28/02/17

Le monde n'a pas de fin, de Bilal Tanweer

le monde na pas de finRecueil de nouvelles ou roman, Le monde n’a pas de fin se lit comme une ode réaliste et sensible à la ville de Karachi. 
Dans un bus qui mène du centre-ville à la mer, des hommes, des femmes, des adolescents se croisent en évoquant leur histoire. Élève démissionnaire, lassé des disputes et des coups, père absent, qui abandonne lâchement le foyer pour suivre sa passion, poète excentrique et loufoque, caïd amoureux ou diseur de mauvaise aventure... Tous ont en commun d'être témoin ou victime d'un énième attentat à la bombe, en plein cœur de la ville. Une violence routinière qui hélas ne les laisse pas de glace non plus. Un journaliste se rend aux urgences pour constater les dégâts, une mère crie sa rage et sa douleur, des médecins revendiquent leur impuissance. Ce sont des fragments de vie poignants, déchirants et vrais. On les parcourt au fil des chapitres et on les recoupe les uns aux autres pour former un ensemble désarmant. La plume est cependant légère, tendre et acerbe. Elle répand au mieux sa vision d'une ville meurtrie, touchée par l'islamisation forcenée et le terrorisme aveugle. Le roman a un effet coup de poing assumé, son style vif et concentré ne laisse guère le temps de nous apitoyer. Mais l'auteur dépasse également la résignation en racontant sa ville martyre qui lutte pour survivre avec sa population qui continue de tomber amoureuse, d'étudier, de rêver, de flâner au bord de la mer, de multiplier les combines, de réciter des poèmes et d'écouter ses légendes. “Oui, cette ville était mystérieuse et bruyante. Mais il fallait en assembler les morceaux.” 
Un roman aux couleurs multiples et aux allures biscornues, qui s'apprivoise en douceur et qui s'apprécie dans la durée. L'ambiance, le cadre, les messages sont vivifiants malgré l'horreur décrite. 

« Tu as déjà vu l'impact d'une balle sur un pare-brise ? À partir du trou central s'étend une toile nette et précise saturée de minuscules cristaux. C'est une parfaite métaphore de mon monde, de ma ville : disloquée, belle, née d'une violence inouïe. »

 

Trad. de l'anglais (Pakistan) par Emmanuelle Aronson et Philippe Aronson [The Scatter Here is Too Great]

Collection Folio (n° 6227)

Parution : Décembre 2016

Posté par clarabel76 à 12:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Un fils en or, de Shilpi Somaya Gowda

un fils en orAnil vit à Panchanagar, près de la frontière pakistanaise, et suit de brillantes études de médecine, avant de partir aux Etats-Unis pour suivre son internat dans un hôpital universitaire au Texas. C'est le cœur rempli d'espoir, fort de la fierté des siens, qu'il s'envole avant de se heurter au choc des cultures et à la découverte d'une médecine plus technique, très éloignée de ses habitudes. Anil a beaucoup de difficultés pour s'adapter, mais n'ose rien dire à ses proches pour ne pas les décevoir.
Au pays, son amie d'enfance Leena, fille du métayer de son père, vient de se marier à un inconnu, Girish, après de longues tractations entre les familles, comme l'exige la coutume. Leena est belle et gracieuse, mais possède de modestes revenus. C'est donc la douche froide pour la jeune femme, qui va découvrir une belle-famille tyrannique et violente, dont elle deviendra vite le souffre-douleur.
De retour en Inde, pour pleurer la mort de son père, Anil doit également endosser de nouvelles responsabilités, comme tenir les conseils du village et prendre des décisions qui le dépassent. Le jeune homme étouffe parmi toutes ces attentes et constate avec dépit qu'il ne sent ni heureux chez lui ni en Amérique. Ce constat d'échec est un poids mort qu'il porte en silence, par orgueil ou par faiblesse.

J'ai été agréablement surprise par ce roman qui concentre l'influence des familles, le fardeau des traditions ancestrales, le drame des mariages arrangés, les silences amers, les mensonges et les culpabilités qui bouleversent toute une vie. C'est une lecture qui renvoie une image poignante de la condition des femmes et de cette impossibilité de choisir librement sa destinée. L'histoire aborde d'ailleurs ces “accidents” domestiques, où des épouses sont brûlées grièvement par leurs saris qui prennent feu “malencontreusement”. Une réalité qui fait toujours froid dans le dos.
De son côté, Anil est un personnage prisonnier de son rôle d'aîné de la fratrie (son mariage peut permettre aux suivants de se marier, etc.). On sent très vite qu'il n'est pas apte à assumer autant de charges et qu'il n'est pas prêt pour devenir le chef de famille. Il a conscience de tromper les siens, il n'est pas aussi brillant que tous l'espéraient, seulement il n'ose pas leur avouer la vérité. Et ce sentiment de tromperie le ronge et le rend de plus en plus amer. 

Ce n'est pas un roman chatoyant, épicé et sensuel, comme j'ai souvent eu l'habitude de lire chez les auteurs indiens, mais c'est un roman qui ne laisse pas insensible, qui vous entraîne dans son rythme et vous invite à écouter son histoire. Une fois les premières pages ouvertes, vous vous surprenez à parcourir le reste très rapidement. L'évasion est inattendue, mais portée par un vrai souffle romanesque, une sincérité et une tendresse dans les personnages et leurs démons internes.  

Trad. de l'anglais (Inde) par Josette Chicheportiche [The Golden Son]

Collection Folio (n° 6234)

Parution : Janvier 2017


Posté par clarabel76 à 10:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27/04/09

Jours tranquilles ~ Lizzie Doron

Trente années défilent dans le regard triste et amer de Leyele, une orpheline polonaise, arrivée dans le quartier de Tel-Aviv à l'âge de seize ans, mariée et mère d'un enfant, puis veuve et prise en charge par le meilleur ami de son compagnon, le coiffeur Zaytshik, toujours impeccable dans son costume blanc, les cheveux gominés et la raie sur le côté, chez qui elle deviendra manucure.

Leyele, ou Léa, vient de perdre son ami, son confident. Elle reste inconsolable, le temps a passé, Leyele pense de plus en plus à la mort, c'est maintenant une femme d'une soixantaine d'années, qui s'est nourrie des histoires des habitants du quartier au point d'épuiser toute son énergie. Tous sont des gens de "là-bas", des rescapés des camps, des écorchés vifs, des traumatisés à vie. Ils portent en eux leurs blessures et leurs secrets, mais ce n'est pas si simple d'en parler, les plaies sont encore ouvertes, « il était très facile d'apprendre ce qui allait se produire demain, mais impossible de savoir ce qui était arrivé hier ».

De son côté, Leyele n'a aucun souvenir de son propre passé. « A chaque fois que je pense à ma vie, mon coeur se glace, tout mon corps devient fébrile, mais mes larmes, elles, ne coulent pas et les sanglots sont étouffés dans ma gorge. » Mais tous ces silences et ces secrets, ces jardins secrets cultivés avec préciosité, cachent bien plus que des douleurs, aussi des vérités qu'on refuse d'accepter. 

jours_tranquilles

L'impression générale qui se dégage du roman est donc cette profonde nostalgie et la mélancolie qui colle à la peau de la narratrice. Leyele se voile souvent la face, rêve d'une vie au conditionnel et protège son monde. Cela ne rend pas ce livre follement réjouissant, puisqu'il s'imprègne des chagrins et des secrets des gens de "là-bas", il n'en reste pas moins un roman vivifiant, porteur d'espoir et désireux de croquer la vie à pleines dents. Il est drôle aussi. Les personnages sont parfois de sacrés phénomènes, ils ne sont pas là pour épater la galerie ni pour faire pleurer dans les chaumières. Ils sont justes, beaux, émouvants, attachants. Que sais-je ? Cela reste pour moi une très, très belle découverte. Un très touchant instant de lecture.

Editions Héloïse d'Ormesson, 2009 - 200 pages - 20€
traduit de l'hébreu par Dominique Rotermund

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09/04/09

Enterrez-moi sous le carrelage ~ Pavel Sanaïev

« elle m'aimait plus que la vie, et ses amies, éblouies par un tel bonheur, hochaient la tête, émerveillées »

enterrez_moi

Sacha a dix ans et vit chez ses grand-parents depuis six ans, loin de sa mère divorcée qui s'est installée avec « un nabot buveur de sang ». Ce n'est pas l'enfant qui s'exprime ainsi, c'est plutôt son incroyable grand-mère. Nina, une septuagénaire qui mériterait qu'on lui savonne la bouche tant elle est grossière et insolente, élève son petit-fils dans la démesure. Trop d'insultes, trop de protection, trop de mensonges.

L'enfant a une santé fragile, il est chétif et a peur de tout. C'est la faute de Nina qui le couve trop, lui fait porter un bonnet la nuit et une paire de collants pour éviter les refroidissements, lui mouline ses repas pour qu'il ne s'étrangle pas, l'abstient d'aller à l'école parce qu'il risque d'être culbuté par des armoires à glace, l'abreuve de granules et autres vitamines à des heures fixes, et j'en passe. Les exemples ne manquent pas, comme la séance du bain, qui ouvre le roman, elle répond à un vrai cérémonial qui frise le grotesque, et toutes les anecdotes qui suivent sont du même acabit.

Alors, grotesque ? Pathétique ? Ridicule ? Non, l'histoire racontée par le garçon flirte effectivement avec l'insouciance, l'humour et le détachement. Mais on finit par soulever quelques voiles qui montrent une grand-mère différente de la despote suggérée. On découvre alors une femme rongée par la douleur et la folie de son amour. C'est troublant, voire poignant. Cette ambivalence constante dans le roman permet de relativiser le sentiment d'incompréhension qui nous gagne. Les preuves d'amour de la grand-mère sont bien maigres, maladroites et contradictoires. Ses effets vont à l'encontre de ses espoirs, et on la plaint davantage. Mais c'est cette discordance qui est intéressante.

J'ai lu ce roman qui figure parmi la sélection du prix littéraire d'aufeminin.com, et c'est ainsi que je le découvre. Je serai très probablement passée à côté. Du coup je suis reconnaissante de cette agréable trouvaille.

Les allusifs, 2009 - 266 pages - 23€
traduit du russe par Bernard Kreise

Lu pour le prix de la révélation littéraire auFeminin.com   logo   

**********

 

« Vous savez, Véra Pétrovna, quand j'ai fini de lui faire prendre son bain, je n'ai plus la force de vider la baignoire et je me lave dans la même eau. (…) Je sais que lorsque j'y entre après lui, cette eau est comme un ruisseau qui coule sur mon âme. Je pourrais la boire cette eau ! Il n'y a personne que j'aime ou que j'ai aimé autant que lui ! C'est un petit imbécile qui s'imagine que sa mère l'aime encore plus, mais comment pourrait-elle l'aimer plus, dès l'instant qu'elle n'a pas autant souffert pour lui ? Une fois par mois, elle lui apporte un jouet : est-ce que c'est de l'amour, ça ? Moi, je respire par lui, je ressens par ses sentiments ! Je crie après lui, mais c'est par peur, et ensuite je me maudis de l'avoir fait. La peur que j'éprouve pour lui, c'est comme un fil qui me relie à lui, qui s'étire, et où qu'il se trouve, je ressens tout (...). Un amour pareil est pire qu'un châtiment, il n'en résulte que de la douleur, mais qu'y puis-je s'il est ainsi ? Je pourrais hurler à cause de cet amour, mais sans lui pourquoi devrais-je vivre ? »

**********

Posté par clarabel76 à 07:45:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15/03/09

Vingt fragments d'une jeunesse vorace - Xiaolu Guo

vingt_fragmentsFenfang a dix-sept ans lorsqu'elle quitte sa campagne pour vivre à Pékin asseoir son ambition de vie moderne et devenir actrice. A la place, elle trouve déception et désoeuvrement. Elle ne décroche que des petits boulots, ou fait de la simple figuration, elle loge dans des appartements communautaires, elle est épiée par des voisins qui cohabitent avec des poules, et elle connaît sa première aventure amoureuse avec un type qui aime la sauce de soja et qui a un caractère de jaloux despotique et violent. La mélancolie gagne peu à peu Fenfang, qui a soif de réussite, et forte du soutien de quelques camarades, elle commence à écrire ses propres scripts.

C'est un portrait original sur la jeunesse chinoise qui, de nos jours, se heurte à affirmer son individualisme et son désir de fortune dans une société dressée à penser collectif. Fenfang ne fait pas exception à la règle, elle s'est échappée de sa campagne car elle ne voulait pas finir plouc, mais dans la mégalopole chinoise, elle découve aussi son lot de misères. C'est ainsi que la jeune femme appréhende la notion abstraite de la solitude, et plus le temps passe et plus elle va se sentir démoralisée et abattue. Pourtant le roman ne sombre pas dans la morosité, le spleen n'empiète pas sur la lecture, sans pour autant affirmer qu'il y règne une pleine allégresse.
Xiaolu Guo est brillante, son Petit dictionnaire chinois-anglais pour amants avait été une révélation, un mélange d'humour et de réflexion sur la complexité culturelle et émotionnelle entre l'orient et l'occident. Ses Vingt fragments d'une jeunesse vorace laissent entrevoir une nouvelle génération pleine de contradictions, à l'image de Fenchang, intelligente et belle, mais qui comprend que son pays ne sait pas ce qu'est le romantisme alors qu'il revendique la communion d'esprit et le culte patriotique. C'est différent, mais intéressant. Et cette fois, la langue est moins tarabiscotée, c'est simple, limpide et évident.

Le mantra du jour : « Le café bien chaud, c'est comme un homme à 37°2. Ça vous donne le courage d'affronter la journée. »

Buchet Chastel, 2009 - 185 pages - 17€
traduit de l'anglais (Chine) par Karine Lalechère

l'avis de cocola

Posté par clarabel76 à 16:30:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,


15/02/09

Le Livre de Rachel - Esther David

51YS8IXVRfL__SS500_Seule dans sa maison à Danda, en bord de mer, Rachel espère finir ses vieux jours sur la terre où est enterré son regretté Aaron. Ses enfants sont partis en Israel et la poussent à venir les rejoindre, mais elle refuse. Pour prétexte, elle utilise aussi son attachement pour la synagogue qui jouxte sa maison. Le lieu sacré est abandonné, n'accueille plus aucune cérémonie religieuse, Rachel est désormais la seule à détenir les clefs pour faire le ménage. Un jour, un ancien ami d'enfance d'Aaron arrive chez elle en suggérant de vendre les terres autour de la synagogue pour un riche exploitant. L'homme serait aussi intéressé par la maison de Rachel, il propose un très bon prix pour l'ensemble. La vieille femme voit rouge, elle met Mordecaï à la porte en jurant que jamais elle ne le laissera faire une chose pareille. Grâce à l'aide d'un jeune avocat, Judah, ancien camarade de son fils, Rachel va tout mettre en oeuvre pour protéger la synagogue.

Ce roman exhale les parfums de l'Inde d'aujourd'hui, dans une ambiance chaleureuse, épicée et confortable (pas de misère ni de crève-la-faim, ça change!). Il s'agit donc du portrait d'une femme qui préserve, au fil des repas, mémoire et culture. Chaque chapitre s'ouvre sur une recette traditionnelle. J'avoue avoir regretté une chose : qu'on ne puisse pas inventer un livre qui sent ! Cela semble terriblement harmonieux, et odorant (la persuasion de l'imagination !). On en mangerait. Très vite on se laisse porter par la petite musique du livre. Rachel est un personnage attachant, d'une grande sensibilité. Et son combat pour sauver la synagogue voisine traduit aussi son respect pour la foi et la tradition. Elle se sent seule, loin de ses enfants, mais elle refuse de tout quitter pour les rejoindre, parce qu'elle a cette fidélité en elle, tout à fait en accord avec le personnage.

Reine des épices, Rachel est également une femme qui vieillit et se rappelle avec nostalgie sa vie de couple. Attention au sourire coquin, cela pimente les souvenirs ! Lorsqu'elle paresse dans son fauteuil, sur la véranda de sa maison, elle n'oublie pas que le chemin le plus rapide pour atteindre le coeur d'Aaron passait bien par son estomac ! Cela n'est pas si étonnant de remarquer que la magie se répète, à travers les générations. Une histoire d'amour va naître, en deuxième partie de roman. Je ne pense pas qu'elle était foncièrement obligatoire, mais ce n'est pas bien grave. Légèrement sensuel, ce roman s'inscrit davantage dans l'émotion et la sensation. J'ai bien aimé !

Héloïse d'Ormesson, 2009 - 300 pages - 21€
traduit de l'anglais (Inde) par Sonja Terangle
 

l'avis de Naina 

 

Musique d'ambiance : Le Tone - Lake of Udaipur

 

http://www.deezer.com/track/2601241

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

21/08/08

Un jour avant Pâques - Zoyâ Pirzâd

Ce roman se présente sous la forme d'un triptyque et met en scène le même homme - le narrateur, Edmond - à différentes époques de sa vie. Cela commence alors qu'il a douze ans et fait sa rentrée à l'école, qui se trouve en face de chez lui. Il s'est lié d'amitié avec Tahereh, sauf que ce n'est pas du goût de sa famille. Est-ce parce qu'elle est la fille du concierge ou parce qu'elle est musulmane ? La famille d'Edmond est d'origine arménienne, comme les 3/4 du voisinage, et a trouvé refuge dans cette petite ville de la côte iranienne. Quelques jours avant Pâques, le garçon va assister à une scène éprouvante, pleine de larmes et de cris, dans le bureau du directeur. Il est encore trop jeune pour comprendre, il en ressortira juste que ses liens avec Tahereh risquent d'être fort détachés...

La suite du roman nous offre un Edmond dans sa vie d'homme marié et père de famille. Un drame va ébranler le couple, qui rappelle - de façon muette - cette scène poignante alors qu'il n'était qu'un gamin solitaire et qui aimait inventer des jeux avec ses objets de collection. En fait, le sujet de ce livre concerne, en grande partie, les rapports tendus entre les différentes communautés - musulmane et arménienne. La grande Histoire est évoquée (un génocide arménien survenu en 1915 à Constantinople), qui ravive les plus fortes inimitiés - surtout de la part de l'ancienne génération, tandis que la nouvelle cherche la réconciliation - voir, l'union !

IMGP5985

Mais on trouve également les frictions inaltérables entre maris et femmes, qui s'achèvent dans un grand déménagement et un choix de vie contestable. Comme à son habitude, Zoyâ Pirzâd tisse des portraits de femmes étonnantes - de caractère, pour leur indépendance, par leur choix de vie. Sur trois générations, elles se communiquent une volonté d'affranchissement - et ce, bien malgré elles. Au centre, Edmond est le témoin passif et débonnaire de ces passes d'armes. Très souvent, on attendrait de lui qu'il tape du poing sur la table - notamment avec sa collègue, Danik, qui porte un lourd secret dont elle ne se décharge pas. Et ce qui me chagrine, surtout, c'est de perdre de vue Tahereh. Que devient-elle ? Pourquoi Edmond a-t-il effacé de sa vie son amie d'enfance ?

Dans ce roman que j'ai beaucoup aimé, il me manque pourtant de l'épaisseur, des pages en plus, des précisions, une fin qui n'en finit pas (oui, j'aurais apprécié). D'un autre côté, ce roman gagne en profondeur car il ne fait que survoler et évoquer par ellipses. La poésie est présente - indissociable de la plume de Zoyâ Pirzâd - et s'étale dans le folklore des fêtes pascales (les oeufs peints qu'on s'amuse à écraser dans la main, les pensées blanches ou jaunes, les pâtisseries à la fleur d’oranger) ou dans le secret des coccinelles, dans les effluves de la confiture de griottes. De quoi vous affamer, lisez donc ce livre !

Un jour avant Pâques

Zulma, août 2008 - 140 pages - 16,50€

Lire un extrait

 

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

04/07/08

Chère Anne - Judith Katzir

De passage sur la tombe de celle qui fut son premier amour, la narratrice, Rivi, aujourd'hui âgée de 38 ans, mariée et mère de famille, retrouve le journal écrit pendant son adolescence. C'était un journal qui s'adressait à Anne Franck, au moment où Rivi, privée de l'appui moral de sa famille désunie, avait besoin de se confier. Page après page, l'adolescente mal aimée raconte sa vie quotidienne mais aussi sa passion pour Michaëla, le professeur de littérature qui encouragea sa vocation et lui fit découvrir la beauté, l'amitié et la volupté.

IMGP5802

Devenue romancière à succès, la collégienne d'autrefois s'interroge sur la véritable nature de cette relation singulière : une adolescente que son père ignore, une mère absorbée en elle-même ; l'adolescente trouve une jeune femme, disposée à l'écouter, à l'entourer, à lui dire qu'elle est belle et mérite d'être aimée. La jeune femme, mariée depuis peu, est peut-être amoureuse de sa propre image, de sa jeunesse qu'elle pleure encore, même de l'artiste en herbe qu'elle a identifiée chez la fillette. Puisque cette dernière avait appris très jeune à s'emparer des coeurs au moyen des mots.

"Je n'essaie plus de comprendre, maintenant. Je veux seulement revenir sur ces jours sombres de ma vie, qui sont également les jours les plus lumineux, dépouiller les écorces de la maturité qui se sont accumulées sur moi avec les années, traverser les couches du temps, pour arriver au fond et toucher à nouveau, ne fût-ce qu'un instant, ces eaux limpides. Je les regarde et contemple mon reflet - le visage ardent d'une adolescente, aux yeux rayonnants d'amour."

Cette histoire est incroyablement languide et poétique, elle raconte l'éveil érotique et littéraire d'une adolescente de quatorze ans, avec un double regard : celui de la collégienne, curieux et exalté, celui de l'adulte, hésitant et profondément nostalgique. Le roman est décomposé en quatre parties : la rencontre et l'approche, la séduction et la volupté, les conséquences et les remises en question, et fatalement l'analyse, trente ans après. "La chose la plus importante que j'aie apprise d'elle, c'est la force de la volonté. Chaque aspiration, chaque amour commence par une nostalgie, un rêve, si nous osons désirer quelque chose ou quelqu'un de tout notre être, nous l'obtiendrons finalement, même si cela paraît inaccessible."

En marge de la bienséance, il restera de cette histoire des pages et des pages de tendresse, d'érotisme, de délectation, de lascivité... L'histoire d'amour est décrite à travers le regard innocent d'une adolescente romanesque, un canard à lunettes qui deviendra un cygne altier, comme elle se décrit. (Son compagnon lui reprochera d'avoir nourri là des caquetages romantiques de lycéenne !) Le pouvoir des mots transcende cette liaison scandaleuse et contestable, toutefois je suis demeurée très en retrait du propos et j'ai davantage apprécié la fin du livre, après un début lent et alambiqué. Et quitte à me pousser davantage dans mes retranchements, je crois avoir encore plus estimé la qualité littéraire de ce livre, et un peu moins son histoire, trop alourdie avec ses 350 pages. Avis aux amateurs de passions amoureuses, pas si simples, ce livre est pour vous !

Editions Joelle Losfeld, février 2008 - 350 pages - 22,50€

traduit de l'hébreu par Ziva Avran et Arlette Pierrot.

 

 

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

10/11/07

Badenheim 1939 - Aharon Appelfeld

badenheim_1939C'est le printemps et la saison des vacances redonne un nouvel élan dans la petite ville de Badenheim, une station thermale fréquentée par la bourgeoisie juive, et qui accueille comme chaque année un festival de musique orchestré par le docteur Papenheim.
On s'y presse, on s'y gave de pâtisseries, on y barbote dans la piscine, on flâne le soir en écoutant le bruissement des arbres de la forêt, on y danse et on y chante.
Et puis arrivent deux inspecteurs du service sanitaire, pour un recensement, puis pour une convocation à un futur voyage en Pologne (pour rassembler les Juifs de l'Est, dit-on). Les saisonniers appliquent les consignes à la lettre et attendent à l'hôtel, en toute confiance.
Mais nous sommes en 1939. Les moyens de communication sont coupés, et Badenheim vit dans une bulle hors du temps. Ce sursis implacable est vécu dans l'inconscience, raconté par Aharon Appelfeld de manière assez singulière.
Si le roman est d'abord lu comme s'il s'agissait d'une farce, une comédie assez cinglante et dérisoire, cela tourne vite au cauchemar. Mais le prodige de ce livre est d'étouffer le pire et l'horreur à venir dans un semblant de jolie parenthèse estivale. Une chronique légère et sans fard d'une déportation annoncée...
Cela se lit très vite, et même la chute révèle l'ineptie de toute cette mascarade, qui fait froid dans le dos !

Editions de l'Olivier - 165 pages - Traduit de l'hébreu par Arlette Pierrot.  17,50 €

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

03/09/07

On s'y fera - Zoyâ Pirzâd

On_s_y_feraL'histoire se passe en Iran. Nous suivons Arezou Sarem, 41 ans, divorcée et mère d'une fille de 19 ans, Ayeh. Elle est responsable d'une agence immobilière, qu'elle dirige avec son amie Shirine, laquelle va jouer l'entremetteuse en lui faisant rencontrer un client, lors d'une banale visite d'une maison. Zardjou est un homme sûr de lui, qui va réussir à décrocher une signature et un rendez-vous, au grand dam d'Arezou. Elle ne se sent pas prête pour vivre une histoire sentimentale, elle n'a pas follement envie de se changer les idées. Elle a déjà fort à faire entre sa fille, têtue et soupe au lait, et sa mère, qu'on surnomme la Princesse, bref elle se sent prise en sandwich par ces deux ogresses. Où pourrait-elle trouver de la place pour un homme ?

"On s'y fera" est un roman entier, au nom des femmes. On y découvre des destins croisés, des désirs d'émancipation et ce, malgré les liens de la famille qui étranglent et vous lient pieds et poings. La pression est tapie dans l'ombre, on admet une femme indépendante, qui travaille, divorcée, élevant seule sa fille, et finalement c'est au coeur du foyer qu'on ne pardonne pas cet anti-conformisme. On comprend alors combien il sera difficile pour Arezou de faire accepter l'intrusion de Zardjou dans ce schéma complexe.
A elle, donc, d'invoquer le génie de la lampe pour s'offrir une chance de prendre son avenir à bras le corps, et de réussir à braver celles qui font de sa vie une prison dorée. Car après tout, les rencontres aidant, Arezou s'aperçoit qu'elle n'est pas si mal lotie et que d'autres femmes sont dix fois plus infortunées qu'elle.
Le roman est moins doux et poétique que son recueil de nouvelles, Comme tous les après-midi, toutefois cela reste une lecture grisante, tendre et désespérante. Un léger souffle de révolution fait battre le coeur des femmes iraniennes et ce n'est que plaisir à entendre !

Editions Zulma, 325 pages. Traduit du persan par Christophe Balaÿ -  En librairie le 23 Août 2007.

** Rentrée Littéraire 2007 **

Mon avis sur " Comme tous les après-midi " .

Posté par clarabel76 à 19:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,