08/03/16

Mon frère est un super-héros, de David Solomons

Mon frère est un super-héros

« Mon frère est un super-héros. Ça aurait pu tomber sur moi sauf que j'ai eu envie de faire pipi. » Ainsi débute cette histoire a priori farfelue et burlesque. J'ai même longtemps cru qu'il était question de farce et de supercherie, et puis non... le dernier 1/4 du roman finira de vous prouver que tout ceci est vrai, archi vrai. Mais reprenons au commencement : Luke Parker a onze ans et vit dans la banlieue de Londres. C'est un passionné de bandes dessinées, de comics et de super-héros. Ne cherchez pas, il est incollable sur le sujet. Et puis il y a Zack, son frère, toujours le nez plongé dans ses livres de maths, le fils aîné, le chouchou des parents, l'élève modèle et tutti quanti. Lui, les histoires de super-héros, ça ne le passionne pas du tout. Il n'y comprend goutte. Un soir, alors qu'ils étaient tous deux perchés dans leur cabane en bois, Luke a une envie pressante et se rue aux toilettes pour se soulager... sauf que, pendant ce temps-là, Zorbon le Décideur, un voyageur interdimensionnel, est descendu de son vaisseau pour annoncer au garçon qu'il avait été choisi pour sauver deux univers et lui a offert six pouvoirs pour y parvenir. 

Quelle aventure ! Le plus drôle, dans tout ça, outre l'imagination débordante et les savoureuses références à l'univers des super-héros et de la culture geek, c'est la narration qu'en fait le jeune Luke Parker, le cadet, frustré à vie, celui qui a le sentiment d'être passé à côté de sa destinée. C'est donc lui qui raconte toute l'histoire comme un cri du cœur, et c'est extrêmement drôle. On y trouve un mélange d'ironie, d'incrédulité, de jalousie et d'admiration aussi. Zack, coaché pour son frangin, devient donc Star Mec. Il refuse de porter la panoplie usuelle (un masque et une cape) et se contente d'un pull à capuche. Propulsé nouvelle coqueluche des habitants, il fait la une des journaux grâce à ses exploits en ville, tandis que Luke veille scrupuleusement sur son anonymat. Et c'est la redoutable Lara Lee qui s'y colle, prête à tout pour décrocher un scoop pour la feuille de chou de leur école. Luke devra déployer autant d'énergie à lui mettre des bâtons dans les roues que de superviser son grand frère, apprenti super-héros. Ils doivent encore déterminer la teneur de sa grande mission et tenir à distance ses ennemis, de dangereux super-méchants, qui ne reculeront devant rien pour nuire aux pouvoirs de Star Mec. 

La lecture est époustouflante d'inventivité, de drôlerie et de rebondissements. On sent que David Solomons a pris un plaisir fou à concocter cette histoire et son enthousiasme est parfaitement communicatif. C'est une très bonne entrée en matière, qui réclame forcément une suite, au vu du sursaut inattendu à la fin ! Un rendez-vous cocasse et palpitant. ;-)

Gallimard Jeunesse / Octobre 2015

Traduit par Karine Chaunac (My Brother is a Superhero)

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07/03/16

Aujourd'hui, Amos par Anne Cortey & Janik Coat

IMG_5763

Attention, pépite ! Les retrouvailles avec Amos sonnent aussi merveilleuses pour les yeux que douces et enchanteresses aux oreilles. Place donc à quelques minutes de douceur, de poésie et de tendresse... ♥

Un voile de brume s'est abattu sur la maison d'Amos, qui écrit dans son carnet : « Le brouillard a réveillé l'ennui. Il faudrait un balai pour le chasser. » Une jolie prose teintée de mélancolie, qui annonce la tendance à venir. 

Car le soleil se lève enfin et incite Amos à sortir faire une petite promenade, au cours de laquelle il cueille des champignons. Il va ensuite convier son ami Hulo, lui aussi parti remplir un panier de cèpes, à savourer une bonne omelette, au coin du feu. 

Ah, qu'est-ce que c'est bon ! Racontée simplement et sans chichis, l'histoire crée tout de suite un sentiment de bien-être, de chaleur, de sympathie et de bonheur, tout ça concentré dans un album de petit format (17 x 16 cm) aux illustrations épurées et merveilleuses.

C'est une lecture magique, qui invite à voir le monde autrement, à dégoter ces petits riens qui peuvent tout bouleverser, à sentir aussi cette vie qui palpite et qui s'éveille autour de nous. Amos, lui, “tricote ses pensées dans son carnet”. Notre ami est un grand poète, qui rêve de vivre en pays de poésie (c'est si joliment dit !). Il aime aussi l'odeur de la terre mouillée. Et se perdre dans ses pensées. 

Aussi, suis-je naturellement tombée sous le charme de cet album, complètement séduite par son ambiance, par ses mots et par ses couleurs, en total amour pour cette incroyable harmonie. Ce livre évoque avec beaucoup de finesse et en toute sobriété les petits détails qui ont leur importance, et les mots, toujours les mots, qui tintent admirablement et peuvent parer de lumière un imaginaire en apparence terre-à-terre. 

Il est important, aussi de souligner que cet album a été “fait avec amour en pays de poésie” (une note glissée en toute discrétion, mais tellement vraie). Il met à l'honneur la contemplation, la poésie, l'envie de partager, l'amitié, les mots écrits dans un carnet, l’instant présent, et un tas de choses encore. Je ne peux que le recommander chaudement !

Grasset Jeunesse / Février 2016

IMG_5764   IMG_5765

IMG_5766

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Mes petites histoires Montessori : La robe d'été, par Eve Herrmann & Roberta Rocchi

IMG_6015

Liv a grandi et doit se résoudre à transmettre ses robes préférées à sa petite sœur Émy... mais dur, dur de voir cette chipie se pavaner avec ses belles toilettes ! 

Une histoire simple, pour apprendre à grandir et à céder cette part de l'enfance en donnant, par exemple, ses robes. Accepter de franchir un cap, celui de ne plus être un bébé, et apprendre à se comporter comme une grande, ne pas être jalouse, ne pas bouder, ne pas se mettre en colère.

La méthode Montessori pour résoudre les petits différents entre frangines ! Une double page à la fin de l’histoire donne quelques conseils pratiques pour éloigner cette sensation d'agacement, proche de la jalousie ou de la colère.

Une série qui connaît toujours son petit succès auprès des parents, même si l'histoire en elle-même est basique, limite placide et moralisatrice. 

Nathan / mars 2016

IMG_6016   IMG_6017

IMG_6018   IMG_6019

🍃🍂🍃🍂🍃🍂🍃🍂🍃🍂

IMG_6020

Existe aussi : L'oiseau Blessé, également paru chez Nathan, en mars 2016

IMG_6021   IMG_6022

IMG_6023   IMG_6024

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Le Roi est fou, de Raphaël Fejtö

IMG_5926

Impossible de résister à cet album dont la couverture jaune représentant un roi complètement barge, qui marche avec les mains, un sourire benêt sur les lèvres, fait cruellement envie et doucement glousser ! Eh oui, c'est comme ça.

L'histoire nous raconte donc comment ce roi a perdu la tête, après une chute dans les escaliers, parce qu'il voulait manger sa soupe dans la chambre. Il est carrément devenu zinzin, du genre à se balader tout nu, à prendre des bains de boue, à dormir en haut du donjon, à martyriser ses serviteurs en jouant de la musique affreuse ou en les pourchassant avec son épée...

Son attitude déglinguée finit par lasser son entourage, et notre roi se retrouve seul dans son château. C'est alors qu'apparaît à l'horizon un attelage avec une jolie dame à bord. Une jolie dame qui prétend être sa reine. Une reine très mécontente en découvrant l'état des lieux et qui refuse d'accorder un petit bisou au roi fou. Qu'il prenne d'abord un bain, enfile ses vêtements et se présente de nouveau devant elle pour décrocher son bisou salvateur ! ^-^

L'histoire se lit avec un plaisir fou, c'est le cas de le dire. Elle met en scène un personnage fabuleusement cocasse, qui fait des tonnes de bêtises et qui, finalement, retrouve sa lucidité grâce au baiser de sa douce. Cela ressemblerait presque à un conte, en version décalée et déjantée, et forcément pour moi la meilleure version ! ;-) Tellement drôle et pétillant, à savourer sans retenue. 

Seuil Jeunesse / Mars 2016

IMG_5927   IMG_5928

IMG_5929   IMG_5930

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Émile range ses livres, par Vincent Cuvellier & Ronan Badel

IMG_6009

Émile, encore le retour ! Après notre dernière lecture, hyper rigolote, cf. Émile et la danse de boxe, on le retrouve déjà dans un numéro spécial, celui de la compilation, qui regroupe les dix premières histoires de notre cher bambin - qui considère le sourire comme une option. Et toc.

Cette lecture se présente donc dans un format très agréable, couverture souple, 250 pages bien aérées, pour un petit tour d'horizon absolument poilant, et désopilant : Émile qui boude le gratin aux endives, Émile qui se déguise en diva du Saturday Night Fever, Émile qui invite sa nouvelle copine pour une séance de trico à ne surtout pas déranger, Émile qui refuse de regarder la télé et réclame un plâtre, Émile qui a froid en pleine canicule, Émile qui n'en peut plus des contes à dormir debout et voudrait une chauve-souris comme animal de compagnie, ou Émile qui veut faire la fête, mais sous certaines conditions... 

J'ai pris autant de plaisir à relire toutes ces histoires, comme lorsque j'ai découvert la première fois ce petit bonhomme énergique, qui ne fait rien comme tout le monde, et dont les mimiques impassibles révèlent tant et tant de choses, entre les lignes. C'est franchement trop bon. Un soupçon d'insolence distillé dans de grandes rasades d'humour... c'est toute la force de cette série, qui brasse des thèmes complètement saugrenus, ou inattendus, mais rend ainsi la lecture si surprenante et attachante. À adopter d'urgence. ♥ 

Gallimard Jeunesse / Coll. Giboulées ♦ Mars 2016 

IMG_6011   IMG_6012

IMG_6013   IMG_6014

IMG_6010

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Poka et Mine : Un cadeau pour Grand-Mère, de Kitty Crowther

IMG_5946

La petite Mine a trouvé un joli coquillage et compte l'offrir à sa Grand-Mère Dorée. Toutefois, au cours de la nuit, le coquillage se réveille et propose à Mine de jouer aux cartes ! Surprise, surprise. Il s'agit en fait d'un bernard l'hermite, qui s'appelle Bercarte. Sa disparition va cependant beaucoup inquiéter ses six frères, qui vont débarquer dans la chambre de Mine en l'accusant de kidnapping !

Quelle histoire... mais derrière tout ça, que de tendresse et de poésie ! On retrouve la finesse de Kitty Crowther dans cette extrardinaire série de Poka & Mine. L'histoire s'envole toujours vers des sphères improbables, mais n'en demeure pas moins touchante et originale à lire. Et puis, que de suspense au programme... qui se solve heureusement autour d'une tasse de thé aux algues !

C'est encore une chouette réussite à inscrire au registre de cette talentueuse illustratrice. 

Pastel / Mars 2016

IMG_5947   IMG_5948

IMG_5949

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05/03/16

Dix petits nègres, d'Agatha Christie

Dix petits nègres 2013

Dix personnes sont conviées par un hôte mystérieux à séjourner sur l'île du Nègre. On trouve ainsi le docteur Armstrong, le détective Blore, Miss Emily Brent, la jeune Vera Claythorne, le capitaine Lombard, le général Macarthur, le sarcastique Anthony Marston, le juge Wargrave, désormais à la retraite, et le couple Rogers, qui sont les employés de maison. Seul manque à l'appel le maître des lieux, un certain U.N. Owen, qui tarde à arriver. Tous ont accepté son invitation à l'aveugle pour plusieurs raisons, beaucoup par curiosité, un peu pour se reposer, souvent par appât du gain, soit pour décrocher un job ou pour s'affilier à un généreux mécène. Mais à peine ont-ils mis un pied sur l'île qu'ils vont réaliser leur erreur. La sanction ne se fait pas attendre et tombe à l'heure du souper : une bande-son sortie de nulle part se déclenche, les accusant d'avoir tous quelque chose à cacher et à craindre. Serait-ce une plaisanterie qu'elle serait du plus mauvais goût ! songent-ils amèrement. Osant à peine se regarder dans le blanc des yeux, tous décident de quitter l'île sans plus attendre. Hélas, la navette a disparu et les contraint à demeurer sur leur rocher, coupé du monde.

C'est donc dans un climat tendu que va se dessiner l'une des intrigues les plus diaboliques de la littérature policière, et qui a depuis inspiré de nombreuses copies. Mais, comme on dit, souvent imitée, jamais égalée. Agatha Christie était une technicienne hors pair, capable de vous retourner prestement les clichés et les codes du genre. Avec son histoire des Dix Petits Nègres, elle impose là une signature devenue culte. Car sur l'île, l'ambiance entre les convives vire à la soupe à la grimace. Comprenant que leur vie dépend d'une vulgaire comptine, ils frémissent d'effroi en voyant leurs comparses s'effondrer les uns après les autres, se regardant en chien de faïence, certifiant que l'instigateur de cette mascarade vengeresse se trouve parmi eux. Leurs plus sombres secrets s'en trouvent révélés. Le climat en devient plus qu'oppressant, et c'est carrément flippant à lire. Même si on connaît déjà les ressorts de l'intrigue, pour avoir lu le livre dans le passé, on se tient à carreau et on se délecte de l'incroyable supercherie qui se trame sous nos yeux.  C'est incontestablement le plus redoutable des romans d'Agatha Christie. 

Le Masque / Bibliothèque idéale d'A.Christie (Novembre 2013) ♦ Couverture par Martin Parr 

Traduit par Gérard de Chergé (Ten Little Niggers, 1939)

bannerfans_16489672 (61)   bannerfans_16489672 (69)

#Jeu littéraire : Vintage Mystery Cover Scavenger Hunt 2016 : un chapeau

04/03/16

Dernier meurtre avant la fin du monde, de Ben H. Winters

DERNIER MEURTRE AVANT LA FIN DU MONDE

Le monde est devenu fou, depuis que les scientifiques ont annoncé l'impact de l'astéroïde Maïa sur la planète, sans espoir d'y échapper, l'humanité a compris qu'il lui restait moins d'un an à vivre. Pourquoi s'embêter dans sa routine si l'on peut enfin accomplir de vieux rêves et lâcher prise pour de bon ? C'est du moins ce que pense une grande majorité d'individus, à l'exception d'une poignée d'irréductibles, dont Hank Palace, flic à Concord, New Hampshire.

Alors qu'il se rend dans un vieux McDo pour constater un nouveau cas de suicide - un chargé en assurances, Peter Zell, qui a choisi de déposer les armes en avance - Hank a l'intime conviction que les apparences sont trompeuses et que la mort du type a été déguisée pour masquer un crime. Globalement, les services d'ordre bénéficient d'une réglementation plus stricte pour dissuader toute flambée de violence, mais nombre de policiers ne se donnent plus la peine de mener à bien leurs enquêtes et laissent trop souvent courir les affaires impunies. Aussi, l'obstination de Palace, à réfuter l'évidence et creuser une piste aléatoire, fait doucement glousser ses collègues. 

L'intrigue policière est en apparence conventionnelle et assez basique, dans le sens où on a là un pur roman noir, au déroulement classique et sans esbroufe. Ce qui le distingue du lot, finalement, c'est son contexte de fin du monde. Alors, là, chapeau pour la description de l'ambiance pré-apocalyptique, réaliste et poignante. On a franchement l'impression d'y être, de sentir la chape de plomb, prête à s'abattre, et d'éprouver un mélange d'impuissance, de colère et de désarroi. On baigne dans un climat pesant, limite démoralisant, mais on s'y habitue aussi, et c'est d'ailleurs en relevant le nez du livre qu'on se sent étourdi et plein de confusion. Quelles sont les limites de la réalité et de la fiction ?

Rien que pour ça, je trouve ce roman très réussi et je le recommande chaudement. Il sera suivi de deux autres livres, et vu le compte à rebours (l'histoire se déroule en mars, la fin du monde est prévue en octobre) cela présage des frissons d'angoisse et d'excitation ! 

10/18 / Février 2016 

Traduit par Valérie Le Plouhinec (The Last Policeman) pour les éditions Super 8.

Les Monstres, de Lauren Beukes

Les Monstres

La police de Detroit vient de découvrir le corps mutilé d'un jeune garçon, dans une mise en scène sordide et révoltante (une bouillie de membres humains associés à des restes de cerf). L'inspectrice Gabriella Versado, chargée de l'enquête, est horrifiée par tant de perversité et ne va plus compter plus ses heures au boulot, délaissant malgré elle sa fille de seize ans, Layla, une adolescente solitaire et mal dans sa peau, qui va également occuper son temps libre de façon irréfléchie, en traquant les prédateurs sexuels sur le net (une idée de sa copine Cass, qui cherche à masquer sa fragilité derrière son insolence). D'autres personnages viennent compléter le tableau, dont Jonno, un pauvre type en quête de scoop pour son blog, ou Clayton Broom, au profil psychologique particulièrement instable. De toute manière, dans ce livre, rien n'est clair, tout fonctionne de travers. On y trouve une palette d'individus affligeants, dont les destinées semblent avoir été brassées grossièrement, dans un récipient vide et creux. Et puis ça sent très fort la fatalité, coincé dans un décor lugubre et morose. L'ambiance générale tend carrément à la déprime, à la désolation, au misérabilisme. L'histoire, enfin, est lourde, pesante et trop bizarre... pas du tout palpitante. Même le dénouement poussif tourne au ridicule les plus grandes scènes de suspense haletant. Là, sans rire, c'est pitoyable. Honnêtement, j'attendais plus de frissons. Au lieu de ça, cette première approche de l'univers, réputé sulfureux, de Lauren Beukes n'a été que déception et amertume. Sa vision trop noire et dérangeante du roman policier, conjuguée aux codes du fantastique, n'a pas su me convaincre.

Presses de la Cité / Coll. Sang d'encre ♦ Juin 2015

Traduit par Laurent Philibert-Caillat (Broken Monsters)

>> Ce livre audio en version intégrale vous est proposé en exclusivité par Audible, 
uniquement disponible en téléchargement.

Les monstres | Livre audio

Lu par : Gaëlle Savary / Durée : 14 h 15   (P)2015 Audible FR

03/03/16

Une année particulière, de Thomas Montasser

Une Année Particulière

Par une froide soirée d'hiver, sans prévenir, Tante Charlotte quitte sa librairie, tourne la clef dans la serrure, serre son sac à main contre elle et poursuit son chemin dans un souffle. Sans nouvelles de celle-ci, sa famille envoie la jeune Valérie, étudiante en économie et gestion d'entreprise, pour liquider son commerce poussiéreux et croulant sous les dettes. Notre ambitieuse et pragmatique héroïne ne s'avoue pas vaincue, même si l'ampleur de la tâche est conséquente. À peine débarquée dans l'antique librairie, Valérie s'effondre dans le fauteuil usé de sa tante et pousse un profond soupir. Elle songe alors qu'une bonne tasse de thé, préparé dans le précieux samovar, lui redonnera un coup de pep's avant de plonger son nez dans les registres et les catalogues. Attendant que le liquide infuse dans les bonnes proportions, Valérie patiente en prenant un livre au hasard et retourne s'installer dans son fauteuil... pour seulement s'en extraire en fin de journée, 248 pages lues, la goutte au nez, un sourire hébété sur les lèvres. ;-)

Pour Valérie, qui entretient un rapport très éloigné avec les livres, la littérature, l'imagination, les rêves, la poésie etc, cette plongée dans l'univers de sa tante, libraire par vocation, par goût et par envie, est un choc culturel d'amplitude considérable. Et pourtant, la magie a déjà fait son chemin. Au fil des jours, la jeune femme s'installe dans une routine, thé, fauteuil, lecture, et revoit progressivement sa perception des lieux. La librairie a fait son temps, perdu de nombreuses batailles, loupé le coche de la modernité et se débat désespérément contre la fatalité. Pour Valérie, pourtant, l'aventure ne fait que commencer. Un soir, un jeune homme déboule à l'improviste, cheveux en pétard, imperméable chiffonné, l'air pensif et recueilli devant les rayons. Et tout se scelle autour d'un petit bouquin, jugé défectueux, écrit par un auteur inconnu, avec pour titre Une année particulière... 

Alléchée par le résumé, j'ai dévoré ce roman en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Et si le contenu n'a pas su me séduire totalement (l'écriture est peu folichonne, l'histoire assez creuse), j'ai totalement succombé au charme du lieu, la librairie désuète et oubliée de tous, où on imagine s'y perdre, prendre un bouquin et s'affaler dans le fauteuil usé durant des heures, à boire du thé, croiser des figures aimables, des personnalités excentriques et attachantes (le môme Timmi qui ne craque que pour les BEAUX livres, le grand acteur Noé ou l'ouvrier du bâtiment, venu d'Iran, qui voue à la poésie perse une vénération sans borne). Autant de rencontres colorées, dans un endroit apparemment mis sur pause.

C'est un peu ça, finalement, qu'il faudra espérer du roman, une lecture hors du temps et des considérations sur la vie qui font réfléchir, une foule de livres à noter, une touche de fantaisie, pas mal de sensibilité, et un roman qui fait la part belle à cette passion de lire et de la lecture en général. 

Presses de la Cité / Mars 2016 ♦ Traduit par Leïla Pellissier (Ein ganz besonderes Jahr)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,