03/11/20

Pêle-mêle Albums : Ööfrreut la chouette - La folle équipée - Himboo Humboo - Dans sa valise - Captain Lapin

Ööfrreut la chouette

Ööfrreut observe le monde du haut de sa branche. Elle observe plus particulièrement cette fillette qui se faufile chaque nuit dans la forêt. Elle n'a peur de rien et s'enfonce toujours plus loin pour scruter les trésors cachés de la nature environnante. De son côté, la chouette n'en perd pas une miette mais n'accepte pas (encore) d'être approchée.

Mais suite à une attaque de sanglier, elle se décide enfin à quitter sa tour de guet : toutes griffes dehors, elle bondit sur l'animal comme pour protéger ses petits. La chouette n'estime sans doute pas avoir été apprivoisée par l'humaine, toutefois un accord a été conclu. Un accord muet. Car une douce et tendre connivence vient d'être mise à jour après ces quelques minutes de frayeur pure.

Je ne peux que vous conseiller la lecture de cette belle histoire d'une amitié hors du commun, à travers cet album qui raconte si joliment la vie nocturne et la nature mystérieuse mais fascinante. Les illustrations complètent à merveille la poésie du texte de Cécile Roumiguière. Une ambiance automnale, si chaleureuse, s'en dégage... c'était très beau ! ♥

Ööfrreut la chouette, de Cécile Roumiguière & Clémence Monnet

seuil jeunesse, 2020

***************************

 

La folle équipée

Je vous invite maintenant à parcourir cette histoire complètement dingue ! A priori il s'agit d'un voyage farfelu embarquant trois compagnons (un coq, un chien et un chat) qui ont perdu leur cabane après le passage d'un ouragan. Ils ont bricolé une carriole avec le reste de leur maisonnée et en avant pour une aventure incroyable !

Oh oui, incroyable ! Accrochez-vous aux pages de cet album qui réclame un sens de l'observation aiguisé... On ne s'imagine pas au début, on suit les péripéties et les descriptions de leur épopée à travers les campagnes, les villages et les forêts. Le cœur palpite à la découverte des rebondissements et des révélations. Mais surtout, l'histoire vous cueille par surprise grâce à un formidable tour de passe-passe.

Que c'est ingénieux ! C'était sous mes yeux, et pourtant je n'avais rien vu venir. HA HA ! Sacrée prouesse. Et donc, ami lecteurs, à votre tour d'être mis à rude épreuve !

La Folle équipée, par Katerina Gorelik

Seuil jeunesse, 2020

***************************

Himboo Homboo

Himboo Humboo est un sympathique monstre poilu. Il aime siroter son café tous les matins en lisant les nouvelles dans le journal. Mais un matin, Himboo Humboo est de mauvais poil. Quelque chose ne tourne pas rond.

Il semblerait que les caractères imprimés ont soudainement diminué. Sans doute par souci d'économie ? Il appelle aussitôt la rédaction pour rouspéter mais on lui rétorque que rien n'a changé de leur côté. Qu'il consulte un médecin !

Himboo Humboo commence à se rendre chez tous les spécalistes en ville, lesquels tournent autour du pot. Notre monstre souffre d'un mal mystérieux et nul n'est en mesure de le soigner ! Désabusé, il se console auprès de son meilleur ami. Pleure à chaudes larmes. (Oui c'est possible.)

La réponse à ses tourments est proche. Encore quelques détails à ajuster... et notre monstre à poils retrouvera la fringance de ses 342 ans. Une broutille, quoi.

Cet album ne se présente pas de façon très classique : il y a d'abord son très, très grand format, puis son ambiance remplie de doute et d'interrogation. On suit les déboires du héros en attendant la solution à ses problèmes. Le tout peut sembler assez drôle, et parfois piquant. Et enfin, il y a son esthétisme particulièrement singulier. Les couleurs sont pratiquement inexistantes, assez fades, et pourtant ce n'est pas vilain du tout. Les auteurs ont joué avec la police et les effets de surprise - les détails, toujours, ont leur importance !

C'est donc un album à découvrir, parce qu'il est impossible de passer inaperçu. Cette lecture renferme son lot de secrets et fait la part belle à un semblant d'austérité qui fait frissonner avec plaisir (façon Le Yark etc.). Et c'est très bien !

Himboo Humboo, de Christophe Pernaudet & Laurent Sanguinetti

seuil jeunesse, 2020

***************************

Dans sa valise

Chic, un album de Clotilde Perrin qui promet encore de chouettes découvertes !

Il était une fois, derrière des collines, une petite maison habitée par un petit homme qui préparait sa valise pour partir en voyage. Une histoire banale ? Que nenni. Le principe de l'illustratrice est de plonger au cœur même de l'histoire. Pour cela, il faut soulever des flaps - des tonnes de flaps - pour découvrir le contenu de la valise par exemple ou pour décortiquer le gâteau à la mousse de fraise et enrobé de chocolat.

C'est une lecture qui se réinvente constamment, qui invite le lecteur à devenir acteur du mouvement et qui fait bouillir la marmite de l'imagination. C'est toujours très rigolo et efficace auprès du public. De plus, les illustrations sont ravissantes avec leurs accents enfantins et leurs couleurs douces. Une valeur sûre, cette Clotilde ! ♥

Dans sa valise, de Clotilde Perrin

seuil jeunesse, 2020

***************************

Captain Lapin

Voici Captain Lapin (un super-héros plein de pouvoirs, dont celui de se téléporter) qui engage un dialogue savoureux avec sa maman. Et donc, est-ce utile de se rendre chez le médecin ? ne peut-on pas arriver en retard ? pas besoin de prendre la voiture quand on peut se déplacer en fermant les yeux...

Alors, qui de Maman lapin ou de Captain Lapin va déployer des trésors d'imagination ?

En tout cas, vous obtenez une lecture très rigolote !

Captain Lapin, d'Antonin Louchard

Seuil jeunesse, 2020

***************************


Pêle-mêle & Lectures : Superflu - Le Noël des Crayons - L'œil de Berk - Milo l'ours polaire

Superflu

Un couple de pies construit un nid pour accueillir sa petite couvée. Au départ, Meg et Ash se servent de gadoue, d'herbes et de bâtons pour assurer leur confort. Une entreprise simple et efficace.

Mais le temps passant, ils commencent à s'inquiéter et s'imaginent qu'ils doivent améliorer leur foyer en le noyant d'objets (de plus en plus) futiles. Et le drame arrive ! À force de charger l'arbre, les branches ne peuvent plus supporter le poids de ce nid énorme et hors norme.

Quelques notions de recyclage et de consommation à outrance sont donc à décortiquer dans cette histoire... qui se termine bien, merci. Les illustrations d'Emily Gravett sont toujous aussi gracieuses et pures à contempler. Et toute la dérision de cette lecture est nichée dans les détails mais aussi dans son message caché.

Le superflu, c'est tout un art. Très bonne pioche !

Superflu, d'Emily Gravett

Kaléidoscope, 2020

************************

Noël des crayons

À l'approche des fêtes de Noël, le facteur dépose de plus en plus de lettres chez Duncan. Elles s'adressent curieusement à ses crayons ! Certains sont partis pour un tour du monde, d'autres rendent visite à de la famille et quelques-uns ont passé commande. En gros, les cartes s'accumulent et notre jeune Duncan réalise que tout lui échappe. Il se sent un peu triste... d'autant plus que personne ne se rend compte de son début de spleen.

Haut les cœurs, les amis ! L'histoire démontre aussi toute l'affection et la reconnaissance des crayons pour leur ami car une surprise se prépare (mais chut). 

Outre la joliesse de l'histoire, découvrez avant tout un album ingénieux et créatif ! Son contenu déborde de chouettes trouvailles : des décorations détachables, des recettes de cuisine, de jeux et des affiches qui promettent de bons moments de partage et d'évasion.

La série des Crayons est une invitation à titiller notre imagination et notre sens de l'observation. Avec Oliver Jeffers en chef d'orchestre pour l'ordre artistique. Vraiment top.

Le Noël des Crayons, de Drew Daywalt & Oliver Jeffers

Kaléidoscope, 2020

************************

œil de Berk

En jouant avec ses amis dans la cuisine, Berk fait une malheureuse chute et perd un œil qu'ils sont incapables de retrouver. Ils ont fouillé tous les recoins de la pièce mais ont fait chou blanc.

Quelle poisse ! Berk est drôlement embêté car il a une tête à faire peur, avec son œil manquant. On croirait un borgne. Un pirate. Un corsaire. Un mercenaire. Bouh ! ses potes ont alors la bonne idée de se grimer pour faire peur à leur tour. Hashtag solidarité, my dear ! Mais les fouilles doivent reprendre plus sérieusement, car notre ami canard a une réputation à tenir.

Cette série d'albums impose un héros attachant et tendrement foufou que les enfants (et les parents) ont rapidement adopté pour accompagner les heures du coucher. L'univers des doudous est ultra réconfortant et dévoile une brochette de copains soudés dans les jeux, les bêtises et l'entraide. Les illustrations rayonnent de bonnes ondes et inspirent beaucoup de sympathie également. - c'est tout bon !

L'œil de Berk, de Julien Béziat

Pastel de l'école des loisirs, 2020

************************

Milo l'ours polaire

Milo est un ours pas comme les autres car, contrairement à ses camarades qui aiment se bagarrer, lui préfère soigner les blanchons. Mais il voit rouge le jour où un chalutier débarque avec l'intention de kidnapper les bébés phoques ! Milo entre dans une rage folle et boxe tous les pêcheurs en les mettant k-o.

Un producteur, impressionné par ses prouesses, lui tend aussitôt un contrat juteux et l'embarque avec lui jusqu'au continent. Direction la Grosse Pomme. New York. Milo devient la tête d'affiche du match de l'année. Abasourdi, il est propulsé sur le ring mais ne semble pas du tout conquis par ces étoiles en toc.

Je vous jure, quelle aventure ! On bascule des plaines désertiques et enneigées aux rues bruyantes et cacophoniques... Avec Milo l'ours polaire au grand cœur, c'est aussi une réflexion profonde et enrichissante qui s'offre au lecteur : prendre soin de soi et des autres ; protéger les plus faibles ; veiller sur sa planète ; préserver ses valeurs et assumer sa différence. Adoptez cet amoureux des étoiles filantes ! Un super voyage vous attend.

Milo l'ours polaire, de Laurent Souillé & Juliette Lagrange

Kaléidoscope, 2020

************************

Les vieux enfants, par Elisabeth Brami & Aurélie Guillerey

les vieux enfants

Cet album se lit comme un poème !

Bette Davis a dit : « On commence à s'apercevoir que l'on vieillit lorsque le poids des bougies dépasse celui du gâteau. »

Dans cet album, on retrouve l'importance des anciens, leur rôle de transmission, leur passé, leurs forces et leurs faiblesses, le regard que l'on porte sur leurs rides ou leurs cheveux blancs, le lent déclin face à la maladie ou la joie de croquer la vie à pleines dents.

Chaque scènette fait chaud au cœur tant elle révèle une vérité - nous avons tous besoin des uns et des autres. Et cette année aura sans doute semblé plus importante que jamais pour aborder cette lecture. Cette année nous aura rappelé combien il faut prendre soin des plus fragiles, combien l'absence aussi est une plaie à l'âme et pourquoi il faut apprendre à “grandir chaque jour, chaque heure, vivre longtemps et en douceur, devenir vieux sans avoir peur”.

« Inventons un monde chaleureux de mots, de gestes affectueux.
Car nous, les vieilles et les vieux, on vous aimera autant qu'on peut. »

Une lecture pleine d'amour, qui crie la tendresse et l'urgence d'aimer sans attendre ! Moi je trouve que c'est tellement beau. Si touchant. ♥

Les illustrations d'Aurélie Guillerey sont toujours pleines de malice et de naïveté. Elles enveloppent les mots d'E. Brami d'un emballage précieux et raffiné. C'est aussi un bonheur pour les yeux. 

Et n'oubliez pas d'offrir ce livre à vos enfants et à vos parents !

Albums Casterman / 2020

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31/10/20

Bilan du mois : Octobre 2020 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

Halloween for all

Mes bonnes pages du Mois !

 

🎃 L'île aux Mensonges, de Frances Hardinge

🎃 Les Filles de Roanoke, d'Amy Engel

🎃 Les Els, de H. Roy

🎃 Magnus Million et le Dortoir des cauchemars, de Jean-Philippe Arrou-Vignod

🎃 L'Entre-Monde, d'Anna Lyra

 

🍁 Beautiful Player, de Christina Lauren

🍁 Fight for Love, de Katy Evans

 

Place aux semaines à venir à des lectures doucereuses, guillerettes ou capables de décrocher de la réalité !

Confinement Round 2 : je positive !

 

 

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

La Terre des morts, de Jean Christophe Grangé

La Terre des morts

J'ai longtemps hésité avant de lire ce titre de JC Grangé pour finalement réaliser que l'intrigue n'est pas aussi graveleuse ou trop glauque comme je le craignais !

Dans cette histoire, nous avons une série de meurtres et un coupable idéal. Mais ce dernier a des soutiens infaillibles et se faufile entre les mailles du filet judiciaire depuis des lustres. Le commandant Corso s'est pourtant juré de lui faire mordre la poussière. ET IL NE LÂCHERA RIEN. En même temps il se débat avec son ex-femme pour la garde de leur fils et voudrait utiliser cette enquête pour redorer son blason en décrochant une nouvelle promotion.

La lecture est donc étonnamment limpide car le roman se lit vite grâce à son rythme entraînant et son intrigue bien ficelée. On n'a pas trop la tête à l'envers à force de brasser des théories insensées ni de souffle coupé avec des rebondissements inattendus. En fait, tout est très bien !

Certes je n'avais pas deviné le dénouement (et la révélation finale OMG) mais j'ai trouvé ce livre correct et beaucoup moins racoleur que sa couverture. Petite sensation de ventre mou dans les dernières parties mais impression de lecture très positive !

©2018 Éditions Albin Michel (P)2018 Audiolib

Quand le commandant Corso est chargé d'enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique. Il a tort : c'est d'un duel qu'il s'agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin. Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se perdra lui-même, apprenant à ses dépens qu'un assassin peut en cacher un autre, et que la réalité d'un flic peut totalement basculer, surtout quand il s'agit de la jouissance par le Mal.

Très bonne lecture audio ! Performance sans fausse note.

 


23/10/20

L'île aux mensonges, par Frances Hardinge

L'île aux mensongesJ'ai tout aimé dans ce roman : son atmosphère, son écriture et son histoire hors du commun. Je peux comprendre que certains n'y adhèrent pas du tout car c'est l'exemple typique d'une lecture qui exerce ce pouvoir d'attraction dès les premières pages et auquel tu ne peux résister ou qui te semble complètement indéchiffrable. En bref, c'est instinctif. Pour ma part, j'ai totalement succombé.

L'histoire se déroule au cours d'une saison froide et pluvieuse de l'année 1860. Avant que le scandale éclabousse sa famille, le révérend Erasmus Sunderly (célèbre naturaliste de son époque) décide de s'exiler sur une petite île aux larges des côtes anglaises. Il a été invité à rejoindre des fouilles que des notables de Vane ont entreprises. Malheureusement l'accueil promis est aussi cinglant qu'une gifle. Et très vite les Sunderly comprennent que les rumeurs d'escroquerie ont déjà traversé les mers et percuté les insulaires. La jeune Faith est sensible à cette disgrâce et veut soutenir son père coûte que coûte. Seulement, ce dernier se renferme dans son atelier et ses petits secrets. Il claque la porte et se montre intraitable. Les domestiques ont tôt fait d'alimenter sa sombre réputation. C'est pourquoi le drame survient et ne nous surprend guère !

La lecture est un mélange de thriller et de conte fantastique. On accompagne l'héroïne dans sa quête de la vérité mais on parcourt aussi une terre foulée par les duperies. Ambiance très XIXe siècle et frémissements scientifiques. On explore un monde parfois archaïque et dépeint avec exactitude. L'hostilité envers les femmes ou l'inconnu est flagrante. On avance souvent à tâtons ou comme dans un brouillard. En fait, c'est tout ce qui me fascine - ambiance brumeuse et impénétrable dans un milieu clos et pas très glamour. L'intrigue également m'a convaincue. Oui, oui j'ai été conquise. Totalement. ♥

Gallimard Jeunesse (2017) - Traduit par Philippe Giraudon

 

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Sacrifice Box, par Martin Stewart

SACRIFICE BOXÉté 1982. Sep et ses camarades Arkle, Mack, Lamb et Hadley scellent leurs vacances en consignant leurs biens le plus précieux dans une boîte qu'ils vont enterrer dans la forêt. Ils jurent la main sur le cœur de ne plus jamais y toucher, en gage de leur amitié.

Quatre ans passent. Les anciens camarades ne se parlent plus. Mais un truc déraille alors que des événements bizarres surviennent dans leur petite ville (perdue sur une île). Il devient clair que l'un d'eux a trahi sa parole et a ouvert la boîte de Pandore... délivrant ainsi ses secrets et sa malédiction.

Ne vous étonnez plus de croiser des corbeaux menaçants ou des poupées horriblement méchantes qui veulent vous trucider ! Eh oui. C'est très, très flippant. Sep convoque donc ses partenaires de crime et ils vont décider ensemble d'affronter leurs pires cauchemars.

Et si tout avait commencé après la découverte d'une vieille consigne datant des années 40 ? Et si d'autres, avant eux, avaient eu la même idée de sacrificer des souvenirs comme des preuves d'amitié avant de reprendre leur parole ?

La tension va rapidement être poussée à l'extrême pour mesurer ses effets. Certaines scènes sont dignes d'un film d'horreur. Souffle court. Gros malaise qui s'installe. Et puis la couverture... yes, remarquable. La présentation aussi, vraiment alléchante. Je pensais donc avoir tout bon au moment de piocher cette nouvelle lecture. Pour moi, un super rendez-vous pour le Challenge Hallowen.

Car le début fonctionne très bien. On signe pour un voyage dans les années 80 - on sent l'influence de Stranger Things, des Goonies ou du Maître King. Le décor est planté. On a pas mal la trouille. Malheureusement ça ne prend pas. Impossible d'adhérer pleinement au délire. Et je ne comprends pas. Tous les ingrédients sont pourtant jetés dans la marmite. Tout est à portée de main, mais ça ne veut pas.

Quelle diablerie ! Au fond, j'ai trouvé ça fade. Parfois trop lugubre et exagéré. Bof, bof sur les personnages... trop plats. Pas attachants. En gros, j'ai été déçue. Une lecture a priori distrayante et à réserver aux jeunes amateurs de sensations fortes.

Milan (2020) - Traduit par Leslie Damant-Jeandel / couverture illustrée par Yann Legendre

Never come to the box alone.
Never open it after dark.
Never take back your sacrifice.



Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'œil de Caine, de Patrick Bauwen

L'œil de Caine

Tout le monde cache quelque chose. Votre voisin, votre femme, votre ami...

Et si vous pouviez tout savoir ? Connaître leurs peurs, leurs secrets intimes ? Comme dans "L'œil de Caine", un reality-show qui fascine l'Amérique.

Dix candidats, dix secrets. Des gens comme vous et moi.

Enfin comme vous surtout.

Parce que moi, je ne suis pas au programme : je suis l'invité surprise. Celui qui rôde en attendant son heure. Celui qui va les embarquer là où rien n'est prévu. Dans mon jeu sanglant.

Mon propre mystère.

LE RÉSUMÉ FAIT FRISER DE L'ŒIL ? Et pourtant...

Que de longueurs... et trop de longueurs m'ont finalement fait perdre le fil de l'intrigue.

Malgré tout, je n'ai jamais envisagé d'abandonner en cours de route car j'avais envie de connaître la fin. Là aussi, je n'ai pas été dupée par la machination - des indices avaient été judicieusement semés pour susciter le doute ! Mais je ne peux pas dire que j'ai été déçue sur ce point. Non, vraiment pas.

Cette lecture est tout simplement facile et distrayante. Et c'est très bien comme ça.

Il s'agit également du premier roman de Patrick Bauwen, d'où les maladresses ou les imprécisions, mais on devine déjà son style retors, son goût pour les thrillers à l'américaine et sa rouerie certaine à tromper le lecteur.

Si ce n'est pas son meilleur livre, sachez que les derniers sont tellement plus accrocheurs ! Cf. Le jour du chien et sa suite.

©2007 Albin Michel (P)2017 Audible Studios

Très bonne lecture audio - performance sans défaut notable. ☺

 

Posté par clarabel76 à 11:40:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Marchand de sable (Joona Linna #4), de Lars Kepler

Le Marchand de sableCela faisait longtemps que je n'avais pas plongé dans l'enfer de Joona Linna dont les enquêtes flirtent avec les frontières de la psychose et des meurtres en série.

C'est aussi une vieille affaire classée qui se réouvre avec le retour d'un garçon porté disparu des années plus tôt. Son père avait fini par déclarer son décès. Seul souci : sa sœur reste introuvable. Le môme est choqué et évoque sa terreur du Marchand de sable. La police comprend que leur principal suspect - actuellement interné dans un bunker psychiatrique sous haute sécurité - mène encore le jeu et décide d'infiltrer la très audacieuse Saga Bauer pour qu'il crache sa valda !

Ce thriller a clairement du vif-argent dans les veines. Et le suspense est terrible, mais d'une violence. Si vous aimez le soft, passez votre chemin. Les personnages sont malmenés et bousillés par l'enchaînement des événements. Le dénouement est TERRIBLE. J'étais tétanisée sur place. Mais c'est bluffant.

Les 500 pages se tournent toutes seules... Format audio idem. On ne voit pas le temps passer. Stress et angoisse garantis. C'était redoutablement efficace !

©2014 ACTES SUD pour la traduction française. Traduit du suédois par Lena Grumbach. Titre original : "Sandmannen" (P)2015 Audiolib

Un thriller haletant qui nous plonge dans l'angoissante atmosphère d'un hôpital psychiatrique… Le retour de Lars Kepler, et de la peur à l'état pur.

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Bonne nuit mon ange, par Aimee Molloy

Bonne nuit mon angeVoilà un bon roman à suspense avec un retournement de situation que je n'ai pas vu venir ! Ça glisse tout seul et ça vous interpelle. Quoi ? comment ? J'ai relu ce point de bascule avec des yeux ronds comme des billes. Et puis j'ai gloussé car c'est sacrément rusé. Du coup la lecture est relancée et le scénario fait penser à un grand classique de la littérature (je vais m'abstenir de citer la référence sous peine de spoiler). Mais vous m'en direz des nouvelles !

Sinon c'est un thriller domestique très efficace : Sam et Annie, fraîchement mariés, viennent s'installer dans la petite ville de Chestnut Hill pour être au plus près de la mère malade de Sam. Lui est un séduisant psychologue new-yorkais à la carrière florissante. Il a installé son cabinet au rez-de-jardin de leur grande maison victorienne mais ignore que ses conversations circulent via un conduit de cheminée et viennent alimenter le vide existentiel de son épouse.

Car Annie trouve ses journées longues et ennuyeuses. Elle s'occupe comme elle peut et adore pimenter leur vie de couple en inventant des personnages pour fêter chaque semaine leur rencontre. Elle rend visite à sa belle-mère. Regarde des séries TV. Boit quelques cocktails. Elle dresse aussi un catalogue des clients de son mari et extrapole sur leurs pathologies. Elle ne soupçonne pas encore les tourments de Sam jusqu'au jour de sa disparition. C'est d'ailleurs l'ouverture du roman - la police mène son enquête et un premier constat s'impose. « J'espère pour elle qu'elle a un bon alibi. Vous savez ce qu'on dit. Quand un homme disparaît, c'est toujours la faute de sa femme. »

Voilà, voilà. Le scénario n'est pas démentiel mais plutôt habile et tortueux.
Et surtout, bravo pour le coup de bluff !

Les Escales Noires, 2020 - Traduit par Typhaine Ducellier

Titre VO : Goodnight Beautiful

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,