22/11/06

Le royaume d'Outrebrume I. Oursin des Etoiles - M.I. McAllister

oursin_des_etoilesL'île d'Outrebrume est un royaume secret, protégé par des brumes enchantées qui s'enroulent autour d'elle comme une cape. Elle est gouvernée par un roi d'une grande bonté qui vit dans une tour où des écureuils, des hérissons, des taupes et des loutres habitent et travaillent ensemble. Par une nuit d'étoiles filantes, un petit être vient au monde, recueilli par le Capitaine Crispin et le prêtre Frère Sapin. C'est un petit écureuil orphelin, au poil blanc, prénommé Oursin.

Oursin grandit dans l'espoir de servir dans la Tour d'Outrebrume, auprès du roi Coeurdepique et des Chevaliers Crispin l'écureuil, Pastor la loutre et Bogue l'autre écureuil. Mais hélas, le roi et la reine sont frappés d'un grand drame : leur fils, le prince héritier, Culbute a été assassiné. Le chevalier Crispin est reconnu coupable et condamné à l'exil. Oursin voit partir son grand ami et refuse de croire à sa culpabilité. Il devient le page de Pastor et va vivre auprès de ce dernier et d'autres fidèles de palpitantes aventures. Ils sont quelques-uns à comprendre qu'un complot se trame dans le dos du couple royal, que le meurtrier du petit Culbute vit toujours au coeur d'Outrebrume, qu'il faut donc être prudent et vigilant auprès des suivants du Cercle du royaume.

Si vous pensiez qu'il fallait nécessairement ressembler à l'espèce humaine qui se tient sur ses deux pattes pour être un héros prodigieux et doué d'intelligence, vous allez complètement changer d'opinion en ouvrant ce premier tome des Chroniques d'Outrebrume. Ce sont des écureuils, des hérissons, des loutres et des taupes qui sont les rois de ce royaume imaginaire, ce sont eux les principaux acteurs de cette aventure passionnante. Leurs histoires sont excitantes, préconisées pour des jeunes lecteurs de 9-10 ans, mais la vieille de 30 ans (que je suis) s'avoue avec fierté totalement charmée et enthousiaste à ce début de trilogie. L'auteur M.I. McAllister a prêté à ses petits animaux les traits de caractère des humains : loyal comme un hérisson, déterminé comme une taupe, brillant comme un écureuil, courageux comme une loutre... Ou peut-être que c'est l'inverse, après tout ?! Une lecture divertissante, où se mêlent l'esprit des Mousquetaires et des légendes de la Table Ronde. Une aventure palpitante au suspense haletant.

Folio junior

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Mercredi, jour des enfants

IMGP2593

Livre du jour : Abo, le minable homme des neiges d'Agnès Desarthe.

La vie est nulle ? Oui, si votre nom est Abo, si vous êtes un tout petit bonhomme pas très musclé et pas très courageux qui habite une maison isolée au sommet de l'Himalaya, si vous n'avez pas d'ami avec qui rire et parler, parce que non seulement vous êtes timide et vous préférez vivre tout seul, loin des regards...

Oui, la vie est encore plus nulle car vous êtes petit, seul et timide, mais vous avez aussi des grands pieds, des pieds qui nécessitent une paire de chaussettes tricotée au moins six mois.

Mais bon, la vie est belle : faire des bonhommes de neige et fumer sa pipe en lisant le journal (haem, fumer nuit gravement à la santé !!!) sont les deux vrais plaisirs dans la vie d'Abo. Jusqu'au jour où en lisant la gazette il tombe sur un titre à faire dresser les cheveux sur la tête : L'ABOMINABLE HOMME DES NEIGES EXISTE... Diantre ! Abo n'en croit pas ses yeux. Alors, il est petit, il a de très grands pieds et vit tout seul dans la montagne, mais en plus il fait peur à tout le monde. La vie est vraiment trop injuste !... (Abo se jette sur son lit pour pleurer et s'endort sans dîner.)

Le lendemain, Abo apprend qu'une chasse-battue est organisée pour débarrasser les habitants de l'abominable homme des neiges. Sa tranquillité étant menacée, Abo décide de ne pas finir sa vie comme une bête traquée. Il est petit, il est peu musclé et peu courageux, il est tellement timide et ne ferait pas de mal à une mouche, mais Abo est malin.. intelligent, très intelligent !...

Il va réussir à rouler les chasseurs, lesquels sont des rustres, grands, gros et méchants, qui se moquent de lui en le traitant de "MINABLE homme des neiges". Mais la ruse d'Abo a réussi, sauf que les chasseurs sont expédiés, vlan patatras, dans le vide d'une crevasse. Tant pis pour eux, ils n'avaient qu'à pas commencer ! 

Le lendemain, d'autres chasseurs prennent la relève et se rient d'Abo, mais sont aussi dupés et précipités haaaaaaaaaaaa tous dans le vide. Avec trente disparitions sur la conscience, Abo ne se sent pas très fier. Ok, ce sont eux qui ont commencé, mais les remords le rongent. Il a eu tort, s'en veut et, de colère, décide de devenir vraiment "abominable". Dégoûté, il se dirige vers le rocher pour se jeter dans le vide... et là ! miracle ! surprise ! La honte peut toucher les gros costauds qui prêtent au mensonge une vertu plutôt glorieuse et libératrice ! ... Moralité abo: c'est pas mal d'être une légende. Moralité, bis : il ne faut jamais croire ce qu'on lit dans les journaux.

Convient aux jeunes lecteurs dès 5-6 ans. Une lecture sur la timidité, la solitude et la tolérance. Suffit pas d'être un Superman pour réussir à braver ceux qui se croient plus malins. L'intelligence est une perle à cultiver avec sérénité (mais sans fumer la pipe!). Avec des jeux de mots à la pelle pour racler la neige devant votre porte... Suspense assuré ! :-)

Ecole des loisirs - Agnès Desarthe & Claude Boujon

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21/11/06

Entresol - Vincent Meyer

entresolUn éditeur parisien reçoit un livre publié en 1934 qui lui rappelle la lecture d'un manuscrit récemment reçu dans ses services, mais poliment refusé par une lettre type. Cette coincidence est étrange et plonge l'homme (André Martel) dans une relecture plus scrupuleuse. Or, il lui faut remettre la main sur ce manuscrit, renvoyé à l'expéditeur, un certain Vincent Meyer, déclaré mort à Cosnes-sur-Loire...

C'est en pièces détachées qu'il recoupe l'histoire d'une intrigue policière : un enfant a disparu au coeur d'un immeuble du 14ème arrondissement au 17 rue Leon-Bloy. Un mystère entier commence, aux mains du lieutenant Beaulieu, rendu perplexe par l'incongruité de la disparition, par la dizaine de perquisitions effectuées, et les éléments réunis suite aux entretiens avec les locataires du lieu. La galerie des personnages ne manquent pas de piquant : "Les libraires sont lesbiennes, les peintres sont vaniteux, les bouchers sont des ogres, les astronomes passent pour des fous et, cerise sur le gâteau, les catholiques s'en mêlent."

"Entresol" est un roman qui ne s'en laisse pas conter, il est en fait un roman-puzzle, balancé entre le roman dans le roman, une enquête policière, une disparition mystérieuse, une illusion fantastique et un jeu de cache-cache entre les uns et les autres, au coeur des pages, mais également en rapport avec le lecteur. Ce dernier, perdu et ébloui, ne décolle pas du livre avant la fin !... La fin est ouverte, les explications ne manquent pas. C'est une lecture complétement réjouissante, qui sort des sentiers battus.

Maren Sell éditeurs

Posté par clarabel76 à 19:08:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Malabar trip - Cyril Montana

malabar_tripOù partir en vacances avec sa copine quand on est jeune et fauché ? La Croatie ? Elle trouve ça trop dangereux. Le Portugal ? La mer est trop froide. Après élimination, il ne reste que la Corse, parfaite pour des vacances tranquilles au soleil. Le héros et Mathilde, étudiante, fille de cadres sup' qui aime presque autant les joints que les malabars, la sillonnent en scooter. Les vacances sont tout sauf reposantes, pleines d'imprévus et de petites galères... mais on s'en souviendra !

Ce n'est certes pas un grand livre de littérature, l'auteur est un jeune trentenaire parisien, branché, énervé, speedé et amoureux, un peu à l'image de son personnage. Ce dernier invite sa dulcinée à partir pour des vacances en amoureux en Corse sur son scooter. Cela annonce la couleur, c'est très drôle, ça ménage nos neurones survoltés et tout lecteur épuisé de son quotiden trouvera dans cette lecture une échappatoire. Bon rythme, jolie tonicité et un esprit pétillant qui convient aux esprits les moins récalcitrants ! Quelques passages agaçants sur des expériences douteuses et portées sur la drogue, j'apprécie moyennement. Pourtant, l'impression finale demeure réjouissante. Le format poche est idéal pour découvrir cet auteur !

J'ai Lu (initialement publié au Dilettante, dont la couverture était beaucoup plus jolie ! )

Posté par clarabel76 à 10:49:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Clin d'oeil

"Henriette regarde mon ventre sous la robe. Ein kind drinnen ein kind. Un enfant à l'intérieur d'un enfant.

- J'ai quand même trente-cinq ans.

- Ce qui ne t'empêche pas d'être une enfant. Tu sais qui est la sainte patronne des femmes enceintes ?

- Non.

- Cunégonde, qui mourut en 1033, répond la vieille qui me suggère ensuite de trouver un métier plus sûr parce que, m'explique-t-elle, entre deux Goethe il s'écoule toujours plusieurs générations et que, pour assurer son pain quotidien, il faut des revenus sûrs. (...) "

Gestations - Tove Nilsen

Posté par clarabel76 à 10:32:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


20/11/06

Gestations - Tove Nilsen

gestationsEn découvrant qu'elle est enceinte, la narratrice se réfugie chez les soeurs pour réfléchir et apprécier cette nouvelle. Auparavant, elle a déjà fait deux fausses couches qui l'ont cruellement meurtrie. Parallélement, cette femme se lance dans l'écriture d'un nouveau roman, guidée par les esquisses de Leonard de Vinci qui représentaient des foetus et une femme enceinte décédée. Inspirée par ses recherches sur la création artistique féminine, elle va s'intéresser à Henrickje Stoffels, qui fut le modèle et la maîtresse de Rembrandt. Son interprétation de Bethsabée recevant l'ordre du roi David a immortalisé sa grâce, son ventre de femme enceinte et son mystère...

Les mois passant, la narratrice est à l'écoute de son corps et du bébé niché en son sein. Elle voyage d'Oslo à Amsterdam et jusqu'à Paris, l'enfant chipote et semble contester à sa mère le droit de mener sa vie trépidante. Elle s'incline. "Etre enceinte, c'est aussi rompre avec la chronologie. Pourquoi ? Parce que celui qui a été nouvellement conçu a de tout temps été "mort" avant que la vie ne se manifeste. Etre attiré par un tableau vieux de trois cents ans, c'est voir comment le talent se hausse au-dessus du temps et, par là même, de la chronologie". La narratrice ne cesse de s'interroger, pourquoi cette fascination pour Henrickje, pourquoi cette nécessité d'écrire. Elle mêle avec humour et intelligence ses pourquoi et ses pirouettes, introduisant l'homme qui partage son quotidien et avec lequel la complicité est flagrante.

"Gestations" est un roman (?) qui parle de la création et de la mise au monde, (enfant plus roman, bien forcément !). Cette idée de mettre en miroir cette double conception est judicieuse et évidente. Le fait de considérer ce livre comme un roman m'étonne un peu, car je l'envisageais comme un récit d'une expérience personnelle. Tove Nilsen est née en 1952 à Oslo, elle est considérée comme l'auteur d'une écriture engagée. "Gestations" apporte sa petite pierre à l'édifice qu'est l'enfantement dans la littérature. Un texte très honnête, spirituel et vraiment drôle, avec des rencontres et des personnages époustouflants.

Gaia

Posté par clarabel76 à 20:27:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dormir ensemble - Hervé Brunetière

dormir_ensemble"Bon, puisque tu veux le savoir, on a dormi une nuit ensemble, Ronan et moi, mais il n'est rien passé entre nous. Il était triste et m'a demandé de dormir avec moi. Au début, j'ai dit non. Ensuite, j'ai dit : Oui, à condition que tu ne me touches pas. Il m'a promis et on a dormi comme ça, l'un à côté de l'autre." - Il ne s'est rien passé, vraiment ? Le narrateur refuse de s'en contenter. Il se nourrit de cette nuit et des folles pensées qu'il entretient à ce sujet. Dormir ensemble, soit, mais ce n'est pas un acte anodin et totalement libre, selon lui. Cela fait deux ans qu'il y pense, qu'il se passe le film en pensées. Sa femme et cet autre, prêts à se coucher côte à côte, se livrant au rituel de dormir ensemble, d'une nuit interminable, peau contre peau, le souffle à l'unisson.. Non, pas possible. Il y a forcément eu un geste, une approche, une pensée... Rien que d'y penser le rend malade. Son texte est un bouleversant témoignage, un gage de folie et de passion amoureuse. "Je pars du principe qu'ils n'ont pas fait l'amour et je cherche tout ce en quoi ils ont fait l'amour sans faire l'amour." - Car finalement, l'acte d'amour est bien plus manifeste dans son expression sensuel, pas nécessairement "passage à l'acte". En 58 pages, Hervé Brunetière livre plusieurs clefs du sentiment amoureux et celui naissant de la jalousie. Le désespoir de cet homme est en quelque sorte bizarre, mais pas facile d'y être insensible...

L'escarbille

Merci Laure !

Posté par clarabel76 à 13:11:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

No sex last year, La vie sans sexe - David Fontaine

no_sex_last_yearPrès de quarante ans après la révolution de 1968, où la liberté sexuelle a figuré parmi les éléments clefs de cette "révolution", on constate de plus en plus un étalage sans pudeur du sexe dans la société du 21ème siècle, dans sa consommation, dans la publicité, dans les discours etc.. C'est très tendance, dans la normalité, etc. Or, en contrepartie, les études sur les comportements sexuels des français s'aperçoivent aussi qu'il y a de plus en plus d'abstinents, des "no sex" qui taisent le fait de ne pas pratiquer, plutôt par honte et crainte de paraître "anormal".

L'essai de David Fontaine s'est appuyé sur le témoignage de douze personnes, six femmes et six hommes, qui connaissent ou ont connu l'abstinence sexuelle. Leurs expériences montrent que ce n'est pas obligatoirement un choix personnel, plutôt un concours de circonstances (après un divorce, un échec professionnel, une enfance traumatisée, un viol, etc.), et également une paralysie d'aborder l'autre (les moyens sont généralement limités, confinant à la solitude, l'utilisation d'internet n'est pas un résultat concluant pour des relations sérieuses).

Bon, il n'y a rien de pervers dans ce livre, désolée pour ceux dont les recherches ont conduit à cette page et espéraient un contenu plus croustillant. C'est sérieux, c'est un constat intelligent et qui pousse à revoir les idées préconçues. Etre abstinent n'est pas un signe de névrose (n'en déplaise à monsieur Freud qui affirmait que "Etre normal, c'est aimer et travailler"). L'étude de la vie sans sexe s'intéresse autant aux célibataires et aux couples mariés, c'est un grand malentendu qui est reconsidéré, un point de vue à dépoussiérer, car même si on se prétend "moderne" le constat des étiquettes est plutôt navrant. Conclusion ultime : "Il n'y a pas d'amour heureux", disait Aragon, mais il pourrait y avoir du non-sexe heureux... "Ce sont peut-être ceux qui ne le pratiquent pas qui en font rejaillir l'essence avec le plus d'éclat". .. Intéressant de bout en bout, je conseille cette lecture, agrémentée d'un cd audio sur des reportages et créations sonores pour compléter cette réflexion.

Les petits matins

  • Ce livre peut faire écho à celui d'Elizabeth Abbott "Histoire universelle de la chasteté et du célibat" (Fides).

Posté par clarabel76 à 11:03:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

19/11/06

La petite musique du dimanche

... Pleurer pour un rien
Acheter un chien
Faire semblant d'avoir mal
Et mettre les voiles...

... Boire mon café noir
Me lever en retard
Pleurer sur un trottoir...

... Remplir un caddie
Avoir une petite fille
Et passer mon permis ...

Je sais je suis trop naïve
De dresser la liste non exhaustive
De toutes ces choses que je voudrais faire avec toi

Avoir un peu de spleen
Ecouter Janis Joplin
Te regarder dormir
Me regarder guérir
Faire du vélo à deux
Se dire qu'on est heureux
Emmerder les envieux.

(Rose / La liste)

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

18/11/06

Week-end en couple avec handicap - Nicolas Richard

weekend_en_coupleOn avait dit qu'on se reverrait... tout était urgent et prétexte à d'interminables discussions... je voulais présenter une galerie de personnages ridicules ou touchants... j'avais l'intention de développer une réflexion sur les décalages entre le passé et le passé dans le passé. Mais, au final... hein, cela donne un concentré de 13 nouvelles sans colorants ni conservateurs, un recueil frais moulu par un ancien bûcheron dans le Valais, entre autres considérations* sur le parcours de l'auteur, traducteur, romancier, et patati et patata...

"Week-end en couple avec handicap" reprend les instants souvent passés dans la vie du narrateur et qui se manifestent dans son présent sous forme de souvenirs déplaisants, honteux, nostalgiques, gênants mais bienheureux aussi. La rencontre d'une machine à caresser, d'une machine à anticiper, à faire l'amour, à broyer la matière pour en obtenir une autre.. par exemple. Une bonne gifle bien sentie pour cueillir la journée qui commence... L'essence d'un jeune écrivain qui se découvre dans ses lendemains dégrisés d'alcool et de nuits blanches auprès d'une inconnue de passage... Une jolie camarade qui sème la zizanie au sein d'une bande de copains virils, une journée de Saint Valentin noyée par les larmes, la paternité d'une oeuvre aux prises avec les effets de la caféine, le bon fils et la méchante petite amie trop franche, une jeune correspondante intrépide, le doux souvenir des cafés du centre-ville, une bluette sentimentale qui s'échappe, la vengeance d'une femme est un plat qui se mange froid, même cinq ans plus tard... Voilà au menu. Appétissant ? Oui, un régal.

"Peut-être garde-t-on intacte en soi une capacité d'émerveillement d'autant plus importante qu'on s'en est peu servi pendant ses jeunes années ? Un SEP (Stock d'émerveillement potentiel), en quelque sorte, qui se conserverait indéfiniment sans rien perdre de son éclat initial." - C'est, pour simplifier, la sensation que j'ai éprouvée en lisant ce recueil de nouvelles. Un plaisir simple, honnête pour un travail d'écriture tout aussi sincère et transpirant l'enthousiasme.. allez, on s'éponge et on s'y plonge.

*Biographie de l'auteur
Nicolas Richard a publié un roman, Les Cailloux sacrés (Flammarion), et des nouvelles dans des revues (Les Épisodes, Rue Saint Ambroise). Il a traduit Richard Brautigan, Stephen Dixon, James Crumley Harry Crews, Richard Powers, Nick Hornby Thomas McGuane, H. S. Thompson. Il a aussi posé nu pour des étudiantes, retapé des appartements à Brooklyn, fait la vaisselle à Bâle, a été bûcheron dans le Valais et manager de groupes de rock.

Les petits matins

Posté par clarabel76 à 18:01:38 - - Commentaires [7] - Permalien [#]