06/04/17

La Boutique Vif-Argent, Tome 3 : La Carte des passages, de P.D. Baccalario

Ce roman fait suite à Une Valise d'étoiles (tome 1) et La Boussole des rêves (tome 2).

La carte des passagesLa mort de la vieille Koumail a plongé la communauté d'Applecross dans un profond désarroi. Pour la première fois, le jeune Finley est convié à participer au cérémonial des funérailles en compagnie de son père et des hommes du village. L'arrivée inopportune d'Aiby Lily, soutien de son père, provoque cependant des remous. C'est indécent, révoltant. L'équilibre des mondes est désormais fragilisé. Il convient à chacun de prendre ses responsabilités. Que de théâtralité, que de non-dits ! Pour Finley, cette soirée sur la falaise, à allumer des feux en procession, est un instant mémorable mais angoissant. Les jours suivants confirmeront son appréhension. Aiby et lui vont se lancer sur la piste de l'assassin de la vieille dame, partir en quête d'objets magiques et fouiller sans doute au-delà du possible en tombant dans le piège tendu par Semuel Askell. La tension monte vite d'un cran quand Finley réalise sa solitude au moment de sauver son amie, ses proches, la boutique Vif Argent, tous les secrets ancestraux... L'histoire nous surprend alors avec un montage judicieux des éléments et des rebondissements qui vont orchestrer la lecture et nous entraîner dans un tourbillon d'action et d'émotion. C'est clairement palpitant. Finley McPhee n'est certes pas le garçon le plus courageux de la planète, mais c'est un môme rusé et avisé. Il affronte l'adversité avec un certain aplomb et beaucoup d'intelligence ! Sa jeune camarade Aiby est toujours aussi intrépide, vive d'esprit et probablement trop impulsive, ce qui fait néanmoins tout son charme ! Cette merveilleuse série a su de loin me combler, m'enchanter, m'épater. Elle a su offrir un bel échantillon de mystère, de magie et d'aventure dans un univers très sophistiqué et dans un écrin fabuleux. Car l'emballage est en effet très beau, avec des illustrations soignées, une couverture cartonnée et des ornementations raffinées. C'est assez rare pour le souligner, même si l'auteur italien, P.D. Baccalario, veille souvent à fignoler ses présentations qui tapent dans l'œil et donnent envie d'en découvrir plus. Une opération séduction très efficace, au vu de cette série merveilleuse et très divertissante ! 

Gallimard Jeunesse, 2016 - Trad. de l'italien par Diane Ménard


05/04/17

Pêle-Mêle : Le Grand frisson - C'est pas normaaal ! - Trop bon et sans gluten

le grand frisson

On retrouve l'humour, la facétie et la folie douce de Nicholas Oldland (cf. Les rameurs) dans cette histoire d'élan sauvage un peu trouillard. Alors que ses copains raffolent de sensations fortes, lui se contente de les observer mais a pleinement conscience de passer à côté de sa vie. Un jour, finalement, il décide de prendre à bras-le-corps son destin, au lieu de s'encroûter, il saute dans le premier bateau voguant sur l'eau et prend le large. Loin, très loin. Il va ainsi braver une terrible tempête, échouer sur une île déserte et s'improviser Robinson Crusoe. Sur place, il rencontre une tortue nommée Mardi, affronte de nombreux défis et apprend à survivre en milieu hostile (loin de son confort familier). Le temps passant, l'élan pense aussi à ses copains qui doivent s'inquiéter et choisit de monter à bord d'un bateau naviguant près de son île pour les rassurer. La séparation avec la tortue Mardi est certes déchirante, mais il promet de se revoir pendant les vacances ! Eh oui. L'aventure est aussi simple que cela. Et la lecture communique à sa façon une véritable exaltation, le bonheur de lâcher prise et le coup de pouce nécessaire pour se lancer vers l'inconnu. Une belle aventure guillerette, ponctuée par de jolies illustrations aux couleurs pimpantes.

Le grand frisson, de Nicholas Oldland

Bayard Jeunesse, 2017 - Trad. Alice Boucher

 

cest pas normaaal

M. Éléphant a une trompe très, très longue, ce n'est peut-être pas normal, mais au moins c'est pratique. Il peut doucher son éléphanteau, aider le Vieux Singe à grimper aux arbres, bercer le Bébé Antilope qui n'arrive pas à dormir, aider M. Zèbre à étendre son linge ou les fourmis à traverser la rivière. Bref. Cela semble combler tout le monde, seulement Mme Hippopotame répète sans cesse que ce n'est pas normal d'avoir une si longue trompe. La preuve, M. Éléphant est parfois maladroit et s'emmêle les pinceaux avec sa trompe au point de trébucher. La vilaine se moque de lui, puis ravale ses couleuvres en apprenant que son petit a échappé à sa vigilance et se précipite près du lac plein de crocodiles affamés. Vite, vite. M. Éléphant n'écoute que son courage et oublie les mesquineries de Mme Hippo, qui se sentira très gênée d'avoir été aussi rude. Big up à cet album drôle et optimiste, au service d'une histoire intelligente, racontée avec humour, et qui rappelle qu'on ne doit jamais juger quelqu'un à cause d'une différence. Un rendez-vous émoustillant. ☺

C'est pas normaaal ! de Mar Pavón & Laure du Faÿ

Bayard Jeunesse, 2017

 

trop bon

Avant de boucler ce petit tour d'horizon, coup de projecteur sur ce coffret gourmand, réunissant 28 fiches-recettes certifiées trop bonnes et sans gluten. Outre ce packaging plein de charme, on découvre à l'intérieur un classement ordonné, avec des fiches présentées façon Polaroïd (photo au recto, recette au verso) et on pioche avec délice dans cet assortiment de bonnes choses qui raviront les palais délicats de vos enfants (pizza, scones, madeleines, quiche, cordon bleu, pâtes fraîches, galette bretonne, gnocchi, bagels, granola, cookies, crumble & cupcake). Après une petite note explicative sur l'alimentation sans gluten, c'est quartier libre pour composer des menus appétissants et accessibles (ingrédients abordables, pas de listes interminables). Du pratique, du bon, de l'efficace. Je cautionne ! ♥

Trop  bon ! et sans gluten, de Virginie Loubier Charlotte Vannier

Bayard, 2016

 

Pêle-Mêle : Le piège parfait - Patate - Le Festin des affreux

le piege parfait

Tu n'as pas un seul ami ? Alors, prends un livre ! C'est sur ce conseil que le jeune héros se lance dans une série de pièges en tout genre pour attraper un animal de compagnie. Piège aérien ? Pour les lapins ! Piège à ficelle ? Oups, la vaisselle ! Piège dominos ? Pour les escargots ! Piège qui roule ? Pour les poules ! Et ainsi de suite. Seulement, rien ne va. L'enfant loupe tous ses pièges et se retrouve toujours seul. Reprends donc ton livre, et tous tes petits compagnons vont se pencher à tes côtés pour partager une belle histoire ! C'est chic, c'est drôle et ça met à l'honneur le plaisir de la lecture, non pas une activité solitaire, qui isole du reste du monde, mais un formidable vecteur de transmission, de plaisir et de bonheur. Voilà un très chouette album qui démontre que la lecture et les livres permettent également de se faire des amis ! L'album offre une vision fraîche, amusante et spontanée du jeune explorateur qui expérimente cette évidence, le tout raconté par rimes pour une lecture à voix haute encore plus rigolote ! ^-^

Le piège parfait, de Gilles Baum & Matthieu Maudet

Seuil Jeunesse, 2017

 

patate

Patate est un gentil petit chien adorable, mais un peu bête. Normalement, un chien aime jouer à rapporter la balle, ou un ballon, une pantoufle, une plante... que sais-je ? Lui, Patate, ne comprend rien. Son maître est désespéré. Soit ce chien est nigaud, soit il ne capte pas le français. Oui, voilà, c'est mieux. Il faut se résoudre à regarder Patate comme un chien ignorant les langues étrangères. Enfin, cela voudrait dire qu'on juge selon les apparences, et ce n'est pas correct non plus, car après tout, Patate n'est pas aussi simplet qu'on le pense ! Ah, ah ! Sacré Antonin Louchard ! Sacrée Patate ! Ce petit format court, drôle et désopilant a déjà fait ses preuves et continue de ravir le lecteur (Super Cagoule, Je suis un lion, Je veux voler etc.). Le secret d'un tel succès ? Chaque album met en scène des situations extraordinaires, qui surpassent l'entendement, ce qui provoque souvent de grands éclats de rire au moment de tourner la dernière page. Un vrai régal, comme toujours ! ♥

Patate, d'Antonin Louchard

Seuil Jeunesse, 2017

 

 

le festin des affreux

Pour le grand rendez-vous annuel, qui réunit les monstres les plus redoutables à la table de L'Asperge Pourrie, un restaurant aux trois étoiles noires, un banquet exceptionnel a été dressé pour accueillir ces convives hors du commun. Le chef Louis Pacuit leur a spécialement concocté des spécialités aux petits oignons, pour ravir leurs papilles exigeantes.

Ainsi, le loup pourra se régaler de croquettes de grand-mère et d'un assortiment de pieds de petits cochons, la sorcière dégustera des cuisses de grenouilles aux épices sur lit de queues de lézards grillées, le vampire savourera des cous de jeunes princesses aux herbes mortes, l'ogre avalera une terrine d'écoliers à la truffe noire et au foie gras de canard, le diable se pourlèchera d'un steak de cupidon cuit à la braise infernale, sans oublier le monstre sous le lit qui salivera face à des chaussettes fétides aux miettes de pain rassis et ongles rongés, du lait périmé et des crottes de chat au chocolat. Miam, miam.

Le festin n'est cependant pas complet, puisqu'un invité de dernière minute vient s'ajouter à cette affreuse tablée. Rien qu'à l'odeur, nos monstres manquent tous de tourner de l'œil. Qui donc est capable de s'enfiler des macaronis à la bolognaise, une pizza aux 12 fromages, un hamburger géant, des nuggets et des frites, avec en dessert une maxi crêpe coco-choco-banane ? Blurp. L'invité surprise est en fait un dévoreur de livres, ami des héros et adversaire des vilains, autrement dit un enfant !

Cet album fait montre d'un véritable sens de la dérision, qu'il faut savourer dans ses moindres détails. L'amoncellement de descriptions culinaires peu ragoûtantes est franchement écœurant, mais la mise en scène est facétieuse (on soulève les cloches, sous forme de grands flaps, pour découvrir les mets succulents des convives) et donne matière à se pincer le nez tout en lâchant un sourire. De plus, les références sont nombreuses et relient d'autres lectures et autres contes à cet album réunissant les figures emblématiques de la littérature enfantine, souvent sources des pires cauchemars des enfants. Grâce à cette lecture, c'est aussi un très bon moyen de les dégommer et de déplorer leur régime alimentaire ! ^-^

Le Festin des Affreux, de Meritxell Martí & Xavier Salomó

Seuil Jeunesse, 2017

 

Pêle-Mêle : Émile fait l'enterrement / Mon fils de Vincent Cuvellier

EMILE

Aujourd'hui est un grand jour pour Émile, un jour grave. Car Émile va à l'enterrement. Un vrai. C'est sa vieille copine qui lui a proposé de l'accompagner à cette cérémonie funeste, ce qui questionne naturellement la maman d'Émile, mais celle-ci n'a pas voix au chapitre. Son fils revêt son beau pull noir, prend un air triste et solennel, puis file avec sa copine la vieille dame jusqu'à l'église.

Émile écoute alors le discours pontifiant du religieux, blablabla, Madame Vacher, blablabla, née Mouton, blablabla, vivant rue Gustave Poulet. Et là, notre Émile découvre un aspect tout à fait cocasse du recueillement, car sa vieille copine va dévoiler au garçon le secret d'un bel enterrement. Se moquer d'un rien, tout en demeurant stoïque. Émile est drôlement fier d'avoir partagé une telle expérience. C'était pas trop triste, comme enterrement ? demande maman. Meuh... non ! ;-p

Dans la série Émile, je demande un épisode faussement compassé, mais tout à fait respectable, qui évoque un moment de vie douloureux (l'enterrement) qu'on évite souvent de partager avec les enfants, sauf quand on s'appelle Émile ! Ah, qu'est-ce que c'est bon. Cette figure du flegme imperturbable est pour moi synonyme de lecture affolante de dérision et d'allégresse. Un vrai régal. Les amateurs d'humour décalé apprécieront ! ♥

Émile fait l'enterrement, de Vincent Cuvellier & Ronan Badel

Gallimard Jeunesse Giboulées, 2017

 

Mon fils

Dans cet album dédié à son fils, Vincent Cuvellier dévoile un aspect plus intimiste de son talent. Et c'est drôlement bon aussi ! “Mon fils, c'est mon fils.” Tel est son credo.  “Je le connais depuis qu'il est né, et peut-être même avant, c'est dire. Je le connais tellement qu'on dirait que c'est moi qui l'ai fait.” Il raconte alors le jour de la naissance de son fils, sa première rencontre avec ce petit être qui va bouleverser sa vie, leur premier tête-à-tête dans les couloirs de la maternité, les premiers mots doux, les chansons murmurées, le premier grain de beauté, le choix du prénom, la paire de ciseaux pour couper le cordon, l'aventure de la vie qui roule, les vacances à la mer, les lectures du soir, les histoires qu'on invente exprès pour épater son enfant, les commentaires de celui-ci qui trouve, en grandissant, que papa n'écrit pas de super bouquins, les peurs nocturnes, les rêves en grand, les copains de tous les horizons, les séparations, les moments de complicité, les blagues, les combines, les disques de Bowie... Tout ça, tout ça. C'est beau, c'est court, ce sont des instantanés d'une relation faite de tendresse, d'amour et de contemplation. C'est minimaliste, et en même temps ça communique un vaste champ d'émotions qui vous touchent droit au cœur. C'est un bel album, poétique et attendrissant. 

Mon fils, de Vincent Cuvellier & Delphine Perret

Gallimard Jeunesse Giboulées, 2017

 

04/04/17

Cléopâtre Princesse de l'espace, 1. La prophétie des étoiles, de Mike Maihack

cleopatreNouvelle série publiée sous le label Grafiteen des éditions Milan, CLÉOPÂTRE PRINCESSE DE L'ESPACE nous entraîne dans un drôle de méli-mélo foncièrement captivant ! Il est en effet question de la future reine d'Égypte, Cléopâtre, alors âgée de 15 ans, qui par un étrange concours de circonstances va être propulsée dans un univers futuriste, avec des robots-momies, un sphynx-sidecar, des pistolets laser, des chats qui parlent et même des extraterrestres. Tout a commencé la veille de son anniversaire. L'intrépide héritière a préféré bouder ses leçons de mathématiques pour gambader dans les jardins de son palais avec son ami Gozi et s'exercer en toute insouciance au lance-pierre. Ils ont ainsi découvert la porte secrète d'une pyramide, dans laquelle se trouve un portail spatio-temporel qui a conduit notre héroïne dans la dimension que l'on sait. Cléo découvre sans tarder qu'elle est appelée à accomplir une mission pour sauver la galaxie, etc. mais doit en attendant retourner à l'école pour suivre des cours de biologie, de langues, d'histoire, de diplomatie, d'astronomie... Une torture pour notre demoiselle, beaucoup plus férue en leçons de tir ou de combat ! C'est donc avec un esprit léger et primesautier que l'on parcourt cette lecture, au ton et à l'humour fort attrayants. Cléopâtre est une jeune héroïne audacieuse, qui privilégie l'action à l'inertie, qui soupire d'ennui dans son palais, confiée aux bons soins de serviteurs, tandis que son pharaon de père la néglige. Finalement, son voyage dans le temps est pour elle une formidable opportunité pour pimenter sa routine, pour découvrir de nouvelles technologies et pour rencontrer des camarades de son âge sans jamais s'émouvoir d'être déconnectée avec son époque. Le rythme est ainsi enlevé, joyeux et virevoltant, le tout emballé dans un joli décor, au graphisme et aux couleurs rafraîchissants. Un premier volume qui invite à en découvrir davantage - vivement la suite ! 

Milan, coll. Grafiteen, 2017 - Trad. Marion Roman

Posté par clarabel76 à 15:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


5 Mondes, tome I : Le guerrier de sable, par Alexis Siegel & Mark Siegel

Superbe saga, dont voici le premier tome introduisant de fabuleux personnages, confrontés à une épopée étourdissante mais palpitante ! J'ai immédiatement flashé sur cette jolie couverture colorée, aux allures enfantines, et riche d'une promesse d'évasion et d'aventure dont on savoure chaque minute, chaque page et chaque détail.

5 mondes

Plutôt que de vous planter le décor, lequel mérite d'être découvert en toute innocence, sachez que cette histoire vous propulse dans un imaginaire flamboyant, avec des planètes et des civilisations malades, menacées d'extinction et fragilisées par une guerre imminente. Le seul moyen pour sauver cet univers interplanétaire serait de rallumer les cinq phares emblématiques des cinq mondes ancestraux. Mais la dernière élue appelée à accomplir cette mission a hélas disparu. Il s'agit de la sœur de notre pétillante héroïne, Oona Lee, qui est encore une apprentie danseuse de sable, assez médiocre et maladroite. Elle est pourtant convaincue qu'en retrouvant Jessa, leur avenir à tous sera sauf. Les événements se précipitant, Oona Lee est elle aussi poussée vers son destin. Mon Domani, le monde mère, est pris d'assaut par des ennemis assujetis à une force noire et invisible. La jeune fille est plus que jamais résolue à retrouver sa sœur et s'entoure de nouveaux amis, An Tzu, un gamin des rues atteint d'un mal étrange, et Jax Amboy, un athlète superstar grièvement blessé lors de son match.

C'est donc ensemble qu'ils vont changer le cours des événements, en affrontant des adversaires redoutables, mais surtout en bousculant leur propre avenir, car de nouvelles révélations vont éclairer leurs choix et leurs idéaux, bouleversant un peu plus les cartes des 5 mondes. L'histoire aussi laisse épanouir de nouvelles perspectives, grâce à un scénario limpide mais habilement tissé, qui installe le lecteur dans une délicieuse posture et le kidnappe avec son consentement. C'est avec excitation, ravissement et bonheur qu'on suit cette folle épopée, entre aventure, science-fiction et quête initiatique, sans oublier une dimension écologique distillée avec intelligence et subtilité pour une meilleure prise de conscience du danger qui met toujours en péril notre mode de vie. C'est une lecture éclatante, avec une intrigue passionnante, un graphisme et des couleurs fascinants, des personnages aux secrets à peine dévoilés, des questions, des interrogations, des solutions poignantes... Deux autres tomes vont paraître, respectivement en 2018 et 2019.

Rappelons aussi que Mark Siegel s'est déjà rendu coupable d'une petite merveille, en l'occurence Sailor Twain ou la Sirène dans l'Hudson, un roman graphique rigoureux à l'atmosphère ensorcelante. Pour jeunes et moins jeunes, les 5 Mondes n'attendent qu'à être explorés ! 

Gallimard Jeunesse, Bandes dessinées hors collection - Trad. de l'anglais par Isabelle Troin. Illustrations de Xanthe BoumaMatt Rockefeller et Boya Sun / mars 2017
Dès 9 - 13 ans 
 

03/04/17

Monsieur Jean a un plan, de Thomas Montasser

monsieur jeanAprès une longue carrière en tant que concierge de nuit dans un prestigieux hôtel de Zurich, Monsieur Jean prend enfin sa retraite et décide de consacrer son temps libre à aider les autres. C'est d'abord la mort de son vieux camarade Jacques, patron d'un petit bistro, qui lui fait prendre conscience du caractère vulnérable de la vie et du temps présent à profiter pleinement. Il se réjouit ainsi de découvrir les lieux revisités par une jeune femme dynamique, et probablement inconsciente, alors qu'elle ouvre un nouveau salon de thé cosy et charmant, mais hélas boudé par la clientèle. Qu'à cela ne tienne, Monsieur Jean sera son ange gardien ! Il est comme ça, Monsieur Jean, discret, affable et charitable. Il remet aussi un jeune pickpocket sur le droit chemin, offre des fleurs à la concierge esseulée, réconcilie deux anciennes ballerines fâchées à mort... « Parfois, il ne faut pas grand-chose pour imprimer une nouvelle direction aux rouages compliqués de la vie. Un petit geste, un conseil subtil ou un signe du destin suffisent. Parfois, aussi, c'est la simple humeur d'un monsieur d'âge respectable qui possède un peu d'expérience dans les relations humaines et un grand cœur. Il arrive qu'un esprit bienveillant s'immisce directement dans notre vie, mais c'est aussi à nous de donner un sens plus profond à notre existence - ou à celle d'un autre. Au moyen d'un bon conseil, d'une aide invisible, d'une petite supercherie. Ou d'un brownie, au chocolat naturellement. »
Après Une année particulière, Thomas Montasser nous propose un nouveau rendez-vous fait de simplicité, de partage et d'entraide. La prouesse n'est pas exceptionnelle, mais empreinte d'une véritable sincérité qui fait qu'on adhère instinctivement au propos. J'ai trouvé ce roman doux et apaisant, vraiment pas mièvre, à moins d'être un incurable cynique. Pour ma part, j'ai souri avec candeur à la lecture de cette belle aventure humaine, qui nous fait croiser des personnages attachants, aux vies tendrement chahutées et aux solutions heureuses. La recette est facile, mais fait un bien fou ! J'ai beaucoup aimé. 

Presses de la Cité, 2017 - Trad. Leïla Pellissier [Monsieur Jean und sein Gespür für Glück]

31/03/17

Bilan du mois : Mars 2017 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

spring coming

Avis de printemps !
Par ces belles journées fraîchement ensoleillées et aux températures doucereuses,
voici quelques heures de lectures fortement appréciées... 

 

Verte, de Marie Desplechin & Magali Le Huche #

Moi et les Aquaboys, de Nat Luurtsema #

Tout pour se déplaire, de Jen Klein #

Les crevettes ont le cœur dans la tête, de Marion Michau #

Jamais deux sans toi, de Jojo Moyes #

Pas celle que tu crois, de Mhairi McFarlane #

Meilleurs ennemis, de Sally Thorne #

Dernier meurtre avant la fin du monde, de Ben H. Winters #

Congo Requiem, de JC Grangé #

La Chair, de Rosa Montero # 

 

Ce mois-ci, j'ai également vu la saison 1 de The Catch, 
une série créée par Jennifer Schuur, Helen Gregory et Kate Atkinson, produite par Shonda Rhimes & diffusée sur ABC.

Alice Vaughan (Mireille Enos) est détective privée, à la tête d'une agence dont la réputation est absolument irréprochable. Tout menace de s'écrouler quand elle réalise que son charmant fiancé (Brian Krause) n'est en fait qu'un escroc patenté. Refusant d'être humiliée publiquement, de perdre son amour-propre et son réseau relationnel, Alice remue ciel et terre pour le retrouver. Elle tombe des nues lorsqu'elle découvre qu'il fait partie d'un gang de cambrioleurs recherché par Interpol, mais accepte de faire équipe avec le FBI pour lui tendre un piège. Dans les faits, cela se complique, car la relation entre Alice et Ben est encore vénéneuse et le couple joue longtemps au chat et à la souris en brouillant les pistes. Les sentiments étant encore très forts, ni l'un ni l'autre ne se résout à duper son adversaire et cherche même à le tirer de mauvais pas, selon toute invraisemblance. THE CATCH n'est ni plus ni moins un thriller chic et glam, délassant mais assez convenu. 

 

Posté par clarabel76 à 19:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Il faut sauver John Lennon, de Mo Daviau

il faut sauver johnPropriétaire d'un bar underground à Chicago, Karl Bender a précieusement gardé son âme de rocker, tout en assumant de mener une vie tranquille et ordinaire. C'était vrai jusqu'à sa rencontre avec Wayne DeMint, la découverte d'un portail temporel dans un placard de son appartement et l'arrivée fracassante de Lena Geduldig, pour clairement certifier que son quotidien ne serait plus le même. « Un bar n'est pas une clinique psy mais, comme je n'avais jamais eu de chien à qui me confier quand j'étais petit, j'écoutais parler Wayne DeMint, ce gars du Midwest à l'allure saine, ingénieur en informatique, au sourire bienveillant et aux pourboires ô combien généreux. » En vrai, toute cette histoire de voyage dans le temps a débuté par hasard. Un dimanche, alors qu'il fouillait sa penderie à la recherche de ses rangers fétiches, Karl bascule les pieds en avant dans un trou, le ramenant trois mois plus tôt. Il capte rapidement qu'il détient là un précieux sésame dont il va tirer profit dans un but précis - revivre les concerts les plus mythiques, revoir des artistes disparus, s'inspirer du revival pour lancer un petit business, selon des conditions très strictes. Tout dérape quand Wayne choisit la date du 8 décembre 1980, à destination de Central Park, pour sauver John Lennon. En tapant les données, Karl se trompe et l'expédie en 980 ! Voilà son pote bloqué en plein no-man's land, sans moyen de retourner au présent. Sur ces entrefaites, débarque Lena Geduldig, une astrophysicienne potelée, teigneuse et futée, avec une moue à la Courtney Love, un tshirt des Melvins et des lunettes à la Buddy Holly. Séduit, Karl propose à cette petite nana de faire équipe pour extirper Wayne de son étrange destinée à laquelle il semble de plus en plus prendre goût. C'est donc riche de cette promesse d'une aventure insolite, en compagnie de personnages hautement barrés, que l'on parcourt ce roman aussi original que saugrenu. Le ton y est mordant, l'humour revêche, le propos éparpillé et improbable, faisant crânement l'impasse sur la moindre pertinence scientifique. De toute façon, on prend vite son parti de vivre une expérience qui échappe à tout contrôle, qui ne respecte aucune règle et qui bouscule nos attentes. En fait, le bouquin retrace davantage des parcours de vie, avec ses choix, ses regrets, ses loupés. Guérir son présent en soignant son passé, et blablabla. Je trouvais l'idée sympa, en plus d'avoir une énergie vivifiante, des références musicales aux petits oignons et une touche de nostalgie stimulante. Au final, le roman s'essouffle à mi-parcours et s'enlise dans un méli-mélo spatio-temporel (le schmilblick qui tue) qui rend la fin abstraite. Ne nous reste qu'une grande confusion et l'illusion d'un rendez-vous surprenant mais déroutant. 

Presses de la Cité, 2017 - Trad. Laurent Philibert-Caillat [Every Anxious Wave]

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le somnambule, de Sebastian Fitzek

Le somnambuleLeo découvre un matin son épouse Nathalie en train de plier bagage et lui annoncer sans ménagement qu'elle le quitte. L'homme est ahuri, mais effrayé en réalisant qu'elle a été récemment agressée. Refusant tout dialogue, Nathalie sort de l'appartement, sans un regard en arrière. Leo est tétanisé sur place, quand il comprend que ses crises de somnambulisme ont hélas repris. Il en a souffert durant toute son enfance, a suivi une thérapie auprès du docteur Volwarth et comprend aujourd'hui qu'il doit le recontacter pour se soigner. Leo, ensuite, s'enferme chez lui. À partir de là, il se met en tête d'explorer les moindres recoins de son habitat, de chercher les traces de ses errances nocturnes pour s'expliquer la défection de son épouse, laquelle semblait vraisemblablement protéger quelques facettes secrètes. Avec l'aide d'une caméra embarquée, il va filmer ses crises et plonger dans des abîmes d'une noirceur et d'une violence sidérantes.

Il revient alors au lecteur de bien s'accrocher pour suivre le mouvement ! Car l'histoire est particulièrement tortueuse et nous conduit dans un insupportable dédale d'informations, de révélations et de retentissements. À force d'en subir les répercussions, j'ai ressenti un vif malaise. Et plus j'avançais dans l'histoire, plus je me sentais dans un état cotonneux, usée par la tension psychologique et par le flou artistique trop poussé. Le contexte du huis clos accentue également cette impression. On ne sait plus ce qui est réel, imaginaire, subconscient ou rêvé. C'est certes volontaire, mais disons qu'avec 300 pages de lecture - soit 7 heures approximativement en livre audio - j'ai bizarrement éprouvé les limites de la saturation. Le rythme est dense, les événements s'enchevêtrant sans cesse pour troubler les perceptions, seulement ce schéma a fini par me lasser. En gros, je n'ai pas aimé errer à l'aveugle, perdue dans le brouillard, avec toutes mes convictions constamment remises à plat. Je n'en pouvais plus. Exception faite pour Thérapie, j'ai souvent été de déconvenue en déconvenue avec les romans de S. Fitzek. Ce sont des lectures calibrées au millimètre près pour embarquer le public (suspense, rebondissements, tension, etc.), mais elles aiment également flirter avec des psychoses ou des personnages sur la corde raide dans un jeu tendu, stressant et souvent dérangeant. Un procédé harassant, pour ma part.

L'Archipel, 2017 - Trad. Céline Maurice [Der Nachtwandler]

>> On retrouve François Montagut pour Audible Studios dans le registre du personnage borderline. Son interprétation hystérique prête toujours à confusion, d'un côté elle renforce la sensation d'angoisse et rend le suspense palpable, d'un autre elle renvoie l'intrigue et les personnages dans des confins vertigineux et dérangeants. Une expérience inconfortable mais saisissante.

>> Disponible en téléchargement ICI.

Le somnambule | Livre audio

©2017 L'Archipel. Traduit de l'allemand par Céline Maurice (P)2017 Audible Studios