13/10/06

Passage du gué - Jean Philippe Blondel

passage_du_gueUn jeudi d'octobre 1986, Myriam rencontrait Fred sur un air de Martha Davis. Instant de grâce : le jeune homme est sous le charme. Or, Myriam partage sa vie avec Thomas, jeune cadre dynamique. La vie passe... Fred, Myriam et Thomas deviennent un couple à trois, indissociables. Ils s'aiment à leur façon, un peu à la Jules et Jim, mais ils ont une histoire à eux, beaucoup plus nuancée pour être contenue dans une case. Impossible à juger. Simplement, ces trois-là sont des statues de cire qui ne se parlent pas ouvertement. Ils s'observent, ont des fantasmes, des attirances, des envies, des manques, des frustrations, et dans le fond ils se loupent. Mais ce n'est pas grave.

Car ce tout nouveau roman de JP Blondel est vraiment tout nouveau, complètement différent de son style habituel et de son créneau "petite madeleine de Proust" (raconter sa vie sur le souvenir d'un objet ou d'une chanson). "Passage du gué" est un roman beaucoup plus impudique, tout en demeurant sur sa réserve. Il aborde un sujet plus délicat, plus subtil. C'est une démarche osée pour l'auteur, il pénètre un territoire épineux qui concerne les relations entre homme ou femme, il aborde le désir, l'attente, la convoitise. Il se met dans la peau d'une femme et exprime le vide dans son ventre. Il met en lumière l'ambivalence des amitiés masculines. Il devient aussi le lien de transition, celui qui passe le témoin, chasse la souffrance, pousse les souvenirs vers leur sortie. Chez Blondel, on parle alors de la "mémoire des corps", c'est une notion raffinée qui concerne une relation intuitive et instinctive, maniée très intelligemment.
Ce roman a tout pour charmer, troubler, émouvoir et bouleverser. Il vise des contrées secrètes. Il place le lecteur en état de grâce. A aucun moment, on ne peut deviner ce qui va arriver (et on ne doit pas le dire). Et ces trois personnages, Fred, Myriam et Thomas, on les prend dans nos bras, on les aime, on leur souhaite qu'ils s'aiment à fond, qu'ils s'en sortent. Leur histoire n'est pas finie et tout lecteur gardera une place dans son corps en souvenir...

Robert Laffont

Posté par clarabel76 à 11:37:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Echappée de lecture

... " Ayant échangé nos adresses, nous nous dévisageons, hésitant à nous dire au revoir. "Puis-je vous poser une autre  question, une question très discrète ? " Elle hoche la tête et je demande : "S'agit-il de lettres d'amour ?"

Elle semble stupéfaite, et je crois d'abord l'avoir offensée. "Oui", dit-elle. Ses yeux brillent. "Des lettres d'amour de la vie. Voilà ce qu'elles sont. "

Après que je l'ai aidée à monter dans sa voiture, Marjorie Guernsey-Jones baisse sa vitre : "Vous auriez été mon préféré aussi."

Jours de juin - Julia Glass 

Posté par clarabel76 à 11:27:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12/10/06

Stage Beauty

Dans le Londres du XVIIème siècle, Edward « Ned » Kynaston est la « femme » la plus célèbre d'Angleterre. A cette époque, les femmes n'ont pas le droit de jouer sur scène, situation dont Ned profite, faisant usage de sa beauté et son habileté à interprété avec Brio les grands rôles de femmes. Mais le roi Charles II, las de voir toujours les mêmes comédiens dans les mêmes tragédies, décrète, que les femmes auront dorénavant le droit de monter sur scène et que les hommes ne pourront plus interpréter des rôles féminins. Cette décision royale bouleverse la vie de Ned qui perd sa position privilégiée de « femme » la plus désirable de Londres. Entre en scène, Maria, l'habilleuse de Ned, qui devient une vedette instantanée.

Stage Beauty rappelle un certain Shakespeare in love... Mais toute comparaison s'arrête vite là ! Dans le film de Richard Eyre, Claire Danes et Billy Crudup se donnent la réplique, avec en toile de fond la pièce "Othello". Ce couple de jeunes acteurs n'a rien à envier à Gwyneth Paltrow et Joseph Fiennes, loin de là ! Et puis, il y a davantage d'espièglerie et de transparence concernant le milieu du théâtre de ce 17ème siècle anglais. Les femmes étaient interdites sur scène... qu'importe, les hommes pouvaient se travestir et faire bondir les coeurs de toute assistance. Comme ce fut le cas pour l'incomparable Kynaston (décrite comme la plus belle femme d'Angleterre par Samuel Pepys). La révision de cette loi va finalement conduire au "chômage" bon nombre d'acteurs, comme Kynaston. Et celle qui dans l'ombre se pâmait du rôle de Desdemone, se verra briller sur les devants de la scène... en la personne de Maria (Mrs Hughes), auparavant humble costumière de Kynaston. Bref, au lieu de jouer au chat et à la souris entre ces deux-là, le réalisateur Richard Eyre a tourné sa caméra vers le contexte de l'époque (société frivole, qui s'ennuie) et montre sans complaisance l'ambivalence de Kynaston, paralysé d'attirance pour les deux sexes (et encore ?). Dans Stage Beauty, aucune mièvrerie, mais une fin un peu trop compassée, et un casting talentueux, dont Ruppert Everett en Charles II grandiloquent !

vu en février 2006

Posté par clarabel76 à 12:55:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11/10/06

La Madone des Sleepings - Maurice Dekobra

Madone_des_sleepingsLondres, dans les années 20. La fantasque et ravissante Lady Diana Winham fait couler beaucoup d'encre par son exubérance, sa beauté et ses frasques amoureuses. Veuve et proche de la ruine, elle entreprend de détourner les racontars mondains en dansant nue pour un spectacle de bienfaisance. Lady Diana a une idée pour renflouer ses caisses et confie à son secrétaire, le Prince Gérard Séliman, la mission de se rendre à Berlin pour corrompre quelques responsables bolchéviques et récupérer l'autorisation d'exploiter ses champs de pétrole en Géorgie. Mais cela se corse : le responsable Varichkine tombe fou amoureux de la belle Lady Diana, au grand dam de la maîtresse officielle, l'égérie rouge, Irina Mouravieff.

Duel de tigresses, conflits politiques et batifolages entre Londres, Berlin, le Caucase et l'Ecosse... "La Madone des Sleepings" est un roman qui cabriole follement. Mais qui est cette Madone ? « Elle est veuve, ravissante, ruinée et reçoit environ sept cent trente invitations à dîner chaque année. Elle danse nue dans les œuvres de bienfaisance et ne cesse de voyager. On la surnomme La Madone des Sleepings. » C'est Lady Diana, une vraie icône de mode, l'élégance personnifiée, un tempérament de feu, qui s'enhardit aux plus extravagantes démonstrations pour braver la bonne société à laquelle elle appartient, mais la ruine imminente la rend folle, prête à accepter un mariage arrangé pour sauver les faux-semblants. La jalousie rageuse de son ennemie, Irina Mouravieff, va mettre en péril la vie du dévoué Prince Séliman. Ce dernier est à Londres depuis six mois, chassé impunément de New York par une épouse en furie et bafouée (l'anecdote ne manque pas de soulever quelques sourires !), et est devenu le secrétaire gentleman de la belle sans toucher un pécule. Séliman et Lady Diana ne sont pas amants, juste très liés par une affection réciproque.

Bref, les aventures de cette Lady Diana, contées par un Prince Séliman aux abois, relèvent d'une grande imagination. L'auteur, Maurice Dekobra, est un grand reporter et un traducteur des romans de Defoe, London et Twain. Il faut d'ailleurs préciser que ce roman a été publié pour la première fois en 1925 et a reçu un accueil débordant d'enthousiasme pour ce roman romantique, intrépide, drôle et croquignolet ! C'est merveilleusement écrit, fruité et délicieux, savamment moqueur, jamais méchant et une ôde sans égal pour une galante britannique, chic et effrontée, impudique et sans morale, malgré tout adorable ! J'ai été conquise par ce roman, par cette histoire pleine de rebondissements, par les personnages fougueux, redoutables et romanesques en diable ! "La Madone des Sleepings" ne doit plus tomber dans les oubliettes et a eu cette aubaine de revenir sur le devant de la scène. Emparez-vous très vite de cette Lady Diana conquérante, du Prince Séliman en chevalier servant, et des troubadours, louves et autres Messaline qu'on croise au fil des pages ! Juste pour conclure : "La Madone des Sleepings n'a pour auréole que le cercle vicieux de ses caprices et pour chapelle que les chambres de luxe des grands palaces..." Divin !

Zulma

Posté par clarabel76 à 20:14:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Mercredi, jour des enfants

HortenseUn malheur vient d'arriver à la petite Julie : elle ne retrouve plus Pilou, son doudou préféré.  Aucune trace du Pilou dans toute la maison, même ses camarades sont stupéfaits de cette disparition ! Son frère Tom lui suggère alors d'appeler la fameuse Hortense, la petite fée détective ! .. Aussitôt dit, aussitôt fait.  Hortense arrive chez les enfants et mène son enquête. Mission d'interrogations, recoupement des preuves et Hortense passe à l'action : elle arpente la maison de long en large, aidée de sa loupe elle traque les indices et retrouve Gomez son fidèle assistant au laboratoire. Mission impossible pour notre petite fée ?... A découvrir dans cet album rose framboise ! Hortense la fée est une poupée mignone à croquer - sa "maman" Claire Gaudriot a un joli coup de pinceau qui rend admiratrices les lectrices comme Clara ! ... Voici ce qu'elle affectionne dans ce livre :

IMGP2404

(le labyrinthe d'Hortense ! )... :-)

Hachette Jeunesse

Posté par clarabel76 à 13:48:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


10/10/06

Echappées de lectures

(...)  Ah ! comme elle savait prendre ma sympathie à la glu de sa séduction !... Chère Diana.... Je n'éprouvais pour elle nul désir malséant, mais je l'aimais vraiment comme une soeur, une soeur au cerveau déséquilibré, à peine responsable de ses actes, incapable de discerner le bien du mal. Je l'aimais avec l'indulgence qu'il faut avoir pour une créature de luxe, pour une femme différente des autres, échappée au gabarit de la norme.

Pourquoi devrions-nous classer toutes les femmes d'après quelques modèles courants exposés au bazar de la Destinée ? La Femme Fatale, la Femme Froide, la Femme Honnête, la Femme Légère ? Quel naturaliste orgueilleux oserait affirmer les caractères spécifiques d'une femme froide qui, demain, sera légère sans transition, ou d'une femme fatale qui, un jour, brûlera ses armes sur le seuil de l'honnêteté ?

J'ai beau fouiller avec mon scalpel les fibres fugaces de son âme désaxée, je ne parviens pas à situer Diana dans l'un des plans de l'éthique moderne. Elle est le produit d'un duc libertin marié avec une Ecossaise sentimentale et romantique, nourrie de Walter Scott, élevée sur les rives élégiaques des lochs aux eaux tranquilles. Sa grand-mère maternelle fut une remarquable femme d'affaires, qui menait ses highlanders à la baguette, dans son domaine de Laurencekirk, et son grand-père paternel fut une gentilhomme-poète apprécié à Edimbourg, qui exprimait, en des ballades archaïques, la nostalgie de son coeur. Diana a hérité tout cela... La logique, quand elle le veut, ne lui est pas étrangère, à moins que ses sens ne l'asservissent quand la lune du mois synchronise la tension électrique des nuages et le pouvoir grisant d'un parfum. Affranchie des contingences morales, elle vit sa vie, égoïste jusque dans ses gestes généreux, cruelle et bonne, voluptueuse à froid, puérile, rouée, selon les heures, selon le diapason de ses désirs, selon les impulsions non prévisibles d'une fantaisie toujours en éveil.  (...)

La Madone des Sleepings, Maurice Dekobra  -  Zulma.

Posté par clarabel76 à 11:19:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09/10/06

Vues sur la mer - Hélène Gaudy

vues_sur_la_merUne femme arrive dans un hôtel et demande une chambre avec vue sur la mer. Elle est seule. Elle s'appelle Jeanne.

Cette scène va se répéter à plusieurs reprises, en sept chapitres. Toujours une chambre d'hôtel, mais jamais la même, jamais les mêmes conditions (climatiques, géographiques, etc.). Mais à chaque fois, il s'agit d'une Jeanne qui fuit, qui échappe à un homme. Pourquoi ? C'est en fait si peu important de deviner ou comprendre pourquoi cette femme décide de se réfugier dans une chambre d'hôtel. Après tout, c'est son droit. Car l'aspect le plus intriguant, finalement, du roman est l'enchaînement des chapitres qui répétent la même scène : Jeanne arrive dans une chambre d'hôtel. L'autre éclairage va finalement venir des seconds rôles, des acteurs de l'ombre comme le réceptionniste, la serveuse, ou une famille en vacances. C'est par eux que la vérité éclate ou déjoue l'évidence qu'avait crue détecter le lecteur. « Jeanne et les autres personnages se rencontrent, se rapprochent, se perdent d'une façon qui se ressemble sans se ressembler tout à fait ». Ainsi soit-il.

« Vues sur la mer » est un premier roman réussi, il a été écrit par une jeune auteur de moins de 30 ans, Hélène Gaudy. Elle a su atteindre une exigence fort maîtrisée dans la construction de son roman. C'est à la fois original et habile. Elle a, de plus, réussi à pénétrer la solitude, celle d'une amoureuse ou d'une délaissée, celle du couple ou dans le coeur d'un enfant. Ce n'est pas seulement un roman, « Vues sur la mer » peut se lire comme un recueil de nouvelles. Les chapitres scandent un tempo mystérieux autour d'une trame faussement simple. Et l'auteur use du principe des bribes de phrases pour accélérer la fausse inertie de son histoire. En bref, un roman à conseiller pour encourager les débuts (prometteurs) de son auteur !

Les Impression Nouvelles

  • Le roman d'Hélène Gaudy figure dans la 2ème sélection du Prix Médicis !

Posté par clarabel76 à 18:27:14 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

Index de la rubrique Mercredi, jour des enfants

(L'index est en panne d'actualisation, mea culpa !!!)

Un petit récapitulatif des titres évoqués tous les Mercredis par Miss C. :

  1. 24 petites souris et la neige de Noël, par Magdalena & Nadia Bouchama
  2. A l'orée des fées, par Lenia Major & Cathy Delanssay
  3. Abo le minable homme des neiges, par Agnès Desarthe
  4. Arlequin serviteur de deux maîtres, par Goldoni, adapté par Sylvia Lulin
  5. Au loup tordu ! par Pef
  6. Bertille Bonnepoire a le cafard, par Magali Le Huche
  7. Boreal Express, Chris Van Allsburg
  8. Camomille, par Enric Larreula & Roser Capdevila
  9. Firmin Latouche, par Agnès Lacor & Lily Scratchy
  10. Je m'appelle Pauline, par Claudia de Weck
  11. John Cerise, par Alan Mets
  12. Juke-Box, par David Merveille
  13. Juliette de la Chevillette, par Agnès Lacor & Lily Scratchy
  14. Harry et Lulu, par Arthur Yorinks & Martin Matje
  15. Hortense, par Claire Gaudriot
  16. La fée rousse à lunettes, par Pakita
  17. La fièvre du mercredi après-midi, par Didier Lévy & Thomas Baas
  18. La maison hantée, par Jan Pienkowski
  19. La maison toute de travers, par Sylvie Misslin & Magali Le Huche
  20. La première fois que je suis née, par Vincent Cuvelier & Charles Dutertre
  21. La princesse Lâtchi Mâ, par Louise Heugel
  22. La tempête, par Florence Seyvos & Claude Ponti
  23. Le carnet secret des fées, par Betty Bib
  24. Le Congrés des Sorcières, par Sylvie Auzary-Luton
  25. Le dimanche de Rita et Machin
  26. Le noël de Franklin, par Paulette Bourgeois & Brenda Clark
  27. Le piège à fées, par Marie Sabine Roger
  28. Le sapin de Monsieur Jacobi, par Robert Barry
  29. Le soldat rose
  30. Le voleur de lettres, par François Caradec
  31. L'histoire qu'on lit au bord du lit, par Sylvia Plath
  32. Les cacatoès, par Quentin Blake
  33. Les frères chats, par Agnès Desarthe & Anais Vaugelade
  34. Les origimots, par Claude Duneton
  35. Les pâtes de Francesca, par Sophie Cottin / Francesca Arbogast Albanese / Amandine Piu
  36. Les roses anglaises, par Madonna Richie
  37. Lili, capricieuse petite sorcière, par Marie Christine Barou & Marie Dubois
  38. Lili Coquelicot, ou la fabrique du bonheur, par Christine Palluy & Aline Bureau
  39. Lulu Grenadine en tutu, par Laurence Gillot & Lucie Durbiano
  40. Mary la penchée, par Schuiten & Peeters
  41. Mémoires de griot, par Siré Camara & Anne Boscher
  42. Mes dimanches, par Emmanuelle Teyras
  43. Petite Princesse, le coup de foudre, par Florence Langlois
  44. Pourquoi Violette est devenue une sorcière, par Grégoire Solotareff & Nadja
  45. Princesse Parfaite, Zoé et la coquetterie, par Jacques Beaumont, Fabienne Blanchut & Camille Dubois
  46. Rita et Machin, par Jean Philippe Arrou-Vignod & Olivier Tallec
  47. Rita et Machin à l'école, par Jean Philippe Arrou-Vignod & Olivier Tallec
  48. Valentine Day (sélection pour les enfants)
  49. Yolande aime les habits à la folie, par Sophie Jansem

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08/10/06

La Solution Esquimau - Pascal Garnier

La_solution_esquimauC'est l'histoire d'un roman où Louis, le personnage central, décide de tuer sa mère pour récupérer l'héritage. Puis, il décide d'accomplir le même acte de "bon débarras" pour les parents de ses amis. Hop, ni vu ni connu. Il adopte là la Solution Esquimau : "il tue les parents comme les Esquimaux abandonnent leurs vieux sur un morceau de banquise, parce que c'est naturel, écologique, bien plus humain et beaucoup plus économique que de prolonger leur interminable corvée dans des mouroirs sinistres". C'est également l'histoire de l'auteur de ce roman, un certain Pierre (le mensonge n'est pas loin...). Il est réfugié dans une maison sur la côte normande, reçoit la visite d'une petite amie, d'une adolescente fugueuse, de voisins privés de télévision, et d'un meilleur ami qui est passé à l'acte. Comme Louis !

"La Solution Esquimau" est paru pour la première fois en 1966 aux éditions Fleuve Noir. C'est une excellente idée de la part de Zulma de remettre à l'honneur ce titre franchement hilarant, décapant, immoral et sombre. Humour noir garanti, c'est vrai. Les épisodes entre Louis et son auteur s'adressent quelques messages en écho, mais leur point commun au final est cette désolation permanente : deux paumés, deux déchets célibataires, vie sociale égale zéro. Le roman piétine, l'écrivain tente de puiser l'inspiration dans l'expérience sinistre de son meilleur ami, mais l'entreprise salvatrice de ce dernier inquiète son campagnon. "Je ne suis pas un héro d'un de tes bouquins", lui dit-il. Comment se sortir de ce guépier ?.. Comment rattraper le Louis du roman dans le roman ? La Solution n'est pas si évidente. A ceci, s'ajoute l'impression de flou, de confusion permanente, où fiction et création s'emmêlent les filets. Parfaitement déconcertant, donc forcément intéressant, le roman de Pascal Garnier mérite une révision en toute innocence, le sourire au coin des lèvres...

Zulma

Posté par clarabel76 à 17:52:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

Index des auteurs du blog

Ici vous trouverez la liste des auteurs présents sur ce blog. J'essaie de maintenir cette liste à jour !  Mea Culpa, la chose ne tient plus depuis de longs mois ! ... L'index accuse des oublis, des manques. Tentez votre chance avec le moteur de recherche ou les tags ! :))

  1. Rafael ABALOS
  2. Milena AGUS
  3. Louisa May ALCOTT
  4. Cookie ALLEZ
  5. Paul AUSTER
  6. Jean Baptiste BARONIAN
  7. Vaikom M. BASHEER
  8. Germaine BEAUMONT
  9. Frank BEDDOR
  10. Dorine BERTRAND
  11. Véronique BEUCLER
  12. Evelyne BLOCH-DANO
  13. Jean Philippe BLONDEL
  14. Paul BOURGET
  15. Sylvie BRIEN
  16. Geneviève BRISAC / 52 ou la seconde vie
  17. Frédéric BRUN
  18. Hervé BRUNETIERE
  19. Truman CAPOTE
  20. Natalie CARTER
  21. Claire CASTILLON
  22. Arnaud CATHRINE
  23. Sorj CHALANDON
  24. Jean Yves CHAPERON
  25. Pierre CHRISTIN
  26. Gabrielle CIAM
  27. Eoin COLFER
  28. Laurie COLWIN
  29. Dominic COOPER
  30. Laurence COSSE
  31. Delphine COULIN
  32. Delphine COULIN - Les traces
  33. Mark CRICK
  34. Frank DARCEL
  35. Marie DARRIEUSSECQ
  36. Kavita DASWANI
  37. Maurice DEKOBRA
  38. Joseph DELANEY
  39. Philippe DELERM  * La tranchée d'Aranberg *
  40. Christian DE METTER
  41. Constance DELAUNAY
  42. Regis DESCOTT
  43. DIASTEME
  44. Chitra B. DIVAKARUNI
  45. Hélène DORION
  46. Renate DORRESTEIN
  47. Christophe DUFOSSE
  48. Courtney ELDRIDGE
  49. JM ERRE
  50. Amanda EYRE WARD
  51. Marie FERRAN
  52. Bernard FOGLINO
  53. Timothée de FOMBELLE
  54. David FONTAINE
  55. Karine FOUGERAY
  56. Gisèle FOURNIER
  57. René FREGNI
  58. Esther FREUD
  59. Charles GANCEL
  60. Pascal GARNIER
  61. Romain GARY
  62. Hélène GAUDY
  63. Vanessa GAULT
  64. Danièle GEORGET
  65. Brigitte GIRAUD / l'amour est très surestimé
  66. Frank GIROUD
  67. Julia GLASS
  68. Anne GOSCINNY
  69. Kerry GREENWOOD * Cocaine et tralalaTrafic de haut vol *
  70. Jens Christian GRONDAHL
  71. Lola GRUBER
  72. Arnaud GUILLON  * Hit-parade *
  73. Sophie GUILLOU
  74. Kirsty GUNN
  75. Hubert HADDAD
  76. Michèle HALBERSTADT
  77. Béatrice HAMMER
  78. Tobia HILL
  79. Alice HOFFMAN
  80. Arnaldur INDRIDASON / La femme en vert / La voix
  81. Sophie JABES
  82. Fabienne JACOB
  83. Isabelle JARRY / millefeuille de onze ans
  84. Hervé JUBERT
  85. Maylis de KERANGAL  *Dans les rapides* / La vie voyageuse
  86. Carolyn KEENE (t1 : nancy drew)
  87. Pablo KRANTZ
  88. Nicole KRAUSS
  89. KRESSMANN TAYLOR
  90. Margaret LAURENCE
  91. Olivier LARIZZA
  92. Leena LEHTOLAINEN
  93. Michèle LESBRE
  94. Hervé LE TELLIER
  95. Claudine LE TOURNEUR D'IZON
  96. Marie Magdeleine LESSANA
  97. Sue LIMB
  98. Catherine LOCANDRO
  99. Erlend LOE
  100. Benoît LUCIANI
  101. Alison LURIE
  102. M.I. McALLISTER
  103. Ian McEWAN
  104. Cécile MAINARDI
  105. MAITENA
  106. Laurent MARECHAUX
  107. Javier MARIAS
  108. Héléna MARIENSKE
  109. Danielle MARTINIGOL  (t1 : les abîmes d'autremer) * t2 : L'envol de l'Abîme * t3 : L'appel des Abîmes
  110. Bénédicte MARTIN
  111. Xavier MAUMEJEAN
  112. Katarina MAZETTI
  113. Maria MERCE ROCA
  114. Renaud MEYER
  115. Vincent MEYER
  116. Bertrand MEYER-STABLEY
  117. Arthur MILLER
  118. Isabelle MINIERE romans / La première marche
  119. Max MONNEHAY
  120. Cyril MONTANA
  121. Richard MONTANARI
  122. Rosa MONTERO  (La fille du cannibale)
  123. Rosa MONTERO - La folle du logis
  124. Christopher MOORE  (Le lézard lubrique de Melancholy Cove)
  125. Christopher MOORE (Le sot de l'ange)
  126. Ulysse MOORE
  127. Brian MORTON
  128. Kate MOSES
  129. Jean Claude MOURLEVAT
  130. Sophie de MULLENHEIM
  131. Catel MULLER
  132. Marie NDIAYE
  133. Tove NILSEN
  134. Gaelle NOHANT
  135. Jean-Pierre OHL
  136. Véronique OLMI
  137. Emmanuelle PAGANO
  138. Thomas PARIS
  139. Emmanuelle PESLERBE
  140. Cypora PETITJEAN-CERF * Le musée de la sirène * / Le corps de Liane
  141. Anne PERRY * La disparue de Noël * Le voyageur de Noël *
  142. Zoyâ PIRZAD
  143. Arnauld PONTIER
  144. Guillaume PREVOST
  145. Michel QUINT
  146. Pascale QUIVIGER
  147. Lucy Daniel RABY
  148. Murielle RENAULT
  149. Nicolas RICHARD
  150. Jorn RIEL
  151. Céline ROBINET
  152. Nicolle ROSEN
  153. Tatiana de ROSNAY
  154. Anna ROZEN (encore) / Vieilles peaux
  155. André François RUAUD
  156. SAKI
  157. Constance de SALM
  158. Michel SCHNEIDER
  159. Philippe SEGUR
  160. Danzy SENNA
  161. Caroline SERS
  162. Diane SETTERFIELD
  163. Dani SHAPIRO
  164. Valérie SIGWARD
  165. Sarah SINGLETON
  166. Isabelle SOJFER
  167. Gunnar STAALESEN
  168. Frank TURNER HOLLON
  169. Jean Louis UGHETTO
  170. Emmanuelle URIEN
  171. Fred VARGAS * L'homme aux cercles bleus * L'homme à l'envers * Debout les morts *
  172. Grazia VERASANI
  173. Enrique VILA-MATAS
  174. Philippe VILAIN
  175. Mélanie VINCELETTE
  176. Ornela VORPSI
  177. Winifred WATSON
  178. Anne WIAZEMSKY  /  Jeune fille
  179. Béatrice WILMOS
  180. Claire WOLNIEWICZ
  181. Virginia WOOLF

Posté par clarabel76 à 16:03:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]