06/03/20

La Fabrique de poupées, d'Elizabeth Macneal

La Fabrique de poupéesRoman beaucoup vu à droite et à gauche depuis cet automne. D'abord méfiante, j'ai finalement tenté l'expérience en format audio... et puis, la couverture est si jolie !

Question ambiance, on plonge dans un roman à la Dickens. On vivote dans les quartiers populaires de Londres, ça sent la crasse, la vinasse, la hargne, on pousse la porte d'un cabinet de curiosités ou celle d'un grand magasin, on croise des personnages aux parcours chaotiques... dont Albie, un garçon des rues qui vit de débrouilles (et refourgue des animaux morts à un taxidermiste), comptant aussi ses piécettes pour s'acheter de nouvelles dents, mais aussi Rose et Iris, deux sœurs embauchées dans un atelier pour dessiner des visages aux poupées, qu'un jeune peintre préraphaélite, en quête de sa muse, va croiser en chemin. Tout ça se déroule sur fond d'Exposition Universelle de 1850 qui s'apprête à ouvrir ses portes... Là encore, on entend les ouvriers s'échiner à l'ouvrage, les journalistes, les médisants, les ambitieux et les opportunistes soupirer autour du tout nouveau Crystal Palace. L'ambiance est vivante : authentique, palpable, unique. Clairement on vit, on respire, on sent l'effervescence de l'époque victorienne, celle qui n'épargne guère les pauvres, les laissés-pour-compte ou les écorchés.

Bref. Les chapitres défilent et l'histoire tisse sa toile entre les rencontres, les pièges, les quiproquos, les mensonges, les révélations etc. On gobe tout. L'atmosphère apparaît vénéneuse mais fascinante. Mine de rien, un individu se détache du lot, devient inquiétant, obsessionnel et dangereux. On devine que le roman va basculer encore plus loin et plus bas. On frissonne un peu. Par contre le dénouement... je ne sais pas. Sans quoi, la lecture a tenu la distance et fourni un bon voyage dans le temps. Pour les décors et l'inspiration, franchement, nous sommes servis ! C'est excellent. La trame romanesque est plus discutable car elle crée parfois un climat malsain et dérangeant (la relation entre Iris et Louis, par exemple, bof bof).

Place donc à un premier roman étonnant, à la fois lourd et excentrique, ambitieux et accessible, un bel hommage au pouvoir de l'art, de la création et à la passion. Enfin un peu de changement dans le paysage éditorial, oui ça fait du bien !

©2019 Titre original : "The Doll Factory" / Presses de la Cité pour la traduction française (P)2020 Lizzie

J'ai ressenti un bonheur immense à retrouver le comédien dont j'apprécie beaucoup le travail en tant que lecteur pour livres audio (c'est lui la voix des romans de Fred Vargas). Du plaisir sur toute la ligne... un ton grave, jamais exagéré, une intonation mesurée, pas de stéréotypes, une tension palpable qui ne faiblit jamais. Que dire ? Oui, c'est excellent !

#challengebritishmysteries chaperonné par @lou_myloubook et @hildelle 

 

Posté par clarabel76 à 16:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


03/02/20

L'ange de Marchmont Hall, de Lucinda Riley

L'ange de Marchmont Hall

Cette lecture nous embarque pour un voyage dans le temps en trois étapes, car ce sont tour à tour les histoires de Greta, sa fille Cheska et enfin Ava qui seront relatées sur presque trente années de folles et passionnantes épopées.
Enceinte au lendemain de la guerre, Greta est plaquée par son bel officier américain mais trouve refuge chez l'oncle de son ami David en attendant des jours meilleurs. Puis c'est sa fille Cheska dont on retrace les débuts turbulents. Désormais une star du cinéma, celle-ci a connu la gloire dès son plus jeune âge. Sa mère a régenté sa carrière d'une poigne de fer avant de tomber dans le coma. Sous ses dehors glamour, Cheska souffre aussi d'une grande instabilité émotionnelle. Vient enfin Ava, plus calme, plus placide. En grandissant dans un écrin préservé, elle ignore encore le poids de son héritage.
En marge de ces trois héroïnes flamboyantes, c'est aussi le destin de Marchmont Hall qui se dessine.Ce domaine romantique, situé au pays des Galles, est fatalement le théâtre de grands bonheurs et de drames indélébiles ! Le scénario classique.
Quand on se lance dans un roman de Lucinda Riley, on sait à quoi s'attendre : des femmes ravissantes et naïves, des passions contrariées et des destins bouleversés, ambiance fleur bleue et écriture mielleuse... Tout ça, en plein. L'overdose est même proche. La partie sur Cheska m'a d'ailleurs fait bisquer - personnage caractériel et enchaînement mélodramatique atteignant des sommets ridicules... au secours. C'est le pompon. La suite avec Ava apparaît presque trop lisse. Heureusement, Cheska opère un retour fracassant et met ainsi du piment à cette soupe trop fade ! Ah ah. Jamais contente !

Les romans de Lucinda Riley me laissent toujours perplexe : c'est super gnangnan, bourré de clichés, d'une providence convenue et abusée... pourtant, on gobe tout. Tellement c'est roublard et d'une efficacité redoutable. Bravo madame. Vous nous retournez le cerveau avec vos sourires enjôleurs, ce n'est pas bien. Comme cette déclaration de trop, à la dernière minute, pff. C'est presque écœurant et ça colle aux doigts, gare à vous. Sans quoi, foncez si ça ne vous fait pas peur !

©2017 Leduc.s (P)2017 Audible Studios

Rien à regretter de la performance audio : ce format offre une plongée distrayante et agréable, malgré les longues heures promises. La voix de la lectrice est également entraînante et conforme aux attentes. Vraiment rien à dire là dessus !

 

Posté par clarabel76 à 11:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

30/01/20

Allô, Major Tom ? de David M. Barnett

Allô Major TomRien de prédisposait un simple technicien en chimie à devenir le prochain astronaute pour une mission sur Mars. Le jour de la présentation à la presse, Thomas Major croise le candidat en question sauf que celui-ci s'écroule à ses pieds. Plouf, arrêt cardiaque. Thomas saisit sa chance et enfile la combinaison avant de sourire béatement aux photographes du pays. Comme dans la pub !
L'agence spatiale britannique est en ébullition. Qui est cet intrus ? comment endiguer l'engouement des médias ?
« La cité des étoiles, en Russie, veut connaître son expérience avant de démarrer l'entraînement. Est-ce qu'il a au moins quelques heures de vol à son actif ?
La responsable des embauches collaborateurs parcourt ses notes et dit : - Seulement sur Ryanair, pour être honnête.
Baumann se ragaillardit.
- Il a été pilote de ligne ?
- Non. Il est parti en vacances, une fois. Il a détesté, d'après nos informations. »
Trop tard pour reculer. La chargée de communication propose de façonner ce nouveau visage pour devenir l'idole d'une génération. Mais Thomas n'est pas très coopératif. S'il a choisi de tout plaquer sur Terre, c'est parce qu'il est grincheux, solitaire et amer. Son dernier coup de fil, pense-t-il, est réservé à son ex (Janet). À la place, c'est Gladys qui répond. 
Gladys Ormerod est une mamie qui élève seule ses deux petits-enfants, pendant que leur père est en prison. Elle perd aussi un peu la tête. Soucieuse de ne pas alerter les services sociaux, Ellie, l'adolescente de quinze ans, se démène car la situation est grave : mamie a été escroquée sur internet et a perdu tout l'argent du foyer, son frère James se fait harceler à l'école et souhaite participer à un concours pour scientifiques en herbe. Le coup de fil de Major Tom va donc tomber à pic pour cette famille aux abois !

En attendant, la lecture tourbillonne en émotions et en épopées farfelues. On suit avec bonheur Ellie et ses proches dans leur course désespérée pour ne pas boire le bouillon... à côté de ça, on découvre un homme dans l'espace qui fuit lui aussi ses fantômes et qui pensait n'avoir rien à perdre. Son voyage et sa rencontre avec les Ormerod lui font revoir sa copie au terme d'incroyables retournements de situation !
Scientifiquement, cette histoire est bien évidemment en toc - l'auteur s'en excuse - mais on s'en moque car on s'attache surtout à partager les hauts et les bas de ces personnages meurtris et en pleine dérive. Le roman est aussi un clin d'œil à David Bowie (la conférence de presse tombe le jour de son décès). La mission Mars s'essoufflait déjà avant même de décoller - douce ironie. Ground Control to Major Tom ! C'est le leitmotiv du roman : un roman drôle, tendre, attachant, optimiste et bienveillant. On le referme non sans émotion... There's a starman waiting in the sky ♪♫
https://youtu.be/tRcPA7Fzebw

JC Lattès (2018) - Traduit de l’anglais par Claire Breton

 

Posté par clarabel76 à 16:00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

04/01/20

Passé imparfait, de Julian Fellowes

Passé imparfait lizzieQuarante ans après leur dispute, le narrateur retrouve son vieil ami Damian Baxter rencontré à l'université de Cambridge. Ce jeune et beau roturier a depuis gravi les marches du succès en devenant un riche homme d'affaires. Mais c'est un homme seul et malade que le narrateur retrouve - condamné par la maladie, il aimerait retrouver son héritier pour lui léguer sa fortune et demande à son camarade de recontacter ses anciennes conquêtes.

Retour donc sur leur folle jeunesse, sur leur cercle d'amis privilégiés, sur les soirées mondaines et sur les codes de la gentry qu'on ne pouvait jamais effriter. Damian était un jeune homme courtisé, au charme ravageur, qui faisait trembler les têtes couronnées avec sa nonchalante insolence à se faufiler dans leur cercle. En renouant avec son passé, le narrateur aussi replonge dans une histoire de passions interdites et de grand amour secret - la fascinante Serena Gresham a bouleversé son cœur à jamais. Désormais écrivain en perte de vitesse, notre quinquagénaire fixe son horizon sentimental d'un calme plat en soupirant amèrement sur les nombreux actes manqués de son insouciante jeunesse.

Le roman offre ainsi un aperçu du changement sociétal de l'Angleterre des années 60 à nos jours, des mœurs et des modes des jeunes gens de la haute société, mais aussi des relations au sein des familles, des valeurs éculées, des rendez-vous loupés, des ambitions dévorantes et des traditions qui se fossilisent. Le constat est doux-amer, chacun ayant un peu amorcé les lendemains de fête avec la gueule de bois, et cela se ressent à la lecture, parfois longue et édifiante. Le narrateur aussi se pose en donneur de leçons mais n'inspire guère la sympathie... j'étais loin d'applaudir ses exploits. Tout ce joli monde apparaît finalement mesquin et narcissique. Mais je me moquais bien de leurs déboires, par contre j'étais curieuse de connaître leurs histoires, de comprendre les événements survenus lors des vacances au Portugal, d'expliquer la brouille entre les deux hommes, de deviner qui est la mère de l'enfant etc.

Bref. C'est un gros roman pompeux, pétri d'un charme suranné, avec des mystères qui exhalent un parfum de scandale et au leitmotiv farouchement aguicheur. Cela a suffi pour m'intriguer et j'ai signé pour 650 pages / 16 heures d'écoute auprès d'un Philippe Résimont qui incarne le narrateur accablé et dépassé par la situation avec beaucoup de flegme. Son interprétation est agréable (mais n'excelle guère en voix féminines). C'est d'ailleurs devenu le Test Ultime auquel les candidats se cassent les dents... Fatalité, quand tu nous tiens.

©2014 Sonatine pour la traduction française. Traduit par Jean Szlamowicz (P)2019 Lizzie

Un voyage vers le passé plein de fantômes et de stupéfiantes révélations... Avec une verve élégante, le créateur de la série Downton Abbey signe un portrait au vitriol de l'aristocratie anglaise bousculée par les sixties.

 Passé imparfait collector

10-18 édition collector 2017

 

 

Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/12/19

L'Enfant du lac, de Kate Morton

L'Enfant du lacJ'ai un faible pour les histoires de famille, de vieilles maisons et de campagnes anglaises... ce roman de Kate Morton ne pouvait donc que me plaire !
En Cornouailles, une belle demeure abandonnée, Loeanneth, porte les stigmates d'une tragédie survenue durant les années 30 : un enfant a mystérieusement disparu avant d'être déclaré mort. Les Edevane n'ont jamais surmonté le drame et ont quitté les lieux pour ne plus y revenir.
Sadie Sparrow, en vacances chez son grand-père, tente de chasser ses idées noires après son fiasco au cours d'une enquête criminelle. Elle tombe par hasard sur cette affaire et commence à fouiller dans les archives pour remonter le fil du temps : un couple amoureux, des fillettes épanouies, un jardinier séduisant, la guerre...
Rares sont désormais les témoins, si ce n'est Alice Edevane, l'une des sœurs devenue écrivain à succès et qui refuse de recevoir Sadie pour évoquer le passé. Culpabilité ? remords ? non-dits ? On va et vient entre les époques, dénichant les pistes, débusquant des révélations, rebroussant chemin pour revoir ses suppositions. On est alors face à une intrigue à tiroirs très habile et efficace !
Dense et adepte de chausse-trappes, le roman en devient vite passionnant. Par contre j'ai été un poil déçue par le dénouement - ce dernier lapin sorti du chapeau, non vraiment, c'était le coup de trop ! Sinon c'était un bon moment de lecture : romanesque et émouvant. On se laisse aisément bercer par le flux et le reflux du courant.
La lecture assurée par Catherine Griffoni est également très agréable et réussie.

©2016 Presses de la Cité, pour la traduction française. Titre original : The Lake House. Traduit par Anne-Sylvie Homassel (P)2019 Lizzie

"Kate Morton tire habilement sur toutes les ficelles du genre - mystère, culpabilité, liaisons secrètes, passé qui fait des croche-pieds. Si vous aimez Daphné du Maurier, vous allez adorer ce roman dont le héros est un manoir."
ELLE

 

Posté par clarabel76 à 18:45:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


30/09/19

Les Jours de ton absence, de Rosie Walsh

Les jours de ton absenceUne simple rencontre qui peut faire tout chavirer...
L'histoire entre Sarah et Eddie commence sur un coup de foudre. Une relation courte et intense qui marque le couple. Tous deux promettent de garder contact et de se revoir. Mais le temps passe et Eddie ne donne plus de nouvelles.
Aux interrogations de Sarah, s'opposent les doutes de ses proches. Fragilisée par un récent divorce, n'aurait-elle pas fantasmé cette liaison ? Pourquoi n'accepte-elle pas l'idée d'une rupture ? D'une séduction facile et sans conséquence ?
Pourquoi Sarah s'accroche à cet inconnu comme une désespérée ?
Finalement, son entourage donne raison à ses angoisses et soutient ses recherches. Jusque-là, moi aussi j'étais curieuse de connaître les raisons de cette étrange disparition. Qui est Eddie ? pourquoi un tel silence ? On échafaude des tonnes de théories, comme sa mort. Toutes ces questions incitent donc à pousser plus loin et poursuivre la lecture.
Toutefois, mon côté rationnel a aussi été pas mal chatouillé car il faut de l'abnégation (de la patience) pour supporter cette héroïne aux abois. Sarah bascule dans l'obsession, limite la démence. Je n'ai pas ressenti d'empathie pour ses problèmes mais j'étais curieuse de comprendre le mystère d'Eddie.
Malheureusement pour moi, l'histoire a viré au drame larmoyant. La troisième partie m'a totalement larguée. J'ai été franchement dépitée par les révélations et la tournure des événements...
Bref. Très décevant, tout ça. Ou disons pas mon délire. 

Par contre, excellente lecture faite par Virginie Méry (dont la voix vous semblera familière... notamment pour les accros aux séries, comme Drop Dead Diva).

©2018 Éditions Les Escales. Titre original : The Man Who Didn't Call. Traduit par Caroline Bouet (P)2019 Lizzie

 

Posté par clarabel76 à 13:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01/09/19

Le Vol du Frelon, de Ken Follett

Le Vol du FrelonLondres, 1941. Lassés de voir leurs avions torpillés par l'ennemi, les anglais déduisent que les allemands détiendraient une machine redoutable capable de repérer leurs attaques. Leurs soupçons se portent sur une petite ville danoise d'où la résistance locale tente de tisser sa toile à la barbe de l'occupant.
Parmi ces Veilleurs de Nuit, deux frères vont prendre une part active à des missions d'espionnage mais devront également affronter une vieille connaissance - un policier cruel et mesquin - qu'une longue rancœur familiale a rendu encore plus amer et revanchard.


Cette histoire me laisse globalement un goût d'invraisemblance avec en héros un lycéen de 18 ans ingénieux au point de réparer un biplan de fortune pour survoler la Mer du Nord et remettre (potentiellement) des documents qui pourraient changer la face du monde...
Même pas peur de la Luftwaffe, vous dirai-je, ça carbure à l'insolence (ou inconscience). C'est dire si Harald est un môme qui en veut ! 
Dès lors, la lecture prend des tours et des détours stupéfiants... et notamment les derniers chapitres qui se lisent de manière frénétique et avec des yeux hallucinés !
Cela peut paraître dingue et insensé (après tout, il faut s'accrocher). C'est surtout long aussi : l'histoire manque de rythme et s'éternise sur des détails... (le décryptage du Frelon, vraiment, on perd un temps fou dans cette chapelle abandonnée et on s'improvise mécano). L'auteur a le sens artistique, moi non. J'ai trouvé ça un peu bancal, du coup, et pas toujours captivant.
Malgré tout, les personnages sont jeunes et intrépides. Ils apportent à leur façon un souffle de fraîcheur à cette lecture qui se laisse conter. Peut d'ailleurs convenir à un public adolescent ou désirant se mettre en selle sur le sujet.
Pour ma part, ce ne sera pas le meilleur des Ken Follett lus à ce jour. C'est distrayant, lu avec entrain et donc entraînant. Mais je tique sur la perspective d'un jeune Géo Trouvetout trop habile et tenant tête aux ennemis les plus impitoyables... Plus de sang et de larmes auraient apporté du crédit - non ?

Très bonne lecture audio... effectuée par Valentin Merlet (également la voix récurrente d'Adam Driver, de Jamie Dornan ou d'Alexander Skarsgård).

©2003 Éditions Robert Laffont (P)2019 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Marque de Windfield, de Ken Follett

La marque de WindfieldUn collège prestigieux, une amitié qui se scelle autour d'une tragique disparition, un rêve qui s'effondre et des espoirs qui partent en fumée... Le destin de Hugh Pilaster s'inscrit dans ce long roman - long à démarrer - et nous embarque dans son histoire de banques, de familles et d'ambitions démesurées au cœur de cette Angleterre des années 1860 (et des décennies suivantes).

À la mort de son père, Hugh Pilaster doit quitter son école et comprend qu'il n'a plus d'autre choix que de se retrousser les manches pour gagner sa vie. Même s'il appartient à une famille riche et puissante, rien ne lui sera épargné pour gravir les marches du succès : coups du sort, tromperies et mensonges. Les Pilaster gouvernent le milieu de la banque, des affaires et de la bourgeoisie entre gant de velours et bras de fer. Toutefois, les passions aussi entraînent tout ce petit monde à comploter sans fin pour le pouvoir. En amitié, en amour, en politique, en société, les limites n'ont plus lieu. 

Une incroyable dynastie finit par découler - tout en rebondissements et en éclats. Ken Follett réussit ainsi à nous tenir en haleine et à nous surprendre sans cesse. Sa brochette de personnages est également bien campée avec des pourris jusqu'au trognon qui continuent d'agir en toute impunité (son cousin Edward, sa tante Augusta ou le sulfureux Micky Miranda...). C'est limite excitant de voir leurs combines se goupiller aussi efficacement - mais c'est aussi hyper écœurant !!!

En conclusion, la lecture est certes parfois trop dense mais globalement captivante. Se lit facilement.

©2002 Éditions Robert Laffont, pour la traduction française (P)2018 Audiolib

Très bon choix du comédien qui nous transporte des bureaux lambrissés d'acajou aux salons privés où se tiennent des parties fines, des quartiers populaires aux bureaux solennels où règne la finance... Un récit qui gagne en intensité et redonne vie à la fascinante Angleterre victorienne. Dans toute sa splendeur. Dans toute sa noirceur.

 

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22/07/19

Un mariage anglais, de Claire Fuller

Un mariage anglaisUne jeune étudiante de vingt ans se laisse séduire par son professeur, tombe enceinte et renonce à ses rêves et autres idéaux (qui consistaient à dire non au patriarcat). Elle s'installe donc chez lui, dans sa maison près de la plage, au grand dam de sa meilleure amie qui condamne son existence rangée et passéiste.
Les années passent et le bonheur se fait la malle. On le découvre à travers la lecture des lettres de l'épouse - glissées dans des ouvrages en sachant qu'elles ne seront probablement jamais découvertes. Apparaît alors une radiographie du couple sans complaisance. Une histoire de désillusions, de mensonges et de tromperies.
Un jour, la femme disparaît en allant nager au large.

Quinze ans plus tard, l'homme est persuadé de l'avoir recroisée en pleine rue et la poursuit en hurlant son prénom avant de basculer par-dessus la digue. Ses filles ne savent plus où donner de la tête. Et le mystère sur la Mère s'épaissit.
En vrai ce roman est terriblement amer et démoralisant. Loin de baigner dans une atmosphère de bord de mer ou à raconter une histoire de couple chahuté par les aléas de la vie. On ne s'attache pas du tout aux personnages, on ne comprend pas leurs choix, on s'interroge sur l'absence et finalement on abandonne l'idée d'obtenir une explication.
En bref, on soupire beaucoup et on compte le temps qui nous reste avant de tourner la dernière page.

Ce n'est pas du tout ce à quoi je m'attendais et je suis fortement déçue.

Un roman de mer et de soleils étouffés.
Un roman de secrets brûlants et de livres oubliés.
Un roman d'amour contre la mort.

©2018 Éditions Stock (P)2019 Audiolib

 

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17/07/19

L'Aviatrice, de Paula McLain

L'Aviatrice audibleNe faisons point de mystère. J'ai adoré ce roman !

Il s'agit en fait de la biographie romancée de Beryl Markham. Cette contemporaine de Karen Blixen - entraîneuse de chevaux de course et pilote d'avion - a également connu une grande histoire d'amour avec Denys Finch Hatton (et une probable liaison avec le prince Henry).
Femme libre et indépendante, Beryl a toujours été éprise de grands espaces. Ayant principalement vécu au Kenya, elle a également renié les conventions de son rang et assumé toutes ses passions. Elle a ainsi traîné une réputation scandaleuse, échoué à devenir une petite épouse bourgeoise et défrayé la chronique mondaine.

À travers son portrait, c'est aussi une vision exaltante de l'Afrique qu'on redécouvre. Un continent magnifique et farouche - avec malheureusement une banalisation de la chasse et du safari - pour un voyage d'un autre temps. C'est aussi follement romanesque. Une plongée sensuelle et poétique pour raconter un parcours de femme audacieux et néanmoins incompris.
En clair, une lecture passionnante !

©2015 Presses de la Cité. Traduit par Isabelle Chapman (P)2016 Audible Studios

 

Disponible en format poche chez LdP (2017)

l'aviatrice

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,