13/04/16

La Tour Eiffel à New York & se balade à Paris ! de Mymi Doinet & Mélanie Roubineau

IMG_6094

La tour Eiffel à New York ! s'éclate en grand format et est maintenant disponible sous forme d'album, après une première parution dans la collection des Premières lectures en mai 2015.

C'est l'occasion de retrouver notre héroïne fétiche en route pour une épopée new-yorkaise, à la rencontre de sa cousine la Statue de la Liberté, et de les suivre dans leur circuit touristique aussi farfelu que déjanté, pour le plaisir d'une lecture rigolote et stupéfiante.

Nathan / Octobre 2015

IMG_6096   IMG_6097   

Et l'aventure de se poursuivre à Paris, avec cette nouvelle lecture qui débute par une chasse au trésor que deux enfants peinent à concrétiser. Aussi, la Tour Eiffel se propose de les aider et va entraîner nos bambins dans les rues de la capitale, à la découverte des monuments parisiens, comme l'Arc de Triomphe, la pyramide du Louvre, la tour Montparnasse et même les bateaux-mouche. 

Cette découverte de Paris déborde de pep's, de fraîcheur, d'humour et de folie. C'est un régal pour les lecteurs, petits ou grands, et une nouvelle réussite pour le duo haut en couleur de Mymi Doinet & Mélanie Roubineau, à l'origine de cette série qui imagine une Tour Eiffel globe-trotteuse ! ;-)

À découvrir, pour tomber sous le charme de cette héroïne qui prend plaisir à gambader comme une gazelle ! ♥

IMG_6099

Nathan, Premières Lectures / Janvier 2016

IMG_6101   IMG_6102   IMG_6103

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Raspoutine se déguise, par Ella Charbon & Jean Leroy

IMG_5896

Calvitie la chauve-souris, Pipo la grenouille et Raspoutine le rat ont décidé de se déguiser pour le goûter, mais il ne reste plus qu'un costume de reine pour notre rattus qui se sent offensé. Allons donc. Le rôle de souveraine donne aussi l'occasion de mener son petit monde à la baguette. Pourquoi s'en priver ?

Mais Raspoutine prend rapidement goût à ses prérogatives et vire carrément despote, de quoi agacer ses amis qui entrent en rébellion ! Heureusement, un petit jus d'orange va sceller la paix retrouvée. 

Voilà une petite histoire simplement charmante et délicieuse, avec les illustrations d'Ella Charbon toujours aussi attachantes de finesse et de douceur. La lecture parle ensuite de codes et de genre, de moule à casser, d'idées vite reçues et de stéréotypes à renverser. Le message est glissé en toute discrétion, à grand renfort d'humour, et ça passe très, très bien. La fable est rigolote, débordante de fraîcheur et d'altruisme. 

L'Ecole des Loisirs / Avril 2016

IMG_5897   IMG_5898

IMG_5899   IMG_5900

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12/04/16

Paranoïa, de Melissa Bellevigne

Paranoïa

Judy vient d'être internée à l'institut St-Vincent, près de Paris. De composition fragile, la jeune fille enceinte met en danger sa grossesse en refusant de s'alimenter. Elle s'est enfermée dans sa bulle et repousse toute tentative d'approche par le personnel qui fait appel à Lisa Hernest, une psychiatre spécialisée dans les cas complexes. Celle-ci, à force de patience, parvient à rester à son chevet et calmer ses crises d'angoisse. Le résultat ne se fait pas attendre. Judy se sent en confiance et accepte de se livrer en lui racontant son incroyable histoire. Elle va notamment évoquer sa relation, troublante et fusionnelle, avec un certain Alwyn, qu'elle connaît depuis son enfance. Cet individu a aujourd'hui disparu de la circulation, ce qui plonge la jeune malade dans un profond désarroi. C'est pourtant avec lui qu'elle était partie en Angleterre, sur les traces des racines de sa famille, lancée sur un jeu de pistes plus ou moins obscur, avant de virer carrément glauque et effrayant. Elle en est d'ailleurs revenue complètement brisée et proche de la folie. Sensible à son témoignage, Lisa va sortir des clous et s'investir auprès de Judy comme rarement dans sa carrière, quitte à mettre en péril son propre couple, déjà coincé dans une impasse. Mais elle a la conviction d'avoir réussi à créer un lien avec sa patiente et continue à l'amadouer pour lui arracher ses dernières confidences, lesquelles, plus perturbantes les unes que les autres, viendront définitivement chambouler la lectrice délicate que je suis. ^-^

Quel singulier roman ! Lancé à la faveur d'une promo retentissante, il a atteint son objectif en titillant ma curiosité et en promettant des heures de lecture excitante. Je dois avouer qu'il démarre franchement très bien, il se lit vite et nous emporte dans un univers atypique et original dans lequel on prend plaisir à trouver ses marques. Il y a exprès un flou artistique pendant une bonne partie du roman, qui flirte entre le délire paranoïaque et le fantastique, un mélange un peu barge mais croustillant. Et puis, patatras, l'intrigue part en sucette et se disperse. Le changement de cap est assez brusque et guère plaisant. Le secret de Judy est dévoilé, mais provoque un sentiment de malaise. Le chassé-croisé avec les atermoiements de Lisa sonne creux et sans attrait. Et on finit de s'acheminer vers une issue assez vague et peu concluante. L'hécatombe. Ce premier roman est donc aussi maladroit et inabouti qu'un autre, qu'on soit une star du web ou pas, mais le style généreux et débordant d'enthousiasme de l'auteur donne matière à rebondir pour d'autres aventures. Je n'en doute pas. 

Hachette / Coll. Black Moon - Avril 2016

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Le Tabac Tresniek, de Robert Seethaler

Le tabac Tresniek CD

À la fin de l'été 1937, le jeune Franz Huchel a dix-sept ans et quitte ses montagnes, et les jupes de sa mère, pour venir travailler à Vienne avec Otto Tresniek, un buraliste unijambiste, qui tient haut et fort des discours libertaires dans un contexte politique particulièrement agité (montée du nationalisme, de l'antisémitisme, annonce imminente de l'Anschluss). Au Tabac Tresniek, les classes populaires et la bourgeoisie juive ont coutume de se fréquenter dans un joyeux tohu-bohu, d'où une effervescence stimulante pour notre jeune héros mal dégrossi. Franz ressemble à un Candide perpétuellement émerveillé par ses découvertes et ses rencontres. Celles-ci ne manquent d'ailleurs pas de prestige, car Franz va croiser à plusieurs reprises le professeur Sigmund Freud, dont la réputation n'est plus à faire, et va échanger avec lui son cas d'école : il est fou amoureux d'une inconnue, la voluptueuse Anezka, une artiste de cabaret qui occupe toutes ses pensées, mais ne sait pas comment l'approcher. Otto Tresniek aussi lui confiera quelques leçons de séduction de son cru, tout comme il lui enseignera la lecture des journaux et le monde des cigares. Cette insouciance générale ne sera hélas que passagère, vite rattrapée par la colère ambiante, celle qui gronde dans la rue et incite à la vilenie. Le temps de la fête n'est plus, les commerces sont vandalisés, les réfractaires sont rués de coups, les amis plient bagage et l'amertume s'installe.

Le roman parvient à raconter, avec une certaine virtuosité, cette ambiance sournoise et délétère de la ville de Vienne à la fin des années 30. Au début, l'histoire est en apparence guillerette et niaiseuse, à l'image de son héros, l'ingénu Franz, en plein apprentissage de la vie. C'est insidieusement qu'elle bascule dans une atmosphère plus sombre et poignante, nous confrontant à une réalité fielleuse et mordante. Ce volte-face, sans tambour ni trompette, est déstabilisant et peut inspirer autant d'inconfort et de malaise. Seulement, l'auteur reste toujours à la surface et ne creuse jamais son sujet. Son style elliptique relate des faits, des changements, la poussée de tension sur le même mode, sans force ni âpreté. Même l'émotion est contenue mais reste hélas sur l'estomac comme une lourde pâtée à ingurgiter. La lecture se termine donc en demi-teinte, malgré l'interprétation éloquente de Marc Henri Boisse.

Traduit par Élisabeth Landes (Der Trafikant) pour les éditions Sabine Wespieser

Lu par Marc Henri Boisse pour les éditions Sixtrid, Octobre 2015 - durée : 6h 28

Le tabac Tresniek

Disponible en format poche chez Folio (Février 2016)

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11/04/16

Jours parfaits, de Raphael Montes

Jours Parfaits

Téo est un garçon sans histoire, étudiant en médecine légale. Il vit seul avec sa mère, cloîtrée dans un fauteuil roulant, dans leur appartement dont il ne sort pas souvent. Sa rencontre avec Clarice va finalement tout chambouler. Celle-ci est ravissante et extravertie. Elle ne se doute pas qu'un simple échange de propos sibyllins va suffir pour lui inoculer une obsession mordante. Le type n'aura de cesse de la traquer, de suivre ses moindres faits et gestes, de masquer sa voix et passer des coups de fil. Un soir qu'il se rend benoîtement chez elle, il la trouve en train de plier bagage. Elle explique qu'elle part s'isoler dans un chalet en pleine forêt pour fignoler le scénario qu'elle est en train d'écrire, sauf que leur entrevue se passe mal et Téo assène un coup de livre sur la tête de Clarice qui s'effondre sur le tapis de sa chambre. Il ne réfléchit plus à ce qu'il fait, juste qu'il plie le corps en deux dans sa valise rose et l'emporte chez lui en attendant une meilleure solution. Kidnappée, Clarice se retrouve droguée, bâillonnée et menottée, en chemin pour sa résidence d'écrivain avec Téo en geôlier complètement cintré. 

Mais quel roman ! ... Pour moi qui suis une lectrice allergique aux psychopathes et à leurs agissements insensés et incontrôlables, ce roman a été source de stress permanent. Constamment sur la corde raide, l'intrigue raconte un amour fou et obsessionnel, qui vire aussi à la manipulation et à la vengeance. Un truc démentiel. Téo séquestre donc Clarice pour la garder pour lui tout seul et lui prouver qu'ils sont faits l'un pour l'autre. Le piège tient la route pendant une bonne partie du roman, on distingue sans problème le dominant du dominé, du moins le croit-on car tout va déraper et l'histoire prend un tour encore plus perturbant pour un dénouement inattendu. J'ai accusé le coup, non sans mal, parce que ce bouquin a fini par me mettre mal à l'aise, malgré un humour noir alléchant. 

 10 X 18 (Février 2016) ♦ Traduit par François Rosso (Dias Perfectos)

♠♠♠♠♠♠

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


L'Envol des anges, de Michael Connelly

Lenvol des anges

Harry Bosch et ses deux équipiers, Kizmin et Edgar, sont convoqués en pleine nuit sur une scène de crime survenu dans le célèbre funiculaire de L.A. où a été assassiné le célèbre avocat des droits civiques, Howard Elias, réputé pour ses procès fracassants contre la police. L'homme est une icône chez la communauté noire de la ville, aussi tous les services ont été réquisitionnés pour enquêter en priorité sur l'affaire, de crainte d'une nouvelle flambée de violence (comme les émeutes qui ont suivi l’affaire Rodney King ou le procès d’O. J. Simpson). Harry est contraint de bosser avec John Chastain, des enquêtes internes, avec lequel il a souvent eu maille à partir. Le meurtre d'Elias remet aussi sur le tapis l'assassinat d'une fillette, dont le principal suspect, accusé à tort, a porté plainte contre les bavures policières, avec coups et blessures. L'affaire Howard Elias devient donc un imbroglio administratif et judiciaire dans lequel il faut montrer patte blanche pour chaque initiative, chaque dossier à compulser, chaque témoin à rencontrer. Les services font officiellement front commun, même si Harry est la tête pensante de l'investigation, son caractère fort et indépendant risque de se sentir à l'étroit au sein de ce consensus. Et puis son horizon sentimental est à nouveau bouché, obscurci par une épouse mal dans sa peau, qui a cédé à ses vieux démons du jeu. C'est donc avec impuissance et frustration que notre homme voit sa douce lui filer sous le nez. 

Cet épisode est un bon cru de la série, d'abord pour ses touches d'humour (enfin!) et ses références au cinéma (Clint Eastwood, Créange de sang, Terry McCaleb). Puis, parce qu'on y découvre les rouages du système américain et le jugement est sans appel - l'auteur rend compte des dérapages et des violences pouvant survenir lors des interrogatoires musclés et fait état des arrangements pour servir au public un bouc-émissaire et calmer les esprits échauffés. Même le crime devient politique. Évidemment, Bosch se lèvera seul contre tous pour préserver son intégrité mais ne sortira pas indemne de son jusqu'au-boutisme. “C'était le cri des anges déchus qui plongent vers l'enfer. Il savait qu'il ne pourrait jamais se permettre de l'oublier.”

Le Livre de Poche (Policier) / Mai 2012 ♦ Traduit par Jean Esch (Angels Flight)

Lenvol des anges CL

Calmann-Lévy / Robert Pépin Présente

Posté par clarabel76 à 09:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08/04/16

En poche ! # 53

En Avril, il est permis de succomber à ses envies ! 

le secret du mari   La Mémoire des embruns   Les Intéressants

Le secret du mari, de Liane Moriarty [LU]

La Mémoire des embruns, de Karen Viggers

Les intéressants, de Meg Wolitzer

 

      

Comment devenir le père idéal ? (ou le Théorème de la cigogne) de Graeme Simsion

Dix minutes par jour, de Chiara Gamberale [LU]

Amusez-vous en pensant à moi, de Asa Hellberg

 

Dust - Sonja Delzongle - Folio policier      

Dust, de Sonja Delzongle

Le Maître des insectes, de Stuart Prebble

Étrange printemps aux Glénan, de Jean-Luc Bannalec

 

      

La mémoire sous la glace, de Dana Stabenow

Temps glaciaires, de Fred Vargars [LU]

La vallée du Renard, de Charlotte Link  [LU]

 

La Cour des secrets de Tana French   Daisy sisters de Henning Mankell   

La cour des secrets, de Tana French

Daisy Sisters, de Henning Mankell  [LU]

Une fille parfaite, de Mary Kubica  [LU]

 

Les Temps sauvages   Les fantômes d'Eden   Poulets grillés

Les Temps sauvages, de Ian Manook

Les fantômes d'Eden, de Patrick Bauwen

Poulets grillés, de Sophie Hénaff [LU]

 

      

Les enquêtes de Georges Hercule Bélisaire Beauregard, par Hervé Jubert

Magies secrètes / La nuit des égrégores / Le tournoi des ombres

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

# Concours du Premier Roman Jeunesse : Les Mystères de Larispem, de Lucie Pierrat-Pajot

Livre gagnant de la deuxième édition du Concours du Premier Roman Jeunesse
organisé par Gallimard Jeunesse, Télérama et RTL.

Couverture magnifiquement illustrée par Donatien Mary 

Les Mystères de Larispem

Larispem, 1899. 
Dans cette Cité-État indépendante où les bouchers constituent la caste forte d'un régime populiste, trois destins se croisent... Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l'apprentie louchébem et Nathanaël, l'orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l'ombre d'une société secrète vient planer sur la ville. Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution?

Maraudeuses, sabotages d'automates, livre indéchiffrable: au fil des ruelles de Paris se dessine un monde rétrofuturiste captivant. Un premier tome qui révèle le talent d'un nouvel auteur.

Chronique à venir très prochainement ! 

De force, de Karine Giebel

De Force

Une jeune fille échappe de justesse à une agression, sauvée in extremis par un individu en train de faire son jogging. **Dois-je préciser que cette scène d'entrée secoue sacrément le cocotier ?** Maud est encore profondément marquée par cette attaque, quand son père, Armand Reynier, un célèbre chirurgien, décide d'embaucher le bon samaritain comme garde du corps. Luc Garnier s'installe donc dans le petit studio de la propriété luxueuse et va se familiariser avec ses habitants qui vivent tous dans la terreur des représailles. Le père vient en effet de recevoir de nouvelles lettres d'intimidation et remarque des traces d'intrusion dans la maison. Le stress monte d'un cran et le flou se met en place. Luc constate rapidement que, derrière le confort et les richesses, règne une atmosphère lourde de secrets et de non-dits chez cette famille et leurs employés. Depuis la gouvernante au jardinier, en passant par la belle-mère et le couple limite incestueux du père et de la fille, il distingue peu à peu que tous ont des failles importantes à combler -  lui-même n'est pas non plus blanc comme neige et masque ses vulnérabilités sous des faux-semblants. C'est très, très troublant et cela nous embarque loin dans une intrigue alambiquée et tortueuse. On en vient à suspecter chaque personnage de l'histoire, au gré des révélations faites ou saisies au passage. Rien que pour ça, le suspense est tiré au cordeau. C'est sombre, poignant, inquiétant et captivant. L'ambiance à huis clos est également étouffante et ne cesse de chambouler nos perspectives, mais le contexte général est franchement pesant.

Après, s'il me fallait chipoter un tant soit peu, j'ai tout de même trouvé quelques incongruités dans l'histoire, ainsi qu'une psychose prépondérante et dérangeante, c'est aussi sans réelle surprise que j'ai vu venir la fin (poussive, à mon goût). Ceci étant dit, la lecture accomplit une formidable prouesse à nous happer sur toute la longueur, à nous mettre la tête à l'envers et à tenir en haleine ! L'auteur n'a pas lésiné sur les moyens pour créer une tension psychologique ciselée, parfaitement efficace, et produire un très bon roman de son cru.   

Belfond/ Mars 2016

>> Également disponible en livre audio, en exclusivité sur Audible, 
uniquement en téléchargement.

De force | Livre audio

Lu par : Isabelle Miller - Durée : 13 h 17 

 

Offre d'essai Audible : Premier mois gratuit

07/04/16

Ce que je peux te dire d'elles, d'Anne Icart

Ce que je peux te dire d'elles

C'est une histoire de femmes et de filles qui se raconte dans ce roman d'Anne Icart. Une histoire de sœurs, Angèle, Justine et Babé, qui grandissent auprès de leur grand-mère et qui vont apprendre à voler de leurs propres ailes en suivant leurs rêves et leurs espoirs fous. Angèle, qui souhaite devenir journaliste, fait la rencontre de Charles qui ne ménage pas ses efforts pour la séduire et la convaincre de faire un bout de chemin ensemble. Justine, indépendante et frondeuse, se lance dans la couture, apprend, fait des merveilles et va créer son propre atelier de mode. Babé, la plus jeune, la plus sensible, est aussi le maillon essentiel du trio, celle qui consolide le groupe et répare les petits bobos, prête une écoute attentive, cajole les moues boudeuses et sèche les larmes. Blanche, bientôt, se joindra à ce fabuleux essaim. Bébé de l'amour fou, mais rappel incessant de ce qui n'est plus. La fillette va grandir dans l'ombre d'une mère aux humeurs lunatiques, atteinte d'une grave dépression, qui la privera des petites attentions, des gestes affectifs et des témoignages de tendresse. Blanche, par précaution, se tiendra à distance de l'amour et suscitera à son tour un gouffre de frustration chez sa propre fille, Violette, laquelle quittera le nid très tôt, en colère et demandeuse d'explications. Et le roman de s'ouvrir sur un simple coup de fil, Violette a accouché d'un petit garçon. Blanche se rend, par le premier train, à son chevet et ressasse l'histoire du clan Balaguère sur près de cinquante ans.

Quel doux roman ! Il est à la fois généreux, simple, tendre, attendrissant, fort et poignant. Toute l'histoire est centrée sur un magnifique portrait de famille, dont la particularité est d'être essentiellement conjuguée au féminin. Et quelle énergie ! Que de luttes ! Les filles Balaguère ont aimé, ont donné, ont perdu. Elles ont mené chacune leurs propres combats, ont trébuché et se sont relevées. Leur complicité n'était jamais à l'abri de coups de griffes, les colères souvent explosant dans leur appartement rue d'Aubuisson à Toulouse, également suivies de rires et de larmes. C'est une vie colorée, bruyante, passionnée et passionnante. Et j'ai pris un plaisir fou à partager la chaleur et l'exubérance de ce cocon familial. On s'y sent à son aise, on y trouve sa place et on écoute avec grand intérêt les vies de chacune se raconter avec pudeur et sans tricherie. Cela a beaucoup de charme, en plus d'être attachant.

>> Également disponible en livre audio, en exclusivité sur Audible, uniquement en téléchargement.

Ce que je peux te dire d'elles | Livre audio

©2013 Robert Laffont (P)2015 Audible FR

Lu par : Benedicte Charton - Durée : 7 h 30

 

Posté par clarabel76 à 10:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,