12/07/09

L'Arche part à 8 heures ~ Ulrich Hub

arche_partTrois pingouins, sur la banquise, s'interrogent sur Dieu, le bien, le mal, l'existence, quand un papillon jaune vole autour d'eux et suscite un grand débat. Le plus petit des pingouins, colérique, se fâche d'être incompris par ses camarades. Il décide de s'en aller plus loin, vers la plus glaciale et plus neigeuse contrée.
Les deux autres pingouins discutent du bout de gras et accueillent une colombe dodue qui leur remet une invitation. Rendez-vous sur l'Arche de Noé, conçue avec la complicité de Dieu himself, ce dernier très en colère après les hommes a juré de leur en faire baver et leur colle un déluge sur le dos. Il faut sauver les animaux grâce à l'Arche de Noé qui ne peut accueillir qu'un couple de chaque espèce. Cruel dilemme que voilà pour nos pingouins qui n'oublient pas leur petit ami, au caractère belliqueux, certes, mais c'est leur ami aussi.
Tant pis pour les règles établies, les pingouins outrepassent la consigne et camouflent le petit pingouin, assommé sans avoir eu le temps de dire ouf, dans une grosse valise.
La colombe dodue, un rien tête en l'air, se fera-t-elle duper ? Ou prise dans le feu de l'action, elle pressera nos pingouins de se coincer dans le fond de cale où ça sent horriblement mauvais - même eux, les pingouins qui empestent le poisson, ont le coeur au bord des lèvres.
Cependant, il n'est pas de bon ton de créer des vagues... restons discrets, amadouons la colombe survoltée et attendons le déluge.
Dialogues savoureux, des réparties bien troussées et des pingouins qui n'en loupent pas une, avec leurs questions, leurs interrogations et leur façon de pointer du doigt, ou du bec, ce qui cloche.
Ce petit roman qui a obtenu tous les éloges - du prix Tam-Tam J'aime Lire 2008 au prix Sorcières 2009 - est précédé d'une réputation à double tranchant. Parce qu'on est en droit de s'attendre à un roman excellent, pardi !
L'est-il vraiment ? Oui, il est mignon, adorable, craquant et désopilant. Plus encore, ce sont les illustrations de Jörg Mühle qui valent le coup d'oeil. Je n'imaginais pas que parler de dieu et de l'arche de Noé pouvait se révéler si enthousiasmant, je craignais que cela reste barbant, avec risque de piste glissante. Finalement, non. La pirouette est absolument prodigieuse, et on rigole le plus souvent, sans jamais se prendre la tête.
Entre les pingouins et la colombe, c'est affaire de coeur qui bat très fort.
Pour le lecteur, aussi.

Alice jeunesse, coll. les romans, 2008 - 93 pages - 8,00€

Traduit de l'allemand par Emmanuèle Sandron (auteur d'une lettre pleine de pêche, en fin de roman)

C’est un miracle qui n’arrive qu’une fois tous les dix siècles environ : un livre qu’on aime d’amour, un livre qu’on est prêt à défendre bec et griffes, que même, on pourrait mourir pour lui. Graînes de mômes

En savoir plus sur la page de l'éditeur Alice éditions 

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


11/07/09

mangamaniac #5

Five ~ shiori furukawa

five3Troisième tome d'une série qui confirme tout le bien que je pense d'elle ! Le groupe A+ se prépare pour la fête de l'école mais le hasard a voulu que Hina et ses camarades doivent totaliser une recette colossale. L'angoisse de la jeune fille est à son apothéose lorsqu'elle découvre que l'enveloppe contenant l'argent, et dont elle était la principale responsable, a été dérobée. Elle n'ose pas l'avouer aux garçons et tente de réparer toute seule son étourderie.
Entre Toshi et elle, la relation balbutiante continue de tâtonner. Et ce n'est pas pour me déplaire. Ils forment un joli couple qui n'a pas encore franchi le cap des déclarations, donc le jeu de la séduction s'en donne à coeur joie. J'aime beaucoup. Et j'ai largement adopté le style graphique de la mangaka, alors que ce n'était pas gagné au tome 1.
(kana, 6,25€)

*****

A romantic love story ~ kaho miyasaka

a_romantic_love_storyYukito est sérieusement amoureux de Kotori et lui prouve avec une jolie déclaration. La jeune fille, très timide, a beaucoup de mal à gérer cette situation. Habituée aux relations virtuelles, elle est souvent restée à l'écart des jeunes de son âge et ignore tout des attitudes à adopter. Résultat, elle est très, très maladroite. A tel point que la situation vire à la catastrophe (situation en yoyo, couple en sursis). Et coup de théâtre, Yukito décide de se teindre les cheveux en noir - c'est dommage, ça donne l'impression d'avoir un nouveau personnage. Je ne m'y fais pas encore.
Verdict final : Un tome 2 trop nunuche à mon goût ! Kotori est agaçante à tout le temps réfléchir et à se poser mille questions. L'intrigue traîne la patte, et elle est beaucoup moins excitante que dans le 1er tome.
(Panini manga, 6,95€) 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mon tube de l'été

gossip_music_for_men

Gossip > Music for men

**********

Posté par clarabel76 à 09:45:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

10/07/09

Celle que je voudrais être ~ Vanyda

celle_que_je_voudraisDeuxième partie de la trilogie créée par Vanyda, qui traite de l'adolescence et des passages à vide ou euphoriques fatalement inhérents, bref un cap pas toujours excitant, mais incontournable à franchir pour aider à grandir et à se trouver.
Valentine est donc entrée au lycée, néanmoins son groupe de copines a éclaté. Au début elles arrivent à coincer leur emploi du temps pour se retrouver le midi ou pendant les récréations, puis petit à petit d'autres clans se forment et les intérêts finissent par se fâner.
Valentine est une adolescente ordinaire, indécise, réfléchie, soumise. C'est une suiveuse, dans le sens où il lui faut une tête de file pour suivre le mouvement, et bien souvent elle s'embarque dans des situations gênantes où sa timidité refait surface.
Cette première année de lycée s'annonce aussi enrichissante, car Valentine élargit ses centres d'intérêt et ses relations, notamment avec Félix, son grand béguin de toujours.
La fin dénonce un goût d'amertume, terriblement parlant d'une époque floue, où on voudrait être cet autre qui ne nous ressemble pas, et où souvent on agit à l'encontre de ce qu'on souhaiterait vraiment. Mais au bout du compte, on ne sait plus.
J'aime beaucoup cette série, même si elle ne me concerne plus, elle n'est pas sans me rappeler une adolescence pas nécessairement difficile, mais plutôt réservée et pleine de questions.
D'un style sobre et délicat, emprunté aux codes du manga, le ton de Vanyda est imparable et touche instantanément.

Dargaud, 2009 - 192 pages - 14€

Preview de 7 planches sur le site BD Gest'

Pour rappel, le premier tome : Celle que je ne suis pas

Posté par clarabel76 à 12:00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

Des vérités cachées ~ Ann Cleeves

des_verites_cacheesDans une petite ville du Northumberland, le corps d'un garçon est retrouvé mort dans son bain. Quelques jours après, c'est celui de l'institutrice stagiaire, baignant au fond d'une grotte. Le lien entre les deux saute aux yeux : une mise en scène macabre, avec des fleurs autour du corps qui flottent dans l'eau. Est-ce assez pour conclure à un tueur en série ? Vera Stanhope, chargée de l'enquête, va étudier tous les détails. Elle ne va plus lâcher le groupe de passionnés d'ornithologie, les premiers à avoir découvert le deuxième crime, et qui, selon elle, adopte une attitude supérieure dans l'espoir de masquer des agissements plus vils et mesquins. Son propre passé lui revient en mémoire, qu'elle chasse farouchement, pas le temps de s'épancher car Vera s'est taillée une réputation d'enquêtrice implacable, vulgaire, lourde et négligée, d'une cinquantaine d'années et toujours célibataire. La vie personnelle de Vera est encore sous réserve, on sait juste qu'elle préfère la bière ou le whisky au thé qu'elle ingurgite - faute de mieux - chez les témoins qu'elle interroge.
Car il y aura d'autres romans policiers avec Vera Stanhope, cf. Morts sur la lande déjà disponible chez Belfond. Et ce n'est pas plus mal. Ce premier de la liste m'a semblé agréable et plaisant à lire, très propre sur lui. On s'intéresse de près à un groupe de personnes, on les suit dans leur quotidien, on devine leurs vérités cachées, mais vraiment au compte-goutte, car l'intrigue sait bien nous balader, elle nous donne la becquée pour nous endormir et c'est seulement vers les dernières pages que la solution nous est dévoilée, purement et simplement.
J'ai bien aimé cette façon de procéder, pas franchement révolutionnaire, c'est vrai, toutefois c'est une promenade dépaysante et une première accroche convaincante. Pour l'amatrice des romans policiers anglais que je suis. Dans la veine des Martha Grimes ou Elizabeth George.

Pocket, 2009 - 412 pages - 7,30€

traduit de l'anglais par Claire Breton

www.anncleeves.com

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


09/07/09

Darling Jim ~ Christian Mork

darling_jimQuel roman, mes aïeux. Noir et inquiétant, comme sa couverture, le roman l'est véritablement et peut gonfler la poitrine d'offrir un contenu à l'égal du contenant. C'est très rare. L'histoire nous transporte dès les premières pages, dans la verte et bucolique Irlande, même si la carte postale fiche aussi les jetons. Dans la maison de tante Moïra, les corps de trois femmes ont été retrouvés, portant des traces de sévices et autres souffrances importantes. Vision apocalyptique, d'autant plus incompréhensible qu'il s'agit de Moïra et de ses nièces, Fiona et Roisin. La bête et les beautés, dit-on en se signant. Les langues se délient à vitesse folle dans le village, or elles ne peuvent soupçonner l'origine du cauchemar. Ni qu'un tel massacre est devenu la conclusion d'un amour qui consume plus intensément qu'un brasier.
C'est alors qu'un jeune postier, qui trompe son ennui en dessinant des comics, va mettre la main sur le journal de Fiona, miraculeusement sauvé de l'enfer et échappé des fouilles de la police. En première page, Fiona supplie son interlocuteur, qu'importe son identité, de lire son histoire du début à la fin car elle se sait condamnée mais elle n'espère pas que sa mort tombera dans l'oubli. Il faut qu'on sache son histoire, il faut la lire et la colporter.
A la façon d'un seanchai, un conteur de légendes irlandaises.
Fiona a eu la malchance d'en croiser un sur son chemin, en la personne de Jim Quick, la beauté du diable, le regard implacable, et le charme de son mystère auréolant le trouble qu'il fait naître chez les femmes. De pubs en pubs, il raconte son histoire d'homme-loup, et dans son sillon la presse se fait écho d'étranges disparitions de jeunes femmes.
Qui est-il ? Que veut-il ?
C'est l'une des nombreuses raisons qui vous pousse à ne plus quitter ce livre du danois Christian Mork, oui danois, j'ai moi-même été surprise de le découvrir. C'est dire le talent exceptionnel qu'il possède, la capacité de se fondre dans un décor, de créer l'illusion. Son roman lui-même est constitué de tiroirs sans fonds, on les ouvre sous l'emprise d'une puissance maléfique, on emprunte des chemins de traverse, mais le narrateur vient toujours nous repêcher et nous pousse vers d'autres couloirs labyrinthiques. C'est prodigieusement bluffant. Un roman dans le roman. A la façon des poupées russes. Bref, j'ai adoré.
Et l'écriture est sensuelle, brillante, étourdissante. C'est un livre à plusieurs facettes, qui vous raconte une histoire d'amour, de danger et de tristesse. Une histoire qui donne la chair de poule. Une histoire un brin fantastique, avec des contes et légendes qu'on imagine se raconter au coin du feu ou avec une lampe de poche sous une tente ! Pour frémir de plaisir.
Une lecture que je recommande.

Le Serpent à Plumes, coll. roman noir, 2009 - 382 pages - 20€

Traduit de l'anglais par Agnès Jaubert

Lily a également été fascinée - Joëlle l'a dévoré - Ys pense que cela ferait un excellent scénario de film

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

08/07/09

Le dieu des animaux ~ Aryn Kyle

le_dieu_des_animauxJ'ai craint l'ennui en parcourant les premières pages de ce roman, perdue dans l'univers des chevaux, au coeur d'un ranch en plein désert du Colorado, où une vie rude et proche de la misère est racontée en des termes simples mais captivants. Il faut dire que l'histoire d'Alice Winston, treize ans, devient vite attachante. La jeune fille est coincée avec son père depuis la fugue de sa soeur aînée, qui s'est mariée avec un cowboy. C'était elle, Nona, le bras droit, la cavalière émérite, la star locale. Leur mère aussi a connu son heure de gloire, mais elle a sombré dans un état léthargique qui la cloue au lit du matin au soir. Et Alice n'est pas tendre avec la maladie de sa mère, avec l'odeur que son corps dégage, ni envers sa mollesse, ses idées folles. Tout ennuie Alice, même de travailler comme une acharnée dans les écuries. Elle rêverait d'une vie d'ado ordinaire, elle envierait presque Sheila Altman, une fille à maman qui vient prendre des leçons d'équitation, et qui mène une vie précieuse et confortable. Très loin de ce que connaît Alice.
Un jour, la disparition d'une camarade de classe, Polly Cain, et la découverte de son corps dans le canal voisin par le propre père d'Alice, vont l'amener à se créer une autre vie. Elle va rencontrer son professeur d'anglais, prétendre être la meilleure amie de Polly, inconsolable et terriblement seule, lui téléphoner très régulièrement en lui racontant mensonges sur mensonges. A partir de là, Alice va s'enfermer dans un univers qui l'éloignera de sa réalité, alors même qu'elle aspirait déjà fortement à partir, dans sa tête ou pour de vrai. Tout, plutôt que croupir dans ce ranch qui la rend folle. Folle d'ennui et de désespoir.
C'est un roman troublant, qui n'est pas tendre, et où l'espoir n'a pas droit de cité, et pourtant quel roman envoûtant ! On y ressent toute l'âpreté des personnages et des décors. Car c'est un roman violent, terrassant, captivant et suffocant. D'une beauté sombre et poignante. Un peu lourd avec ses passages sur le monde des chevaux, il n'en demeure pas moins habile à dévoiler une peinture du tragique sur l'adolescence et la difficulté de se tailler une part dans un monde où on ne trouve pas sa place.
Brillant, et singulièrement fascinant !

Gallimard, 2009 - 415 pages - 25€

traduit de l'anglais (USA) par Anne-Laure Tissut

34127897

 

 

 

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

07/07/09

Le temps des lézards est venu ~ Charlie Price

le_temps_des_lezardsLa mère de Ben est folle, frappée d'hallucinations, elle imagine des lézards partout et s'attend à une invasion imminente. Lycéen désoeuvré, Ben passe son temps à la surveiller, qu'elle évite le mélange des cachets et de la drogue, et tente de mettre la main sur son père qui s'est fait la malle, ou fait les cent pas dans le hall de l'hôpital en espérant un énième internement.

Un jour, il rencontre Marco Lasalle, un garçon dans la même situation que lui - sa mère est folle et internée. Ils vont se revoir chez Marco et celui-ci va alors lui raconter une histoire complètement dingue. En glissant le bras dans un trou de ver, en fait un portail temporel, il va se rendre en l'an 4000 et découvrir que cette société est désormais capable de guérir les maladies mentales.

Après une période de doutes, Ben est tenté de croire les élucubrations de Marco. Qu'importe si elles l'emportent dans une fuite en avant qui pourrait avoir raison de son propre self-control... Etrange roman que voilà ! Toutes les frontières sont abolies, brouillant les pistes qu'on imaginerait toutes tracées à l'avance.  Le début est franchement très bon, mais à partir du moment où l'épisode de l'an 4000 fait son apparition, l'histoire devient vraiment trop bizarre. Partagé entre la SF et la folie, le récit aurait tendance à nous déconcerter au fil des pages. Toutefois cela se lit très vite, toutes circonspections rangées dans la poche.
Un roman bizarrement très prenant.
Par l'auteur de Ce qu'ils savent.

Editions Thierry Magnier, coll. Romans Grands formats, 2009.
(achevé d'imprimer au présent) 240 pages - 16€

Traduit de l'anglais (USA) par Pierre Charras

Un roman à décrypter, selon Pages à pages

*****

Concours sur le site des éditions Thierry Magnier

1er prix
un exemplaire de
Le temps des lézards est venu et De l’autre côté de l’île
+ les deux prochains titres de la série
(à paraître entre septembre et octobre – envois à la rentrée)

du 2e au 10e prix
un exemplaire de
Le temps des lézards est venu et De l’autre côté de l’île

Click !  (pour remplir le formulaire et répondre aux questions)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

06/07/09

Artemis Fowl 6 / Le paradoxe du temps ~ Eoin Colfer

artemis_fowlPour sauver sa mère qui souffre d'une maladie magique, Artemis fait appel à Holly Short, son amie fée, pour l'aider à remonter le temps. Il doit en effet retrouver le lémurien de Madagascar, un animal en voie d'extinction, qui détient l'antidote, mais affronter son double âgé de dix ans qui, alors en possession de l'animal, va marchander le singe pour financer une expédition dans l'Arctique. Bienvenue dans le paradoxe du temps ! D'apparence sans queue ni tête, ce voyage dans le temps va offrir un face à face particulièrement excitant entre l'Artemis plus jeune, soit un gamin rusé et filou, et l'Artemis de maintenant, aguerri des missions crapuleuses. Cela permet aussi de constater la grande évolution dans la série. Que de chemin parcouru... (j'y reviendrai)

Dans ce sixième volume de la série, Artemis et Holly tentent donc de réécrire l'histoire passée pour sauver Angeline Fowl - petite pensée pour Hermione et Harry Potter qui ont utilisé un Retourneur de temps dans le Prisonnier d'Azkaban. Bien évidemment l'expédition va frôler le pire et connaître bien des mésaventures, notamment à cause du jeune Artemis de dix ans et du retour inopiné d'Opale Koboï (cf. le tome 4 pour faire sa connaissance).

Artemis Fowl est une série que je lis depuis plus de cinq ans maintenant, ce sont de bons romans d'aventures, dans la lignée de James Bond (cité en clin d'oeil, à ce propos). On y trouve beaucoup de technologie et de gadgets, mais aussi du fantastique (des fées lutines, un nain cleptomane ou même un centaure) qui se fond dans le décor à merveille. Ce sixième volume, à l'instar des précédents, est riche en action, en humour, en rebondissements, propose un voyage dans le temps et même une relation entre Artemis et Holly qui pourrait dépasser le simple cadre amical. Huuu. La série a bien grandi et chaque épisode reste un rendez-vous incontournable. Hélas je me sens un peu nostalgique des premiers tomes. Je ne suis pas allergique aux changements - Artemis est un personnage qui évolue vers le bien, alors qu'il était connu pour incarner la canaille - mais j'ai surtout peur de voir l'auteur s'élancer dans une série à rallonge et épuiser le filon jusqu'à définitivement dégoûter le lecteur. Parce que, mine de rien, ce tome 6 n'est pas le meilleur de la série non plus... malgré cela, il est très agréable à lire.

Gallimard jeunesse, Coll. Hors série Littérature, 2009 - 430 pages - 18€

traduit de l'anglais par Jean Esch

******

Oyez, Oyez, amis lecteurs, c'est l'heure du jeu qui permettra à 5 d'entre vous de gagner un roman Artemis Fowl !

Il vous suffit de répondre à 3 questions :

  1. Comment a eu lieu la première rencontre entre Artemis Fowl et Holly Short ?

  2. De quelle nationalité est l'auteur Eoin Colfer ?

  3. Quel est le titre du cinquième tome ?

(merci de donner vos réponses par email : clarabel76@yahoo.fr )

Un tirage au sort départagera les 5 gagnants. Bonne chance à tous !

edit du 9 juillet :  le tirage au sort a été effectué et les gagnants ont été avisés par email. Merci à tous les participants.
Les réponses aux questions étaient : 1) kidnapping  2) irlandaise  3) Colonie perdue.

A une prochaine fois ! 

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

04/07/09

Mes vacances sans Edgar ~ Claire Julliard

mes_vacances_sans_edgarLes vacances aux Mansardes, la maison de campagne de la famille Maladier, s'annoncent mal, très mal. Atroces, comme disent les soeurs Alice et Mélanie. Accusées de trop manger, elles affichent des kilos en trop qui dégoûtent Annabelle, longiligne et rigoureuse, mais au tempérament mal trempé dans l'acide. Charlotte a suivi la petite troupe, s'est greffée au noyau familial qui compte également Emilien et Julius. Or, tous les cinq ont le mal d'Edgar, le cousin qui vit une success story entre Paris et Saint Tropez, heureux chanteur à la mode, détenteur du fameux tube de l'été. Edgar n'a donc pas tenu sa promesse, il ne se joindra pas au groupe pour l'été et son absence pèse sur l'atmosphère rendue électrique.
Charlotte, la narratrice, est mélancolique malgré elle. Elle avait une histoire secrète avec Edgar, une amourette qui n'a pas supporté le monde du showbiz, néanmoins elle préfère taire ses frustrations et jongle entre les cousins pour calmer les chaudes humeurs et les échanges de noms d'oiseaux.
Et puis Edgar débarque, et avec lui un mini cyclone qui va tout mettre sens dessus dessous.
L'histoire montre un groupe en souffrance, enfermé dans sa fascination pour un garçon en apparence formidable, mais en dedans moins extraordinaire. Son arrivée à l'improviste va propulser des émotions trop longtemps enfouies, va aussi permettre d'ôter des oeillères chez ces adolescents dégingandés et indolents. Le rythme du roman m'est apparu mou, dans le bon sens. Tous s'ennuient, guettent, épient et tendent l'oreille vers le retour du guerrier. A un moment la narratrice évoque sa lecture d'un roman de Françoise Sagan, Le garde du coeur, et justement je me faisais la réflexion que la prose de Claire Julliard s'y approchait magnifiquement.
Hélas, dès lors que le bel Edgar fait son apparition, l'histoire devient beaucoup moins intéressante. Tout y passe : la célébrité soudaine, la musique commerciale, le star-system, les dérives... L'ensemble m'a semblé trop cousu de clichés. J'ai beaucoup moins apprécié et j'ai préféré vite boucler ma lecture qui ne me correspondait plus du tout. Plus dans la bonne tranche d'âge, dirons-nous.
A conseiller aux ados, dès 12-13 ans. Ou plus. Ou moins. Je ne sais pas ! ;)

Medium de l'Ecole des Loisirs, 2009 - 146 pages - 9,00€

illustration de couverture : Franck Juery      

Posté par clarabel76 à 11:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,