27/09/08

De Niro's Game - Rawi Hage

 

Deux amis d'enfance, à Beyrouth sous les bombes, dans les années 80, avec pour toile de fond : la guerre. Bassam et Georges cherchent tout deux à fuir leur quotidien - le premier veut partir à Rome, il a besoin d'argent et avec la complicité de son camarade, pique la recette du casino où il travaille. Georges, lui, est sensible aux discours de la milice chrétienne.
Je suis loin de partager l'engouement général. Après avoir consulté une grande partie des blogs ayant reçu De Niro's Game par Violaine, du site chez-les-filles, j'ai pu relever un flot d'enthousiasme à son sujet. Pour ma part, je n'ai vraiment rien ressenti ! Je n'ai pas détesté non plus, je reconnais une grande richesse dans l'écriture et le style, une langue poétique mêlée à un climat d'urgence. On vit l'impatience du narrateur, son besoin de tout croquer et de ne pas traîner, sa rage de fuir mais on succombe aussi à cette ambiance - si glauque, si morbide. C'est la guerre, derrière les passages fleuris et désinvoltes, la démence éclate - dix mille bombes, dix mille baisers, dix mille claques, dix mille tombes.
Que ce fut pénible pour moi de tenter d'aimer ce livre ! J'ai essayé, mais l'étincelle est restée morte. Je n'ai pas su entrer dans l'histoire, même les protagonistes n'ont pas réussi à me séduire. J'ai bien aimé les portraits des femmes, des héroïnes sous forme d'étoiles filantes (forcées de s'éteindre, donc). Mais le charme reste fugace, seul persiste un profond sentiment de malaise, très inconfortable, et qui colle aux doigts.
Grosse déception, donc, envers ce roman qui ne récolte que des louanges !
Une autre fois, peut-être...

De Niro's Game

Denoël & D'ailleurs, septembre 2008 - 267 pages -20€
traduit de l'anglais (Canada) par Sophie Voillot

IMGP6029

De Niro's Game

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,


04/02/08

L'ange de pierre - Margaret Laurence

ange_de_pierreHagar Shipley est une vieille femme de près de 90 ans, qui perd un peu la tête et n'a plus la force de tenir debout sur ses jambes. Elle vit avec son fils Marvin et son épouse Doris dans sa propre maison, qu'elle a accepté de céder. Elle pense cependant qu'on cherche à la déposséder, car Marvin souhaiterait qu'elle se rende dans une maison de repos, où elle recevrait des soins adéquats. Or elle refuse absolument d'y mettre les pieds.
Chez elle, dans sa maison, elle se sent apaisée et confiante au milieu de ses objets et de ses souvenirs. Elle se rappelle ainsi la petite fille pleine de vie qu'elle était, l'étudiante appliquée et promise à un brillant avenir avant son brusque mariage avec Bram Shipley. C'était un assez bel homme, très grand, portant la barbe noire, il exerçait sur Hagar une attraction physique affolante. Pourtant ce type était un fermier de quatorze ans son aîné, veuf et père de deux filles, il était rustaud et grossier, et ne roulait pas sur l'or. Tout pour déplaire ! Et c'est contre l'avis de sa famille qu'Hagar se précipite dans ce mariage, complètement folle et irresponsable.
Le temps aura raison de sa jeunesse, de sa fraîcheur et de ses ambitions. C'était une demoiselle assez prout-prout qui enviait une ancienne copine, Lottie Drieser, d'avoir réussi ce qu'elle n'avait pu décrocher. Elle va nourrir en John, son deuxième fils, un espoir insensé, attendant de lui qu'il venge l'honneur de sa famille et reprenne le flambeau des Currie.
Mais l'ironie du destin voudra que la roue infernale ne cesse jamais de tourner, et à ce petit manège il sera toujours trop tard pour faire marche arrière...

Le roman est une valse lente et hypnotique, au coeur de laquelle tourbillonne la vie d'Hagar qui se débat contre ses souvenirs et contre le temps qui passe ; elle n'est pas sénile, elle se rappelle encore très bien, malgré les signes, et force toutes les portes pour la conduire vers son histoire passée. Lui prouver le contraire ne sert strictement à rien, Hagar a peu conscience de ses erreurs et n'adopte nullement le repenti ! Car Hagar Shipley affirme un tempérament bien trempé, qui cache ses faiblesse et refuse les larmes, houspille ses proches au lieu de s'ouvrir à eux pour lui confier ses peurs. « L'orgueil a été ma folie, et la peur le démon qui m'a poussée. Seule, toujours, et jamais libre, car mes chaînes étaient en moi, se sont déployées hors de moi et ont entravé tous ceux qui m'étaient proches. »
Au passé, se mélange un présent tout aussi réel, et qui dévoile une Hagar plus faible et fragile qu'on ne le pensait. Elle mène plusieurs combats, contre elle-même aussi. C'est très émouvant, vraiment bouleversant. J'ai même retenu quelques larmes sur les dernières pages, tellement ce portrait de femme a su me toucher. 

« L'ange de pierre » est le premier livre du Cycle de Manawaka (ville fictive se situant dans le Manitoba, au Canada). Margaret Laurence était sincèrement un brillant écrivain, pour le constater n'hésitez pas à lire aussi « Une divine plaisanterie » (roman paru en 2006).

Joelle Losfeld - 318 pages.  21.00 €

Traduit de l'anglais (Canada) par Sophie Bastide-Foltz. Titre vo : The Stone Angel.

« L'ange de pierre » vient d'être adapté pour le cinéma par la réalisatrice Kari Skogland.

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,

07/10/06

Une divine plaisanterie - Margaret Laurence

une_divine_plaisanterie

  • « Une divine plaisanterie » est un roman drôle et pince-sans-rire autour d'une héroïne de 34 ans, institutrice célibataire et vivant toujours avec sa mère malade dans la petite ville de Manawaka (ville imaginaire de Manitoba au Canada). Rachel Cameron est une cruche attendrissante, gauche et complexée, et qui bien souvent agit le contraire de ce qu'elle pense ! Elle rêve de s'échapper de sa vie étriquée, et pourtant elle y demeure attachée ou paralysée de faire le grand saut. Pendant ses vacances d'été, elle fait la rencontre d'un type qui la séduit et nourrit ses fantasmes d'évasion (se marier, avoir des enfants etc.). Rachel se lance dans cette aventure à corps perdu, ivre de cet amour naissant et, pour elle, porteur de tous ses espoirs cachés.

    « Une divine plaisanterie » figure dans un cycle de cinq romans autour de la petite ville de Manawaka. Margaret Laurence a décidé de donner la parole à une femme seule et dépitée, sans toutefois rendre son récit pitoyable ou malheureux. C'est tout le contraire : le roman est enlevé, rythmé par le grotesque et la dérision. Rachel elle-même se moque de ce qu'elle est, consciente d'être double, triple, quadruple etc. Elle n'assume pas ce qui la ronge, ce qu'elle désire clamer ardemment sur tous les toits. Intérieurement, c'est une femme passionnée et brûlante, mais en vrai elle est timorée, contracte son corps dès qu'on la touche et se mine du qu'en-dira-t'on et des adolescents sûrs d'eux. Ses rapports avec son amie Calla, son directeur Willard, sa mère et son petit ami nourrissent des chapitres d'humour bien souvent involontaire. C'est un régal ! Ce roman n'a pas pris une ride (il est paru en 1966) et c'est à souhaiter que les éditions Joelle Losfeld publient très rapidement la suite de l'oeuvre de Margaret Laurence (auteur décédé en 1987).

extrait : « Les strates de rêves sont si nombreuses, il y a tant de membranes trompeuses qui enveloppent l'esprit que j'ignore leur existence, jusqu'à ce qu'une réalité coupante ne les tranche, et je vois alors les créations de mon imaginaire pour ce qu'elles sont, déformées, bizarres, grotesques, une plaisanterie insupportable si on la regarde de l'extérieur. »

Belfond

Posté par clarabel76 à 16:08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,



  1