29/10/06

Le cercle parfait - Pascale Quiviger

cercle_parfaitVous avez entre les mains un roman d'amour. Une histoire de rencontre entre une femme qui est en voyage en Europe et qui croise cet homme pour qui elle décide de tout quitter, tout vendre au Quebec pour retrouver celui pour qui son coeur bat à cadences folles. Cette femme s'appelle Marianne, l'objet de son amour est Marco, italien, célibataire, éleveur de chiens, chasseur de canards. Marianne vient vivre dans ce petit village perdu de l'Italie, elle ne travaille plus, elle vit dans cette attente de lui. Au temps qui passe, s'installe l'ennui, puis la haine et la destruction. Marianne plonge dans une mélancolie dépressive (ou inversement), elle n'a plus qu'une idée en tête : partir.

Celles qui ont aimé un caractère latin comprendront... le charme ténébreux, silencieux et distant, indépendant mais lié à la mama (surtout par la table)... "Marco patrouille son village depuis des années. Dans son lit passent des voyageuses, mais aucune d'entre elles n'acceptera d'épouser son village, sa mère, ses dizaines d'oncles et de cousines, précisément parce que ce sont des voyageuses. Marco est entier, il les laisse partir, il en garde le souvenir comme d'une brûlure bénigne, sachant d'avance que son étrange façon d'être à la fois une racine et une feuille l'empêchera toujours de partir avec elles."

Voilà d'où s'explique le titre du roman : "Le cercle parfait. La vie ronde de Marco. Etanche comme un oeuf. L'univers à l'échelle d'un village dont on ne sort jamais." Et Pascale Quiviger raconte cette magnifique histoire d'amour, même si elle est diantrement ordinaire et de celles qu'on vit tous les jours, pourtant c'est aussi ces histoires-là qui nous nourrissent et nous poussent. Il y a dans ce livre des passages sublimes sur les sentiments amoureux, sur l'acte de tomber en amour, sur l'espoir et l'attente, puis le vide qui gratte à la porte pour creuser son nid dans le coeur de l'amante... C'est stupéfiant ! Si je décidais de reproduire quelques-uns de ces extraits, il me faudrait des pages pour tous les consigner ! ... Lisez ce livre, vous comprendrez !..

Il y a de la poésie, de l'instinct et paradoxalement il y a de l'acuité dans le regard de la narratrice, celle qu'on ne trompe pas et qui pressent l'échec de sa belle histoire d'amour. Et l'humour, aussi, ne l'oublions pas, quand Marianne affronte sa belle-mère autour de repas gargantuesques... Ah, j'allais omettre de citer le 3ème personnage du roman : l'Italie, belle, somptueuse, implacable et fascinante, celle aux "voix secrètes de vêpres", celle au dimanche rose et pâle sur une place baignée de soleil, celle de Giotto, des câpres sauvages poussant sur les murs, etc. "L'Italie est parsemée de lieux de prière et de vengeance, d'art et de pouvoir".

En voilà un roman qui se découvre à chaque effeuillage !.. Note de conclusion : "Le bonheur exige la rupture des cercles parfaits." Point.

Les 400 Coups

  • Pascale Quiviger vit en Italie, où elle enseigne la peinture tout en poursuivant son oeuvre littéraire et picturale. Un premier recueil de nouvelles, intitulé Ni sols ni ciels (2001), s'est hissé au rang des finalistes 2002 des prix Anne-Hébert et Odyssée.
  • Le Cercle Parfait, couronné en 2004 par le Prix du Gouverneur général au Québec, confirme l'opinion élogieuse de la critique.

Posté par clarabel76 à 11:00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


26/10/06

L'été - René Frégni

l__t_Tous les matins, Paul prépare sa terrasse pour son restaurant "Le Petit Farci" qu'il gère avec son ami Tony. C'est bientôt l'été dans ce pays du sud de la France, baignée par le soleil, le calme et l'arrivée imminente des touristes. Un jour sur la plage, Paul croise une jeune femme brune très belle et mystérieuse qui écrit sur un cahier. Il l'aborde, est séduit par son charme et l'invite à lui rendre visite dans son restaurant. Elle viendra, une semaine après. Paul n'espérait plus cette vision idyllique, contient ses émois et commence avec cette beauté fatale une amitié pudique, en attendant de passer à l'acte, sous la demande subite de cette femme.

Sylvia est troublante, étonnante et tourne la tête de Paul. Elle lui apprend qu'elle partage sa vie avec un artiste fou qui menace de tuer son amant (Paul) et de mettre fin aux jours de Sylvia. Elle est attachée à "ce loup", ne veut pas le quitter et confie ses angoisses à Paul. L'homme devient jaloux, ne dort plus de ses nuits, abandonne son boulot, surveille Sylvia pour la protéger et la débarraser de son compagnon... Et puis, les choses se passent tout autrement.

"L'été" de René Frégni est une histoire d'amour tragique, une passion dévorante d'un homme pour une femme à la séduction destructice. L'été de Paul va être celui des nuits sans sommeil, des délires les plus insensés, d'une plongée sans fin dans l'alcool, les souffrances et le machiavélisme. Sylvia est une femme superbe, avec ses blessures secrètes. Elle recherche chez les hommes bien plus qu'un regard concupiscent. Dans "L'été", on assiste donc à un théâtre de drames intimes dont les cartes s'abattent en coulisses, c'est un cruel et sombre duel entre une femme fatale et un homme désespéré par son amour. Ce roman, très bien écrit, est poignant. Surtout dans son dénouement.

Folio

Posté par clarabel76 à 15:00:45 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

22/10/06

Le père éternel - Anne Goscinny

le_pere_eternelSophie et Max se sont rencontrés dans un cimetière à Nice. Sophie n'avait pas dix ans et enterrait son père. Max est le gardien du lieu, il est intrigué par cette enfant avec son bouquet de mimosa, qui n'a pas conscience de la mort. Max a aussi une plaie béante depuis la déportation de sa petite amie juive Hanna, âgée de 17 ans, avec toute sa famille qui logeait dans le même immeuble que ses parents. Aujourd'hui à soixante ans, Max a encore l'espoir qu'elle revienne, du moins il y pense tout le temps. Chaque année, Sophie se rend sur la tombe de son père, au début comme le devoir fidèle d'une petite fille, qui attend que son père se réveille, puis comme une adolescente, en crise, mal dans sa peau, qui ne comprend plus sa mère, laquelle se remarie. Et enfin comme une jeune femme, plutôt brillante étudiante, mais toujours vierge à vingt-cinq ans. Sophie raconte tous ses ennuis, son souci de créer une image paternelle, de chercher chez ses fiancés la rigueur qu'elle attendait d'un père. C'est dur pour elle de se construire, de combler un silence, finalement plus fort et douloureux que l'absence. Insidieusement, Max et elle se comprennent car ils ressentent les mêmes peines, les mêmes manques. Tous deux ont besoin du rendez-vous annuel autour d'une tombe, d'une lettre déposée sous une pierre et de quelques mimosas. Faire son deuil, couvrir le vide immense et trouver des réponses à des questions qui n'en ont pas...

Sophie et Max, on les aime d'office. D'abord en toute innocence, leur histoire est une belle rencontre, l'espoir que cette première fois en appelle d'autres, pousse l'un et l'autre vers de meilleurs jours... Puis le roman gagne en épaisseur, surtout concernant les confidences de Sophie. Ses raisonnements suivent le cours d'une fillette qui grandit, traverse l'adolescence, se confronte à sa mère et sa grand-mère, tente de tomber amoureuse, d'être remarquée par les garçons. Max, de son côté, revit sempiternellement le départ de son amour, se revoit aux portes du Lutetia pour l'accueillir, avoir de ses nouvelles. Il est aujourd'hui fidèle à un souvenir, partage son quotidien avec Thérèse (de Lisieux) et son amie fleuriste prénommée Marilyn. Personnellement, je ne pensais pas m'attacher autant à ce roman et ses personnages. J'ai beaucoup apprécié son envolée, son analyse plus poussée (tout en restant intimiste) de la vie de Sophie, de Max et des autres. La construction du roman donne également de l'élan, nourrit l'intrigue, porte le lecteur à en vouloir plus, connaître le mystère des lettres, par exemple. "Le père éternel" est déjà un titre solennel, à la fois mystique, passionné et criant d'amour. Commencé sans effusion, le roman d'Anne Goscinny gagne en ampleur, sa chaleur se diffuse et emporte le lecteur pour 200 pages de tendresse. Bonne pioche !

Grasset

Posté par clarabel76 à 13:01:22 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

21/10/06

Le fils du Dragon - Laurent Maréchaux

fils_du_dragonAu 19ème siècle, Victor Combault est le digne héritier d'une tradition familiale séculaire : il prendra la mer, il deviendra marin et fera de sa vie une quête perpétuelle vers le bonheur. "Je voyage pour vérifier mes rêves", adage de Gérard de Nerval, est l'un des préceptes de ce héros-loup des mers, qui part de la ville de Nantes à l'âge de 15 ans. Il est surnommé le Dragon depuis l'enfance, sobriquet donné par son père, après avoir vomi sur son visage quand celui-ci le portait dans les airs pour admirer son nouveau-né. Victor est intrépide et goûte les traversées mouvementées et apocalyptiques. Il part dans les Caraïbes où il rencontre Monsieur Georges, un dandy polonais appelé Comte de Korzeniowski (futur Joseph Conrad) et avec qui il croisera à Marseille le chemin du poète fou, Arthur Rimbaud. Victor va connaître sa part d'ombre, "ces recoins secrets où cohabitent pulsions, authenticité, fascination du beau et du glauque, soif de la vie et proximité de la mort". En apprenant la fin proche de son père, Victor rentre chez lui. Il se marie vite fait à Louise, une fille de son pays, avec laquelle il ne trouve pas le bonheur escompté. Alors il fuit à nouveau et va se réfugier dans un coin paradisiaque en Orient, à Semarang, où il trouve l'amour dans les bras de Mey Lan. A Nantes, Louise a donné naissance à un fils, Rodolphe, qui ne connaîtra jamais son père. Alors qu'il est âgé de dix ans, le garçon apprend la mort de cet inconnu et décide, cinq ans après, de partir sur les traces du disparu.

"Le fils du dragon" est un roman haletant, palpitant, héritier de la scène des romans d'aventures, propres à Conrad, personnage qu'on croise d'ailleurs dans le roman ! L'ombre poétique de Rimbaud flotte, depuis Une saison en enfer à l'homme brisé et malade dans un hôpital de Marseille, très amer et n'écrivant plus de poésie, cet être désespéré qui a "passé l'âge de jouer au cerceau". Outre ces anecdotes croustillantes, le roman fait aussi l'apologie des aventures des mers sur les voiliers, les trois-mâts et autres flibustiers impavides et flamboyants. Ce monde obscur, plongé entre la vie et la mort, sans cesse à repousser les limites, à braver l'anéantissement. C'est en somme une histoire d'hommes perdus, de bordels et d'opium, une histoire de quêtes : d'un homme vers les plaisirs fous, d'un fils vers un père mystérieux, d'un Dragon vers des contrées sans contraintes. C'est tout bonnement exaltant et excitant, ça se lit d'un coup et ça vous récupère votre âme d'enfant et d'aventurier (ou aventurière). C'est le pied !

Le Dilettante

Posté par clarabel76 à 08:04:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

20/10/06

Les traces - Delphine Coulin

les_tracesClaire a quarante ans, elle est auxiliaire de vie. Sa vie est désespérément vide, solitaire et accrochée à "ses petits vieux". Elle vient tous les jours, à tour de rôle, chez Alice, Hugo, Gwenn et Rose. Tellement creuse est sa vie qu'elle commence à grappiller celle de ses patients. Elle fouine, fouille, chaparde discrètement pour se remplir de souvenirs. Jusqu'à sa rencontre avec Olivier, la rencontre de la dernière chance. Une relation absolue, une envie envahissante au détriment de "ses petits vieux" qui vont lui faire payer sa négligence.
"Les traces" est un roman à tonalité très particulière : la voix de la narratrice est lancinante, plate et presque ennuyeuse. Le procédé n'est pas anodin et montre ainsi l'existence pathétique de l'héroïne. Et malgré tout, la plume est acide, amère et assassine. Du coup c'est très réussi : on suit avec plaisir le quotidien de cette femme de presque 40 ans, complètement esseulée, qui se donne à fond dans son métier, qui ne vit que pour "ses petits vieux".  On s'attache, on s'arrache, tantôt dégoûté, tantôt ému. Ce n'est pas rien de ressentir autant de sentiments confus et complexes pour ce premier roman réussi et prometteur ! ... Avec en prime, en décor de fond, un petit goût de Bretagne fort appréciable ...

Grasset

Posté par clarabel76 à 09:30:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


14/10/06

Paris l'après midi - Philippe Vilain

paris_l_apresmidiParis, l'après-midi : le narrateur croise une jeune femme blonde et élégante. Elle s'appelle Flore Jensen, elle est mariée, il est conquis. Une liaison commence, dans laquelle l'homme y plonge coeur ouvert. Il est fou amoureux, mais la belle se désiste, fuit, devient distante, puis le quitte, sans nouvelles. Fini le temps des roucoulades, il faut apprendre la séparation, le désarroi, le manque et la frustration. "Paris l'après-midi" est un roman personnel et intime dans lequel Philippe Vilain se dévoile sans pudeur. "L'écriture ne permet pas de revivre le passé, ni de retrouver ce que nous avons perdu, tout juste permet-elle de sauver par des mots quelque chose de sa vie, de voler à l'oubli qui menace des images"... C'est une histoire ordinaire, c'est la liaison de deux amants, le sentiment de pâmoison avant les premières fissures (doute, angoisse, partage, envie de meurtre, tromperie). Le roman est merveilleusement écrit, avec de belles réflexions sur l'auteur et ses implications amoureuses, "si l'amour n'est pas une fuite perpétuelle, un départ condamné d'avance à ne trouver que cette absence essentielle, suggérée par ce vers d'Eluard, "quand tu aimes, il faut partir", et qui a fait de ma vie sentimentale un vagabondage plus ou moins heureux, une errance solitaire". Philippe Vilain fait partie de ces écrivains qui alimente leur fiction par leurs expériences personnelles - que cela plaise ou non, c'est assez fringant sous la plume de ce dernier. "Aimer c'est toujours repartir de zéro, annuler son histoire." - La suite, au prochain épisode !

Grasset

Posté par clarabel76 à 09:31:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

Une promesse - Sorj Chalandon

une_promesseUne maison en Mayenne, apparemment vide, silencieuse et inhabitée, reçoit la visite de sept personnes qui viennent à tour de rôle pour ouvrir les volets, dresser la table, mettre des fleurs, remonter l'horloge, lire de la poésie à haute voix, etc. Cette maison est celle de Fauvette et Etienne. Ce sont les deux âmes sombres du lieu, maintenues présentes par la lampe et les visites. Les mois passant, la promesse faite par les sept amis commence à peser. Le mystère doit s'éclaircir et la parole donnée doit être revue, analysée, corrigée... oubliée ? Pour faire le point, chacun y va donc de sa petite histoire, qui seule suffira à maintenir en vie le souffle des disparus. Tel est donc le propos de ce deuxième roman de Sorj Chalandon, auteur du "Petit Bonzi". C'est une histoire à la fois émouvante et attendrissante, qui met en lumière les rapports d'amitié et les liens sacrés qu'ont su créer le couple de Fauvette et Etienne avec leurs proches. Les rites qu'accomplissent religieusement les uns et les autres répondent à une exigence secrète, un pacte obscur pour retarder le deuil. D'un côté, on pense à des personnages spectraux, d'un autre on lit l'hymne d'une prodigieuse amitié et d'un amour éternel. Ce roman est un mélange bouleversant entre le beau, le sacré mais aussi la maladresse. Il y a, à certains égards, quelques moments d'étrangeté qui pénalisent le lecteur à être pleinement touché, mais "Une promesse" reste un joli roman...

Grasset

Posté par clarabel76 à 09:28:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

13/10/06

Crimes horticoles - Mélanie Vincelette

crimes_horticoles"Crimes horticoles" est le premier roman publié en France par cette québecoise de trente ans et qui signe là un joli moment de lecture : une jeune fille de 12 ans va vivre en un été les plus troublants sentiments d'amour, d'attirance et d'amitié, sur fond d'un motel désaffecté, avec un père qui cultive en secret des champs de pavots, une mère enceinte et un tuteur qui promet de l'emmener au Maroc en septembre, plus une meilleure amie Nila dont la mère a pris la poudre d'escampette à la naissance, un nouveau vicaire au charme ravageur, un corps de femme retrouvé morte assassinée, des danseuses exotiques et des délires à la pelle. Il y a dans ce roman un doux parfum d'aventure, d'apprentissage juvénile chez cette adolescente qui ne se trouve pas jolie. Cela se passe dans une petite ville atypique et pittoresque, croquée avec humour et tendresse. Il y a, derrière cette fausse jovialité, du drame et un grand cri d'amour désespéré. On y trouve également un précieux héritage d'une école anglo-américaine non négligeable et caractéristique par la brochette de personnages bigarrés et sa narratrice en quête d'identité. C'est bouillant, prometteur et truculent ! A saisir !

Robert Laffont

  • " On aurait pu croire qu'ici les habitants sont nés siamois, avec des pieds bots ou des becs-de-lièvre. Mais c'est le contraire. Partout sur le continent, on clame que les plus belles femmes viennent de La Conception. Elles sont notre trésor municipal. Selon la légende, ce serait l'eau de la source qu'elles boivent depuis la naissance qui leur donne cette peau immaculée, ce teint qui rosit les soirs où l'on peut voir leur souffle condensé s'échapper de leurs lèvres tant il fait froid. Elles ont des yeux qui pénètrent les âmes les plus coriaces et leur peau laisse sur la langue un léger goût de sapinage. "

Posté par clarabel76 à 11:40:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Valdingue - Natalie Carter

valdingueUn môme de 13 ans met le feu dans la maison de son grand-père et prend aussitôt la fuite, abandonnant le corps calciné de celui qui l'avait élevé depuis la mort de sa mère, noyée peu après sa naissance. Dit-il, car Antonin vient de recevoir une lettre d'Amérique qui a complètement chamboulé le garçon. Il pète les plombs et part le plus loin possible. Sur son chemin, il croise une femme qui l'appelle Alexandre, elle l'héberge dans une maison sur la plage, près de l'océan. Cette femme, Eve Beauchamps, porte un imperméable beige et n'a plus le goût à vivre non plus. Elle est également en fuite, le souvenir de son garçon semblant la rattraper plus vite qu'elle ne le pensait. Car survient le type, Jean, qui épie ce couple étrange et adresse ses rapports à une fille, qu'il décide de larguer sur un coup de tête, trop las, dit-il, d'être « un coucou velléitaire, élégamment désespéré, dont le principal talent consiste à dégotter des nids douillets où il peut bichonner avec complaisance son incapacité d'écrire » !

Drame en quatre actes, ainsi se résume « Valdingue », premier roman de Natalie Carter, scénariste pour le cinéma et la télévision. On lui doit, par conséquence, une manie pointilleuse à détailler en séquences hachées les scènes de son histoire, qui s'étoffe au fil des pages, suivant l'avancée du roman, qui dévoile page après page son intrigue et les dessous cachés du pourquoi le môme a-t-il tout brûlé, que disait sa lettre d'Amérique, que fuit Eve Beauchamps, qu'espère Jean et que sait vraiment la fille, à la fin de ce témoignage ? Le môme, le type et la fille sont les principaux pôles du roman, autour desquels va s'écrire « Valdingue ». C'est à la fois prenant, pesant et étouffant. Le môme, en ce qui concerne son chapitre, est un gamin violent et détestable, le lecteur devra surmonter son antipathie pour poursuivre sa lecture. Car « Valdingue » est un roman qui mérite le coup d'oeil, pas très long à lire, seulement 140 pages, et une histoire à la fois violente et tragique.

Robert Laffont

Posté par clarabel76 à 11:38:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Passage du gué - Jean Philippe Blondel

passage_du_gueUn jeudi d'octobre 1986, Myriam rencontrait Fred sur un air de Martha Davis. Instant de grâce : le jeune homme est sous le charme. Or, Myriam partage sa vie avec Thomas, jeune cadre dynamique. La vie passe... Fred, Myriam et Thomas deviennent un couple à trois, indissociables. Ils s'aiment à leur façon, un peu à la Jules et Jim, mais ils ont une histoire à eux, beaucoup plus nuancée pour être contenue dans une case. Impossible à juger. Simplement, ces trois-là sont des statues de cire qui ne se parlent pas ouvertement. Ils s'observent, ont des fantasmes, des attirances, des envies, des manques, des frustrations, et dans le fond ils se loupent. Mais ce n'est pas grave.

Car ce tout nouveau roman de JP Blondel est vraiment tout nouveau, complètement différent de son style habituel et de son créneau "petite madeleine de Proust" (raconter sa vie sur le souvenir d'un objet ou d'une chanson). "Passage du gué" est un roman beaucoup plus impudique, tout en demeurant sur sa réserve. Il aborde un sujet plus délicat, plus subtil. C'est une démarche osée pour l'auteur, il pénètre un territoire épineux qui concerne les relations entre homme ou femme, il aborde le désir, l'attente, la convoitise. Il se met dans la peau d'une femme et exprime le vide dans son ventre. Il met en lumière l'ambivalence des amitiés masculines. Il devient aussi le lien de transition, celui qui passe le témoin, chasse la souffrance, pousse les souvenirs vers leur sortie. Chez Blondel, on parle alors de la "mémoire des corps", c'est une notion raffinée qui concerne une relation intuitive et instinctive, maniée très intelligemment.
Ce roman a tout pour charmer, troubler, émouvoir et bouleverser. Il vise des contrées secrètes. Il place le lecteur en état de grâce. A aucun moment, on ne peut deviner ce qui va arriver (et on ne doit pas le dire). Et ces trois personnages, Fred, Myriam et Thomas, on les prend dans nos bras, on les aime, on leur souhaite qu'ils s'aiment à fond, qu'ils s'en sortent. Leur histoire n'est pas finie et tout lecteur gardera une place dans son corps en souvenir...

Robert Laffont

Posté par clarabel76 à 11:37:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]