13/04/20

Un couple irréprochable, par Alafair Burke

Un couple irréprochable lizzieLe couple Powell forme un bloc soudé envers et contre tout. Jason est accusé d'avoir harcelé une jeune stagiaire ? Que nenni. Angela soutient à la police que son mari est blanc comme neige. La plainte est balayée d'un revers de la main. Tout va rentrer dans l'ordre. Et pourtant les premières fissures sont mises à jour. Parce que le couple Powell... comment dire ? C'est un couple trop beau pour être honnête. Alors quand surgit une nouvelle accusation contre le charmant Jason, c'est Angela qui voit rouge.

Il y a une certaine rouerie dans cette histoire qui tricote et détricote des nœuds jusqu'à nous faire perdre la boule ! Ça commence comme un thriller domestique (genre populaire depuis Gone Girl) avec des éléments qui viennent se greffer pour encore brouiller les pistes. Oui c'est sympa MAIS j'ai vraiment peu adhéré au personnage de « la femme ». Pour moi, des détails clochent... la nana est très bizarre, son passé pèse lourd et ses discours sonnent creux. Dans le fond je comprends toute sa logique, sauf que je n'ai pas accroché à son histoire. Vraiment pas. Par contre je salue la mécanique sournoise de l'intrigue. D'ailleurs je dis au diable les défauts, car cette lecture a réussi à me hanter plusieurs soirs ! 🤨

©2018 / 2019 Titre original : The Wife. Presses de la Cité, un département Place des éditeurs pour la traduction française. Traduit par Isabelle Maillet (P)2020 Lizzie, un département d'Univers Poche

Très bonne performance des deux comédiennes : une lecture qui se laisse écouter sans souci !

 


La Forêt des ombres, de Franck Thilliez

La Forêt des ombres... Suis déçue par ce roman sombre et désolant que ce cher Franck Thilliez proposait en 2006.
Au départ ça s'annonçait pas mal : un individu fortuné propose à un écrivain en manque de succès de s'enfermer un mois dans un chalet pour ressusciter le mythe d'un tueur en série. L'homme accepte et débarque avec femme et enfant dans un trou paumé au cœur de la Forêt Noire.
D'office l'atmosphère austère du lieu met mal à l'aise les occupants. Ça sent le traquenard à plein nez. D'ailleurs le commanditaire vit sur place avec sa gouvernante et sa jeune compagne. On devine qu'un drame se prépare mais on assiste impuissant à son orchestration. Dès lors, une chape de plomb s'abat sur l'intrigue et diffuse un parfum infect.
Tout y est effectivement étrange, sordide, dérangeant. Les personnages sont aux aguets et marchent sur une corde raide. On sait qu'elle va lâcher et qu'un carnage est à l'œuvre... et on attend avec horreur le point de non-retour. Mais c'était trop pour moi ! J'ai écouté ce roman en format audio au cours duquel le comédien a accentué les voix hystériques. Rien que ce contexte m'a mis les nerfs en pelote. C'était rude.
Au fil des pages, le roman nous met dans une condition fébrile que je n'arrivais plus à canaliser. Tout est dingue dans cette histoire ! Lentement mais sûrement, elle se met à dériver vers un dénouement funèbre et douloureux... encore que l'enchaînement de l'horreur est un monument du genre aussi.
Brrr ! Amis des lectures apaisantes, passez votre chemin. Ce roman abuse des effets de style (méandres de la folie et de la perversion) et du décorum pour finalement servir une conclusion affligeante ET plate. Quelle déception. Ça me coûte de le dire car j'aime beaucoup Thilliez mais là c'est loupé.

©2006 Le Passage Éditions (P)2019 Audiolib

La presse en parle :

On pense bien sûr au Shining de Stephen King, passé à l'équarrissage du Silence des agneaux de Thomas Harris. 
Le Figaro

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Regarde-moi, par Aga Lesiewicz

Regarde moiKristin est photographe et mène une existence confortable au cœur de Londres. Son petit ami est également un artiste qui gambade à travers le monde. Libre et sans attache, leur vie se veut bohème et branchée. Mais cette belle façade se craquelle le jour où Kristin reçoit un premier mail anonyme, suivi par d'autres messages troublants, lesquels vont peu à peu mettre à sac son univers doré. Tous révèlent une photo de son intimité qui lui font réaliser qu'elle est traquée, chez elle, dans la rue, au boulot, partout. Après une tournée à l'étranger, son petit ami peine à lui apporter le réconfort souhaité. Cela semble d'ailleurs trop tard car les événements s'enchaînent et taillent en pièces toutes les certitudes.

Comme j'avais déjà lu son roman précédent (À perdre haleine) je savais à quoi m'attendre en matière de bon et moins bon dans celui-ci. Côté intrigue, ça tient la route. On nous promet un thriller urbain, claustrophobe et dérangeant, se jouant de nos terreurs les plus intimes. C'est effectivement le cas. Par contre, la lecture pêche au niveau des personnages, principalement l'héroïne qui agit de façon illogique (encore une fois). J'ai relevé plusieurs détails aberrants, comme reluquer le laveur de vitres et fantasmer sur le mari de sa copine... « Ça doit être hormonal, je ne me conduis jamais comme ça. » Ou disons que la nana est à cran mais elle saoule aussi.

J'ai donc été moins convaincue par ce roman comparé au précédent (À perdre haleine). J'avais vite senti le fin mot de l'histoire. Sinon j'ai bien aimé le cadre londonien mais moins accroché à la mécanique mise en place (la photographie, tout ça... bof bof). Les personnages... n'en parlons pas. Il y a aussi de grosses failles dans l'intrigue... toutefois, son climat sulfureux, ajouté au rythme mou, donne le ton et constitue une forme d'attrait. C'est une lecture correcte mais sans plus.

Belfond Noir (2018) - Traduit par Julia Taylor

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'affaire Lord Spenser, de Flynn Berry

Je n'ai malheureusement pas accroché à cette histoire... trop déprimante !
L'affaire lord spencer

L'héroïne a connu dans son enfance un drame qui a bouleversé son existence : sa nounou a été assassinée sous leur toit, pendant que son frère et elle dormaient paisiblement. Pire, c'est leur père qui a été suspecté du crime (son épouse l'aurait formellement identifié). Mais l'homme appartient à la gentry donc possède de nombreux appuis. Les témoignages ont pullulé pour certifier son innocence. L'homme a néanmoins disparu de la circulation.

Des années plus tard, la fille vit toujours dans le spectre de son retour et du procès qui n'a jamais eu lieu. Elle se sent également coupable et complice car elle a la sensation d'avoir été manipulée (précisons qu'elle n'avait que huit ans mais elle porte sa honte comme une croix). Aujourd'hui la police lui signale que son père aurait été repéré et son univers s'ébranle à nouveau. De toute façon il est temps que cette obsession cesse et qu'elle cherche à percer l'abcès une bonne fois pour toute !

Sauf que cette lecture est lente et pesante. Je n'ai pas su embarquer à bord et j'ai vite trouvé le temps long. La solution est d'ailleurs sinistre. Après L'Assassin de ma soeur que j'avais trouvé moyennement convaincant, ce deuxième roman de Flynn Berry me pousse à dire que ce n'est pas ma tasse de thé... :/

©2019 Place des Editeurs (P)2020 Audible Studios

S'inspirant librement d'une célèbre affaire criminelle des années 1970 - ; l'affaire Lord Lucan, le premier lord reconnu coupable de meurtre depuis le XVIIIe siècle - ; ce thriller glaçant met en scène une héroïne marquée au fer, déchirée par les liens du sang. Il offre aussi une réflexion très actuelle sur les ravages de la violence au sein du cocon familial, les privilèges de classe et la loi du silence.

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'île du diable, de Nicolas Beuglet

L'île du diableÀ peine sortie de prison, Sarah est conduite chez son père qui vient d'être assassiné dans son manoir. L'homme a succombé à des tortures et gît sous le regard de sa fille impavide. Son supérieur lui réserve l'affaire en sous-marin car officiellement c'est le jeune officier Adrian Koll qui conduira la marche à suivre. Choquée par le drame qui frappe sa famille, Sarah se montre docile et conciliante. Son père... distant, froid et secret. Comment imaginer un crime d'une telle barbarie ?

Sarah n'est pas au bout de ses peines car elle doit également encaisser le déballage médiatique qui vient effriter son image d'enquêtrice chevronnée. Elle ignore encore que Christopher va en faire une affaire personnelle et chercher à éclairer cette sombre histoire qui lui colle à la peau. Enfin un peu de débroussaillage dans le tableau ! Depuis Le Cri, on a vu se dessiner les failles dans son personnage de bull-terrier : ses traumatismes, ses fantômes, ses secrets... Eh bien le mystère entier sera levé. Youhou. Est-ce pour autant renversant ? que nenni.

Bon point pour ce roman : L'île du Diable compte 200 pages en moins (et ça fait du bien). La lecture est plus rapide, avec moins de niaiseries entre les personnages et une histoire qui va à l'essentiel. Les révélations historiques qui y sont faites sont glaçantes mais l'exploitation au cœur de l'intrigue laisse parfois à désirer. J'avais deviné beaucoup, beaucoup de choses. Oups. Seul un détail me chiffonnait... et bim, réponse dans l'épilogue. Euh. 🙄 Sans surprise, ce troisième rendez-vous avec Sarah Geringën n'a pas permis de me réconcilier car je trouve le scénario cette série beaucoup trop cinématographique et convenu. Mais il en faut pour tous les goûts !

©2019 XO Éditions (P)2020 Lizzie, un département d'Univers Poche

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


02/04/20

Bilan du mois : Mars 2020 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

We-re-More-Than-Just-Sisters-We-re-Also-Friends

Mois de mars compliqué, dans un contexte déjà anxiogène, j'ai également perdu ma grande sœur, avec la distance imposée, impossible d'être présente auprès des miens et de profiter du précieux moment de communion... la lecture me semblant déjà peu reposante, elle occupe désormais de moins en moins mon passe-temps, ce que je déplore également, tout ce que je tente d'assimiler se perd dans un brouillard de mots, pas la peine de forcer, ça reviendra plus tard, pour l'heure j'absorbe mon chagrin et j'attends le temps des retrouvailles qui auront, pour nous, une saveur particulière. Prenez soin de vous, les lecteurs.

(Au début du mois, mes lectures les plus fortes)

♣ Sacrées sorcières ! BD de Pénélope Bagieu

♣ L'aube sera grandiose, d'Anne-Laure Bondoux

♣ Malamander, de Thomas Taylor

♣ La Mémoire de Babel (La Passe-Miroir #3), de Christelle Dabos

 

#inlovingmemory  #toujourslà  #neverforget

Copie Laurence & me

 

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

26/03/20

Complot, de Nicolas Beuglet

ComplotEn commençant ce nouveau roman de Nicolas Beuglet, j'avais oublié ce que j'avais pensé du précédent - Le Cri (lu trois ans plus tôt). Mais en me relisant, j'ai immédiatement songé que je pouvais copier - coller mon avis car ce sont encore les mêmes qualités et défauts que je retrouve.

L'inspectrice Sarah Geringën est appelée en urgence pour décrypter une scène de crime hors du commun et dont la victime est l'actuelle Première Ministre de Norvège. Son compagnon doit, de son côté, calmer les ardeurs d'un journaliste qui cherche à révéler un pan caché du passé de Sarah. Au passage, cela ébranle aussi les certitudes qu'avait l'homme sur son amoureuse. Bonjour l'embrouille ! Bref. Les voilà tous les deux embarqués pour une nouvelle course-poursuite d'un pays à un autre... Car ce que révèle l'enquête initiale est hallucinante ! J'avoue que cela me fatigue de lire des romans pareils où l'auteur développe des théories (probables ou pas) mais qui me mettent la tête à l'envers. Oui c'est plausible mais vraiment incroyable. Je ne sais pas, je ne sais plus. Je suis fatiguée de douter à ce point. Les personnages peinent toujours à me convaincre. Le dénouement incite méchamment à lire L'Île du Diable (je me connais, je peux facilement céder à la tentation alors que je ne suis pas contente). Soupirs longs et désespérés.

En tout cas, si vous ne jugez pas Dan Brown comme étant un possible illuminé aimant fumer la moquette de son salon, vous apprécierez à sa juste valeur Nicolas Beuglet qui défend la cause des femmes avec beaucoup de panache !

©2018 XO Éditions (P)2019 Lizzie

De la Norvège à la vieille cité de Byblos, et jusqu'au cœur même du Vatican, c'est l'odeur d'un complot implacable qui accompagne chacun de ses pas. Et dans cette lutte à mort, Sarah va devoir faire face à ses peurs les plus profondes. à ses vérités les plus enfouies.

 

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

24/03/20

Le club des philosophes amateurs (Sunday Philosophy Club, #1), par Alexander McCall Smith

Le club des philosophes amateursDepuis le temps que je tourne autour de cette série ! À lire sa présentation, j'ai des yeux de merlan frit à vouloir la découvrir au plus vite (pressentant que je vais également succomber à son charme). Et finalement... je suis amèrement déçue.
Certes, je perçois les contours de son potentiel : ambiance cosy et personnages ordinaires vaquant à leurs basses besognes (hum-hum). Au centre, Isabel Dalhousie se distingue (et peut paraître privilégiée), une gouvernante veille sur son petit confort pendant qu'elle dirige une revue d'éthique appliquée. Sa nièce Cat tient une épicerie qui fait aussi office de bistro. De beaux jeunes hommes croisent souvent sa route. Ceci dit, Isabel veille au grain car Cat est volage.
Et voilà qu'un soir, à l'opéra, Isabel Dalhousie est témoin de la chute mortelle d'un jeune homme. Cet accident la perturbe profondément. Même en tentant de l'effacer de sa mémoire, des détails surgissent pour l'inciter à y songer. Ceci l'affecte, au même titre que le nouveau fiancé de Cat dont elle veut sonder les intentions.
Ainsi se résume le dilemme de Isabel Dalhousie : « Ce dont j'ai besoin, c'est de quelques jours sans intrigues. Besoin de reprendre mon travail pour la revue, de finir mes mots croisés sans m'interrompre et de marcher de temps en temps jusqu'à Bruntsfield pour bavarder avec Cat de choses insignifiantes. Ce dont je n'ai pas besoin, c'est de passer mon temps à conspirer avec Jamie dans des bars et des restaurants, ni de me frotter à des financiers retors aux goûts artistiques dispendieux... »
Calme plat, donc, sur cette lecture... assez ennuyeuse (si ce n'est qu'elle est bavarde et superflue). Il n'y a aucune intrigue criminelle mais une histoire creuse avec des personnages peu attachants, pour l'instant. J'hésite encore à lire la suite.

éditions du Masque, 2018

Traduction révisée de François Rosso

 

23/03/20

Victime 2117 (Les enquêtes du département V, #8) de Jussi Adler-Olsen

Victime 2117Depuis Miséricorde, le personnage d'Assad n'a cessé de nous interroger. On a vite compris qu'il n'était pas ce qu'il prétendait être et qu'il cachait un lourd passé avec de sombres secrets... Dans cet épisode, l'auteur s'engage à tout nous révéler. Promesse tenue !

La lecture se construit par des briques qui s'emboîtent petit à petit, d'abord un journaliste qui recherche le scoop à partir d'une victime échouée sur une plage (un drame pour dénoncer celui des réfugiés), puis un jeune homme cloîtré dans sa chambre, refusant tout contact avec la société qu'il accable, et jouant en ligne des heures durant avec des objectifs bidons... Ce type passe régulièrement des coups de fil à la police car il prépare un massacre. C'est là que débarque notre département V, et plus particulièrement le duo insolite formé par Gordon et Rose.

De leur côté, Carl et Assad vont s'envoler pour l'Allemagne et prêter main forte aux enquêteurs pour déjouer une menace terroriste. Autant dire que le rôle de notre ami Assad est plus crucial que jamais. Les deux compères jouent également dans la cour des grands et nous servent leur numéro habituel, entre sempiternelles bouffonneries et actions déterminantes toujours au cœur de l'action. Les derniers chapitres sont explosifs... mais peu crédibles (c'est rien, ça divertit).

En bref, cette lecture est digne de confiance. Moi qui d'habitude me réserve ce rendez-vous pendant les vacances car j'y retrouve mes personnages fétiches, l'humour lourdingue de l'auteur et une intrigue entraînante... cette fois c'est tout bon. J'avais été déçue par certains tomes de la série et avais pris un peu de distance mais les deux derniers livres ont rehaussé le niveau + mon intérêt. Maintenant j'ignore si la série est terminée pour de bon... ???

Première lecture bouclée depuis le début du confinement... exercice très laborieux ! Le roman est bon mais la concentration a parfois oscillé. Envie, pas envie de lire.
Prenez soin de vous et de vos proches.
#restezchezvous

©2020 Éditions Albin Michel (P)2020 Audiolib

Lecture audio excellente car brillamment interprétrée par Julien Chatelet... comme toujours ! 

 

Posté par clarabel76 à 14:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

16/03/20

Une famille presque normale, de M. T. Edvardsson

Une famille presque normaleFaites connaissance avec la famille Sandell... nous annonce la présentation de l'éditeur.
Le père Adam est un pasteur respecté dans la petite ville de Lund. Sa femme Ulrika est une brillante avocate. Leur fille Stella fête son dix-neuvième anniversaire et prépare son voyage en Asie.
Ce soir-là, la famille se retrouve au restaurant pour un repas formel. La jeune fille s'éclipse rapidement pour retrouver son amie Amina et son petit copain Chris. Mais les événements durant la soirée vont déraper. Quelques jours plus tard, la police vient arrêter Stella.
Chris Olsen a été poignardé. Une voisine est catégorique sur la présence de celle-ci au moment du crime. Stella plaide coupable et attend son procès en refusant de voir ses parents. Pour son père, la nouvelle est un choc. Il refuse l'évidence et mène sa propre enquête... n'hésitant pas à prendre tous les risques (mentir, cacher des preuves).

L'histoire est ainsi divisée en trois parties racontées par les trois membres de la famille, chacun venant éclaircir le tableau (et l'affaire). Mais la vérité est triste. D'abord elle survient façon grosse production hollywoodienne, ensuite elle ne surprend pas. J'étais pratiquement sûre des annonces qui ont été faites. Mais j'étais déjà plongée dans une sensation d'amertume. En fait cette lecture m'a déprimée parce qu'elle met en scène des situations plausibles avec des personnages cohérents. Car le drame que vivent les Sandell fait remonter d'autres non-dits survenus au cours des années. Ça pèse lourd dans la balance et au moral... Après, le contexte actuel n'est pas folichon non plus. Je lis, pour m'occuper l'esprit, mais bof bof. Manque un truc.

©2019 Sonatine Éditions pour la traduction française. Traduit par Rémi Cassaigne. (P)2020 Lizzie

Choix judicieux de proposer trois comédiens pour interpréter les trois personnages du roman : aucune confusion, on s'y retrouve facilement et on plonge dans cette histoire sombre et glaçante.