19/05/16

L'Intelligence, de Jean-Charles Sarrazin

IMG_6584

L'histoire se passe en Orient, à l'époque où les animaux et les hommes parlaient la même langue, où la fourrure des tigres n'était pas encore rayée de noir et où les buffles avaient le nez aussi rond qu'une pastèque. 

Le jeune Tian est envoyé par son père pour récupérer le buffle en train de se baigner à la rivière, afin de le protéger du tigre qui rôde dans les parages, mais hélas le garçon arrive trop tard. Les deux animaux sont déjà en pleine conversation.

Le tigre se demande pourquoi le buffle préfère la compagnie des hommes à celle des animaux. C'est parce qu'ils possèdent l'intelligence. Qu'est-ce donc ? lui rétorque le prédateur. Et justement, le jeune Tian se présente à lui.

Il accepte de lui faire cadeau de l'intelligence, qui se trouve dans le coffre de son père, mais hésite à faire l'aller-retour en laissant le buffle entre les griffes du tigre. Ce dernier a beau promettre d'être sage, son sourire malicieux ne trompe personne. Il accepte néanmoins d'être attaché en attendant le retour du garçon.

Seulement voilà, c'est avec une tige de bambou, qu'il a ramassée dans l'âtre, que le jeune Tian revient. Ouloulou. Chaud devant. La ruse du garçon va-t-elle dépasser l'esprit machiavélique du tigre ? Combat de titans droit devant. ^-^

Toujours est-il que cette histoire cocasse explique comment la fourrure des tigres est depuis rayée de noir et le museau des buffles étrangement tout plat ! JC Sarrazin nous livre ainsi une anecdote savoureuse et pleine d'humour ! Une chouette lecture. 

L'Ecole des Loisirs / Mai 2016

IMG_6585   IMG_6586

IMG_6587   IMG_6588

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Pip et Prune : Au bord de la mer, par Axel Scheffler

IMG_6466

Pip et Prune vont passer la journée à la plage. Ils s'installent non loin de la mer et s'amusent à ramasser des coquillages ou à patauger dans l'eau fraîche. Après toutes ces activités, Prune décide de faire une petite sieste, tandis que Pip fait connaissance avec leur voisin de serviette, Zac.

Les garçons deviennent inséparables et font les 400 coups, au grand désarroi de Prune, qui se sent délaissée. Elle n'aime pas trop leurs nouveaux jeux. Mais tous trois se réconcilient autour d'une bonne glace. Et quand une mouette vient chiper celle de Zac, Prune est bonne joueuse et lui donne une pièce pour s'acheter un autre cornet.

Cette belle journée se conclut dans la joie et la bonne humeur, également autour d'un gigantesque château de sable, réalisé par trois paires de mains. Car le partage, en amitié, il n'y a que ça de vrai... ;-)

Un fabuleux album de saison, autour des vacances et des jeux en bord de mer... Axel Sheffler complète sa série de Pip & Prune avec un titre savoureux ! 

Gallimard Jeunesse, mai 2016

IMG_6467   IMG_6468

IMG_6469   IMG_6470

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Au bureau des objets trouvés, de Junko Shibuya

IMG_6166

Le métier de Monsieur le Chien consiste à ramasser tous les objets abandonnés sur la route, dans le parc, au bord de la rivière ou dans la forêt. Puis, direction le bureau des objets trouvés. Et la journée peut commencer. Vont ainsi défiler des animaux éplorés, une limace sans sa maison (tiens donc, un escargot !), un chat sans son écharpe moelleuse (allons donc, un lion !), un chevreau sans son pull beige tout doux (hihi, un mouton !), trois petites souris sans leurs manteaux (attention, trio de choc en devenir !), puis un ours blanc sans son cache-oreilles, ses lunettes, son gilet et ses bottes (youplaboum, un panda !), etc.

Le défilé va ainsi se poursuivre et proposer une succession de devinettes aussi plaisantes et surprenantes ! La lecture, elle, devient un jeu drôle, intelligent, subtil et attendrissant, car même la fin viendra mettre son grain de sel à cette histoire de métamorphose, où un animal peut en cacher un autre, rien qu'avec des accessoires ! Un album ludique, aux illustrations japonisantes, qui lui donnent du charme et une classe folle. 

Actes Sud Junior, avril 2016

IMG_6167   IMG_6168

IMG_6169   IMG_6170

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le Mensonge, de Catherine Grive & Frédérique Bertrand

IMG_6142

C'est l'histoire d'un mensonge qui apparaît sous la forme d'un disque rouge. Comme ça, sans prévenir. Le soir, au moment de se coucher, il est là. Et le lendemain matin, aussi. Il ne va plus quitter la fillette et va la suivre tout le temps, au point d'envahir son quotidien. Plus le temps passe, et plus le disque rouge ne cesse de grossir. Il va même commencer à se multiplier. Quelle angoisse. La fillette n'en peut plus et cherche une solution. Mais à ce stade, elle se sent piégée. Est-ce qu'après un mensonge les gens ne vous croient plus et ne vous aiment plus ? Comment dire la vérité maintenant ? Face à son désarroi, ses parents s'inquiètent et l'interrogent. C'est ainsi que, tout simplement, rien qu'une petite épingle et ... pouff ! la vérité enfin peut éclater.

Cet album raconte avec intelligence la spirale infernale dans laquelle s'enferme l'enfant après un mensonge. On ressent le poids de la culpabilité, le piège et la torture qu'il s'impose, un poids vraisemblablement exacerbé par son imaginaire, alors qu'il suffit d'un rien pour lâcher la pression. Beaucoup de sensibilité et de poésie dans le propos, avec pour s'aider des illustrations qui ne sont pas sans rappeler l'univers de la regrettée Claire Franek. 

éditions du Rouergue, avril 2016

IMG_6143   IMG_6144

IMG_6145   IMG_6146

Posté par clarabel76 à 18:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Tant qu'on rêve encore, de Chris Killen

TANT QU’ON RÊVE ENCORE

Automne 2004. Lauren plaque son copain Paul et file sur un coup de tête au Canada. De cette rupture, le garçon en a conservé une profonde amertume et a publié un roman au succès d'estime. Dix ans plus tard, Paul enseigne un atelier d'écriture à l'université, vit avec Carole et flirte en ligne avec une étudiante. Il n'a pas rebondi après avoir cueilli les lauriers en librairie et souffre vulgairement du syndrome de la page blanche. Rien ne va plus dans sa vie. Il sent une grosseur dans sa bouche et s'imagine être à l'article de la mort. Il ment à sa compagne et hésite à la quitter mais accepte de lui faire un enfant. Le goujat dans toute sa splendeur. De son côté, Lauren est rentrée au pays et tente de faire carrière sans grande motivation. Elle n'a jamais revu Paul mais songe souvent à son ami Ian dont elle avait reçu quelques nouvelles lors de son escapade canadienne, avant qu'il ne s'évapore dans la nature sans la moindre explication. En fait, Ian est également au creux de la vague, obligé de partager l'appartement de sa sœur, sans un sou en poche. Il n'a aucune ambition, après avoir longtemps espéré percer dans la musique, et vivote dans un centre d'appel où il doit arnaquer, non sans scrupule, des petits vieux. Au vu de cette délicieuse couverture - clin d'œil à une scène particulièrement cocasse - j'avais naïvement l'espoir que l'histoire s'élève au rang de comédie sarcastique (façon David Nicholls ou Danny Wallace) et se charge de secouer ses protagonistes neurasthéniques pour les emmener dans une aventure plus transcendante. Au lieu de ça, elle se contente de nous servir trois portraits de trentenaires désabusés sans susciter la moindre émotion ou éveiller une étincelle de désir. Bouh. Quelle désillusion. Si le début a réussi à me convaincre et m'encourager à poursuivre, j'ai trouvé la deuxième partie décadente, pour ne pas dire triste et déprimante, malgré une fin pleine de charme et de douceur, survenant hélas trop tardivement pour raviver la flamme. Ce roman a contrarié mes attentes et m'a raconté une histoire qui démontre que la vraie vie est plus forte que les rêves, ignorant ainsi que c'était une vision en totale inadéquation avec mes aspirations. Soupir.  

Fleuve éditions, avril 2016 - Traduit par Amélie de Maupeou (In Real Life)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


18/05/16

Mémé dans les orties, d'Aurélie Valognes

Mémé dans les orties

Précédé de sa réputation de serial killer, Ferdinand Brun ne s'est fait aucun ami dans son immeuble, et ça l'arrange plutôt bien. Seul son chien Daisy mérite toute son affection. Le reste, c'est peanuts. Ferdinand est un vieux monsieur aigri par la vie, les gens, la famille, les voisins, la concierge, son ex-femme, le facteur, etc. Il aime sa solitude, son cocon tranquille, ses émissions tv, sa petite routine. Qu'on ne vienne pas lui casser les pieds. Aussi, le jour où il retrouve le corps accidenté de son animal de compagnie, il choisit de se jeter sous un bus mais revient à lui sur un lit d'hôpital. Ferdinand est coriace, pourtant sa fille Marion, qui vit à Singapour, s'inquiète pour lui et envisage de l'envoyer en maison de retraite... sauf s'il lui prouve le contraire. Elle fait confiance à Mme Suarez, la concierge de l'immeuble, pour jeter un œil sur son intérieur et certifier que tout va bien. Han, han. Ces deux-là se livrent une guerre des nerfs depuis son installation dans l'appartement. Ferdinand le sait, il est fichu. C'est du moins sans compter sur l'aide providentielle de sa nouvelle petite voisine, Juliette, neuf ans, enfant précoce, et de Béatrice Claudel, une fringante mamie, ultra connectée, qui adore rendre service. Eh oui, on s'en doute, l'existence de Ferdinand va se métamorphoser et transfigurer notre homme. Ferdinand Brun va se bonifier, s'ouvrir à ses semblables et non plus considérer l'autre comme un intrus ou une entité négligeable. Cette lecture nous raconte donc l'histoire d'un miracle, avec simplicité, cocasserie et tendresse. J'ai beaucoup apprécié. Le personnage de Ferdinand est impayable, décrit exprès comme un type détestable, qui ne supporte rien et qu'on enquiquine sans raison, qui rend coup pour coup (ah, la tactique du gendarme !) et qui aime ça, réfléchir à des plans retors pour cultiver sa mauvaise réputation. Sacré Ferdinand. Impossible de ne pas craquer pour le bougre ! On passe ainsi un très agréable moment, sans prétention, juste pour se détendre. Personnellement j'ai trouvé à ce roman le même charme que dans les histoires de Barbara Constantine où la communion, l'harmonie, le partage et l'optimisme sont les maîtres mots. Ajoutez une pincée d'humour et des aventures rocambolesques, et vous obtenez du bonheur à l'état pur. Simple, mais efficace. ♥

Texte lu par Marie-Eve Dufresne pour Audible FR (durée : 4h 41)

>> Ce livre audio en version intégral  est proposé en exclusivité par Audible uniquement disponible en téléchargement.

©2015 Michel Lafon (P)2015 Audible FR

Mémé dans les orties | Livre audio

 

🍀🍀🍀🍀🍀🍀

En ce moment, 50 titres proposés à moitié prix pour grossir vos playlists

et préparer vos séances de lecture sur transat ou durant vos transports ! 

17/05/16

En poche ! # 54

En mai, fais ce qu'il te plaît ! En avant pour des nouveautés qui fleurent bon les vacances, le farniente, l'évasion et le #feelgood ! De quoi bien charger ses valises... ^-^

         Le Premier jour du reste de ma vie

Le goût de la vie, par Anouska Knight [LU]

Ma vie commence demain, par Annie Lyons

Une semaine légèrement agitée, par Chrissie Manby

Le premier jour du reste de ma vie, par Virginie Grimaldi [LU]

 

La Ville orpheline   Singapour Millionnaire      

La Ville orpheline, par Victoria Hislop [LU]

Singapour Millionaire, par Kevin Kwan  [LU]

La Bibliothèque des cœurs cabossés, par Katarina Bivald [LU]

Mes 100 Jours de bonheur, de Fausto Brizzi

 

         J'aurais préféré m'appeler Dupont

Maman a tort, par Michel Bussi [LU]

L'accro du shopping à Hollywood, par Sophie Kinsella

La cour des grandes, d'Adèle Bréau  [LU]

J'aurais préféré m'appeler Dupont, de Guillemette Le Vallon de la Minodière

 

Soleil brisé   Les Batailles d'Hastings      

Soleil brisé, de M.O Walsh

Les Batailles d'Hastings, d'Éric Havilland

Pique-nique à Hanging Rock, de Joan Lindsay  [LU]

Cher Monsieur Richard Gere, de Matthew Quick

 

         

Le cercle des femmes, par Sophie Brocas

Les fiancés de l'hiver, de Christelle Dabos  [LU]

Manderley For Ever, de Tatiana de Rosnay

Jardins de Papier, d'Evelyne Bloch-Dano [LU]

 

   L'Ombre de Gray mountain   La résurrection de Luther Grove - Barry Gornell - Folio policier   PRÊTE À TOUT - Joyce MAYNARD

Les Nuits de la Saint-Jean, par Viveca Sten

L'ombre de Gray Mountain, de John Grisham  [LU]

La résurrection de Luther Grove, de Barry Gornell [LU]

Prête à tout, de Joyce Maynard

 

Morwenna - Jo Walton - Folio SF   Prendre Lily   Pandemia   

Morwenna, de Jo Walton

Prendre Lily, de Marie Neuser

Pandemia, de Franck Thilliez  [LU]

Carnaval, de Ray Celestin

 

Dans la ville en feu  Alexis Vassilkov ou La Vie tumultueuse du fils de Maupassant   Rebecca (Nouvelle traduction)   LA FILLE AU REVOLVER - Amy STEWART

Dans la ville en feu, par Michael Connelly [LU]

Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant, de Bernard Prou  [LU]

Rebecca, de Daphné du Maurier [LU]

La Fille au revolver, d'Amy Stewart

 

 LES RÉPONSES - Elizabeth LITTLE   LE PUITS - Iván REPILA      Coffret Muchachas

Les réponses, d'Elizabeth Little [LU]

Le Puits, d'Ivàn Repila [LU]

13 jours, de Valentina Giambanco

Coffret MUCHACHAS (3 livres) de Katherine Pancol  [LU]

 

L’Amour en minuscules   Les Lumières d’Assam   Les Rumeurs du Nil de Sally Beauman

L'Amour en minuscules, de Francesc Miralles

Les Lumières d'Assam, de Janet McLeod Trotter

Les rumeurs du Nil, de Sally Beauman

 

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Le Cannibale de Crumlin Road, de Sam Millar

Le cannibale de Crumlin Rd

Pour sa deuxième enquête, après Les Chiens de Belfast, Karl Kane va de nouveau basculer dans l'immonde et l'horreur. Des jeunes filles disparaissent dans la nature, avant de refaire surface le corps martyrisé et atrocement mutilé. Bizarrement, la police ne mobilise pas ses troupes pour cesser ce massacre. Il faut dire aussi que les victimes sont pour la plupart de pauvres nanas défoncées, des junkies, des laissées-pour-compte, ce qui ne manquera pas de faire réagir notre détective, qui s'applique à dénoncer les exactions des forces de l'ordre. Il est d'autant plus en pétard qu'il a débusqué un début de piste concret mais constate que son alerte reste sans effet. Le principal suspect, Robert Hannah, appartient à la crème de la société, avec de nombreuses relations haut placées, et une immunité diplomatique. Karl Kane, lui, fonce dans le tas. Mais à pétarader de la sorte, l'homme s'attire les mauvaises grâces du dangereux psychopathe... Et là, bon sang de bois, quel flip ! Petite parenthèse sur l'extraordinaire interprétation de Lazare Herson-Macarel qui rend le personnage exécrable au possible, avec son ton mielleux et perfide, on enverrait valdinguer son iPod à travers la pièce tant on pousse des cris hystériques en tremblant d'effroi ! Chapeau. Donc, Kane devient à son tour l'obsession du Bob, qui va le toucher en plein cœur en ciblant la prunelle de ses yeux. Ohlala, mes aïeux, j'ai encore souffert avec cette lecture morbide et effroyable. J'avais déjà relevé combien c'était dur et glauque de plonger dans un livre de Sam Millar, et pourtant j'y retourne tête baissée, le cœur soulevé de dégoût et d'angoisse, mais j'y retourne. C'est terrible. J'ai davantage apprécié le personnage de Kane, moins centré sur sa petite personne, moins focalisé sur ses hémorroïdes, et qui se révèle amant fébrile, papa maladroit, fils déboussolé... Une figure en patchwork plutôt convaincante. De toute façon, cette série réserve bien des surprises, plus ou moins appréciables, entre le portrait attachant du privé cabossé par la vie, ses enquêtes conduites à l'ancienne, mais qui dérivent invariablement vers des sentiers chaotiques, avec le souci du détail sinistre. Un procédé discutable, qui suscite des sentiments contradictoires et inspire aussi un profond malaise. Je prends néanmoins déjà rendez-vous pour le prochain épisode (Un sale hiver) ! 

Interprété par Lazare Herson-Macarel, pour Sixtrid (mars 2016) - durée 7h 47

Traduit par Patrick Raynal (The Dark Place) pour les éditions du Seuil

Repris en poche chez Points (Policier, 2016)

 

14/05/16

Ces lieux sont Morts, de Patrick Graham

Ces lieux sont morts

Amateurs de sensations fortes, ne passez pas votre chemin et jetez-vous sur ce roman incroyable et stupéfiant ! Tout commence un soir d'hiver, à l'approche des fêtes de Noël, Rebecca Miller, la nouvelle compagne du docteur Eric Searl, un éminent spécialiste du coma profond, est en route pour le chalet familial avec ses trois enfants. Le voyage cumule néanmoins les déconvenues, entre les chamailleries des mômes, la course-poursuite d'un camion fou et une effroyable tempête de neige. Rebecca est à cran, seule au volant, en pleine campagne paumée, regrettant amèrement l'absence de son fiancé, bloqué par une urgence de dernière minute. Elle pense alors trouver un bref répit en faisant halte dans un restoroute, où elle prend en stop un jeune garçon bègue, qui rend visite à sa grand-mère. Seulement cet individu est un dangereux psychopathe, recherché par le FBI, coupable de massacres en série, avec une prédilection pour les familles et tout ce qui touche le docteur Searl (son parcours professionnel, ses expériences, sa plus jeune fille Kirsten). Autant avouer qu'à ce stade de ma lecture, quelques 100 pages avalées en une goulée, j'avais les nerfs à vif et le palpitant dans le rouge écarlate. Quelle tension, mais quelle tension ! Non contente de nous guider à un rythme démentiel, l'histoire nous embarque dans un délire hallucinant, dont les enjeux sont plus qu'inattendus, pour ne pas dire aberrants ! Clairement, cette lecture prend aux tripes. Elle nous bouscule, nous attrape dans ses filets, nous soumet à une pression constante. Puis nous absorbe, nous broie et nous recrache au terme d'une terrifiante machination... Un parcours, certes éreintant, mais purement et simplement captivant. C'était le premier roman que je lisais de l'auteur, Patrick Graham, et ce ne sera certainement pas le dernier, tant j'ai été bluffée par son sens du rythme et de la tension psychologique, d'une puissance machiavélique sidérante. Graham n'a rien à envier aux maîtres du thriller américains - ou disons qu'il leur a tout pompé avec efficacité et prodigiosité - et s'impose avec style dans ce créneau sous haute surveillance. ;-)

Fleuve Noir, 2014 - repris par Pocket, juin 2015

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13/05/16

En vrille, de Deon Meyer

En vrille

Après avoir vaillamment combattu ses vieux démons, Benny Griessel craque et replonge dans l’alcool, au grand dam de son collègue, Vaughn Cupido, à qui l'on vient de confier la responsabilité d'une nouvelle enquête criminelle. Ernst Richter, créateur d’un site qui fournit de faux alibis aux conjoints adultères, vient d'être assassiné, mais ce génie de l'informatique avait plus d'un tour dans son sac et multipliait les casquettes pour remettre à flot sa société aux comptes déficitaires. Tous les coups semblaient permis, aussi les forces spéciales ne s'étonneront plus de déterrer d'autres vérités cinglantes : activités illicites, lettres de menace et d'insulte. Les suspects ne vont pas manquer. Mais face à la séduisante Desiree Coetzee, la directrice opérationnelle d'Alibi.co.za, Vaughn perd également toute consistance. Il procède à une interpellation expéditive, se fourvoie avec panache et finit par remonter les bretelles d'un Benny désespérément inefficace en le contraignant à se soigner une bonne fois pour toute. Grosse prise de conscience pour notre Hawk à la carapace fêlée, mais grand pas en avant dans sa vie ! Ouf. En parallèle, on assiste aux rencontres entre un viticulteur et son avocate, auprès de laquelle il déploie l'arbre généalogique de sa famille. Pourquoi un tel déballage ? On le découvrira fort tard dans l'histoire, tout juste saisit-on que la police vient de débarquer sur ses terres pour procéder à une inculpation, mais qu'il entend préparer sa défense en bonne et due forme. Cette lecture m'aura finalement semblé moins palpitante, en comparaison du frénétique Kobra, dont le tempo avait été effréné et ensorcelant. C'est le risque avec les auteurs prolixes, à l'instar de Michael Connelly ou Harlan Coben, dont les parutions rapprochées sont souvent de qualité inégale mais continuent d'attirer les lecteurs dans leurs filets. Moi être chocolat. J'apprécie donc cette série sud-africaine où on y retrouve des personnages tenaces et imparfaits, un pays en butte à une ségrégation raciale et un taux de criminalité galopant. L'enquête est certes assez lente et pêche en révélations fracassantes, elle ne découle pas non plus sur un dénouement époustouflant, mais l'écoute reste agréable et entraînante, toujours sous l'égide du brillant Eric Herson-Macarel, dont la voix chaude illumine le texte et rend la lecture toujours classieuse et envoûtante.

Interprété par Eric Herson-Macarel, pour Sixtrid (avril 2016) - Durée : 11h 46

Traduit par Georges Lory (Icarus) pour les éditions du Seuil

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,