12/02/16

Mon imagier autour du monde, de Christelle Lardenois, Annelore Parot, Cécile Hudrisier & Pascale Hédelin

IMG_5800

Quel fabuleux imagier, dans lequel trois illustratrices de talent ont uni leurs efforts pour partager avec les jeunes lecteurs la diversité culturelle à travers le monde. Le résultat est magnifique ! On voyage à travers les pages, on se remplit les yeux de couleurs et de dessins tous plus ravissants les uns que les autres, et on s'abreuve d'informations aussi précieuses que concises, qui donneront aux enfants l'envie de voir plus loin.

Ainsi, au fil des chapitres, depuis l'Europe jusqu'en Afrique, en passant par l'Amérique du Sud, l'Inde, l'Indonésie et les Etats-Unis, c'est le festival des papilles (tapas, sushis, bortsch, blinis, litchis, canard laqué, naans, nasi goreng, chips de crevette, zlabias, couscous, tortillas, churros, beignets de poisson, jus de mangue, cupcakes & hamburger), mais aussi le défilé des objets traditionnels et des clichés emblématiques qui correspondent à un pays ou une région : le maneki-neko du Japon, les matriochkas russes, la troïka, le samovar et les boubliki, le panda roux de Chine, le tuk-tuk indien, le becak indonésien, le rhinocéros de Sumatra, et d'autres créatures à consonnance fantastique, le banteg et le rhinopithèque, le tamarin-lion doré, le xique-xique, la grenouille dendrobate, le pygargue à tête blanche & le grand géocoucou...

Autant de noms magiques, qui font immédiatement rêver, rien qu'à les prononcer à haute voix. N'hésitez pas à compléter la découverte en feuilletant les pages de ce bel imagier, aux aspirations débordantes de tendresse et de surprise.  

De la Martinière Jeunesse / Janvier 2016

IMG_5801   IMG_5802

IMG_5803   IMG_5804


Printemps, de David A. Carter

IMG_5772

Le maître du pop-up, David A. Carter, nous offre sa vision bucolique du printemps : un nénuphar en train d'éclore, un cerisier en fleur, une marguerite et un tournesol qui s'épanouissent, des abeilles qui bourdonnent et des oiseaux qui gazouillent, bref la nature se réveille pour saluer la nouvelle saison.

Le principe est assez fantastique et force l'admiration. Après, l'histoire est assez succincte et se présente comme un bestiaire attrayant, riche en détails parfois peu accessibles pour les plus jeunes (passez l'aigrette ou la rainette, pour découvrir une abeille maçonne et une abeille charpentière, puis plus loin un aster, un silène et un cornouiller, en n'oubliant pas le carouge, la sittelle, la piéride des jardins et la belle-dame).

Certains noms font rêver et sonnent doucement poétique à l'oreille, mais si je n'avais pas eu l'image sous les yeux, jamais je n'aurais deviné de quoi il était question (me sens soudainement aussi vide qu'une terre inculte !). ^-^

Cet ouvrage est idéalement destiné aux plus grands lecteurs, ou aux plus contemplatifs, amoureux de graphisme coloré, qui surgit de nulle-part, rien qu'en tournant les pages, et qui aiment aussi approfondir leurs connaissances en matière de faune et de flore, annonciateurs de renouveau, et du changement de saison.  

Gallimard Jeunesse / Février 2016

IMG_5773   IMG_5774

IMG_5775

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Hector et les Pétrifieurs de temps, de Danny Wallace

Hector et les Pétrifieurs de temps

Hector Obel a 10 ans et vit à Starkley, décrite comme étant la quatrième ville la plus ennuyeuse d'Angleterre, car il ne se passe jamais rien de palpitant. Jusqu'au jour où Hector, en train de se morfondre en classe, surprend son professeur et ses camarades figés sur place. Comme si le temps s'était arrêté net. Tout rentre finalement dans l'ordre au bout de quelques minutes. Le garçon n'a pas l'éternité devant lui, pour y réfléchir, que la situation se répète déjà, mais cette fois il a décidé de chronométrer la durée de la Pause. Sept minutes et sept secondes. Au lieu de se retourner le cerveau, Hector choisit de tirer profit de la situation et va s'amuser à parcourir la ville avec une Vespa flambant neuve, se venger de ses tortionnaires ou se rendre dans la boutique de bonbons pour faire des emplettes. La propriétaire, Mme Cou Cous, lui en a interdit l'accès sur un coup de tête. Hector a d'ailleurs remarqué que plusieurs adultes de Starkley se comportaient de façon très étrange, de plus en plus mauvaise et méchante. Est-ce que cela aurait un lien avec les Pauses ? Et puis, au bout de 100 pages, l'étau se resserre quand le garçon surprend des créatures affreuses, les Terribles, se faufiler dans la ville pour kidnapper ses habitants pétrifiés... L'heure est grave. L'histoire n'est plus à la rigolade. Hector doit agir, vite. Trouver des forces alliées (oui ! ... ça va arriver), sauver sa petite ville de cette invasion sournoise et se convaincre que son père disparu fait aussi partie du lot. 

Pour son intronisation dans la littérature jeunesse, Danny Wallace sort les grands moyens (univers déjanté, monstres terrifiants, péripéties à rebondissements, sur un ton sans cesse désopilant). Et c'est clair que le livre vise haut et fort. Au départ, l'histoire semble déjà écrite et préfigure les thèmes du genre : Hector est un gamin sensible, maltraité par des grosses brutes, et qui porte en lui le départ de son père comme un poids lourd insurmontable, sa mère bosse comme une dingue et son frère est devenu un ado renfrogné. Et puis, tout bascule vers une aventure délirante, fantastique et même de plus en plus sombre et inquiétante. Il faut le lire pour le croire. Les méchants ne font pas semblant, les enfants entrent en résistance et montent une association de Transpauseurs. On découvre alors une intrigue complètement loufoque, mais où règnent l'action, l'émotion et le danger. C'est efficace, raconté de façon hilarante et néanmoins détachée. Nul doute que cette dose d'énergie bouillonnante plaira aux plus jeunes (dès 9 ans pour les bons lecteurs, le livre fait 300 pages et est largement illustré). Jamie Littler a contribué par sa touche d'encre à une atmosphère décalée et fascinante. À tester, pour le fun et l'atmosphère frissonnante.

Gallimard Jeunesse / Février 2016 ♦

Traduit par Marie Leymarie (Hamish and the Worldstoppers) ♦ Illustrations de Jamie Littler

IMG_5811

IMG_5812

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11/02/16

Enquête au collège, de Jean-Philippe Arrou-Vignod

Sélection AUDIBLE

Partagez des moments de bonne humeur et de tendresse.
Des petits prix pour toute la famille vous attendent avec notre sélection Gallimard Jeunesse à 5,99 € !
Offre valable jusqu’au 7 mars 2016.

🍃🍂🍃🍂🍃🍂🍃🍂🍃🍂

J'ai donc relu le tome 2 de la série Enquête au collège avec Rémi, Mathilde et l'impossible P.P. Cul-Vert. Quel régal. 

Le matin d'une importante interro de sciences nat, la classe de Rémi se retrouve bizarrement devant la porte de la salle fermée à clef... mais au moment de l'ouvrir, c'est la stupeur générale : le corps de Monsieur Cornue, l'assistant du prof, gît sur le sol. La tension retombe aussitôt, car l'homme a juste pris un sale coup sur la tête et les élèves déplorent l'absence de crime. Cette agression ne peut cependant pas rester impunie. De plus, le directeur détient un témoignage crucial pour désigner le coupable - et c'est P.P. Cul-Vert qui s'avance, d'un pas solennel, pour pointer du doigt son soit-disant ami Rémi ! Menacé de conseil de discipline et de renvoi, le garçon doit à tout prix prouver son innocence, avec l'aide de sa bonne camarade Mathilde... et notre P.P. Cul-Vert tout contrit.

L'histoire est aussi pimpante, drôle et savoureuse à lire et écouter, de format court (seulement 2 heures), sur une interprétation convaincante et débordante d'enthousiasme. On prend un vrai plaisir à suivre les péripéties de nos trois amis dans cette intrigue pleine de suspense et de rebondissements. Et le personnage de P.P. Cul-Vert est franchement désopilant. C'est un garçon qui a toutes les caractéristiques de la parfaite tête à claques, et pourtant on ne lui en veut pas du tout tant il nous fait rire avec ses remarques suffisantes et toujours pleines d'exagération. C'est une série intelligente, écrite avec une verve délectable, à dévorer de toute urgence ! 

 

Enquête au collège

Enquête au collège de Jean-Philippe Arrou-Vignod

Lu par : Olivier Chauvel  (Durée : 2 h)

©1991 Éditions Gallimard Jeunesse (P)2004 Gallimard Jeunesse

>> Ce livre audio en version intégrale disponible sur Audible

Posté par clarabel76 à 14:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Boca Nueva, Tome 1 : Soufre, de Sylvain Almeida et Youness Benchaieb

Boca Nueva

À Boca Nueva, le jeune Ese va trouver du travail à coup sûr. Un petit emploi peinard, sans histoires. 
Ce n'est pas à lui qu'on confierait une enquête impossible et dangereuse aux côtés du flic le plus irascible de la ville.
Non, clairement pas...

La police de Boca Nueva est dans tous ses états, depuis l'incident dramatique sur le port, où lors d'un contrôle de routine, une explosion a coûté la vie du collègue de Riggs. Depuis, notre vieux briscard s'oublie dans l'alcool et les bagarres, tout juste s'intéresse-t-il à son nouveau partenaire, le très discret Ese, à peine débarqué de sa campagne et imaginant décrocher un boulot peinard aux archives, comme son cousin. Las, une rude affaire va entraîner ce duo atypique vers les arcanes douteuses des trafics mafieux et des magouilles politiques. Logés au premier rang, Riggs et Ese vont tremper dans des eaux troubles et avoir chaud aux fesses ! ;-)

Cette nouvelle série a été une totale surprise, ma foi agréable et décapante. On pénètre dans un univers original et bigarré, où se mixent des influences de tous horizons, qui vont du polar à la fantasy, en passant par les romans de cape et d’épée. Un chouette cocktail, assez curieux mais particulièrement goûteux une fois qu'on a avalé plusieurs gorgées. L'histoire ne manque effectivement pas de ressorts et nous embarque sur des sentiers savonneux où l'on s'y casse la nénette, et pas seulement par maladresse. Ça cogne dur et sec, ça envoie dans les roses et ça ne fait pas semblant de zigouiller. Cela se passe comme ça, à Boca Nueva, une cité corrompue jusqu'à l'os, sans aucune valeur morale à tenir en exemple. Et malgré cette présentation peu avenante, l'histoire est fabuleusement cocasse, notamment grâce au tandem infernal, dont les interactions sont explosives et les dialogues mordants. Le scénario tient la route, sans être révolutionnaire, son intrigue capte l'intérêt et cultive suspense et rebondissements à bonnes doses. Il a, de plus, trouvé un écrin de choix parmi des dessins au style moderne et extrêmement détaillé. Résultat, ce premier tome laisse présager une suite d'aventures amusantes et enlevées.

CASTERMAN / Janvier 2016

  

  

SOURCE : Casterman

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Atma, gardien des esprits, par Shuky & Gorobei

Tome 1 : À la recherche de Sara

Atma T1 Gardien des esprits

Attention, les amis, si la grisaille ambiante vous ronge le moral, tentez cette lecture absolument désopilante, et qui ne se prend pas au sérieux, vous êtes assurés d'une bonne séance de rires et gloussements qui font un bien fou.

Après avoir passé la journée à pêcher sur le rivage de son île paradisiaque, Atma rentre au village et découvre que tous les habitants ont disparu. Sa grand-mère est dans un piteux état et lui confie que sa sœur Sara a également été enlevée. Atma a à peine le temps de se remettre de ses émotions qu'il fonce dans sa barque pour courser les individus malfaisants. Aidée de deux amis, il décide de prendre d'assaut la prison des envahisseurs, des pirates connus sous le nom de zizigouilleurs, à la mine patibulaire, mais décidément trop stupides pour être dangereux. La suite de l'histoire le prouvera. Atma et ses potes se faufilent partout où ils veulent, à force de ruses et de faux-fuyants, ça ne fait pas du tout frissonner, juste glousser de bonheur. Car c'est franchement drôle et on se marre du début à la fin. L'histoire est entraînante, plongée dans un univers proche du jeu vidéo, aux couleurs acidulées et au graphisme tout en rondeurs, elle distille aussi un peu de tension (kidnapping, disparition, mort) sans être trop solennelle et introduit une donnée fantastique sur le don supposé d'Atma, qui voit des lumières, lesquelles seraient des âmes bienfaisantes censées le guider dans sa fonction de gardien. J'espère en apprendre davantage par la suite. Forcément, cette série à l'univers déjanté ne pouvait que se multiplier, et j'en suis fort aise. Pour l'heure, on ne s'ennuie pas un instant et on savoure les répliques des personnages, leurs mimiques et leurs expressions. Bon public, j'ai adoré et ricané plus d'une fois. Cette bande dessinée, destinée évidemment à un jeune public, a su largement me conquérir. ;-)

Makaka Editions / Janvier 2016

Afficher l'image d'origine

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/02/16

Le Charme discret de l'intestin, de Giulia Enders

LE CHARME DISCRET DE L'INTESTIN

Giulia Enders, jeune doctorante en médecine et passionnée de gastroentérologie, rend ici compte de la stupéfiante mécanique de notre système digestif de manière simple, claire et précise. Selon elle, des problèmes tels que le surpoids, la dépression, le diabète, les allergies s'expliqueraient par notre façon de considérer, voire parfois maltraiter, notre intestin, reconnu comme étant notre “deuxième cerveau”. Blablabla. Je ne vais pas entrer dans les détails, car Giulia Enders est plus douée pour étayer ses théories en une démonstration roborative, et néanmoins facétieuse, qui vulgarise la science et le médical. Même un élève de lycée, accro de SVT, se sent comme un poisson dans l'eau avec cette lecture ! Quid des autres, plus réfractaires au sujet ? Ils seront également surpris par la lisibilité du propos et auront le sentiment de tout capter, sans trop se creuser les méninges. Les allergies alimentaires, le lactose et le fructose, les nausées, les salmonelles, le cholestérol, les toilettes turques, les antibiotiques et les probiotiques, l'hystérie hygiéniste... bref, ils n'auront plus de secrets pour vous. ;-) La lecture peut ainsi se résumer à une histoire de rot, de prout et de caca, du manger bien et intelligent, des habitudes à adopter, à apprendre, à modifier, pour concrètement se dire « je défèque ce que je suis, je suis ce que j'avale, j'avale en bonne intelligence et fais du bien à mon corps, mon corps me le rend bien ». Ha, ha. C'est à picorer par petites bouchées, pour éviter la surchauffe et pour soulager toute tendance hypocondriaque. Un livre qui serait presque d'utilité publique. ;-)

Jessica Monceau, la lectrice, fournit une interprétation éclairante, agréable à l'écoute et qui participe également beaucoup à l'appréciation enthousiaste de cette découverte. Il n'est, certes, pas aussi évident de choisir un ouvrage documentaire en livre audio, contrairement à une œuvre de fiction, il faut ici se concentrer davantage, sans compter que les illustrations du bouquin, faites par Jill Enders, la sœur de l'auteur, manquent cruellement pour compléter les descriptions. Cela reste, cependant, une expérience instructive et enrichissante.

Audiolib / Janvier 2016 ♦ Texte lu par Jessica Monceau (durée : 8h 22)

Téléchargez l'extrait (mp3, 2 Mo)

Traduit de l'allemand (Darm mit Charme) par Isabelle Liber pour Actes Sud

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Vu, lu & écouté, mon (bref) avis

Pietra Viva

Pietra Viva, par Léonor de Récondo

Interprété par Lazare Herson Macarel

 Sixtrid / Juin 2015 ♦ Durée : 3h 54mn

RÉSUMÉ DU LIVRE AUDIO

Michelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d’Andrea, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à Carrare les marbres du tombeau que le pape Jules II lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociant, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre. Lors de ses soirées solitaires à l’auberge, avec pour seule compagnie le petit livre de Pétrarque que lui a offert Lorenzo de Medici et la bible d’Andrea, il ne cesse d’interroger le mystère de la mort du moine, tout à son désir impétueux de capturer dans la pierre sa beauté terrestre. Au fil des jours, le sculpteur arrogant et tourmenté, que rien ne doit détourner de son œuvre, se laisse pourtant approcher : par ses compagnons les carriers, par la folie douce de Cavallino, mais aussi par Michele, un enfant de six ans dont la mère vient de mourir. La naïveté et l’affection du petit garçon feront resurgir les souvenirs les plus enfouis de Michelangelo. Parce qu’enfin il s’abandonne à ses émotions, son séjour à Carrare, au cœur d’une nature exubérante, va marquer une transformation profonde dans son œuvre. Il retrouvera désormais ceux qu’il a aimés dans la matière vive du marbre.

MON (BREF) AVIS

Poétique et bouleversant, ce roman, à l'écriture trop maniérée, ne m'a pas du tout séduite. L'œuvre, de courte durée, paraît cependant bien longue et l'histoire a fini par me lasser. Je n'ai pas réussi à embarquer à bord, malgré une lecture convaincante de Lazare Herson Macarel.

🌀🌀🌀🌀🌀🌀🌀

L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir

L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir, par Rosa Montero

Interprété par Hélène Lausseur

Sixtrid / Octobre 2015 ♦ Durée : 5h 14mn 

RÉSUMÉ DU LIVRE AUDIO

Chargée d’écrire une préface pour l’extraordinaire journal que Marie Curie a tenu après la mort de Pierre Curie, Rosa Montero s’est vue prise dans un tourbillon de mots. Au fil de son récit du parcours extraordinaire et largement méconnu de cette femme hors normes, elle construit un livre à mi-chemin entre les souvenirs personnels et la mémoire collective, entre l’analyse de notre époque et l’évocation intime. Elle nous parle du dépassement de la douleur, de la perte de l’homme aimé qu’elle vient elle-même de vivre, du deuil, de la reconstruction de soi, des relations entre les hommes et les femmes, de la splendeur du sexe, de la bonne mort et de la belle vie, de la science et de l’ignorance, de la force salvatrice de la littérature et de la sagesse de ceux qui apprennent à jouir de l’existence avec plénitude et légèreté. Vivant, libre, original, ce texte étonnant, plein de souvenirs, d’anecdotes et d’amitiés nous plonge dans le plaisir primaire qu’apporte une bonne histoire. Un récit sincère, émouvant, captivant dès ses premières pages. Le lecteur sent, comme toujours avec la vraie littérature, qu’il a été écrit pour lui. 

MON (BREF) AVIS 

C'est à la base un bel hommage à Marie Curie, qui finit en digression pour dévoiler le témoignage sincère et émouvant d'une femme endeuillée. Intime et très personnel, au risque de paraître un tantinet verbeux et trop affecté, ce texte ne m'a pas totalement touchée, même s'il est interprété avec beaucoup de talent et de pudeur par Hélène Lausseur.

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09/02/16

Parce que c'était nous, de Mhairi McFarlane

Parce que c'était nous

Pour avoir été lu peu après Demain est un autre jour (sympa, mais agaçant), le roman de Mhairi McFarlane a été une bouffée de fraîcheur et une très agréable surprise ! On suit à nouveau l'histoire d'une jeune femme de trente ans, Rachel Woodford, qui vient de rompre avec son fiancé, qu'elle fréquentait depuis treize ans, et qui retombe sur son meilleur ami de fac, Ben Morgan, dont elle n'avait plus de nouvelles alors qu'ils formaient un couple inséparable.

Et aussitôt ça fait tilt, leur relation amicale scintille à nouveau, tenant compte des nouvelles configurations (lui est marié à une avocate brillante, belle et richissime, il vient d'emménager à Manchester et cherche à renouer avec ses anciens contacts). De son côté, Rachel est journaliste (section judiciaire) et pensait son avenir tout tracé jusqu'à ce qu'elle décide de faire un grand ménage. L'heure est aussi aux souvenirs, qu'elle ressasse sans amertume. Car entre Ben et elle, l'histoire n'a pas de nom. C'est avant tout une amitié fusionnelle, sans ambiguité apparente, et puis... l'histoire va nous en apprendre davantage, au fil des chapitres, en alternant présent et passé, pour faire revivre cette formidable alchimie, les sentiments cachés, les frôlements, les malentendus... jusqu'à l'inéluctable question : comment et pourquoi ont-ils coupé les ponts ?

C'est ce qu'on va découvrir au terme d'un chassé-croisé passionnant et vibrant d'émotion. Mine de rien, j'ai dévoré cette histoire, qui se laisse lire avec plaisir et ravissement. On craque pour les personnages, pour l'humour et pour l'histoire aussi, qui n'est pas du tout comparable au roman de David Nicholls, Un jour, que j'avais trouvé trop déprimant. Cette fois, le ton est léger, drôle et primesautier, avec un bon sens de la dérision, qui fait souvent sourire. Rachel est entourée d'une bande de potes très attachants et collectionne les hauts et les bas d'une vie banale (compétition déloyale au boulot, déconvenues amoureuses etc.). C'est simple, mais super agréable à partager. J'ai vécu cette lecture avec le sentiment d'en faire partie et d'être triste d'en sortir. Suis complètement fan de l'auteur ! ;-)

>> Ce livre audio en version intégrale vous est proposé en exclusivité par Audible 

- uniquement disponible en téléchargement.

 Parce que c'était nous | Livre audio

©2013 Milady. Traduit de l'anglais par Odile Carton (P)2019 e-Dantès

08/02/16

Demain est un autre jour, de Lori Nelson Spielman

Demain est un autre jour

À la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu’elle va hériter de l’empire de cosmétique familial. Mais, à sa grande surprise, elle ne reçoit qu’un vieux papier jauni et chiffonné : la liste des choses qu’elle voulait vivre, lorsqu’elle avait 14 ans. Pour toucher sa part d’héritage, elle aura un an pour réaliser tous les objectifs de cette life list ...

J'avais très, très envie de découvrir ce livre depuis un bon moment, pressentant une lecture agréable et de détente. Souvent envisagé pendant mes vacances, sans cesse remballé dans mes valises sans avoir eu le temps de l'ouvrir, ce roman a donc énormément végété en ma compagnie. Lui et moi avons sacrément fait un bout de chemin ensemble ! J'anticipais déjà la rencontre, bim bam boum, et j'étais certaine de tenir là un coup de cœur. Et puis, non. Avouons-le de suite. Cette lecture n'a pas été une déception mais m'a laissé une sensation tiède. Je vous le jure, monsieur le juge, c'est la faute, la très grande faute du personnage central : Brett Bohlinger. Âgée de 34 ans, cadette d'une fratrie propre sur elle, amoureuse d'un avocat mégalo, puisant dans ses dernières ressources pour s'intéresser à l'art du business, plus dans l'idée de reprendre le flambeau familial, elle qui se sentait très proche de sa maman, veillant sur elle dans son combat, jusqu'au bout, se sent légitimement abandonnée et malheureuse au moment de sa mort, avant d'éprouver cette sensation - terrible - de trahison. C'est concrètement le portrait qu'on tente de tirer, au mieux. Car ce qu'on découvre ensuite ressemble à une détestable princesse, déchue de ses droits, confrontée à une réalité douce-amère, dans laquelle elle chouine beaucoup, se plaint superficiellement et tombe amoureuse toutes les trente secondes. Ouhlala. C'est peu de dire que j'ai été exaspérée par ses caprices... Mais il en va ainsi, sur presque 10 heures d'écoute fluide et entraînante, avec une histoire au déroulement étonnamment plein de vivacité et de gaieté. Brett va en effet relativiser sa situation, en fonction de ses nouvelles rencontres et de ses expériences. Eh oui, c'était aussi le but de la liste : apprendre à grandir et tenter de construire quelque chose pour faire de sa vie une réussite. Je n'ai pas trop compris pourquoi sa mère n'avait jamais pris le temps de lui dire entre quatre yeux qu'elle se fourvoyait jusqu'à présent, préférant le lui suggérer post-mortem en l'appâtant avec le pactole. Je chipote, je chipote, car ce roman n'est pas exempt de détails incongrus et d'éléments invraisemblables, sur lesquels on ferme volontiers les yeux, comme de coutume. Et même si Brett Bohlinger est, dans son genre, à claquer, son parcours, avec ses déboires et ses bonnes surprises, reste une façon consolante de se changer les idées. C'est mimi à souhait, en plus de véhiculer un message positif et inspirant. 

Ingrid Donnadieu, la lectrice, interprète cette princesse des temps modernes avec fraîcheur et entrain, pour une exécution très agréable à écouter, en plus de réveiller le souvenir du personnage de Lady Mary dans Downton Abbey, puisque la comédienne est aussi la voix française de Michelle Dockery. ;-)

Audiolib / Janvier 2016 ♦ Texte lu par Ingrid Donnadieu (durée : 10h 56)

Téléchargez l'extrait (mp3, 3 Mo)

Traduit par Laura Derajinski (The Life List) pour les éditions Le Cherche Midi

Pocket, Édition Collector / Novembre 2015