14/09/16

Wild Girl, d'Audren

Wild Girl

Milly Burnett a dix-neuf ans lorsqu'elle choisit de partir à la Conquête de l'Ouest pour enseigner dans une petite école à Tolstoy, dans le Montana. Nous sommes en 1867. Elle quitte le Massachusetts et sa famille pour entreprendre un voyage long et éprouvant, mais Milly déborde d'enthousiasme pour cette nouvelle aventure. La jeune femme a soif de liberté et de découverte, elle ne doute pas qu'une existence fabuleuse l'attend au-delà de son horizon familier. 
Et déjà les paysages l'étourdissent, les coutumes locales, les villes plantées au beau milieu de nulle part, avec son lot de bons et de méchants, les pionniers en quête d'impossible, les colts qu'on dégaine sans trop réfléchir, mais aussi les cowboys et les indiens, le confort rudimentaire, le fameux « esprit de l'ouest », des mentalités différentes, même si les commérages et la bienséance continuent de gouverner le monde !
C'est donc avec la même exaltation qu'on partage cette aventure. Milly est jeune, fraîche, ravissante. Elle conquiert les habitants de Tolstoy, enchante les enfants, sa pédagogie fait parler d'elle et les parents accourent avec leur progéniture pour remplir les bancs de l'école. Quel succès. De plus, Milly s'épanouit au fil de ses rencontres, entre Sam le forgeron au sourire ravageur, Josh le jeune bandit au cœur tendre et Elwood le grand rouquin qui multiplie les prévenances... La farandole sentimentale est complète.
Il faut dire aussi que la communauté du Montana est attachante, et Milly y trouve rapidement sa place. Il y a sa voisine Marceline, une femme indépendante et si secrète, le débonnaire Phil, patron du grocery store, sa femme insupportable, Belvadara Johanson, le shérif Tim Clyne et son épouse Meg, et tout un décor authentique, de la poussière, de la boue, des saloons, le club de tricot et le salon de thé. L'évasion est totale. De plus, l'histoire a su me rappeler des séries ou des lectures comme “Dr. Quinn, Medicine Woman”, “La Petite Maison dans la prairie” et aussi “Les Filles de Caleb” d'Arlette Cousture qui confortent ce sentiment d'appartenance et de cocon. 
C'était génial ! J'ai adoré ma lecture, pour son ambiance, ses personnages, ses petites histoires d'amour, son sens du romanesque, sa flamme, son souffle, sa terre promise. L'auteur a enrichi son propos de références culturelles qui renvoient à des chapitres de l'histoire américaine (pas toujours glorieuse, cf. le massacre des “native americans”). C'est une vision du Far West avec ses rêves et sa dure réalité, au milieu de laquelle embellit la personnalité farouche d'une héroïne extraordinaire. J'ignore si l'auteur donnera suite aux aventures de Milly Burnett - car il y a matière à nous transporter toujours plus loin - mais je reste attentive à toute proposition ! ☺♥

Albin Michel / coll. Litt' - Septembre 2015

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13/09/16

Moi, Boy et plus encore, de Roald Dahl & Quentin Blake

IMG_7005

À lire ou relire... le récit de l'enfance de Roald Dahl dans une version enrichie de lettres, photographies, anecdotes et textes inédits !

Tout commence par l'installation de son père, venu de Norvège, à Cardiff où il fait fortune. Roald grandit au sein d'une famille nombreuse et unie, malgré les coups durs et les aléas de la vie (la mort du père, le choix de la mère-courage à déménager dans une demeure plus modeste et tenir sa promesse d'envoyer les enfants dans des écoles anglaises). C'est l'histoire aussi des fabuleuses vacances en Norvège, des premières promenades en voiture, sans besoin de passer le permis, des petites bêtises pour se venger de l'épicière revêche (en glissant une souris morte dans un bocal à bonbons), ou comment s'interdire de manger des bâtonnets de réglisse pour ne pas attraper la maladie du rat, l'art et la manière de se payer la tête du petit copain de la frangine en lui donnant du tabac de chèvre à fumer, rapporter les sévices corporels et trembler devant un professeur rouquin, à la grosse moustache, ou passer des heures à bouquiner aux WC pour lui réchauffer la cuvette...

À travers le récit de ses aventures, on découvre un jeune Roald Dahl qui ressemble étonnamment aux héros de ses livres (lire son chapitre sur le Chocolat, qui a tout lieu d'être la genèse de Charlie). La lecture de ses mémoires est donc un formidable pèlerinage en enfance, au pays des souvenirs, également un voyage dans le temps (l'époque des années 20) à travers une composition intime et pleine de délicatesse. Ce sont ainsi autant de moments joyeux, insouciants et poignants (la douloureuse expérience des pensionnats anglais, l'éloignement, l'enseignement rigoureux et les châtiments corporels...) que l'on découvre en savourant les petits extras que Felicity Dahl a choisis précautionneusement pour doter la présente édition. La plupart des archives étaient abritées au musée de l'auteur (à Great Missenden) et viennent apporter à la lecture une complicité en partageant des photos et autres documents personnels. La lecture conserve toute la fraîcheur et l'impertinence de la jeunesse, car c'est en puisant dans son légendaire sens de l'humour et une bonne dose de tendresse que Roald Dahl s'est livré à cet exercice réjouissant de l'introspection.

Traduit par Janine Hérisson & Jean-François Ménard pour les éditions Gallimard Jeunesse / Septembre 2016

«Une vie sans boutiques de confiseries ni bonbons ne vaudrait pas vraiment la peine d'être vécue...»

IMG_7006

IMG_7007

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Roald Dahl, le Géant de la littérature jeunesse

IMG_7001

Né le 13 septembre 1916, Roald Dahl aurait aujourd'hui fêté son centième anniversaire. Pour l'occasion, le magazine Lire a publié un hors-série autour de l'univers de ce génial auteur. Fort de ce succès, Gallimard Jeunesse en sort une belle édition avec couverture cartonnée à conserver précieusement !

Ce numéro spécial brosse en effet le portrait d'un homme au parcours remarquable, lequel n'a manqué ni d'envergure ni de panache. Pilote de chasse, espion, star de Hollywood, romancier, Roald Dahl a multiplié les casquettes et ainsi nourri son imaginaire qui marqueront ses livres. En 1961 il publie son premier conte pour enfants, James et la grosse pêche, qui rencontre un formidable succès. L'homme est conforté dans son choix d'écrire pour la jeunesse et ne va plus s'arrêter. Charlie et la chocolaterie, Fantastique Maître Renard, Les Deux Gredins, La potion magique de Georges Bouillon, Le Bon Gros Géant, Sacrées Sorcières, Matilda... On ne compte plus les références si nombreuses qui ont enchanté des générations de lecteurs à travers le monde ! Cet homme avait su trouver un terrain fertile qu'il a enrichi de sa prose, de son esprit, de son humour et de sa fantaisie. Cet ouvrage nous en fait ainsi l'étalage et le compte-rendu, mais se borne aussi à percer la personnalité de l'écrivain et de découvrir un homme marqué par des drames (la perte de sa fille, l'accident de son fils, la santé fragile de son épouse...), un homme réputé pour son tempérament volcanique, qui s'attirait souvent une réputation galvaudée suite à des propos trop souvent lancés sur le coup de la colère. Un homme aux mille facettes, pour mieux entretenir la légende. C'est sa deuxième femme Felicity et l'illustrateur Quentin Blake qui nous en parlent le mieux, entre admiration, pudeur et respect du personnage, sans rogner les contours. Ce numéro nous parle, pour finir, de son héritage, il débroussaille dans le paysage actuel les auteurs inspirés par Roald Dahl, suggère des romans dans la même veine, donne la parole aux romanciers pour évoquer leurs souvenirs et communiquer leur enthousiasme. Philippe Delerm, Anna Gavalda, Timothée de Fombelle, Véronique Ovaldé, Susie Morgenstern ou même Daniel Pennac se sont tous prêtés au jeu. La question du cinéma est également soulevée - par son expérience, par ses déceptions, Roald Dahl entretenait avec le 7ème art des rapports houleux, teintés de méfiance. Seule sa collaboration avec A. Hitchcock a été productive et stimulante sur un plan artistique et relationnel. Mais on apprend par exemple qu'il a rédigé le scénario d'un James Bond (On ne vit que deux fois) mais que l'expérience Chitty Chitty Bang Bang a été une énorme frustration. Et ainsi de suite. 

On plonge résolument dans cette lecture avec un bonheur total et indéfectible. Tout est parfait, du début à la fin. Rien à jeter. La moindre anecdote est soulignée, absorbée, donne matière à sourire, à réfléchir. Les photos et les illustrations accompagnent un assortiment d'articles instructifs et distrayants. C'est LE document à se procurer de toute urgence, qui vous assurera une lecture attentive et pointilleuse, laquelle ne manquera pas de combler tous les âges, tous les horizons, amateurs ou non de ce Géant de la littérature jeunesse. INDISPENSABLE. ♥

Lire Hors-Série / Gallimard Jeunesse, Septembre 2016

10% de tous les droits d'auteur de Roald Dahl sont versés à des partenaires de bienfaisance. 

www.roalddahl.com

IMG_7002

IMG_7003

IMG_7004

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12/09/16

Dix minutes par jour, de Chiara Gamberale

IMG_6998

Chiara vient de se faire plaquer par téléphone, son mari parti en Irlande a fait la rencontre d'une jolie rousse pour laquelle il n'hésite pas à mettre fin à dix-huit années de bonheur conjugal. Dans la même foulée, Chiara se voit retirer sa chronique hebdomadaire pour un grand journal, qui lui préfère la dernière gagnante du jeu de téléréalité. Coincée dans une maison qu'elle a choisie par dépit, toujours pour satisfaire aux exigences de son époux, mais où elle a beaucoup de mal à se familiariser, chagrinée d'avoir tiré un trait sur son royaume de l'enfance, loin de sa famille et de ses amis, Chiara est seule chez elle, persuadée de n'être plus capable d'écrire, elle sombre alors en pleine déprime. En consultant son docteur, celui-ci lui suggère une nouvelle thérapie originale : consacrer dix minutes chaque jour à faire quelque chose qu'elle n'a encore jamais fait. Son histoire commence le 3 décembre, elle a un mois pour se sortir la tête de l'eau. J'avais naïvement imaginé une lecture proche de la comédie enlevée, rigolote et légère. Taratata. Au lieu de ça, l'histoire est beaucoup plus introspective et intellectualise le deuil amoureux, la rupture sentimentale et la vie de couple. Chiara Gamberale évoque aussi l'estime de soi et remet en question son existence et ses choix de vie après son tsunami émotionnel. Et donc, propose un petit bouquin plus proche du développement personnel avec des idées pertinentes sur l'art et la manière de se sentir mieux dans sa peau. C'est sans prise de tête, sans prétention. Un joli portrait de femme qui assume ses erreurs et qui tente de trouver un nouveau sens à sa vie, au-delà de sa relation (dysfonctionnelle) avec son compagnon qu'on rêve de tarter toutes les cinq minutes... 

Traduit de l'italien par Elise Gruau pour les éditions Michel Lafon (2015)

Repris en poche chez Pocket, avril 2016

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Coma des Mortels, de Maxime Chattam

IMG_7000

Pierre, trente ans, est atteint d'une terrible malédiction : quiconque l'approche finit par mourir tragiquement. Devant le corps d'une jeune femme, retrouvée morte dans son appartement, et face à des enquêteurs circonspects, le type se lance dans une longue justification en racontant son histoire... à rebours.
Qui est-il ? Que cherche-t-il ? Que fait-il dans la vie (à part ramasser les crottes des animaux du zoo de Vincennes) ? Comment et pourquoi son existence est en train de basculer dans une spirale infernale où la folie douce semble y faire son nid en toute quiétude ?
Maxime Chattam sort de son registre habituel pour livrer une histoire pour le moins sinistre et déprimante. Le narrateur - Pierre - est un type aussi cynique que désabusé, du coup sa confession oscille facilement entre l'amertume et le désespoir, tout en épinglant ci et là les travers de notre société, à grand renfort de pointes sarcastiques.
Je n'ai pas été totalement conquise par cet essai - d'abord, le type verse facilement dans l'atermoiement mais ne suscite guère d'empathie. Son parcours relève ensuite d'une longue série de rencontres excentriques et farfelues - une amoureuse qui collectionne les suicides, une collègue qui confond littérature et sexualité, un psy psychopathe qui ne cesse de le harceler, un vieux bonhomme qui possède le don de retrouver des objets perdus... Lui-même joue à la pêche téléphonique, en composant des numéros au hasard dans le but de discuter avec des anonymes.
Bref. On sait que Pierre a renoncé à ses amis, à sa famille. Il se dit mortifié par sa malédiction, dépossédé de son destin, mais cherche un sauf-conduit pour échapper à cette terrible fatalité. Sa vie est clairement insipide, solitaire et affligeante. Et lire ou écouter son histoire s'avère une expérience tétanisante, même si elle n'est pas aussi traumatisante qu'avec Que ta volonté soit faite.
On y trouve du sexe, du sang, du sordide, de l'humour noir, de la mélancolie, du suspense, de l'émotion, de l'ironie... Un beau patchwork bariolé, qui vous file aussi une étrange sensation de malaise. Paradoxalement ce grand déballage a su m'accrocher jusqu'au bout. Envie de connaître le fin mot de l'histoire, curiosité malsaine, agacement grandissant pour le personnage central etc. Mea culpa.
On nous vend du David Lynch (oui... pour les tableaux à base de mouches mortes) et un soupçon d'Amélie Poulain sous LSD. L'échappée est certes singulière et conduite avec maestria, mais je n'ai pas trouvé ce roman à la hauteur de mes attentes. Vivement la fin d'année pour plonger enfin dans le dénouement de la série Autre-Monde ! Hâte. ☺

Texte lu par Damien Ferrette pour Audiolib (durée : 9h 11) / Août 2016

 

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


10/09/16

Piste noire, par Antonio Manzini

IMG_6997

Un corps vient d'être écrasé par une dameuse en pleine action sur les pistes de la station de Champoluc, dans la vallée d'Aoste. Le sous-préfet Rocco Schiavone est convoqué sur les lieux pour constater le décès et ouvrir une enquête. Schiavone s'illustre aussitôt comme le parfait dandy, débarqué de Rome, arrogant et méprisable. Il traite ses subalternes avec condescendance, ne craint pas non plus sa hiérarchie et a souvent la main leste en présence des suspects. Ses méthodes peu orthodoxes amènent malgré tout des résultats probants. À sa façon, Schiavone impose le respect. Pourtant, les raisons de sa mutation demeurent floues et douteuses. Le type déteste le froid, la province, les cigarettes bon marché, roule uniquement en BMW conduite par un subordonné, refuse de se déguiser en esquimau et patauge dans la neige avec ses Clarks en pestant contre le manque de bol. L'intrigue criminelle va également nous surprendre agréablement et cultive un suspense appréciable, en démêlant l'écheveau dans les toutes dernières minutes, à la façon de Hercule Poirot. Mais le succès du livre tient évidemment à la personnalité haute en couleurs du sous-préfet Schiavone (ne pas confondre avec commissaire et s'attirer les foudres du concerné !). J'ai déjà tracé son charmant portrait - un type cynique, snob et roublard, qui révèle néanmoins une sensibilité cachée et un trauma personnel qu'il ne parvient pas à effacer. Le personnage ne manquera pas de s'étoffer au fil des épisodes, s'il consent toutefois à enlever les épluchures de sa carcasse de dur à cuire. Pour l'heure, c'est très bon et cela vous ouvre l'appétit. Cette nouvelle évasion transalpine tient la route et présage déjà de bons moments de lecture. Mon exploration de la littérature italienne, dans le domaine policier, n'en finit plus de me réserver de belles découvertes ! Pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? Une deuxième enquête de Rocco Schiavone est déjà disponible chez Denoël sous le titre : Froid comme la mort

Traduit de l'italien par Samuel Sfez pour les éditions Denoël, coll. Sueurs froides (2015)

Repris en poche chez Folio Policier, février 2016

 

09/09/16

Piégés dans le Yellowstone, de C-J Box

Pieges dans le yellowstone

En découvrant le corps calciné de son parrain, retrouvé dans l'incendie de son chalet, Cody Hoyt refuse les conclusions officielles qui optent pour un suicide et décide de mener son enquête contre l'avis de son collègue Larry mais aussi contre sa hiérarchie. Abattu et désabusé, notre flic replonge dans l'alcool, son attitude dépasse les bornes et entraîne une mise à pied immédiate, seulement Cody Hoyt ne baisse pas les bras et choisit de partir seul en expédition dans le parc du Yellowstone sur les traces d'un groupe de randonneurs, parmi lesquels se trouve son fils Justin. Au cours de ses investigations, des indices ont conduit à suivre cette piste car tout semble supposer qu'un tueur en série figure parmi cette équipée. Le temps est compté, d'autant plus que les cadavres vont se ramasser à la pelle ! Cette chevauchée, alimentée par le désespoir d'un homme brisé, est autant une course contre la montre qu'une chasse à l'homme captivante et rondement menée. Les chapitres racontant le périple de Cody s'entremêlent au parcours des excursionnistes, avec tout ce qu'une vie en communauté implique (des adolescentes grincheuses, leur père qui se plie en quatre pour les satisfaire, la cowgirl chargée de fouiner dans les affaires des clients pour satisfaire la curiosité de son patron, celui-ci bouscule ses habitudes en empruntant un nouveau sentier, des couples sont en perte de vitesse, d'autres se forment, des amants s'évaporent dans la nature, des chevaux aussi disparaissent, des bruits étouffés surgissent dans la nuit, peut-être des ours ou pas seulement...). Vraiment, on se croirait dans un bon western bourré de suspense car l'ambiance est admirablement dépeinte, on a les deux pieds dans l'histoire, comme une veillée autour d'un feu de camp, on se laisse embarquer dans cette aventure fourmillante de dangers et de meurtres. Et on n'est pas loin d'une ambiance à la Agatha Christie en voulant démasquer le coupable parmi les randonneurs ! C'est très excitant, le personnage du flic bourru est fidèle au rendez-vous (et sera reconduit dans un prochain livre : Au bout de la route, l'enfer). L'histoire est passionnante, à lire ou à écouter, car l'interprétation faite par Nicolas Justamon pour Sixtrid est aussi entraînante et s'accorde au bon tempo de l'intrigue (seules les voix des adolescentes sont loupées). Ce livre de C.J Box a su me faire voyager et frissonner sans prendre trop de risques. Un compromis parfait ! 

Texte interprété par Nicolas Justamon pour Sixtrid (durée : 12h 33) - Mars 2016

Traduit par Freddy Michalski pour les éditions du Seuil (2013) - Repris en poche chez Points Policier

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le Massacre des faux-bourdons, d'Élisa Vix

IMG_6983

Un apiculteur amateur vient de trouver la mort chez lui, la tête flanquée d'une ruche. Cet homme venait de s'installer à Soissons pour y mener une retraite paisible. Qui diable aurait pu lui faire la peau ? Le lieutenant Thierry Sauvage est perplexe et décide avec sa collègue Joana d'interroger le patron du syndicat d'apiculture pour cerner la personnalité de la victime. Deux frères agriculteurs sont rapidement désignés comme des suspects potentiels, eux dont les pratiques abusives de pesticides ont mis leurs voisins apiculteurs en colère. Néanmoins, la piste est trop facile, trop fraîche, trop mielleuse. Bientôt un nouvel éleveur d'abeilles est retrouvé assassiné. L'existence possible d'un serial-killer en pleine campagne picarde met inévitablement la police en alerte, ce qui n'empêche nullement notre lieutenant Sauvage de dormir sur ses deux oreilles. Flic macho et flagorneur, notre homme traîne une réputation de dilettante qui agace son supérieur et ses collègues. Seule l'intrépide Joana réussit à composer la bonne posture en sa compagnie. La jeune femme est une fonceuse, qui ne doute de rien, surtout pas de ses fiançailles précipitées ni de son prochain mariage avec le séduisant Ben. Sauvage, lui, a une vie sentimentale compliquée : divorcé, il se bat continuellement avec son ex pour la garde de leur fils. Il a depuis rencontré Valérie, une jolie coiffeuse sexy, avec laquelle il a eu des jumelles qui n'ont que quelques mois, mais il refuse de partager leur quotidien. Thierry Sauvage n'est ni papa poule ni romantique. C'est un homme égoïste, qui sait se rendre détestable, mais dont on apprécie malgré tout l'instinct de survie, les déductions fulgurantes et le mauvais caractère à leur juste valeur. Cela change d'avoir un personnage de flic pas franchement zélé et antipathique, qui ne traite pourtant pas ses enquêtes à la légère. D'ailleurs, l'intrigue criminelle nous mène savamment en bateau. C'est fin, bien écrit, trituré au scalpel. Une lecture proprement captivante, avec de sacrés personnages qu'il me tarde de retrouver dans d'autres aventures (Rosa mortalis, La Baba-Yaga et Bad dog).

Rouergue Noir / Mars 2015

 

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/09/16

Un vent de cendres, de Sandrine Collette

IMG_6980

Malo et sa sœur Camille participent à la saison des vendanges au domaine de Vaux en Champagne. La vieille bastide imposante fascine la jeune fille, qui tape dans l'œil de son propriétaire Andreas et son acolyte Octave. Ce dernier, suite à un accident de voiture, est balafré et boiteux. Il est cependant aussi agile qu'une panthère, capable de surgir derrière vous sans crier gare, ce qui a le don de surprendre les jeunes stagiaires, tout en leur inspirant un profond malaise. Camille n'y prête pas attention et n'est pas effrayée par cette attitude farouche et ambiguë, seulement son frère est agacé par les regards insistants du maître des lieux. Après une soirée bien arrosée, Malo perd patience et commence à se battre avec Octave. Le lendemain, le garçon a disparu. Parti bouder dans son coin ou en train de cuver son vin en séduisant une beauté locale, pensent leurs camarades. Camille est néanmoins inquiète et cherche à remuer ciel et terre pour lancer une battue. Elle se dit aussi que le mystérieux Andreas, enfermé dans sa tour d'ivoire, est probablement au courant de l'avancée de l'enquête. Elle cherche alors à se faufiler dans sa chambre par tous les moyens, mais se heurte à Octave qui lui interdit de franchir le seuil. Cette lecture vaut clairement le détour pour l'ambiance louche qu'elle dégage. Il y a d'un côté le charme de l'été indien, l'insouciance, l'entraide, le travail dans les vignes, les journées harassantes et les gueuletons autour d'une grande tablée turbulente. Et puis il y a les zones d'ombre, les silences et les non-dits, les portes closes, les silhouettes fuyantes, les fantômes du passé, les drames qui couvent et les révélations trop brutales pour être admises. À défaut d'être surprise par le dénouement, dont j'avais deviné les principaux ressorts, j'ai été fortement impressionnée par l'histoire en général, par son décor, par son ambiance, par ses personnages aussi. L'écriture est parfaitement maîtrisée, avec une scène d'ouverture saisissante d'effroi. En somme, ce livre possède une aura puissante et unique, qui rend l'expérience de lecture particulièrement inoubliable.

Denoël, coll. Sueurs Froides (2014) ♦ Repris en Livre de Poche, Janvier 2015

Posté par clarabel76 à 10:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Des noeuds d'acier, de Sandrine Collette

IMG_6979

Théo vient de passer dix-neuf mois en prison (pour avoir tabassé son frère qui entretenait une liaison avec sa femme). Il porte toujours la haine en lui et ressort de son expérience carcérale avec une rancune tenace. Il récupère néanmoins sa grosse cylindrée et se rend au chevet de son frangin désormais tétraplégique pour lui cracher son venin, mais la situation s'emballe et le voilà contraint de foncer droit devant au volant de son bolide. Il arrête sa course en pleine campagne et trouve le gîte et le couvert chez une petite dame du nom de Mme Mignon. Celle-ci l'accueille en toute simplicité et va le conseiller au fil des jours dans son désir de randonnées. Plus le temps passe, plus Théo se sent mieux dans sa peau. Et reconnaissant auprès de son hôtesse qui multiplie les prévenances à son égard. Un matin, suivant les indications de sa logeuse, Théo s'aventure sur des chemins insoupçonnés et traverse un potager appartenant à des propriétaires peu amènes. Deux vieux grincheux qui le menacent de leur fusil et le conduisent dans leur bicoque délabrée. Théo est paralysé par la peur et le scepticisme. En moins de temps qu'il n'en faut pour cuire des asperges, il est expédié dans une cave privée de lumière et réalise trop tard qu'il vient de tomber dans un traquenard. Captif de deux tortionnaires qui le traitent comme leur chien. L'enfer vient de s'ouvrir sous ses pieds. Le cauchemar peut commencer. Et franchement, quelle lecture impitoyable et éprouvante ! En seulement 250 pages, le roman réussit l'exploit à nous scotcher sur place, malgré l'effroi et la terreur que nous inspire cette lecture au rythme insoutenable. On subit le calvaire de Théo entre rage et impuissance. C'est très, très dur. Et interminable. La souffrance morale est aussi poignante que les supplices infligés. Les motivations sont tout aussi inexistantes tant les deux vieillards perfides prennent leur pied à humilier leur prisonnier et à le traiter pire qu'une bête. La spirale de l'horreur paraît sans fin et file la nausée au lecteur abasourdi, immanquablement mis k-o par tant de violence gratuite et de perversité. Un roman un poil trop noir et déprimant. 

Denoël, coll. Sueurs Froides (2013) ♦ Repris en Livre de Poche, Janvier 2014

 

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,