Le Portugal ? La mer est trop froide. Après élimination, il ne reste que la Corse, parfaite pour des vacances tranquilles au soleil. Le héros et Mathilde, étudiante, fille de cadres sup' qui aime presque autant les joints que les malabars, la sillonnent en scooter. Les vacances sont tout sauf reposantes, pleines d'imprévus et de petites galères... mais on s'en souviendra !

Ce n'est certes pas un grand livre de littérature, l'auteur est un jeune trentenaire parisien, branché, énervé, speedé et amoureux, un peu à l'image de son personnage. Ce dernier invite sa dulcinée à partir pour des vacances en amoureux en Corse sur son scooter. Cela annonce la couleur, c'est très drôle, ça ménage nos neurones survoltés et tout lecteur épuisé de son quotiden trouvera dans cette lecture une échappatoire. Bon rythme, jolie tonicité et un esprit pétillant qui convient aux esprits les moins récalcitrants ! Quelques passages agaçants sur des expériences douteuses et portées sur la drogue, j'apprécie moyennement. Pourtant, l'impression finale demeure réjouissante. Le format poche est idéal pour découvrir cet auteur !

J'ai Lu (initialement publié au Dilettante, dont la couverture était beaucoup plus jolie ! )

Posté par clarabel76 à 10:49:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]