12/09/22

Le Chant de la Lame (Kit Colbana #1) de J.C. Daniels

kit colbana 1 ⭐⭐⭐⭐

Mon nom est Kit Colbana. Dans un monde rempli de métamorphes, de vampires et de sorcières capables d’exposer vos entrailles à l’air libre, je ne suis quasiment rien. Un pion.


Les premiers pas dans cette lecture sont plutôt compliqués parce que ça va vite, ça présente approximativement (il existe des petits épisodes antérieurs publiés en anglais) mais surtout l'univers n'est pas gai. On a une héroïne au passé sombre et douloureux - Kit Colbana - qui est une moitié d'amazone. Sa grand-mère a toujours rejeté sa partie humaine et lui a donc fait subir les pires sévices durant son enfance. Si bien qu'à l'âge de quinze ans, Kit a fui pour vivre seule et sans attache. Elle est désormais devenue une détective privée pour le compte de créatures surnaturelles. Sa dernière affaire consiste à retrouver un adolescent fugueur. Accessoirement le neveu de l'Alpha des Chats (une nana cinglée et tyrannique). Kit doit se coltiner son bras droit - Damon Lee - un métamorphe sexy mais affreusement brutal. L'entente n'est donc pas au beau fixe. Kit est une nana farouche et indépendante. Elle ne supporte pas les intrusions de ce type et le lui rend bien. Damon est de prime abord rustre et autoritaire jusqu'à ce que son attitude s'adoucisse un petit peu. Mais disons que le changement de ton est difficile à digérer. Quand on débute avec une telle tension, dans un climat aussi pesant et violent, on n'est pas prêt pour accueillir les prémices d'une romance. Cette transition est mal gérée car trop soudaine, trop rapide aussi.

Sinon, il se passe beaucoup de choses dans ce livre. Beaucoup d'action. Beaucoup de personnages. Beaucoup de clans et d'enjeux. On sent un monde en devenir. Toute une sphère politique très fragile et un ennemi rancunier qui viendra réclamer son dû. Au final, même si la lecture me laisse un goût amer (car Kit est accablée par sa vie, son passé, son futur etc.), j'ai très envie de poursuivre l'aventure en lisant les prochains tomes !

— Pourquoi faut-il que tu te plantes en permanence à dix centimètres de moi ? demandai-je en laissant tomber ma tête contre la voiture. Vous ne connaissez pas la notion d’espace personnel, chez vous ? — Si. Et envahir le tien est devenu une étrange obsession chez moi.

Éditions Alter Real, 2021 pour la traduction. Traduit par Annabelle Blangier

⭐⭐⭐⭐


24/08/22

La Vengeance du Renard (Kit Davenport #1) de Tate James

Encore une fois, ne vous fiez pas à l'emballage car la couverture n'est pas très représentative de l'histoire ! Et peut induire en erreur. Selon ses attentes, hein. Surtout, c'est très sympa et moins sexy-lady-walking-in-a-wild-world.

La vengeance du renard Kit DavenportKit Davenport est une lycéenne de dix-neuf ans, adoptée par un riche homme d'affaires, scolarisée dans une école privée. Elle se fait aussi connaître en tant que Renarde avec la complicité de sa meilleure amie Lucy (elles volent des biens de valeur). 

Mais les filles se font repérer et doivent revoir leur plan. Kit accepte de cohabiter avec les cinq agents de l'équipe Alpha - tous très beaux, séduisants et sexy en diable. Elle convient de se tenir à carreau si cela peut aider ses recherches sur son passé sombre et douloureux.

En même temps, Kit va suivre un entraînement et exploiter certaines de ses compétences (vitesse, force et capacité de guérir). De quoi susciter le mystère sur ses origines.

Et disons que partager le quotidien avec cinq modèles d'exception peut motiver la donne. Kit ne sait plus qui a sa préférence, entre Caleb (si tendre), Wesley (le geek sensible), Cole (qui transpire le danger) et River (au charme britannique). Seul Austin n'a pas souscrit au fanclub et ne masque pas son dédain.

Qu'importe. Kit butine en toute insouciance car elle a besoin de sa dose de séances coquines pour calmer son adrénaline. Eh oui. Il n'y a rien de choquant là-dedans puisque les personnages sont tous hyper attachants et les moments de connivence se fondent dans le décor.

Ce premier tome distribue les cartes. C'est simple, pas aguicheur. On trouve juste deux petites scènes smutty. Très correct. La relation entre Kit et ses garçons sonne naturelle. Accord tacite. Nulle promesse ni trahison. Tout le monde est content. Pourquoi se compliquer l'existence. Et pourquoi choisir !

Si le concept vous intrigue, n'hésitez pas. Le casting est franchement canon. Pour ma part, je suis curieuse de lire la suite car l'enquête de Kit sur ses origines prend aussi de la consistance et emprunte des chemins de traverse qui alimentent mon imagination en surchauffe. Hâte de découvrir ça. Deux autres tomes sont déjà traduits, sur les 6 que compte la saga au total.

La vengeance du renard écrit par Tate James est un roman de 392 pages publié le 26/05/2021 dans la collection Onirique aux éditions Bookmark.

⭐⭐⭐⭐

18/08/22

Trompée par les ténèbres (Melena Sanders #2) de Susan Illene

Melena Sanders 24.5 stars ⭐ Juste regrettable d'avoir une traduction et une relecture si peu soignées. Pour que je le souligne, c'est dire comme c'est parfois pénible au cours de la lecture !

Sinon ce deuxième tome est incroyable : les émotions sont fortes. L'action est partout. Les personnages se révèlent. L'alchimie entre Melena et son Nephilim est explosive. Il y a un tel revirement dans leurs rapports que vous restez sans voix. J'avais vu venir le truc entre eux - trop de tension - qu'il ne pouvait en être autrement. Mais attention, rien n'est simple non plus. D'où un final déchirant.

Il me tarde de retourner en Alaska pour poursuivre les aventures de notre héroïne si courageuse et qui est emportée malgré elle dans une série d'événements dramatiques ! Une vraie, bonne révélation que cette saga.

Lucas ne connaissait pas la définition de douceur, et pourtant, il faisait extrêmement attention à ne pas me blesser. D’une façon ou d’une autre, j’avais acquis la capacité de dompter le lion.



— Qu’avez-vous fait ? demandai-je dans un soupir. Le creux me causait une douleur émotionnelle indescriptible. — J’ai délié ton âme de celle du nephilim, déclara-t-il.

Trompée par les Ténèbres écrit par Susan Illene est un roman de 408 pages publié le 28/10/2016 dans la collection Urban Fantasy.

Traduction de Mylène Régnier

⭐⭐⭐⭐.5

Hantée par les ténèbres (Melena Sanders #1) de Susan Illene

Si j'ai longtemps hésité avant de découvrir cette lecture, c'est parce que je n'étais pas fan de la couverture. Façon bombasse qui roule des hanches, euh non. Ce n'est ni au programme ni représentatif de Mel. M'enfin. Maintenant, c'est oublié. J'ai lu, j'ai aimé. Let's go babe.

Hantée par les ténèbres Melena SandersL'héroïne, Melena Sanders, est une ancienne militaire. Actuellement installée en Californie, avec deux meilleures amies, elle prévoit de retourner à l'université pour décrocher un diplôme d'institutrice. Or, quelques semaines avant la rentrée, elle apprend que sa colocataire Aniya ne donne plus signe de vie depuis son escapade amoureuse en Alaska. Melena décide donc de s'y rendre. Mais sur place, la situation va vite déraper.

La police est inactive, les locaux fuient ses questions. Sa présence dérange. Son chalet est d'ailleurs rapidement attaqué par une horde de vampires et de sorcières. Ah oui, j'avais oublié : Melena n'est pas une fille ordinaire. C'est une sensible (elle sent les pouvoirs surnaturels des créatures qui l'entourent). Et il semblerait que la ville de Fairbanks grouille d'espèces malfaisantes en tous genres. Hmm. Ça ne sent pas bon du tout.

Toujours dans l'optique de sauver son amie, Melena est contrainte de retrouver le corps endormi d'un vampire frappé d'une malédiction depuis cinq ans. On lui colle aussi un loup-garou pour qu'elle ne tente pas de partir en roue libre. N'en jetez plus.

Le livre déborde d'action, de violence, de danger, de mort. Ça prend aux tripes. Tout ça, tout ça. C'est surtout très, très bon. J'ai aimé aussi que l'histoire s'exporte en Alaska ♥ et que la mise en place prenne son temps. On découvre petit à petit les personnages (miam), le monde des surnaturels, les conflits, les secrets.

Au milieu, Melena a grandi dans l'idée qu'elle devait se tenir à l'écart et ne faire confiance à personne. D'où une adaptation difficile et néanmoins salutaire. Même la romance est effacée - pourtant, les prétendants ne manquent pas ! Et je mets une option sur le nephilim qui a tout pour me plaire. Pour l'instant, il faut se contenter d'échanges (parfois) houleux, de flirts ou de blagues entre potes. J'aime l'idée que les rapprochements soient désirés et pas servis sur un plateau immédiatement.

Très bonne découverte, donc. Ça pousse à lire la suite sans tarder. 😙

Éditions Bookmark, collection Infinity, 2016 pour la traduction. Une traduction de Mylène Régnier.

⭐⭐⭐⭐

12/08/22

Série Le repaire des vampires, de Kelly St. Clare

Comprend : 1. Rencontre mortelle  2. Dette mortelle  3. Jeu mortel

7137F342-FBB1-4FFE-A589-95BFB51EF31D

 Après avoir adoré la série des Accords corrompus, j'avais envie de découvrir d'autres romans de Kelly St. Clare. Le hasard m'a conduite vers cette saga avec des vampires (et oui, sans surprise, j'ai beaucoup aimé).

L'histoire se déroule dans la ville de Bluff City où Basilia Le Spyre vit avec sa grand-mère. C'est une riche héritière mais elle en a assez de cette vie sous cloche et décide de fuir le manoir en se réfugiant chez sa meilleure amie, Tommy. Elle prend alors une nouvelle identité, cherche un boulot et un appartement. Elle parvient d'ailleurs à décrocher un stage chez Live Right Immobilier et comprend rapidement que son boss est un beau gosse arrogant. Toutefois, elle s'accroche. Elle déteste ses nouveaux collègues et l'ambiance de l'agence mais elle prévoit de démissionner sous peu. Jusqu'au soir où tout dérape. Où Basilia se retrouve au mauvais endroit, au mauvais moment. Témoin d'un meurtre. Accusée d'être une espionne. Soumise à un pacte contre sa volonté. Bienvenue en Enfer, chère Basilia.

Après ça, c'est tout un univers qui se développe : celui des créatures vampiriques, avec des clans qui se chamaillent autour d'un jeu proche du Monopoly. Basilia est maintenant sous l'emprise d'une fièvre dès qu'elle est proche de Kyros. Lui n'est autre qu'un prince héritier et alpha de son état. Il est possessif, intransigeant et colérique. Loin de ramper à ses pieds, Basilia va aussi révéler un caractère bien trempé ! Elle est jeune, un peu naïve et maladroite. Et puis surtout butée, sarcastique et ultra indépendante. Vous imaginez bien que ses histoires de pacte et de compagne lui font dresser les cheveux sur la tête. Hors de question de lier son destin à celui d'un inconnu.

Mais tout se ligue contre elle, à commencer par l'entourage de Kyros qui se joue du couple et provoque volontairement des situations qui font perdre le contrôle. Certains passages sont WTF même si c'est super drôle aussi. D'ailleurs, c'est ce pourquoi j'ai adoré ma lecture : le ton est léger, piquant, mordant, électrique. La relation entre Basilia et Kyros est au centre de toutes les attentions : une humaine et un alpha. Un mélange explosif. Comment ne pas craquer ? Au fil des trois tomes, on va les aimer et les détester à tour de rôle. Parce qu'il y aura de la manipulation, des mensonges, de la trahison, des non-dits, de la passion, du drame et des larmes. Mein Gott. Montez à bord des montagnes russes pour des sensations fortes !

Je recommande fortement cette saga. Comme je conseille de découvrir la Tatuma Olina et le roi Jovan des Accords corrompus ♥ Parce que Kelly St. Clare est ma nouvelle idole. Elle écrit des histoires qui rendent accro et ses personnages sont ultra attachants. Je galère d'ailleurs pour rebondir sur d'autres titres. Basilia et Kyros ont laissé leur empreinte dans mon imaginaire. Je veux retrouver ce mélange de tension dramatique et d'accent frivole. L'humour de l'héroïne est aussi impayable - Basi noue des liens avec tous ceux qui l'approchent. Comme les petits vieux ou les Débiteurs. En se montrant si sociable avec d'autres, elle s'attire les foudres de Kyros, exacerbe sa patience et son désir. Pfiou. C'est adorable, craquant, irrésistible.

Merci pour ces heures de lecture qui m'ont fait rire et glousser comme un dindonneau.

Collection Infinity des éditions Bookmark, 2021-2022 pour la traduction française. 

Traduit par Elsa Baudot

⭐⭐⭐⭐⭐


02/08/22

La crue : L'épique saga de la famille Caskey (Blackwater 1), de Michael McDowell

La crue L'épique saga de la famille Caskey - Blackwater 1Il ne vous a pas échappé, ces derniers temps, de voir cette saga de petits livres aux couvertures baroques défiler sur les réseaux, les blogs et dans les librairies. J'ai donc cédé à la curiosité en écoutant le premier tome en livre audio. Et ma foi, j'ai été grandement surprise.

L'histoire se passe dans une petite ville perdue au nord de l'Alabama (Perdido) où vivent une poignée de familles riches, des gens modestes et des domestiques. Mais des événements étranges vont survenir, à commencer par la crue de la rivière Blackwater. Et l'arrivée d'une femme, Elinor. Celle-ci va être hébergée chez les Caskey et susciter l'animosité de la puissante matriarche, Mary-Love.

L'ambiance est un peu particulière à raconter, pour ne pas dire indescriptible, mais elle capte tout de suite l'intérêt. On sent peu à peu un climat d'angoisse s'installer. Certains faits se produisent, parfois de façon banale, et créent le doute. On est vraiment à mi-chemin entre le suspense et la terreur. Avec un soupçon de fantastique aussi.

En tout cas, on s'interroge. On guette, on scrute tous les détails. On ne s'attache pas aux personnages, on les observe simplement. On les suit dans leurs histoires, les rencontres, les propositions de mariage, les chantages, les promesses, les questions trop pressantes, les retours qui dérangent, les vengeances sourdes...

Pour un premier tome, le ton est donné ! La mise en place prend son temps et pourtant il se déroule plusieurs incidents qui empêchent de dire que ça traîne. Le malaise, aussi, est ancré. Et c'est pas mal du tout. N'hésitez pas à vivre cette expérience en audio : la performance est excellente. La comédienne nous transporte direct dans cette atmosphère unique et fascinante.

©2021 Monsieur Toussaint Louverture (P)2022 Audible Studios

⭐⭐⭐⭐

31/07/22

Toujours se méfier du vampire qui dort (Alicia Smith #1) de Julie Saurel

Toujours se méfier du vampire qui dort

Très bon début de série introduisant des vampires, des sorcières, des relations qui piquent et des réunions de famille qui sentent le soufre. Oui, c'est une bonne surprise. Le ton est mordant, drôle et survolté. On a sans cesse des rebondissements, aucun soupçon de romance, même si les candidats ne manquent pas.

Alicia est une puissante nécromancienne et gagne sa vie en arnaquant le commun des mortels. Mais pour assurer sa sécurité, elle a coutume de remplir des missions pour Alex Blackwood, le roi des vampires. Celui-ci a justement besoin de ses services pour réveiller un camarade endormi depuis des années. Or, l'individu en question n'est pas commode du tout.

Owen Abberline a une dent contre les sorcières, et plus particulièrement contre la famille d'Alicia. Qu'importe si la demoiselle est brouillée avec sa mère et mène sa vie comme elle l'entend. Lui ne retient que son sang et rêve de la persécuter. Les ennuis d'Alicia ne font que commencer, car dès lors, elle devient la cible de tueurs, de kidnappeurs, de meurtriers et j'en passe.

D'entrée de jeu, la lecture est captivante. Elle nous plonge directement au cœur de l'action, nous présente une héroïne au caractère bien trempé et ne s'éternise pas au-delà des 300 pages. C'est tout bon. Julie Saurel a raison sur toute la ligne. Les personnages également se dévoilent peu à peu, les liens, les tensions, les non-dits, les actes manqués... Cela engage vers des voies nouvelles et des perspectives intéressantes !

C'est assurément une très bonne découverte. Juste la fin est ouverte et clame « vite la suite » avec panache. Vraiment top.

Éditions Bookmark, 2021 - Série : Alicia Smith #1

#Vampire #Nécromancie #UrbanFantasy

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 17:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20/06/22

La Gardienne des portes (Dina Demille #1) par Ilona Andrews

La gardienne des portesEn voilà une agréable surprise !

Je connaissais Ilona Andrews pour sa série iconique de Kate Daniels. D'où ma joie d'explorer un autre univers avec cette touche si particulière. Bingo. J'ai croqué cette trouvaille en peu de temps. Et j'ai aimé l'originalité du décor : une petite ville américaine, son auberge d'aspect gothique et sa jeune aubergiste accrochée à son balai.

Bien sûr, rien n'est anodin : magie, chien démoniaque, loup-garou, vampire et tueur extraterrestre vont s'inviter dans cette drôle d'aventure. Et c'est époustouflant à suivre !

Les personnages ne manquent pas de cran. J'ai notamment beaucoup aimé le caractère franc et indépendant de l'héroïne. Dina tient tête à plus fort qu'elle. Sans moufter. Que ce soit un Alpha loup-garou ou un vampire millénaire. Ses réparties font mouche.

Mais c'est non seulement drôle, c'est aussi entraînant et original. Bon point pour le format court du roman. Pourtant, aucun détail n'est survolé. Il y a sans cesse des révélations faites et un univers qui prend ses marques, une énigme à résoudre, un contexte familial à creuser, une perspective de romance non négligeable.

Oh yeah, c'est tout bon. Et on ne s'ennuie pas non plus un seul instant - action, surprises, révélations. C'est particulièrement grisant et je suis curieuse de lire la suite. Vivement qu'on y retourne !

Petite présensation par l'éditeur

En apparence, Dina Demille est une jeune femme tout à fait normale. Elle dirige un charmant bed-and-breakfast de style victorien dans une petite ville du Texas, est l’heureuse propriétaire d’un Shih Tzu nommé Beast, et s’avère être la voisine parfaite. Mais Dina est... différente.

Son balai est une arme létale ; son auberge est magique et pense par elle-même, conçue pour être un havre de paix transitoire pour des voyageurs d’autres mondes. Dans ces circonstances, normale n’est peut-être pas le terme adéquat pour qualifier Dina. Surtout maintenant qu’une créature terrifiante s’est mise à chasser dans le quartier une fois la nuit tombée...

#Loup-garou #Vampire #Magie #Humour #MondesParallèles #Romance

⭐⭐⭐⭐

Posté par clarabel76 à 19:45:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'Héritière du feu (Keleana #3) de Sarah J. Maas

Keleana-tome-3-L-Heritiere-du-Feu (1)Ce troisième tome continue de marquer un tournant dans la série : l'histoire s'enrichit et gagne en intensité. De nouveaux personnages font leur entrée : Rowan le prince guerrier, Manon la sorcière, Sorscha la guérisseuse et Aedion le général fae. C'est dire le potentiel qui se profile !

Quoi qu'il en soit, on ne perd pas de vue nos trois principaux protagonistes : Keleana est partie en mission, loin du royaume d'Adarlan. C'est une jeune femme brisée que l'on va suivre. Elle a le cœur en miettes et se lamente beaucoup sur son sort. Elle va finalement débarquer dans un fort pour y suivre un apprentissage très dur. Son humeur va s'assombrir car elle se sent misérable et va également se confronter à son passé.

Pendant ce temps, Dorian se sent lui aussi trahi. Tenu à distance des confidences, des secrets, des plans. Le prince est intrinsèquement désemparé, face à ses propres découvertes notamment. C'est peu d'avouer que le gars file un mauvais coton. Le plus terrible, c'est de voir son amitié avec Chaol aussi malmenée. Ça fait mal de voir les non-dits s'installer entre eux.

C'est en effet le capitaine qui a orchestré le départ du champion du roi. Un choix que Dorian ne comprend pas. Chacun cherche à protéger l'autre, et résultat, c'est la méfiance qui fait son nid. La méfiance et la déception. Comme c'est triste. De son côté, Chaol cherche à réparer ses erreurs. Sauf que la destinée est terrible.

Et ça ne loupe pas : les derniers chapitres sont explosifs ! Les pions mis en place avec prudence, patience et calcul sont balayés d'un revers de main. Le retour de Keleana est proche. Ô suspense. On sent que l'intrigue devient plus sombre. La magie et les ténèbres prennent le pas. Les caractères des personnages se forgent. Il y a aussi beaucoup de désarroi, beaucoup d'amertume et de désespoir. Et malgré tout, c'est fascinant.

Cette saga ne cesse de me bouleverser. J'adore. ♥

« Il regarda donc son ami, peut-être pour la dernière fois, et lui dit ce qu’il avait su dès leur rencontre, quand il avait compris qu’ils étaient frères d’âme. – Je t’aime. Dorian inclina la tête et leva les mains vers son père. Frère, ami et roi... »

La Martinière J. Fiction, 2020 pour la présente édition. Traduit par Anne-Judith Descombey

⭐⭐⭐⭐⭐

La Reine sans couronne (Keleana #2) de Sarah J. Maas

Keleana-tome-2-La-Reine-sans-CouronnePeu de temps après ma lecture du premier tome de Keleana, je replonge dans cet univers et savoure mes retrouvailles. Une chose est sûre, ce deuxième tome est diablement bon (même si le précédent était très bon aussi). C’est juste qu’on sent davantage l’histoire monter en puissance, en émotion et en révélation.

Pour Keleana, d’abord. Pour ses proches, la princesse Néhémia, le prince Dorian et le capitaine Chaol. Pour ses missions, le danger, la traque, le sang. Les énigmes dans les catacombes. Les projets secrets du roi. La confiance qu’on peut accorder contre la conviction de protéger les autres. Se taire. Devenir complice. Bref. On doute beaucoup.

Si l’on évite un tant soit peu les (nombreux) spoilers, on peut tout gober. Et fantasmer, trembler, hurler. Parce qu’il y a des séquences incroyables, des instants romantiques et bouleversants, et d’autres moments plus durs et irrévocables.

« Il essuya ses larmes, souleva son menton et l’embrassa. Ce baiser lui fit tout oublier. (...) Ce fut comme rentrer chez elle, renaître, ou découvrir une moitié d’elle-même qui lui avait toujours manqué. »

Pour le moment, j’aime tous les personnages. Le dévouement de Chaol. La détresse de Dorian. Et l'apparence trompeuse de notre redoutable criminelle (tellement plus fragile et instable). Ça promet ! Surtout que chaque décision, chaque non-dit, semble avoir des répercussions sans appel.

« L’extrémité de ses cheveux trempée de sang était rouge vif. Et ses yeux… ils n’exprimaient plus rien, comme si Keleana n’était plus qu’une coquille vide. Pendant un bref instant, il se demanda si elle allait le tuer aussi, simplement parce qu’il était là, parce qu’il avait vu sa part d’ombre. »

« C’était une déclaration de guerre contre eux tous. Qu’ils tremblent devant ce qu’ils avaient réveillé. »

Impossible pour moi de résister à l’appel du tome trois, maintenant.

La Martinière J. fiction, 2020 pour la présente édition

Traduit par Anne-Judith Descombey

⭐⭐⭐⭐⭐