08/07/14

Les Augustins, de Mélisa Godet

Les Augustins

Malika est une jeune journaliste pour un magazine web et cherche à imposer sa marque en acceptant de partager la vie d'un squat pour une idée de reportage audio et photographique. Elle est fraîchement accueillie par un artiste de la bande des Augustins, Gabor, vexé d'avoir été dupé par la belle lors de leur première rencontre (elle lui avait raconté une histoire à dormir debout !). Une tension bénéfique pour pimenter gentiment la lecture autour d'une relation pleine de peps et de charme. Sans quoi, sur place, Malika ne rencontre aucun souci d'adaptation ni d'acceptation. Elle fait connaissance avec les militants de l'association Droit d'agir, Thomas, Marc, Lino... Se lie d'amitié avec la vieille Jacquotte, dont le franc-parler fait glousser dans les chaumières. Se passionne pour les histoires des marginaux, des sans-papiers, des opprimés, des désenchantés, des taiseux, etc. Cette totale immersion offre un aperçu des exclus de la société et du solide sens d'entraide qui découle de leurs petites misères. C'est vraiment pas mal du tout, au-delà de l'aspect sociétal et politique, j'ai retenu de ma lecture l'image d'une belle générosité autour d'une communauté bigarrée, attachante et joyeuse. Avec des personnalités entières, rayonnantes et très touchantes. C'est un premier roman, récompensé par le prix Nouveau Talent 2014, qui se révèle une fraîche et agréable découverte. On suit aussi l'histoire d'une jeune femme en quête de ses origines, animée d'une ambition farouche mais pas écrasante. Malika est sensible et passionnée, elle a tout à gagner de son expérience ! Certes, l'intrigue est gentille, pas surprenante, mais quel plaisir (simple) de lecture !

JC Lattès ♦ mai 2014

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23/06/14

Central Park, de Guillaume Musso

Central Park

Alice travaille à la police criminelle de Paris. Gabriel est pianiste de jazz à Dublin. Ils ne se connaissent pas mais se réveillent tous deux sur un banc, à Central Park, menottés l'un à l'autre. La veille encore, Alice sortait avec ses copines pour une soirée bien arrosée. Que lui est-il arrivé, que fait-elle à New York et que diable lui veut cet inconnu qui ne la quitte plus d'une semelle ? Ils décident malgré tout de faire équipe et se lancent bon gré mal gré dans une enquête endiablée, sur la piste d'un tueur en série, qui sévit depuis trois ans dans la capitale française. Son potentiel retour fait frémir d'horreur Alice, qui en a fait une affaire personnelle. C'est le deuxième roman de l'auteur que j'écoute à l'approche des vacances. L'expérience est assez déconcertante, pas contre l'interprétation lisse et impeccable de David Manet, mais par principe. En fait, j'ai été plutôt agréablement surprise par l'histoire, au scénario bien ficelé, mené tambour battant et au suspense efficace. J'ai vraiment bien accroché, et ce pendant les 3/4 du roman. Puis, la fin... désolante. Je l'ai trouvée tellement décevante, en comparaison du reste. Limite banale. J'ai eu la sensation de retomber lourdement sur mes pieds. Dommage. Je pensais m'en tenir au seul reproche de l'écriture, pour moi, maniérée et précieuse (« les mille nuances des reflets d'or de son chignon, son visage fragile et diaphane, ses lèvres sèches rose pâle d'où sortait un souffle chaud »), mais le dénouement a le goût d'un soufflet dégonflé. Mouaip ! ... 

Audiolib, juin 2014 ♦ texte intégral lu par David Manet (durée d'écoute : 7h 50) ♦ 

Posté par clarabel76 à 08:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/06/14

N'oublier jamais, de Michel Bussi

N'oublier jamais

En sortant faire son footing, près des falaises d'Yport, Jamal n'imaginait pas croiser le chemin d'une belle jeune femme éplorée, prête à se jeter dans le vide. Il la retient un bref instant, lui confie une écharpe rouge, mais assiste impuissant à sa chute. Il retrouve deux autres témoins sur la plage, confie son témoignage à la police, avec toutefois quelques réserves. Très tôt, l'homme a peur de servir de bouc-émissaire. Lui, “l'arabe infirme, qui travaille chez les fous”, serait le coupable idéal. Aussi, décide-t-il de mener sa propre enquête. Il commence également à recevoir d'étranges courriers, contenant des rapports très détaillés d'une enquête criminelle, survenue dix ans plus tôt, impliquant le meurtre d'une jeune femme dans les mêmes circonstances. Et Jamal, sidéré, réalise que l'étau se resserre car toutes les preuves sont contre lui ! Le scénario est habile, à rendre les frontières entre le vrai et le faux plus que friables, en plus des allusions dans le texte, du style “Ceci est la version de Jamal. La vraie ?”. Une manière astucieuse de tenir le lecteur en haleine. Et effectivement, on ne démord pas du livre et on rebondit d'indices troublants en révélations aberrantes... jusqu'à un dénouement assez déconcertant. (La fin est, pour moi, tirée par les cheveux mais n'altère pas mon appréciation globale non plus.) L'auteur a tenté un coup de poker, soit. À prendre ou à laisser. J'ai également été sensible à cette petite balade au cœur du pays normand, une région qui m'est très familière, où il me suffisait de fermer les yeux et visualiser les lieux. C'est un détail, mais cela a son charme aussi. La version audio est sans défaut, avec un François Tavares confident, rapporteur, comploteur et manipulateur. Vraiment, très bluffant ! J'ai beaucoup aimé, même si ce ne sera pas mon livre préféré de l'auteur non plus. J'ai, malgré tout, passé un excellent moment !

Audiolib, mai 2014 ♦ texte intégral lu par François Tavares (durée d'écoute : 12h 23) ♦ Presses de la Cité, 2014

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16/06/14

La petite communiste qui ne souriait jamais, de Lola Lafon

La petite communiste qui ne souriait jamais

JO de Montréal, 1976. Une jeune gymnaste roumaine affole les ordinateurs avec une note jamais atteinte, le 10 d'excellence. Nadia C. entre dans la légende. Ce roman, c'est un peu son histoire, sous forme de dialogue fantasmé entre l'écrivain et la sportive, une histoire de dévotion, de sacrifice, d'ambition, de performance, de perfection et de féminité. Car comme l'explique l'auteur dans son entretien (en dernière plage du livre audio), c'est naturellement une histoire de corps et de femme, qu'on malmène et qu'on juge, au fil du temps et des événements de la vie.

Âgée de seulement 14 ans, Nadia est propulsée sous les feux de la rampe, adulée et aussitôt instrumentalisée par la classe politique, également figure de proue d'une école de l'Est (qui élevait des championnes à la baguette). Puis, cap de l'adolescence... difficile. Non elle n'est plus une petite fée virevoltante, à vingt ans elle ne possède plus cette grâce et cette souplesse juvéniles, elle devient femme, avec des choix de vie, une vie amoureuse, des excès etc. La pression est constante. Nadia n'est plus une personne, juste une enveloppe. Une apparence.

Je ne m'attendais sincèrement pas à aimer autant ce livre, qui pullulait partout, sur les blogs, ces six derniers mois. Et il a fallu que je tente l'expérience du livre audio, merveilleusement rendu par l'interprétation de Chloé Lambert, pour me convaincre définitivement. Sans m'y attendre, j'ai été conquise par le ton mélodieux, la construction de l'histoire, l'emboîtement des pièces, des dates et du parcours, le contexte politique, la folie inhérente et le portrait toujours flou, toujours inatteignable de la gymnaste (véritable icône). C'est foncièrement captivant. De plus, le récit n'est jamais tout sucre, tout miel. L'auteur met en place une conversation imaginaire avec l'athlète, qui apparaît pincée, mécontente et boudeuse, mais sans volonté de nuire au personnage. Juste pour recadrer son propos, sans offrir une image trop policée. 

En bref, le livre est un véritable succès de librairie, tout à fait mérité ! Et l'auteur, dans son entretien, en parle divinement bien. 

Audiolib, juin 2014 ♦ texte intégral lu par Chloé Lambert ♦ Suivi d'un entretien avec l'auteur ♦ avec l'aimable autorisation des éditions Actes Sud

une petite vidéo pour se rafraîchir la mémoire !   http://youtu.be/Yi_5xbd5xdE

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13/06/14

Dans les rapides, de Maylis de Kerangal

« T'es rock, t'es pas rock. La vie rock. Ce n'est pas gravé sur les disques, ce n'est pas imprimé dans les livres. Une épithète consubstantielle, un attribut physique comme être blonde, nerveux, hypocondriaque, debout. Rock rock rock. Le mot est gros comme un poing et rond comme un caillou. Prononcé cent fois par jour, il ne s'use pas. Dehors le ciel bouillonne, léger, changeant quand les nuages pèsent lourd, des milliers de tonnes bombent l'horizon derrière les hautes tours, suspendus. Être rock. Être ce qu'on veut. Plutôt quelque chose de très concret. Demandez le programme ! »

Dans les rapides de Maylis de Kerangal

Le Havre, 1978. Lise, Marie et Nina ont 15 ans et s'ennuient. Un dimanche de pluie, elles font du stop et dans la R16 pistache « déboule une voix de fille, une voix de fille qui sonne comme une voix de fille justement, une voix qui chante vite, et fort, et vite et fort et vit »la voix de Debbie Harry, la chanteuse de Blondie. Debbie qui s'impose aux garçons de son groupe, Debbie qui va devenir leur modèle. Les filles courent acheter le disque, le passent en boucle. Et rêvent en grand (New York, la liberté, le rock, la vie, etc.). Avec son style syncopé, son écriture débraillée et sa gouaille de rockeuse, Maylis de Kerangal injecte à son histoire une nostalgie euphorisante. Elle y clame la passion d'une époque, l'esprit d'une jeunesse désenchantée mais exubérante, la volonté de croire en ses rêves et de suivre son étoile. En clair, cette lecture vous galvanise ! La musique est partout, pas seulement Blondie et son image rock et glamour, on découvre également Kate Bush (« la petite voix, le filet d'or, le bijou du pendentif sur la gorge du rossignol ») à travers son album The Kick Inside qui va bouleverser l'unité du groupe. C'est à lire avec le casque sur les oreilles, pour une rencontre lumineuse et électrisante ! 

♪♫ en poche ! ♫♪ Folio, juin 2014 ♦ 1ère publication aux éditions Naïve, janvier 2007

Posté par clarabel76 à 18:00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


29/05/14

Et puis, Paulette..., par Barbara Constantine

Et puis, Paulette

Ce livre est tout bonnement une promenade revigorante à la campagne, où l'on croise une brochette de personnages très sympathiques, Ferdinand, Guy, Marceline, Simone, Hortense, tous abonnés à la carte Vermeille, et qui vont décider de troquer leur solitude respective en une cohabitation joyeuse et mouvementée dans la ferme de Ferdinand. Leur communauté va également accueillir une jeune infirmière (Muriel) et un étudiant passionné d'agriculture (Kim), sans oublier les familles et les proches, Mireille, la belle-fille, et ses deux garçons, les Lulus. Enfin, vous imaginez bien le tableau aux couleurs bigarrées, animés de bons sentiments, c'est beau comme tout, lisse et impeccable, franchement on a la bouche en cœur devant une si parfaite félicité ! Barbara Constantine n'a pas écrit une grande histoire, structurée ou élaborée, au contraire elle n'est que simplicité, générosité, partage et entente exquise. Et ça fait du bien ! Pour bien faire, Daniel Nicodème livre une interprétation exceptionnelle, à la fois vivante et enlevée, on se régale à l'écouter nous faire l'étalage de cette histoire de vieillesse, avec perte et fracas, pulvérisée par une fabuleuse solidarité, turbulente et bienfaitrice. C'est un texte sans chichi, mais qui communique du bonheur et un optimisme ravageur. On sort de là ragaillardi et le sourire jusqu'aux oreilles.

Audiolib, mai 2012 ♦ texte intégral lu par Daniel Nicodème (durée : 5h 18) ♦ dispo aussi chez Calmann-Lévy et Livre de Poche

22/04/14

Muchachas (1) de Katherine Pancol

IMG_0860

Dans Muchachas, on retrouve Hortense et Gary à New York... puis Joséphine à Londres, et Zoé qui n'en peut plus de vivre loin de son amoureux, obligeant sa mère à un énième sacrifice qui nous fait lever les yeux au ciel. Puis, on découvre Stella, au volant de son camion, et sa maman Léonie, hospitalisée, complètement démolie par son homme, Ray Valenti, la coqueluche de la ville.

Froncements de sourcils, perplexité, je n'étais pas sûre d'adhérer au nouveau programme. Puis, au fil des pages et des chapitres, l'histoire s'est envolée, a continué de livrer ses secrets, ses drames, ses peines. Impossible de demeurer insensible, j'étais au cœur du récit, parmi les personnages, partageant la même histoire. Sensation rare et grisante.

C'est, de plus, amené en douceur, avec tendresse et habileté. Katherine Pancol est réellement douée pour créer ce lien invisible. Certes, le sujet de fond (les violences faites aux femmes) me faisait peur, je redoutais du pathos et trop de misérabilisme. Et finalement, non. On découvre un récit prenant et poignant, traité avec beaucoup de pudeur, sans désinvolture, au contraire, on ressent une sincère empathie. Cela m'a plu, tout simplement.


Pour bien faire, Audiolib a accordé sa confiance à Marie-Eve Dufresne pour l'interprétation, un excellent choix qui a déjà fait ses preuves (cf. la précédente trilogie), on passe ainsi un très bon moment, grâce à une écoute agréable et apaisante, qui nous berce dans ce nouvel univers, désormais familier... J'ai hâte de découvrir la suite.

Audiolib, avril 2014 ♦ texte intégral lu par Marie-Eve Dufresne (durée : 9h 23) ♦ Albin Michel, février 2014

Posté par clarabel76 à 08:15:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10/04/14

Elle marchait sur un fil, de Philippe Delerm

IMG_0830

Marie, cinquante ans, partage sa vie entre Paris et la Bretagne. Attachée de presse indépendante, elle tient à défendre des ouvrages de qualité, dont un petit roman qui va connaître un succès fulgurant, duquel elle se détachera très rapidement, ne se reconnaissant plus dans le système et la soif de reconnaissance de l'auteur.

En fait, Marie vient de rencontrer une jeune troupe de comédiens, avec qui elle a décidé de monter un spectacle. Forte de son expérience, de sa passion dévorante pour le théâtre, elle se lance dans ce nouveau projet avec une énergie folle, quasi intransigeante. Une manière de la consoler du choix de son fils, comédien prometteur, qui a mis un terme à sa carrière pour une profession plus conventionnelle, et avec lequel elle a aujourd'hui bien du mal à accorder ses violons.

Aussi apprécie-t-elle chacun instant passé en compagnie de sa petite-fille Léa, chez laquelle elle entretient amoureusement la fibre artistique, dans le dos des parents. Finalement, je crois que ce qui m'a le plus touché dans ce roman, c'est la sensation de familiarité, de retrouver un vieil ami, de me sentir chez moi, à l'aise, parmi les pages du livre. Sans quoi, le personnage de Marie n'est pas du tout attachant, car trop froid, indifférent, rigide et au caractère exclusif et entier (au vu de la fin).

L'histoire aussi s'écoule lentement, timidement, avec des petites notes toujours appréciables sur la vie, les livres, Proust, la Bretagne, la vie parisienne, la vie précieuse et le théâtre, le don de soi, l'amour filial, conjugal, etc. De belles petites choses, à apprécier au compte-goutte, mais sur lesquelles on referme la dernière page du livre, en sachant pertinemment qu'elles s'évanouiront tout aussi vite dans les airs. Des retrouvailles savoureuses, mais trop fugaces... 

Seuil ♦ avril 2014 ♦

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08/04/14

Les dieux sont vaches, par Gwendoline Hamon

IMG_0828

Terrible et bouleversant ouvrage que voilà ! Je l'ai accueilli en toute innocence, séduite par la couverture, sans connaître l'auteur, ni le propos. Je l'ai ouvert, confiante. Et là, les mots imprimés noir sur blanc sont apparus, m'ont sauté aux yeux, j'ai immédiatement su que ce livre allait me mettre le cœur en miettes.

La maman de Zélie, même pas soixante ans, est gravement malade, un cancer à l'utérus qui la ronge de l'intérieur, le médecin annonce laconiquement plus que dix jours à vivre... Branle-bas de combat, la famille se réunit, cache la vérité, supporte les crises, les caprices, se serre les coudes, pleure, est atterrée.

Un an plus tôt, Caroline avait fêté au champagne sa guérison. Cette femme fantasque, exubérante, insatiable, irresponsable et spontanée est certes une maman invivable, qui sans le savoir a fait subir à ses filles une relation vorace et conflictuelle, mais malgré tout, elles pardonnent, elles oublient, elles ne sont pas prêtes à devenir orphelines.

C'est un livre poignant, très personnel, et qui renvoie fatalement à sa propre histoire, donc forcément pour moi cela a été une lecture coup-de-poing, douloureuse et accablante. Pourtant, le portrait de Caroline est tellement touchant dans sa volonté d'authenticité, de sincérité. C'est une femme complètement folle, instable mais animée par la générosité et la franchise. Une femme entière, sans jamais de demi-mesure.

J'ai tout absorbé, en souriant, en pleurant, en m'identifiant, parfois, souvent. C'était une rencontre imprévue, qui m'a fichue à terre, mais une belle rencontre, nécessaire et vivifiante.

JC Lattès, mars 2014

Posté par clarabel76 à 08:30:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

07/04/14

Au revoir là-haut, par Pierre Lemaître

IMG_0811

Deux soldats démasquent la duperie de deux officiers sur le champ de bataille, quelques jours avant l'armistice. Cela va les plonger dans un chaos d'infortune et de misère, d'où ils espéreront en sortir (et clamer ainsi leur vengeance) en élaborant la plus grosse arnaque d'après-guerre.

La période de démobilisation décrite par Lemaître offre un aperçu d'une société en déroute, dépassée par les événements et souvent prête à bafouer le sacrifice des disparus (en se livrant notamment au commerce des morts). C'est ainsi qu'on va suivre le parcours d'individus tristement ordinaires, Eugène, Albert, Henri, M. Péricourt, Madeleine etc., sans charisme pour la plupart, et qui nous laissent donc dans l'indifférence totale.

En toute honnêteté, j'ai été déçue par le roman. Le début s'annonçait prometteur mais le reste s'est étiré en longueur, c'est devenu lassant. Par contre, la lecture audio offre un moment très agréable d'une lecture faite par l'auteur lui-même, qui vous colle l'impression d'une communion entre celui-ci, son texte et le lecteur. Symbiose totale et parfaite. Pierre Lemaître a pris plaisir à lire son propre livre, cet enthousiasme est perceptible, très convaincant, une vraie bouffée d'oxygène dans un univers grisâtre et pétri d'amertume.

Audiolib ♦ mars 2014 ♦ texte intrégral lu par l'auteur (durée : 16h 57) ♦ suivi d'un entretien avec l'auteur 

Posté par clarabel76 à 08:00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,