01/10/17

Pêle-Mêle : Les Quiquoi et l'étrange attaque du coup de soleil géant - Escargots à gogo - Une petite voix

Les Quiquoi et l'étrange attaque du coup de soleil géant

Olive et ses joyeux compères sont assommés par la chaleur. La faute au soleil énorme dessiné par notre artiste. Résultat, tous se plaignent de porter une robe, une casquette à oreilles, un parasol ou de la crème solaire. ILS N'EN PEUVENT PLUS. Olive se met alors à dessiner un ventilateur... oups, un peu trop puissant. Raoul a voldingué vers l'inconnu et ses amis doivent traverser une forêt de cactus pour le retrouver. Mais chaque défi trouve sa solution dans une pirouette dessinée astucieusement, ou pas. Les rebondissements s'enchaînent et donnent ainsi à lire une fabuleuse aventure de nos Quiquoi préférés. C'est drôle, inattendu et complètement farfelu. Le trait d'humour d'Olivier Tallec et Laurent Rivelaygue se met ici au service de la prévention contre les méfaits du soleil (cf. le coup de soleil féroce et prêt à bondir sur nos jeunes amis). Une interprétation désopilante, qui tire des sourires et des larmes de bonheur aux lecteurs enchantés. Je suis FAN. ♥

Les Quiquoi et l'étrange attaque du coup de soleil géant, de Laurent Rivelaygue & Olivier Tallec

Actes Sud Junior - BD - 2017

 

------------------

escargots à gogo

En vacances chez son grand-père, Paula découvre les joies du jardinage en explorant “ses petites bêtes” - à quoi servent les taupes, comment distinguer l'abeille de la guêpe, pas besoin d'insecticides quand on a des coccinelles, et que dire des escargots... La fillette voue alors une passion peu commune pour les gastéropodes et ne se lasse pas de les observer - escargots des jardins, petits-gris, escargots de Bourgogne. Papi Alfred est intarissable, il sait tout, il connaît tout, et partage sa vaste culture à une petite-fille fascinée. C'est vrai que le sujet est captivant ! Contre toute attente, j'ai moi-même été piquée de curiosité pour cette histoire de bestioles peu ragoûtantes, mais dont je découvre l'univers avec étonnement. Les illustrations d'Audrey Calleja sont rafraîchissantes et participent à l'émerveillement suscité par cette lecture remarquable ! 

Escargots à gogo, de Sandrine Le Guen & Audrey Calleja

Actes Sud junior, 2017

 

------------------ 

 

Une petite voix

Solitaire et secret, Jérémy est un enfant qui semble vivre dans sa bulle, mais qui ne renvoie pas non plus une image très charismatique. Le garçon est incompris - “avec ses airs bizarres” - et est rejeté par ses camarades ou ses proches. En fait Jérémy vit dans un monde imaginaire, dont l'héroïne, April March, est anglaise, enfermée dans un pensionnat qu'elle cherche à fuir. Son personnage incarne tout ce que Jérémy n'est pas - audacieux, joyeux, intuitif - si bien que le môme tourne de plus en plus le dos au réel pour se complaire dans le fictif. Cherry on top, Jérémy rêve de rencontrer son April pour vivre de fabuleuses aventures à ses côtés. En attendant, sa famille tourne autour de lui en cherchant la brèche dans la carapace. Le garçon est visiblement hermétique à toute manifestation émotionnelle. C'est un bloc, un rempart. Après avoir exprimé son ras-le-bol, sa famille se rétracte et éprouve une sincère inquiétude à son sujet.

J'avoue avoir, moi aussi, ressenti une grande perplexité face à ce petit Jérémy, qui chamboule pas mal ma vision sur l'enfance et l'hypersensibilité. C'est d'ailleurs la grande force du livre - on vit et on partage ses doutes, ses peurs, ses rêves, ses espoirs, mais aussi ses éclairs de lucidité ou de désarroi. On s'imprègne de son mal-être et on ressent une grande tristesse. C'est assez déstabilisant d'avoir un môme de huit ans, conscient de sa différence et du regard qui se pose sur lui, sans pouvoir lui donner un coup de pouce. Quelle frustration, que d'impuissance à tourner les pages du roman... Mais c'est aussi une grande prouesse de l'auteur qui est parvenu à toucher au plus juste le lecteur en nous sensibilisant au “problème” des grands rêveurs. Imaginez, dans une société formatée, le rêve devenir une maladie ? Chair de poule assurée, brrr... 

Une petite voix, de Patrick Olivier Meyer

Actes Sud Junior, 2017

illustration : Sébastien Mourrain


La guerre de Catherine, de Julia Billet & Claire Fauvel

LA GUERRE DE CATHERINE

Pour avoir déjà lu le roman de Julia Billet, j'ai retrouvé avec plaisir son adaptation en format BD qui propose une interprétation vibrante et pleine d'empathie de l'histoire de Catherine, une adolescente juive en pleine tourmente, condamnée à fuir pour survivre, et qui use de son art pour raconter les heures sombres de notre pays. La lecture est foncièrement captivante. Séduite par les illustrations, où se mêlent subtilement l'émotion et la poésie, j'ai aimé revivre l'aventure de l'héroïne, riche en sensations, et qui rend aussi un formidable hommage à des héros du quotidien, des ombres à jamais anonymes, mais dont le courage et le dévouement ont sauvé bien des vies.

Comme d'autres enfants juifs, Rachel a été confiée par ses parents à la Maison de Sèvres, une école dirigée par Goëland et son mari Pingouin, aux méthodes pédagogiques révolutionnaires. Il règne dans ce cocon de verdure une ambiance légère et insouciante, mais suite à la rafle du Vel' d'Hiv, la directrice prend des mesures drastiques. Les réfugiés doivent changer d'identité et porter un nouveau nom - Rachel devient alors Catherine Colin - avant de partir en zone libre. Animée de sa passion pour la photographie, Catherine ne quitte plus son Rolleiflex et va figer chaque rencontre, chaque visage, au gré de son périple. La guerre selon Catherine s'égrène de rencontres aussi touchantes qu'inattendues, dans des campagnes isolées, chez des paysans aux abords rustres, dans un couvent catholique, auprès d'une institutrice frivole et éprise de cinéma, ou dans une cabane perdue au fond des bois... Le chemin de Catherine est long, exténuant et fatalement angoissant. Plus la guerre prend un tour féroce, plus le silence des absents devient pesant. Les liens se font et se défont, car l'exil n'en finit plus et la fin du cauchemar paraît si éloignée.

Il y a certes quelques fioritures romanesques dans ce parcours, mais l'essentiel a puisé son inspiration dans les souvenirs d'enfance de la mère de Julia Billet et dans les témoignages des anciens pensionnaires de la Maison des Enfants de Sèvres, rue Croix-Bosset. Une lecture remarquable, poignante et bouleversante, aussi bien en roman (l'école des loisirs, 2012) ou en bande dessinée. Une double réussite. 

Rue de Sèvres, 2017

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30/09/17

Bilan du mois : Septembre 2017 ♪♫•*¨*•...•*¨*•♫♪

Septembre et son interminable rentrée... mais l'automne s'est installé, enfin ! En tournant la page du calendrier, mon cœur a de nouveau fait boum. #inconsolable

tea is coming

J'ai recensé ce mois-ci une pleine moisson de lectures, dont les réminiscences de mes lectures d'été... 

 

🍊 Ma vie sens dessus dessous, de S.E Dunnant [#]

🍊 Robot sauvage, de Peter Brown [#]

🍊 It Girl 2, de Katy Birchall [#]

🍊 Les carnets de ma vie (presque) ordinaire, de Virginy L. Sam [#]

🍊 Voyage à Zorgamazoo, de Robert Paul Weston [#]

🍊 Apolline et le renard mauve, de Chris Riddell [#]

🍊 Les Jonquilles de Green Park, de Jérôme Attal [#]

🍊 Quand le destin d'emmêle, d'Anna Jansson [#]

🍊 Les lettres de Rose, de Clarisse Sabard [#]

🍊 En voiture, Simone ! d'Aurélie Valognes [#]

🍊 Maudit Karma, de David Safier [#]

🍊 Agatha Raisin enquête, T.4 [#]  T.5 [#] de M.C. Beaton

🍊 Poulets grillés, de Sophie Hénaff [#]

🍊 Leona, de Jenny Rogneby [#]

🍊 La Maison du péril, d'Agatha Christie [#]

 

« Moi non plus, je n'ai pas accepté la vie normale, je n'y ai jamais cru. Partout où j'ai vécu, je me suis déplacée avec mes bagages de livres, c'était un continent mouvant dont je suis l'unique carte (...). Les livres me sont comme des boîtes closes, aux étiquettes terriblement sibyllines et excitantes, et je suis quelqu'un de curieux, je veux savoir ce qu'ils renferment, je ne sais pas m'arrêter. (...) J'arpente la littérature comme un champ dans lequel mes pas laissent l'herbe ployée un instant derrière moi, juste le temps de voir le chemin parcouru, et l'immensité encore inconnue. »

Une activité respectable, de Julia Kerninon

La brune au rouergue, 2017

 

 

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Pêle-Mêle : Le pire livre pour apprendre le dessin - Emmett et Cambouy

LE PIRE LIVRE POUR APPRENDRE LE DESSIN

Aujourd'hui, c'est cours de dessin... avec un petit lapin plein de mauvaise volonté. Après tout, c'est sa mère qui l'a forcé à venir. Et puis, ce n'est pas drôle, il n'y a même pas de modèle. Alors quand on lui demande de dessiner une carotte, il fait un monstrueux gribouillis bleu... “trop nul”. En riposte, le prof lui montre comment dessiner un gentil petit lapin très mignon. Attention les yeux, c'est hyper drôle ! 

Antonin Louchard est le champion dans sa catégorie dès lors qu'il est question d'apprentissage (cf. Le Pire Livre pour apprendre le pot ou Le Livre qui fait le plus peur du monde). De l'humour, du décalage, des dessins clairs et expressifs, de bonnes réparties... C'est simple et efficace. Et on se marre, pardi. 

On pardonne tout à son petit lapin boudeur, qui répond tout le temps de mauvaise grâce et qui chipote pour un rien. Comme un enfant en pleine crise, qui cherche à exister ou qui peaufine son esprit de contradiction. Divin !

Le pire livre pour apprendre le dessin, d'Antonin Louchard

Seuil jeunesse, 2017

-----------------------

 

Emmett et Cambouy

Il y a un petit goût de Poka et Mine, série de Kitty Crowther, dans cet album de Karen Hottois et Delphine Renon. Et c'est tout aussi adorable. Emmett et Cambouy sont deux meilleurs amis, ils vivent côte à côte, dans des maisons voisines, et ont un rituel chaque matin, l'un prépare le petit-déjeuner à l'autre qui se réveille doucement. Ils passent ainsi toute la journée ensemble, à jouer aux cartes, cueillir des champignons, se recueillir au coin du feu, boire du chocolat chaud, se prélasser dans le hamac ou patauger dans le lac... Au gré des saisons, nos deux amis laissent couler leur routine en toute quiétude. 

Amoureux de la nature, des plaisirs simples et des instantanés de la vie, Emmett et Cambouy aiment aussi les surprises et offrir des cadeaux... Entre eux, jamais de bisbilles. Peu de fâcheries. Ou nos deux compères se rongent les sangs et n'ont pas assez “de jolis mots, des mots doux et serrés, des grands mots et des petits mots, des mots magiques et des mots sérieux” pour se réconcilier.

Un album empreint de sensibilité et de douceur pour évoquer magnifiquement l'amitié et les saisons. C'est très beau, tendrement poétique. Et l'ambiance graphique est merveilleuse (illustrations, couleurs...). Une lecture qui invite au rêve et à l'évasion. ☺

Emmett et Cambouy : printemps, été, automne, hiver

de Karen Hottois & Delphine Renon

-----------------------

 

emmet et cambouy 1

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29/09/17

Pêle-Mêle : June & Jo Le caprice qui parle / Émile rêve / Les mots d'Émile

June et Jo le caprice qui parle

June, une petite fille capricieuse ? Pensez donc. Ce n'est pas parce qu'elle presse son ami Jo tout en haut du phare, pas parce qu'elle a réclamé en pleurant une poupée qui parle, pas parce qu'elle regarde son père naviguer dans sa barque pour trouver son jouet etc., qu'on pourrait en déduire qu'elle fait des caprices. Si ? En tout cas, l'idée est proche. Et June, non vraiment, n'est pas cool à faire tourner son père en bourrique. Son copain Jo est particulièrement sceptique et va conduire la fillette à plus de raisonnement quant à son attitude... déraisonnable. 

Le caprice, c'est vouloir quelque chose fort, fort, fort... puis trouver que ce n'est finalement pas si important. Ah, ah. Quelle belle démonstration de la sagesse. Ce troisième titre de la série June & Jo est une précieuse pépite ! J'ai adoré. Déjà emballée par les illustrations ravissantes d'Amélie Graux, j'ai succombé à la tendresse et au trait d'humour du texte de Séverine Vidal. C'est une franche réussite. Il y a dans cet album des pages entières de poésie, de facétie, de réflexion philosophique... J'ai pris un plaisir fou à lire et relire cette histoire.

Le duo chic et choc de June & Jo s'étoffe, gagne en finesse et touche en plein cœur. Forcément, je suis FAN. ☺

JUNE & JO : LE CAPRICE QUI PARLE, de Séverine Vidal & Amélie Graux

GALLIMARD JEUNESSE - GIBOULÉES - 2017

----------------

 

Emile reveVoilà sans doute l'épisode le plus psychédélique de la série Émile ! Celui des rêves. Où le pouvoir de l'imagination est si dévorant qu'il avale goûlument notre jeune héros pour le propulser dans un voyage lointain, qui ne touche plus terre... Avouez, c'est génial !

Ce jour-là, pour Émile, se concentrer en classe est difficile car le garçon a déjà la tête ailleurs, en vacances. Sitôt l'école terminée, il doit prendre le train pour se rendre au lac. Et il se voit déjà, dans un express qui s'envole, avec une vache voulant l'attraper au lasso, et le pigeon rouge et vert qui ressemble à un perroquet, mais qui dit miaou...

Ça plane pour Émile, et c'est très drôle à lire ! 
Une série qu'on ne présente plus, car le succès est assuré. Ce petit gars est impayable. J'adore. ♥

ÉMILE RÊVE, de Vincent Cuvellier & Ronan Badel

Gallimard Jeunesse, Giboulées, 2017

----------------

 

Emile les mots

 

Et comme Émile ne fait rien comme tout le monde, voici un abécédaire improbable, mais qui correspond totalement à l'univers de notre jeune ami. On y retrouve sa fantaisie, son sens commun, sa logique implacable et son flegme sidérant. Ce petit bonhomme est redoutable.

“À sa façon et comme il est atrabilaire, il faut pas le chercher. 
Il fait ce qu'il veut avec les mots et qu'importe si à x il y a xargolaminaboubourgol... et ne lui dites pas que ça n'existe pas, Émile le dit tout le temps, alors ça existe !”

On sourit beaucoup à la lecture de cet inventaire façon Émile, où l'on apprend qu'il adore la biche, mais qu'il refuse de manger de la viande, sauf les steacks, il passe pour un môme incroyable, sa mère est une chèvre, il adore les croûtons et les lardons - il en mangerait à toutes les sauces - il sera directeur général quand il sera grand, il adore la nature et l'herbe, il se prend parfois pour une vache - mais ne le dites à personne - il préfère la mer, car la piscine, c'est rien que pour les bébés, il aime dire saucisson ou chaussette... Ne cherchez pas. Émile est un énergumène, comme dit sa maman.

Une lecture qui vaut le détour, rien que pour ses délires distillés comme si de rien n'était. Franchement top.

LES MOTS D'ÉMILE, de Vincent Cuvellier & Ronan Badel

GALLIMARD JEUNESSE GIBOULÉES, 2017

 


Benjamin et ses copines, de Vincent Cuvellier

Benjamin et ses copinesAprès Benjamin et ses copains, qui remettait au goût du jour trois titres du jeune héros éponyme (La Chauffeuse de bus ; Tu parles, Charles ! & Jean-Débile Monchon et moi), voici une nouvelle sélection des aventures de notre garçonnet, préalablement publiées entre 2003 et 2006. Place donc à : Vive la mariée, La nuit de mes neuf ans & Mon Père Noël. 

Vive la mariée, ou l'histoire féerique. Benjamin assiste au mariage de ses parents, en couple depuis de nos nombreuses années, et enfin décidé à sauter le cap de la bague au doigt et tout le tralala. Le garçon ne comprend pas ce soudain engouement, mais sa mère semble tellement tenir à sa robe meringue et à faire la fête avec les gens qu'elle aime. Mamie aussi affiche une mine nostalgique, heureusement qu'un vieux monsieur lui redonne le sourire, même si nul ne sait qui a invité cet individu ! 

Dans La nuit de mes neuf ans, Benjamin vient à peine de souffler les bougies de son gâteau d'anniversaire lorsque sa copine Anne débarque à l'improviste, le moral dans les chaussettes. Encore des histoires de grandes personnes, soupire Benjamin qui entraîne son amie dans sa chambre pour une nuit mémorable, entre gloussements, ronflements, chuchotements, larmes et chatouilles.

Dernier tour de piste avec Mon Père Noël. Comédien sans le sou, le papa de Benjamin peine à boucler ses fins de mois. D'ailleurs, en cette veille de Noël, il doit bosser toute la journée et fait promettre à son garçon de patienter sagement jusqu'à son retour. Mais le garçon a envie de bouger, pas envie de poisson pané, il préfère un gros sandwich bourré de frites avec un coca. Il erre ainsi dans les rues de la ville bourdonnante d'activités, avec des gens qui courent dans tous les sens, en quête du dernier cadeau. Benjamin suit le mouvement et arrive au centre commercial. Il croise alors une corbeille de bonbons, un Père Noël en pétard, une fée Clochette enjouée et de joyeux lutins. Voilà qui promet un réveillon enchanteur !

À travers ces trois histoires, ce sont aussi les instants de complicité qui sont mis à l'honneur. Ça et l'humour qui grouille à chaque coin de page, nous voilà parés pour bien rigoler. Benjamin est un jeune héros extra, attachant par son spontanéité et son regard sur le monde. C'est pétri d'innocence, malgré quelques gros mots fugaces, on se régale surtout du ton pétillant et enjoué de l'ensemble. Cette nouvelle édition permet ainsi aux nouveaux lecteurs de faire connaissance avec ce jeune Benjamin, dont les aventures ont été totalement relookées par les illustrations d'Aurélie Grand. Le résultat est charmant ! 

Rouergue Jeunesse, coll. dacOdac, 2017

EN LIBRAIRIE LE 4 OCTOBRE

Posté par clarabel76 à 17:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Pêle-Mêle BD Kids : Ocarina Marina - La Cantoche - Les trois cochons petits

Ocarina Marina Face de bulotEn tant que princesse des fonds marins, Marina doit passer une année chez les humains, à Aquatown. Sa famille adoptive, sous l'emprise d'un charme puissant, ignore tout de ses origines... Seul Sasha, son prétendu cousin, est complètement insensible à ses pouvoirs et redoute les futurs débordements de cette princesse qui découvre la vie terrestre avec trop d'enthousiasme et d'impatience. Résultat, de nombreuses bourdes sont à prévoir, comme la présentation en classe, la découverte du gâteau au chocolat, la première neige ou la fête d'Halloween... Une simple goutte d'eau, rien qu'une larme, et boum, notre princesse redevient sirène. Heureusement il y a son Ocarina magique pour envoûter les foules et effacer leur mémoire ! Son adaptation s'annonce compromise avec l'arrivée d'Olly, une étoile de mer, ennemie jurée de notre jeune altesse, mais elles vont finalement allier leur force pour contrer le nouveau projet immobilier du maire, lequel menace leur royaume sous l'océan.

Très, très chouette série ! L'histoire est débordante de pep's, de couleurs acidulées, de bonne humeur, de situations cocasses, d'humour, d'amitié, etc. En douze chapitres, la lecture nous transporte dans le fabuleux monde d'Aquatown avec son héroïne adorable. Marina et son pote Sasha ont une complicité attendrissante et partagent de folles aventures dans un esprit guilleret. Une série que je trouve enthousiasmante et originale. À conseiller dès 6 ans. 

OCARINA MARINA #1 Face de bulot ! de Mr Tan & Stan Silas

BD KIDS, 2017

 

----------------

 

La cantoche Les goûts et les couleursRetour à la Cantoche, après des vacances bien méritées... Se griller la carcasse comme une merguez au soleil, pêcher des vieilles canettes de coca, faire des kilomètres de randonnée en chantant à tue-tête, préserver la nature en ne jetant pas ses déchets à tout bout de champ, découvrir les joies de la vie à la ferme, avoir des envies de poulet grillé dès le lendemain matin, avaler des asperges et des épinards pour chasser les moustiques, avoir la nostalgie de la cantine... Hop, ça repart dans la joie et la bonne humeur. Se régaler des choux de Bruxelles, pester contre les fruits exotiques, devenir le roi de la galette, manger épicé, traverser la semaine bio, se venger du racket, rêver d'une pizza en avalant sa quiche aux poireaux... et conclure cette belle année sur un spectacle de légumes grandeur nature !

C'est toujours aussi réjouissant à lire, rien qu'une page pour croquer une anecdote du quotidien des écoliers, c'est rapide et efficace. On voit les pages défiler sous nos yeux ravis, avec un sourire qui ne quitte jamais notre visage ! Très chouettes illustrations et de l'humour à revendre. On adopte ! 

LA CANTOCHE #2 : Les goûts et les couleurs, de Nob

BD KIDS, 2017

 

----------------

 

 

Les trois cochons petits et les drôles de loups

Michel Van Zeveren signe avec facétie cette série, reprenant son thème fétiche des contes détournés, avec trois cochons petits, Igor, Nestor et Fédor, les héros de ces charmantes histoires.

Vivant dans une maison au cœur de la forêt des contes, ils comptent parmi leur voisinage une flopée de loups précédés de leur sinistre réputation. Imaginez donc... Pierre et le loup, Le Petit Chaperon Rouge, les Sept Chevreaux, le vrai grand méchant loup, etc. Nos trois bambins sont néanmoins rusés, ils connaissent leurs classiques, et donc ils courent plus vite que l'éclair pour rejoindre leur Mère-Grand ou jouent de la flûte magique pour entraîner un flippant escadron hors de leur chaumière. Ouf. Ils ne manquent pas d'imagination ni de ressources pour affronter chaque nouveau défi.

L'ambiance générale est tout de même bon enfant, car chaque histoire se conclut sur une pirouette qui prête à sourire !

 

 

Les Trois Cochons Petits Grenouilles, princes et princesses

Il en va ainsi dans chaque volume de cette série (qui compte déjà trois titres à ce jour). Le dernier né propose une revisite des contes sur les princes et les princesses, et ça glousse pas mal !

On connaît nos princesses, Peau d'Âne, la Belle au bois dormant, Blanche Neige, la princesse au petit pois, Poucette ou la Belle et la Bête... Mais imaginez tout ce joli monde dans une version alternative, où un baiser de Gribouille la grenouille réveille la princesse endormie de son triste sort, où Blanche Neige en personne se propose en baby-sitter, et où une petite princesse capricieuse réclame de la gadoue et de l'eau froide... Gare aux usurpations !

Cette série est truffée d'impostures, mais c'est pour la bonne cause. On prend plaisir à découvrir ces versions alternatives des célèbres contes, d'autant plus que cela ne manque pas d'humour ni de modernité. Tous ces clins d'œil amuseront beaucoup les jeunes lecteurs !

LES TROIS COCHONS PETITS #2 Et les drôles de loups / #3 Grenouilles, princes et princesses

MINI BD KIDS, 2017

 

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28/09/17

Strada Zambila, de Fanny Chartres

strada zambilaIlinca ne pardonne pas à ses parents d'être partis en France pour effectuer un remplacement dans un cabinet médical en Normandie. Sa sœur et elle sont restées à Bucarest, coincées dans leur petit appartement avec leurs grands-parents et leur ribambelle de chats. C'est par souci économique qu'ils ont pourtant fait ce choix, mais la fillette ne veut pas l'entendre. Son amitié avec Florin, un élève rom de sa classe, lui montre aussi qu'il y a toujours moyen de s'en sortir, quand la famille se serre les coudes. Ilinca a onze ans, elle est fâchée, elle boude les appels vidéos de sa mère, elle refuse de confier ses tourments et elle trouve le temps long. Les fêtes de Noël approchent, mais elles n'ont pas le même goût cette année. Quand sa mère leur rend une visite surprise, Ilinca se prête  à rêver d'un retour à la normale. Et puis... patatras.

Fanny Chartres a passé neuf ans à Bucarest, ce qui lui a inspiré l'écriture de Strada Zambila - un joli roman sur l'enfance qui souffre du manque. Manque des parents, manque d'argent, manque de tolérance, manque de communication. Bref. L'histoire fait un petit tour d'horizon et nous promène dans les ruelles d'un pays marqué par le communisme, où la pauvreté est encore le lot quotidien, mais jamais elle ne renvoie une image misérabiliste. On visite ainsi le marché aux fleurs, la place Saint-Georges, la rue Radu Calomfirescu, on se détend à la patinoire en buvant du chocolat chaud, on déguste des sarmale avec de la mamaliga. On profite au mieux du bonheur de vivre, et on savoure l'instant présent. Cela n'efface pas les clichés contre les “cueilleurs de fraises” (ceux qui partent à l'étranger pour un avenir meilleur) ou contre les roms (les tziganes, voleurs de poules, de cuivre, etc.). Après tout, « on ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux ». Et à Bucarest, “le clair côtoie l'obscur, mais c'est justement cette cohabitation du beau et du laid qui fait toute sa beauté”.

Un petit roman lumineux, tendre et bouleversant par ses révélations - où l'on se dit que mentir aux enfants a ses limites. Il y a une grande sincérité et de l'intelligence dans cette histoire, qui cherche à toucher au plus juste le jeune lecteur. Celui-ci se trouve face à une vie éloignée de la sienne, qu'il découvre autrement que par des idées reçues, et dont il appréciera, espérons-le, toutes les différences et les richesses culturelles. Aoleu !

Neuf de l'Ecole des Loisirs, 2017

Illustration de couverture : Iris de Moüy

Posté par clarabel76 à 13:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27/09/17

Les lettres de Rose, de Clarisse Sabard

Les lettres de RoseCe roman a été mon compagnon de voyage durant la première partie de cet été 2017. C'est sa lecture qui me régalait alors que j'étais empêtrée dans un tourbillon émotionnel, son histoire m'a alors transportée dans les méandres de son imagination pour décrocher du réel... C'était inespéré, et fabuleux. Pile ce dont j'avais besoin.
À la mort de sa grand-mère, Lola apprend qu'elle est l'héritière de sa grande maison dans le petit village d'Aubéry. Surprise, la jeune femme se rend sur place, ne concevant pas de changer de vie, mais à bien y réfléchir, son petit boulot de serveuse à Paris, ses rêves de librairie, son désert affectif... Ce ne serait finalement pas une mauvaise idée de prendre le temps de songer à l'avenir. De plus, la découverte des lettres écrites par Rose, sa grand-mère, la fait plonger dans un passé et des secrets de famille qui vont la captiver, puis l'émouvoir. C'est toute son histoire que Lola va redécouvrir, avec des révélations sur ses origines - la jeune femme a été adoptée - visant probablement à envisager son destin autrement.
Ce roman est donc enchanteur. Il nous raconte une captivante histoire de famille, par le biais d'un canevas habilement exécuté, avec des allées et venues entre passé et présent, un arbre généalogique se déployant petit à petit, et dont les souches vont se recouper en toute transparence. On gobe avec plaisir les rapprochements faciles et la vision fleur bleue de cette saga familiale. De toute manière, j'étais complètement sous le charme, amoureuse de l'ambiance, passionnée par le thème. Je me sentais parfaitement à l'aise, car cette lecture a eu sur moi un effet bulle fort opportun. J'ai beaucoup aimé.

Très jolie interprétation, pleine de fraîcheur, de Perrine Megret pour Audible Studios. Une écoute très appréciable, idéale pour la détente.


>> Ce livre audio est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

©2017 Leduc.s (P)2017 Audible Studios

Texte lu par Perrine Megret - Durée : 12 h 07  / Audible Studios

 

Format poche CHARLESTON EDITIONS (2017)

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

L'armoire des robes oubliées, Par Riikka Pulkkinen

L'armoire des robes oubliées

Apprenant que sa grand-mère Elsa est atteinte d'un cancer foudroyant, Anna court à son chevet pour y recueillir ses derniers souvenirs. C'est en trouvant une robe oubliée dans une armoire qu'elle va ainsi mettre à jour une vieille histoire de famille. En effet, des années plus tôt, son grand-père aurait entretenu une liaison avec la gouvernante de leur fille ! Outre le poids des révélations, il y a le choc d'apprendre que l'image idyllique de ses proches n'est qu'une leurre. Il y a aussi l'impact émotionnel face à ce passé qui n'en finit plus d'affleurer et qui continue d'éclabousser chaque membre de la famille. Trois femmes, trois générations, convoquent ainsi les fantômes d'hier pour composer ce récit d'une rare puissance passionnelle. Et pourtant, tout s'inscrit avec pudeur et délicatesse. Secrets et non-dits viennent révéler les failles du couple qu'on croyait immortel, ou tentent de colmater les plaies d'une relation mère-fille qui ne fonctionne plus. Finalement, dans ce roman, on assiste à une opération de survie qui touche toute une famille. On partage les douleurs, les frustrations, les blessures. Et en même temps, on ressent un débordement d'amour et de vie. C'est entier, c'est vibrant. Cela rejaillit sur nous, sans même s'y attendre. C'est bouleversant de sincérité, de tendresse et de fougue. Le style aussi est efficace, dans le genre poétique et évocateur. J'ignore pourquoi je m'attendais, au début, à une ambiance proche du roman de Katharina HagenaLe Goût des pépins de pomme, alors que cela n'a strictement rien à voir. Mais la rencontre a également été riche en promesses et belle à partager ! 

La lectrice, Nathalie Spitzer, est tout simplement extraordinaire. Sa douceur et son élégance rendent son interprétation poignante et authentique. C'est un mélange subtil de mesure et de grâce, un ton posé et néanmoins captivant. Voilà qui participe aussi au plaisir d'écoute ! 

 

>> Ce livre audio est proposé en exclusivité par Audible et est uniquement disponible en téléchargement.

©2010 / 2012 Riikka Pulkkinen and Otava Publishing Company Ltd / Éditions Albin Michel. Traduit du finnois par Claire Saint-Germain

Texte lu par Nathalie Spitzer. Durée : 10h36 (P)2017 Audible Studios

Également disponible en Livre de Poche (2013)

L'Armoire des robes oubliées Ldp

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,