15/01/20

Show Stopper, par Hayley Barker

ShowstopperMagnifique couverture mais lecture assez plate !

Dans un monde imaginé (Londres, 2045) avec une société divisée entre les Purs et les Bâtards, un Cirque déambule pour présenter ses numéros hors du commun. Afin de satisfaire le public, avide de sensations fortes, il faut pousser sans cesse les limites. Ainsi il n'est guère surprenant de mettre en scène des lions en train de dévorer des artistes ou des requins se jeter sur des filles ligotées pour le show... Ce spectacle de l'Horreur procure des Oh et des Ah d'admiration, faisant fi de toute moralité. Après tout, les acrobates ne sont que des rebuts de la société. Des pièces interchangeables, rien à tirer de cette engeance.

Pour Benedict Baines, le Cirque le fascine depuis qu'il a aperçu au loin une funambule et ne s'explique pas ce qu'il ressent. « Mon cœur hurle que c'est mal. Hoshiko, moi, tout ceci. Le Cirque, le monde - c'est mal. Mon cœur me crie de la suivre. Ma tête me dit d'arrêter de faire l'idiot. Je ne vis pas un conte de fées débile. Ce monde, c'est celui dans lequel nous vivons. Les choses sont ainsi. À quoi ça sert de souhaiter qu'elles soient différentes ? Je ne suis qu'un adolescent. Un adolescent tout seul. Point. Regardez ma famille, ma vie, ce que je suis. Je fais partie de ceux qui ont eu de la chance. Je suis du bon côté du gouffre qui divise notre monde en deux. Ce profond et infranchissable abîme. Et je ne peux rien y changer, même si j'en ai le désir. »

Hoshiko incarne le Chat sur scène depuis plusieurs années. Elle subit la tyrannie de Silvio (un Monsieur Loyal pathétique) et prend soin de ses camarades les plus vulnérables. L'arrivée dans son existence de Ben l'irrite au plus haut point : c'est le fils de la Ministre du Contrôle des Bâtards dont les discours virulents découlent sur des mesures radicales. Hoshiko déteste les Baines et leur caste en général. Savoir que ce garçon lui tient la main, lui adresse des mots doux et lui montre de la tendresse la perturbe et chamboule son univers.
Bref.

Ce que j'ai regretté dans cette lecture, c'est d'abord la promesse d'une histoire palpitante, d'un amour contrarié et d'une aventure déchirante. Car le résultat est moins transcendant : tout arrive soudainement, les événements, les émotions, les actions. Les personnages ne se connaissent pas et voudraient nous faire gober à leur romance ? Hum. On nous sert aussi une vision trop machiavélique de leur société : les méchants sont trop méchants... aucune nuance. C'est tout noir, tout blanc : un peu léger, tout ça.

Par contre, le roman se lit rapidement - le rythme est entraînant, la narration est alternée même si elle n'enrichit que très peu l'intrigue (beaucoup de répétitions, je trouve). L'auteure prétend avoir écrit Showstopper en réaction au racisme qui enfle autour d'elle. Pour ça, elle s'inspire des Jeux du Cirque (la passion des Romains) et reprend les mêmes abus et autres excès qui consistent à torturer des esclaves pour divertir une foule en liesse. Certaines scènes sont choquantes mais remarquables car (honteusement) réussies.

Verdit personnel : une lecture glaçante, qui sème parfois le trouble. Les émois amoureux sont de trop ou ont juste été mal exploités. Un deuxième tome doit paraître (Show Stealer).

Bayard (2019) - Traduit par Laurence Bouvard

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


14/01/20

Munkey Diaries (1957-1982) de Jane Birkin

Munkey Diaries (1957-1982)Cela commence par les souvenirs futiles d'une gamine de 11-12 ans, une petite anglaise rêveuse qui se trouve gauche et quelconque, avec en toile de fond des histoires sur sa famille, sa maman comédienne, son papa engagé dans la résistance, son frère Andrew, sa sœur Linda...
Puis viennent les rencontres amoureuses, d'abord John B. puis Serge G. Une fois encore, c'est une Jane sans fard qui se dévoile. Elle nous livre ses histoires avec la plus grande transparence : ses promesses, ses espoirs, son épanouissement, sa chance, ses peurs, ses déceptions... Tout n'est que passion dans la vie de Jane : donner et recevoir, aucun compromis.
Bien sûr, son bonheur a un prix. Ce journal s'achève au moment où Jane quitte Serge. La séparation est douloureuse. Ses confidences sont d'ailleurs sans filtre et très émouvantes. De manière générale, son récit donne des frissons. D'abord il nous plonge dans le passé, avec une part de nostalgie pour le Swinging London, puis au cœur du cinéma français des années 70 avec ses légendes vivantes (Romy Schneider, Brigitte Bardot, Trintignant, Depardieu, Pierre Richard...) sans oublier un épisode étrange avec Claude François.
Jane évoque aussi son quotidien, rue de Verneuil, ses tournages, ses filles, son souci de tout concilier et de ne se sentir jamais à sa place. Cette lecture est finalement très fidèle à l'image qu'on peut se faire de Jane Birkin : une personnalité fantasque et éthérée. On la retrouve avec ses questions, ses désirs, sa poésie et sa tendresse.
En effet, j'ai trouvé une vraie part d'émotion, pure et sincère, dans ses journaux. On sent la jeune femme à fleur de peau, qui trace son bout de chemin en suivant ses propres règles, à la fois exigeantes et compatissantes, mais jamais sans tricher.
Rien que pour ça, c'est une lecture fascinante car pleine de grâce - à conseiller aussi en livre audio car texte lu par Jane elle-même ! 🤍🌺

©2018 Librairie Arthème Fayard (P)2019 Audiolib

Un journal à la fois intime et universel, sublimé par la lecture unique et touchante de Jane Birkin.

Résultat de recherche d'images pour "jane birkin john barry"

Bienvenue chez Serge Gainsbourg rue de Verneuil

Image associée

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Stella et les Mondes Gelés (Le club de l'ours polaire #1) par Alex Bell

Le club de l'ours polaireQuelle fabuleuse lecture !
Stella Floccus Pearl vient enfin d'obtenir le droit d'accompagner son père Félix dans son expédition. Pour la fillette de douze ans, l'occasion est trop belle pour vivre en vrai ses rêves les plus fous. Mais pour cela, il a fallu négocier son titre de Membre Junior et (hélas) Temporaire auprès du Cercle de l'Ours Polaire. Stella et Félix doivent maintenant prouver que sa place est amplement méritée.
Et pourtant... « une règle bien connue veut que les expéditions audacieuses dans des contrées sauvages ne se déroulent pas toujours comme prévu » : les traîneaux sont à peine lancés sur les pistes enneigées et déjà les loups partent en vrille. Les quatre enfants à bord sont brutalement livrés à eux-mêmes, débutent aussi de folles et palpitantes aventures...
En route vers l'inconnu, semé d'embûches, auprès de compagnons très dissemblables : Stella doit composer avec son cousin Dragigus, timide et maladroit, Shay, un valeureux chuchoteur de loups, et Ethan, un irascible magicien qui appartient au club concurrent du Calmar Géant. Forcément leurs différences serviront d'armes pour affronter les obstacles et enrichir leur équipe de bras cassés.

En attendant, c'est un savoureux mélange de complicité, d'humour, de magie, de mystères et de rebondissements. Pour Stella, le voyage la conduira jusqu'aux secrets de ses origines - la fillette avait été abandonnée dans la neige et recueillie par Félix vers l'âge de trois ans. C'est aussi une histoire pleine de clins d'œil pour La Reine des neiges ou Les Royaumes du Nord : paysages du bout du monde, ambiance glaciale, créatures fantastiques, folklores et légendes... Cette lecture inspire une envie de voyage et d'évasion - c'est tout cuit ! La suite est déjà disponible avec Le Mont des sorcières.

Gallimard Jeunesse (2018) - Traduit par Faustina Fiore

illustré par Tomislav Tomic

Parution en format poche chez FOLIO JUNIOR (2019)

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12/01/20

Les Mystères de Larispem : L’Élixir ultime, par Lucie Pierrat-Pajot,

Larispem L'élixir ultimePour moi, cette série a trop vécu dans l'ombre de La Passe-Miroir : pourtant, nulle comparaison n'est possible, si ce n'est d'avoir été également lauréat du Concours du Premier Roman chez Gallimard Jeunesse. Le sang jamais n'oublie était d'ailleurs arrivé ex-aequo avec le roman de Christelle Dabos ! Mon interprétation personnelle veut que le lecteur a foncé sur cette série en supputant qu'elle opérerait le même magnétisme. D'où certaines frustrations ou autres attentes... que sais-je ? En ce qui me concerne, j'ai adoré !

Les Mystères de Larispem nous plongent dans un imaginaire foisonnant - l'histoire se déroule après la Commune de Paris, sauf que l'issue est totalement réinventée et sert de lancement à notre lecture. On trouve donc une nouvelle hiérarchie, une ville transformée, une langue réécrite, un ordre social revu et corrigé, des inventions géniales et des complots toujours plus enragés.
Dans ce troisième tome, nos jeunes héros sont dans la panade, plus déchirés que jamais : Liberté a été démasquée et envoyée en prison, Nathanaël a pris la poudre d'escampette et Carmine a la mémoire en vrac mais ne décolère pas d'avoir été trompée par ses camarades.
Face à eux, les Frères du Sang prennent l'avantage. À leur tête, la cruelle Vérité de Maugardin ourdit son plan implacable en se procurant les preuves nécessaires pour son Élixir. La tension est à son comble dans ce dernier livre qui montre Larispem en plein chaos et ses personnages malmenés (chacun nous fait vivre son aventure donc cela élargit les perspectives et rend la narration encore plus vive et trépidante).
C'est donc sur un rythme enfiévré qu'on boucle notre tour de piste : action, rebondissements, émotions, retrouvailles et discordes... La lecture est palpitante et sert admirablement cette série audacieuse, à l'ambiance rétrofuturiste et aux richesses insoupçonnées !
Je conseille toujours et encore. ♥

Gallimard Jeunesse (2018)

Couverture illustrée par Donatien Mary

 

Posté par clarabel76 à 15:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/01/20

Ragnvald et le loup d'or (La Saga des Vikings #1), de Linnea Hartsuyker

Ragnvald et le loup d'orJ'étais en plein sevrage de la série The Last Kingdom lorsque j'ai découvert cette saga. Bim bam boum. Je n'avais même pas encore ouvert le roman que je fantasmais déjà sur les chevelus aux airs farouches, invectivant leurs cris de guerre et parés pour des combats sanguinaires... humm.
C'était avant de savoir que le roman raconterait une version chevaleresque de la vie de Ragnvald Eysteinsson (autrement dit l'ancêtre de Guillaume le Conquérant). Eh oui ! ça vous en bouche un coin. Mais honnêtement on s'en moque un peu quand on se lance dans cette histoire : Ragnvald est d'abord un miraculé, quelconque et anonyme.
Expédié par-dessus bord du bateau qui le ramenait d'une mission victorieuse, le garçon comprend qu'il vient d'être trahi par Solvi et jure de se venger. Son retour provoque évidemment des remous, Ragnvald rumine sa rancœur et accepte de partir au combat auprès de Harald à la Belle Chevelure pour s'enrichir et reconquérir sa ferme et les terres de son père décédé.
Il confie sa jeune sœur Svanhild à son ami d'enfance mais celle-ci tape du pied en protestant contre son sort. Elle aussi ambitionne de s'évader en mer et de faire le plein de conquêtes. Elle n'attend pas son tour et s'éclipse en douce pour suivre sa destinée. Une destinée qui l'amène à recroiser Solvi... dont le charme ténébreux lui avait fait tourner de l'œil avant de réaliser qu'il avait voulu tuer son frère. Passion tourmentée et interdite, nous voilà !
En fait ce roman se lit vite et bien. On visualise chaque scène, on prend part aux conciliabules, on vit au rythme des combats, on s'insurge contre la félonie, on remplit notre jauge en émotions. C'est bouillonnant. Tout ça n'est pas sans défaut non plus. Car il ne faut pas s'attendre à une lecture follement épique et la tentation au sentimentalisme exacerbé est grande (Svandhild nous réserve des moments de grâce qui font lever les yeux au ciel *ironie*).
Ces petites défaillances mises à part, on passe un bon moment à voyager dans le temps auprès des mythiques Vikings qui vont chavirer notre imaginaire affamé. C'est assez excitant comme perspective. La suite est déjà disponible : La Reine des mers.

©2018 Presses de la Cité, pour la traduction française. / Titre original : The Half-Drowned King. Traduit de l’anglais par Marion Roman. (P)2018 Lizzie

Très bonne lecture entreprise par Rémi Bichet : ça vibre, ça souffle, ça transporte vers un univers palpitant... Excellente interprétation, sans surjouer les personnages, les rôles... tout est juste. Cette lecture audio est aussi une bonne contribution à découvrir la Saga des Vikings !

Et pour ceux que ça intéresse, la saison 4 de THE LAST KINGDOM est programmée (vraisemblablement) pour cet été... yeah !!! As 2020 gets underway, Alexander Dreymon (aka Uhtred son of Uhtred) has a message for you. Happy new year, Arselings! 

Format poche chez POCKET (2019)

LA SAGA DES VIKINGS T1

 


Le Manoir des Sorcelage (Wicca #1), par Marie Alhinho

Le Manoir des Sorcelage WiccaAvril et Octobre grandissent à l'abri des regards indiscrets, dans un vieux manoir en rase campagne. Les Sorcelage sont en fait des sorciers wiccans qui pratiquent une magie bienveillante et en respect avec la nature. Mais les enfants ont interdiction d'en parler à leur amie Nour... d'ailleurs, dès que celle-ci leur rend visite, c'est le branle-bas de combat pour dompter les caprices de la maison. Interdiction de faire des farces pour taquiner l'innocente. Et pourtant, Avril et Octobre sont eux-mêmes peu raisonnables et réservent à leur copine une séance de spiritisme à faire dresser les cheveux sur la tête !

Mais un esprit frappeur va se faufiler dans la brèche. Un cercle protecteur a été rompu, un démon s'est échappé et cherche à semer la pagaille. Le frère et la sœur sont drôlement embêtés. Nour devient fuyante et ne parle plus à ses camarades. Leur grand-tante Nana s'épuise contre les mauvais sorts. Le calme avant la tempête ? Bref. Tout fout le camp !

J'ai été charmée par ce petit roman adorable et par son cadre délicieusement frissonnant (qui conviendrait merveilleusement pour le #challengehalloween). On est loin du rendez-vous d'épouvante, par contre c'est une belle histoire de famille et d'amitié. J'avais un sourire banane tout du long tant j'étais enchantée par le caractère affable des personnages et de leurs aventures. Tout est mignon, un peu facétieux et vraiment distrayant.
J'ai beaucoup aimé cette première rencontre et cette invitation à explorer un monde épatant !

Poulpe fictions (2019) - illustrations de Diglee

#wicca #lamagieestentoi #sorcièresdaujourdhui

 

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09/01/20

Apprentie Princesse (The Rosewood Chronicle #2) par Connie Glynn

Rosewood Chronicles 2 apprentie princesseJ'ai donc lu la suite de Princesse Incognito sur ma bonne lancée puisque j'étais déjà familière avec les lieux et les personnages. Pourquoi s'en priver, après tout ?

Lottie Pumpkin a fait du chemin depuis ses débuts à Rosewood Hall : elle se fait toujours passer pour une princesse, en accord avec la famille royale, et a même endossé le titre de Sénéchale pour les formalités. Par contre la menace a également éclaté au grand jour avec une tentative d'enlèvement et des révélations plus ou moins surprenantes quant aux rôles joués par ses proches. Au lendemain de cette zizanie, l'enquête se poursuit : qui sont les Léviathans ? sont-ils à l'origine des étranges empoisonnements qui visent les élèves ? comment pourraient-ils s'introduire dans l'enceinte de l'école ? encore des complices ?

Lottie est sur tous les fronts et finalement à côté de la plaque car trop accaparée par ses propres soucis : elle a soudain envie de connaître ses origines. Elle sent depuis peu une présence fantôme autour d'elle et pense avoir un lien avec une princesse disparue et le créateur de Rosewood. Pourtant, elle n'ose pas se confier auprès de son amie Ellie. Le désordre amoureux vient aussi semer le trouble. D'un côté, Jamie devient taciturne et prend ses distances. De l'autre, Lottie papillonne et ne veut décevoir personne. Quelle mouche a piqué tout ce petit monde ?

Cette série réussit encore à faire preuve de légèreté en créant une ambiance merveilleuse et pleine de charme. Toutefois cela manque de croquant et on ne ressort pas de Rosewood Hall avec le souffle coupé ou la sensation d'avoir vécu une expérience mémorable. Oui, c'est adorable mais un peu futile. Les personnages ne nous impressionnent pas davantage et semblent se contenter de suivre le mouvement. En clair, ils débarquent après le déluge et en subissent les conséquences... c'est assez frustrant. Et puis je ne comprends pas ce micmac des attirances - ça va ça vient, sans logique, sans émotion - j'étais complètement perdue.

Si j'ai passé un agréable moment de lecture, je garde en tête que celle-ci n'est pas encore à la hauteur des espérances. Pour moi, l'auteure ne fouille pas assez son intrigue ni ses personnages et se limite à un exercice élégant mais trop lisse. MOVE ON !

Casterman (2020) - Traduit par Anne Guitton

Le troisième tome est annoncé pour la fin d'année (ou début d'année prochaine).

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/01/20

Princesse Incognito (Rosewood Chronicles #1) par Connie Glynn

Princesse incognitoDemandez le programme : école privée, princesse incognito et quiproquos. Cela s'annonce alléchant !

Pour Lottie Pumpkin, l'occasion est trop belle quand elle décroche une bourse pour vivre son rêve le plus cher. Et pourtant, dès son arrivée à Rosewood Hall, rien ne va plus : une folle rumeur prétend qu'elle est une héritière rebelle mais qu'elle souhaite cultiver son anonymat. Loin de démentir, Lottie va jouer le rôle qu'on attend d'elle... sans se douter qu'elle est scrutée à la loupe. Bientôt, ce sont des messages sous forme de menaces qu'elle va recevoir. Un danger rôde, Lottie agit du mieux qu'elle peut et récite constamment son mantra pour guider ses pas, mais la demoiselle est également naïve et maladroite...

Alors, est-ce aussi attrayant que cette couverture joliment illustrée par Qing Han ?
Tout d'abord, l'histoire est délicieuse et agréable à lire, elle déborde de charme et de fraîcheur. Elle nous fait penser à d'autres séries ou films (un peu de Journal d'une princesse, un peu de Harry Potter). Et puis on baigne dans une ambiance merveilleuse, un vrai conte de fée moderne, sans magie.

Je dois reconnaître que c'est très tentant. On mord facilement à l'hameçon. Malheureusement plus on avance dans la lecture, plus on s'impatiente : l'intrigue devient inégale mais surtout trop enfantine et artificielle. Il y a peu d'action, des personnages sans relief, pas de réel mystère (juste un voile). Bien sûr c'est plein de valeurs héroïques, sur la bienveillance, le courage, l'amitié, la volonté... mais ça reste plat !
J'avais imaginé tout autre chose donc je suis un peu déçue mais je mise sur la suite pour être davantage transportée.

Casterman (2019) - Traduit par Anne Guitton

LA SUITE EST DÉJÀ DISPONIBLE : Retour à Rosewood avec Lottie et Ellie, vos princesses préférées !

Connie Glynn est une bloggeuse très connue en Angleterre où elle a 950 000 abonnés. Princesse incognito est le premier volet de sa série « Rosewood Chronicles. »

 

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

06/01/20

Les Sept étoiles du Nord, par Abi Elphinstone

Les sept étoiles du nordCette lecture possède une aura magnifique !

Elle nous plonge dans un imaginaire fabuleux - moitié Reine Des Neiges, moitié Royaumes du Nord - avec une histoire ensorcelante qui raconte comment une reine maléfique prévoit d'étendre son pouvoir sur les terres gelées d'Erkenwald. Deux enfants vont s'opposer à cette folie : la jeune Eska, orpheline sans mémoire, prisonnière dans une boîte à musique, et Flint, un inventeur qui recherche sa mère et libère la fillette avant de l'accompagner dans une incroyable expédition.

Très vite le roman exerce un pouvoir de fascination qui ne nous quitte plus avant la fin : j'ai tout lu d'une traite, comme sous hypnose. J'ai aimé les décors, les personnages, les légendes et la magie qui débordent de cette aventure. Et puis en lisant les remerciements de l'auteure, j'ai été touchée par son parcours et le contexte dans lequel elle a écrit son livre. On comprend mieux les valeurs d'espoir et de courage qui s'en reflètent : c'est extraordinaire !

En tout cas, rien que pour l'effet « petite bulle hors du temps », cette lecture est parfaite ! J'ai adoré. ♥

Gallimard Jeunesse (2019) - traduit par Faustina Fiore

Illustration de couverture : Daniela Terrazini

Le travail éditorial est d'ailleurs magnifique : tranche couleur, rabats imprimés, pelliculage soft touch... un vrai  bijou qui accentue cette impression d'adéquation entre le fond et le forme. Absolument magique !

Et pour prolonger cette sensation, lisez également : Le chagrin du Roi mort, de Jean-Claude Mourlevat & La forêt des cœurs glacés, d'Anne Ursu.

“I don't think you have to fight with weapons to be a warrior. You could fight with love and tears and inventions instead, that would probably be just as good.”

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05/01/20

La Guerre des papilles, par Lucie Castel

La guerre des papilles lucie castelM'attendant au départ à retrouver une lecture proche de Just Juliette, autre roman traitant de rivalités familiales et de passion interdite sur fond de gourmandise, j'ai donc ouvert avec intérêt ce nouveau roman de Lucie Castel (sans me tromper, c'est le troisième que je lis).

Suite à une déception amoureuse et un échec professionnel, Catalina Palazzo retourne dans son village corse et utilise l'héritage de son grand-père pour ouvrir une pâtisserie. Or elle installe sa boutique juste en face de la chocolaterie de Lucca Castelli. Une provocation, pense-t-il. Car les deux familles se détestent depuis la nuit des temps, les nouvelles générations ignorent pourquoi mais croient entretenir la flamme par loyauté filiale. Cette guerre d'usure doit toutefois trouver un compromis si les deux partis veulent enfin lâcher prise.

Catalina et Lucca sont loin d'être deux âmes tendres et ont des caractères bien affirmés (trop volcaniques). Or, leurs échanges explosifs sonnent agressifs et véhéments... j'ai ressenti trop de tension et d'inconfort dans leur histoire. Impossible de marcher dans leurs combines. Le déclic aussi survient brutalement, sans raison apparente, juste comme ça. C'est un peu léger et de plus en plus décousu, à vrai dire. Certes, il y a beaucoup d'émotion et une vraie intention à vouloir évoquer le mal d'enfant chez une femme qui apprend qu'elle ne pourra jamais être enceinte. On sent que c'est un sujet personnel et qui tient à cœur à son auteure... donc oui, c'est très touchant.

Je ressors néanmoins un peu déconfite de ma lecture puisque je n'ai pas eu ma dose de comédie romantique, comme promis. C'est loin d'être une histoire drôle et légère (mais j'ai souri avec Ursula et Marc-Antoine dans la scène du cambriolage loupé). En revanche, c'est super gourmand ! On salive tout du long avec les recettes proposées et décrites savoureusement. J'en avais le tournis... miam.

Harlequin - Genre : Comédie romantique - Collection &H - 6 mars 2019 - &H N°118 - 306 pages

 

Posté par clarabel76 à 11:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,