13/06/18

La ferme du bout du monde, de Sarah Vaughan

la ferme du bout du mondeDéprimée par la trahison de son compagnon, Lucy rentre à Skylark pour se ressourcer dans la ferme de son enfance. Elle y découvre pourtant une autre ambiance, moins insouciante, les dettes s'accumulent et l'oncle de Lucy aimerait vendre pour se lancer dans un grand projet immobilier. Maggie, sa grand-mère, y est formellement opposée. Elle refuse de quitter sa maison, pour une raison très personnelle. Des années plus tôt, en pleine guerre, la ferme a accueilli des enfants réfugiés, dont le jeune Will et sa sœur Alice. Bercés par la beauté de la lande, isolés du reste du monde, Maggie et le garçon sont tombés amoureux et ont nourri des rêves de bonheur éternel. Soixante-dix ans ont passé, les souvenirs commencent à affleurer et charrient leur lot d'amertume. Maggie est recroquevillée sur son passé, meurtrie dans sa chair, n'osant livrer à ses proches de lourds secrets de famille. Mais Lucy se sent proche d'elle, également à un carrefour des chemins, elle sonde ses attentes et ses désirs dans sa vie de couple. Leurs histoires ne peuvent que se toucher, se croiser ou se télescoper. Et on reste à l'écoute, sans perdre le fil. Car c'est un doux roman, absolument tendre et chaleureux ! Sincèrement, j'ai savouré chaque minute de la lecture, aussi bien pour la promesse d'évasion qu'elle offre, mais aussi pour son histoire empreinte d'émotion et de sensibilité. J'ai eu la sensation de voyager, j'ai pris un plaisir fou à plonger dans le cadre sauvage et fascinant des Cornouailles, j'ai aimé partager le quotidien de la ferme, où j'ai pris le temps de panser les plaies et les peines de cœur. Rien que la couverture du roman m'invitait déjà à l'évasion, je n'ai donc pas regretté mon escapade. C'est tout simplement dépaysant, à première vue l'histoire sonne assez ordinaire puis se révèle attachante. J'ai vécu au rythme des passions et des drames en fermant les yeux (merci le livre audio). C'était pile le rendez-vous que je n'aurais pu espérer - un très bon roman, attendrissant et captivant ! ☺

©2017 Préludes / un département de la Librairie Générale Française. Traduit par Alice Delarbre

(P)2018 Audiolib. Texte lu par Julie Pouillon (durée : 12h env.)

#mois_anglais_2018

Mois anglais 2017 HildeMois anglais 2017 HildeMois anglais 2017 Hilde

 

 

 

 

Après des études d'anglais à Oxford, Sarah Vaughan s'est consacrée au journalisme. Elle a travaillé pendant onze ans au Guardian avant de publier La Meilleure d'entre nous, son premier roman. Elle vit près de Cambridge avec son époux et leurs deux jeunes enfants.

Lectrice pour Le train des écrivains - Blaise Cendrars, Julie Pouillon est aussi l’interprète de fictions et de nombreuses lectures radiophoniques pour France Culture.

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Le chat qui a tout vu, de Sam Gasson

Le chat qui a tout vuDans le quartier paisible de St. Andrew's Road, nul n'aurait pu imaginer un crime aussi horrible - une femme assassinée dans sa cuisine, le mari cuvant son vin dans la pièce à côté. Bruno Glew, onze ans, décide alors de prendre la succession de son père, détective fraîchement à la retraite. Et lance aussi vite les opérations : retrouver coûte que coûte Mildred (son chat qui a tout vu), consoler son meilleur pote Dean, convaincre l'opinion publique que le coupable idéal est innocent, retrouver l'homme aux bonbons, s'épancher devant l'affiche de Philip Marlowe (l'idole de son père) et porter la casquette de Sherlock Holmes, en confiant ses billes au compte-gouttes à la police. Après tout, chacun tire avantage de la situation... Hélas, cette lecture a été une cruelle déception. J'espérais une histoire pleine de peps, avec de l'humour, de l'ironie, du flegme, des aventures insolites, des détails cocasses, du rythme, de la surprise, du thé, de la jelly, des crumpets. Mais le résultat est beaucoup moins goûteux. Il y a en fait un tel décalage entre le narrateur de onze ans, obsédé par la disparition de son chat, surprenant ci et là des indices troublants sans saisir leur importance, et la réalité d'une affaire sordide, voire assez glauque. C'est tellement déconcertant que je ne suis pas sûre d'avoir accroché au principe. De plus, l'intrigue policière trop moyenne ne m'a pas convaincue (il y a du suspense et des rebondissements, mais un scénario noir de chez noir, totalement inattendu au moment de se jeter dans l'arène). Mon cœur n'a pas fait boum et ma tête oubliera rapidement ce rendez-vous loupé. Au suivant !

éditions L'Archipel (2018) - traduit par Catherine Duras

Sam Gasson, 34 ans, diplômé en écriture créative, passe ses journées à enseigner l'anglais à Horsham (Sussex) et ses soirées à écrire. 

Mois anglais Cannibal lecteurMois anglais Cannibal lecteurMois anglais Cannibal lecteur

 

 

 

 

#mois_anglais_2018

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/06/18

Pêle-Mêle : Pingouin manchot - Sous mon arbre - C'est de saison ! - Une journée à la ferme - Les bêtises de Nina

Pingouin manchot

Dans la famille Pingouin, je demande le fiston ! Voulant attraper un pot de confiture aux algues, bim, notre ami fait une mauvaise chute et se relève avec une aile cassée. Direction les urgences où le médecin lui pose un plâtre en lui recommandant mille prudences. Notre pingouin va trouver le temps long s'il n'a plus le droit aux glissades ou à la piscine. Eh non ! car sitôt arrivé à l'école, c'est la bousculade ! l'effervescence ! Tous se disputent ses faveurs, prennent des photos à ses côtés, dédicacent son plâtre etc. Être pingouin manchot, c'est l'assurance du succès fou ! 

De plus, notre jeune ami va découvrir un autre aspect, plus gratifiant, d'avoir son aile paralysée : il est complètement dispensé des tâches ménagères. Il peut traînasser toute la journée sur le canapé. Plus besoin de faire ses devoirs non plus. En somme, c'est la belle vie. Quand il doit retourner chez le médecin pour enlever son plâtre, notre pingouin a le cœur lourd... un peu de trouille et un peu de nostalgie car la mode est volage et éphémère ! D'ailleurs, à l'école, c'est déjà un autre copain la nouvelle coqueluche des accros aux selfies. 

Une troisième aventure - après Papa est connecté et Au secours Maman fait un régime - toujours aussi hilarante et adepte du second degré ! Top top top. 

Pingouin manchot, de Philippe de Kemmeter

de la martinière jeunesse, 2018

===============================

 

sous mon arbre

Dans un style coloré et graphique, ce livre nous parle de l'amitié entre une petite fille et SON ARBRE.

Et que de poésie à chaque page... Jo Witek & Christine Roussey nous enchantent et nous émerveillent. “Les jambes en avant, la tête en arrière, ma robe s'envole et l'air gonfle mes manches, gonfle mon cœur qui se balance tous les dimanches de branche en branche.”

On lit et on écoute le chant d'amour d'une petite fille qui raconte les longues heures passées au pied de l'arbre, les jeux dans les branches, l'odeur et les saisons, la force et la puissance, les secrets chuchotés, le temps qui passe, la complicité, les rêves et les siestes... C'est tout un monde ordinaire et étonnant qui se découvre. Les illustrations sont délicieusement pop et colorées - couleurs, mystères et richesses. Sensation magique d'un voyage au pays des merveilles !

On retrouve aussi la petite touche d'humour et de tendresse. La fillette s'imagine sorcière des forêts, avec sa tambouille de vers, de feuilles mortes et de marrons moisis, mais varie les plaisirs et les costumes au gré des lubies, aventurière de la guerre un jour ou dame dans sa cabane, pirate en haut d'un mât, cochon pendu ou singe complètement zozo.

C'est à la fois un bel hymne à la nature et aux rêves d'enfant. En plus, graphiquement l'album est une merveille (une découpe d'arbre en couverture qui évolue à chaque page avec un effet de poupées russes à la clef). Très belle lecture dédiée à la famille et au partage. On adore. ♥

Sous mon arbre, de Jo Witek & Catherine Roussey

de la martinière jeunesse, 2018

===============================

 

c'est de saison

Voilà un autre bonheur de lecture : en plus d'être élégant, cet album documentaire vous apprend à connaître vos fruits et légumes à consommer à la bonne époque.

Ou comment habituer les enfants à manger responsable, être attentifs à l'origine géographique des produits, mieux respecter la planète et ainsi respecter le cycle naturel des fruits et légumes. 

Fanny Ducassé appporte sa grâce et sa sensibilité à travers ses illustrations de toute beauté. Un très bel almanach à lire pour s'instruire et chouchouter sa gourmandise. 

C'est de saison ! de Fanny Ducassé

de la martinière jeunesse, 2018

===============================

 

Une journée à la ferme

Tout aussi didactique et réjouissant, l'album de Clémence Pollet invite les enfants à découvrir la ferme, ses animaux et ses multiples activités agricoles en un clin d'œil.

C'est délicieusement naïf et ludique : il faut retrouver la maman du poussin ou un agneau perdu. Mais d'autres pistes s'offrent à cette lecture, qui se lit comme un imagier puis comme un jeu à devinettes (d'où vient le lait, le miel, que faire des pommes ou des céréales). En gros, plus on avance dans l'histoire et plus elle devient riche et passionnante ! Cela ouvre aussi la porte d'un univers parfois méconnu qu'on parcourt avec bonheur et excitation.

Une journée à la ferme, de Clémence Pollet

de la martinière jeunesse, 2018

===============================

 

les betises de nina

Comme tous les enfants, Nina aime faire des bêtises mais se défend d'être la coupable. Elle prétend, au contraire, que c'est la faute de ses copains (l'éléphant fait des prouts sous le lit, la girafe avale tous les gâteaux, les trois petits cochons dessinent sur les murs ou le crocodile a cassé le vase bleu). Ses parents rouspètent, sont fatigués. Nina n'a plus le choix... elle ne peut plus se planquer derrière ses amis imaginaires. Retour à la réalité.

La lecture est simple, mais follement ingénieuse - et très drôle - pour aborder l'imagination et le réel quand des enfants s'emmêlent parfois les ficelles. Une petite touche de malice, des illustrations fantasques et bim, la lecture nous embarque dans son univers fabuleux !

Les bêtises de Nina, de Caroline Fait & Mathilde George

de la martinière jeunesse, 2018

===============================

 

 

Pêle-Mêle : Bob & Marley - Les bottes - L'école, maman & moi - Arthur le bandit - Celui des ours

Bob et Marley un métier

Bob l'ourson s'interroge sur son avenir : il cherche un métier à faire pour quand il sera grand. Il hésite entre chien policier, cheval de course ou pigeon voyageur. Tout ça, tout ça. Et pourquoi pas ourson ? lui propose Marley. Après tout, il adore le miel, il aime se gratter frénétiquement contre les arbres et il dort tout l'hiver. C'est bon, Bob est l'ourson idéal. Avec un coach comme Marley, il va faire un malheur ! 

Très chouette série à découvrir : on a de l'humour, de la tendresse, des anecdotes pertinentes et un tandem touchant & attachant. C'est déjà le 9ème tome et c'est toujours aussi rigolo. 

Bob & Marley : Un métier, de Frédéric Marais & Thierry Dedieu

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

les bottes antonin louchard  la piscine

Autre bidonnade assurée : les histoires du petit lapin d'Antonin Louchard. Chaque lecture se déroule en fait comme un tête-à-tête entre notre jeune ami. Il y a d'abord le souci des bottes à enfiler parce qu'il pleut et qu'il faut sortir en récréation. Mais rien ne va : elles sont pleines d'eau, elles sont trop justes, elles sont mises à l'envers, elles ne sont pas à lui... Heureusement, la maîtresse a “dix ans de yoga derrière elle” pour gérer cette situation de crise.

Puis vient le complexe de la piscine. Notre cher lapin est formel : le docteur Migeot déconseille cette activité. Trop de verrues, d'otites ou de bactéries... sans oublier les requins ! C'est beaucoup trop dangereux. Le docteur a même rédigé un petit mot d'excuse.

Cette série est désopilante dans sa façon d'aborder, mine de rien, les casse-têtes de la vie quotidienne : comment faire enfiler des chaussures à un enfant de maternelle, se rendre à la piscine sans rechigner ou parler de l'apprentissage avec décalage. C'est drôle, drôle, drôle. La figure du lapin est impayable et les répliques font mouche ! Foncez.

Les bottes ou La piscine, d'Antonin Louchard

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

l'école maman et moi

Dans cette autre famille Lapin, je demande la mère et la fille. Cette dernière n'aime pas beaucoup l'école : les leçons, les récréations, les copains, la cantine, les devoirs. Bref. Ça ne la fait pas rêver du tout. Et le pire, c'est qu'il faut s'y rendre tous les jours. Enfer et damnation.

Cet album croque avec humour et tendresse la relation entre une mère et sa fille, faite de complicité, mais raconte aussi les souvenirs d'école entre bonheur et malheur. On sourit tout du long, parfois on s'y retrouve, en somme c'est une lecture géniale ! Vivement recommandée aussi.

 

L'école, maman & moi, de Clothilde Delacroix

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

Arthur le bandit

Déjà quand il était enfant, Arthur aimait terroriser son entourage et n'en faire qu'à sa tête. Des bêtises, encore des bêtises, toujours des bêtises. En grandissant, celles-ci sont également devenues plus grosses. Et notre Arthur a boudé l'école pour épouser la fabuleuse carrière de bandit des grands chemins. Bim, il a ainsi amassé une fortune, mais hélas vit seul dans son immense château. Comme il s'embête, il se prépare des desserts somptueux... sauf qu'il est toujours tout seul pour passer à table et avaler tout ça.

Un jour, suite à un accident de cheval, Arthur se réveille dans le lit d'une vieille dame, Marie-Rose, qui n'a pas peur de lui et le force au repos. Pendant ce temps, elle lui fait la lecture, jour après jour. Elle lui raconte des histoires qui vont piquer sa curiosité. Notre bandit décide même d'apprendre à lire et à écrire (pour composer ses propres histoires car il a déjà tout lu). Il ne se lasse pas de cette nouvelle existence et décide de se racheter une conduite !

Quelle belle aventure ! Elle nous donne à lire une morale formidable : il n'existe rien de plus beau à partager qu'une belle histoire. Cet album, avec son grand format, évoque ainsi, et de façon admirable, le pouvoir des livres capables de transformer les pires bandits en conteurs au grand cœur. Un clin d'œil certain à Tomi Ungerer. Top !

Arthur le bandit, de Benoît Debecker

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

celui des ours

Pour conclure, place à un album MAGNIFIQUE. Je l'ai adoré du début à la fin. C'est un vrai coup de cœur.

Marfa est une jolie rousse qui vit seule dans la forêt et qui adore sa maison entourée de lanternes. Elle aime aussi recevoir ses amis pour prendre le thé. Et discuter jusqu'au bout de la nuit. Un jour d'hiver, elle les entend évoquer Celui des ours qui vit loin, dans les montagnes, mais qui souffre de mélancolie. Résultat, les ours ne dansent plus. Et c'est la catastrophe.

Si les ours ne dansent plus, la Terre ne peut pas tourner rond ! C'est connu. Le printemps venant, Marfa part avec son baluchon et marche droit devant pour trouver Celui des ours. La route est longue et périlleuse. Mais offre aussi de belles perspectives. Car Marfa va croiser Celle des oiseaux, Celle des loups, puis Celui des abeilles. C'est donc forte de jolies chansons, d'un courage de lion et d'un gâteau sucré comme un bonbon qu'elle se présente à Celui des ours.

Quelle histoire éblouissante, racontée avec beaucoup de poésie, merveilleusement illustrée, avec une belle héroïne, frondeuse et téméraire, qui rappelle aussi qu'à cœur joyeux et courageux, rien n'est impossible ! Cela se passe de commentaire. Mais c'est à découvrir sans attendre. Gros, gros, coup de cœur. ♥

Celui des ours, de Céline Vernozy & Delphine Renon

seuil jeunesse, 2018

=========================

 

Le couple d'à côté, de Shari Lapena

le couple d'à côté lizzieAnne et Marco passent la soirée chez leurs voisins. Leur bébé de six mois dort tranquillement dans son lit, surveillé par un babyphone et leurs allées-et-venues toutes les trente minutes. Malgré toutes ces précautions, au moment de rentrer chez eux, le couple découvre avec horreur que leur petite Cora a disparu ! La police est aussitôt prévenue pour lancer les recherches. L'inspecteur Rasbach prend leurs dépositions mais soupçonne Anne et Marco de ne pas tout lui révéler. En grattant bien, il découvre notamment que l'épouse est dépressive et l'homme cachottier (boulot, liaison, belle-famille). D'autres révélations sont à craindre, qui viendront brouiller les pistes et faire perdre tous les repères.
En gros, l'intrigue va prendre des tours et des détours tantôt faciles tantôt inattendus. Ce n'est pas la révolution à tous les étages mais la lecture a au moins le mérite de titiller notre intérêt jusqu'au bout. J'ai d'ailleurs quasiment tout lu d'une traite - comptez une lecture audio de 9 heures, entrecoupée de brèves pauses - j'étais sacrément harponnée ! On a beau se dire qu'on a déjà tout lu, tout vu, que plus rien ne nous étonne, et bim on mord bêtement à l'hameçon. L'auteur réussit en effet à nous tenir en haleine à partir d'un scénario ordinaire (basique mais diablement efficace). Elle nous entraîne dans l'intimité d'un couple défaillant, au-delà de l'image du modèle fantasmé, elle met à nu les pensées et les non-dits. En deux temps trois mouvements elle nous retourne comme une crêpe, et on n'en attendait pas moins. 
Il s'agit aussi du premier titre que je découvre chez Lizzie - la nouvelle marque de livres audio lancée par Editis. Le texte lu par Taric Mehani est parfait : justesse du ton, intonation pertinente, mise en scène entraînante. On plonge sans chichis dans l'histoire, la réalisation sonore est sans artifice et irréprochable, en bref on va à l'essentiel. Suite à cette expérience plus que positive, je m'en vais piocher d'autres titres parmi un catalogue alléchant !  

©2017 Presses de la Cité. Traduit par Valérie Le Plouihinec

(P)2018 LizzieTitre téléchargé sur Audible FR

#mois.anglais_2018

Mois Anglais 3Mois Anglais 3Mois Anglais 3

 

 

 

 

Shari Lapena est anglaise mais a basé son histoire à New York - damned !

 

 


Petits meurtres à Mangle Street, de M.R.C. Kasasian

Petits Meurtres à Mangle StreetOrpheline sans le sou, March Middleton est invitée à rejoindre son parrain à Londres. Elle ne connaît Sidney Grice que de réputation - détective privé au 125 Gower Street, l'homme collectionne les articles de presse élogieux et les relations mondaines, d'où l'outrecuidance du bonhomme et son caractère odieux. Après avoir vécu auprès d'un père excentrique, cette nouvelle cohabitation n'effraie pas notre demoiselle (qui aime le gin et les romans policiers). Elle n'hésite d'ailleurs pas à tenir tête au sémillant détective, après la visite d'une nouvelle cliente. Mrs Grace Dillinger est venue plaider la cause de son gendre, William Ashby, lequel est accusé d'avoir poignardé son épouse. Le couple ne roulait pas sur l'or et tenait une petite boutique dans Whitechapel. La violence du crime a ainsi soulevé une vive émotion dans le quartier. Toutefois, en réalisant que toute rétribution financière est impossible, Sidney Grice refuse de s'embarrasser d'un tel dossier. Émue par la détresse de leur visiteuse, March se heurte à son parrain et reprend l'affaire. Or, la jeune femme est à la fois novice dans le métier et dans la ville. Elle avance donc à pas prudents et à tâtons, n'imaginant pas encore la portée de l'enquête et ses conséquences sur la carrière de son bienfaiteur. Grosse déception en bout de course. J'ai trouvé l'ensemble creux et caricatural. March est une héroïne sans charme, Sidney Grice est risible. L'ombre de Sherlock plane, mais de loin. Même l'apparition de Conan Doyle paraît bien lourde dans ce décor. La conduite de l'enquête n'est pas surprenante mais se laisse lire sans frémir. En somme, il ne suffit pas de convoquer les ingrédients qui font le succès d'autres séries victoriennes, encore faut-il le petit zeste qui apporte sa touche personnelle. Un rendez-vous prometteur qui prend la tasse. Gloups.

City éditions, 2015 pour la traduction française par Hélène Tordo

M.R.C. KASASIAN partage sa vie entre le Suffolk et l'île de Malte. Ce fier sujet de Sa Majesté connaît un immense succès avec cette série mettant en scène un duo de détectives originaux et attachants.

Mois anglais Cannibal lecteurMois anglais Cannibal lecteurMois anglais Cannibal lecteur

 

 

 

 

#mois_anglais_2018

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/06/18

L'attentat de Lancaster Gate, d'Anne Perry

l'attentat de lancaster gate

Une bombe vient d'exploser dans une maison de Lancaster Gate, faisant cinq victimes parmi les rangs de la police. Les premiers soupçons de l'enquête se focalisent sur les anarchistes, mais Thomas Pitt, commandant de la Special Branch, découvre au gré des témoignages que les agents auraient été piégés et envoyés dans un guet-apens. Un suspect sort rapidement du lot, seulement son identité doit demeurer secrète pour ne pas compromettre les négociations en cours entre le gouvernement et la Chine. Autre cas de conscience pour Thomas Pitt, il doit convaincre son ancien sergent, Tellman, de fouiller dans les archives de ses confrères pour vérifier si une possible erreur judiciaire, avec corruption passive, est à déplorer. 

Ambiance tendue et délétère dans ce 31ème épisode ! Les copains d'hier font grise mine et sont contraints à une posture désobligeante. De son côté, Anne Perry avance à pas mesurés pour déployer les ficelles de son intrigue (minutieuse) où l'on constate que les personnages sont tous mis à mal et pataugent dans un contexte particulièrement difficile. C'est une lecture qui ne manque ni de charme ni de raffinement. J'ai ainsi pris plaisir à retrouver Charlotte, sa sœur Emily, leur tante Vespasia ou Gracie Phipps autour d'un feu de cheminée, d'une tassé de thé ou dans un salon cossu. Cela pantoufle pas mal aussi mais il faut dire que tous les couples sont casés, plus besoin de s'attendre à de grands chamboulements, encore moins depuis que l'auteur a franchi le cap des 30 épisodes. En fait, Anne Perry ne me surprend plus mais bichonne tendrement ma fibre nostalgique (j'ai tellement vibré au rythme des premières enquêtes de Thomas et sa suffragette d'épouse). Désormais ses romans deviennent trop longs, avec des enquêtes qui se bouclent sans esbroufe, et se perdent parfois dans des atermoiements ronflants. Dans cet épisode, j'ai apprécié le procès final, sa mise en scène et ses révélations retentissantes. Ce dénouement a su me tirer de ma torpeur et me tenir en haleine jusqu'au tout dernier point ! Rien que pour ça, c'est déjà pas mal.

On reste dans une lecture audio impeccable, orchestrée par les éditions Thélème et lue par Frédérique Dufour. C'est lisse, sans chichis inutiles et d'une très grande sobriété. Je reste cependant sceptique quand au choix de proposer les derniers titres de la série. À quand le tout premier tome, L'Étrangleur de Cater Street ? Un peu d'ordre, maintenant !

©2017 Éditions 10/18, département Univers Poche. Traduction de Forence Bertrand

(P)2018 Éditions Thélème. Durée : 9h 53

mois anglais cannibal lecteur termois anglais cannibal lecteur termois anglais cannibal lecteur ter

 

 

 

 

#moisanglais_2018

 

07/06/18

Les animaux fantastiques (La bibliothèque de Poudlard 1) de J.K. Rowling & Norbert Dragonneau

Les animaux fantastiques

Imaginez-vous dans la fabuleuse bibliothèque de Poudlard, en train de promener votre main sur les nombreux rayonnages et piocher au hasard ce manuel recensant toutes les créatures magiques évoquées dans la série à succès de JK Rowling... Maintenant, posez un casque sur les oreilles et écoutez la voix familière de Théo Frilet pour plonger définitivement dans l'ambiance. Ce comédien a en effet doublé au cinéma tous les films joués par Eddie Redmayne dont Les Animaux fantastiques ! On prolonge au mieux la sensation d'immersion - après les yeux, les oreilles ! Et franchement, Théo Frilet propose une interprétation limpide et séduisante qui rend l'écoute distrayante.

Il ne s'agit pourtant que d'un banal recensement des créatures tirées de l'imaginaire foisonnant de JK Rowling - en me lançant dans cette écoute, j'ai confondu avec le texte du film (éditions Gallimard jeunesse, 2017) donc j'étais un peu frustrée de n'être qu'une simple spectatrice, sans histoire à me mettre sous la dent. L'inventaire des 80 espèces par le magizoologiste Norbert Dragonneau participe néanmoins au folklore. C'est farfelu, créatif et surprenant. Saluons aussi les bruitages de cette édition audio de grande qualité. De fait, on s'imprègne de la magie de Harry Potter d'une façon ou d'une autre. De toute façon, cette lecture se destine aux plus mordus des moldus ! Cela s'écoute en moins de 2 heures. C'est une parenthèse magique - un peu scolaire - mais savoureuse. On imagine très bien Hermione, Ron ou Harry en train de bouquiner cet ouvrage pour réviser leurs BUSE (ou pour appréhender au mieux les terribles épreuves de la Coupe de Feu).

En fait, chaque créature citée renvoie à un passage de la série, à une scène ou une anecdote qui ravivent la flamme de la nostalgie. C'est vraiment pour l'aspect thématique que j'ai accroché à la lecture, qui reste objectivement accessoire. N'hésitez à découvrir la vidéo de présentation sur le site Audible pour tester un avant-goût du bonheur. ☺

©2017 J.K. Rowling (P)2017 J.K. Rowling. Éditeur : Pottermore from J.K. Rowling

15 % des bénéfices de ce livre audio seront versés à Comic Relief et à la Lumos Foundation pour leur travail : venir en aide à des enfants et adolescents du monde entier et leur permettre de se bâtir une vie meilleure. 20% des sommes seront versées à Comic Relief et 80 % à la Lumos Foundation.

Résultat de recherche d'images pour "mois anglais 2018"

#moisanglais_2018

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

En poche ! Ma vie (pas si) parfaite, de Sophie Kinsella / Rendez-vous au cupcake café, de Jenny Colgan

☆☆☆ Retrouvez chez POCKET deux lectures savoureuses (légères & drôles) pour accompagner ce mois anglais ☆☆☆

ma vie pas si parfaite

 

Katie a toujours rêvé de Londres, quitter sa campagne du Somerset pour mener la vie trépidante d'une citadine branchée, courant après le temps, alternant les dîners chics, les bars à cocktails ou les derniers bistrots à la mode. En vrai, Katie loue une chambre minuscule dans un quartier éloigné du centre, elle économise chaque penny pour boucler ses fins de mois, elle galère tous les matins pour arriver à l'heure au boulot, se lisse les cheveux et porte des talons hauts qui lui donnent des ampoules aux pieds. Elle voue une admiration sans borne pour sa patronne, la divine Demeter Farlowe, qui incarne à ses yeux un modèle de réussite qu'elle souhaiterait reproduire. Hélas, celle-ci la vire sans mettre les formes. La pauvre Katie doit rentrer chez son père, en pleine création d'un glamping à la ferme. Le projet va étonnamment connaître un formidable essor. Les clients se bousculent, Katie oublie ses tracas mais ne désespère pas de retourner à Londres avec un nouveau contrat en poche. C'est là que Demeter, son ancienne patronne, arrive à Ansters Farm... en quête d'authenticité. Mais Katie songe déjà se venger. 

Le plan concocté pour assouvir sa vengeance va s'avérer cocasse et complètement dingue. On visualise chaque scène, on glousse et on applaudit des deux mains. C'est légèrement moqueur, même si l'histoire rappelle aussi que la vie rêvée est un mythe absolu et que la vie réelle s'apprécie à sa juste valeur. On retrouve donc dans ce roman toute la fraîcheur de Sophie Kinsella, son style impayable et sa belle mécanique à nous embarquer dans une bonne comédie distrayante. On a une pure lecture de détente, avec une galerie de personnages sympathiques, une histoire sans grande surprise, mais où l'on s'y sent merveilleusement bien. On a aussi la sensation de se fondre dans le décor, de croiser des amis et de papoter en toute insouciance. En bref, c'est du Sophie Kinsella chaleureux, doux et réconfortant. #loveisallyouneed

 

Pocket, 2018 - Trad. Daphné Bernard {My Not So Perfect Life }

 ☆☆☆ ☆☆☆ ☆☆☆ ☆☆☆

☆☆☆ ☆☆☆ 

 

 

rendez vous au cupcake café

 

Autre valeur sûre : Jenny Colgan !

Après avoir perdu son boulot et compris que sa liaison avec son patron était vouée à l'échec, Issy Randal décide de se tourner vers la pâtisserie, sa grande passion. Particulièrement experte en cupcakes, Issy réfléchit à la création d'un salon de thé en plein cœur de Londres. Très vite, elle parvient à s'entourer des bonnes âmes charitables pour l'épauler dans ce projet insensé. Tout va s'enchaîner miraculeusement. Issy fait fi des épreuves et voit son rêve devenir réalité en un clin d'œil. Le Cupcake Café ouvre ses portes, non sans l'aide de Pearl, une maman célibataire hyper dynamique, et du séduisant banquier, Austin, de plus en plus conquis par le charme de la jolie pâtissière, sans oublier les précieuses recettes de son grand-Pa à goûter sans complexe !

C'est une vraie promenade gourmande et chaleureuse qui est vendue aux lecteurs. Place aux espoirs fous, aux miracles et à la magie, ici tout sonne merveilleusement providentiel. Issy rencontre les bonnes personnes aux bons moments. Elle se relève de chaque coup dur avec brio et sourire. Elle semble vivre dans une petite bulle de bonheur et entourée de bienveillance. En bref, c'est une avalanche de sucre et de miel dans le monde des Bisounours. Mais je n'en attendais pas moins et j'ai été ravie de cette parenthèse enchantée. L'histoire est mignonne, les personnages sont tous attachants et forment une brigade de choc indispensable au bon déroulement de cette comédie. C'est onctueux, doux, fleur bleue. Alerte #feelgood droit devant. 

Pocket (2018) / Trad. Anne Rémond

 ☆☆☆ ☆☆☆ ☆☆☆

 

Mois anglais 2017 HildeMois anglais 2017 HildeMois anglais 2017 Hilde

#moisanglais_2018

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

06/06/18

Journal d'une fille débordée : L'année de l'intox, de Suzy K. Quinn

On change d'ambiance pour ce mois anglais - place à la comédie ! ☺

journal d'une fille débordéeJuliette est maman d'une petite Daisy et vit en couple avec Nick - acteur sans le sou, égoïste et immature, qui passe davantage son temps à boire des bières au lieu de s'investir dans sa vie de famille. Résultat, Juliette est dépassée par la situation - elle déplore ses kilos en trop et les nuits sans sommeil à calmer les crises de larmes de son bébé. Désemparée, elle souhaite mettre Nick au pied du mur, en retour celui-ci la demande en mariage. La coupe est pleine - sa belle-mère est intrusive et perfide, l'argent manque et Juliette se débat avec les régimes. Elle débarque, vaincue, dans le pub familial, avec son bébé sur les bras. Quel cauchemar... On plaint sincèrement Juliette du début à la fin, entre ses histoires de poids, de mec, de môme, d'estime de soi, de bouffe, d'ambition et de pognon ! Le tableau n'est guère reluisant et manque parfois de finesse. Et pourtant, c'est rigolo et culotté. J'ai bien aimé le franc-parler de notre héroïne, qui donne du peps à la lecture. Ajoutez une famille bruyante et excessive (qui ressemble quelque peu à la famille Bennet) en plus d'être incroyablement solidaire et attachante. Et vous tapez des pieds et des mains en gloussant ! La mère de notre héroïne a pour devise de vivre selon ses envies - elle boit plus que de raison, elle danse sur les tables, elle mange gras et sucré, elle aime le fluo et elle se moque du regard des autres. Les mois passent et Juliette trace sa route en rédigeant un journal léger et distrayant. Cherchant un nouveau sens à sa vie, elle a décidé de courir le marathon de Londres - 42 kilomètres par un froid de canard - et s'entraîne avec un coach sportif de rêve. Alex Dalton, un camarade d'enfance qui roule en Rolls et possède une chaîne d'hôtels à travers le monde. Un ersatz de Darcy snob et orgueilleux ? J'avoue, l'idée est proche mais maladroite car Alex n'a pas de jugement hâtif sur les valeurs sociales (par contre, il s'embrouille tout seul en pensant que Juliette veut renouer avec Nick etc.). Quel idiot. C'est d'ailleurs le point faible du roman - l'auteur a caricaturé les spécimens masculins, du coup on ne bat pas follement des cils à leur évocation et on boude le dénouement lourd et gauche. Toutefois, rendez-vous est déjà pris pour septembre et des retrouvailles avec notre anglaise déjantée ! Car ce premier tome m'a tout de même fait passer un bon moment à suivre le quotidien pas toujours rose de Juliette, mais toujours traité avec dérision. Allez, zou ... 

LJ (2018) des éditions J'ai Lu / traduit par Barbara Versini

 

LJ est le nouveau label des éditions J'ai Lu visant un plus grand choix de comédies romantiques à des prix tout doux - 4 nouveautés déjà programmées pour accompagner l'été / 12 titres pour 2019. 

Retrouvez les premières parutions sur le site

 

mois anglais myloubook mois anglais myloubook mois anglais myloubook

#moisanglais_2018

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,